Rapport final








télécharger 0.86 Mb.
titreRapport final
page4/25
date de publication07.02.2018
taille0.86 Mb.
typeRapport
ar.21-bal.com > comptabilité > Rapport
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   25

Méthodologie d’ensemble



Cette étude est menée par des chercheurs reconnus pour leurs compétences à la fois dans le domaine mais aussi dans leurs capacités d’analyse et de perspectives critiques fortes.

Tout au long de cette étude, les chercheurs se sont livrés à trois types de tâches :

  • Une analyse documentaire (revue de littérature, analyse de projets pilotes, analyses de politiques sectorielles, etc.)

  • La co-construction d’un processus progressif de cadrage avec et sous la supervision de l’équipe AFD, de manière à conjuguer harmonieusement intérêt scientifique et intérêt politique et technique

  • Une analyse critique, argumentée et synthétique dans la rédaction des trois livrables.


En effet, l’étude se déroulant sur 6 mois est ponctuée de trois phases correspondant à trois livrables :

  • Phase 1 : Identification des problèmes et défis-clé communs aux systèmes éducatifs des pays subsahariens francophones et, notamment, des PMA, en lien avec une possible implantation des TIC.

  • Phase 2 : Revue sélective de la littérature, des travaux d’évaluation et de capitalisation sur l’utilisation des TIC dans le secteur de l’éducation en général et recensement des expérimentations d’intérêt majeur sur le continent africain.

  • Phase 3 : Finalisation de l’étude par un rapport de synthèse intégrant les commentaires sur les versions provisoires, et présenté lors d’un séminaire de restitution le 21 septembre 2010.

Conditions d’un changement



Notons enfin que, dans le contexte mondial actuel, l’utilisation des technologies de l’information et de la communication est incontournable car elle s’inscrit dans le futur, quel que soit le métier qu’exerceront les jeunes dans les années à venir. Autrement dit, la place n’est plus à l’heure de la discussion entre la nécessité ou pas de l’introduction des TIC dans la vie de tout habitant de la planète.
Il y a encore quelques années, une telle discussion aurait pu avoir lieu. Désormais, c’est hors du débat, les TIC sont un passage obligé pour toute formation. Autrement dit, l’utilisation des TIC est un impératif dans l’école et cela selon trois dimensions : une dimension de pratique de gestion de l’école ou de la classe (gestion des notes, gestion des absences, pilotage de l’éducation) ; une dimension de formation des enseignants pour développer leurs pratiques pédagogiques et une dimension très liée à la précédente, celle des apprentissages des élèves. Ces trois niveaux sont en interrelation et tous au service des résultats de l’apprentissage des élèves.
Si on veut penser l’introduction de l’usage des TIC comme une innovation, alors il convient de ne pas oublier ces quatre considérations principales :

  • une expérience peut être considérée comme réussie dans une école d’un pays et ne pas l’être dans une autre. Autrement dit, aucune expérience quelle qu’elle soit ne peut être appliquée stricto sensu : les « bonnes » pratiques ne sont pas systématiquement transférables (ne dit-on pas qu’adopter une innovation, c’est l’adapter ?) ;

  • le critère le plus important pour l’adoption d’une innovation est le critère humain : une personne qui s’oppose à une innovation par principe, par manque d’aide professionnelle, ou par absence de vision ne mettra pas en place cette nouveauté ;

  • toute innovation requiert pour se développer un terrain favorable a minima. Par exemple, une école qui ne dispose pas d’électricité aura du mal à adopter un programme d’un ordinateur pour chaque élève. C’est le problème de l’infrastructure ;

  • enfin, la mise en œuvre d’une innovation naît de la conviction de certains, dans le développement de leur créativité et de leur inventivité ; mais si cette initiative n’est pas relayée par une volonté politique et économique, par un soutien sans faille des responsables, elle restera au mieux marginalisée, au pire elle disparaîtra.


Ces quatre conditions d’installation de l’innovation sont pertinentes dans la mise en œuvre des TIC dans l’éducation de base des PMA subsahariens francophones, à savoir :

  • des connaissances d’expériences réussies menées ailleurs et les limites et les conditions de leur « transférabilité » ;

  • des moyens de travailler sur les représentations des adoptants en termes de visions du monde, sur le plan culturel et social (« tissu social porteur »), mais aussi sur le plan des compétences professionnelles d’adoption de cette nouveauté, par la formation initiale et continue des enseignants ;

  • des installations minimales comme l’équipement en électricité, en panneaux voltaïques ou autres techniques, ce qui peut se négocier avec des sponsors ou autres partenaires ;

  • enfin, un soutien politique qui annonce clairement sa volonté de mener jusqu’au bout cette initiative, voire de la généraliser selon une programmation stratégique.


1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   25

similaire:

Rapport final iconRapport Final

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport Final

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport Final

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport final Septembre 2009








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com