Séances tout public Mardi 18 octobre 19h Mercredi 19 octobre 15h Dossier pédagogique








télécharger 91.42 Kb.
titreSéances tout public Mardi 18 octobre 19h Mercredi 19 octobre 15h Dossier pédagogique
page3/3
date de publication03.02.2018
taille91.42 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > documents > Documentos
1   2   3

LES ESPACES DU CIRQUE

Au-delà des valeurs éthiques, les circassiens d’aujourd’hui portent la plus vive attention à l’espace de représentation, quitte à l’inventer pour les besoins d’un spectacle. Or les architectures nouvelles qui surgissent sur les places de nos villes ont toutes l’amphithéâtre pour ancêtre commun. Dans l’Antiquité, ce vaste édifice ovale a une extrémité plus renflée que l’autre, où l’on installe une piste ronde pour les acrobaties équestres. Au centre de l’arène s’élève la spina, une longue muraille surélevée, garnie de statues et de colonnades, où prennent place les dignitaires de haut rang. D’abord bâti en bois, avec des talus en terre pour les gradins, le Circus Maximus, à Rome, est comme tant d’autres reconstruit en pierre. Au Moyen Âge, on parle plus volontiers du palc. Le terme désigne la représentation donnée en plein air par les banquistes sur un tapis de sol ou une piste, cernée d’une banquette. Parfois, une gardine (rideau) ou un portique, quand il s’agit de spectacles aériens, en délimite l’entrée. Afin d’éloigner les resquilleurs, certains artistes entourent les chaises ou les gradins d’un tour de toile fixé à des piquets. Avec l’éclosion du théâtre de foire, les acrobates et les danseurs de corde se produisent dans des baraques en bois (appelées jeux) démontables, facilitant la mobilité des forains et leur disparition éclair avant l’éventuelle arrivée d’huissiers. En complément d’une accroche visuelle en façade et d’écriteaux indiquant le titre du spectacle, les forains paradent sur des tréteaux ou sur un balcon situé au-dessus de l’entrée, pour attirer le badaud. On doit à Philip Astley la réutilisation comme aire de jeu d’une piste circulaire (en anglais, ride, le ring) de 13,50 mètres de diamètre (soit un périmètre de 41 mètres correspondant à quatorze galopades du cheval). Ce diamètre est défini par la longueur de la chambrière, le long fouet qui permet à l’écuyer, placé au centre, de toucher les chevaux pour régler leur allure. Il peut facilement y prendre son élan et sauter sur le dos de sa monture, la force centrifuge lui permettant de conserver son équilibre (en cas de chute, le voltigeur tombe vers le centre de la piste). L’édifice est en bois. Le bâtiment principal, servant d’accès au public, a trois niveaux de loges (gallery). À l’extérieur, cinq toiles peintes annoncent le programme de la journée. La piste à ciel ouvert est recouverte de sciure, afin de prévenir la boue en cas de pluie.
Ce sont les Américains Nathan et Seth B. Howes, assistés d’un ancien cordonnier, Aaron Turner, qui ont les premiers abrité leur spectacle sous une toile. Il est vrai que la tente, conçue avec un mât en bois, est alors, aux Etats-Unis, un mode d’habitat familier. Pour libérer la piste, on crée vers 1850 la tente américaine à deux mâts. D’autres modèles – multipliant les mâts – seront mis au point. Comme pour toutes les pistes en cercle, la visibilité est parfaite, supprimant les hiérarchies coutumières au théâtre. Au cirque, le spectateur est proche de l’artiste, séparé seulement de lui par une banquette, où le cheval peut poser ses membres antérieurs.
Aujourd’hui, l’espace n’est plus une donnée de lecture immédiate de la nature du spectacle. Les circassiens brisent le cercle, le réinventent ou s’en émancipent (Cirque Baroque, Que-Cir-Que, Cirque Ici, Si Peu-Cirque), voire y reviennent (Jérôme Thomas avec Cirque Lili). L’espace du cirque n’est pas codé par les habitudes du moment mais obéit à l’esthétique de la troupe ou du spectacle. Les Arts-Sauts créent leur bulle adaptée à l’aérien. Zingaro invente un théâtre équestre où le cercle est celui de l’arène. Branlo et Nigloo renouent avec l’univers forain et l’entresort, la brève forme foraine où l’on ne fait qu’entrer et sortir, parce que ce n’est pas du cirque (dans Coude à coude, les spectateurs montent par un escalier, voir le spectacle en haut, d’une passerelle surplombant la piste). Autant de propositions, autant d’écoles où l’artiste réapprend à jouer pour l’œil du spectateur, où rien n’est dissimulé.

Le public

On estime à 15 millions le nombre de Français qui seraient allés au cirque en 1997, date de la dernière enquête disponible ; c’est le cas de 13 % des Français âgés de 15 ans et plus.
Ce taux de fréquentation place le cirque parmi les sorties culturelles les plus répandues, juste après le théâtre qui attirait la même année 16 % des adultes. À peine 10 % des Français ne sont jamais allés au cirque. Sa fréquentation est, par ailleurs, en nette augmentation depuis la fin des années 1980 (2 millions de nouveaux spectateurs au cours de la dernière décennie). La composition sociodémographique de ce public est assez voisine de la structure de la population française, ce qui fait du cirque, pris globalement, la pratique culturelle la plus populaire, dans le sens où toutes les autres attirent des publics « marqués » (celui de la danse est féminin, celui du cinéma plutôt masculin, celui du théâtre très diplômé). Toutefois, les enfants sont surreprésentés au cirque (un spectateur sur deux a moins de 15 ans) et les adolescents sous-représentés.
Depuis une dizaine d’années, le profil du public évolue : les cadres sont plus nombreux, les ouvriers moins présents. Les enquêtes auprès des spectateurs de l’espace Chapiteaux de la Villette, à Paris, montrent que le public des « nouveaux cirques » se distingue nettement de celui des spectacles traditionnels.
Sur 100 spectateurs de l’espace Chapiteaux, au moins 80 ont le baccalauréat. Les femmes y sont surreprésentées (70 %), tandis que les enfants constituent moins de 20 % des spectateurs. La tendance est à « l’atomisation », chaque spectacle attirant un public au profil particulier.




DEVENIR ARTISTE DE CIRQUE

Jusqu’à l’ouverture des deux premières écoles de cirque en 1975 (l’École nationale du cirque Annie Fratellini et l’École au carré d’Alexis Gruss et Silvia Monfort), il fallait, pour devenir artiste de cirque en France, être né « enfant de la balle », ou apprendre le métier auprès d’un « père d’élève ». Il existe désormais environ 600 structures d’enseignement, accueillant quelque 10 000 licenciés de tous horizons. Ces établissements sont pour la plupart des ateliers d’initiation à une pratique acrobatique et des écoles « de loisir », comme celle de Nexon, dispensant des enseignements dans toutes les disciplines, à commencer par les trois « fondamentales » : la danse, l’acrobatie et le jeu d’acteur. Les adolescents intéressés par une carrière dans les arts du cirque tentent d’intégrer les grandes écoles (le Centre national des Arts du cirque, le CNAC, à Châlons-en-Champagne ou l’École Fratellini), après un cursus préparatoire (par exemple à l’école de Rosny-sous-Bois ou de Châtellerault – la seule à préparer à un baccalauréat option cirque). Chaque discipline présente des spécificités de parcours. La plupart des jongleurs professionnels travaillant en France sont issus du milieu des amateurs et font souvent leurs premières armes dans les festivals de rue. La formation des clowns passe fréquemment par les écoles de théâtre. Quant aux trapézistes volants, ils sortent pour beaucoup de l’école de trapèze de Jean Palacy. Néanmoins, il devient de plus en plus difficile pour tous de faire carrière dans les arts du cirque, sans avoir fréquenté une école de haut niveau.
Au CNAC, les étudiants doivent à la fois être polyvalents et virtuoses dans leur spécialité, savoir se mettre à la disposition de créateurs et être eux-mêmes en mesure de composer. Leur préparation les confronte fréquemment à des artistes de toutes disciplines (danse, musique, théâtre).
Les jeunes diplômés présentent souvent un numéro lors de festivals (par exemple au Festival mondial du cirque de demain à Paris, ou au Circa, le Festival du cirque actuel, rencontre annuelle des écoles de cirque, à Auch), dans l’espoir d’y remporter un prix et de rencontrer les professionnels qui s’y pressent. Le métier d’artiste de cirque est passionnant par les rencontres artistiques qu’il induit, et fort rémunérateur pour les virtuoses se produisant au music-hall ou dans les très grands cirques. Mais il reste difficile : les blessures sont monnaie courante, la course au cachet parfois épuisante, la carrière généralement courte. Beaucoup d’artistes doivent se contenter de contrats ponctuels, sur le marché de l’animation ou de « l’événementiel » (promotion d’une marque, inaugurations...). Si le statut d’intermittent du spectacle leur permet de vivre correctement, il ne leur garantit pas la reconnaissance artistique qu’ils sont en droit d’attendre. Cependant, c’est à la promotion du cirque comme art à part entière que vise la politique actuelle du ministère de la Culture : montrer que ses artistes, loin d’être de simples amuseurs publics, sont capables de créer des œuvres originales, parfois déroutantes pour leurs contemporains.




© SCÉRÉN - CNDP
Créé en septembre 2001  - Tous droits réservés. Limitation à l'usage non commercial, privé ou scolaire.





Bibliographie :

Une bibliographie autour des arts du cirque est disponible à la section jeunesse de la Médiathèque La Durance à Cavaillon.

Vidéos :

Vidéos disponibles à la médiathèque du CDDP de Vaucluse à Avignon :

Figures de cirque 1 : Circus Ronaldo/ Thierry Bouglione / Arts Sauts / Jérome Thomas / Didier Pasquette

Cros, Roland

CNDP (SNPAV)

Entre danse, théâtre et cirque, Jérome Thomas, chef de file d’une nouvelle génération de jongleurs, crée son propre univers et élève le jonglage au rang d’un des beaux arts.

2002

791.3 OUA

Figures de cirque 2 : Carmino d’Angelo / Alexi Gruss / Les Acrostiches / Nouveaux Clowns, Nouveaux Nez, Un chapiteau pour le Centaure

Ouanounou, Colette / Ouanounou, Colette / Cros, Roland

CNDP (SNPAV)

Patrick Bouchain, architecte, a conçu un chapiteau pour la troupe équestr du théâtre du Centaure à Marseille. Entre respect de la tradition et innovation, un nouveau chapiteau se construit sous nos yeux.

2002

791.3 OUA


En savoir plus : www.theatredecavaillon.com

-.-.-.-.-.-.-.-.-.-
1   2   3

similaire:

Séances tout public Mardi 18 octobre 19h Mercredi 19 octobre 15h Dossier pédagogique iconProgramme mardi 06 octobre 2015

Séances tout public Mardi 18 octobre 19h Mercredi 19 octobre 15h Dossier pédagogique iconMardi 11 octobre 2016 cm1/CM2

Séances tout public Mardi 18 octobre 19h Mercredi 19 octobre 15h Dossier pédagogique iconLes participants devront envoyer leur dossier au plus tard le Vendredi...
«Grands Prix simi immobilier Logistique» du 17 juin au Vendredi 7 octobre 2016

Séances tout public Mardi 18 octobre 19h Mercredi 19 octobre 15h Dossier pédagogique iconLes participants devront envoyer leur dossier au plus tard le Vendredi...
«Grands Prix simi immobilier Logistique» du 17 juin au Vendredi 7 octobre 2016

Séances tout public Mardi 18 octobre 19h Mercredi 19 octobre 15h Dossier pédagogique iconA la une de radio vatican mardi 25 octobre 2016

Séances tout public Mardi 18 octobre 19h Mercredi 19 octobre 15h Dossier pédagogique iconExpositions publiques : le Mardi 12 octobre de 11h 00 à 18h 00

Séances tout public Mardi 18 octobre 19h Mercredi 19 octobre 15h Dossier pédagogique iconAtelier confection de supports pour huiles essentielles Mardi 2 août...
«Initiation au décor sur faïence» avec Emilie collin de l’Atelier 1300°C. Mercredi 3 août de 15h à 16h30. Galerie Thermale. Chaque...

Séances tout public Mardi 18 octobre 19h Mercredi 19 octobre 15h Dossier pédagogique iconVente de livres anciens et modernes n°9 mardi 26 octobre 2010 à 14H00

Séances tout public Mardi 18 octobre 19h Mercredi 19 octobre 15h Dossier pédagogique iconLe journal d'octobre : changement de saison samedi 1er octobre :...

Séances tout public Mardi 18 octobre 19h Mercredi 19 octobre 15h Dossier pédagogique iconSociete immobiliere picarde
«sipimmo» Rubrique : Professionnel – Appel d’Offres en Cours, à compter du Mercredi 7 octobre 2015








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com