Veille media








télécharger 0.51 Mb.
titreVeille media
page2/17
date de publication01.04.2017
taille0.51 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > documents > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   17

INFOS COLLECTIF VAN

USA : le démocrate Schiff demande l’indépendance du Karabagh

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - « Le représentant américain Adam Schiff, partisan de longue date de l’autodétermination pour le peuple du Nagorno Karabakh a déclaré croire que : « À moins que les États-Unis et ses partenaires du Groupe de Minsk ne fassent des efforts concertés pour résoudre le statut du Karabakh-Nagorno d’une manière qui reflète la volonté du peuple de l’Artsakh [Karabagh], la perspective d’une reprise d’horribles combats et de pertes humaines terrifiantes grandira. » Il a ajouté : « On ne peut pas permettre que le peuple de l’Artsakh – qui est à grande majorité arménien et à grande majorité chrétien - tombe aux mains d’Aliyev [président de l’Azerbaïdjan]. En glorifiant un meurtrier, lui-même et son pays ont montré leur vraie nature au monde, rendant impérieux la reconnaissance totale et urgente d’un Artsakh indépendant » Le Collectif VAN vous propose la traduction d’un article en anglais paru sur le site PanArmenian.Net le 18 octobre 2012.

[Nota CVAN : Membre du Parti démocratique, Adam Schiff Bennett est le représentant américain au Congrès pour le 29e district de Californie. Il siège au Congrès depuis 2001.
Le terme Artsakh est la dénomination arménienne du Haut-Karabagh.]


Le représentant Schiff : on ne peut permettre que l’Artsakh tombe aux mains d’Aliyev

18 octobre 2012 - 11:00 AMT

PanARMENIAN.Net

Le représentant américain Adam Schiff, partisan de longue date de l’autodétermination pour le peuple du Nagorno Karabakh a déclaré croire que : « À moins que les États-Unis et ses partenaires du Groupe de Minsk ne fassent des efforts concertés pour résoudre le statut du Karabakh-Nagorno, d’une manière qui reflète la volonté du peuple de l’Artsakh, la perspective d’une reprise d’horribles combats et de pertes humaines terrifiantes grandira. »

« Il est dans l’intérêt de tous de voir cette question réglée et cela devrait être une priorité diplomatique pour 2013 »
, a indiqué Schiff dans une déclaration publiée par Asbarez.

« Des années de combat et l’isolement économique font que le Nagorno Karabagh est sérieusement sous-développé. Avec l’aide de la communauté arméno-américaine, j’ai insisté pour que l’USAID consacre plus d’aide à l’Artsakh. Si j’ai réussi à obtenir que le montant de l’année prochaine soit plus que doublé (à 5 millions de dollars) par le Département d’État pour le projet de loi en attente à la Chambre des Représentants, le besoin est beaucoup plus grand et davantage d’aide sera nécessaire, » a-t-il dit.

« Toutefois, construire un Artsakh fort et indépendant n’est que la moitié du problème. Il faut aussi rappeler à l’Azerbaïdjan que le prix de ses agissements est élevé. L’Azerbaïdjan tient beaucoup à l’aide pour la sécurité qu’il reçoit de Washington, non pas parce qu’il a besoin d’argent (il n’en a pas besoin), mais parce que cela signifie une certaine proximité dans la relation bilatérale. En coupant l’aide militaire à l’Azerbaïdjan, les États-Unis signaleraient leur dégoût dans l’affaire Safarov, tout en rappelant également à Aliyev que les États-Unis ne toléreront pas d’actes d’agression envers l’Arménie ou l’Artsakh. »

« On ne peut pas permettre que le peuple de l’Artsakh – qui est à grande majorité arménien et à grande majorité chrétien - tombe aux mains d’Aliyev. En glorifiant un meurtrier, lui-même et son pays ont montré leur vraie nature au monde, rendant impérieux la reconnaissance totale et urgente d’un Artsakh indépendant »
, a conclu le représentant Schiff.

©Traduction de l’anglais C.Gardon pour le Collectif VAN – 19 octobre 2012 – 07:30 – www.collectifvan.org


Lire aussi :

Azerbaïdjan : le tueur à la hache http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=66874

URL originale :

http://www.panarmenian.net/eng/news/128149/

http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=68195

Lire le texte original dans la rubrique en anglais

Turquie : une nouvelle maison d'édition sanctionnée par le pouvoir

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous invite à lire cette information publiée sur le site Info-Türk.


Info-Türk

Nouvelle maison d'édition IPY, tout de suite sanctionnée par le pouvoir en Turquie

Une enquête judiciaire est lancée par le procureur de la république d'Istanbul contre le livre “5ème République” du journaliste-écrivain Erol Özkoray, qui est la preuve d'une nouvelle violation de la liberté d'expression en Turquie. Les Editions Idea Politika (Idea Politika Yayinlari – IPY), est une nouvelle maison d'édition qui se positionne pour la liberté d'expression dans ce pays. Fondée en mai 2012, les trois premières publications de IPY sont parues ce 1er octobre 2012. Il s'agit de deux livres en turc du journaliste, politologue et éditeur Erol Özkoray, "Ordu ne işe yarar?" (A quoi sert l'armée?) et "5. Cumhuriyet" (5ème République). Le troisième ouvrage, quant à lui, est celui en anglais de Nurten Özkoray "Individualism & democracy in Turkey".

La ligne directrice des éditions IPY est celle de l’anti-totalitarisme. IPY traite de tous les types de totalitarisme, d'autoritarisme, de fascisme, et d’autocratie et œuvre pour la défense des libertés, de l'égalité et de la justice. En ligne de mire : l'Armée turque, les généraux, les réseaux Ergenekon, l'Etat-profond turc et le pouvoir islamiste. Ainsi, la “5. Cumhuriyet” analyse les dangers du dérive autoritaire du pouvoir islamique, qui peut se dégénérer avec la nouvelle constitution vers un “fascisme vert”.

L'étude en anglais de Nurten Özkoray se penche sur le phénomène de l'individualisme en Turquie, et les liens avec la démocratie. Entre valeurs traditionnelles et modernisation, la société turque se trouve dans une phase de transition fascinante. Commencé comme thèse de maîtrise à l'Université de Boğaziçi, le livre "Individualism & democracy in Turkey" offre un instantané de la société turque vis-à-vis de certaines valeurs et concernant sa relation avec la démocratie. Les principales conclusions de l'étude indiquent une forte emprise du nationalisme et de la religion en Turquie et montre la nécessité du pluralisme afin de stimuler une véritable démocratie.

Selon Erol Özkoray, l'absence de "liberté d'expression va être la principale faille politique de ce pays au 21ème siècle" et une grande lutte dans ce cadre va être lancée très prochainement contre le pouvoir islamique avec la participation de la société civile de Turquie.


Lire aussi :

Agenda - Opposition turque : une maison d'édition pour la liberté d'expression
http://www.collectifvan.org/article.php?r=5&id=67649

URL originale :

http://www.info-turk.be/410.htm#IPY

http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=68203

Les chrétiens de Syrie menacés de nettoyage ethnique

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - « Les importantes communautés chrétiennes de la Syrie déchirée par la guerre, sont plus que jamais, sur les terres de leurs ancêtres, sous la menace d’un nettoyage ethnique - souvent le fait de ceux qui se qualifient eux-mêmes de combattants de la liberté tellement loués par la presse occidentale. Ces combattants, de plus en plus souvent des agitateurs djihadistes sans liens réels avec les affaires de Damas, ne voient pas les chrétiens dans leurs enclaves comme de bons voisins aux côtés desquels ils ont vécu pendant des siècles, comme de nombreux Syriens rebelles les considèrent. » L’auteur oublie de souligner que la Turquie verrait d’un bon œil la disparition des Arméniens de Syrie, descendants des rescapés du génocide arménien perpétré par les Turcs en 1915, et établis à Alep. Le Collectif VAN vous soumet une traduction de Gilbert Béguian d'un article en anglais du journal The Independent mise en ligne sur le site de NAM (Nouvelles d'Arménie Magazine) le 17 octobre 2012.

NAM

Syrie

Des agitateurs djihadistes harcellent une minorité chrétienne

Comment des agitateurs djihadistes harcellent une minorité chrétienne ancienne de la Syrie de Bachar el Assad

Mark Field
, The Independent

14 octobre 2012

Un membre conservateur du Parlement dit que l’Occident a abandonné ses amis chrétiens à un régime brutal. En 1945, ma mère, trop jeune même pour aller à l’école, en compagnie de millions d’autres Allemands, quittait Breslau et fuyait vers l’ouest, l’Armée Rouge avançant. Mes ancêtres avaient vécu dans cette région de Silésie (allemande depuis 1242) pendant au moins neuf générations à ce que je sais. L’expatriation forcée - un processus que l’on nomme aujourd’hui nettoyage ethnique - de la famille de ma mère et de millions d’autres civils de groupes dont la nationalité serait plus tard inévitablement rattachée à leur appartenance ethnique, était largement ignorée dans l’euphorie qui avait balayé le monde à la fin de la Seconde Guerre Mondiale.

Ils ne sont jamais retournés

A présent, nous assistons à une autre vague de déplacement de civils au Moyen Orient, avec des centaines de milliers de chrétiens forcés de fuir, étant bannis des terres sur lesquelles ils vivaient depuis 2000 ans, dans la remarquable remontée en puissance des peuples arabes à laquelle nous assistons. Leur sort a été largement oublié, l’attention des media du monde s’est déplacée d’Egypte et de Lybie pour s’installer en Syrie pour rendre compte des terribles bains de sang à Damas, Houla, Alep et Homs. Des personnes innocentes de toutes les parties endurent des souffrances terribles, la mort et la torture ; la guerre civile ne fait aucune différence entre les jeunes et les vieux, les riches et les pauvres, dans l’horrible saignée que nous voyons sous nos yeux, personne n’est apparemment à l’abri d’une mort soudaine et de la destruction de ses biens.

Désespoir

Il en va ainsi pour plus de deux millions de Syriens adeptes de la foi du Christ, et dont la présence remonte à 2000 ans, au premier siècle après J.C., lorsque Saint Paul y prêchait le christianisme. Nettoyage ethnique, une expression laide, mais qui décrit exactement ce que subissent en ce moment les chrétiens de Syrie. C’est à présent l’indicible vérité : les importantes communautés chrétiennes de la Syrie déchirée par la guerre, sont plus que jamais, sur les terres de leurs ancêtres, sous la menace d’un nettoyage ethnique - souvent le fait de ceux qui se qualifient eux-mêmes de combattants de la liberté tellement loués par la presse occidentale.

Ces combattants, de plus en plus souvent des agitateurs djihadistes sans liens réels avec les affaires de Damas, ne voient pas les chrétiens dans leurs enclaves comme de bons voisins aux côtés desquels ils ont vécu pendant des siècles, comme de nombreux Syriens rebelles les considèrent. C’est vrai, les minorités religieuses trouvent souvent la protection la plus efficace sous les régimes dictatoriaux. Il n’y a rien à gagner à changer le statu quo. Mais user de cet argument pour les attaquer, pour détruire les églises anciennes, et les tenir en otages apparaît comme un prétexte de circonstance. Les djihadistes les voient simplement comme représentant une foi infidèle et les considèrent d’une façon rarement admise par les rebelles syriens du début. Les chrétiens de Syrie, qui forment moins de dix pourcent d’une population estimée à 23 millions, sont des orthodoxes grecs, des orthodoxes syriaques, des maronites et des melkites grecs de foi catholique. Des milliers s’en sont déjà allés, éléments de la grande marée de Syriens déplacés, fuyant un conflit dans lequel, disent les groupes d’opposition, 27 000 personnes sont mortes. Dans la région d’Homs, 80 000 se sont enfuis, les églises et les centres des communautés ont été pris pour cibles, défigurés et leurs icones religieuses volées. S’il est vrai que quelques chrétiens ont tenu du temps d’Assad des postes en vue, il y en a eu certains qui ont tenu des rôles de chefs d’opposition à Assad, comme George Sabra, qui postula au poste de président du Conseil National Syrien d’opposition, clairement anti-Assad.

L’exemple irakien

Ces chrétiens sont à présent à l’étranger, accueillis par des amis, dans les jardins ou dans les églises au Liban, en Turquie, loin de la ligne de feu. Quelques-uns ont résolu de prendre les armes et de se battre du côté du gouvernement, un acte anathème pour eux à travers leur histoire. Ce que les chrétiens syriens de ma circonscription craignent le plus, c’est qu’une fois partis, il n’y aura plus de retour. Une victoire rebelle et l’installation d’un régime islamique plus dur pourraient bien interdire le retour d’une société pluraliste, avec des chrétiens vivant parmi les musulmans chiites et sunnites comme cela était le cas depuis des temps bibliques.

Les événements en Irak fournissent un exemple opportun. Au milieu d’une effusion de sang sauvage entre sunnites et chiites au lendemain de l’invasion de l’Irak dirigée par les USA en 2003, l’histoire des populations chrétiennes fait partie de celles dont on parle rarement. Mais depuis l’invasion, on estime à la moitié le nombre de ceux qui ont dû, désespérés, quitter le pays.

Quelques 330 000 chrétiens irakiens ont fui vers la seule Syrie dans la décennie passée - et ils doivent fuir à nouveau. D’autres ont trouvé refuge en Jordanie et naturellement d’autres sont venus jusque sur nos rivages, y compris sur ceux de ma circonscription, les cités de Londres et de Westminster. Sous Saddam Hussein, quelques chrétiens se sont élevés au sommet de la politique, comme Tarek Aziz, le Vice - Premier ministre d’Hussein. Mais depuis la chute du dictateur, la violence contre la minorité chrétienne, souvent associée aux “ croisés envahisseurs “, se traduit par des enlèvements, la décapitation d’un prêtre, la destruction à l’explosif d’églises anciennes et la conversion forcée à l’Islam.

Telle est la toile de fond du sort qui je le crains attend dans la décennie à venir la population chrétienne établie dans cette région depuis longtemps. L’Occident doit agir maintenant pour protéger les chrétiens de Syrie, d’Egypte et d’Irak et assurer la liberté de religion des chrétiens qui seront soumis aux lois de tout nouveau régime futur si nous voulons éviter que le bannissement de leurs terres de chrétiens d’Orient au cours des années qui viennent ne soit un avatar du soulèvement du Moyen - Orient.

mercredi 17 octobre 2012,
Jean Eckian ©armenews.com

Traduction Gilbert Béguian pour Armenews

Article en anglais :

How rent-a-mob jihadis are tormenting a benighted Christian minority in Bashar al-Assad's Syria
http://www.independent.co.uk/voices/comment/how-rentamob-jihadis-are-tormenting-a-benighted-christian-minority-in-bashar-alassads-syria-8210699.html

http://www.armenews.com/article.php3?id_article=83577

http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=68193

Darfour : Ban Ki-moon condamne l'attaque contre des Casques bleus

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous invite à lire cette information publiée sur le site de l'ONU le 17 octobre 2012.

ONU

Ban demande au Soudan de faire traduire en justice les auteurs d'une attaque meurtrière contre des Casques bleus

17 October 2012 – Le Secrétaire général de l'ONU a condamné mercredi dans les termes les plus fermes la toute dernière attaque perpétrée contre des Casques bleus au Darfour, ce 17 octobre, et au cours de laquelle un soldat de la paix sud-africain a été tué et trois autres blessés.

L'attaque a été perpétrée « lorsqu'un groupe armé non identifié s'en est pris à une patrouille de l'Opération hybride Union africaine-Nations Unies (MINUAD) composée de militaires, de policiers et de civils, en route pour Hashaba, au Nord-Darfour », indique la déclaration communiquée par le porte-parole de Ban Ki-moon.

Présentant ses condoléances au gouvernement du Soudan du Sud, à la MINUAD et aux familles des soldats tués, M. Ban a lancé un appel urgent au Gouvernement du Soudan « pour qu'il mène une enquête complète et fasse en sorte que les auteurs de l'attaque soient traduits en justice ».

L'attaque a également été condamnée fermement par le Conseil de sécurité dans une déclaration faite à la presse ce soir.

La MINUAD est une mission conjointe de l'ONU et de l'Union africaine créée par la résolution 1769 du Conseil de sécurité des Nations unies ayant pour but d'établir la paix dans la province du Darfour, située dans l'ouest du Soudan.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=29216&Cr=darfour&Cr1=#.UIFD51KHrxq

http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=68192

Collectif VAN : l'éphéméride du 19 octobre

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée).Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:

Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)
http://www.collectifvan.org/article.php?r=3&id=51673


Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)
http://collectifvan.org/article.php?r=3&id=55304

Ça s’est passé un 19 octobre (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :

19 octobre 1298 -- Au cours des persécutions de Rindfleisch, du nom du chevalier allemand qui en fut l'instigateur, plus de 140 juifs sont massacrés à Heilbronn (Allemagne).
Le même jour, les hordes de Rindfleisch massacrent les membres de l'unique famille juive habitant Neckarsulm : Vivis, sa femme Meilin et leur petite-fille Meilin.
Israelvivra.com
http://israelvivra.com/calendoctobre.htm#19


19 octobre 1704 -- Un autodafé se tient à Lisbonne (Portugal), dans lequel figure Diego Nunes Ribeiro, accusé d'être un « judaïsant ». Il fait pénitence et se réconcilie avec l'Église, mais finit par fuir en Angleterre.
Israelvivra.com
http://israelvivra.com/calendoctobre.htm#19


19 octobre 1768 -- La Turquie déclare la guerre à la Russie pour défendre les libertés polonaises.
Wikipedia
http://fr.wikipedia.org/wiki/19_octobre


19 octobre 1895 -- Empire ottoman : les autorités locales n'ont jamais pu arrêter les auteurs de l'attentat. Toutefois, pour justifier le massacre des Arméniens de Trébizonde, la Sublime Porte annonça leur arrestation dans ses communiqués officiels: cf. le Journal des Débats du 15 octobre 1895; L'Orient du 19 octobre 1895, n° 30. La F.R.A., quant à elle, ne revendiqua l'attentat que près d'un mois plus tard dans les colonnes de son organe officiel Drochak du 1er novembre 1895 (nos 17-18, p. 15), trois semaines après le massacre des Arméniens de la ville. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : La communauté arménienne de Trébizonde et le mouvement national (1878-1896)
http://www.imprescriptible.fr/rhac/tome1/trebizonde#n78


19 octobre 1905 -- Des pogromes contre la population juive éclatent dans plusieurs provinces de Russie, organisés par les autorités avec la participation de l'armée, des cosaques, de la police locale et des voyous. Les pogromes durent de deux à cinq jours, durant lesquels les biens juifs sont pillés et détruits, les synagogues profanées. A Elisabethgrad, 11 juifs sont massacrés, 150 blessés. A Kichinev, 29 juifs sont égorgés, 56 grièvement blessés. A Nikolayev, plusieurs juifs sont massacrés. A Feodossia, 11 juifs sont égorgés et 11 autres mutilés. A Saratov, plusieurs juifs sont massacrés, 80 grièvement blessés. A Romny, 7 juifs sont massacrés.
20 grièvement blessés. A Solotonocha, 1 membre de l'autodéfense juive est tué, plusieurs juifs sont blessés. A Nvechin, 30 juifs sont battus. A Novosybkov, 2 membres de l'autodéfense juive sont égorgés, 19 juifs sont blessés.
Israelvivra.com
http://israelvivra.com/calendoctobre.htm#19


19 octobre 1915 -- Empire ottoman : Mustafa Abdulhalik portait une note en marge du télégramme chiffré décodé à l'intention d'Abdulahad Nouri: « Je vous avais dit l'autre jour de vive voix qu'à mon avis ces papiers sont en la possession du commandant divisionnaire Chevket pacha. Cherchez-les et complétez-les. » Et il signa. Abdulahad Nouri, le même jour, nota à son tour : « Demandez à l'effendi Naïm. » Cette petite note du sous-directeur de l'installation des tribus et des déportés confirme à la fois l'existence de Naïm bey qu'il appelle Naïm Sefa effendi, et son rôle: il est le secrétaire d'Abdulahad Nouri. C'est lui qu'on charge de missions discrètes, comme cette récupération des documents auprès de Chevket pacha. Naïm bey rédigea un rapport qu'il adressa, chiffré, à Chevket. La note porte la mention « confidentiel ». Mais la réponse fut négative : « Il a été vérifié que les documents concernant l'enquête citée ne se trouvent pas auprès de Chevket pacha », écrivit Abdulahad Nouri le 22 octobre 1915 (n.s.). Le vali répondit le 24 octobre (n.s.) : « Transmis hier. J'ai eu une entrevue avec le Pacha. Poursuivez. » En effet, Mustafa Abdulhalik avait rencontré Chevket qui lui avait affirmé que ces documents existaient et qu'on devait les trouver. Il recommandait à Abdulahad Nouri de continuer les recherches et de mettre les documents en lieu sûr. Dans une petite note marginale: « Gardez, Naïm effendi », Abdulahad Nouri ordonnait à Naïm Sefa de conserver ce message par devers lui. Cette correspondance révèle l'importance du poste occupé par Naïm bey et explique qu'il était à même de subtiliser des documents officiels. Elle confirme en outre qu'il connaissait le chiffre, ce qui lui permettait de chiffrer les dépêches, de les décrypter et de les enregistrer. Ternon, Yves. Enquête sur la négation d'un génocide, Marseille, Parenthèses, 1989
Imprescriptible.fr : La mort de Zohrab
http://www.imprescriptible.fr/ternon/3_chapitre7


19 octobre 1918 -- Empire ottoman : le 19 octobre 1918, le premier jour de l'ouverture du sénat ottoman, le président du sénat, Ahmed Riza, lui-même un ex-chef Jeune-Turc, fit cette déclaration. Il dit : « Nous, Turcs, avons sauvagement massacré les Arméniens ». Il a employé le mot turc Vashiyane. C'est le président du sénat ottoman, qui admet non seulement le meurtre des Arméniens mais emploie l'adjectif « féroce, sauvage ». Deux jours plus tard, un vétéran et général en retraite de l'armée ottomane l'interpella, disant : « Comment osez-vous mentionner seulement les atrocités turques et ignorer les atrocités arméniennes envers les turcs ? » Ahmed Riza donna une réponse qui est un indice pour caractériser le Génocide arménien en tant que fait historique. Il dit : « Oui, nous avons su que des Arméniens décidés à se venger avaient tué quelques Turcs. C'étaient des gens qui avaient remarqué que leurs parents avaient disparu, ils étaient vindicatifs et ils tuèrent. Mais les Arméniens n'ont pas été tués en masse par des individus turcs ; ils ont été tués massivement par la police officielle du gouvernement central de l'Empire Ottoman ». Il employa le mot turc « rezmi » qui signifie « officiel ». En d'autres termes, les Arméniens étaient anéantis par décision des autorités centrales. Ceci est un fait significatif.
***** En effet, les propos tenus par Ahmed Riza portent sur la dimension politique de l’islamisme, veillant à traduire le spirituel en temporel afin d’établir une solidarité entre musulmans et maintenir l’intégrité de l’Empire Ottoman. Ahmed Riza parle même de mettre en place un Empire islamique sous l’autorité spirituelle du Sultan pour se défendre par la guerre sainte du danger que représentent les États chrétiens. Albert Fua dénonce ces chimères et met en garde les Turcs patriotes et libéraux contre le Comité Union et Progrès qui les nourrit au point de mettre en péril les frontières de l’Empire.
Imprescriptible.fr : Le génocide à la lumière des démentis turcs

http://www.imprescriptible.fr/dossiers/dadrian/harvard


Denis Donikian

http://denisdonikian.blog.lemonde.fr/?s=Ahmed+Riza


19 octobre 1920 -- Empire ottoman : l’ex-Ministre des Travaux Publics et sous-secrétaire du Ministre de l’Intérieur Talat, Ali Munif, adressa une demande officielle au Secrétaire d’Etat britannique pour les Affaires Étrangères, pour être jugé immédiatement, ou, en l’absence de charges, être relâché immédiatement. En plaidant non coupable pour tout, il déclara : « Quant aux massacres, qui ont eu lieu en 1915, je n’étais pas en position à cette époque ni pour décréter, ni pour commettre directement ou indirectement ces actes. En conséquence, je ne peux pas être tenu pour responsable pour ceux-ci, n’ayant ni le pouvoir de décréter, ni la capacité d’exécuter ».
Imprescriptible.fr : Aveux des ex-Officiels civils et militaires
http://www.imprescriptible.fr/dadrian/corpus/aveux


19 octobre 1926 -- Allemagne : à l'occasion du cinquantième anniversaire tragique des massacres de deux millions d’Arméniens pendant la Première Guerre Mondiale par les autorités turques, Hagop Krikor publie un discours jusqu'ici inédit d'un grand savant allemand Paul Rohrbach, ami du peuple arménien, discours tenu à la radio de Leipzig le 19 Octobre 1926. L'auteur répond dans son discours aux accusations calomnieuses et tendancieuses d'un professeur allemand de l'université de Leipzig, Alfred Körte qui avait tenu une série de discours à la même radio de Leipzig, sur les peuples d'Asie Mineure en attaquant injustement et avec parti pris toute la nation arménienne ainsi que les Grecs. « …. La domination turque s'étendait au début du XIXe siècle sur un nombre de peuples chrétiens parmi lesquels les Grecs, les Bulgares, les Serbes, les Roumains, les Arméniens, etc. Les trois premiers se sont soulevés les armes à la main et ont eu la sympathie et le soutien militaire des grandes puissances européennes ; les Roumains, par contre, ont eu leur indépendance presque sans tirer un coup de feu. Les Arméniens étaient trop éloignés de l'Europe et leur sort peu connu. Il est injuste de leur reprocher leur exigence de devenir libres et indépendants comme les Grecs, Serbes, Bulgares, etc. Il n'y eut jamais de révoltes armées en Arménie mais les Arméniens ont essayé de faire connaître leur sort tragique à l'opinion publique européenne et mondiale. C'était leur droit. S'ils demeuraient tranquilles, supportant leur destin avec fatalisme sans demander de réformes, ils ne seraient pas massacrés et n'auraient pas leur catastrophe nationale. Quand j'étais à Etchmiadzine, le Patriarche suprême Mkrtitch, celui même que le peuple appelait « Haïrik », c'est-à-dire « Petit-Père », me disait qu'il avait défendu la cause sacrée de son peuple à la conférence de Berlin en 1878. Les puissances européennes ont promis pas mal de réformes en Arménie occidentale mais ces réformes sont restées lettres mortes. Au congrès, me disait-il, les autres peuples opprimés avaient des cuillers en fer pour puiser dans la soupe, tandis que la mienne était en papier... C'est pour cela que les autres reçurent des terres et de nouvelles frontières, tandis que nous avons obtenu des espoirs en papier... » Reproduit d'après Hagop Krikor, Les Arméniens connus et inconnus : de Noe a nos jours, Ed. La Pensée Universelle, 1974 (réed. 1975), Annexes.
Imprescriptible.fr : Impression de mon voyage à travers l'Arménie
http://www.imprescriptible.fr/documents/rohrbach.htm


19 octobre 1939 -- L’amende collective est portée à 1,25 milliard.
Compagnienomades.free.fr
http://compagnienomades.free.fr/fredericchronologie.htm


19 octobre 1939 -- Empire ottoman : signature à Ankara d'un traité d'assistance mutuelle de 15 ans entre la France, l'Angleterre et la Turquie, en présence des généraux Weygand et Wavell. La Turquie s'engage à aider les Alliés si la guerre atteint la Méditerranée, en retour, la Turquie reçoit le contrôle du Sanjak (Alexandrette).
Seconde-guerre.com
http://www.seconde-guerre.com/chronologie/chronologie-octobre-1939.html


19 octobre 1939 -- Pologne : établissement du premier ghetto juif à Lublin, à l'est de la Pologne.
Seconde-guerre.com
http://www.seconde-guerre.com/chronologie/chronologie-octobre-1939.html


19 octobre 1940 -- Les droits politiques sont retirés aux Juifs indigènes d'Algérie.
ajpn
http://www.ajpn.org/1940.html


19 octobre 1941 -- Création par Vichy d’une police aux Questions juives.
ajpn
http://www.ajpn.org/1941.html


19 octobre 1941 -- Un convoi quitte Vienne (Autriche) avec 1 003 juifs à destination de Lodz (Pologne).
Israelvivra.com
http://israelvivra.com/calendoctobre.htm#19


19 octobre 1942 -- 2 000 juifs de Mielnica (district de Tarnopol, R.S.S. d'Ukraine) sont déportés au ghetto de Borszczow.
1 327 juifs sont déportés du camp de regroupement de Westerbork au camp d'extermination d'Auschwitz.
Un convoi quitte le ghetto de Theresienstadt avec plus de 1 000 juifs déportés au camp d'extermination de Treblinka. Ils sont gazés à leur arrivée.
3 000 juifs sur les 3 500 du ghetto de Pinczov (province de Kielce, Pologne) sont arrêtés et déportés au camp d'extermination de Treblinka. 100 juifs parviennent à fuir et à rejoindre les partisans.
La communauté de Pinczov remonte au XVIe siècle.
Le même jour, plus de 1 000 juifs du camp de concentration de Theresienstadt sont déportés à Treblinka, où ils sont gazés dès leur arrivée.
Les SS assassinent 1 800 juifs à Dibienka (district de Lublin).
Israelvivra.com
http://israelvivra.com/calendoctobre.htm#19


19 octobre 1942 -- Loi no 911. Numerus Clausus (7%) appliqué en Algérie à tous les élèves juifs dans les établissements publics d'enseignement.
ajpn
http://www.ajpn.org/1942.html


19 octobre 1943 -- Un convoi quitte le camp de regroupement de Westerbork avec 1 007 juifs déportés au camp d'extermination d'Auschwitz.
Israelvivra.com

http://israelvivra.com/calendoctobre.htm#19


19 octobre 1944 -- Un transport quitte le camp de concentration de Theresienstadt avec 1 500 juifs déportés au camp d'extermination d'Auschwitz.
Israelvivra.com
http://israelvivra.com/calendoctobre.htm#19


04 et 19 octobre 1945 -- Ordonnance portant l'organisation de sécurité sociale.
ajpn
http://www.ajpn.org/1945.html


19 octobre 2000 -- Le Tribunal pénal international (TPI) de La Haye confirme la culpabilité et la condamnation à la prison à vie pour génocide de l'ex-Premier ministre du Rwanda, Jean Kambanda, à l'origine du massacre de milliers de Tutsis et de Hutus modérés en 1994. Jean Kambanda, né au Rwanda le 19 octobre 1955, est le Premier ministre du gouvernement intérimaire pendant le génocide au Rwanda. Jean Kambanda est condamné le 4 septembre 1998 à une peine de réclusion à perpétuité pour sa participation au génocide. Il est ensuite revenu sur ses aveux et a interjeté un recours où il s'est plaint de ne pas avoir pu choisir l'avocat qu'il désirait pour le défendre et d'avoir été détenu dans des conditions non conformes au droit. Amnesty international a écrit à ce sujet : « Les risques associés au maintien d'un détenu dans un lieu de détention non reconnu ont été aggravés dans cette affaire, car Jean Kambanda n'avait pas d'avocat pour le conseiller pendant toute la durée de son interrogatoire. » L'avocat qui lui a été imposé par le TPIR, maître Inglis, ne parle pas le français, alors que Jean Kambanda est francophone. Selon le journaliste Charles Onana, maître Inglis est aussi « très proche du procureur adjoint, Bernard Muna, lui aussi de nationalité camerounaise ». La Cour d'appel du TPIR a rejeté l'appel en 2000. Concernant le choix de l'avocat, la Cour d'appel a estimé que Kambanda aurait eu l'occasion de s'en plaindre en première instance, ce qu'il n'a jamais fait. Il purge actuellement sa peine au Mali.
Wikipedia : Jean Kambanda

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Kambanda


Wikipedia


http://fr.wikipedia.org/wiki/19_octobre

19 octobre 2005 -- USA : le groupe d’assurance français Axa a accepté de verser une indemnisation de 17 millions de dollars aux descendants de porteurs de contrats d’assurance-vie décédés lors du génocide arménien de 1915, ont annoncé le 19 octobre les avocats du cabinet d’avocats Kabateck, Brown et Kellner, basé à Los Angeles. Cette décision intervient au terme d’une médiation menée en Californie (ouest des Etats-Unis) entre le groupe français et ces descendants qui avaient lancé une action judiciaire civile en nom collectif ("class action"). Au total, la Compagnie Union Vie étaient détentrices de 10 899 contrats d’assurance vie (principalement au profit d’Arméniens) dans l’Empire Ottoman pour un montant total de 42 335 000 MF valeur de 1914. Le président d’Union-Vie, dans une lettre transmise au Ministère des Affaires étrangères français en date du 11 avril 1922 (dont l’existence a été révélé par le CDCA aux avocats arméniens), a reconnu que le décès de ces souscripteurs arméniens était dû aux massacres perpétrés par les Turcs et non par une mort naturelle. Dans ce même courrier, il indique qu’il pourrait être préjudiciable pour le prestige de la compagnie de ne pas s’acquitter des primes d’assurances vies. Pour autant, aucune d’entre elles n’a été réglée à ce jour.
Russie.tv
http://www.russie.tv/article2147.html


19 octobre 2008 -- Arménie : adhésion à l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) en tant qu'Etat associé
Strasbourg l'Européenne
http://www.strasbourg-europe.eu/armenie,18145,fr.html


19 octobre 2009 -- Les Nouvelles d'Arménie Magazine ont été piégées par la Review of Armenian Studies envoyée d'Ankara fin juillet. Les NAM consacrent en effet en page 86 du N° 156 d'octobre 2009, une colonne entière à cette revue négationniste, sous le titre "L'Arménie et le monde" en des termes positifs. La preuve s'il en fallait que le négationnisme turc peut tromper les plus informés d'entre nous.
Collectifvan.org

http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=36698
Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org

http://collectifvan.org/article.php?r=0&id=58044

1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   17

similaire:

Veille media iconVeille media

Veille media iconVeille media

Veille media iconVeille media

Veille media iconVeille media

Veille media iconVeille media

Veille media iconVeille media

Veille media iconVeille media

Veille media iconVeille media

Veille media iconVeille media

Veille media iconVeille media
«solidarité des naufragés» sans laquelle aucun combat ne peut aboutir. [Dossier L’Express Article 2]








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com