Des architecture fonctionnelles et d’autres émotionnelles








télécharger 28.42 Kb.
titreDes architecture fonctionnelles et d’autres émotionnelles
date de publication24.10.2016
taille28.42 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > documents > Documentos
L’architecture émotionnelle est un genre en soi


Ce texte tente de montrer au travers d'exemples tels que les thermes, saunas, architecture des villes d'eau, le Cours le Reine, les pavillons de thé japonais, etc... que l'architecture émotionnelle est un genre en soi et qu'elle n'est en rien inférieure à l'architecture fonctionnelle. C'est simplement une autre catégorique, ayant sa propre logique et ses règles de composition propres.
On ne compare pas

des pommes et des poires


ARCHI - FONCTIONNELLE et EMOTIONNELLE

CLASSIFICATIONS
Autant au théâtre il existait traditionnellement des genres : la comédie, la tragédie, la satire; autant je crois qu’il existe différentes natures d’architectures, et ce en fonction de leurs destinations.

Nous connaissons déjà celle fructueuse distinguant ″canard″ et ″hangar décoré″ proposée par Robert Venturi et Denise Scott-Brown, (1) qui permet de classer presque tous les bâtiments de l’histoire de l’architecture dans l’une de ces 2 catégories et établir ainsi une distinction que restera valable dans le futur: il y aura toujours des bâtiments qui exprimeront leur fonction en volume et d’autres, par une indication, un écriteau, un signe, un logo, quelques lettres.
Je crois qu’on peut distinguer également des architecture fonctionnelles et d’autres émotionnelles. La première étant la plus connue, la plus répandue, la plus enseignée, je m’étendrai pas sur celle-ci mais essayerai de dégager les caractéristiques inhérentes à la seconde.
Une classification dans laquelle l’une de ces archi n’est pas inférieure à l’autre, c’est simplement un autre but, une autre destination et les arguments de l’une ne sont pas applicables à l’autre.
Cerner la notion : (peut-être de manière un peu caricaturale) :

Dans l’architecture fonctionnelle, l’espace est au service d’un programme afin que celui-ci fonctionne ″mécaniquement″ le mieux possible, comme par ex une cuisine de restaurant où l’emplacement et la disposition des différentes surfaces de travail facilite au mieux les trajets ; où chaque chose est à sa place. L’efficacité, l’économie des gestes, la facilité des parcours, etc… sont au centre de la composition. C’est aussi l’esprit à la base du design (qui a évolué) et de l’ergonomie.
Dans l’architecture émotionnelle, la fonctionnalité joue très peu de rôle. L’exemple le plus emblématique est peut-être le sauna finlandais. Fonctionnellement, le programme se réduit en une ligne et à 4 composantes : un réchaud, des banquettes, des murs, le tout en bois.
Mais émotionnellement, c’est un des lieux les plus importants pour les Finlandais : endroit de détente, de relaxation, de coupure avec le monde des affaires, mais aussi lieu de rencontres, d’hygiène et de sociabilité, inséparable de la culture où traditionnellement on naissait et on mourait. C’est une archi plus à être qu’à faire.

AUTRES LIEUX
Historiquement, on pense déjà aux thermes antiques. A Rome, un des plus grands programmes construit a été les thermes de Caracalla : sur plus de 10 Ha, ce ne sont que bains publics et privés, nage, massage, exercices de gymnastique, etc… qui architecturalement se présentait avec ses piscines d’eau chaude : caldarium, des pièces tièdes avec piscines : tepidarium, des salles de sudation sèches, frigidarium : des pièces froides avec piscines.

Mais ce qui fait que ce lieu de pratique sociale quotidienne (il pouvait accueillir plus de 1600 personnes) soit plus que des aménagements fonctionnels, c’est son cadre de marbres multicolores et d’œuvres d’art, ses nombreuses sculptures isolées ou en niche, ses peintures et son environnement de salles de lectures, de concert, de jardins ombragés et des jeux de fontaines.

On devait être d’emblée saisi par la hauteur des voûtes, la dimension du frigidarium (58 x 24m), du caldarium (34 m de diam), par la décoration, impressionné par la richesse des mosaïques et des fresques. Comment justifier des voûtes comparables à celle du au hall de Grand Central Station à New York ou au vestibule de la gare de Milan.
Ce programme, s’est largement propagé : sous l’Empire, les termes se construisent dans de nombreuses villes et on en recense 70 à la fin du 1er siècle après J.C. et plus d’un millier 2 siècles plus tard. Ceux de Caracalla, inaugurés en 216 ap. J.C. fonctionneront jusqu’à l’invasion des Visigoths en 537.

Les Hammam entrent dans cette catégorie et en sont en quelle que sorte la version orientale. Les stations thermales, les architectures des villes d’eau du XIXè siècle, où tout travail est exclu et tout est au service du bien-être et de la détente des curistes. La décoration, la scénographie générale, les promenades sont conçues dans ce but. Le caractère même de l’architecture pleine de fantaisie, de Carlo Vivari, Vichy, Baden Baden, etc…
Plus récemment, un exemple emblématique sont les thermes de Vals de Peter Zumthor. ″pierres et eau″ comme le commente l’architecte. Baignant dans une lumière atténuée, ce ne sont que bassins à températures différentes, des salles de sudations et un solarium. Une architecture à prendre son temps, à demeurer immergé, des espaces pour se reposer, pour l’agrément, la détente dans une eau unique, curative et bénéfique pour le corps.

Ce qui en fait un lieu unique, qu’il soit si différent des autres termes possédant le même programme, c’est l’environnement, la présence physique forte, totale, particulière de la pierre

Zumthor dit sa redevance aux artistes d’Arte povera et à leur manière de lire les matériaux que je qualifierais d’affective. (2) La mise en œuvre particulière de la pierre Gneiss de Vals couvrant toutes les surfaces intérieures de ces termes donne une présence directe, caverneuse et étonnante qui en font la caractéristique de ce lieu remarquable.
Aujourd’hui, le wellness, la recherche du bien-être, a engendré de nouvelles attitudes architecturales. Les critères d’émotionnalité y sont prépondérants. Terrasses, belles vues, calme, éclairage doux, lignes ondulantes, ambiances sereines, … tout pour l’agrément, la quiétude et la sérénité.
Les belvédères, signifiant belle vue, pavillons d’observation, sont une construction qui n’a d’autre but que de contempler une vue s’étendant au loin.
Le musée juif de Libeskind à Berlin est à joindre dans cette catégorie d’architecture émotionnelle. Des couloirs de mise en condition, un patio extérieur aux sols et murs déstabilisants, un haut espace en béton anguleux et nu avec une seule fente de lumière tout en haut, une pièce au sol recouvert de figures plates en acier  qui crient lorsqu’on marche, cherchent à plonger le spectateur dans une certaine ambiance, le mettre dans un état d’esprit sensible et réceptif à l’holocauste. Le fonctionnel s’estompe au profit d’une scénographie émotionnelle.
Urbanisme émotionnel : Tout le monde a connu ces lieux en Italie ou en Espagne où en fin d’après-midi des familles déambulent, se promènent, sans autre but que de se balader, rencontrer les gens, croiser des regards, saluer d’autres familles, se montrer,…

La création du cours la reine n’avait pas d’autres buts : se croiser, se rencontrer, rien faire. Cette promenade, fermée aux extrémités par des grilles. "Conçue à l’origine pour des promenades d’apparat de la reine et de sa cour, il fut ouvert en fin de compte à toutes les personnes élégantes circulant dans des carrosses tirés par quatre chevaux, tout comme l’accès au jardin des Tuileries était autorisé aux promeneurs bien habillés. Les promenades mondaines remplissaient diverses fonctions. D’un point de vue pratique, on allait au cours pour rencontrer des gens importants, apprendre les dernières nouvelles et faire savoir que l’on était en ville. C’était aussi un endroit où se montrer pour le simple plaisir de voir et d’être vu. Le cours était également un haut lieu de la vie galante."

"Des promenades élégantes du genre de cours la reine, fréquentée par le beau monde à heures fixes, jouèrent un rôle important dans la vie sociale des grandes villes à partir de la fin du XVIIè siècle jusqu’au XIXè. Elles se distinguaient des allées et venues et avenues occupées à toutes heures par des gens de toutes conditions." (3)

Un programme émotionnel comparé à un fonctionnel.

J'ai vu la même chose sur la promenade des Anglais à Nice, ce même besoin

Tous ces lieux ont en commun cette pratique particulière de l'espace: s'y promener, ni trop vite, ni trop lentement, mais sans faire d'arrêt. Ce n'est ni se balader (marcher sans but), ni déambuler (idem). Cette pratique vieille de plusieurs siècles est la perpétuation vivante de l'ancien régime ?

Tous ces lieux où l'émotionnel est le principal et où par contre, tout le programme fonctionnel ne se réduit qu'à un seul verbe, bien particulier pour cette forme de mouvement: se promener.

En Asie, les pavillons de thé japonais sont à inclure dans cette catégorie. Espace réduit, où tout est porté à l’attention aux choses, aux objets, au moment présent, ″ici et maintenant″. On n’y fait rien d’autre que s’y réunir pour prendre le thé, ″enjoy the moment″ porter attention aux ustensiles, aux quelques éléments artistiques déposés.

L’entrée basse et étroite, oblige les participants à s’abaisser. A l’intérieur, la pièce comprend une alcôve, le tokonoma, dans laquelle sont déposés une calligraphie, une peinture ou un arrangement floral. Le foyer sert à faire bouillir l’eau et chauffer la pièce en hiver. J’ajouterais cet exemple décrit par Junishiro Tanisaki dans son ouvrage ″l’éloge de l’ombre″ : Un lieu d’aisance pensé fonctionnellement parlant et un autre pensé émotionnellement. Il y voit une "des expressions les plus abouties du raffinement japonais" (4)
J’aimerais terminer par un exemple d’architecture qu’on saisit avant tout comme émotionnelle à la simple lecture de ces extraits décrivant le Tsing Yi Yuan: palais d’été situé à Pékin: ″Devant les bâtiments il y a deux portes. En les franchissant on trouve à droite et à gauche deux arches. Entre les piliers il y a un pont de pierre qui franchit la Rivière de la Lune. Près du pont se trouvent les salles d’attentes officielles. A l’intérieur du palais on voit la salle d’Audience officielle avec des chambres d’audience au nord et au sud. Devant elles on voit l’Etang du Croissant ; au nord, la salle du travail, Tche Yuan; à l’ouest de celle-ci la salle de Musique, Yun K’in ; et le porche du Son de la Neige qui tombe. A gauche, le bâtiment à deux étages appelé Véritable Harmonie. Derrière la salle d’Audience officielle et à l’ouest se trouve la salle des Banquets ; au sud de celle-ci le pavillon de la Beauté du Soleil Couchant ; au nord, le porche de la Pure Loge. Derrière la salle des Banquets se dresse une arche, au-delà se trouve la maison des Belles Vues ; derrière celle-ci, le pavillon Nuageux et, au sud, la galerie du Nuage Vert. ″ Etc… etc… (5)

Rien qu’à la lecture des noms de lieux, on est d’emblée dans la problématique émotionnelle, on comprend que le poétique est au centre du propos. La composition tourne autour de ce thème.

Je repense à Jean Koning qui a donné un jour un programme d’architecture qui tenait en 1 ligne : ″sous les feuillages, je regarde couler la rivière″ On saisit que le but est de mettre l’individu plus en condition de rêverie, de songe, de méditation ou de réflexion qu’en fonctionnalité. C’est plus une archi d’être que de faire.
L’architecture religieuse n’est pas reprise ici. J’ai hésité, mais à la réflexion, j’ai voulu choisir seulement des architectures où le programme principal était la détente, la relaxation, se vider l’esprit, un détachement, la non action. Les édifices religieux, tout en étant lieux de méditation et de prière, sont aussi des lieux de cérémonie.
A toutes celles citées plus haut, il faut ajouter de manière complémentaire l’architecture spirituelle : méditative, contemplative, sereine. Un dojo zen, une chapelle en montagne, dégagent une impression de sérénité et mettent la personne dans un état de calme intérieur propice à l’introspection. Cette architecture, enseignée où ? Que peut-on formuler à son propos ? J’ai proposé dans mon texte ″l’avenir de l’archi″, un profil : la personne au centre de l’espace, la finalité du vécu

Quand on ne fait rien, qu’est ce que l’architecture peut apporter ?
Autant dans l’architecture fonctionnelle l’efficacité des circulations, la densité des échanges entre espaces sont les critères principaux qui guident le concepteur, autant dans l’architecture émotionnelle, la qualité des espaces, des vues, de la lumière ; la proportion des espaces, la fluidité des a un rôle majeur.

La place de la sensorialité y est, on l’a remarqué, prépondérante : entrant dans un sauna, on est surpris de la température inhabituellement élevée, des banquettes dures, du degré hygrométrique bas ; au musée juif de Berlin, la résonance de certains espaces. Tout en sachant bien sûr sais que comme dans le symbole du Ying et du yang, il y a toujours un peu de fonctionnel dans l’émotionnel et inversement, une partie de fonctionnel dans l’émotionnel.
A travers la relecture de ces quelques exemples, j’ai essayé de vous montrer que dans les architectures fonctionnelles et émotionnelles, les logiques mise en œuvre sont très différentes. Les critères de composition sont divergents, voire opposés. Ce qui peut paraître, voire être carrément gratuit dans le premier cas tient justement un rôle central dans le second. Souhaitons que cette distinction permette d’éclaircir la situation, rendre la critique et les jurys plus cohérents et éviter de profondes incompréhensions.


Notes

(1) Robert Venturi et Denise Scott Brown, "L'enseignement de Las Vegas", Pierre Mardaga, Bruxelles, 1978

(2) Peter Zumthor. "Thinking Architecture", Birkhaüser 2006, Basle

(3) Mark Girouard, ″des villes et des hommes″, Flammarion, Paris, 1987, pp. 186 et suiv.

(4) Junishiro Tanizaki , "l’éloge de l’ombre", Presses Orientales

(5) Osvald Sirén, ″Les palais impériaux de Pékin″, Librairie nationale d’art et d’histoire, G. Vanoest éd., Paris et Bruxelles, 1926, tome I, p. 58.

Marc Crunelle – novembre 2010

similaire:

Des architecture fonctionnelles et d’autres émotionnelles iconSynthèse des compétences fonctionnelles
«Winform» sous forme modulaire. Ceci facilite ainsi la création de tests unitaires (grâce au model mvp) et permet au reste de l’équipe...

Des architecture fonctionnelles et d’autres émotionnelles iconArchitecture de réseau et caractéristiques fonctionnelles des systèmes...
«Vue d'ensemble des Recommandations relatives au réseau de gestion des télécommu­nications»

Des architecture fonctionnelles et d’autres émotionnelles iconSynthèse des compétences fonctionnelles

Des architecture fonctionnelles et d’autres émotionnelles iconRechercher des images sur le même thème, d'autres époques, d'autres artistes
«jardin à la française»du XVII s qui domine et soumet la nature (rigueur des perspectives immenses = classicisme des jardins de Le...

Des architecture fonctionnelles et d’autres émotionnelles iconPropriétés fonctionnelles des principales familles de molécules du...

Des architecture fonctionnelles et d’autres émotionnelles iconSpécifications fonctionnelles 11

Des architecture fonctionnelles et d’autres émotionnelles iconCompétences fonctionnelles

Des architecture fonctionnelles et d’autres émotionnelles iconFonctionnelles et Techniques

Des architecture fonctionnelles et d’autres émotionnelles iconCompétences Fonctionnelles

Des architecture fonctionnelles et d’autres émotionnelles iconRapport de stage table des matières
«métier» et «fonctionnelles». L’offre Cegid, également disponible en mode «on demand» (SaaS), est adaptée aux entreprises et établissements...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com