Lors du dernier message, nous étions dans les environs de Norfolk près à prendre la mer, mais le gros temps nous avait fait rentrer dans le port de Little Creek








télécharger 11.54 Kb.
titreLors du dernier message, nous étions dans les environs de Norfolk près à prendre la mer, mais le gros temps nous avait fait rentrer dans le port de Little Creek
date de publication09.09.2018
taille11.54 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > documents > Documentos
MESSAGE 2009-15
Lors du dernier message, nous étions dans les environs de Norfolk près à prendre la mer, mais le gros temps nous avait fait rentrer dans le port de Little Creek Cove pour attendre la clémence de la météo.

Nous entreprenons notre traversée jusqu’à Cape May le lendemain, le 15 juin. À la sortie de la Chesapeake, nous rencontrons un porte avion et des destroyers qui l’escortent. C’est impressionnant, parce que nous ne voyons pas autant d’armement chez nous et parce que ça vient éveiller tout ce que la guerre comporte. Nous naviguons 159 milles. Le vent est de 5-10 noeuds du nord est. Comme c’est du près, nous nous appuyons du moteur. Michel peste un peu, mais le vent demeure faible et ça lui passe. Nous sommes quatre voiliers sur ce bout de mer à part les motorisés. Nous faisons nos quarts de nuit accompagné d’un quartier de lune.

Le 16 juin, le vent monte jusqu’à 20 noeuds, mais nous entrons à Cape May sans embûche. Nous nous installons au mouillage avec quatre autres voiliers dont Calypso du Québec. La météo ne nous donne pas la permission de partir le 17 juin, alors nous allons à la marina Utcha's pour visiter la ville.

Cape May est une ville de pêcheurs qui fait de ce métier de la mer, l’industrie du tourisme par excellence. Tout le port de pêche est aménagé pour que les passants mangent et achètent poissons et souvenirs. C’est calme et beau tout en nous rappelant des villes à bâtiments colorées de la Suède et de la Norvège. Nous nous gavons de poisson.

Le 18 juin, avec une météo qui prévoit des vents jusqu’à 15 noeuds, nous partons pour New York. À peine sortis de la marina, nous voyons que le vent est de plus de 25 noeuds. Nous rebroussons chemin et revenons à quai. Nous lisons et je brode un peu en attendant le temps favorable.

Le 19 juin, nous nous avançons vers New York à 128 milles en mer. Le vent est à 80o soit nord ouest de 8-10 noeuds. Nous sommes à voile. Quelques voiliers sont dans la même direction. Atlantique City passe à notre bâbord avec ses plages et ses manèges. C’est bon, le temps est doux et le soleil nous chauffe la couenne au son de la radio classique par ce que nous sommes près de la côte. La profondeur, à 10 milles de la côte est toujours à peu près 50 pieds, c’est surprenant ce plateau continental. Le vent tombe au cours de la soirée et il reprend faiblement du sud est. Ça va donc très bien avec le vent trois quarts arrière. Comme la météo conserve sa prévision, nous décidons de ralentir notre course afin d’entrer à New York de jour. La nuit est humide et plus froide. Nous rencontrons quelques navires soit qu’ils gardent le large où passe la ligne des cargos ou qu’ils coupent notre route pour entrer au port.

Nous entrons dans la grande baie de New York au lever du jour accompagnés de deux paquebots de vacances et de quelques bateaux pousseurs de barges. En tout cas, le soleil levant sur Manhatan, c’est magnifique ! Comme on nous l’avait indiqué nous aurions pu nous ancrer dans un bassin en arrière de la Statue de la Liberté, mais pourquoi ? C’est loin du centre-ville. Nous nous avançons donc à la Marina 79e rue. Il y a des coffres et nous nous y amarrons. Y a du courant en titi, mais bien attaché ça ira. Ce n’est vraiment pas la plus belle marina, mais ça conviendra très bien pour visiter la métropole.

Le 20 et 21 juin, nous sentons le pouls général de New York. Nous prenons d’abord le métro pour nous rendre à Times Square. Comme nous nous questionnons sur la sortie, un New Yorquais nous aborde pour nous donner l’information. Il est Belge et vit ici depuis plus de 20 ans. Nous prenons une passe de deux jours par le bus touristique et nous grimpons vitement à l’étage pour pouvoir photographier à notre guise. Il pleut tout à coup averse. Nous descendons pour visiter, reprenons le bus et redescendons selon les coins à voir. En deux jours, nous aurons marché sur quelques rues, nous serons entrés dans quelques magasins, nous aurons vue, la 7ième Avenue, Ground Zéro, Brooklyn et Manhattan Bridge, Central Park, l’Empire State et de beaux édifices, China Town, ...l’ONU, le Lincoln Center pour le Metropolitain Opera.... Nous nous sommes sentis accueillis et à l’aise. C’est assez propre, les gens sont serviables et on ne manque pas d’information. Belle ville à explorer davantage en tant que touristes parce que s’y loger semble coûter une petite fortune. Le fait de sauter dans le bus à plusieurs reprises, nous avons eu la présentation personnalisée de sept agents touristiques. Tous parlent d’architecture, trop peu d’histoire, un peu de culture et beaucoup trop des achats à faire ici et là, parce que le circuit est probablement financé en partie par les commerçants.

Le 22 juin, nous poursuivons notre route sur la rivière Hudson qui est un fleuve d’ailleurs. Nous continuons avec Malik, un équipage de 5 (Marc, Judith et leurs mousses Sébastien, Pascale et Amélie). Ils ont fait la traversée du Retour aux sources dans le cadre du 300ième de Québec et ils reviennent après un an. Du 22 au 26 juin nous seront ensemble pour démâter ( baisser le mât avec une grue ), passer 12 écluses et bien s’amuser. Les écluses sont bien organisées avec leurs cordages pour que nous puissions nous arrêter et avec leurs câbles d’acier plastifiés pour s’ajuster au bassinage. Il a fait soleil, il a venté fort et il a plu; de tout pour notre bonheur.

Naviguer dans les rivières et le canal Hudson demande encore de la vigilance pour suivre le fond marin et pour éviter les débris d’arbre flottant. Le 25 juin, nous avons fait un souper d’au revoir à Malik pour aller tout seul jusqu’au pays. Nous avons fait de beaux mouillages et de plus en plus le paysage sentait le Québec. Le 26 juin, nous entrons dans le petit Lac Champlain. Nous remarquons qu’ici aussi la pêche est un sport très pratiqué. Les chaloupes se promènent à vitesse grand V et plusieurs autres trôlent aidés du petit moteur électrique. Un pêcheur m’a dit qu’il prenait de la perchaude et du doré.

Le 27 juin, vers 16h, nous passons la frontière, une petite pancarte flottante, pour entrer au Québec. À la douane, nous avons été reçu avec courtoisie. Nous avons payé des taxes sur les douze bouteilles de vin déclarées en plus de celles auxquelles nous avions droit. Le grand Lac Champlain semble agréable à naviguer. C’est surtout long et les profondeurs sont importantes. Les possibilités de mouiller ou d’ailler en marina sont nombreuses. C’est long pour déboucher sur la mer, mais on peut dire la même chose de plusieurs plans d’eau. La mer arrive lorsqu’on la projette quelques années d’avance. En entrant à la marina des Alizés juste apres le bureau des douanes : Surprise! Qui prend nos amarres ? Michel Martineau, un gars du Saguenay en vacance dans le coin. Le monde est petit n’est-ce pas !

Le 28 juin, nous allons jusqu’à St. Jean sur le Richelieu et nous célébrons notre arrivée en famille :Louise, Patrick, Jean, Monique, Marie-Êve, Jean-Michel et Jessica.

Il nous reste à passer le canal Richelieu jusqu’à Sorel , remâtage et ensuite le Fleuve et le Saguenay pour revenir à la maison.

À très bientôt, parce que nous prévoyons accoster à la mi-juillet, à la marina de l’Anse à Benjamin.

Ginette et Michel

similaire:

Lors du dernier message, nous étions dans les environs de Norfolk près à prendre la mer, mais le gros temps nous avait fait rentrer dans le port de Little Creek iconRésolution : toujours demander le prix avant de consommer, ici on...
«tourist line» et un vendeur, nous ayant dit qu’il avait ce que nous cherchions, nous invite dans sa boutique minuscule qui manifestement...

Lors du dernier message, nous étions dans les environs de Norfolk près à prendre la mer, mais le gros temps nous avait fait rentrer dans le port de Little Creek iconLes classes de 2°4 et de 2°2 partent pour ce séjour en Italie. Après...
«Hôtel Kitty». C’est un hôtel 3 étoiles, sobre, à 50m de la plage. On mange dans le restaurant de l’hôtel et nous allons nous coucher,...

Lors du dernier message, nous étions dans les environs de Norfolk près à prendre la mer, mais le gros temps nous avait fait rentrer dans le port de Little Creek iconL’Ombre : Depuis Venise, nous nous étions perdus de vue. Mais que...
«polémos». En êtes-vous encore à croiser le fer avec l’esprit du temps, avec ces «Modernes» qui ne comprennent rien à vos propos...

Lors du dernier message, nous étions dans les environs de Norfolk près à prendre la mer, mais le gros temps nous avait fait rentrer dans le port de Little Creek iconNous vous présentons ce que les Amis du Parc ont fait en novembre...
«retours» à la fois pour alimenter le site et pour ne pas travailler «dans le vide». Cette lettre a été envoyée le 27 novembre sans...

Lors du dernier message, nous étions dans les environs de Norfolk près à prendre la mer, mais le gros temps nous avait fait rentrer dans le port de Little Creek icon«Sur les pas de Roger Martin du Gard»
«Les Thibault»,son œuvre majeure, dans le manoir normand «Le Verger» qu’il avait fait construire, manoir aujourd’hui détruit. Mais...

Lors du dernier message, nous étions dans les environs de Norfolk près à prendre la mer, mais le gros temps nous avait fait rentrer dans le port de Little Creek iconLittérature québécoise
Il fut un temps où, nous aussi, nous pouvions créer, dans les déserts américains, une grande nation française et balancer avec les...

Lors du dernier message, nous étions dans les environs de Norfolk près à prendre la mer, mais le gros temps nous avait fait rentrer dans le port de Little Creek iconBulletin de l’ acf massif central. Son titre, «Message de désir»
«Le désir et son interprétation». Jacques-Alain Miller nous y invite à considérer le désir extravagant, insaisissable à qui veut...

Lors du dernier message, nous étions dans les environs de Norfolk près à prendre la mer, mais le gros temps nous avait fait rentrer dans le port de Little Creek iconElectronic Shadow : habiter l’image
«y compris d’idées non réalisables puis nous allons le plus loin possible dans la réalisation jusqu’à arriver à l’impossibilité et...

Lors du dernier message, nous étions dans les environs de Norfolk près à prendre la mer, mais le gros temps nous avait fait rentrer dans le port de Little Creek iconRésumé Contrairement à une «révolte»
«pouvoir neuf». Mais le changement ne se fait pas selon un programme préétabli. De ce fait, les répercutions sont nombreuses et diverses...

Lors du dernier message, nous étions dans les environs de Norfolk près à prendre la mer, mais le gros temps nous avait fait rentrer dans le port de Little Creek iconTranscription rapport du
«Jack» Force, se trouvait également dans les environs la nuit du 12 septembre, mais a été rayé de la liste des suspects une fois...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com