Bibliographie : stephan laurant : chronologie du design, chez flamarion








télécharger 61.67 Kb.
titreBibliographie : stephan laurant : chronologie du design, chez flamarion
date de publication24.10.2016
taille61.67 Kb.
typeBibliographie
ar.21-bal.com > documents > Bibliographie
Art et design
Introduction

1850 – 1914 des 'arts and craft' à l'art nouveau

problématique de l'industrie d'art

création et industrie d'art

la question de la hierarchie des arts, arts majeurs/art mineurs.

1919 – 1939 une nouvelle synergie arts plastique // arts décoratifs.

Les années soixantes, les frontières brouillées (la question de la hiérarchie des arts, Art majeur / art mineurs
bibliographie :

  • stephan laurant : chronologie du design, chez flamarion.

  • Histoire du design de 1940 à nos jours. Raymond Guidot.

  • L'abcaire du symbolisme et de l'art nouveau,

  • Lichtenstein : la couleur éloquente (flamarion).



  1. Le XIX et la question de la hiérarchie des arts.


L'époque : au 19s, la révolution industrielle, débute en Europe, le mythe de la machine « la force triomphale de la machine ». Elle remplace l'ouvrier, le cheval, …. tous les jours il y a une invention nouvelle. Dans l'industrie, il y a pourtant très peu de machines, sourtout en Françe où l'ouvrier coûte moins cher que la machine.

Les avantages de la machine :

  • elle débarrasse l'ouvrier d'une série de tache éreintantes

  • sa permet de faire un travail plus rapide que celui de l'ouvrier.

  • Cela tend vers la perfection, faire des objets de qualité.


Mais on a aussi des reproches :

  • perte de l'identité.

  • Défection de l'Aura (W. Benjamin « L'œuvre d'art à l'époque de la reproductibilité technique ».


C'est un des philosophe le plus important sur la notion artistique, premier grand critique, c'est devenu une des référence clef essentielle. Il parle de la photographie, et explique que l'œuvre d'art a quelque chose d'exceptionnel si elle est unique, elle à une aura. Quand on reproduit une œuvre d'art, on perd l'aura.

Cela résume toutes les critiques à la machine : on est capable de reproduire le même objet à l'identique, cela « dégrade » la qualité de l'aura.
Les limites :

  • en France, l'ouvrier coûte moins cher que la machine

  • dans l'industrie d'art, la machine existe assez peu. (ex : une verrerie). L'industrie d'art se fait dans tous les domaines ménager (vaisselle, déco, … ).

  • On fait des chaînes, on prend 7 ouvriers pour faire une verre, chacun fait une action = sa fait perdre


Trois critères pour l'industrie d'art :

  • taille (rassemblement d'un certain nombre de pers. Qui travaillent dans la même direction. Il faut du monde pour partager les tâches.)

  • production (la production s'articule autours d »un art de la maison, c'est sur quoi les artistes travaillent : au lieu de faire de la peinture, on fait de la peinture sur assiète)

  • consommation. (la consommation industrielle se loge entre les deux extrêmes de la première nécessité et de l'utile d'un côté, du superflu et du goût de l'autre. Des objets nécessaires, mais qui plaisent.) Il va falloit produire des objets, et faire pour que les gens les achètes.

  • au XIX, on ne sais pas trop ce qu'on entends par industrie d'art

  • industrier : « transformation des matiéres premières en produits fabriqués ».


Première exposition universelle, 1851, Crystal palace, à Londres. On imagine pouvoir présenter dans un lieu donné toutes les réalisations des pays industrialisés, pour pouvoir les confronter. On en fait partout tout le temps. On constate que les objets manufacturés sont médiocres.
Le comte de labord, critique l'expo universelle « l'art n'est ni aristocratique, ni populaire, il n'est ni industriel ni d'essence supérieure. L'art est un. »

Les constats :

  • les artistes ne travaillent pas dans les industries. Ils on peur l'un de l'autre.

  • Les industriels font des meubles avec des modèles qui datent. Il faudrait inventer un style nouveau.


Deux courant émergent à partir de 1850 :

  • le dessein d'un retour à l'artisanat (W. Morris), invente les « arts and craft »., né en 1862, avec John Ruskin, William Morris, Philip Webb.

  • une volonté d'affirmée de consillier l'art et industrie.


Art and craft.

Opposition à l'industrialisation contemporaine : affirmation que les conditions de travail imposées par l'industrie moderne (fragmentation, rentabilité et perte de la joie créatrice), empêchent toute création.

Le problème de la rentabilité se repercute grâce à la fragmentation : ce sont 10 ouvriers qui fabriquent chacun un morceau de chaise, l'ouvrier ne se sent plus concerné par le travail qu'il est entrain de faire. L'ouvrier n'est plus impliqué dans le processus créatif du travail.

Ils sont pour un retour à l'artisanat, ils aimeraient bien revenir au moyen age.
Les politiques et industriel sont pour la fragmentation, pour la rentabilité, … ils pensent à un art social : ils pensent diffuser l'art dans toutes les maisons. Exemple : les chaises de Thonet. Il experimente les possibliité de ceintrages de bois à la vapeur. Il dépose un brevet. Une production qui allie un prix faible, une bonne qualité et la modernité.

La chaise Thonet, archétique de la chaise de bistrtot.

Farbiqué en 6 parties assemblées en 12 vis.
Un impératif : vendre. On à trois possibliité :

  • magasin d'entreprise, dans l'entreprise, sur place. Qui vend juste les produits de l'entreprise.

  • Les magasins de détaillant. On trouve de tout, mais cela s'organise rapidement. On fait des expositions.

  • Les grands magasins, nouveau à l'époque, apparus en 1850. on y va autant pour acheter que por regarder, s'emerveiller, ….

> Cela apport une nouvelles habsitudes de consommation. Il va y avoir la mode il va falloir en compte le goût de la masse.
En 1895 : Ouverture de la galerie de Samuel Bing. «  l'art nouveau ». Point de départ officiel du mouvement éponyme. Il importe des arts du japon, édite le « le japon artistique », qui vont permettre à la françe et à l'europe d'acceder à toutes une partie d'artisanat que l'on ne connaissait pas. Cela devient une référence incontournable de l'époque. Une reflexion à paris avec Guillmard, à Barcelones, à Glasgow, à Bruxelles, Ce sont des communautés d'artistes qui bossent ensemble.

Cela provoque des réactions violentes, racistes. Jusqu'en 1960, l'art nouveau était complêtement passé sous silence.
Les points de convergence :

  • la volonté de proposer un art nouveau, dans tous les pays

  • *la volonté d'un art total (si je suis un archiste décorateur : je peut être tout : verrier, couturier, architecte, … ). Henry Van de Velde part de peintre pour arriver à l'architecture, la couture, l'argenterie.

  • On veut aussi un art social, on a pensé l'esthétique d'un objet pas cher, donc on fait rentrer l'art partout et on éduque les masses. L'utopie d'un art qui peut changer le monde.


Des points de divergence : l'esthétique.

Les revendiquations : un enseignement spécifique aux arts appliqués aux art appliqués et arts déco (cf Victor Gallan) ; l'ouverture de lieux spécifiques pour pouvoir regarder les oeuvres d'art déco.

Contraintes et ruptures dans la création.
Contraintes :

  • la notions de rentabilité arrive dans l'industrie : il faut dégager du bénéfice. Donc il faut que le créateur prenne en compte la notion de rentabilitéilité : objets faciles à faire, esthétiquements corrects et sur lesquels il y a le plus de marge possible. L'ouvrier fait des taches répétitives, il n'a plus son avis, il est juste executant.
    On décline les objets en série

  • La notion de goût : le but est de répondre au goût du consommateur : il faut faire attention à ce qu"on envie d'acheter les gens. Mais pour avoir droit au qualificatif "artistique" il faut correspondre aux attentes des politiques/artistes/ …

  • La notion de mode : renouvellement des objets et des gouts. L'industrie d'art est obligée de suivre les gouts, qui changent.D

  • Modèle unique et travail en série : pour un objet d'art, le but du jeu est de concilier la forme, la technique, le décors et l'utilisation. On fait des objets uniques, avec des techniques compliquées, et on les expose, pour satisfaire les critiques.

  • La question du créateur. Le créateur dans une industrie d'art, il est anonyme.


Emergence de nouvelles figures

Emile Gallé : à la fois un artiste et un industriel. Son père était tapissier du roi, lui hérite de ça, et travaille dan sle bois, la faïence et le verre. Il fabrique tout ces objets, il est à la tête d'une industrie; Il fait d'enormes recherches artistiques. Il veut connaître la nature avant de la dessiner. C'est un grand scientifique. Il met en avant l'interpretation, le travail de l'artiste.
Le grand problème est celui" 'art majeur et l'art mineur", peinture sculpture/art déco. Au lieu de prposer des objets, il reconstitue la place de travail du verrier à l'expo universelle de 1900. Il exige d'exposer dans la section beaux arts, ces vases sont quaziment de la sculpture.


  1. L'artiste décorateur indépendant

c'est l'équivalent du design (jusque 1945). C'est quelqu'un qui loue ces services. Il travaille pour ddes magasins détaillant.


  1. l'artiste décorateur attaché à l'entreprise.

Exemple de la manufacture Daum. Comencent par faire des bobèches, puis fabriquent des vases décorés. Ils embauchent un artiste décorateur, qui forme tous les décorateurs de l'entreprise et pense tous les objets. Il prend en compte la rentabilité, il fait les dessins sans étude, puis fait des croquis., puis fait le patron. Pour mettre des couleurs sur du verre, on utilise l'acide, rapide, facile et peu cher.
3) L'entreprise sans artiste

On utilise de "modèles pour industriels", à recopier et imprimer. Des photographies, dessins. On fait aussi des intreprétations.
La question de la hérarchie des arts
Académie : fondée en 1648, volontée d'un changement de statut., passage d'un art mécanique à un art libéral. Jean louis david "necessité de supprimer les Académies". En 1891 entrée des arts déco au salon du champ de mars. Octave Bause met en œuvre "la libre estéthétique" , une expo de ce qui se fait de mieux en pe inture, littérature, et arts déco. Pour la première fois, Octave Mause demande à Van de Velde de fabriquier une salla à manger.

Roger Marx se bat pour que les artistes décorateurs aient la même reconaissance que les artiste. Le salon de l'automne à pour but "de promouvoir et encourager toutes les formes d'art, sans hiérarchie entre art mineur et majeur.".
Gros titre : 1919 – 1939 Une nouvelle synergie art plastiques/art appliqué
Livre : Collage, l'invention des avants garde

L'avant garde russe par Jean Claude Marcade, par flammarion. Un livre sur le Bauhaus.

Il va y avoir une coupure stylistique et une continuité dans le travail. On à une continuité dans les problématique : accessibles au premier nombres, populaires, mais stylisés tout de même.
Les principaux reproches de l'art nouveau. Grasset critique le "tellement décoré", où l'objet est tellement décoré qu'il perd son utilité.

  • incohérence artistiques

  • incapacité à fédérer artiste et industriel

  • internationalisme

  • une rupture trop brutale avec la tradition

  • une trop grande hétérogénéité

Solution :

  • un art ordonnancement

  • une continuité passé présent (en particulier le style XVII)

  • se "soumettre à la discipline français.


La grosse rupture va être l'expo de 1925 "Exposition des Arts décoratifs et industriels modernes" On cherche à faire le rapprochement entre l'art et l'industrie.
L'expérience de la maison cubiste (1912).

le problème du cubisme : "considérer le tableau comme objet, non plus simulacre d'une réalité.

La volonté n'est plus de décalquer le réel, mais de peindre.

Saussure pour le signe, avec Roland Barthe.

Les éléments prennent du sens à l'intérieur du tableau, avec le cubisme.
Esthétiqye art déco : recherche des formes simples et structurées. Au salon d'automne de 1912, Villon Duchamp décide de faire une maison cubiste.
Constructuvisme international ; Allemagne, URSS

Les questionnements du collage.

On intègre des objets extérieurs à la peinture dans la peinture.

Le papier collé est une caractéristique formelle, il "vaut en soi". Problématique plasticienne, il ne porte pas de sens. Braque qui intègre le papier collé; Le cubisme hermétique est le mo!ment ou braque et Picasso font des tableau tellements compliqué qu'on ne comprend plus ce qu'il y a dedans. Donc ils utilisent du papier, faux bois, qu'ils collent, (Braque). Le papier permet de fabriquer beaucoup plus vite que la peinture. Le papier va permettre des effets que ela peinture n'autorise pas.

Le collage "sorte de huit clos dans lequel sont rassemblé des éléments détournées de leurs sens normaux et rassemblé de force.

Le collage est autant un comportement qu'un produit.

C'est très compliqué sémantiquement mais recherché au niveau picturale.
Le tableau objet est différent du tableau fenêtre. Une révolution du regard, cad une nouvelle expérience visuelle. Première fois en art ou le spectatuer doit faire une effort.
Le constructivisme est le début du design. Il est à l'origine des trucs en isme partout.
L'esthétique de la machine. La machine est cette idée que "on arriverais à faire mieux que ce que fait l'homme". Fernant Leger est fasciné par la puissance de la machine. Severini aussi, dans le futurisme italien. Voir "metropolis" de Frietzlan. Dans le manifeste futurisme "une automobile rugissante qui a l'air de courir sur de la mitraille est plus belle que la victoire de Samothrace." Ils pensent que l'art peut changer le monde.
Depuis le cubisme, plus de sens, plus de sémantique. On va travaille sur la relation entre les éléments. Cela va interesser le Bauhaus et les Vhutemas. Une idéologie : la promotion d'un nouvel espace, hétérog-ne et abstrait : l'espace cubisme. On dit de cet espace qu'il est simultané, polysémique et discontinu. IE il y a plusieurs natures de signes à l'intérieur, mais ils y sont en même temps, en en même temps c'est chaque fois fragmentaire.

Utopie plastique qui correspond à une utopie sociale.

Maquette pour une construction pour la 3eme internationale, Tatlin. La volonté de fabriquer la référence du nouvel espace. L'image des peintures et tout doit permettre de modeler ce nouvel espace humain.
Les principes de base.

La finalité de l'art n'est pas d'imiter la nature au sens de la refléter mais d"en dégager l'essence :

  • volonté de changer le monde par l'art

  • volonté d'expérimentation


L'avant garde russe rejette toutes les règles académiques et se permettent tout pour experimenter. On utilise des matéiraux nouveaux : bois, plexiglas, … c'est l'influence du cubisme. On fait un art révolutionnaire parque il n'a plus rien à voir avec l'art d'avant.
Malevitch fait dans le sans objet, il fait de la peinture pour faire de la peinture. Le but de Malévitch est de saisir l'essence du monde. """""un acte pur"""""" . Il essaye de saisir le rythme. Rodchentko dirige les constructiviste en 1921, plus matériel que le suprématisme. Il propose un autre type de travail que Malévitch.

"La réalité du matériau et de l'espace" est le plus important pour Rodchentko. Malévitch veut rendre compte d'un espace utopique, et Rodchentko affirme le jaune comme couleur jaune, …

Tatlin aussi travaille sur l'expérimentation de la forme, et imagine qu'il va changer le monde.
En novembre 21, passage à la production , "5*5=25" par Popova.

A partir de nov 21 les constructivistes russe décident de ne plus dépendre du ministère de la culture mais du ministère de l'industrie. Ils entrent dans le productivisme. Ils se définissent comme "ingénieurs de l'art" ou "artistes productivistes".
De nouvelles écoles Bauhaus et Vkhoutemas.
Emile Gallet essaye de rassembler tous les industriels à Nancy, tous ceux qui font comme lui, pour former l'"école de nancy". 'alliance provinciale des Industries d'art". Ils veulent donner une formation professionnelle des mtiers d'art et des cours de dessin, modelage, … On fait des écoles spécifiques pour les arts appliqués.
Walter Gropius est appelé en 1919 à diriger deux écoles d'art. Il les fait fusionner pour mettre en place l'école du Bauhaus. Le but : "former une corporation d'une nouvelle sorte, une corporation sans cette séparation de classe qui dresse un mur de dédain entre artisan et artiste".
Gropius : "se limiter à des formes et des couleurs élémentaires , authentiques et intelligibles par tous" cf Malevitch, Mondrian, Rodtchenko, Allons tous faire du lait ! Ça tombe bien j'avais envie de cacao clope.

"Créer des prototypes pour les objets de la vie quotidienne est une necessité sociale.".

Le Bauhaus oublie la production.
Deux périodes très fortes : expressionnistes, Johannes Itten, 1919 jusqu'en 1922 ; puis remplacé par Laslo Moholy Nagy, le constructivisme avec Vandoesburg. Il critique l'enseignement du Bauhaus.

En 1917, fondation de De Stijl, avec Mondrian et Vandoesburg. Avec comme precepts :

  • neutralité des éléments

  • ce qui compte c'est la mise en relation, l'interaction entre les éléments et la qualitée spatiale qi en découle.

  • Pas de sens, pas de symbolique.

Ils réalisent la maison Shroder Srader de Rietveld en 1923.
Voir le Vitra Museum.

Laszlo Moholy Nagy entraine un gros changement dans Bauhaus, ils travaillent plus sur l'objet et ses formes. Ce changement va se voir lors de l'exposition de 1923. La conférence Werkbund (union allemande pour l'œuvre) crée par Henry Van de Velde. Il réunit des artistes, des journalistes mus par la volonté de lier art, industrie et artisanat.

1914 : Van de Velde est pour la liberté de l'artiste, l'artiste et important comparé à l'industrie. Et Hermann Von Muthesius et pour une standardisation.

Bauhaus travaille pour proposer l'exposition de 1923 pour faire la maison. Elle à beaucoup de succès.

Gropuis fait une nouvelle pédagogie,

  • unité universelle : les forces opposées doivent être équilibrées

  • rien ne peut exister isolamment.

  • La volonté d'un nouveau rapport entre le travail et sa finalité.

Ils pensent l'architecture, en 1927 ils font un diplôme d'architecture. Lies Van Der Rohe. Les Nazis sont contres Bauhaus. Ils font une expo sur l'art dégénéré. .
Conclusion de Bauhaus. :

echec de l'aspect socdial de la créatin /production. L'ouvrier n'est jamais intégré dans le processus.

Paradoxe : c'est au Etats Unis que Gropuis voit le modèle du Bauhaus s'appliquer le plus facilement "parce que nul par ailleurs la méthode de travail à la chaîne n'était aussi fermement établie et que, par conséquent, nul part ailleurs n'existait à tel point le besion d'un guide pour donner une norme de qualité ) la production de masse.
Un nouveau rapport à l'architecture.

Amédée Ozenfant et Charles Edouard Jeanneret (le corbusier).
Le Purisme : défini dans la ravue : L'esprit Nouveau, dans le numéro 2. Manifeste du purisme :

1° esthétique générale qui s'attache à tous les modes d'expression

2° une volonté d'une perfection de pensée en termes d'évolution vers des standar ds de productoin.

3° volonté de trouver un langage platique universel par l'utilisation de formes géométriques simples.
Le corbusier est un grand admiratuer des arts déco
architecture moderne : pour comprendre : il y a deux possiblilités : la villas individuelle VS le logement sociale.

Villa individuelle : idée de l'art pour l'art, des richards se font construire des trucs énormes.

Logement collectif. Plein de contraintes. Oud à imaginé la cuisine intégrée.

Problématiques : lumière, espace, rapport extérieurs/intérieur, couleur.

Gropuis : "le problème du logement minimum consiste à définir le minimum d'espacde, d'air, de lumière et de chaleur, requis par l'homme pour développer pleinement ses donctions vitales, sans limites dues au logement même.

Mallet Steven : Demeur pour une famille nombreuse. Demeure pour une famille vivant en 1934 : air, lumière, sports, hygiène, confort, économie.

Le corbusier : la maison doit être construite en série comme une machine.
Le système domino : des piliers faits à l'usine, il n'y as plus besion que de monter.

De nouvelles écoles Bauhaus et Vkhoutemas.
Emile Gallet essaye de rassembler tous les industriels à Nancy, tous ceux qui font comme lui, pour former l'"école de nancy". 'alliance provinciale des Industries d'art". Ils veulent donner une formation professionnelle des mtiers d'art et des cours de dessin, modelage, … On fait des écoles spécifiques pour les arts appliqués.
Walter Gropius est appelé en 1919 à diriger deux écoles d'art. Il les fait fusionner pour mettre en place l'école du Bauhaus. Le but : "former une corporation d'une nouvelle sorte, une corporation sans cette séparation de classe qui dresse un mur de dédain entre artisan et artiste".
Gropius : "se limiter à des formes et des couleurs élémentaires , authentiques et intelligibles par tous" cf Malevitch, Mondrian, Rodtchenko, Allons tous faire du lait ! Ça tombe bien j'avais envie de cacao clope.

"Créer des prototypes pour les objets de la vie quotidienne est une necessité sociale.".

Le Bauhaus oublie la production.
Deux périodes très fortes : expressionnistes, Johannes Itten, 1919 jusqu'en 1922 ; puis remplacé par Laslo Moholy Nagy, le constructivisme avec Vandoesburg. Il critique l'enseignement du Bauhaus.

En 1917, fondation de De Stijl, avec Mondrian et Vandoesburg. Avec comme precepts :

  • neutralité des éléments

  • ce qui compte c'est la mise en relation, l'interaction entre les éléments et la qualitée spatiale qi en découle.

  • Pas de sens, pas de symbolique.

Ils réalisent la maison Shroder Srader de Rietveld en 1923.
Voir le Vitra Museum.

Laszlo Moholy Nagy entraine un gros changement dans Bauhaus, ils travaillent plus sur l'objet et ses formes. Ce changement va se voir lors de l'exposition de 1923. La conférence Werkbund (union allemande pour l'œuvre) crée par Henry Van de Velde. Il réunit des artistes, des journalistes mus par la volonté de lier art, industrie et artisanat.

1914 : Van de Velde est pour la liberté de l'artiste, l'artiste et important comparé à l'industrie. Et Hermann Von Muthesius et pour une standardisation.

Bauhaus travaille pour proposer l'exposition de 1923 pour faire la maison. Elle à beaucoup de succès.

Gropuis fait une nouvelle pédagogie,

  • unité universelle : les forces opposées doivent être équilibrées

  • rien ne peut exister isolamment.

  • La volonté d'un nouveau rapport entre le travail et sa finalité.

Ils pensent l'architecture, en 1927 ils font un diplôme d'architecture. Lies Van Der Rohe. Les Nazis sont contres Bauhaus. Ils font une expo sur l'art dégénéré. .
Conclusion de Bauhaus. :

echec de l'aspect socdial de la créatin /production. L'ouvrier n'est jamais intégré dans le processus.

Paradoxe : c'est au Etats Unis que Gropuis voit le modèle du Bauhaus s'appliquer le plus facilement "parce que nul par ailleurs la méthode de travail à la chaîne n'était aussi fermement établie et que, par conséquent, nul part ailleurs n'existait à tel point le besion d'un guide pour donner une norme de qualité ) la production de masse.
Vkhoutemas : se sont des écoles pour former des designeurs, et comme au Bauhaus les profs sont des artistes. C'est un "établissement d'enseignement artistique, technique et industriel dont l'objectif est de former des artistes hautement qualifiés appelés à travailler pour l'industrie." Rodtchenko, Popova.

Les cours sont sur le volume, la couleur, … … Mais les industries sont traditionnlistes et n'acceptent pas les projets, les dessins, les croquis => trop révolutionnaire

Ils fond tu photomontage. Raoul Hausmann et Anna Hoch en premier. Heartfield utilise le photomontage comme arme politique. Ils font un magasine : Pro Eto/Lef, et repensent le design graphique.

Prend fin avec Staline. Mais on fait des images modernes, pour la propagande russe.
Conclusion :

le bauhaus c'es : repenser l'envieronnement graĉe (et en particulier) au possiblilité de la machine. Idée d'une retard de l'art et de ses acteurs sur les possibilités offertes par la techniques moderne.

Vhkoutemas : construire un environnement nouveau qui préfigure un homme nouveau (l'homme socialiste).

similaire:

Bibliographie : stephan laurant : chronologie du design, chez flamarion iconVous serez surpris, d’un résultat total home design chez vous

Bibliographie : stephan laurant : chronologie du design, chez flamarion iconBibliographie : Modèle similaire reproduit dans :- paolo Antonelli...
«Carlton» à cinq niveaux de rangements en bois massif plaqué de matière plastique

Bibliographie : stephan laurant : chronologie du design, chez flamarion iconCommuniqué de presse
«German Design Award». Ce prix est octroyé à des produits au design unique et de haut niveau, novateurs sur la scène internationale...

Bibliographie : stephan laurant : chronologie du design, chez flamarion iconUne chronologie fondée sur les archives de l’artiste

Bibliographie : stephan laurant : chronologie du design, chez flamarion iconIl arrive quelquefois que l'on va chez un illustre marchand de plantes,...

Bibliographie : stephan laurant : chronologie du design, chez flamarion iconDocument 1 : (le design, L'ingenierie pedagogique et les modeles de conceptions pedagogique)
… IL m’apparaît que parler d’ingénierie pédagogique, c’est parler de design pédagogique… mais d’un design pédagogique intégrant de...

Bibliographie : stephan laurant : chronologie du design, chez flamarion iconLes intervenants de l’Université d’été
«Alchimie et voie intérieure» chez M. d’Orion et «Les forgerons de l’aura» chez jmg

Bibliographie : stephan laurant : chronologie du design, chez flamarion iconA gence net design
«Internet apporte un ‘plus’ à toutes les entreprises et le secteur de l’industrie représente un important potentiel de développement...

Bibliographie : stephan laurant : chronologie du design, chez flamarion iconSculpteo à l’avant-garde du Design 0
«the 3D printing Cloud Engine» révolutionne l’industrie du design et la manière dont des objets uniques et sur-mesure peuvent être...

Bibliographie : stephan laurant : chronologie du design, chez flamarion iconMétaphyse = cartilage de conjugaison qui assure croissance en longueur...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com