Projet de renforcement de la résilience par le biais de services lies à l’innovation, à la communication et aux connaissances (bricks)








télécharger 0.84 Mb.
titreProjet de renforcement de la résilience par le biais de services lies à l’innovation, à la communication et aux connaissances (bricks)
page14/21
date de publication20.10.2016
taille0.84 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > Biología > Documentos
1   ...   10   11   12   13   14   15   16   17   ...   21



Tableau  : Reforestation



Désignations

Informations techniques, institutionnelles, culturelles, économiques, etc.

1

Nom commun de la bonne pratique (BP)

Reforestation

2

Nom local de la BP




3

Personne / Structure de contact (nom, prénom, adresse, téléphone, fax, BP, e-mail)

  • Ministère en charge de l’Environnement ;

  • CILSS (Comité Inter-états de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel).

4

Echelle d'intervention (1 = commune /sous-préfecture, 2 = province / préfecture, 3 = région / district /cercle, 4 = national)

National

5

Catégorie de BP (1 = Bonnes Pratiques technologiques ; 2 = Bonnes Pratiques socio-organisationnelles)

Bonne pratique technologique

6

Type de BP

Bonnes pratiques de foresterie et agroforesterie

7

Secteur d’activités couvert par la BP (1 = Agriculture ; 2 = Elevage ; 3 = Environnement ; 4 = Autres (à définir)

1 = Agriculture ; 2 = Elevage ; 3 = Environnement

8

Conditions environnementales de mise en œuvre (zones agro-écologiques d’application)

La reforestation se pratique sous tous les climats au Burkina Faso

9

Objectifs de la bonne pratique en lien avec la GDT, les RN et le CC

La reforestation constitue une pratique par excellence d’atténuation au changement climatique, car agissant comme puits de carbone donc d’absorption du gaz carbonique. La reforestation à des échelles importantes contribue à la régulation du climat et surtout des précipitations. Elle contribue également à la protection des sols, l’infiltration de l’eau et la recharge des nappes phréatiques.

10

Description de l’environnement humain /genre (nature des exploitants appliquant la BP)

Agriculteurs, sylviculteurs, éleveurs.

11

Type de sol où la BP est appliquée / les conditions environnementales (bassin versant)

La reforestation se pratique sur tous types de sols à l’exception des sols ferrugineux tropicaux indurés superficiels et peu profonds à moins que la trouaison soit conséquente pour détruire cette barrière physique.

12

Type d’utilisation des terres en lien avec la BP (Terres cultivées, pâturage, forêts, mixte…)

Terres cultivées, pâturage, forêts,

13

Description de la BP

La reforestation commence par la production des plants en pépinière. Cette production en pépinière peut se faire dans des sachets plastiques ou en mottes de terre dont les diamètres sont choisis en fonction des espèces à produire. La levée de la dormance des graines se fait grâce à plusieurs procédés qui sont spécifiques aux espèces et vont du simple trempage dans l’eau, au scarifiage, à l’ébouillantage des graines ou au traitement à l’acide sulfurique. Par exemple pour Faidherbia albida, Parkia biglobosa et Acacia nilotica, la levée de la dormance nécessite un trempage dans de l’acide sulfurique pendant 30 mn suivi d’un trempage dans de l’eau pendant 24 heures.

Les pots sont remplis avec la main ou un entonnoir avec de la terre dont le mélange est : 2 brouettes de terre de surface + 1 brouette de sable + 1 brouette de compost bien décomposé. Au moins 1 cm d’espace du pot est laissé pour les besoins d’arrosage. Après les semis, la pépinière est protégée avec des ombrières et arrosée 2 fois par jour. Le démariage intervient quand les plants ont 5 cm de hauteur et les plants sont déplacés tous les 15 jours pour éviter leur enracinement dans le sol. Avant leur transport pour la plantation, les plants doivent être abondamment arrosés. Le transport se fait en évitant de superposer les plants.

Les plants sont déposés au site de plantation et à l’ombre et arrosés régulièrement jusqu’à la mise en terre. Les opérations de plantation commencent par le piquetage du terrain pour baliser la superficie et les points de trouaison, suivi de la trouaison et du rebouchage des trous. Au cours du creusage, il faut séparer la terre de la partie supérieure d'avec celle d'en dessous. Le rebouchage se fait en mettant d’abord la terre de surface en bas et la terre des horizons profonds en haut. Cela permet aux racines de profiter rapidement de la terre de bonne qualité. Les trous ronds ou carrés doivent avoir une profondeur et un diamètre d'au moins 60 cm sur 60 cm. Le rebouchage ne se fait pas complètement. Les 5 derniers centimètres ne sont pas remplis afin de matérialiser l'emplacement des trous pour la plantation et pour pouvoir emmagasiner davantage d'eau.

La plantation se fait dès la deuxième moitié du mois de juillet. La mise en terre du plant se fait en faisant une ouverture dans le trou rebouché ajusté suivant le diamètre du pot. Le pot est ensuite coupé en sa partie inférieure (2-4 cm) pour éliminer les racines enroulées dans le pot et ensuite de toute sa hauteur avant d’être placé dans le trou ouvert avec le plant. Après un rebouchage partiel, le sachet plastique est retiré suivi d’un tassage de la terre autour du plant en créant une légère dépression pour pouvoir retenir l’eau.

14

Type de problème de dégradation des terres ou des RN, auquel la BP s’adresse

Disparition du couvert végétal

15

Type d’acteurs (1= porteurs ; 2 = Acteurs de soutien technique ; 3 = Acteurs financiers)

1= Producteurs individuels, ménages, groupes de producteurs

2 = Services d’encadrement technique ; ONG ; Associations

3= Etat ; collectivités territoriales ; ONG ; Projets et programmes, etc.

16

Communautés ciblées

  1. Collectivité locale

  2. Ensemble de collectivités locales

  3. Organisation de producteurs

  4. Organisation de femmes

  5. Organisation de jeunes

  6. Privé

  7. Autres

  • Organisation de producteurs

  • Organisation de femmes

  • Organisation de jeunes

  • Privé

17

Manière dont la BP combat la dégradation des terres 




18

Niveau de connaissances techniques requis pour appliquer la BP

Connaissance de techniques de production des plants en pépinière et reboisement

19

Illustrations : Photos, dessins, schémas, etc.

etude iucn pépinière

Photo CEAS/ Burkina Faso, 2011
eucalyptus_reboisement_2006.jpg

Photo NATURAMA, 2011

20

Conseils pratiques de mise en œuvre




21

Avantages / effets / impacts

La reforestation permet la production de bois de feu et / ou de service pour les plantations classiques et la production fruitière par la mise en place de vergers. Elle contribue à augmenter l’offre en bois de feu comme en bois de service. Elle permet également l'embellissement et la création d’espaces verts. La mise en place des activités de reforestation a permis de reconvertir plusieurs zones longtemps dénudées en zones boisées de nos jours avec une bonne dynamique de réduction des zones nues au Sahel (Botoni et Reij, 2001).

22

Contraintes liées à la mise en œuvre de la BP

Les contraintes sont surtout le manque de ressources financières pour l’approvisionnement en pots pour la production des plants en pépinière par les producteurs. L’insuffisance de formation des producteurs pour la collecte des semences pour réduire les coûts d’achat des semences. Le manque d’information et de connaissances techniques des producteurs sur le choix des espèces à reboiser. Se pose également le problème de sécurisation foncière pour les migrants et le manque d’entretien des reboisements collectifs engendrant des taux de succès faibles.

23

Mesures nécessaires à la levée des contraintes




24

Coût de réalisation

285 FCFA/ plant (source : PNGT2)

25

Echelle dans le processus de diffusion et durabilité (1= initiale, 2= maturité ; 3 = léthargie)

2= Maturité

26

Recommandations pour la diffusion de la BP

La diffusion demande de revitaliser et réorganiser les pépinières villageoises en l’adaptant au contexte de la décentralisation. Former les producteurs et techniciens aux techniques de production des plants en pépinière et en collecte de semences forestières. Former les Comités Villageois de Développement (CVD) aux bonnes pratiques de plantations et d’entretiens des reboisements. Promouvoir l’éducation environnementale dans les écoles.

Références

  1. MEE, 2001. Manuel de foresterie villageoise, 67 P.

  2. Reij, C. et T. Thiombiano 2003. Développement rural et environnement au Burkina Faso : la réhabilitation de la capacité productive des terroirs sur la partie nord du Plateau Central entre 1980 et 2001. Rapport de synthèse. Ouagadougou, CONEDD.
1   ...   10   11   12   13   14   15   16   17   ...   21

similaire:

Projet de renforcement de la résilience par le biais de services lies à l’innovation, à la communication et aux connaissances (bricks) iconProjet de renforcement de la résilience par le biais de services...

Projet de renforcement de la résilience par le biais de services lies à l’innovation, à la communication et aux connaissances (bricks) iconCalendrier et organisation
«Europe 2020» dont la R&D et l’innovation sont l’une des grandes priorités. La récente communication «union de l’innovation»

Projet de renforcement de la résilience par le biais de services lies à l’innovation, à la communication et aux connaissances (bricks) iconLa généralisation de l'attribution d'un statut aux troupeaux de bovinés...

Projet de renforcement de la résilience par le biais de services lies à l’innovation, à la communication et aux connaissances (bricks) iconCctp type de dce de réparation ou de renforcement des ouvrages en...
«Ouvrages d'art. Réparation et renforcement des maçonneries. Spécifications relatives aux techniques et aux matériaux utilisés.»,...

Projet de renforcement de la résilience par le biais de services lies à l’innovation, à la communication et aux connaissances (bricks) iconApprenti en urbanisme, ça existe ?
«Urbanisme et Projet Urbain» (niveau bac+5). Par le biais d’un contrat d’apprentissage ou d’un stage, l’alternance se déroule sur...

Projet de renforcement de la résilience par le biais de services lies à l’innovation, à la communication et aux connaissances (bricks) iconRésumé : Ce projet, fruit d’une collaboration entre l’ensta-bretagne...

Projet de renforcement de la résilience par le biais de services lies à l’innovation, à la communication et aux connaissances (bricks) iconCommunique de presse – xas services – 17 janvier 2008
«C’est en renforçant xml, que nous pouvons réellement libérer l’information et l’innovation» déclare Zaïr Bezghiche, fondateur et...

Projet de renforcement de la résilience par le biais de services lies à l’innovation, à la communication et aux connaissances (bricks) iconPRÉvention des risques liés aux bâtiments et aux installations

Projet de renforcement de la résilience par le biais de services lies à l’innovation, à la communication et aux connaissances (bricks) iconPortant définition et fixant les conditions de délivrance du brevet...
«services informatiques aux organisations» sont fixées conformément aux dispositions du présent arrêté

Projet de renforcement de la résilience par le biais de services lies à l’innovation, à la communication et aux connaissances (bricks) iconRésumé du travail proposé
«renforcement de pistes», par exemple au travers d’un jeu sérieux. Pour des raisons de sécurité, on peut envisager que les interactions...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com