Veille media








télécharger 379.79 Kb.
titreVeille media
page6/19
date de publication04.02.2018
taille379.79 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > documents > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   19

TURQUIE


La justice turque jette en prison de nombreux «enfants terroristes»
DROITS DE L’HOMME | La répression s’accentue contre la génération de «l’intifada kurde». Des mineurs sont condamnés à de très lourdes peines.

GABRIELLE DANZAS/DIYARBAKIR | 17.02.2010 | 00:01

Depuis la prison de Diyarbakir, dans l’est de la Turquie, Berivan envoie de longues lettres à sa mère sur du papier coloré de fleurs roses, dans une écriture enfantine: «Tu me manques tellement maman, essaie de me sortir de ces quatre murs.»

L’adolescente de 15 ans a été condamnée fin janvier par une cour criminelle spéciale à 7 ans et 9 mois de prison pour «crimes commis au nom d’une organisation illégale», «manifestations hors-la-loi» et «actes de propagande pour une organisation illégale. La jeune Kurde avait été arrêtée en octobre à Batman, une ville voisine, au cours d’un rassemblement de soutien à la guérilla du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan), classée terroriste par la Turquie et l’Union européenne.

A son procès, elle a nié avoir jeté des pierres contre les forces de l’ordre. «Ma fille se rendait chez son oncle. En descendant du bus, elle est allée voir par curiosité le rassemblement, rien de plus», s’insurge Meryem, sa mère, assise sur un coussin dans le salon dépourvu de chauffage. «Elle est traitée comme la pire des criminelles», ajoute-t-elle.

Avec son sourire timide et ses traits sages, Berivan est devenue le symbole de la répression accrue de la justice turque contre les enfants kurdes interpellés lors de manifestations pro-PKK.

Quatre-vingt-trois autres jeunes sont actuellement incarcérés à Diyarbakir. Selon l’Association turque des droits de l’homme, 3000 mineurs ont été condamnés ou poursuivis en 2008 et 2009, essentiellement dans les régions à majorité kurde.

La génération de l’«Intifada kurde», comme les médias l’ont surnommée, tombe sous le coup de la loi antiterreur. Elle est condamnée à de très lourdes peines de prison pour des jets de pierre et de cocktails Molotov contre les policiers, ou pour une simple participation à une manifestation interdite.

Les plus de 15 ans ne sont pas jugés par des tribunaux pour mineurs. «Certains écopent de vingt ans, sans réduction», fustige Canan Atabay, une avocate de Diyarbakir. «Prononcer de telles sentences ressemble à une vaste comédie, proteste-elle. Il faut revoir de fond en comble l’arsenal législatif». L’un de ses 22 clients mineurs, âgé de 16 ans, est accusé d’avoir jeté des cocktails Molotov. Il risque jusqu’à 44 ans de prison.

Le gouvernement islamo-conservateur a promis de s’attaquer à la situation. Mais le projet de loi, présenté en novembre, n’est toujours pas à l’ordre du jour du parlement. S’il était voté en l’état, estime l’Association des droits de l’homme de Diyarbakir, «il resterait possible de prononcer une peine supérieure à dix ans». Les condamnations à la prison ferme demeureront la norme.

Les sirènes de la guérilla

«Ces jeunes en prison sont les enfants des Kurdes tués ou torturés par l’Etat turc», estime Arif Akkaya, porte-parole d’un collectif de familles, qui fait
référence aux 45 000 morts, victimes du conflit depuis 1984. «Une telle expérience, poursuit-il, ne peut conduire qu’à leur radicalisation.»

Il redoute que son fils, condamné à sept ans et six mois de prison et remis en liberté au bout de dix mois dans l’attente de la décision de la Cour d’appel, ne cède aux sirènes de la guérilla. La mère de Berivan, elle, assure que sa famille «n’a jamais été politisée»: «Mais si l’Etat ne pardonne pas à ma fille et si, dans huit ans, elle veut partir dans la montagne, je ne lui dirai jamais non.»
http://www.tdg.ch/actu/monde/justice-turque-jette-prison-nombreux-enfants-terroristes-2010-02-16
http://www.collectifvan.org/article.php?r=4&id=40502

Arrestations en série pour liens supposés avec le Parti des travailleurs du Kurdistan

Turquie -
Article publié le : samedi 13 février 2010 - Dernière modification le : samedi 13 février 2010

Par RFI

La police turque a arrêté 86 personnes soupçonnées de liens avec les rebelles kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK ), ce samedi 13 février 2010. Selon des sources locales, le coup de filet a été organisé dans le but de prévenir d'éventuelles émeutes à l'occasion du 11e anniversaire de l'arrestation du chef du PKK.

A cette occasion aussi, en France, près de 15 000 personnes (7 000 selon la police) ont défilé dans les rues de Strasbourg pour réclamer la libération d’Abdullah Öcalan, et la création en Turquie d'un Kurdistan autonome.

Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

La politique kurde du gouvernement est de plus en plus difficile à comprendre. Alors que depuis le printemps dernier l’on parle d’ouverture démocratique et de solution à la question kurde, ce sont en effet plus d’un millier de responsables et élus locaux qui ont été arrêtés dans le sud-est, parmi lesquels des maires et des défenseurs des droits de l’homme.

Tout récemment, une chanteuse de la chaîne nationale en langue kurde a même été interpellée pour avoir chanté dans sa langue en public. Ce samedi 13 février 2010 encore, pas moins de 86 personnes ont été mises en garde à vue, au prétexte qu’elles appartiendraient à des organisations clandestines liées au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Dans le pays, ces arrestations ne provoquent guère d’émoi, pas plus qu’en Europe d’ailleurs, même si toutes ces détentions n’ont toujours pas été assorties du moindre acte d’accusation, malgré les mois qui passent.

A l’approche du printemps et de la fête kurde du Newroz, il y a fort à parier que la frange radicale de la mouvance kurde va maintenant opter pour une forme de contestation plus violente, ce qui sonnera définitivement le glas d’une politique de soi-disant ouverture qui ne s’est jamais - c’est un euphémisme - concrétisée dans les faits.

tags : Questions sociales - Turquie

http://www.rfi.fr/contenu/20100213-arrestations-serie-liens-supposes-le-parti-travailleurs-kurdistan
http://www.collectifvan.org/article.php?r=4&id=40501

Le capitaine Haddock fume à la télévision turque: amende pour une chaîne

17.02.10 | 10h56

Le Haut conseil turc de l'audiovisuel (RTÜK) a infligé une amende de 50.000 livres (24.100 euros) à une chaîne de télévision montrant le capitaine Haddock, l'un des principaux personnages de la bande dessinée Tintin, en train de fumer la pipe, rapporte mercredi la presse turque.

Le RTÜK a justifié sa décision, publiée sur son site internet, concernant la chaîne privée TV8, par le fait qu'une loi interdit la diffusion de scènes montrant des gens en train de fumer.

Le capitaine Haddock et d'autres personnages, pour la plupart des "méchants", d'une adaptation à l'écran de la BD de Hergé, ont enfreint cette disposition, estime le Haut conseil.

Un membre de cette instance qui s'assure de la conformité des émissions diffusées aux dispositions de la loi, s'est cependant opposé à cette sanction contre Haddock, affirmant que les enfants sont capables de faire la distinction entre personnages réels et fictifs, précise le journal Hurriyet Daily News.

Une loi interdit depuis l'an dernier l'usage du tabac dans tous les lieux publics turcs, notamment les cafés et les restaurants.

En Turquie, 10e producteur de tabac au monde, environ un tiers des adultes fument, selon des statistiques officielles.

http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-41714348@7-58,0.html
http://www.collectifvan.org/article.php?r=4&id=40520

L’assassin de Hrant Dink se marie en prison

TURQUIE

Ogün Samast, le premier suspect du meurtre de Hrant Dink, s’est marié à la prison de type F de Kandira dans Kocaeli la semaine dernière.

Ogun Samast a épousé une femme de 19 ans nommée Selma Sahin, qui avait précédemment suivi son procès. La cérémonie a eu lieu jeudi à 16h30 par le chef du village d’Alçakese, où la prison est placée et ont été témoins quelques-unes des gardes de la prison.

En attendant, Erhan Tuncel, un autre suspect a arrêté dans le cadre de l’assassinat de Hrant Dink, s’est récemment inscrit pour devenir gardien de prison. Tuncel a marqué assez de points lors de l’examen public, ou KPPS et dispose de la condition physique puisqu’il pèse 92 kilos et mesure t 183 centimètres.

La demande de Tuncel a crée un litige, mais puisqu’il n’a pas encore été officiellement accusé d’un crime, il n’y a aucun obstacle légal pour l’empêcher de postuler.

http://www.armenews.com/article.php3?id_article=58457

http://www.collectifvan.org/article.php?r=4&id=40533

1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   19

similaire:

Veille media iconVeille media

Veille media iconVeille media

Veille media iconVeille media

Veille media iconVeille media

Veille media iconVeille media

Veille media iconVeille media

Veille media iconVeille media

Veille media iconVeille media

Veille media iconVeille media

Veille media iconVeille media








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com