Dans son concept, le Festival de Cornouaille allie tradition et modernité, découvertes et créations, partage et convivialité








télécharger 196.8 Kb.
titreDans son concept, le Festival de Cornouaille allie tradition et modernité, découvertes et créations, partage et convivialité
page3/4
date de publication29.04.2018
taille196.8 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > documents > Documentos
1   2   3   4

Vendredi 26 juillet « KROAZHENT»

Une création Festival de Cornouaille


tarifs : 17 à 7

« Kroazhent », spectacle au croisement des chemins et des saisons !

Un carrefour : 4 directions, 4 saisons, 4 chemins pour un voyage musical et visuel à travers le temps et la tradition.

Un carrefour : lieu de rencontre entre des artistes d’horizons divers pour un partage de musicalité et d’émotions. Avec :
Les concepteurs : Jean-Philippe Mauras, Jean-Louis Hénaff, Christian Faucheur et Jean-Marc Le Sieur

Les musiciens : Chant, narration : Laurent Jouin. Chant : Marthe Vassallo, Kalinka Vulcheva. Violons : Jacky Molard, Maëlstrom quartet (J.P. Andrieux, Laurent Dacquay, Pierre Stephan et Thierry Moreau). Accordéons : Philippe Ollivier. Cornemuses : Patrick Molard, Yann Cariou, Alain Gras, Hervé Le Floch. Bombarde : Jean-Louis Hénaff, Christian Faucheur, Steven Madec, Vincent Gestin, Céline Poupon, Gaëlle Poder. Guitare : Jacques Pellen. Percussions : Dominique Molard. Trombone : Dominique Delahoche. Tuba : Mathias Quilbault. Trompette : Christophe Griveau.

Un ensemble de danseurs dirigé par Mickaël Jegou. Installation sculpturale par Jean-Pierre Blaize.

Samedi 27 juillet BLACK LABEL ZONE et ARMENS


tarifs : 8 à 4

Les huit musiciens de Black Label Zone sont issus des bagadou de Briec, Guingamp, Quimperlé et Lamballe. Ils arborent sur scène des kilts écossais et produisent une musique énergique, festive, originale et unique en son genre. Les jeunes musiciens ont inventé un rock celtique influencé par la musique écossaise. Les influences du groupe sont multiples et leurs compositions passent du reggae au rock, voire au hard rock, du rock américain au « pipe band » et du funk à la samba. Deux albums et plusieurs dizaines de concerts ont fait acquérir une expérience à ces jeunes musiciens qui mélangent toujours les genres. Le mélange de cornemuse, de guitare et de percussions donne à leurs morceaux un dynamisme foudroyant.
Les six membres d’Armens viennent de réaffirmer, avec leur nouvel album, leur identité de groupe de rock-folk avec leur touche lorientaise celtique qui fait la différence. Ce jeune groupe, originaire de la région de Lorient, commence sa carrière sous le nom de "Years of the Dog", puis devient Armens "Les Pierres" en breton, en 1996. Le premier album "6 différents" obtient un succès fulgurant. Dans son nouvel album, Armens joue l'éclectisme : chansons rock, festives ou balades. Le groupe s'est aussi investi dans des textes et des paroles plus personnelles.

C'est au fil des concerts donnés dans les bars et les cafés-concerts de la région de Lorient que le groupe s'est forgé son identité. Armens a su trouver un style bien à lui : à la guitare et à la batterie se mêlent des instruments comme la mandoline, l'harmonica ou le djembé. Les textes sont engagés dans l'air du temps. Armens refuse les étiquettes et se définit avant tout comme un groupe rock originaire de Bretagne.

En 1998, ils étaient la révélation du festival interceltique de Lorient. C'est le 16 mars 1999, sur la scène de Bercy, que le groupe lorientais a été révélé au grand public, en assurant la première partie du "concert celtique du siècle", baptisé "Bretagnes".

Le groupe Armens est composé de Gwendal à la basse, Gwenn à la guitare, au chant et à la mandoline, Youn à l'accordéon, Fab à la batterie, Ben au violon et Alex au chant et à la guitare. Dans leurs chansons, ils défendent le refus de la démagogie, de la facilité à se contenter de dénoncer des situations contre lesquelles tout le monde s'insurge comme la misère, la guerre... sans s'impliquer réellement.
 Dimanche 28 juillet I MUVRINI

Rencontre avec la Corse

tarifs: 17 à 7

Ambassadeur de la culture corse, I Muvrini mélange les sons actuels à la tradition ancestrale des polyphonies, il fait partie intégrante du courant de la world music.

I Muvrini s'est formé en 1979, autour des frères Bernardini, Jean François et Alain. Ils ont hérité la science de la polyphonie traditionnelle de leur père, avant de s'ouvrir au folk-song ou à la world-music. Leur premier album "I Muvrini…ti ringrazianu" sorti en 79, rend hommage à ce père disparu deux ans auparavant. Dès leur deuxième album, "Anu da vulta" (Ils vont revenir), ils mêlent la musique traditionnelle à leurs propres compositions. L'album "E campa qui" (Vivre ici), qui sort en 1981, élargit le public du groupe, puisqu'il paraît avec l'éclosion des radios libres qui s'empresseront de diffuser largement leurs titres. En 1984, sort l'album "Lacrime", essentiel dans leur carrière. En 1985, le groupe est invité au Printemps de Bourges, puis à Paris au Théâtre de la Ville et à Bobino. Leur notoriété dépasse la Corse et leurs polyphonies séduisent de nombreux publics à travers l'Europe. C'est à Paris qu'ils enregistrent "Pé l'amore di té" qui sort en 88. L'album se vend à plus de 300.000 exemplaires.

"A voce rivolta" (A tue-tête) marque l'ouverture à de nouvelles couleurs musicales. Après une série de concerts à Naples et à Florence, en avril 92, sous leur propre production, ils investissent le Zénith, une des plus grandes salles parisiennes. L'été 93 est réservé à une grande tournée à travers l'Ile de Beauté qui rassemble 80.000 personnes. Après cela, le groupe joue deux soirs de suite au Zénith à Paris. L'album souvenir de ces deux concerts sort en 1994. En 1995, l'album "Curagiu" est disque d'or. Il sera suivi d'une tournée et d'un concert-événement à Bercy le 27 janvier 1996 dont sera tiré un album live. Le 4 décembre de la même année, le groupe fête la fin d'une année triomphale à l'Olympia, puis deux mois plus tard, ils obtiennent la Victoire de la Musique du meilleur album de musique traditionnelle. En mai 98, paraît le 13ème album du groupe, "Leia" (liens). Enregistré en partie à Londres, l'album renferme un duo anglo-corse avec le chanteur Sting ("Fields of Gold").

Entre 99 et 2001, le groupe continue de tourner activement. Après plus de 20 ans de carrière, I Muvrini continue de se battre en faveur d'une Corse pacifiée et fraternelle. En adaptant la tradition ancestrale de la polyphonie aux sons actuels, le groupe a su faire connaître et faire apprécier sa culture et sa langue.
5 - Concerts de l’Evêché

Jardin de l’Evêché

 Lundi 22 juillet LAÏS et DOMINIG BOUCHAUD

Soirée d’Ailleurs

tarif : 7

Laïs signifie voix et est également le nom d’un genre de chansons érotiques du Moyen Age. Laïs est avant tout un trio de chanteuses belges : Jorunn Bauweraerts, Nathalie Delcroix et Annelies Brosens accompagnées par 5 musiciens. Elles chantent en flamand, puisant dans la poésie, les légendes, les mélodies traditionnelles de nombreux pays d’Europe (Italie, France, Suède, Occitanie…). Laïs a su conquérir un large public enthousiaste grâce à ses voix polyphoniques lumineuses. Ce jeune groupe a participé à de nombreux festivals en Europe et notamment en France en première partie de Sting ou I Muvrini. Gabriel Yacoub a collaboré à leur dernier album « Dorothea » paru chez Virgin en 1999. Musicalement, Laïs est aussi à l’aise dans les chants a capella, le folk, les ballades, ou les arrangements rock, pop ou jazz. Leur style puise ses racines dans la tradition et s’inscrit bien plus largement dans la chanson contemporaine internationale.
Dominig BOUCHAUD fait, depuis plusieurs années, des recherches sur l’adaptation de la musique bretonne à la harpe, instrument qui n’est plus joué en Bretagne depuis la fin du Moyen Âge. Sa démarche se base sur une écoute attentive des chanteurs et sonneurs traditionnels, en essayant de concilier le caractère monodique et modal de la musique bretonne avec les possibilités polyphoniques de la harpe. Parallèlement, il continue de composer dans un esprit de recherche à la fois contemporain et lié au patrimoine culturel de Bretagne. Il enseigne la harpe celtique à l’école nationale de musique de Kemper et joue régulièrement dans les festivals internationaux de musique celtique. En novembre 2001, Dominig Bouchaud sort un album, « L’ancre d’argent, harpe en Bretagne », dans lequel il s’est entouré d’Anne Auffret, Christian Faucheur, Odile Ribeyre et l’ensemble de harpes Telen Kemper.

 Mardi 23 juillet  IDRI et LES 4 JEANS

Soirée Nouvelles expressions

tarif : 7

Les trois sonneurs de Idri figurent parmi les meilleurs spécialistes de la cornemuse en Bretagne : Alain Cras, du Bagad Douarnenez, a participé à de nombreuses aventures au sein des bagads de Brest Sant Mark, Kemper et Cap Caval ; Yann Cariou, penn soner du Bagad de Konk-Kerne, excellent flûtiste, joue également avec les formations musicales « Crossroads » et « Spoum « , a participé au groupe Kurun et à des duos avec Jean-Michel Veillon ; Hervé Le Floch, penn soner du Bagad Cap Caval, est un vieux routard de la poche à trois bourdons. Ils sont accompagnés par Sébastien Carney, guitariste du groupe de fest-noz « Forz Penaos » et par Yann-Guirec Le Bars, guitariste dans les groupes « Spoum » et « The Menestrell Band ». Une nouvelle formation à composition détonante !


Les 4 Jeans est un groupe nantais qui a débuté en 1995, il est formé de 6 musiciens épicuriens et givrés (ce sont eux qui le disent !). Alain Pennec à l’accordéon, bombarde et flûte, tourne depuis 30 ans et est le co-fondateur du groupe avec Jean Michenaud le guitariste/mandoliniste issu des Kouerienn Sant-Yann pionniers du renouveau de la musique bretonne dans les années 70. Les quatre autres membres du groupe sont : Roland Brou, chanteur ; Jean-Luc Baudet à la guitare électrique ; Stéphane Barbier, batteur et percussionniste ; Youenn Landreau, chapman stick, claviers et didjeridoo. Le style musical de ces 6 lascars passe par des chansons traditionnelles de Haute Bretagne, du Québec et d’Irlande et prend des formes de musique actuelle, rock, blues, jazz, zydeco, hip hop…Dernier album en date : « Que de mensonges » paru chez L’Autre Distribution.
 Mercredi 24 juillet RUE D’LA GOUAILLE et MORENN

Soirée Rock Celtique

tarif : 7

Rue d’la Gouaille est un groupe nantais qui existe depuis 1994, la moyenne d’âge du groupe ne dépassait pas alors 21 ans. Il est composé de Morgane (tin whistle, accordéon), Haddog (chant, guitare), Freddo (mandoline, bandjo, piano, accordéon, chœurs) et Morvan (contrebasse, chœurs). Ils tournent depuis 6 ans un peu partout en France, au Québec, en Allemagne, en Suisse. Le groupe fait de la chanson folk et joue avec de nombreux instruments acoustiques : contrebasse, guitare, accordéon, tin whistle, piano, mandoline et banjo…ce qui lui permet d’installer des ambiances chaleureuses très cabaret. Leur incroyable énergie scénique emporte un public toujours plus large. Les morceaux venus de Bretagne, d’Irlande, des faubourgs parisiens ou des pays de l’Est sont interprétés avec une vitalité sans borne. Ça sue, ça braille, ça tape du pied ! Leur album autoproduit « Le Pavé » est paru en 1999, le prochain est prévu pour cette année.
Le style de Morenn ce serait du bigouden - rock festif ! Morenn, qui veut dire « brume de mer » en breton est la réunion de 8 korrigans endiablés originaires de Langueux, pris d’une irrésistible envie de faire la fête et de la partager. Les traditions irlandaises et bretonnes alliées aux influences plus actuelles (rock, reggae, ska, funk, disco…) forment un cocktail explosif pour quiconque ose y goûter ! Attention Morenn, ça bouge et ça saute de partout ! Le groupe est formé de 8 musiciens : Francesca, au chant et à l’accordéon diatonique ; Antoine, au chant et à la basse ; Ewen, au whistle et à la bombarde; Sam, au chant et à la guitare électrique ; Solenn au violon ; Mathieu, au saxo alto et ténor ; Fab, à la batterie et Phiphi, au chant et à la guitare électrique. Après plus de 150 concerts sur les routes de Bretagne et de France, 3 albums autoproduits, le groupe vient de sortir son premier album « En public… » distribué par Kérig Records sur la Bretagne.
 Jeudi 25 juillet

FOEHN et création « ZAW » de Yann Honoré

Soirée Création

tarif : 7

Le Fœhn est un vent de montagne chaud et sec qui excite les sens et tourne la tête. C’est aussi un duo formé par Jean-Yves Martial, chanteur, violoniste, joueur de bouzouki et Marc Garnier, chanteur et guitariste. Leur répertoire fait alterner les compositions celtico-jazzy et les chansons traditionnelles bretonnes et irlandaises. Les deux comparses ont décidé de renouer avec leurs racines et de retrouver cette formation acoustique et légère avec laquelle ils ont beaucoup tourné dans les années 90. Leurs influences musicales sont diverses : bretonne (ils ont tourné avec Tammies et Bouchdu), tsigane, orientale, jungle (ils ont joué dans le groupe Nomade).
Zaw est une création métissée de Yann Honoré. Il s’agit d’une musique croisée, bretonne et urbaine, traditionnelle et future. La langue bretonne y côtoie le kabyle, le gallois, l’anglais ou le français, le pachpi et la ridée y tutoient les rythmes africains et les séquenceurs virtuels. La création rassemble 10 musiciens et notamment : Ffran May, chanteuse galloise ; Farid Aït Siameur, chanteur d’origine algérienne et fondateur du groupe Taÿfa ; Armel An Hejer, jeune chanteur de kan ha diskan et de gwerzhioù ; Loïc Blejean au uillean pipe et low whistle a joué avec Glaz, Denez Prigent ; Nicolas Stevenin au oud ; Odile Ribeyre, violoniste de formation classique, a travaillé avec le quatuor Arz Nevez ; Bernard Bizien, grand spécialiste de la guitare en accord ouvert, a participé à de nombreuses formations bretonnes ; Pascale Le Berre, pianiste et arrangeuse, a collaboré avec Alan Stivell.

 Vendredi 26 juillet SUALTAM et THALWEG

Soirée du Nord au Sud

tarif : 7

Sualtam, né de la rencontre de trois musiciens professionnels bretons, fait partie de la nouvelle génération de la musique irlandaise. Sualtam propose un répertoire instrumental traditionnel, arrangé de façon « moderne ». Les trois musiciens sont directement inspiré par le groupe Lunasa ou par des musiciens comme Mickaël Mac Golrick. Jérôme Nédélec, à la guitare, est un spécialiste de la guitare en accord ouvert. Il est inspiré par le maître en la matière : Arty Mac Glynn. Ronan Blejean, accordéoniste diatonique, joue sur un instrument au système irlandais. Sylvain Barou, aux flûtes, uilleann pipes et low whistles est devenu un musicien incontournable sur la scène de la musique irlandaise en Europe.
Le Thalweg est la ligne de rencontre des eaux, le contraire des crêtes, un point de jonction où se rencontrent deux montagnes. Le groupe a été créé en janvier 2000 par des musiciens de plusieurs formations, réunis par leur désir de mêler les musiques maghrébines et pop celtiques. Ainsi binious bretons et qarqabous maghrébins font la fête avec les bombardes et gumbri sur fond de guitares, de flûte et de banjo. Guitares, basses et batteries multiplient les clins d’œil au rock, au jazz et… à la musique médiévale. Les textes bourrés d’humour et de métaphores parlent d’Algérie, de Kabylie, d’histoires drôles et d’illusions perdues. Hocine Boukella, alias Cheikh Sidi Bémol est guitariste et chanteur. Manu Le Houézec est un virtuose des instruments à vent. Il a collaboré avec Les Garçons Bouchers et Urban Sax. Marc Israël est le bassiste du groupe. Moulay Aït Si Ahmed est guitariste rock. Samy Chiboub est batteur. L’album « Thalweg – Berbéro-celtic » est paru en novembre 2001, distribution Coop Breizh.
 Samedi 27 juillet SOIG SIBERIL TRIO et LAND’S END

Soirée Cabaret

tarif : 7

Soïg Sibéril est l’un des plus célèbres guitaristes bretons, réputé comme étant l’un des spécialistes de l’Accord Ouvert. Soïg commence sa carrière à 18 ans, inspiré par le folk et le blues. Depuis sa première expérience dans les années 70, jusqu’à la reconnaissance dont il est l’objet aujourd’hui, Soïg Sibéril a toujours mêlé le style traditionnel à une approche moderne de la guitare. Dernièrement, il a même utilisé des rythmes africains et jazz sur ses compositions. Après avoir participé à différents groupes (Sked, Kornog, Gwerz, Pennou Skoulm, Den et La Rouchta) et enregistré 19 albums (dont les fameux Ours du Scorff), Soïg Sibéril s’engage maintenant dans un parcours solo. Reconnu internationalement (notamment par des pointures comme Kevin Burke, Paddy Keenan ou Tony Mac Manus avec lesquels il a tourné), il se produit régulièrement en Ecosse, en Italie, aux Etats - Unis. Il participe à de grands festivals de musique traditionnelle ainsi qu’à des festivals de guitare. Son dernier album et troisième CD solo, « Gwenojenn » (ces petits sentiers de Bretagne), est sorti en 1999 avec une distribution Coop Breizh. Il a invité ses amis Alain Genty, Jacky Molard, Didier Squiban, Kari Gouriou, Bachir Mokari, Alan Stivell… à y participer. Soïg Sibéril sera accompagné sur scène par Carl Gouriou aux saxos et Alain Gentil à la basse.
Jean-Claude Normand (aux claviers et chant) est à l’initiative du groupe Land’s End (au début il y a la terre et tout au bout, il y a la mer). Après avoir fait partie pendant 7 ans du groupe Glaz, et accompagné Alan Stivell ou Gilles Servat, il décide en 1998 de créer son propre groupe de pop-rock celtique métissé sur fond de musique traditionnelle. Il contacte alors des amis musiciens avec lesquels il avait envie de jouer. Les membres de Land’s End sont tous des habitués de la scène. Jacques Moreau (Taÿfa, Stock an dans…) est aux percussions, Gilles Le Bigot (Dan ar Braz, Bagad Kemper, Skolvan…) est à la guitare acoustique, Ludovic Mesnil (Squiban, Bagad Kemper, Taÿfa…) est à la guitare électrique, Sylvain Barou (Denez Prigent, Pigtown, Glaz…) est au uilleann pipes, Ian Proërer (Georges Jouin, Walhalla, Red Cardell) est à la batterie, Hilaire Rama (Hervé Villard, Alan Stivell, Gilles Servat…) est à la basse. Land’s End, un nouveau grand dans l’éclectisme du paysage musical breton.

 Dimanche 28 juillet

tarif : 9

Musiques et Danses de Bretagne dans le cadre des Jardins de l’Evêché avec les spectacles du Cercle des Bruyères et du Bagad de Beuzec Cap Sizun, ainsi que du Cercle « Ar Bleuniou Kignez » de la Forêt Fouesnant.

6 - Le jeune public
Sensible à l’importance que revêt la transmission des savoir-faire dans le secteur des arts et traditions populaires, le Festival de Cornouaille accorde une place importante au jeune public. L’enfant est tout à la fois spectateur, acteur et créateur.
Le premier samedi du festival est consacré aux enfants
Sadorn ar Vugale : le Samedi des enfants


 Samedi 20 juillet Le Défilé des enfants

A partir de 14h00, au cœur de Quimper
Le Défilé des enfants est un moment très émouvant : ils sont plus de 500 à défiler en costumes traditionnels dans le centre de Quimper. Venant de toute la Cornouaille, ils ont moins de 15 ans et sont tous élèves des écoles de danse et de musique de Cornouaille. La parade des enfants accompagnée par la musique des bagadig, défile à travers les rues du vieux Quimper.
La Grande Assemblée des jeunes

tarif : 8

A partir de 15h00, Amphithéâtre place de la Résistance
Un spectacle de plus de 2h00 rassemble les enfants (danseurs et musiciens) ayant participé au défilé.

 Lundi 22 au Vendredi 26 juillet L’Abadennou Bugale 

Les Ateliers des enfants

Ecole des Pommiers, 14h30 à 17h30 gratuit
L’Abadennou Bugale accueille une centaine d'enfants de 6 à 11 ans pour différents ateliers :

- Jeux traditionnels bretons : la boule pendante, le boulten, le birinic ou le kilhou bihan (petits jeux de quilles)…

- musique

- arts plastiques

- broderie

- calligraphie

- crêperie

- chant choral et chant breton

- danses bretonnes

- lutte traditionnelle bretonne : le gouren

- langue bretonne

- contes et légendes à la bibliothèque
7- Les Grands rendez-vous de la culture bretonne

Pour partager et aviver les riches couleurs des différents terroirs de la Cornouaille et de la Bretagne par ses costumes, ses danses, sa musique…


Retransmis en direct sur le site Internet
Dimanche 21 juillet Le Défilé des Guises

L’événement incontournable du festival !

A partir de 10h30, au cœur de Quimper tarif : 6
Plus de 1.700 participants issus de 50 cercles et bagadou de la Cornouaille et de la Bretagne participent cette année au Défilé des Guises (guise = mode vestimentaire d’une région).

Le défilé des Guises est un gigantesque spectacle de rue qui compte plus de 1.700 acteurs. Ils sont tous organisés en cercles celtiques (danseurs), en bagadou (musiciens) ou en "groupes" (danseurs et musiciens). On peut également y voir toutes les candidates à l'élection du titre de Reine de Cornouaille ainsi que la Reine de l'année précédente qui défile, accompagnée de ses demoiselles d'honneur. C'est donc une véritable "parade" qui s'étire jusqu'à 13 heures dans le centre historique de la ville.

On appelle "guise" la mode vestimentaire particulière à une région. On a dénombré 66 guises différentes en Bretagne. La Bretagne compte de multiples pays, les "broiou", répartis en Haute et Basse Bretagne. Depuis près de deux cents ans, elle offre une multitude de "guises", plus extraordinaires les unes que les autres, qui représentent chacun des pays.

Le Festival de Cornouaille propose de découvrir ou de redécouvrir cette variété de costumes traditionnels mis en scène dans un véritable spectacle de rue rythmé par de la musique, des chants et des danses. C'est le Défilé des Guises.
L’Abadenn Veur

La Grande Assemblée des sonneurs et des danseurs

Place de la Résistance, à partir de 14h30 tarifs : 11 € + défilé 13
Les participants au Défilé des Guises se retrouvent sur scène pour un spectacle inoubliable de musiques, de chants et de danses bretonnes à l’issue duquel est élue la Reine de Cornouaille. Mille danseurs aux costumes traditionnels, véritables objets d’art, sont sur scène.

L'Abadenn Veur, c'est la "grande assemblée" des groupes de danse et de musique, des cercles celtiques et des bagadou qui se succèdent sur la scène de l’amphithéâtre de la Place de la Résistance.

Le spectacle est articulé autour de l'évolution de la danse illustrée sous ses formes traditionnelles ou évolutives. La chorégraphie montre les danses particulières qui rythmaient autrefois les principaux moments de la vie, les danses de tous les jours, celles pour le mariage, pour le baptême, pour les fêtes, les pardons...

Tous les terroirs de Bretagne sont représentés et la palette des costumes qui couvre une centaine d'années, de 1840 à 1950, enchante le spectateur.

L'accompagnement musical est varié. On y entend aussi bien le couple traditionnel de chanteurs ou de sonneurs, que la formation orchestre ou le bagad. La musique a toujours occupé une place prépondérante dans les moments festifs.
L’élection de la Reine de Cornouaille et de ses demoiselles d’honneur se déroule à la fin de l’Abadenn Veur. La Reine et ses demoiselles d’honneur sont élues parmi une vingtaine de candidates. Pour pouvoir participer à l’élection, les candidates doivent appartenir à un Cercle de Cornouaille et être âgée au minimum de 18 ans dans l’année. Elles doivent présenter un dossier personnel d’une dizaine de pages traitant d’un aspect particulier de la culture traditionnelle du terroir dont elles sont issues. Revêtues du costume de mariée, elle devront soutenir leur dossier devant un jury. Le dimanche matin elles participent au défilé des guises en tenue de mariée et pendant l’Abadenn Veur, elles dansent une gavotte en compagnie d’un cavalier de leur choix en costume.
Le Triomphe des sonneurs

Un grand moment du festival.

Quais de l’Odet, à partir de18h00 gratuit
Le Triomphe des Sonneurs est le grand rassemblement de tous les bagadou participant à la fête.

500 musiciens, sonneurs et batteurs remontent les quais de l’Odet en jouant le même air de marche. Plus de 1000 membres de cercles celtiques les accompagnent.

Ce défilé qui clôture la fête a pour originalité de faire se côtoyer des musiciens venus des divers groupes et de diverses catégories en toute spontanéité et dans une grande convivialité.
Le Concert des bagadou

Jardins de l’Evêché, 15h00 à 17h tarif : 7
Il montre la richesse et la diversité de la musique bretonne d'aujourd'hui.

Les bagadou de très grande qualité se retrouvent aux Jardins de l’Evêché.
 Samedi 27 juillet La Nuit des Vieux quartiers

Au cœur historique de Quimper, entre 19h et 2h00 tarif : 5
Animations, concerts, fest-noz avec SPOUM, ARVEST, PLANEDENN et YANN-FANCH KEMENER, CAP HORN, TERRE-NEUVE, DREMMWELL et le spectacle « Bugel Koar » avec Marthe Vassallo et Philippe Ollivier.
Plus de 10.000 promeneurs viennent découvrir les artisans des vieux métiers de Bretagne à travers le Quimper historique.

Les noms des rues du vieux Quimper, où se déroulent cette animation, racontent l'histoire de ce quartier qui abritait autrefois les métiers de bouche. Les noms sont évocateurs : rue des Boucheries, rue du Sallé, place au Beurre…

Cette plongée dans le Quimper médiéval avec ses maisons à colombages est l'occasion de découvrir les métiers cornouaillais d'autrefois, disparus ou encore pratiqués par des artisans détenteurs d'un savoir ancestral.

Des artisans feront des démonstrations de différents métiers tels qu'ils étaient exercés. On pourra ainsi voir le travail de cordiers, de vanniers, de sabotiers, de dentellières, de fabricants d'outils, de filets de pêche, les brodeurs, les fileuses de lin ou de chaume, les potiers, les souffleurs de verre, les orfèvres, découvrir la fabrication du beurre, des soldats de plomb…
Les artisans d'art associent un travail original de création contemporaine au savoir-faire traditionnel. Des œuvres de verrerie, d'ébénisterie, de broderie, de poterie ou de bijouterie seront présentées par ces artisans cornouaillais.

Cette soirée est également le prétexte pour découvrir des lieux habituellement fermés comme l'école, le collège et la chapelle auditorium qui proposeront une grande variété de spectacles avec des musiciens, des chanteurs, des danseurs, des montreurs d'images et de marionnettes et des spectacles en langue bretonne.
Les animations gratuites

au cœur du Quimper historique
- Présentation de défilés de bagadou

- Présentation de couples de sonneurs , de chanteurs et de musiciens de Bretagne

- Concours de sonneurs (organisé en partenariat avec l’Association « Bodadeg Ar Sonerien »)

- Animation d’ateliers d’initiation à la danse bretonne et aux danses d’Europe

- Présentation de cercles et bagadou de la région quimpéroise

- Présentation de groupes « découverte » dignes représentants de la relève musicale de Bretagne

- Présentation de groupe représentant les cultures identitaires « d’ailleurs »

- Festoù-Noz (tous les soirs à partir de 22h30) place Laënnec


Les stages de formation 
Des stages de formation seront proposés du lundi 22 au vendredi 26 juillet 2002.

De 9h30 à 12h00 et de 13h30 à 17h00.

Renseignements et fiches d’inscription aux stages auprès du Festival.
Stage de danses bretonnes, à L’Auditorium :

- Lundi 22 : Pays Nantais avec Michel Guillerm

- Mardi 23 : Gallo-Vannetais avec Alan Pierre

- Mercredi 24 : Pays Glazig

- Jeudi 25 : Pays Bigouden avec Solenn Boennec

- Vendredi 26 : Vannetais (Rhuis-Kas Ha barh) avec Manon Le Querler
Stage de broderie, au Musée Départemental Breton :

Avec Viviane Hélias, Odile Le Guyader et Joëlle Le Meur.

- Lundi 22 : Confection du Filet – Broderie d’art

- Mardi 23 : Perlage

- Mercredi 24 : Broderie Richelieu

- Jeudi 25 : Broderie sur Tulle

- Vendredi 26 : Broderie Le Neudé

L’université d’été # Skol-Veur An Hanv
1 thème La musique bretonne : évolutions et échanges,

2 organisateurs L'Université d'été du Festival de Cornouaille # Ti ar Vro Kemper,

3 espaces Théâtre Max Jacob > Musée départemental breton > Ti ar Vro Kemper.
Conférences Au théâtre Max Jacob de10h à 12h

Entrée : 3

Détail du programme : A suivre !
Projections > débats Musée Départemental Breton à16h30

gratuit

- Lundi 22 : Le grand avec une guitare (Jacques Pellen), de Marie Helia (Morgane Production). Intervenante : Anne Millour, musicologue.

- Mardi 23 : Des indiens Navajo et Pueblo en terre bretonne : La Terre et le Ciel – An douar hag an nenv, de Pascal Le Floc’hmoën (co-production Master Production – France 3 Ouest). Intervenant : Guigner Le Henanff, du groupe Kanerion Pleugnier, acteur de cette rencontre.

- Mercredi 24 : Bobines de sonneurs : images d’archives de la 1ère moitié du 20e siècle. Images : Cinémathèque de Bretagne. Intervenants : Laurent Bigot (musicien, musicologue), Claude Arnal (Cinémathèque de Bretagne).

- Jeudi 25 : Il était une fois dans l’Ouest : les filles de quelque part !, d’Olivier Bourbeillon (Morgane Production). Intervenante : Nolwenn Corbel, chanteuse et comédienne.

- Vendredi 26 : Les rencontres internationales de la clarinette populaire (Glomel). Images : Paotred an dreujenn-gaol. Intervenant : Erik Marchand (sous-réserve).
La clarinette en Bretagne Ti ar Vro Kemper, de 14h à 18h

gratuit

> Exposition, de 14h à 18h : Histoire de la clarinette populaire bretonne jusqu'à son récent renouveau (Réalisation : Paotred an dreujenn-gaol & Dastum).

Tous les jours, du lundi 22 au vendredi 26 juillet, 18 rue Ste Catherine.
> Apéro-concert : Pour finir l’Université d’été en beauté, un petit concert de clarinette au moment de l’apéro. Vendredi 26 juillet, 18h30, concert gratuit, rue Ste Catherine.

8 - Le site officiel du Festival de Cornouaille :

www.festival-cornouaille.com (mise à jour en mai 2002)
Date de création : 1996

Conception et réalisation : An Tour Tan (www.antourtan.org)

La présentation du site 


- L’espace « HISTORIQUE » : l’histoire du Festival commence il y a 79 ans.

- L’espace «  ARCHIVES » : on y retrouve de précieuses archives photo, audio et vidéo compilées depuis 1996, ainsi que tous les articles écrits par les « cyber-reporters ».

- L’espace « PROGRAMMATION » auquel on peut se référer pour la diffusion de la programmation officielle du Festival. Nombreuses photos disponibles.

- L’espace « PRESSE » pour télécharger photos et dossiers de presse. Photos de presse disponibles dès le 26 avril.

- L’espace «  FORUM » : les cyber-festivaliers peuvent échanger les uns avec les autres.

- L’espace « PARTENAIRE » à l’intérieur duquel les partenaires du Festival ont un espace de visibilité.

- L’espace « EN DIRECT » : Suivez le Festival de Cornouaille heure par heure !

Cette rubrique vous permet de lire, vivre, voir et entendre le Festival de Cornouaille comme si vous y étiez. Le principe est simple : dès qu’un spectacle ou une animation se termine, articles, photos, sons et vidéos sont disponibles dans l’heure sur Internet.

150 articles, 180 extraits sonores et vidéos, plus de 1.000 photos… Chaque année, l’équipe de 10 bénévoles menée par Nicolas Gonidec est présente pour relever le défi !

La totalité des pages rédigées durant le Festival restent disponibles tout au long de l’année.

Dimanche 21 juillet - Le Défilé des guises : L’événement incontournable du festival ! est diffusé en direct à partir de 10h30. Plus de 1.700 participants issus de 50 cercles et bagadou de la Cornouaille et de la Bretagne y participent.

À ne pas manquer également, les festoù-noz du 4 mai et 20 juillet qui seront eux aussi retransmis en direct vidéo et son sur Internet. Ces directs vidéos seront réalisés par An Tour Tan, qui est devenu maître en la matière avec les trois Cyber Fest Noz (1999, 2000 et 2001).

- L’espace « BILLETTERIE »

- La question linguistique : les articles importants sont traduits en Anglais.

La fréquentation

Selon le rapport statistique de fréquentation du serveur, au cours de l’année, de 30 à 50.000 visiteurs différents par mois visitent le site Internet du Festival.

Toujours selon le rapport statistique de fréquentation du serveur, en 2001, en période de pointe (entre le 20 et le 30 juillet 2001), plus de 300.000 pages ont été lues (comparativement à 100.000 pages en 2000) et 34.639 visiteurs ont fréquenté le site. Ces statistiques révèlent également que ces visiteurs proviennent en majeure partie de France (17.061) des Etats-Unis (15.206), du Canada (836), de Belgique (427), d’Allemagne (225) et de Suisse (102).
L’équipe 

Webmaster et rédacteur en chef du site (An Tour Tan) : Nicolas Gonidec ; architecte sonore : Hervé Thomas ; journalistes : Ewen Cousin, Jean-Marc Sochard, LenaÏg Kervéadou, Camille Etournau, Manuel Muller, Catherine Douguet ; traduction en anglais : Hervé Bourdon ; technicien multimédia : Erwan Ménier.
9 – Informations billetterie

Tarif particulier
Carte passeport 100 €uros : accès à tous les spectacles Place de la Résistance (place assise réservée et numérotée) et à l’Evêché.


Opérations spéciales
Mai 2002 : 4 €uros  de réduction sur les spectacles Place de la Résistance (prix des places debout) référence tarif juillet, sauf pour le spectacle du 27 juillet Armens et Black Label et les demi-tarifs.
Juin 2002 : 2 €uros  de réduction sur les spectacles Place de la Résistance (prix des places debout) référence tarif juillet, sauf pour le spectacle du 27 juillet Armens et Black Label et les demi-tarifs.


Liste des points de vente des billets


Festival de Cornouaille

Chapeau Rouge (à partir du 20 juin)

Rue de Falkirk

29000

QUIMPER

02.98.55.53.53

Office de Tourisme

7, rue de la Déesse 

29000 

QUIMPER

02.98.53.04.05
1   2   3   4

similaire:

Dans son concept, le Festival de Cornouaille allie tradition et modernité, découvertes et créations, partage et convivialité iconEst- ce- que la modernité, en art, est un rejet de la tradition?
«modernité» est un mot très souvent utilisé, notamment dans le vocabulaire artistique. Dans les livres d’histoire de l’art on commence...

Dans son concept, le Festival de Cornouaille allie tradition et modernité, découvertes et créations, partage et convivialité iconI. la modernite 1 Une Esthétique de la raison a Les Lumières
«nouveau et tout à fait particulier». IL a conscience de la nouveauté de son écriture. C’est quelque chose que l’on peut considérer...

Dans son concept, le Festival de Cornouaille allie tradition et modernité, découvertes et créations, partage et convivialité iconBiotop baignade écologique
...

Dans son concept, le Festival de Cornouaille allie tradition et modernité, découvertes et créations, partage et convivialité iconMercredi 12 octobre / 18h / Théâtre de la Porte d’Italie
«Concours International d'Instruments à vents» par Catherine Tiscornia et du partage d'un gâteau offert par les Amis du Festival...

Dans son concept, le Festival de Cornouaille allie tradition et modernité, découvertes et créations, partage et convivialité iconL’Art déco veut s’inscrire à la fois dans la grande tradition françaises...

Dans son concept, le Festival de Cornouaille allie tradition et modernité, découvertes et créations, partage et convivialité icon1. Concept, vocation et qualités. 3 Nom du modèle et label hp. 5
«2» dans le nom de ce trail sportif désigne le bicylindre à plat (boxer). La notion de «High Performance» ou «Haute Performance»...

Dans son concept, le Festival de Cornouaille allie tradition et modernité, découvertes et créations, partage et convivialité iconI. un concept original : la bohèME
...

Dans son concept, le Festival de Cornouaille allie tradition et modernité, découvertes et créations, partage et convivialité iconSynopsis Grâce à son style chorégraphique ancré à la fois dans la...
...

Dans son concept, le Festival de Cornouaille allie tradition et modernité, découvertes et créations, partage et convivialité iconLe thème du négatif dans la pensée freudienne et la tradition des philosophies du néant
«vie et mort», qui marque fortement le titre du présent ouvrage, et la tradition ancienne, héllénique-hébraïque-chrétienne-puis-luthérienne,...

Dans son concept, le Festival de Cornouaille allie tradition et modernité, découvertes et créations, partage et convivialité iconDe presse
«Itesoft a obtenu le meilleur taux de réussite sur notre cahier des charges: technologique avec la performance de son approche full-text,...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com