Pr c guettier Service d’Anatomie Pathologique Hôpital Paul Brousse Villejuif








télécharger 26.07 Kb.
titrePr c guettier Service d’Anatomie Pathologique Hôpital Paul Brousse Villejuif
date de publication23.03.2018
taille26.07 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > documents > Documentos
Problèmes posés par le diagnostic anatomopathologique

des tumeurs hépatocellulaires bénignes

Pr C Guettier Service d’Anatomie Pathologique Hôpital Paul Brousse Villejuif


Les tumeurs hépatocellulaires bénignes sur foie sain sont de deux types : l’adénome et l’hyperplasie nodulaire focale (HNF). Ces deux lésions, si elles ont en commun une nette prédominance féminine, sont de nature différente.

L’HNF, lésion en règle polyclonale, est considérée comme une hyperplasie secondaire à des anomalies vasculaires dont la physiopathologie reste mal connue. Il ne s’agit donc pas d’une lésion de nature néoplasique. Au plan évolutif, les HNF restent stables ou peuvent même régresser au cours du temps et ne comportent aucun risque de transformation maligne. L’abstention thérapeutique est donc de règle si la lésion est asymptomatique et de taille raisonnable.

L’adénome hépatocellulaire est au contraire une authentique lésion néoplasique. Il est classiquement associé à la prise de contraceptifs oraux (CO); ce risque, relativement important avec les CO de première génération fortement dosés en oestrogènes, s’est en fait fortement réduit avec la pilule microdosée et l’incidence actuelle des adénomes est probablement proche de celle observée avant l’ère de la contraception orale. Les autres contextes cliniques associées à la survenue d’adénomes hépatocellulaires comme la prise d’androgènes, les glycogénoses I et III et le diabète familial sont beaucoup plus rares. L’évolution des adénomes est marquée par les risques d’une part de rupture avec hémorragie intrapéritonéale, d’autre part de transformation maligne qui justifient une indication systématique d’exérèse chirurgicale

Cette différence d ‘attitude thérapeutique entre les deux lésions impose de parvenir à un diagnostic précis. Ce diagnostic est en fait devenu plus difficile pour différentes raisons :

        les progrès de l’imagerie hépatique conduisent à la détection de lésions de plus en plus petites donc moins typiques

        toutes les équipes ont pu constater dans leur expérience l’association de deux types de lésions chez la même patiente

        L’HNF est devenue une entité morphologique plus complexe en raison de la description récente de nouvelles formes : HNF télangiectasique, HNF avec atypies , forme mixte associant des aspects d’HNF et d’adénome. Les critères diagnostiques de ces nouveaux sous-types d’HNF ne sont pas à ce jour validés par un consensus des experts.

Anatomie pathologique des tumeurs bénignes du foie


1/Adénome

Macroscopiquement, il s’agit d’une tumeur bien limitée parfois encapsulée complètement ou incomplètement. Elle est souvent sous-capsulaire et pédiculée dans 10% des cas. La taille des adénomes varie entre 1-15 cm. A la coupe la tumeur est constituée par un parenchyme homogène de couleur chamois. Il n’y a pas de cicatrice fibreuse centrale. Les remaniements nécrotiques et hémorragiques sont fréquents et souvent étendus en particulier dans les tumeurs  de grande taille.

Histologiquement, la prolifération hépatocytaire d’aspect dense s’organise en travées non radiaires, discrétement épaissies mais n’excédant en règle pas 3 cellules. Ces travées sont en règle soulignées par un réseau réticulinique continu. De rares formations pseudoacineuses peuvent être présentes, parfois centrées par un bouchon biliaire. Les foyers de dilatations sinusoïdales sont fréquents. La tumeur est parcourue par des vaisseaux artériels à paroi fine. Il n’y a pas de cicatrice ni de septa fibreux apparent. Il n’y pas de canaux biliaires ni de ductules. Les hépatocytes sont un peu plus grands que les hépatocytes non tumoraux et souvent clairs ou stéatosiques. Ils sont cytologiquement réguliers. Des foyers d’hématopoïèse extramédullaire peuvent être observés de façon non exceptionnelle. Les remaniements nécrotiques et hémorragiques sont bien sûr visibles à l’échelon histologique.

2/HNF

A côté de l’HNF classique de diagnostic en règle aisé, trois autres formes ont été décrites dans la littérature: l’HNF télangiectasique, l’HNF avec atypies cytonucléaires et la forme mixte.

a/ HNF classique

Macroscopiquement, il s’agit d’une tumeur lobulée, bien limitée, non encapsulée. Elle est rarement pédiculée. Sa taille varie de 1-17 cm (med 5cm). La caractéristique essentielle est l’existence d’une cicatrice fibreuse centrale dont partent des septa fibreux. La lésion est de teinte chamois. Les remaniements nécrotiques et hémorragiques sont rares.

Histologiquement, trois caractéristiques sont à retenir :

l’architecture nodulaire circonscrite par des septa fibreux irradiant à partir de la cicatrice centrale

Dans les nodules, les hépatocytes s’organisent en travées de 1 à 3 cellules de large. Ils sont dépourvus d ’atypies cytologiques.  

 la présence dans la cicatrice et les septa de vaisseaux anormaux.

Ces vaisseaux majoritairement de nature artérielle décrivent des trajets tortueux. Leur paroi est épaissie aux dépens de l ’intima et de la média. Des images de thromboses sont parfois visibles.

la présence à l’interface entre la fibrose et les hépatocytes d’une prolifération ductulaire en règle floride. Il s’y associe un infiltrat inflammatoire modéré à marqué de nature polymorphe ou mononucléé.

b/ HNF télangiectasique

Elle représente 15% des HNF et est observée plus fréquemment en cas d’HNF multiples.

Macroscopiquement, il s’agit d’une masse bien limitée mais non encapsulée. Elle est en règle de plus petite taille que l’HNF classique, la taille médiane des lésions étant de 2 cm. Il n’y a pas de cicatrice fibreuse centrale. Le parenchyme est parfois discrètement lobulé mais sans nodulation vraie. Il est remanié par des foyers congestifs ou hémorragiques. En pratique, l’aspect macroscopique évoque le diagnostic d’adénome.

            Histologiquement, l’HNF télangiectasique est caractérisée par une alternance de territoires compacts et de territoires de dilatations sinusoïdales marquées parfois même kystiques.  Des septa fibreux sont présents mais ils sont moins nombreux et plus courts que dans l’HNF classique, ne déterminant pas d’architecture nodulaire. Ces septa renferment des sections artérielles souvent nombreuses à paroi plus ou moins épaissie, une prolifération ductulaire qui peut être discrète ou très focale et un infiltrat inflammatoire mononucléé en règle léger à modéré.

La limite avec le parenchyme normal est soulignée par un halo de dilatations sinusoïdales modérées.

c/ HNF avec atypies

Il s’agit d’une HNF de  type classique ou télangiectasique comportant des foyers de dysplasie hépatocytaire à grandes cellules caractérisés par des hépatocytes de grande taille à noyaux volumineux, hyperchromatiques, parfois multiples avec des nucléoles proéminents. Ces modifications cytologiques sont fréquemment associés à des images de bilirubinostase ou de cholestase chronique avec clarification des hépatocytes et corps de Mallory.

d/ HNF de forme mixte

Les HNF dites de type mixte associent au sein de la même lésion des aspects d’HNF plutôt de type télangiectasique et d’adénome. Il s’agit de tumeurs rares donc l’existence est contestée par certaines équipes qui en font plutôt des HNF télangiectasiques.

            Macroscopiquement,  l’aspect de ces tumeurs est celui d’adénomes sans cicatrice centrale ni nodulation franche.

Histologiquement, les territoires de type HNF caractérisées par des foyers de dilatations sinusoïdales, de courts septa fibreux avec artères à paroi épaissie et une prolifération ductulaire souvent discrète alternent avec des territoires adénomateux caractérisés par une prolifération hépatocytaire monotone avec des travées discrètement épaissies et des sinusoïdes comprimés.

En pratique


En pratique, la  situation la plus habituelle est celle d’une femme jeune chez laquelle on découvre une tumeur non kystique du foie, hypervasculaire au temps artériel.

Les diagnostics à envisager sont en premier lieu sur ce terrain l’HNF et l’adénome. Les autres hypothèses possibles sont en deuxième lieu un carcinome hépatocellulaire (CHC) soit de type classique sur foie sain soit de type fibrolamellaire et de façon beaucoup moins probable un angiomyolipome épithélïoïde ou encore la métastase unique d’une tumeur endocrine.

L’enjeu du diagnostic différentiel HNF/adénome est d’importance puisque seul le diagnostic formel d’HNF conduira à l’abstention thérapeutique.

1er temps : Diagnostic d’imagerie

Les examens d’imagerie TDM, IRM, Doppler permettent un diagnostic formel pour environ 2/3 des cas d’HNF.  Dans ce cas de figure, il n’y a pas de recours au pathologiste. L’attitude thérapeutique est l’abstention si la tumeur est asymptomatique et de taille raisonnable (< 5 cm).

2ème temps : Diagnostic anatomopathologique sur biopsie

Lorsque l’imagerie ne permet pas de porter le diagnostic d’HNF, l’attitude de la plupart des centres spécialisés est de recourir à une biopsie soit ponction-biopsie guidée de la lésion idéalement associée à une biopsie en foie non tumoral soit biopsie extemporanée à l’aiguille ou chirurgicale (sous laparoscopie ou à ventre ouvert).

La biopsie a deux buts :

1/ Exclure une tumeur à l’évidence ou possiblement maligne : CHC fibrolamellaire ou classique sur foie sain, angiomyoliome épithélioïde (HMB45), métastase d’une tumeur endocrine (chromogranine /synaptophysine), ce qui modifierait le geste chirurgical éventuel ou même l’attitude thérapeutique globale

Mais surtout    

2/ Eviter une chirurgie hépatique inutile pour une HNF non diagnostiquée par l’imagerie

Le diagnostic d ’HNF sur PBH guidée a pu être fait dans la série de Beaujon pour 58% des HNF non typiques en imagerie. Il repose sur des critères diagnostiques dont certains sont majeurs et d’autres mineurs et peu spécifiques

 Critères majeurs                                                                        Critères mineurs

Septa fibreux +++                                                                 Dilatations sinusoïdales

Artères à paroi dystrophique                                                    Fibrose périsinusoïdale

Prolifération ductulaire +++

Nodularité

L’algorythme diagnostique proposé par l’équipe de Beaujon est le suivant : HNF certaine si 3 à 4 critères majeurs, HNF possible si 2 critères majeurs + 1 ou 2 critères mineurs, Négatif pour HNF si 2 ou moins de 2 critères majeurs isolés. Le piège diagnostique principal est representé par les modifications péritumorales que peut prendre le parenchyme hépatique au contact d’une masse umorale.

La réponse attendue dans ce contexte par les cliniciens est de type binaire : HNF  ou pas HNF

Si le diagnostic d’HNF n’est pas possible, la réponse du pathologiste doit être « Tumeur hépatocellulaire bénigne sans argument pour une HNF » et le clinicien posera une indication chirurgicale.En cas de lésions multiples, le diagnostic histologique porté sur une lésion ne préjuge pas du diagnostic des autres lésions.

3ème temps : Diagnostic anatomopathologique sur pièce opératoire

Il peut encore s’agir d’une HNF dans une forme atypique en particulier télangiectasique dont le diagnostic différentiel avec un adénome est parfois difficile y compris sur pièce opératoire.


L’immmunomarquage, actine ML pour étudier les vaisseaux et CK19 pour identifier une prolifération ductulaire discrète ou focale peut apporter une aide au diagnostic .Le critère diagnostique essentiel en faveur d’une HNF est la présence d’une prolifération ductulaire.

Les critères en faveur de l’adénome sont l’absence de nodularité, l’absence de prolifération ductulaire, et l’aspect clair des hépatocytes.

Le second problème diagnostique que l’on peut rencontrer dans ce cadre est de différencier un adénome et un CHC très bien différencié. Au plan morphologique, les critères à retenir en faveur du CHC sont la densité cellulaire élevée, l’épaisseur des travées supérieure à 3 cellules,

la présence de structures pseudoglandulaires nombreuses, la perte focale de la trame réticulinique et la présence d’atypies cytonucléaires et de mitoses. Dans notre expérience, le marquage linéaire des cellules endothéliales sinusoïdales par le CD34 n’est pas un élément discriminatif. Cependant, la morphologie a ici ses limites et ne permet pas toujours de trancher formellement entre ces deux diagnostics. Le contexte clinique prend alors toute son importance, le diagnostic d’adénome hépatocellulaire n’étant à retenir qu’avec la plus grande prudence en dehors du contexte clinique habituel de la femme sous CO.

           

En conclusion

Les difficultés du diagnostic des tumeurs hépatocellulaires bénignes se sont accrues pour le pathologiste du fait de la découverte de tumeurs de plus en plus petites et de la description récente de nouvelles formes d’HNF aux critères diagnostiques non encore validés.

La stratégie diagnostique repose sur une étroite collaboration entre cliniciens, radiologues et pathologistes. L’enjeu est celui d’une indication ou non de chirurgie hépatique qui ne représente jamais un acte anodin.

Références


Tumeurs bénignes et pseusotumeurs hépatocytaires

Pathologie tumorale du foie Groupe METAVIR Coordination Michel Reynes Collection Le Pathologiste Elsevier 2002  p 59-71

L Grazioli, MP Federle, G Brancatelli, T Ichikawa, L Olivetti, A Blachar. Hepatic adenomas : imaging and pathologic findings.

RodiaGraphics 2001 ; 21 : 877-94

JH Foster, MM Berman. The malignant transformation of liver cell adenoma.

Arch Surg 1994 ; 129 :712-7

L Chiche, T Dao, E Salamé, MP Galais, N Bouvard, G Schmutz, P Rousselot, P Bioulac-Sage, P Segol, M Gignoux. Liver adenomatosis : reappraisal, diagnosis, and surgical management. Eight new cases and review of the literature.

Ann Surg 2000 ; 231 : 74-81

L Grazioli, MP Federle, T Ichikawa,  E Balzano, M Nalesnik, J Madariaga. Liver adenomatosis : clinical, histopathologic and imaging findings in 15 patients.

Radiology 2000 ; 216 : 395-402

BN Nguyen, JF Fléjou, B Terris, J Belghiti, C Degott . Focal nodular hyperplasia. A comprehensive pathologic study of 305 lesions and recognition of new histologic forms

Am J Surg Pathol 1999 ; 23 : 1441-54

A Fabre, P Audet, V Vilgrain, BN Nguyen, D Valla, J Belghiti, C Degott. Histologic scoring of liver biopsy in focal nodular hyperplasia with atypical presentation

Hepatology 2002, 35 : 414-20

P Bioulac-Sage, C Balabaud, IR Wanless. Diagnosis of focal nodular hyperplasia. Not so easy.

Am J Surg Pathol 2001 ; 25 : 1322-25

S Lepreux, C Laurent, C Balabaud, P Bioulac-Sage. Focal nodular hyperplasia lacking some key histopathological features making the diagnosis difficult.

Virchows Arch 2002 ; 440 : 445-6

similaire:

Pr c guettier Service d’Anatomie Pathologique Hôpital Paul Brousse Villejuif iconNote de tp sous forme d’un petit examen écrit au 4
...

Pr c guettier Service d’Anatomie Pathologique Hôpital Paul Brousse Villejuif iconObjectifs anatomie pathologique

Pr c guettier Service d’Anatomie Pathologique Hôpital Paul Brousse Villejuif iconAux urgences de l'hôpital, paul 25 ans discute avec un medecin qui...

Pr c guettier Service d’Anatomie Pathologique Hôpital Paul Brousse Villejuif iconMagali callies – Traductrice
«A case of autoimmune pancreatitis in a 10-year-old boy» pour le Professeur J. P. Cézard du Service de Gastroentérologie, Mucoviscidose,...

Pr c guettier Service d’Anatomie Pathologique Hôpital Paul Brousse Villejuif iconDe toutes les personnes de 60 ans et plus, présentes dans les établissements...
«gravité» de la pathologie. A un état pathologique donné ne correspondant qu’un nombre limité de profils plausibles, 240 «couples...

Pr c guettier Service d’Anatomie Pathologique Hôpital Paul Brousse Villejuif iconLe nouvel hôpital de Cannes est le premier hôpital de France à être...
«Inauguration du Centre Hospitalier de Cannes, premier hôpital tout fibre optique et tout ip de France et de l’Europe du sud»

Pr c guettier Service d’Anatomie Pathologique Hôpital Paul Brousse Villejuif iconL’hôpital et son histoire
«Un musée est au service du développement et du progrès d’une société (…). IL fait des recherches concernant les témoins matériels...

Pr c guettier Service d’Anatomie Pathologique Hôpital Paul Brousse Villejuif iconL’ovaire I – anatomie macroscopique

Pr c guettier Service d’Anatomie Pathologique Hôpital Paul Brousse Villejuif iconAnatomie et physiologie de l'appareil digestif

Pr c guettier Service d’Anatomie Pathologique Hôpital Paul Brousse Villejuif iconAnatomie et cytologie pathologiques en cancerologie








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com