Historique, chronologique








télécharger 4.76 Mb.
titreHistorique, chronologique
page1/96
date de publication24.12.2016
taille4.76 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > documents > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   96


@

DESCRIPTION

GÉOGRAPHIQUE

HISTORIQUE, CHRONOLOGIQUE

POLITIQUE, ET PHYSIQUE

DE L’EMPIRE DE LA CHINE

ET

DE LA TARTARIE CHINOISE

Par le P. J. B. DU HALDE,

de la Compagnie de Jésus

TOME second

1735



à partir de :
DESCRIPTION GÉOGRAPHIQUE, HISTORIQUE,

CHRONOLOGIQUE, POLITIQUE, ET PHYSIQUE

DE L’EMPIRE DE LA CHINE ET DE LA TARTARIE CHINOISE

enrichie des cartes générales et particulières de ces pays, de la carte générale & des cartes particulières du Thibet & de la Corée, & ornée d’un grand nombre de figures & de vignettes gravées en taille-douce. En trois ou quatre volumes in-folio.

par le P. Jean-Baptiste DU HALDE, de la Compagnie de Jésus (1674-1743)

Tome second

A Paris, chez P. G. LEMERCIER, Imprimeur-libraire, rue saint Jacques, au livre d’Or. MDCCXXXV.

Avec approbation et privilège du Roi.



VOIR LA TABLE DES MATIÈRES

mise en format texte par

Pierre Palpant

www. chineancienne. fr

TABLE DES ARTICLES

contenus dans ce second volume

De l’ancienneté & de l’étendue de la monarchie chinoise,

De l’autorité de l’empereur, des sceaux de l’empire, de ses revenus, de ses dépenses ordinaires, de son palais, de ses équipages, & de sa marche lorsqu’il sort de son palais,

De la forme du gouvernement de la Chine, des différents tribunaux, des mandarins, des honneurs qu’on leur rend, de leur pouvoir, & de leurs fonctions,

Du gouvernement militaire, des forces de l’empire, des forteresses, des gens de guerre, de leurs armes, & de leur artillerie,

De la police de la Chine, soit dans les villes pour y maintenir le bon ordre, soit dans les grands chemins, pour la sûreté des voyageurs, des douanes, des Postes,

De la noblesse,

De la fertilité des terres, de l’agriculture, & de l’estime qu’on fait de ceux qui s’y appliquent,

De l’adresse des artisans, & de l’industrie du menu peuple,

Du génie & du caractère de la nation chinoise,

De l’air & de la physionomie des Chinois, de leurs modes, de leurs maisons, & des meubles dont elles sont ornées,

De la magnificence des Chinois dans les voyages, dans les ouvrages publics, tels que sont les ponts, les arcs de triomphe, les portes, les tours, & les murs de ville, dans leurs fêtes, &c,

Des cérémonies qu’ils observent dans leurs devoirs de civilités, dans leurs visites, & les présents qu’ils se font les uns aux autres dans les lettres qu’ils s’écrivent, dans leurs festins, leurs mariages, & leurs funérailles,

Des prisons où l’on renferme les criminels & des châtiments dont on les punit,

De l’abondance qui règne à la Chine,

Des lacs, des canaux, & des rivières dont l’empire de la Chine est arrosé ; des barques des vaisseaux, ou sommes chinoises,

De la monnaie qui en différents temps a eu cours à la Chine,

Du commerce des Chinois,

Du vernis de la Chine,

De la porcelaine,

Des soieries,

Extrait d’un ancien livre chinois, qui enseigne la manière d’élever & de nourrir les vers à soie, pour l’avoir & meilleure & plus abondante,

De la langue chinoise : [Du génie de la langue chinoise] — De la prononciation chinoise, & de l’orthographe des mots chinois en caractères d’Europe — Abrégé de grammaire chinoise [par rapport aux noms, aux pronoms, aux conjugaisons des verbes, aux prépositions, aux adverbes, aux nombres & à leurs particules]

Du papier, de l’encre, des pinceaux, de l’imprimerie, & de la reliure des livres de la Chine,

De quelle manière on fait étudier les jeunes Chinois, des divers degrés par où ils passent, & combien ils ont d’examens à subir pour parvenir au doctorat,

Extrait d’un livre chinois intitulé : l’Art de rendre le peuple heureux en établissant des écoles publiques,

Extrait d’un Traité sur le même sujet fait par Tchu hi, l’un des plus célèbres docteurs de la Chine, qui florissait sous la dix-neuvième dynastie nommée Song,

Extrait d’un livre contenant un recueil d’histoires, qu’on a soin de lire aux enfants.

Extrait du chapitre des examens particuliers des jeunes étudiants qui sont sieou tsai, ou qui prétendent à ce grade.

Traduction du chapitre Kiang hio, ou Modèle que donne l’auteur d’un discours, tel qu’il peut se faire dans le Hio, ou salle des assemblées de lettrés,

Traduction du chapitre chinois, où est proposé le projet & les règlements d’une académie ou Société de savants,

De la littérature chinoise,

Des King chinois ou des livres canoniques du premier ordre,

L’Y king, premier livre canonique du premier ordre,

Le Chu king, second livre canonique du premier ordre.

Divers extraits du Chu king, Maximes des anciens rois : DialogueHarangue qu’on dit que Tchong hoei fit à l’empereur Tching tangInstruction qu’Y yun donna au jeune Tai kiaHistoire de l’empereur Cao tsong & de Fou yue, son ministre,

Le Chi king, troisième livre canonique du premier ordre,

Odes choisies du Chi king : Première ode, un jeune roi prie ses ministres de l’instruire — Seconde & troisième ode à la louange de Ven vang — Quatrième ode, conseils donnés à un roi — Cinquième ode, sur la perte du genre humain — Sixième ou septième ode, lamentations sur les misères du genre humain — Huitième ode, avis à un roi,

Le Tchun tsiou, quatrième livre canonique du premier ordre,

Le Li ki, cinquième livre canonique du premier ordre,

Des livres classiques ou canoniques du second ordre,

Vie de Cong fou tsee, ou Confucius,

Ta hio, ou L’école des adultes, premier livre classique ou canonique du second ordre,

Tchong yong, ou Le milieu immuable, second livre classique ou canonique du second ordre,

Lun yu, ou Livre des sentences, troisième livre classique ou canonique du second ordre,

Meng tsee, ou le livre de Mencius, quatrième livre classique ou canonique du second ordre, divisé en deux parties [III] & plusieurs chapitres,

Hiao king, ou Du respect filial, cinquième livre classique,

Siao hio, ou L’école des enfants, sixième livre classique, divisé en plusieurs chapitres & paragraphes,

De l’éducation de la jeunesse,

Des cinq devoirs : des devoirs du père & du fils, du roi & de son ministre, du mari & de la femme, des jeunes gens à l’égard des personnes âgées, des amis,

De la vigilance qu’on doit avoir sur soi-même : Règles pour bien gouverner son cœur, pour apprendre à composer son extérieur, pour le vêtement, pour le repas,

Exemples par rapport à ces maximes, tirés de l’antiquité : Exemples des anciens sur la bonne éducation, sur les cinq devoirs,

Maximes des auteurs modernes : Maximes sur l’éducation de la jeunesse, sur les cinq devoirs, sur le soin avec lequel on doit veiller sur soi-même,

Exemples tirés des auteurs modernes : Exemples sur l’éducation de la jeunesse, sur les cinq devoirs, sur le soin avec lequel on doit veiller sur soi-même,

Recueil impérial contenant les édits, les déclarations, les ordonnances, & les instructions des empereurs des différentes dynasties, les remontrances & les discours des plus habiles ministres sur le bon & le mauvais gouvernement, & diverses autres pièces recueillies par l’empereur Cang-hi, & terminées par de courtes réflexions, écrites du pinceau rouge, c’est-à-dire de sa propre main,

Avis.

Extraits d’une compilation faite sous la dynastie Ming par un lettré célèbre de cette dynastie, nommé Tang king tchuen,

Extraits d’œuvres de Ouang yang ming,

Lié niu, ou Femmes illustres,

@



De l’ancienneté & de l’étendue

de la monarchie chinoise

@

a p.001 Chine a cet avantage sur toutes les autres nations du monde, que durant plus de 4.000 ans elle a été gouvernée presque toujours par les princes naturels du pays, avec la même forme d’habit, de mœurs, de lois, de coutumes & de manières, sans avoir jamais rien changé à ce que ses anciens législateurs avaient sagement établi dès la naissance de l’empire.

Comme ses habitants trouvent chez eux tout ce qui est nécessaire aux commodités & aux délices de la vie, ils ont cru se suffire à eux-mêmes, & ont affecté de n’avoir aucun commerce avec le reste des hommes. L’ignorance dans laquelle ils ont vécu des pays éloignés les a p.002 entretenus dans la persuasion ridicule, qu’ils étaient les maîtres du monde, qu’ils en occupaient la plus considérable partie, & que tout ce qui n’était pas la Chine, n’était habité que par des nations barbares. Cet éloignement de tout commerce avec les étrangers, joint au génie ferme & solide de ces peuples, n’a pas peu contribué à conserver parmi eux cette constante uniformité de leurs usages.

Il y a parmi les savants de la Chine deux opinions sur l’origine & le commencement de leur empire ; car ils ne s’arrêtent pas aux rêveries d’un peuple ignorant & crédule, qui sur la foi de quelques livres apocryphes & fabuleux, cherchent la source de leur monarchie dans des siècles imaginaires, qui précèdent la création du monde. Les historiens les plus célèbres distinguent dans la chronologie chinoise, ce qui est manifestement fabuleux, ce qui est douteux & incertain, & ce qui est sûr & indubitable. Ainsi ne voulant s’attacher qu’à ce qui leur paraît avoir quelque fondement de vérité, ils marquent d’abord comme une chose sûre, qu’on ne doit faire nulle attention aux temps qui ont précédé Fo hi, lesquels sont incertains, c’est-à-dire, qu’on ne peut les ranger suivant une exacte & vraie chronologie, & que ce qui précède Fo hi, doit passer pour mythologique.

Ces auteurs regardent donc Fo hi comme le fondateur de leur monarchie, lequel environ 200 ans après le déluge, suivant la version des Septante, régna d’abord vers les confins de la province de Chen si, ensuite dans la province de Ho nan, qui est située presque au milieu de l’empire, après quoi il défricha toutes les terres qui s’étendent jusqu’à la mer orientale.

C’est là le sentiment de presque tous les lettrés, & cette chronologie fondée sur une tradition constante, & établie dans leurs plus anciennes histoires, qui n’ont pu être altérées par les étrangers, est regardée de la plupart des savants comme incontestable.

D’autres auteurs chinois ne font remonter leur monarchie qu’au règne d’Yao, qui selon l’opinion des premiers, n’est que leur cinquième empereur ; mais si quelqu’un s’avisait de la borner à des temps postérieurs, non seulement il se rendrait ridicule, mais il s’exposerait encore à être châtié sévèrement, & même à être puni de mort. Il suffirait aux missionnaires de donner un simple soupçon en cette matière dont ensuite on eût connaissance, pour les faire chasser de l’empire.

Ce qu’il y a de certain, c’est que la Chine a été peuplée plus de 2.155 ans avant la naissance de Jésus-Christ, & c’est ce qui se démontre par une éclipse de soleil arrivée cette année-là, comme on le peut voir par les observations astronomiques tirées de l’histoire & d’autres livres chinois, lesquelles ont été données au public en l’année 1729.

On a vu finir les plus anciens empires ; il y a longtemps que ceux des Assyriens, des Mèdes, des Persans, des Grecs, & des Romains ne subsistent plus ; au lieu que la Chine semblable à ces grands fleuves, dont on a de la peine à découvrir la source, & qui roulent constamment leurs eaux avec une majesté toujours égale, n’a rien perdu pendant une si longue suite de siècles, ni de son éclat, ni de sa splendeur.

Si cette monarchie a été quelquefois troublée par des guerres intestines, par la faiblesse & la mauvaise conduite des empereurs, ou par une domination étrangère, ces intervalles de troubles & de divisions ont été courts, & elle s’en est presque aussitôt relevée, trouvant dans la sagesse de ses lois fondamentales, & dans les heureuses dispositions des peuples, une ressource aux malheurs dont elle sortait.

Ainsi pendant 4.000 ans & davantage le trône impérial a été occupé sans interruption par vingt-deux différentes familles, & l’on compte deux cent p.003 trente-quatre empereurs chinois, qui ont régné successivement jusqu’à l’invasion du roi tartare qui s’empara de la couronne il y a environ 85 ans, & qui a donné jusqu’ici à la Chine trois empereurs de sa famille, savoir Chun tchi qui a régné 17 ans, Cang hi qui en a régné 61, & Yong tching qui est sur le trône depuis l’année 1722.

Cette conquête qui se fit avec une facilité surprenante, fut le fruit de la mésintelligence des Chinois, & des diverses factions qui partageaient la cour & l’empire. La plus grande partie des troupes impériales étaient alors vers la grande muraille, occupée à repousser les efforts d’un roi des Tartares orientaux, appelés Mantcheoux.

Ce prince pour se venger de l’injustice faite à ses sujets dans leur commerce avec les marchands chinois, & du peu de cas que la cour avait fait de ses plaintes, était entré dans le Leao tong à la tête d’une puissante armée. La guerre dura quelques années ; il y eut différents combats donnés, des villes assiégées, des courses & des irruptions faites sur les terres de la Chine, sans qu’on pût dire de quel côté penchait la victoire, parce qu’elle favorisait tour à tour l’un & l’autre parti.

L’empereur Tsong tching demeurait tranquille dans sa capitale, & il n’avait guère sujet de l’être. Le supplice injuste auquel il avait condamné un ministre accrédité & lié avec les principaux de la cour, sa sévérité excessive, & son extrême avarice, qui l’empêchèrent de rien relâcher des tributs ordinaires qu’il exigeait du peuple, & cela dans le temps de la plus grande disette, aigrirent extrêmement les esprits & les portèrent à la révolte : les mécontents se multiplièrent dans la capitale & dans les provinces.

Un Chinois de la province de Se tchuen nommé Li cong tse, homme hardi & entreprenant, profita de ces conjonctures, & se mit à la tête d’un grand nombre de séditieux. Son armée grossissait tous les jours, par la multitude des mécontents qui s’y joignaient. En peu de temps il se rendit maître de plusieurs villes considérables, il conquit des provinces entières, & gagna les peuples en les exemptant des tributs dont ils étaient surchargés, en destituant les magistrats, & en les remplaçant par d’autres, sur la fidélité desquels il comptait, & à qui il commandait de traiter ses sujets avec douceur. D’un autre côté il saccageait les villes où il trouvait la moindre résistance, & les abandonnait au pillage de ses soldats.
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   96

similaire:

Historique, chronologique iconFrise Chronologique des mouvements littéraires

Historique, chronologique iconThématiques domaines artistiques
«d’entrées» correspondant à des thématiques a été établie par l’équipe enseignante en référence à la période chronologique étudiée...

Historique, chronologique iconHistorique

Historique, chronologique iconHistorique du Document

Historique, chronologique iconRevue Historique

Historique, chronologique iconLa recherche historique

Historique, chronologique iconDictionnaire historique

Historique, chronologique iconParcours historique 7

Historique, chronologique iconHistorique de l’ ordinateur

Historique, chronologique iconRésumé historique du pamphlet








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com