Legacy Machine 101 “Frost”








télécharger 38.98 Kb.
titreLegacy Machine 101 “Frost”
date de publication21.03.2018
taille38.98 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > documents > Documentos

description : mb&f_lab

Legacy Machine 101 “Frost”

Frost. Brrrrr! Pour la plupart des gens, le terme de « frost » (gelée ou givre en français) évoque des paysages de matins d’hiver froids et lumineux, avec un soleil qui fait scintiller les pelouses givrées par la condensation du brouillard. Ce givre naturel brille intensément sous l’effet de la lumière qui se reflète sur la surface irrégulière des minuscules cristaux de glace — exactement comme la LM101 Frost brille sous l’effet de la lumière qui se reflète sur ses surfaces irrégulières finement grenées.

Lancée en 2014, la Legacy Machine 101 incarne et souligne ce qu’il y a de primordial dans une montre bracelet : le balancier qui détermine la précision de la régulation, la réserve d’énergie disponible jusqu’au prochain remontage et, bien entendu, le temps qui passe. Dans les nouvelles éditions limitées « Frost », ces éléments essentiels entrent merveilleusement en contraste avec la toile de fond, un cadran scintillant en or grené — en réalité la platine supérieure du mouvement. La finition matte de cette surface est encore rehaussée par le contraste additionnel créé par la finition polie des lunettes et attaches.

L’invention de la finition grenée est attribuée à Abraham-Louis Breguet. A l’époque, fin XVIIIe-début XIXe siècles, le grenage protégeait les cadrans et les mouvements de l’oxydation, alors plus fréquente, et permettait d’atténuer l’éclat des platines. La méthode traditionnelle impliquait l’utilisation d’acides dangereux. Elle a été largement remplacée par un procédé plus sûr en termes de protection de l’environnement et de la santé : la compression minutieuse des surfaces à l’aide de brosses métalliques. Cependant, c’est un procédé beaucoup plus difficile à maîtriser si l’on veut obtenir une surface uniforme. Rares sont les artisans capables de réaliser un véritable grenage : la plupart des surfaces d’apparence grenée sont en réalité microbillées, ce qui ne produit pas le même impact visuel.

Visuellement, la LM101 Frost est dominée par un grand balancier suspendu qui ressort nettement grâce à cette version plaqué rhodium. Deux cadrans d’un blanc pur, sur lesquels se détachent des aiguilles en or bleui, flottent un peu au-dessus de la platine finement grenée du mouvement : les heures et les minutes s’affichent ainsi en haut à droite, la réserve de marche de 45 heures en-dessous.

Le verre saphir fortement bombé de la LM101 Frost est quasi invisible, créant l’illusion que l’on peut atteindre et toucher l’imposant balancier au pouvoir hypnotique, suspendu à deux arches raffinées. Sculptées dans un bloc massif de métal, ces arches sont polies miroir et demandent des heures de travail à la main.

Au verso de la LM101 Frost, le verre est bombé pour réduire l’épaisseur de la carrure et, visuellement, la hauteur de la montre. Il dévoile un mouvement remarquablement fini à la main, avec ponts et platines aux courbes sensuelles, anglages, chatons en or et vis bleuies. Le style, emprunté aux montres de poche d’autrefois, témoigne de l’importance accordée à la légitimité historique.

Alors que les finitions raffinées du mouvement et la fidélité au passé relèvent de la responsabilité de l’horloger indépendant primé Kari Voutilainen, l’architecture et la construction ont été réalisées en interne par MB&F.

La Legacy Machine 101 Frost est proposée en deux éditions limitées : 18 pièces en or jaune et 33 en or rouge.

La LM101 Frost dans le détail

Cadran et affichages :

Le balancier suspendu animé qui domine toutes les LM101 est particulièrement mis en valeur au-dessus de la platine supérieure grenée du mouvement. Cette finition fait ressortir les cadrans blancs immaculés et leurs aiguilles en or bleui qui indiquent, avec une remarquable esthétique et une grande lisibilité, l’heure (heures et minutes) et la réserve de marche.

Les cadrans légèrement bombés, translucides et extrêmement brillants, sont réalisés avec la technique de la laque tendue — on applique plusieurs couches de laque que l’on chauffe pour qu’elles s’étirent sur la surface du cadran. Pour préserver la pureté esthétique de ces cadrans, on a remplacé les vis visuellement gênantes par une fixation sophistiquée placée en-dessous. Un fin cercle doré entoure chaque cadran et renforce, avec élégance, le classicisme intemporel.

Finition grenée :

A la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe, on créait le grenage en traitant les composants avec un mélange acide et en les passant au-dessus d’une flamme (ce qui pouvait mal tourner…). Au résultat, on obtenait une surface d’un blanc argenté, comme givrée, qui était protégée de l’oxydation — un traitement d’importance alors que les montres et pendules n’étaient absolument pas étanches.

Quand les horlogers sont devenus plus attentifs aux dangers potentiels dus à l’utilisation d’acides puissants, on a recherché des méthodes alternatives, la plus satisfaisante en termes de qualité étant de brosser très soigneusement les surfaces avec une brosse métallique. Cependant, il est très difficile d’obtenir un résultat uniforme car une pression un peu trop forte ou un brossage trop long peuvent rapidement détruire l’effet mat escompté et produire des irrégularités.

Aujourd’hui, rares sont les artisans qui ont le talent et l’expérience nécessaires pour créer une finition grenée traditionnelle et ils préservent jalousement leurs secrets. Le grenage traditionnel pratiqué actuellement est en réalité un brunissage (compression du métal sans enlèvement de matière) qui donne une surface si dure qu’il est impossible de la graver à la main.

Moteur :

Présenté pour la première fois en 2014, le mouvement de la LM101 est un calibre totalement nouveau, conçu et développé en interne par MB&F.

Au cœur de tout mouvement de montre mécanique, on trouve un balancier et un spiral dont les oscillations doivent être isochrones (de durée constante) pour assurer la précision. Maximilian Büsser, le fondateur de MB&F, a une fascination de longue date pour les balanciers à oscillations lentes des montres de poche d’autrefois (2,5 Hz / 18’000 A/h au lieu des 4 Hz / 28'800 A/h plus usités de nos jours). Ce n’est donc pas une surprise qu’il ait commencé par là.

La surprise vient de la manière radicale dont il a réinterprété la tradition. Le balancier n’est plus comme de coutume dissimulé au dos du mouvement. Il flotte majestueusement au-dessus et très haut, même au-dessus des cadrans. Placé ainsi, l’oscillateur peut être jugé d’avant-garde. Il reste cependant traditionnel avec sa grande taille, 14 mm de diamètre, ses vis de réglage expressément développées pour MB&F, son spiral à courbe Breguet et son piton mobile.

Finitions raffinées et légitimité historique :

Alors que le mouvement a été entièrement développé en interne, c’est le célèbre maître horloger Kari Voutilainen qui a pris la responsabilité d’assurer la justesse historique du design des ponts ainsi que de définir et superviser la réalisation des finitions raffinées.

La finition grenée à la surface de la platine (côté cadran) attire subtilement l’œil, sans détourner l’attention des cadrans blancs de l’heure et de la réserve de marche. Mais c’est dans le style et les finitions des ponts et platines visibles au verso du mouvement que Kari Voutilainen a particulièrement excellé. Il a merveilleusement respecté l’histoire comme en témoignent les ponts aux formes incurvées et les espaces traditionnellement larges dégagés entre eux et par rapport au bord du boîtier.

Des rubis surdimensionnés logés dans des chatons en or polis à l’extrême forment des contrepoints saisissants aux ponts incurvés. S’ils créent un lien avec les pierres rencontrées dans les beaux mouvements de montres de poche anciennes, ces coussinets ont aussi un rôle fonctionnel. Ils réduisent l’usure et accroissent la longévité car ils reçoivent des pignons de grand diamètre et contiennent plus d’huile.

Outre l’édition en or rouge, la LM101 Frost est proposée en or jaune, une première pour MB&F — et un hommage supplémentaire à l’horlogerie traditionnelle.

Inspiration et réalisation :

Maximilian Büsser a de profondes affinités avec les montres de poche des XVIIIe et XIXe siècles. Presque toutes les complications d’aujourd'hui ont été imaginées durant cette période et ce, avec seulement un crayon et une feuille de papier, sans l’aide de logiciels sophistiqués. Les composants d’une remarquable précision — proche des standards actuels — étaient fabriqués sur des machines archaïques, sans électricité, avant d’être finement décorés, assemblés et réglés avec une qualité que nous aurions du mal à égaler aujourd'hui. Les dimensions généreuses par rapport aux montres bracelets modernes autorisaient des mouvements à l’architecture épurée, avec des ponts et des platines magnifiquement dessinés.

L’idée des Legacy Machine a germé lorsque Maximilian Büsser s’est demandé : « Que se serait-il passé si j’étais né en 1867 au lieu de 1967 ? Avec l’apparition des premières montres bracelets au début des années 1900, j'aurai eu l’envie de créer des machines tridimensionnelles à porter au poignet. Sauf que Goldorak, Star Wars et les avions à réaction n’auraient pas été là pour m’inspirer. J’aurais eu les montres de poche, Jules Verne et la Tour Eiffel. A quoi allait donc ressembler mes machines du début du XXe siècle ? Elles auraient forcément été rondes (selon la tradition) et tridimensionnelles (dans le style MB&F). Ma réponse : les Legacy Machines. »

Comparativement à la Legacy Machine N°1 (LM1), la première de cette nouvelle collection, les LM101 et LM101 Frost respectent d’autant plus la tradition que leurs boîtiers adoptent un diamètre classique de 40 mm, au lieu de 44 mm.

Legacy Machine 101 – Caractéristiques techniques

La Legacy Machine 101 Frost est proposée en deux éditions limitées : 18 pièces en or jaune et 33 en or rouge.
Moteur :

Mouvement tridimensionnel développé en interne par MB&F

Esthétique et définition des finitions par Kari Voutilainen

Remontage manuel, un seul barillet

Réserve de marche : 45 heures

Balancier : modèle spécifique de 14 mm de diamètre doté de quatre vis de réglage traditionnelles, flottant au-dessus du mouvement et des cadrans

Spiral : courbe traditionnelle Breguet et piton mobile

Fréquence : 18’000 A/h – 2,5 Hz

Nombre de composants : 229

Nombre de rubis : 23

Chatons : or poli avec contrefraisure polie

Finitions : platine principale grenée, finitions réalisées dans le style du XIXe siècle, angles polis dont des rentrants faits main, gravures main

Fonctions :

Heures, minutes et réserve de marche. Grand balancier suspendu au-dessus des cadrans

Boîtier :

Disponible en or rouge 18 carats (33 pièces) et en or jaune 18 carats (18 pièces)

Dimensions : 40 mm de diamètre, 16 mm d’épaisseur

Nombre de composants : 35

Verres saphir :

Verre saphir fortement bombé sur le cadran et verre saphir au fond du boîtier. Traitement antireflet sur les deux faces.

Bracelet et boucle :

Alligator cousu main brun foncé ou clair, boucle personnalisée en or assortie au boîtier.

«Friends» responsables de la Legacy Machine 101 Frost

Concept: Maximilian Büsser / MB&F

Design du produit: Eric Giroud / Through the Looking glass

Direction technique et gestion de la production: Serge Kriknoff / MB&F

Esthétique du mouvement et spécifications de décoration: Kari Voutilainen

R&D: Guillaume Thévenin et Ruben Martinez / MB&F

Roues: Jean-François Mojon / Chronode

Pont de balancier: Benjamin Signoud / AMECAP

Balancier: Yann Le Martret / µdec

Platines et ponts: Rodrigue Baume / Damatec

Gravure manuelle du mouvement: Sylvain Bettex / Glypto et Eddy Jaquet

Décoration manuelle des composants du mouvement: Jacques-Adrien Rochat / C.-L. Rochat

Finition grainée : José Labarga / Labarga S.A.

Assemblage du mouvement: Didier Dumas, Georges Veisy, Anne Guiter et Emmanuel Maitre / MB&F

Usinage interne : Alain Lemarchand / MB&F

Service après-vente : Florian Courbat / MB&F

Contrôle qualité : Cyril Fallet / MB&F

Boîtier: Fabien Chapatte et Riccardo Pescante / Les Artisans Boitiers

Boucle: Erbas S.A.

Aiguilles: Pierre Chillier, Isabelle Chillier et Félix Celetta / Fiedler

Glace: Martin Stettler / Stettler

Bracelet: Olivier Purnot / Camille Fournet

Ecrin: Olivier Berthon / ATS Développement

Logistique de production: David Lamy et Isabel Ortega / MB&F

Marketing & Communication: Charris Yadigaroglou, Virginie Meylan et Juliette Duru / MB&F

M.A.D.Gallery: Hervé Estienne / MB&F

Vente: Luis André, Patricia Duvillard et Philip Ogle / MB&F

Design graphique: Damien Seydoux / MB&F, Adrien Schulz et Gilles Bondallaz / Z+Z

Photographies du produit: Maarten van der Ende

Photographie portraits: Régis Golay / Federal

Webmasters: Stéphane Balet et Victor Rodriguez / Sumo Interactive

Textes: Ian Skellern et Steven Rogers / Underthedial

MB&F – Genèse d'un laboratoire conceptuel

Les projets qui ont donné à Maximilian Büsser le plus de satisfaction pendant les quinze ans au cours desquels il a dirigé des marques horlogères prestigieuses étaient ceux réalisés en coopération avec des horlogers indépendants et talentueux. C’est ainsi que lui est venue l’idée de sa propre utopie: fonder une entreprise qui se consacrerait uniquement à concevoir et à réaliser des petites séries de montres conceptuelles radicales, en collaboration avec des professionnels créatifs qu’il respecterait et avec lesquels il apprécierait de travailler. L’esprit d’entreprise de Maximilian Büsser a fait de cette vision une réalité.

MB&F est un laboratoire conceptuel artistique et micromécanique qui réunit chaque année des collectifs de professionnels de l’horlogerie indépendants dans le but de réaliser des machines horlogères. Dans le respect d’une tradition considérée comme un élan plutôt que comme une entrave, MB&F agit comme catalyseur, associant Haute Horlogerie traditionnelle et technologie de pointe, pour réaliser des sculptures tridimensionnelles d’avant-garde.

Avec la présentation en 2007 de la première Horological Machine, de son boîtier sculptural en trois dimensions et de son mouvement merveilleusement décoré, MB&F a donné le ton pour les Machines très singulières qui ont suivi — des Machines qui symbolisent le temps plutôt que des Machines qui donnent l’heure. La collection des Legacy Machines aux boîtiers ronds a vu le jour en 2011. Ces pièces plus ‘classiques’ (selon les standards MB&F) rendent hommage à l’excellence horlogère du XIXème siècle en s’inspirant des complications novatrices de grands horlogers pour créer des objets d’art contemporains. D’année en année, MB&F lance en alternance une Horological Machine impressionnante et une Legacy Machine inspirée par l’histoire.

En 2015, MB&F célèbre son 10ème anniversaire : 10 ans et 10 calibres à son actif !

Biographie de Maximilian Büsser

Maximilian Büsser est né en Italie, à Milan. Très jeune, il s’installe en Suisse, à Lausanne, où il passera toute sa jeunesse. Elevé dans un environnement et une famille multiculturels – lui-même issu d’un père suisse et d’une mère indienne – Maximilian a développé avec les années une approche similaire de la vie et de sa carrière.

En juillet 2005, à l’âge de 38 ans, Maximilian crée le premier Label créatif en haute-horlogerie – MB&F (Maximilian Büsser & Friends) – dans lequel il est désormais associé avec Serge Kriknoff. Il réalise alors son rêve : celui de posséder sa propre marque qui se consacre au développement de concepts horlogers radicaux, au sein de petits groupes extrêmement créatifs, composés de personnes avec lesquelles il aime collaborer.

Entrepreneur dans l’âme, il n’est âgé que de 31 ans lorsqu’il est nommé Directeur Général de Harry Winston Timepieces. Durant sept années, il s’est employé à transformer cette entité en une marque de haute horlogerie respectée, développant stratégie, produits, marketing et distribution internationale, tout en intégrant dans la structure le design, la recherche & développement et la fabrication. Le chiffre d’affaires a ainsi augmenté de 900% et Harry Winston s’est positionné comme un acteur majeur de ce segment très concurrentiel.

Sa passion pour la belle horlogerie, Maximilian Büsser se l'est forgée au sein de Jaeger-LeCoultre, manufacture horlogère traditionnelle suisse qui a émergé et décuplé son chiffre d’affaires au cours des années 1990. Au sein de cette maison, Büsser a assumé les fonctions de Responsable produit, ainsi que Responsable ventes et marketing pour l’Europe.

Ingénieur de formation, il est titulaire d'un diplôme en microtechnique de l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (1991).

Pour de plus amples informations, veuillez contacter:
Charris Yadigaroglou, MB&F SA, Rue Verdaine 11, CH-1204 Genève, Suisse
Email: cy@mbandf.com Tel. : +41 22 508 10 33

similaire:

Legacy Machine 101 “Frost” iconMalgré une taille conventionnelle de 40 mm de diamètre, la Legacy...
«Frost» avec finitions grenées, la Legacy Machine 101 est maintenant aussi disponible en édition limitée de 33 pièces en platine...

Legacy Machine 101 “Frost” iconSi la Legacy Machine N°2 Titane (LM2 Ti) suscite immédiatement des...

Legacy Machine 101 “Frost” iconSalon Display – Machine to Machine 2007

Legacy Machine 101 “Frost” icon«La machine intelligente»
«La machine intelligente.» pourra être découverte sur notre stand 222, dans le hall 26

Legacy Machine 101 “Frost” iconRésumé Dans le cadre de l'optimisation d'une machine frigorifique...

Legacy Machine 101 “Frost” iconForgotten Ottoman legacy: Armenian intellectuals

Legacy Machine 101 “Frost” iconBibliographie : stephan laurant : chronologie du design, chez flamarion
«la force triomphale de la machine». Elle remplace l'ouvrier, le cheval, tous les jours IL y a une invention nouvelle. Dans l'industrie,...

Legacy Machine 101 “Frost” icon917, rue Mgr-Grandin, bur. 101

Legacy Machine 101 “Frost” iconAdresse : 101, Rue Abou Waqt Résidence ar-rajaa

Legacy Machine 101 “Frost” iconMachine to Machine & Objets connectés : 10ème Edition du Salon des Professionnels
«produits» dévoilées par les exposants dans les domaines du MtoM & Objets Connectés et des Systèmes Embarqués. En avant première,...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com