La leçon se donne en 20 minutes








télécharger 69.14 Kb.
titreLa leçon se donne en 20 minutes
date de publication08.09.2018
taille69.14 Kb.
typeLeçon
ar.21-bal.com > documents > Leçon
BUVE Aurélie

buveaurelie@hotmail.com

0475/ 84 27 68

Supervision

La leçon se donne en 20 minutes

Sujet : Les jardins de l’Antiquité : Grèce et Rome

Maître de stage : Mme Blanquet

Lieu : Lycée Martin V

Classe : 2è option art.

Date : Mardi 21 avril 2009.

PREPARATION DE LECON



UNIVERSITE CATHOLIQUE DE LOUVAIN

FINALITE DIDACTIQUE DU MASTER EN HISTOIRE DE L’ART ET ARCHEOLOGIE

ET

AGREGATION DE L’ENSEIGNEMENT SECONDAIRE SUPERIEUR EN HISTOIRE DE L’ART ET ARCHEOLOGIE.

OBJECTIFS À ATTEINDRE :


    1. Objectifs cognitifs visant l’acquisition d’une culture artistique intégrée à une formation générale.




  1. Caractéristiques essentielles que les élèves doivent retenir de la matière enseignée ? 




  • Situation géographique : bassin méditerranéen




  • Sources : textes, peintures, fouilles archéologiques, …




  • Grèce :

    • Eléments du jardin grec : arbres, fleurs, grottes et nymphées, colonnes, mais on laisse la nature suivre son cours

    • Dans un premier temps, les jardins sont liés aux divinités

    • Ensuite, développement des jardins en lien avec une architecture spécifique (gymnase, palestre, bains, etc…)

    • Peu de jardins privés




  • Rome :

    • Inspiration grecque : jardins sacrés et jardins liés à une architecture spécifique + éléments de composition (arbres, fleurs, grottes et nymphées, colonnes, etc…)

    • Essentiellement jardins privés rigoureusement entretenus et organisés

    • Jardins romains = cour intérieure et/ou prolongement du terrain

    • Nouveautés romaines : fontaines, oscilla, cadran solaire, viridarium, etc

    • Véritable art du jardin.



  1. Comment cette matière s’inscrit-elle dans un aspect évolutif de l’histoire de l’art ?


La partie Grèce et Rome continue chronologiquement la leçon donnée en début d’heure (Mésopotamie et Egypte). Elle apporte aussi quelque chose de nouveau puisque l’on aborde ici la civilisation occidentale et méditerranéenne. De plus, l’antiquité gréco-romaine constitue la base même de notre mode de vie.

    1. Objectif visant à un éveil de la sensibilité artistique.




  1. Comment éduquer l’œil des élèves, sur quels détails attirer leur attention ?




  • Sur les différences entre les jardins grec et romains : nature « sauvage » >< nature « domestiquée » ; jardins publics >< jardins privés

  • Sur les points communs : importance du sacré dans le jardin, éléments constitutifs



    1. Objectif visant à une meilleure ouverture d’esprit, à un réel sens critique et lorsque la possibilité s’en présente, au développement d’un sens social.




  1. Comment faire éclater la vision trop conformiste de l’élève et l’engager à utiliser plusieurs critères avant de formuler un jugement ?

  2. Comment objectiver et relativiser une appréciation ?

  3. Comment amener l’esprit de l’élève à des modes de pensées différents ?




  • Comparer le jardin grec et le jardin romain, insister sur leur ressemblance et leur différence.

  • Sensibiliser les élèves sur le travail fourni aux époques concernées en les confrontant au travail d’entretien des jardins actuels.



    1. Objectif cognitif : Le développement optimal des aptitudes mentales.




  1. Comment favoriser la réflexion, le raisonnement ?

  2. A partir de quels éléments mener l’élève à effectuer une gymnastique mentale ?




  • Insister sur la structuration architecturale des jardins grecs et romains, notamment sur la fantaisie que peuvent permettre les jardins romains.

  • Travailler sur base d’illustrations claires dans lesquelles ils pourront observer les informations assimilées. (photos archéologiques et reconstitution)

  • Dès lors, par leur observations, les questionner sur les caractéristiques générales et propre à chacun (= prémices d’une conclusion)




    1. Objectifs ultimes : Comportements terminaux souhaités.




  1. Comment donner aux jeunes le désir de loisirs culturels ?

  2. Comment créer le besoin de se cultiver en dehors de l’école, comment faire naître une curiosité intellectuelle ?


Il faut leur faire prendre conscience du travail que peu demander un jardin bien entretenu et dès lors, les encourager à aller en visiter (ex : Jardins d’Annevoie, Serres de Laeken, parcs municipaux, etc…). Dès lors, ils pourront également apprécier l’esthétique d’un jardin bien entretenus qu’il soit privé ou publics. Ils pourront également comparer l’organisation antique et l’organisation actuelle des jardins et voir ce qu’ils nous ont apporté.


ACCROCHE

Situation géographique :

Par mesure de sécurité, je souhaite commencer la leçon devant une carte du bassin méditerranéen pour être certaine qu’il situe bien l’Italie et la Grèce.


  • Illustration n°1 : Carte du bassin méditerranéen.




  • Objectif : Pour commencer, ils doivent savoir où se situe les pays étudiés. (Objectifs cognitifs visant l’acquisition d’une culture artistique intégrée à une formation générale)

  • Procédé pédagogique : Révision des acquis


Sources :
Question :

A votre avis, qu’est ce qui nous permet de savoir comment étaient ces jardins dans l’Antiquité ?

[Réponse souhaitée] : les textes, les fouilles archéologiques, les peintures, …


  • Illustration n°2 : Portraits de philosophes

  • Illustration n°3 : Photos de fouilles archéologiques,

  • Illustration n°4 : Viridarium de la maison de Livie, Rome.




  • Objectif : Nommer les différents types de sources que l’on peut mobiliser pour connaître des civilisations anciennes (Objectifs cognitifs visant l’acquisition d’une culture artistique intégrée à une formation générale)

  • Procédé pédagogique : Révision des acquis

LE CORPS DE LA LEҪON



  1. Les jardins grecs


Sources : Il reste très peu de vestiges. La grande majorité des sources est essentiellement écrite mais elles nous livrent l’existence de plusieurs types de jardins grecs :

  • Les jardins en tant que potagers (cités mais pas approfondis)

  • Les jardins sacrés

  • Les jardins « publics »

  • Très peu de jardins privés




  • Les jardins sacrés


Questions :

Pourquoi parle-t-on de jardins « sacrés » ? Qu’est ce que cela veut dire ?

[Réponse souhaitée] : Parce qu’ils sont liés aux dieux

Pourquoi les dieux sont-ils si importants en Grèce ? Pouvez-vous m’en citer quelques uns ?

[Réponse souhaitée] : Car les Grecs pensaient que c’est eux qui font tourner le monde, il y a un dieu pour chaque chose ; Exemples : Zeus, le dieu des dieux, pour le tonnerre, Aphrodite pour l’Amour, Hades pour les Enfers, …


  • Objectif : Introduire les jardins sacrés en leur faisant comprendre l’importance des dieux dans les croyances grecques. (Objectifs cognitifs visant l’acquisition d’une culture artistique intégrée à une formation générale)

  • Procédé pédagogique : Révision des acquis




  • Illustration n°5 : Sarcophage de Prométhée, cortège des dieux, 240 p.C.n., Musée du Louvre

= Les Grecs pensaient que les dieux étaient présents partout, qu’il y avait un dieu pour chaque chose. Aussi, ils croyaient qu’ils étaient présents dans les plantes, les fleurs et les arbres et donc que toute la végétation était animée par un esprit divin (+Exemples).

= Dès lors, on honorait les dieux de multiples façons et notamment en leur consacrant des jardins « sacrés ».
Question :

Que contenaient ces jardins sacrés ?

[Réponse souhaitée] : des arbres, des fleurs et des plantes liées aux dieux

= En effet, on y trouvait des arbres en allées, des plantes, des fleurs chères aux dieux. Il pouvait être de taille moyenne mais parfois ils pouvaient être vraiment très vastes. Ces jardins étaient entretenus mais avait un aspect sauvage, on y laissait la nature suivre son cours.

Illustrations n°6 : Parc du Pian, Jardins du Menton, France (reconstitution partielle d’un jardin de type grec)

  • Objectif : Aborder les caractéristiques du jardin sacré (Objectifs cognitifs visant l’acquisition d’une culture artistique intégrée à une formation générale)

  • Procédé pédagogique : Réflexion


On trouvait de tels jardins auprès des temples mais aussi près des grottes, pourquoi ?

[Réponse souhaitée] : Parce que des dieux habitaient aussi ces grottes

= Les grottes aussi étaient habitées par des divinités comme Pan et les Nymphes. Mais comme ce n’était pas possible de toujours avoir un jardin près d’une grotte, on éleva des grottes dans les jardins.

Illustration n°7 : François Girardon, Apollon servi part par les Nymphes, Parc de Versailles, XVIIIe siècle.

  • Objectif : Aborder les caractéristiques du jardin sacré (Objectifs cognitifs visant l’acquisition d’une culture artistique intégrée à une formation générale)

  • Procédé pédagogique : Réflexion

= œuvre postérieure dans le but d’illustrer le type du jardin autour d’une grotte.

Illustration n°8 : Éôs se lamentant devant son fils Memnon mort à la guerre de Troie, Amphore attique de 550 a.C.n, Musée du Vatican

Questions :

Que voyez-vous sur ce vase ?

[Réponse souhaitée] : deux hommes, des arbres, et des éléments d’armure

Comment sont les personnages ?

[Réponse souhaitée] : un est debout en couleur et l’autre est couché tout noir

Pourquoi est-ce que l’artiste à décidé de les représenter comme ça ?

[Réponse souhaitée] : Parce qu’il y en a un qui vit et l’autre qui est mort

Regardez l’armure, a qui pourrait-elle appartenir ?

[Réponse souhaitée] : A celui qui est couché, il s’est peut-être fait tué lors d’une bataille

Et donc, comment pouvons-nous considérer ce personnage ?

[Réponse souhaitée] : comme un héro

Qu’est ce que l’on retrouve en arrière-plan ?

[Réponse souhaite] : des arbres

= Les Grecs aimaient fort leurs dieux mais ils étaient également fiers de leurs héros, qui étaient des modèles pour eux. Dès lors, on créa aussi des jardins sacrés pour les héros. On y plantait des arbres pour qu’ils aient la protection des dieux même dans la mort. Ici, on retrouve le chêne (Zeus) et l’olivier (Athéna/Apollon).

= Ainsi, dans ces jardins des héros, on pouvait se promener et méditer sur ces exemple de force et de courage.


  • Objectif : A partit leur observation, aborder les jardins sacrés dédié aux héros (Objectifs cognitifs visant l’acquisition d’une culture artistique intégrée à une formation générale) + (Objectif cognitif : le développement optimal des aptitudes mentales)

  • Procédé pédagogique : Observation, Analyse esthétique




  • Les jardins publics


A partir du Ve siècle a.C.n, on remarque que beaucoup d’hommes croient moins en l’efficacité des dieux. Pourtant, les traditions ne disparaissent pas totalement mais cela plus par respect des traditions que par conviction profonde. A ce moment, on voit apparaitre une nouvelle mentalité : Comme les dieux et les héros, les hommes aussi veulent jouir des plaisirs qu’offrent les jardins.

Au même moment, on remarque que les villes ne cessent pas de s’embellir avec de nouvelles constructions comme des palestres pour faire du sport, des exèdres pour l’enseignement, des bains publics, et d’autres bâtiments divers.
Question :

Tous ces bâtiments contenaient un jardin, pourquoi à votre avis ?

[Réponse souhaitée] : Pour se reposer un peu après avoir fait du sport ou après avoir trop étudié, …

Quels éléments composaient ces jardins ?

[Réponse souhaitée] : des arbres pour de l’ombre, des fleurs et des plantes parce que c’est agréable

= Les Grecs aimaient flâner dans ces jardins, parmi les plantes et les fleurs, ils aimaient se reposer à l’ombre d’un arbre. Mais dans ces jardins, on retrouvait aussi des petites grottes ou nymphées, des colonnades, des statues, … Mais comme pour les jardins sacrés, on plantait et puis on laissait la nature suivre son cours.

Illustration n°9 : Vestiges de la palestre d’Olympie, Grèce

  • Objectif : Comprendre la fonction du jardin « publics », son utilité et ses caractéristiques esthétiques (Objectifs cognitifs visant l’acquisition d’une culture artistique intégrée à une formation générale) + (Objectif visant à un éveil de la sensibilité artistique)

  • Procédé pédagogique : Réflexion


Question :

Quelle est le point commun et la différence entre ces jardins « publics » grecs et nos parcs communaux, urbains ?

[Réponse souhaitée] : On peut se divertir dans les deux mais aujourd’hui, les parcs municipaux ne sont plus liés à un bâtiment.

= Les jardins « publics » grecs ont une fonction analogue au parc municipal car on peut aller s’y délasser, se reposer, flâner au pied des arbres. Mais aujourd’hui, ils ne sont plus affectés à l’architecture. Il existe pour eux-mêmes.

  • Objectif : Pointer la différence entre les jardins grecs antiques et nos parcs communaux (Objectifs cognitifs visant l’acquisition d’une culture artistique intégrée à une formation générale) + (Objectif visant à une meilleure ouverture d’esprit, à un réel sens critique et lorsque la possibilité s’en présente, au développement d’un sens social)

  • Procédé pédagogique : Réflexion, actualisation




  • Les jardins privés


Les jardins privés étaient très rares dans les villes car les portions de terres étaient restreintes. De plus, la maisons s’ouvrait sur une cour carrée qui cachait une citerne et donc ne permettait pas la présence d’arbres. Toutefois, on pouvait y trouver des plantes et des fleurs plantées dans des pots ou des paniers.

Illustration n°10 : Reconstitution d’une maison grecque

Illustration n°11 : Vestige d’une maison de Délos.


  1. Les jardins romains


Les jardins grecs vont servir d’exemple aux Romains qui ont leur emprunter :

  • Les jardins des dieux avec les arbres sacrés

  • Le goût pour les grottes et nymphées

  • Les jardins liés à l’architecture

Comme en Grèce, il y a des jardins liés aux dieux et à l’architecture.

Illustration n°12 : Maquette des thermes de Caracalla

Contrairement au Grecs, les Romains vont développer un véritable art des jardins « privés ».

A la base, la maison romaine s’organise autour d’une cour centrale, l’atrium. Derrière l’habitation, il y avait le potager. Mais ce plan va connaître une évolution importante. Il va se transformer.

  • L’atrium s’élargit et devient un péristyle

  • Le potager s’agrandit et devient un vaste jardin

Illustration n°13 : Atrium de la maison de Ménandre, Pompéi

Illustration n°14 : Péristyle de la maison des Petits Amours Dorés, Pompéi

Illustration n°15 : Jardin de la maison du Faune, Pompéi
Illustration n°16 : Plan de la maison du Faune, Pompéi

Questions :

Sur ce plan, combien d’espace peuvent recevoir de la végétation ?

[Réponse souhaitée] : deux

Dès lors, quels sont ces deux autres petits espaces carré/rectangulaire ? (voir plan)

[Réponse souhaitée] : des atriums

Quelle conclusion tirez-vous ?

[Réponse souhaitée] : Une villa romaine pouvait avoir plusieurs jardins et plusieurs atriums et donc beaucoup de pièce pouvaient recevoir de la végétation.

  • Objectif : Comprendre l’agencement des jardins romains, leur multiplicité et leur fonction (Objectifs cognitifs visant l’acquisition d’une culture artistique intégrée à une formation générale) + (Objectif visant à un éveil de la sensibilité artistique)

  • Procédé pédagogique : Réflexion, Observation

Illustration n°17 : Péristyle de la maison des Vettii, Pompéi

Questions :

Sur base de ces vestiges, dites-moi ce que l’on pouvait trouver dans un jardin romain ?

[Réponse souhaitée] : des fleurs, des plantes, des colonnes, des tables en pierre, des petits bassins, des statues

  • Objectif : Citer les caractéristiques esthétiques du jardin romain (Objectifs cognitifs visant l’acquisition d’une culture artistique intégrée à une formation générale) + (Objectif visant à un éveil de la sensibilité artistique)

  • Procédé pédagogique : Observation

Illustration n°18 : Fontaines du jardin de Loreius Tiburtinus, Pompéi

Question :

Que voit-on ici ?

[Réponse souhaitée] : une grande fontaine, …

  • Objectif : Citer les caractéristiques esthétiques du jardin romain (Objectifs cognitifs visant l’acquisition d’une culture artistique intégrée à une formation générale) + (Objectif visant à un éveil de la sensibilité artistique)

  • Procédé pédagogique : Observation

Illustration n°19 : Péristyle de la maison des Petits Amours Dorés, Pompéi

Questions :

Dans ce jardin que voit-on qu’il n’y avait pas dans les jardins précédents ?

[Réponse souhaitée] : des trucs qui pendent entre les colonnes

  • Objectif : Citer les caractéristiques esthétiques du jardin romain (Objectifs cognitifs visant l’acquisition d’une culture artistique intégrée à une formation générale) + (Objectif visant à un éveil de la sensibilité artistique)

  • Procédé pédagogique : Observation

= Ainsi, dans un jardin romain, on peut trouver des arbres/arbustes, des plantes, des fleurs, des bassins en pierre, des colonnes, des statues de divinités protectrices, des fontaines, des oscilla mais aussi des cadrans solaires en pierre et des volières

Illustration n°20 : Cadran solaire et oscillum retrouvé à Pompéi

Illustration n°21 : Nymphée et statue de la maison à la petite fontaine, Pompéi

Illustration n°22 : Viridarium de la maison du Bracelet d’Or, Pompéi
Questions :

A votre avis, quelles personnes pouvaient avoir de tels jardins? Pourquoi ?

[Réponse souhaitée] : les riches parce qu’il fallait beaucoup d’espace et beaucoup de personnel pour l’entretenir.

Pensez-vous qu’il serait possible d’avoir ça chez soi ?

[Réponse souhaitée] : Non parce que les maisons sont construites différemment et parce que cela demanderait trop d’argent et trop d’entretien.

  • Objectif : Leur faire comprendre que type de jardin est lié à une classe sociale particulière, qu’ils demandent beaucoup de temps et d’entretien, que le climat de Belgique ne le permet pas (Objectifs cognitifs visant l’acquisition d’une culture artistique intégrée à une formation générale) + (Objectif visant à un éveil de la sensibilité artistique)

  • Procédé pédagogique : Réflexion, actualisation

= Les grands propriétaires aimaient avoir des jardins richement décorés et très entretenus. Pourtant, même les artisans les moins aisés disposaient un petit jardin depuis leur cour intérieure.

= Lorsque la maison est trop petite pour recevoir un jardin, on peint sur les murs un paysage en trompe-l’œil avec des arbres, des fleurs, des bassins autour desquels volètent des oiseaux (voir illustration n°20).
Illustration n°23 : Le grand bassin de la villa Adriana, Tivoli

Illustration n°24 : Reconstitution du grand bassin de la villa Adriana, Tivoli

= Dans nos jardins, il serait difficile d’avoir de telles choses car le climat ne le permet pas mais aussi parce que cela demanderait trop d’argent et de temps. Pourtant, en Belgique, il existe des jardins très bien entretenus où l’on retrouve des arbres, des fleurs, des plantes, des fontaines et des statues.

Illustration n°25 : Les jardins d’Annevoie

Illustration n°26 : Les serres royales de Laeken


  1. Type de récapitulation adoptée 

Sur base des objectifs cognitifs et des caractéristiques spécifiques à retenir, je leur demanderai de me faire un petit résumé des éléments importants qu’ils ont retenus :

  • Sources : textes, peintures, fouilles archéologiques, …

  • Grèce :

    • Eléments du jardin grec : arbres, fleurs, grottes et nymphées, colonnes, mais on laisse la nature suivre son cours

    • Dans un premier temps, les jardins sont liés aux divinités

    • Ensuite, développement des jardins en lien avec une architecture spécifique (gymnase, palestre, bains, etc…)

    • Peu de jardins privés

  • Rome :

    • Inspiration grecque : jardins sacrés et jardins liés à une architecture spécifique + éléments de composition (arbres, fleurs, grottes et nymphées, colonnes, etc…)

    • Essentiellement jardins privés rigoureusement entretenus et organisés

    • Jardins romains = cour intérieure et/ou prolongement du terrain

    • Nouveautés romaines : fontaines, oscilla, cadran solaire, viridarium, etc

    • Véritable art du jardin.




  1. Les modifications éventuelles 

Si je me rends compte que la Grèce me prend trop de temps, je raccourcirais la partie sur les jardins « publics » pour passer directement à Rome. Si je vois que cela ne suffit pas, je serais brève sur les jardins « publics » romains.


  1. L’utilisation du tableau ou d’un power point 

Essentiellement utilisation du PowerPoint mais je n’exclus pas l’utilisation du tableau pour expliquer des notions qu’ils n’auront pas compris.


  1. Bibliographie


CARLIER (Fr.), FAGG (Ch.), La Grèce ancienne, Tournai, 1979 (Panorama des civilisations).

DE FRANSCISCIS (A.), Pompéi, Naples, 1972.

HAUTECOEUR (L.), Les Jardins des Dieux et des Hommes, Paris, 1959.

HAYT (F.), WILLEMS-ELTGES (J.), L’Orient et la Grèce, Namur, s.d. (Du Document à l’Histoire).

SALLES (C.), La vie des Romains au temps des Césars, Paris, 2004 (L’histoire au quotidien).


  1. Résumé


REFLEXION PEDAGOGIQUE

Une des difficultés fut de réduire ces deux parties à 10 minutes chacune. Cela impose de la concision et une bonne sélection dans la matière, surtout sans connaitre les acquis des élèves sur ces deux civilisations.

Durant la leçon, mon stress fut une vraie embuche car la matière enseignée fut moins riche que sur le papier. De plus, j’aurais davantage du actualiser la matière et accorder plus de temps à chaque élève pour qu’il s’exprime.

Il est difficile de donner une leçon sur les jardins grecs car la documentation est très minime et en plus, ils sont très difficiles à illustrer. Il ne fut pas aisé d’élaborer cette partie, voilà pourquoi j’ai choisi de montrer des illustrations de dieux, de vase grec, de reconstitution et d’adaptation. Mon but était de leur montrer toute la symbolique et la fonction de ces jardins mais aussi qu’ils ont influencé les autres générations.

En ce qui concerne les jardins romains, cela était beaucoup plus facile notamment grâce aux vestiges de Pompéi et donc je n’ai pas eu trop de difficulté à construire cette partie de la leçon. On pourrait facilement tenir plusieurs heures de cours sur le sujet.

similaire:

La leçon se donne en 20 minutes iconAtelier valèS (maroc)
«Ici les choses sont faites, IL n'y a plus qu'à les peindre». IL se référait également à Léonard de Vinci considérant que seules...

La leçon se donne en 20 minutes iconIFusion Analytics et Interoute signent un partenariat pour des analyses Big Data à la source
«Déployer des outils d’analyse sur le réseau mondial d’Interoute composé de Virtual Data Centres interconnectés modifie la donne...

La leçon se donne en 20 minutes iconDate du jour = new Date(); var minutes = date du jour getUtcminutes(); if (minutes

La leçon se donne en 20 minutes iconLeçon 1 15 janvier 1964 Leçon 2 22 janvier

La leçon se donne en 20 minutes iconAller en quête de bénédictions dans lesmosquées
...

La leçon se donne en 20 minutes iconEssaires pour assumer la prise en charge de toutes les pathologies...
«coupe transversale», IL donne la «photographie» d’une population à un moment donné, dans un objectif de comparaison de services,...

La leçon se donne en 20 minutes iconCompétition programme 1 80 minutes

La leçon se donne en 20 minutes iconChapter 1 1 (13 minutes; 12 points)

La leçon se donne en 20 minutes iconMoulins les metz à 5 minutes

La leçon se donne en 20 minutes icon3 minutes pour lire les questions








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com