Adresse du siège social








télécharger 0.89 Mb.
titreAdresse du siège social
page2/14
date de publication03.02.2018
taille0.89 Mb.
typeAdresse
ar.21-bal.com > documents > Adresse
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   14

CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES




DESIGNATION D'UNE MARQUE
La désignation d'une marque est donnée pour la spécification des qualités. Il est bien entendu que le nom de marque n'impose pas la fourniture de cette dernière mais renseigne sur les caractéristiques techniques, le niveau de qualité du matériau ou appareillage demandé.
ESSAIS DE CONTROLE

Ces essais seront à la charge de l’entrepreneur, les échantillons correspondants seront fournis par l’entreprise. Dans le cas ou ces essais sont effectués par le maître d’ouvrage leurs frais seront imputés à l’entreprise.

Ils auront lieu en cours d’exécution des travaux, ils ont pour objet de vérifier que les matériaux approvisionnés par l’entrepreneur manifestent bien des qualités constantes et conformes à celles stipulées dans le CPS et suivant la cadence prescrite.

Dans le cas de refus de matériaux, ceux ci seront transportés en dehors du chantier par les soins et aux frais de l’entrepreneur dans un délai qui sera fixé par le Maître d’Ouvrage.

Faute par l’entrepreneur de se conformer à cette prescription il sera procédé d’office par le Maître d’Ouvrage aux frais, risque et périls de l’entrepreneur, sans qu’une mise en demeure préalable soit nécessaire, à l’évacuation de ces matériaux.

Le Maître d’Ouvrage se réserve le droit de déterminer les essais à effectuer ainsi que leur fréquence pour les différents corps de travaux.

Ces essais comportent aussi le contrôle de la bonne mise en oeuvre du matériels posés ainsi que la vérification des ouvrages terminés notamment l’électricité, la plomberie sanitaires, protection incendie et contrôle d’accès. L’Entrepreneur fournira des attestations de conformité de ces installations.
A/DESCRIPTIONS DES TRAVAUX A REALISER
Les travaux à réaliser, objet du présent marché, comprennent :

 Démolition et Dépose,

 Réfection des enduits, Revêtements, Faux plafond, Habillage, Menuiserie,

 Electricité, Plomberie, sanitaire, protection incendie, contrôle d’accès,

 Peinture, vitrerie.
Le présent chapitre a pour objet de définir les ouvrages à réaliser et les matériels et matériaux à mettre en oeuvre ainsi que les exigences fonctionnelles auxquelles ces ouvrages devront répondre et les prescriptions auxquelles l’exécution des travaux sera assujettie.
B/ MATERIAUX

Tous les matériaux utilisés devront répondre aux normes marocaines en vigueur et être de première qualité.

ARTICLE 1 – PROVENANCE DES MATERIAUX

Les matériaux destinés à l’exécution des travaux seront d’origine marocaine ; il ne sera fait appel aux matériaux d’origine étrangère qu’en cas d’impossibilité de les procurer sur le marché marocain. Les matériaux proviendront en principe des lieux d’extraction ou de production suivants :


DESIGNATIONS DES MATERIAUX

QUANTITE ET PROVENANCE

Sable
Gravette, pierres cassées


Tout venant
Ciment
Chaux grasse
Briques

Tuyaux de ciment, hourdis, éléments préfabriqués en ciment
Acier HLE FeE500
Granulats

Des meilleures carrières de la région
De concassage de calcaire dur des meilleures carrières agrées de la région, tamisées et lavées avant emploi ; la gravette de rivière est exclue pour le B.A.
Des meilleures carrières de la région
CPJ45-CPJ35, des usines de la région
Des fours à chaux de la région
Des usines de la région devant satisfaire aux prescriptions des articles 18 et 19 du D.G.A.
Des usines agrées
Des dépôts agréés devant satisfaire aux conditions de l’article 61 du D.G.A.
Des meilleures carrières de la région.


Aucune réclamation ne sera recevable concernant le prix de revient à pied d’œuvre de ces matériaux.

ARTICLE 2 – VERIFICATION DES MATERIAUX

L’entrepreneur devra prendre toutes dispositions utiles pour avoir sur son chantier la quantité de matériaux vérifiés et acceptés indispensable à la bonne marche des travaux et dont l’échantillonnage sera agrée par la maîtrise d’œuvre.

La demande de réception d’un matériel autre que les matériaux préfabriqués devront être faits au moins quatre jours avant son emploi. Pour les matériaux préfabriqués, ce délai sera d’un mois à pied d’œuvre.
ARTICLE 3 – TERRASSEMENTS GENERAUX

3.1 – Terrassements et fouilles pour ouvrages béton
a – Les terrassements et les fouilles d’ouvrage seront poussés jusqu’à la profondeur nécessaire définie et réceptionnée par le laboratoire.

b- Le fond de fouille doit être en mesure de supporter l’ouvrage. Si l’on se trouve inopinément en fond de fouille en présence d’un sol ne répondant pas aux caractéristiques exigées, il appartiendra au B.E.T. de prendre les mesures palliatives nécessaires.
c- Dans le cas de fouilles de profondeur exceptionnelle, la base des massifs de fondations reposera sur un remblai rapporté.

Dans tous les cas, les bétons de blocage ne seront tolérés qu’après accord du maître de l’ouvrage et du B.E.T.

d- si l’ouvrage est fondé sur la roche, celle-ci sera mise à nu, nettoyé et taillée à niveau ou en gradin.

e- Si les circonstances l’imposent, les fouilles seront convenablement étayées et boisées.

f- l’entrepreneur se protégera contre les venues d’eau en général par l’exécution de rigoles, puisards et autres dispositifs d’épuisement de puissance suffisante.

g- l’entrepreneur devra arrêter l’exécution des remblais dès que les conditions climatiques risquent de compromettre leur bonne tenue et ne les reprendra qu’après un délai suffisant (Gel-2°).

3.2 – Préparation de substratum pour les remblais mis en place par l’entrepreneur

a- le substratum devra tout d’abord être débarrassé de tous matériaux organiques, tels que mottes d’herbe, racines etc.…ainsi que des vases et terres fluentes.

b- le matériel utilisé pour le remblaiement devra posséder les caractéristiques ci-après.

  • Courbe granulométrique permettant le compactage (Fuseau TALBOT),

  • Equivalent de sable ES 75,

  • Indice de plasticité IP 10,

c- l’ensemble de substratum sera suffisamment et uniformément compacté pour éviter les tassements différentiels.

d- le niveau sera vérifié avant coulage du béton.

e- Lorsqu’un dallage devra être coulé sur une sous couche d’agrégats, celle-ci sera constituée par des produits de concassage du calibre 15-25.
3.3 – Contrôle des travaux
L’entrepreneur devra procéder aux essais suivants :
3.3.1 – Avant le commencement des travaux

  • Essai Proctor Standard des matériaux utilisés en remblai et du sol de fondation dans les zones des déblais. Il sera effectué autant d’essais que de nature de sol traversé.

  • Essai Proctor modifié du tout-venant d’Oued avec courbe d’étalonnage pour la correction « cailloux ».


3.3.2 – Au cours d’exécution des travaux

- Mesure de la compacité après compactage des remblais du sol, de la plate-forme et des matériaux d’assise.

Il sera effectué un contrôle de compactage suivant les indications du B.E.T.

Dans le cas où l’entrepreneur ne disposerait pas d’un laboratoire de chantier, les essais seront effectués à ses frais dans un laboratoire agrée par la maitrise d’oeuvre. Dans ce dernier cas, l’entrepreneur restera responsable des travaux qu’il exécutera entre la date d’envoi des échantillons au laboratoire et la transmission des résultats. La maitrise d’oeuvre pourra exiger la démolition des travaux exécutés pendant ce délai si les essais ne correspondent pas aux normes prescrites par le cahier des prescriptions spéciales ou les normes en vigueur.

Il est toutefois précisé que les essais Proctor seront obligatoirement exécutés par un Laboratoire agrée aux frais de l’entrepreneur. Les essais Proctor de tout-venant seront accompagnés d’une courbe d’étalonnage pour la correction cailloux.
ARTICLE 4 - COMPOSITION DES BETONS ET MORTIERS

4.1 – Tableau des bétons

Les bétons doivent satisfaire à la norme NM 10.1.008.

CLASSE DU BETON

DESIGNATION COURANTE DU BETON

CLASSE DU CIMENT

RESISTANCE CARACTERISTIQUE SUR CYLINDREF CK (MPA)

CLASSE B30

bétons de résistance mécanique élevée (éléments en béton armé fortement sollicités & éléments en béton précontraint.

CPJ45

DOSAGE 400KG/M3

30

CLASSE B25

bétons de résistance mécanique assez élevée (éléments des ouvrages en béton armé normalement sollicités).

CPJ45

DOSAGE 350KG/M3

25

CLASSE B20

bétons de résistance mécanique moyenne (éléments des ouvrages en béton armé faiblement sollicités, dallages et éléments sollicités en compression).

CPJ45

DOSAGE 300KG/M3

20

CLASSE B15

bétons de résistance mécanique peu élevée (éléments peu armés de petites dimensions, béton coulé en grande masse, gros massif de fondations et béton de remplissage)

CPJ35

DOSAGE 300KG/M3

15

CLASSE B10

bétons de résistance mécanique faible (éléments non armés, peu sollicités, béton de proproté)

CPJ35

DOSAGE 250KG/M3

10



4.2 – Tableau des mortiers


Désignation

Ciment CPJ45

Chaux

éteinte ou hydraulique


Sable

Grain

de

riz


Emploi

MORTIER N°1

450

-

500

500

Mortier de reprise de béton

MORTIER N°2

300

-

660

340

Hourdage de maçonnerie

MORTIER N°3

550
+ résine synthétique d’adhérence

-

-

1000

Mortier hydrofuge

MORTIER N°4

300

150

500

500

Corps de l'enduit bâtard

MORTIER N°5

350

-

1000

-

Couche de finition ciment (FINO)

MORTIER N°6

450

-

550

550

Corps de l'enduit de ciment

MORTIER N°7

225

200

1000

-

Couche de finition bâtard (FINO)

MORTIER N°8

300

-

1000

-

Enduit lisse, chape scellement, support de revêtement


La composition à retenir pour chaque classe de béton sera donnée par des essais de formulation et des essais de convenances faits par un laboratoire agréé aux frais de l’entreprise.

Le tableau des dosages indiqué à l’article ci-avant ne deviendra définitif qu’après acceptation de la maîtrise d’œuvre.

Cas du béton prêt à l’emploi

    • L'Entrepreneur peut utiliser des bétons prêts à l'emploi préparés en usine, sous réserve de l'accord du maître d'ouvrage et du respect des conditions suivantes:

      • Le béton prêt à l’emploi doit satisfaire aux exigences de la norme NM 10.1.011 ;

      • Le choix du béton doit être fait en fonction des exigences de l’ouvrage (résistance, environnement, etc.), des conditions de mise en œuvre et des conditions climatiques. La valeur de l’ouvrabilité du béton doit être celle définie par l’étude de formulation du béton correspondant ;

      • Dans tous les cas, l’Entrepreneur reste responsable de la conformité des bétons aux stipulations du CPS. Un bordereau accompagne chaque charge livrée et est tenu à la disposition du maître d’ouvrage ;

      • L’Entrepreneur donne toutes facilités utiles au contrôle extérieur pour effectuer les épreuves de contrôle de conformité. Celles-ci sont effectuées par lots ; le béton étant prélevé juste avant sa mise en place dans la partie d'ouvrage concernée.

    • le fournisseur accepte les essais effectués au titre du contrôle par l'Entrepreneur ou par le maître d'ouvrage.


ARTICLE 5 – PRESCRIPTIONS CONCERNANT LES MORTIERS ET BETONS

Tous les mortiers et bétons seront fabriqués mécaniquement.

L’étude de béton armé est effectuée par : le B.E.T

Le béton armé sera vibré et pervibré. La granulométrie et la quantité d’eau de gâchage seront déterminée à la suite d’une étude faite aux frais de l’entreprise par un laboratoire agrée et dont les résultats seront soumis à la maîtrise d’œuvre pour approbation.
ARTICLE 6 – EXECUTION DES OUVRAGES EN BETON

6.1 – Echafaudages

Les plans et calculs de résistance et de déformation des échafaudages devront avoir l’agrément de la maîtrise d’oeuvre.

Les étais devront permettre un décoffrage progressif.
6.2 – Coffrages

  1. Les formes et les dimensions de volumes limités par les coffrages sont conformes à celles indiquées sur les plans d’exécution. L’implantation et les niveaux de tous les ouvrages doivent être vérifiés par l’entrepreneur avant mise en place du béton.

  2. Les coffrages devront présenter une rigidité suffisante pour résister sans déformations aux charges et aux chocs qu’ils devront subir pendant l’exécution du travail jusqu’au décoffrage. Ils devront en outre être suffisamment étanches pour empêcher toute fuite de laitance.

  3. Les coffrages des parements devant rester brut de décoffrage seront soigneusement traités. Ils pourront être constitués soit par l’assemblage des panneaux métalliques standards, soit par panneaux en bois rabotés ou revêtus de contre-plaqué traité en huile de lin.

  4. Aucun décoffrage, ni enlèvement de supports de coffrage ne sera entrepris avant que le béton n’ait atteint une résistance suffisante. Les trous laissés dans le béton après décoffrage seront immédiatement et soigneusement traités dans les regles de l’art et les instructions de la maîtrise.


Les temps des décoffrages ci-après sont à maintenir pour les températures moyennes de 15°C (béton de ciment portland) :

  • Murs et surfaces verticales   : 2 jours minimum

  • Poteaux : 3 à 4 jours minimum

  • Joints des poutres et solives : 3 à 4 jours minimum

  • Etais des poutres : 21 jours minimum

  • Sous face des hourdis : 21 jours minimum


Si l’on peut craindre des surcharges de chantier, on augmentera les délais jusqu’à 30 jours pour les étais.

  1. On ajoutera aux délais précédents le nombre de jours pendant lesquels la température a été inférieure à + 5° C.

  2. Le délai de décoffrage variera avec la nature des aliments utilisés. A 15° C, les délais suivants seront adoptés pour les étais de poutres et sous faces des hourdis.


- Ciments de laitier : 28 à 30 jours

- Ciments de Portland : 21 jours

- Superciments : 7 à 10 jours

- Ciments fondus : 7 à 10 jours
N.B. – Les temps de décoffrage sont donnés à titre indicatif.
6.3 – façonnage et arrimage des armatures

Les armatures auront les formes prescrites et occuperont les emplacements prévus sur les plans d’exécution.

Les écarts tolérés dans la position de chaque armature ne dépasseront pas la moitié de son diamètre sans être en aucun cas supérieur à 6mm.
6.4 – Granulats

Les granulats seront stockés sur les aires spécialement aménagées. En outre, les catégories seront séparées par des cloisons pleines.

Les accès aux aires de stockage seront conçus pour empêcher les engins de livraison ou de manutention de souiller le sol des aires et les granulats.
6.5 - Ciment

Le ciment C.P.J. sera stocké conformément aux dispositions de la réglementation en vigueur et doit avoir une contenance totale correspondant à 2 jours de bétonnage. Toutes dispositions seront prises pour que l’alimentation du chantier pendant le coulage des planchers soit normalement assurée.
6.6 – Fabrication des bétons

a- Les bétons seront fabriqués mécaniquement avec de l’eau douce immédiatement avant leur emploi. La composition des bétons sera affichée en permanence sur la bétonnière.

Le dosage des constituants sera fait dans les proportions indiquées. Tolérance admise 3 % en poids.

Tous les matériaux entrant dans la confection d’une gâchée seront malaxés pendant un minimum d’une minute et demie, la cuve tournant à la vitesse pour laquelle elle a été prévue. Pour les gâchées de plus de 0,750 m3. La durée de malaxage sera augmentée d’une demi-minute par 0,750m3.

b- Le béton sera transporté au point d’utilisation par des procédés permettant d’éviter toute ségrégation des éléments et tout commencement de prise avant la mise en œuvre.
6.7 – Mise en œuvre des bétons

  1. La mise en œuvre du béton devra lui conserver toute son homogénéité et ne permettra aucune ségrégation.

  2. Les parties de béton non mises en place dans la demi-heure qui suivra la fabrication, seront aussitôt rebutées et transportées en dehors du chantier par les soins et aux frais de l’entrepreneur.

  3. Avant coulage, les surfaces de reprises éventuelles seront nettoyées et repiquées sur 1 cm. Pour faire saillir les graviers, toute trace de laitance sera éliminée. L’ancien béton sera mouillé aussi longtemps pour qu’il soit bien imbibé avant d’être mis en contact avec le béton frais. Il est indispensable que l’entrepreneur puisse prévoir toutes les reprises pour placer les aciers de couture. L’emploi de barbotine de ciment sera prescrit.


En revanche, le dosage de la première couche de béton en contact avec la surface de reprise sera augmenté et le diamètre des gros grains utilisés sera diminué.


  1. Pour les parties qui devront être coulées sans reprise de bétonnage toutes les dispositions devront être prises (travail à trois postes) pour qu’une fois le bétonnage commencé, il soit poursuivi sans arrêt jusqu’à la terminaison du coulage.

  2. Le béton sera vibré soit par vibration superficielle dalles et semelles par couches de 0,15 m d’épaisseur de telle sorte que l’eau de gâchage reflue à la surface, soit à l’aide de pervibrateurs introduits dans la masse même du béton. En outre, pour les ouvrages dont les parements sont destinés à rester bruts de coffrage après terminaison, une vibration des coffrages sera recommandée.


Les appareils vibreurs seront de type et de la dimension adaptée aux ouvrages à vibrer, la vibration sera effectuée en fréquence élevée pour avoir le serrage maximum sans qu’apparaisse la ségrégation.

  • 8.000 pulsations à la minute pour les appareils de pervibrations ou les vibroplats.




  • 3.000 pulsations à la minute pour les appareils de vibration de coffrage.

Le béton devra être plein et en contact parfait avec les parois des coffrages et les armatures sur toute leur surface.

  1. En temps de gelée, le bétonnage sera interrompu à défaut de la possibilité de prévenir les effets nuisibles du froid. Des précautions spéciales devront être prises pour assurer la prise et le durcissement du béton dans des conditions qui ne nuisent pas à sa qualité.

Lorsque la moyenne des températures extrêmes de la journée s’abaissera à + 5°C, le bétonnage sera interrompu à moins que l’entrepreneur ne dispose de moyens efficaces (incorporation d’adjuvants, eau de gâchage chauffée à 40° C, protection des parois par des matériaux isolants techniques.

Toutes les parties du béton qui auront été endommagés par l’action du gel seront démolies et reconstruites aux frais de l’entrepreneur.

  1. Le béton fraîchement coulé sera protégé contre toute possibilité d’endommagement, si besoin est, il sera protégé par des bâches.

  2. Le béton sera tenu à l’abri de la pluie et du soleil jusqu’à ce qu’il ait suffisamment durci, l’humidité nécessaire pour en assurer la prise dans de bonnes conditions y sera entretenue quinze jours au moins après exécution pour des ouvrages devant être construits dans des régions au climat particulièrement sec et ensoleillé.

  3. Les agrégats, l’eau, les armatures, les coffrages et le sol sous les semelles devront être exempts de givre et de glace au moment où s’effectue la coulée.

  4. La mise en place du béton immergé pourra se réaliser à condition que la température de l’eau soit supérieure ou égale à + 7°C.

  5. Après la mise en place des appareils, les manchons ou trous de boulons seront remplis au béton de gravillon et les espaces réservés au réglage seront bourrés au mortier de ciment.


6.8 – Réception des ferraillages

Avant toutes opérations de bétonnage, un procès verbal de réception des armatures sera établi par la maîtrise d’oeuvre.
6.9- Essais de laboratoire

6.9.1 – Essais de granulométrie des agrégats et sables – essais d’équivalence des sables
Les sables et les agrégats employés devront être conformes aux normes prescrites par le DGA.

Toutefois, dès l’ouverture du chantier, l’entreprise adjudicataire du présent lot devra obligatoirement demander à un laboratoire agrée de procéder aux essais de granulométrie des agrégats et sables qu’il se propose d’employer.

Seule l’utilisation des agrégats concassés est autorisée.

Pour les sables, le pourcentage en éléments de 0 < 0,80 sera maximum de 4%. L’essai d’équivalence de sable sera supérieur à 75%.

La constance des caractéristiques granulométriques des sables et agrégats approvisionnés est exigée.

Les frais des essais sont à la charge de l’entrepreneur.
6.9.2 – Essais préalables
Chaque type de béton proposé fera l’objet d’essais par le laboratoire et aux frais de l’entrepreneur.

Les résultats de ces essais seront consignés dans des procès verbaux qui comporteront les renseignements suivants :

  • Nature du granulat et carrière d’origine pour chacun d’eux,

  • Granulométrie- granulat,

  • Coefficient DEVAL des pierres à partir desquelles sera fabriqué le granulat,

  • Caractéristiques du ciment (en référence à la norme N.M, 10.01F004) et usine d’origine,

  • Résultats d’analyse de l’eau dont l’emploi est prévu,

  • Composition du béton (granulat, ciment, eau),

  • Nature, marque, dosage des adjuvants éventuellement proposés avec copies obligatoires de l’agrément CSTB,

  • Résultats des essais à la compression à la traction à 7 et 28 jours sur 18 éprouvettes au total,

  • Résultats des trois essais dits « slump test» de référence exécutée sur le béton ayant servi à constituer les éprouvettes,

  • Temps de malaxage préconisé pour le béton proposé.

Il sera également joint des échantillons des granulats proposés. Leur grosseur et leur nature devront tenir compte de l’aspect ou parement fini obtenu après décoffrage.

Enfin, l’entrepreneur devra fournir d’une façon détaillée pour chaque partie d’ouvrage le type de béton qu’il propose d’employer. Il devra en être fait mention d’une façon claire sur les plans d’exécution fournis par l’entrepreneur à l’agrément du B.E.T.
6.9.3 – Essais de contrôle

Au cours du chantier, l’entrepreneur sera tenu d’utiliser des matériaux ayant les mêmes qualités et les mêmes dosages. Au cas où pour des raisons diverses, l’entrepreneur serait amené à modifier l’origine de ses matériaux, il serait tenu d’effectuer une nouvelle série d’essais identiques à ceux décrits à l’article 6.9.2 pour justifier les caractéristiques des nouveaux types de béton proposés.

L’entrepreneur devra toujours pouvoir fournir la preuve de l’origine de matériaux approvisionnés et de leur qualité.

Des essais de résistance seront exécutés régulièrement en cours de chantier pour chaque type de béton pour chaque plate-forme et tous les 40 m3 mis en œuvre il pourra être exécuté un prélèvement pour essais de contrôle.

Ces essais, conduits suivant les normes en vigueur et sous la vérification du laboratoire, porteront sur la détermination des résistances à la compression sur cylindre à 7 et 28 jours sur 9 éprouvettes au sol par essai.

Les prélèvements seront exécutés inopinément à la demande de la maîtrise d’oeuvre dans la limite de fréquence fixée plus haut, cette fréquence étant une fréquence moyenne.

La fourniture des moules pour éprouvettes et du béton ainsi que le transport et les frais de laboratoire, sont à la charge de l’entrepreneur.

Au cas où, les caractéristiques résultant les essais de contrôle seraient inférieurs au caractéristique exigible, la maîtrise d’oeuvre décidera du sort des ouvrages défectueux. Les mesures imposées pourront aller jusqu’à la destruction et la reconstruction de ces ouvrages.
ARTICLE 7 – OUVRAGES ET PRESCRIPTIONS DIVERS

7.1 – Rocher

Sera considéré comme rocher uniquement au terrain définie par le laboratoire et nécessitant l’emploi obligatoirement de compresseur ou d’explosif

L’entrepreneur ne devra engager des travaux de terrassement en rocher qu’après constat par la maitrise d’œuvre de la nature rocheuse du sol. Une prise d’attachement contradictoire est obligatoire.
7.2 – Tuyaux d’assainissement

Les tuyaux seront en ciment vibre de provenance d’une usine agréée.

Les génératrices seront rectilignes. L’épaisseur régulière la longueur d’une pièce ne dépassera pas 2,5 m.

Les essais d’étanchéité seront effectués à une pression de 1 bar.

La pose sera assurée sur couche de sable et cailloux, avec empochements à l’endroit des collets.

L’alignement sera assuré sans ressaut.

Les joints seront comblés au mortier spécial sable-ciment par mortier.

Un écouvillon sera passé à l’intérieur pour éviter toute balèvre les branchements et dérivations seront assurés à au moins 75°, et déborderont sur les faces des regards.

Aux traversées des chaussées les tuyaux seront enrobés de béton + 50 cm au delà des bordures.
7.3 – Murs en agglomérés de béton

Ils seront exécutés conformément au D.T.U.- 20.11. Une période égale ou supérieure à 28 jours devra séparer leur fabrication de leurs mises en œuvre.

Il ne sera pas toléré de fabrication artisanale sur chantier, une confection industrielle sur chantier peut être éventuellement acceptée après accord de la maîtrise d’œuvre sur les moyens utilisés.

Les blocs agglomérés de béton pour murs porteurs seront soumis à essais et agrées par le bureau de contrôle.

Les blocs porteurs devront résister à une compression égale ou supérieure à 80 bars. Leur densité réelle sera d’au moins 2.200 kg/m3. Les blocs non porteurs devront résister à une compression égale ou supérieure à 40 bars.

La maçonnerie devra être montée par assises réglées à joints croisés avec recouvrement entre assises d’eau moins 10 cm.

Les joints verticaux et horizontaux auront une épaisseur régulière de 15 à 20 mm.

Le mortier devra garnir toute la surface des joints.
7.4 – Cloisons en brique

Elles seront réalisées en briques creuses et humidifiées avant mise en œuvre par trempage.

Le montage sera assuré à bains soufflant de mortier par assises à joint croisé, le recouvrement étant de 0,05 au moins. Les joints étant d’une épaisseur régulière de 10 à 20 mm.

La taille se fera obligatoirement par sciage.

Les saignées seront effectuées mécaniquement.
7.5 – Enduits

Les supports seront nets, propres, exempts de poussières, balèvres, etc…et présenteront une rugosité suffisante pour un bon accrochage. Les joints de maçonnerie seront brossés et si nécessaires piqués.

Les supports seront humidifiés à refus, en plusieurs fois, à un quart d’heure d’intervalle, puis réessayés au moment de la pose.

La couche de finition sera exécutée après prise, mais avant séchage de la couche de dégrossissage.

Les couches de finition seront parfaitement dressées (tolérance 0,25cm, sur 2 mètres). Un grillage « spécial enduit » sera interposé à tout changement de nature de support (15 cm de part et d’autre de la séparation), fixé par gobetage.

Joint creux au fer raccordement avec le revêtement de sol.
7.6 – Raccords et ajustement

L’entrepreneur doit, et cela sans supplément, tous les raccords nécessaires au droit de tous les percements, trous et scellements y compris toutes fournitures et façons, toutes coupes et sciottages prévus, angles d’équerre saillants et rentrants ajustés par recouvrements.

7.7 – Choix des matériaux

Les matériaux mis en œuvre seront de 1ère qualité.
8 – Etanchéité

8.1 : Nature des travaux

Les travaux faisant l’objet du présent chapitre comprennent tous les travaux entièrement terminés, exécutés suivant les règles de l’art, les prescriptions techniques décrites dans le présent chapitre et la description des ouvrages au chapitre respectif.

8.2 : Provenance des matériaux

Les matériaux proviendront, en principe, des lieux d’extraction ou de production suivants :


DESIGNATION DES MATERIAUX

QUALITE ET PROVENANCE

- Sable

Carrière de la région

- Ciment Artificiel classe CPJ 35 ou 45 livré obligatoirement en sacs de papier 50 kg

Usines de ciment du Maroc

- Bitume

Pur oxydé 90/40 des dépôts du Maroc

- Feutre

Surfacé type 36 S, Hyréne 25 des dépôts du Maroc


Par le fait, même du dépôt de son offre, l’entrepreneur est réputé connaître les ressources des carrières, usines ou dépôts indiqués ci-dessus ainsi que leurs conditions d’accès et d’exploitation.

Aucune réclamation ne devra présenter à toute réquisition. Les certificats et attestations prouvant l’origine de la qualité des matériaux. Tous ces matériaux seront de 1ère qualité et répondront aux prescriptions du Cahier de Description des Ouvrages du D.G.A et D.T.U.
8.3 : Vérification des matériaux

L’entrepreneur devra prendre toutes dispositions utiles pour avoir sur son chantier la quantité de matériaux vérifiés et acceptés, indispensable à la bonne marche des travaux et dont l’échantillonnage aura agrée par la Maîtrise d’œuvre (B.E.T et architecte).

Tous matériaux ou matériels refusés seront évacués du chantier dans un délai de 24 heures.
8.4 : Essais d’étanchéité

Indépendamment des essais qu’il pourra juger nécessaires, la Maîtrise d’œuvre (BET et architecte) pourra prescrire des prélèvements destinés à effectuer des essais de laboratoire pour le contrôle des quantités, résistance, souplesse, etc…prévus au titre II, chapitre VII du D.G.A.
A cet effet, en présence de l’entrepreneur, on découpera dans le revêtement d’étanchéité des échantillons de 0,30 m de longueur sur 0,15 à 0,20 de largeur. Les prélèvements devront être effectués ou plus tard le jour de la terminaison des travaux d’étanchéité proprement dits, et en tous cas avant l’exécution de la protection.

Les prélèvements à la charge de l’entrepreneur seront limités à un échantillon par terrasse d’une superficie inférieure à 500 m², deux échantillons par terrasse d’une superficie comprise entre 500 et 1.000 m² et ainsi de suite. Le rebouchage sera effectué immédiatement.
Les frais de prélèvement, d’essais et de rebouchage seront entièrement à la charge de l’entrepreneur, dans les limites fixées ci-dessus.
9- Electricité

a/ L’entrepreneur devra réaliser l’équilibrage correct des phases. Des mesures seront prises et les réajustements nécessaires seront à la charge de l’entrepreneur.

b/ Le procès -verbal de réception technique de l’installation dressé par R.E.D .devra être remis par l’entrepreneur à l’architecte en double exemplaire pour être joint au dossier de réception provisoire.

c/ Le cas échéant, l’entrepreneur devra établir les demandes d’abonnement, s procurer et remplir les formulaires nécessaires, les soumettre à la Fondation pour accord et signature et les transmettre aux services intéressés.

Le câble armé pour l’alimentation générale des nouvelles constructions sera sous buses ciment 100 et comprendra les fouilles en rigoles de 0,80 de profondeur en tous terrains , la fourniture et pose de buses sur lit de sable avec joint au mortier de ciment avec grillage de signalisation, les remblais en terre tamisée et évacuation des déblais excédentaires aux D.P , les boites de raccordement aux bornes de regards simples en agglomérés de 0,15 et toutes sujétions de mise en place du câble , y compris sortie sous tube acier encastré à l’arrivée.

Les câbles de liaison du bâtiment seront sous tube acier encastré compris toutes saignées, rebouchage de diamètre approprié, il pourra être demandé éventuellement de remplacer le tube par du type plastique, type Dim orange ou similaire sans plus value.

Les épissures sont rigoureusement interdites, seuls les serre-fils sont autorisés pour liaisons du câblage électrique.

L’appareillage sera du type à grilles de serrage sur boite ronde en plastique à encastrer, avec plaquette et recouvrement en matière coulée, les hublots étanches seront en fonte et protégés par un grillage métallique, galvanisé démontable.

Les fusibles seront soigneusement calibrés et repérés par étiquettes, pour protection des foyers et des prises.

L’installation après son achèvement fera l’objet des essais d’électricité.

Avant réception des travaux l’entreprise devra fournir des plans de recollement des travaux réalisés.
10-Plomberie sanitaire et protection incendie

PROVENANCE - QUALITE ET PREPARATION DES MATERIAUX :

Les matériaux seront de production marocaine, il ne sera fait appel aux matériaux d’origine étrangère qu’en cas d’impossibilité de se les procurer sur le marché marocain.

Tous les matériaux et appareils seront de première qualité, l’Entrepreneur sera tenu de faire connaître leur origine et soumettre à l’approbation de maitre d’ouvrage les échantillons qui Leur seront demandés. Les appareils sanitaires ont été choisis avec référence du modèle demandé, l’entreprise devra préciser à l’appui de son offre la marque et la référence du modèle proposé qui devra être qualité similaire et de valeur égale.

Par le fait même du dépôt de son offre, l’entrepreneur sera réputé connaître les ressources des fournisseurs et aucune réclamation concernant le prix de revient à pied d’œuvre des matériaux ne sera recevable à aucun moment.

Les prix proposés pour chaque catégorie d’ouvrage comprendront, sauf stipulations contraires, la fourniture de tous les matériaux nécessaires à la parfaite exécution des travaux, même si certains d’entre eux ne sont pas explicitement mentionnés, la fourniture de la main d’œuvre qualifiée et l’acceptation de toutes les sujétions de transport, échafaudages, percements , scellements fourreaux, délais aux décharges publiques etc ... imposées par l’état des lieux et la nature des ouvrages.
Aucun trou, percement, saignée, ne devront être exécutés dans l’ossature porteuse en béton.

Les scellements dans le béton seront obligatoirement exécutés au pistot SPIT sans plus-value.

La protection antirouille des pièces aux métaux ferreux et la peinture générale des tuyauteries et installations.

Les saignés au niveau mural pour le passage des différentes canalisations.

L’entrepreneur s’assurera que les ouvertures, trémies, gaines caniveaux sont adoptés au passage et à la visite des canalisations et appareillage, il signalera à au maitre d’ouvrage les mises au point qui pourraient être nécessaires, les dispositions à prendre pour l’amenée à pied de ses matériels lourds les dispositions du devis descriptif qui pourraient ne pas être admises par le distributeur, faute de quoi, il devra prendre en charge tous les frais résultant des modifications imposées.

L’installation, après son achèvement fera l’objet des essais d’étanchéité et de circulation des eaux.

Avant réception des travaux l’entreprise devra fournir des plans de recollement des travaux réalisés.
11-Peinture - Vitrerie

a/ Avant tout commencement d’ouvrage et en vu d’une exécution parfaite des peintures, l’entrepreneur devra reprendre tous raccords et imperfections tels que enduits mal exécutés et cloqués, plinthes décollées, mauvais scellements, menuiseries mal ajustées resteraient à la charge de l’entrepreneur.

b/ Les ouvrages de peinture comprendront obligatoirement les phases suivantes :

* Apprêt, nettoyage des fonds, rebouchage impression, enduit général etc...

* Brûlage des nœuds et isolation par gomme laque pour menuiserie bois, dérouillage à la brosse métallique et application d’antirouille pour les ferronneries.

* Application de la 1ère couche de peinture.

* Application de la 2ème couche de peinture après séchage parfait de la 1ère couche.

* Application éventuelle de couche supplémentaires jusqu’à l’obtention des résultats finaux exigés par le maitre d’ouvrage.

La vitrerie sera exempte de bulles et ondulations, elle sera posée à double bain de mastic sous par closes en bois ou métalliques vissés, sans plus-value pour leur dépose et repose en feuillure et comprendra toutes sujétions de coupes et chutes.

c/ Avant commencement des travaux de peinture et badigeon, tous les sols devront être protégés de manière efficace afin de ne pas être tachés. Les démolitions et les reprises qui découleraient de l’absence de protection et d’insuffisance de précaution au moment de l’exécution des peintures seront à la charge de l’Entrepreneur.

d/ Le nettoyage final des locaux incombe à l’entreprise, il devra être effectué de façon parfaite, les sols en mosaïque, les plinthes etc... Devront être lessivés au savon noir (emploi d’esprit de sel étant interdit), le fonctionnement des serrures des portes ainsi que toutes les autres quincailleries sera vérifié.

Les vitrages seront nettoyés avant remise, et les verres éventuellement cassés seront remplacés.

La réception provisoire sera refusée à l’entreprise tant que la propreté effective du chantier n’aura pas été constatée.
12 : Voirie-assainissement
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   14

similaire:

Adresse du siège social iconAdresse du siège social Adresse des succursales

Adresse du siège social iconAdresse du siège social Adresse des succursales

Adresse du siège social iconAdresse du siege social

Adresse du siège social iconAdresse du siege social

Adresse du siège social iconAdresse du siège social

Adresse du siège social iconAdresse du siège social : Date de fondation Jour

Adresse du siège social iconAdresse du siège social : 10 rue de la gare, 79004 Niort Cedex

Adresse du siège social icon3. Adresse du siège social ainsi que toutes celles de vos bureaux et succursales :  

Adresse du siège social iconAdresse du siège social Adresse des succursales
«supervision technique» ne vise pas à étendre aux activités de supervision qui par une forme traditionnelle de contrat serait la...

Adresse du siège social iconAdresse du siège social de la société
«Maître d’ouvrage» sis à: 65 Rue Tensift Agdal Rabat, représenté par son Directeur








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com