Partie theorique : définitions des concepts utilisés au sein de ce mémoire professionnel 5








télécharger 153.8 Kb.
titrePartie theorique : définitions des concepts utilisés au sein de ce mémoire professionnel 5
page2/7
date de publication02.07.2017
taille153.8 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > comptabilité > Documentos
1   2   3   4   5   6   7

PROBLEMATIQUE



Ma question de départ est donc la suivante :

Question de départ :



A quelles conditions un apprentissage spécifique sur l’élaboration d’images mentales visuelles va permettre à des élèves de cycle III pris en regroupement d’adaptation de développer des compétences en symétrie axiale ?


Questionnement





  • Qu’est-ce qu’un RASED ? un maître E ?

  • Qu’est-ce qu’un élève qui est pris au sein d’un regroupement d’adaptation ?

  • Qu’entend-on par l’élaboration d’images mentales visuelles (représentations) ?

  • Qu’est-ce que l’abstraction ?

  • Qu’est-ce que la géométrie et surtout la symétrie axiale ?



Hypothèses



J’émets deux hypothèses de travail en rapport avec les besoins de ces élèves pour les amener à entrer dans une démarche d’abstraction :
Hypothèse 1 : je fais l’hypothèse qu’il est important de favoriser les échanges de paroles entre les élèves du regroupement d’adaptation, dans le but d’enrichir leurs représentations personnelles au niveau de la symétrie axiale en mathématiques.
Hypothèse 2 : je fais l’hypothèse suivante, confronter les élèves à des situations d’apprentissage où l’élaboration d’images mentales est nécessaire pour répondre au travail demandé leur permettra de développer leur niveau d’abstraction.


Plan



Afin de répondre à cette problématique, je vous propose pour ce mémoire professionnel une articulation en trois parties. Une première partie qui définira d’un point de vue théorique les concepts utilisés, une deuxième partie où j’ai cristallisé mon choix professionnel sur deux séances clés où les échanges de paroles m’ont semblé être parfois un frein ou/et un accélérateur à l’apprentissage de la symétrie axiale ainsi que les situations pédagogiques mettant en jeu les images mentales. Enfin une troisième et dernière partie qui synthétisera les différentes trouvailles que ce mémoire m’a apportées sous la forme d’une fiche.


PARTIE THEORIQUE : définitions des concepts utilisés au sein de ce mémoire professionnel




I] Présentation des différents contextes jouant un rôle sur les apprentissages




A) Présentation du contexte scolaire sur la commune de Saint-Denis



La ville de Saint-Denis se situe majoritairement en zone d’éducation prioritaire. Ce dispositif ressource permet aux établissements scolaires de bénéficier de ressources complémentaires comme la mise à disposition de personnels pour des tâches d’encadrement, d’animation et de surveillance avec cette idée qu’il est important de donner plus à ceux qui en ont besoin (équité). Toutefois de nombreux besoins éducatifs particuliers se font sentir au niveau de la commune et il n’est pas exagéré de parler pour ces enfants, d’élèves en situation de difficulté scolaire. Ainsi, comme le préconise la circulaire n°111 du 30 avril 2002 « les enfants en difficulté seront pris par groupe par le RASED, soit par l’enseignant, en co-intervention pour le cycle II et III ». Les effets attendus sont la progression en termes d’apprentissage de chaque élève à son rythme et une meilleure réponse à leurs besoins.
Depuis cette année, la prise en compte de la difficulté scolaire s’articule encore plus entre établissement scolaire et collectivité territoriale avec la mise en place des programmes personnalisés de réussite éducative qui se développent au niveau des écoles et collèges. Les partenaires extérieurs y sont conviés et l’accord des parents est primordial comme le précise la circulaire portant sur les programmes personnalisés de réussite éducative : « le PPRE est fondé sur une aide pédagogique d’équipe qui implique l’élève et associe sa famille. L’adhésion et la participation de l’enfant et de sa famille sont déterminantes pour la réussite du programme. »1


B) Présentation du contexte institutionnel du dispositif d’aide qu’est le RASED



Comme le précise la circulaire n°113 du 30 avril 2002, l’acronyme RASED signifie réseau d’aides spécialisé aux élèves en difficulté. Toute intervention des personnels du RASED s’effectue dans le respect du règlement scolaire. Le RASED est sous la responsabilité de l’inspecteur de la circonscription. Il permet trois types d’interventions et est donc composé de trois types de personnels : d’un psychologue scolaire, d’enseignants spécialisés à dominante rééducative (maître G) et pédagogique (maître E). Afin que ces approches plurielles puissent se confronter, se compléter, s’enrichir, « un temps équivalent en moyenne à trois heures par semaine est réservé aux activités de coordination et de synthèse pour tous les personnels des RASED »2. La difficulté est en premier lieu traitée par l’enseignant au sein de la classe, puis si possible complétée par des activités organisées dans le cycle sans oublier dans les deux cas, le dispositif ressource qu’est le RASED, mis à leur disposition si nécessaire. Enfin si la difficulté persiste l’enseignant titulaire de la classe de référence informe les partenaires présents lors de la concertation. Après ce temps de concertation entre les enseignants titulaires des classes de référence, la directrice et les membres du RASED, des indications d’aide sont élaborées en synthèse et proposées aux enseignants qui en avaient fait la demande.
Les aides peuvent être apportées sous diverses formes :

  • au sein de la classe ;

  • en petit groupe ;

  • sous forme d’entretien ;

  • nécessiter la mise en place d’une évaluation plus fine ;

  • nécessité la demande d’avis complémentaire (par exemple, le médecin scolaire) ;

  • nécessité la demande réunion d’équipe éducative…


Dans ce cheminement, les échanges avec les tuteurs légaux sont primordiaux ainsi qu’entre tous les personnels membres de l’école qui collaborent à la réussite de la scolarisation de tous les élèves. Le directeur de l’école joue d’ailleurs « un rôle décisif dans l’intégration des activités des personnels spécialisés au sein de la vie pédagogique de l’école »3. Il ne faut pas négliger ceux qui sont les plus concernés par ce dispositif, à savoir les élèves, ainsi que leurs parents comme écrits ci-dessus. Afin de ne pas stigmatiser la difficulté, il est important d’entendre et d’associer les parents et leurs enfants aux apprentissages visés. D’autre part, cette communication préserve la confiance des parents en l’école et ainsi facilite le processus d’aide. D’ailleurs l’information aux parents est si importante qu’elle est un devoir : « Les parents doivent être informés… ».4

C) Contexte institutionnel du maître E



Le maître E est à la base un professeur des écoles qui a réussi l’examen du CAPA-SH option E. Le maître E a le devoir d’informer l’inspecteur de circonscription de son emploi du temps, et de ses variations éventuelles dans le cours de l’année. Il a aussi l’obligation de participer aux animations pédagogiques et aux stages de formation continue conçus en faveur des enseignants de la circonscription. De plus, il se doit d’assister aux divers conseils d’école en particulier les conseils de maîtres de cycles où sont élaborés des stratégies d’aides aux élèves en difficulté. Puisque ce sont les élèves en difficulté qui l’intéressent et que son rôle de maître E est de répondre à leurs besoins, ses actions doivent viser principalement à la maîtrise de la langue française (instrument de toutes les disciplines), aux méthodes et aux techniques d’apprentissage, à la stabilisation des acquisitions et à leur réinvestissement, voire leur transférabilité, ainsi qu’à la prise de conscience des manières de faire qui conduisent l’élève à la réussite. Pour cela, il accompagne et complète les mesures prises par le maître de la classe et l’équipe pédagogique, mesures, qu’il a d’ailleurs pu contribuer à définir. Ces aides sont mises en œuvre dans la classe ou en dehors de la classe. Si l’aide apportée est un regroupement d’adaptation, il peut avoir différentes formes (durée et rythme de la prise en charge). Les différentes études portant sur l’aide préconisent une action massive et courte dans le temps. Par exemple, il m’a été conseillé en formation de prendre au minimum un groupe deux fois par semaine. Sinon le travail n’aurait pas de répercussion tangible du point de vue des apprentissages des élèves, « le rythme et la densité doivent être adaptés aux problèmes traités »5. Le groupe peut-être composé d’élèves de différentes classes et leur nombre n’est pas prédéfini par la circulaire. Tous les élèves pris en charge par le maître E font l’objet d’un projet d’aide spécialisée manuscrit, qui peut évoluer au fur et à mesure des besoins des élèves. Il indique la situation de l’élève, les objectifs visés, prévoit la démarche et les supports, il indique aussi l’estimation de la durée, les modalités, les évaluations. Le maître E a deux missions principales par rapport à la difficulté : la prévention et la re-médiation. En outre il ne faut pas négliger l’importance de son rôle de personnel ressource afin d’accroître les possibilités des équipes pédagogiques, de mettre en œuvre des différenciations. La prévention se fait grâce aux observations, à la collaboration avec les maîtres, aux évaluations de fin de GS, CE2, et aujourd’hui CE1. La circulaire préconise « une prévention, une attention particulière au niveau du langage oral et écrit au Cycle I et II »6.

La re-médiation, elle, a pour objectif de favoriser la conquête d’acquisitions des connaissances. Elle doit être adaptée à chaque élève. D’ailleurs l’élève est associé à la localisation des obstacles à sa réussite et est invité à établir les objectifs à atteindre qui demanderont toute sa mobilisation. Pour ce faire la démarche du maître E s’appuiera sur les réussites de l’élève afin de le motiver et de le valoriser. Avec parfois l’élaboration d’un Projet Pédagogique Personnalisé7 transformé en PPRE aujourd’hui. Les interventions se font sur le temps scolaire et donc à l’école, elles s’adaptent aux situations particulières, et sont évaluées. Après l’évaluation finale, le projet est terminé. La question se pose de continuer à aider l’élève ou d’arrêter l’aide spécialisée. Dans ce dernier cas, cela doit se faire en douceur, afin de permettre à l’élève « de bénéficier d’un suivi adapté pour favoriser sa réassurance dans des conditions habituelles de travail scolaire »

1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Partie theorique : définitions des concepts utilisés au sein de ce mémoire professionnel 5 iconCours 4 : la compréhension des œuvres Introduction : concepts généraux et définitions
«prothèses», qui sont des extériorisations de certaines capacités d’expression ou de fabrication. Notre moyen d’expression est aussi...

Partie theorique : définitions des concepts utilisés au sein de ce mémoire professionnel 5 iconPartie I préambule théorique et méthodologique

Partie theorique : définitions des concepts utilisés au sein de ce mémoire professionnel 5 iconMémoire M1 Gestion de Portefeuille
«théorique» présentant les notions, les hypothèses, les modèles, présentant les intuitions des stratégies mises en œuvre, contenant...

Partie theorique : définitions des concepts utilisés au sein de ce mémoire professionnel 5 iconSwap, traduisez fichier d'échange
«page mémoire» ou «page virtuelle» est un bloc mémoire contigu et de taille fixe de mémoire virtuelle

Partie theorique : définitions des concepts utilisés au sein de ce mémoire professionnel 5 icon2. 1 Les composantes d'un ordinateur
«temporairement» et pour cause! La mémoire se vide dès que la machine cesse d'être alimentée en courant. On dit que la mémoire est...

Partie theorique : définitions des concepts utilisés au sein de ce mémoire professionnel 5 iconUn sujet de mémoire hypothétique car je suis en attente de confirmation...
«wireless». Je me suis alors intéressée à l’architecture “invisible” à traves des regards différents

Partie theorique : définitions des concepts utilisés au sein de ce mémoire professionnel 5 iconProgramme de la formation
«Compagnon professionnel maçon du patrimoine» dans son rôle de professionnel de la réhabilitation du bâti ancien

Partie theorique : définitions des concepts utilisés au sein de ce mémoire professionnel 5 iconTable des définitions

Partie theorique : définitions des concepts utilisés au sein de ce mémoire professionnel 5 iconLes définitions des termes et locutions

Partie theorique : définitions des concepts utilisés au sein de ce mémoire professionnel 5 iconTu utilises des tonnes d'expression incompréhensibles lorsque tu quittes le Finistère








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com