En Belgique, la langue française est utilisée dans le Sud du pays alors que le Nord utilise le flamand et une petite partie de l'Est : l'allemand. La Communauté








télécharger 30.23 Kb.
titreEn Belgique, la langue française est utilisée dans le Sud du pays alors que le Nord utilise le flamand et une petite partie de l'Est : l'allemand. La Communauté
date de publication05.02.2018
taille30.23 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > documents > Documentos
Petit guide de

prononciation belge


En Belgique, la langue française est utilisée dans le Sud du pays alors que le Nord utilise le flamand et une petite partie de l'Est : l'allemand. La Communauté française comprend la plus grande partie du territoire de la région wallonne et le territoire de Bruxelles-capitale.

Si dans certains pays, la cohabitation de plusieurs langues officielles ne pose pas de problème, il n'en est rien en Belgique. Les relations entre les différentes communautés deviennent chaque jour un peu plus difficiles en empoisonnent la vie politique.

Si vous parlez avec un Belge francophone, son discours ne différera pas sensiblement du vôtre. Vous constaterez cependant certains particularismes de langage (les belgicismes) dont vous trouverez un aperçu succinct ci-après :




s'accaparer

s'emparer

doubler

redoubler

une ajoute

Un ajout

la mallette

le cartable

l'arsouille

Un enfant espiègle

nonante

quatre-vingt dix

l'auditoire

la salle de cours

le pain français

la baguette

le bassin de natation

la piscine

la panade

un repas d'enfant - gâteau sec et fruits

le bâton de chocolat

la barre de chocolat

le pâté

petit gâteau à la crème

bitu

Ivre

le pistolet

le petit pain rond

la bloque

la préparation aux examens

la praline

un bonbon au chocolat fourré

la bonbonne

la bouteille de gaz

savoir

pouvoir

la brosse

le balai

septante

soixante-dix

brosser un cours

Sécher un cours

le sous-plat

le dessous de plat

caillant

Très froid

le tapis-plain

la moquette

le carrousel

le manège à chevaux de bois

le tarmac

le macadam

la carte-vue

la carte postale illustrée

la tévé

la télévision.

le chicon

l'endive

tomber faible

s'évanouir

la distinction

la mention

le torchon

la serpillière

la drache

la pluie battante

le vide-poubelle

le vide-ordures

l'entièreté

la totalité

l'essuie

la serviette

l'escabelle

l'échelle double

amitieux

amical

la farde

le dossier, la chemise

la douffe

la cuite

la femme à journée

la femme de ménage

les slashs

les sandales

le filet américain

le steak tartare

du brol

du désordre

la gazette

le journal

des tchinis

des riens

la guindaille

Une sortie joyeuse d'étudiants

la pétrolette

la mobylette

le légumier

le marchand de légumes

la carabistouille

l'histoire fausse




Faire grimper quelqu'un à l'arbre

Faire marcher quelqu'un

Raconter des cracks

raconter des histoires




La prononciation

Outre les nombreux belgicismes, il existe en Belgique une véritable prononciation «belge» des mots français. Lorsque l'on parle de "prononciation belge", on imagine souvent celle de Bruxelles qui fait la joie des téléspectateurs français. Il en existe pourtant bien d'autres ; on ne parle pas de la même façon à Charleroi à Liège ou à Tournai...

L'accent tonique

Déplacement général de l'accent tonique vers l'avant des mots

La proximité et les rapports fréquents entre les francophones et les néerlandophones a fait naître une façon de parler caractérisée par la tendance à placer l'accent tonique non sur la dernière syllabe non muette comme on le fait généralement en France, mais plutôt sur l'avant des mots, comme c'est l'usage dans de nombreux mots flamands.

Les consonnes

Transformation des consonnes finales sonores en sourdes

La prononciation belge des milieux populaire consiste à changer les consonnes finales sonores en sourdes :
Le b final devient un p comme dans en trombe prononcé comme trompe.
Le g final devient un k comme dans un dogue prononcé comme un dock
Le v final devient un f comme dans univ non seulement toujours prononcé unif mais même écrit unif la plupart du temps.
Le z final devient un s comme dans une rose prononcé comme rosse. Le d final devient un t comme dans qu'il rende prononcé comme une rente.
Le j final devient un ch comme dans garage prononcé garâch sans oublier Belge qui devient Belch !

Disparition d'une consonne dans les groupes de consonnes finales

Souvent l'accent tonique est placé sur la première syllabe. La fin du mot a tendance à se «dissoudre». On n'entend jamais, par exemple, les finales en -ble comme dans terrible, formidable... Le l disparaît. Reste le b qui, selon la tendance que je viens d'énoncer, va se transformer en p ! Nous aboutissons dès lors à la prononciation terrîp pour terrible, formidâp pour formidable. Cette tendance disparaît plus ou moins dans le «belge» contemporain.
Ce groupe subit une autre altération chez certains Belges qui, surtout à Bruxelles, le prononcent en inversant les deux dernières lettres possible devient possîbel , formidable devient formidâbel ...
Presque tous les groupes finaux constitués de deux consonnes vont voir l'une des deux disparaître et, si la consonne qui subsiste est un consonne sonore, elle se transformera immanquablement en sourde.
Outre le groupe -ble, on peut citer :
• consonne + r
-bre : sabre prononcé sâpe ; ce mot offre la particularité de se confondre avec le mot sable dans cette prononciation belge particulièrement relâchée ;
-cre : sucre qui se prononce comme suc ;
-dre : rendre, prononcé comme une rente ou pendre prononcé comme une pente ;
-tre : autre prononcé ot, quatre prononcé kat.
lk > k ou tch : quelque chose se prononce kèkchose voire kètchose ;
ksk > sk : excuser se prononce eskuzé ;
kt > k : architecte se prononce architek ;
rs > s : parce que se prononce passque ;
gl > k : tringle se prononce comme trinque.

Les voyelles

li + voyelle devient y

Un autre écart de prononciation extrêmement répandu consiste à transformer les sons li + voyelle en y (comme yeux). Ainsi milieu se prononce miyeu. Il en va de même de million prononcé miyon et de milliard prononcé miyard. On constate cependant que cette prononciation belge tend à s'étendre à la France. Par facilité, on entend souvent des y ajoutés entre deux voyelles comme dans cent un devenu cent et un, prononcé centéyun.

ti ou di + voyelle devient tch ou dj + voyelle

Ainsi amitié devient amitché et le diable se réduit à djâp ! Comme ce dernier mot combine trois écarts de prononciation typiquement belges, il est douteux que quelque Français que ce soit retrouve le diable dans ce pauvre djâp !
Quand on songe au nombre de mots qui comportent ces groupes, on se doute qu'il faut souvent dresser l'oreille pour tenter de comprendre ce que veut dire l'interlocuteur belge. Le routier qui devient routché, la moitié qui se transforme en moitché, Didier qui se prononce Didjé ou Dieu qui devient Djeu ne facilitent sans doute pas la compréhension entre Belges et Français.

o et e fermés deviennent o et e ouverts

II n'est pas rare d'entendre en Belgique quelqu'un commander un café comme si l'on était en Italie puisque le mot devient un cafè avec e ouvert. En finale, c'est surtout le o qui s'ouvre en Belgique : vélo, piano, domino, numéro, tantôt, gigot... deviennent sinon méconnaissables, du moins fortement connotés «belges» si, au lieu de prononcer le -o comme dans le mot eau, ils se prononcent avec un o ouvert.
On retrouve cette même tendance à l'intérieur des mots où drôle se prononce comme s'il s'écrivait drolle, diplôme comme s'il s'écrivait diplomme...

Les diphtongues

Cassure des diphtongues

Contrairement à la définition des diphtongues (groupe de deux voyelles prononcées d'une seule émission de voix), la plupart des Belges, ont l'habitude de «casser» les diphtongues, de restituer donc à chaque voyelle constitutive sa pleine valeur. Le lion se prononce comme li-on, avion comme avi-on... Les mots terminés par -tion et -lion ne sont toutefois pas touchés par cette tendance.

Cassure des diphtongues et adjonction d'un w

La tendance énoncée au point précédent ne touche pas seulement le groupe -ion. Mais, dans la plupart des autres cas, elle s'assortit, en outre, de l'adjonction d'un w (à l'anglaise) qui «facilite» la prononciation.
Ainsi fouet devient fouwè, ruelle devient ruwelle, éternuwer signifie éternuer...

Tendance à la diphtongaison des voyelles finales

• Adjonction d'un i derrière les é finaux
Les imitateurs français de l'accent belge se gargarisent des «une fois» que l'on ne rencontre pourtant pas très souvent mais aussi des textes auxquels ils ont adjoints des i derrière les é finaux : alléie, alléie pour allez, allez.

• Adjonction d'un ou derrière les o finaux
L'exemple le plus fréquent est celui de l'adjectif beau qui se prononce bôou.

Quelques cas particuliers

uir = ouir
La distinction entre le groupe uir et le groupe ouir n'est pas établie. Fuir ne se distingue pas, dans la prononciation, de fouir pas plus qu'enfuir ne se différencie d'enfouir. Huit se prononce ouit !

• Le l final est prononcé vélaire
Surtout dans les groupes finaux en -al, le l tend à être prononcé vélaire comme dans l'anglais well ou le portugais Portugal.

• Le e de lessive tombe souvent pour aboutir à la prononciation lsive.

• Le i de bifteck se prononce parfois u. On le trouve même écrit bufteck.

Il existe d'autres différences mais qui sont tous plus régionales. On ne trouve que rarement des mots ou tournures employées dans l'ensemble des régions francophones de Belgique. Songeons par exemple à l'aspiration importante du h- initial propre au wallon de Liège (que la plupart des Liégeois appellent Liège, soit dit en passant). Pensons aussi à la nasalisation de certaines voyelles comme je vous aime qui devient je vous ainme. Dans certains mots, le e est restitué alors qu'il tombe dans le français de France. Aqueduc compte bien, en Belgique, trois syllabes très distinctes.

Comme on le voit, les différences phonétiques sont considérables d'un pays à l'autre. Certains lecteurs en seront étonnés. Ils ont un ami belge qui parle le même français qu'eux. Preuve que tout est affaire de milieu social. Les classes aisées ont tendance à pincer leur français en tentant de singer les Parisiens !

similaire:

En Belgique, la langue française est utilisée dans le Sud du pays alors que le Nord utilise le flamand et une petite partie de l\Est un pays d'Afrique du Nord appartenant au Maghreb. Sa capitale...

En Belgique, la langue française est utilisée dans le Sud du pays alors que le Nord utilise le flamand et une petite partie de l\Architecture gothique1 Introduction2-3-4-5
«Opus Francigenum» («œuvre française») et elle se diffuse rapidement au nord puis au sud de la Loire et en Europe jusqu'au milieu...

En Belgique, la langue française est utilisée dans le Sud du pays alors que le Nord utilise le flamand et une petite partie de l\Avant de vous plonger dans la lecture de ce dossier, IL est préférable...
«comtois» indique une origine. C'est en effet en Franche-Comté qu'est née cette horloge. Mais alors, quelles sont les spécificités,...

En Belgique, la langue française est utilisée dans le Sud du pays alors que le Nord utilise le flamand et une petite partie de l\A 35 km au sud-est de Paris, une petite merveille apparaît, le domaine...
«Poireaux de Marguerite» est un nom guilleret pour une idée de génie : permettre à des producteurs de vendre directement leurs produits...

En Belgique, la langue française est utilisée dans le Sud du pays alors que le Nord utilise le flamand et une petite partie de l\Livre de bord
«République algérienne démocratique et populaire», est un État d’Afrique du Nord qui fait partie du Maghreb. Sa capitale, Alger,...

En Belgique, la langue française est utilisée dans le Sud du pays alors que le Nord utilise le flamand et une petite partie de l\Partie géographique Situation
«Champagne Pouilleuse», et à un autre du centre celui de «Côte Blanche», IL est à l’ouest, au sud et à l’est d’une extrême fertilité,...

En Belgique, la langue française est utilisée dans le Sud du pays alors que le Nord utilise le flamand et une petite partie de l\Yves zurstrassen
«La Communauté française de Belgique invite l’ikob», Art Brussels, Bruxelles (BE)

En Belgique, la langue française est utilisée dans le Sud du pays alors que le Nord utilise le flamand et une petite partie de l\Ainsi, le classicisme est une esthétique à la recherche d’un idéal...
«classicus» signifie qui est de premier rang, qui appartient à la classe supérieure des citoyens. L’adjectif «classique» commence...

En Belgique, la langue française est utilisée dans le Sud du pays alors que le Nord utilise le flamand et une petite partie de l\Nommée "la petite Carcassonne", Provins est situé à 77 km au sud-est de Paris

En Belgique, la langue française est utilisée dans le Sud du pays alors que le Nord utilise le flamand et une petite partie de l\Nommée "la petite Carcassonne", Provins est situé à 77 km au sud-est de Paris








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com