Rapport d’évaluation








télécharger 200.33 Kb.
titreRapport d’évaluation
page1/4
date de publication01.07.2017
taille200.33 Kb.
typeRapport
ar.21-bal.com > documents > Rapport
  1   2   3   4

MEDLIHER, le patrimoine vivant méditerranéen

Contribution à la mise en œuvre de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel dans les pays partenaires méditerranéens



L’Etat des Lieux National en matière de Sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel en

Egypte

(Projet MEDLIHER – Phase I)



Document original: Anglais





Rapport d’évaluation


  1. Dispositions juridiques, réglementaires et autres mesures prises pour la mise en œuvre de la Convention.

  1. Capacités institutionnelles de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel

La plupart des institutions répertoriées sont guidées par des principes qui leur permettent d’appliquer la Convention relative au patrimoine immatériel. Dans leur grande majorité toutefois, ces mêmes institutions n’ont pas une connaissance très approfondie de la Convention. Le CULNAT a par conséquent organisé un atelier spécialisé afin d’expliquer en détail les articles de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine immatériel.


  • Sources de documentation (inventaires, archives, bibliothèques, centres culturels, etc.)




  • Musée de Farafa: Créé à l’initiative personnelle de l’artiste Badr Abdel-Moghny, il a été construit à l’aide des matériaux de la région dans le style d’une simple maison d’oasis. Le musée a d’abord exposé des œuvres d’art primitives réalisées dans des matériaux comme le grès, la boue, différentes essences de bois -- du palmier à l’olivier -- ainsi que des oiseaux, des animaux et des reptiles naturalisés. Par la suite, le travail s’est étendu à d’autres matériaux ; on y trouve en particulier des dessins réalisés à l’aide de sable et de pierres colorées, et les animaux naturalisés ont été remplacés par des œuvres utilisant divers matériaux locaux afin de produire une impression particulière. Le musée est également connu sous le nom de Musée de Badr, d’après le nom de son fondateur.


Objectifs:

Le musée a été créé dans le but de protéger le patrimoine local de l’oasis de Farafra en acquérant et en exposant certains des outils utilisés par les habitants et en produisant des œuvres d’art représentatives des us et coutumes de l’oasis. Le musée a aussi pour objectif de faire reculer les constructions en béton qui altèrent l’image de l’oasis.
Activités récentes

Réalisation d’œuvres d’art et de peintures à l’aide de sable et de pierres.

  • Le Palais des métiers d’art: Le Palais des métiers d’art est une immense maison de la culture qui occupe une superficie de ¾ de feddans. Il a pour but de présenter les activités liées aux métiers et aux arts visuels locaux. Il comprend une bibliothèque publique riche de 12000 livres, une bibliothèque pour enfants (2600 livres), cinq salles de dessin consacrées aux arts visuels, un théâtre d’été, un théâtre d’hiver et une salle de cinéma (projecteur vidéo). Le Palais accueille plusieurs ensembles musicaux, tels que le groupe Kafr El Sharafa Palace pour les instruments folkloriques et une chorale spécialisée dans le répertoire rural.

Objectifs:

Le palais était à l’origine un centre culturel installé dans une région rurale et construit selon les principes de l’architecture populaire conçue par feu l’ingénieur Hassan Fathy. Son objectif est de développer la pratique de tous les arts et activités culturelles et artisanales et de sensibiliser la communauté rurale à la culture.

Le Palais de l’artisanat s’attache à protéger les savoir-faire traditionnels de l’art folklorique et d’en assurer la transmission entre les générations, tout en les faisant connaître au moyen de l’exposition permanente.


  • L’Atlas des traditions folkloriques égyptiennes recueille toutes sortes de traditions folkloriques égyptiennes, classées par thèmes en fonction des preuves scientifiques collectées sur le terrain. L’Atlas est placé sous la supervision d’un comité de professeurs égyptiens spécialistes du folklore.

Objectif:

    • Établir l’origine des traditions folkloriques de façon méthodique et étudier les racines même du patrimoine folklorique afin de mettre en valeur l’identité égyptienne.


Activités récentes:

    • Recueillir les éléments des traditions folkloriques par thèmes (coutumes et croyances) – (arts du spectacle – musique – beaux-arts).

    • Élaboration et publication d’atlas du folklore (l’atlas du pain et l’atlas des instruments de musique du folklore égyptien ont déjà été publiés).

    • Publier des documents.

    • Organiser des colloques réguliers à l’intention des chercheurs spécialisés afin d’aborder certains thèmes particuliers et de discuter des publications majeures relatives à l’étude du folklore.


Coopération avec les communautés, les groupes et les praticiens du patrimoine culturel immatériel:

Élaboration et mise en œuvre d’une série de programmes relatifs au patrimoine culturel immatériel, dont :

  • Programme sur le folklore et les enfants : collecte de jeux et de ballades dans les traditions folkloriques.

  • Programme sur les contes folkloriques racontés par les grands-parents: collecte de contes folkloriques auprès des grands-parents.

  • Programme de banque des traditions folkloriques : donner une formation à un public ciblé sur la collecte des traditions folkloriques, qui seront ensuite conservées dans la banque.

  • Documentation visuelle des manifestations relatives aux arts folkloriques organisées par l’Autorité générale des Palais de la culture.

  • Le Centre égyptien d’études des arts folkloriques: premier centre universitaire à l’échelle des États arabes, il vise essentiellement à recueillir et à documenter les éléments du folklore égyptien et à les rendre accessibles au public. Le Centre a conduit des enquêtes professionnelles sur les dictons et proverbes dans plusieurs gouvernorats en s’intéressant à la créativité folklorique sous tous ses aspects. Les éléments ont été documentés et sont conservés dans les archives du Centre, qui contiennent notamment des vidéos, des enregistrements sonores, des photographies ainsi que des études et des rapports de recherche. Le personnel du Centre a toutes les compétences voulues pour réaliser des missions de collecte des éléments du folklore sur le terrain dans tous les villages égyptiens, en coopération avec les centres culturels spécialisés situés dans chaque gouvernorat.




  • La Direction des arts folkloriques documente la vie culturelle dans le domaine des arts folkloriques. Elle conserve tous les articles publiés dans les journaux relatifs aux spectacles folkloriques présentés de façon régulière ou à l’occasion d’événements folkloriques organisés par un groupe folklorique, ou encore lors de la commémoration de la naissance du prophète ou de fêtes folkloriques. D’autre part, la Direction des arts folkloriques recense toutes les publications relatives au patrimoine folklorique, qu’il s’agisse d’œuvres littéraires, d’informations ou autre (par exemple les coutumes et les normes, les articles relatifs à ce domaine, les constructions folkloriques, les informations, etc.).


Objectifs:

  • Documenter la vie folklorique en Égypte.

  • Organiser des conférences et des colloques relatifs aux arts folkloriques.

  • Confier des travaux de recherche à des spécialistes.


Activités récentes:

  • Documenter la vie folklorique en Égypte au moyen de la publication d’études et de travaux de recherche portant sur le patrimoine folklorique.

S’agissant de la coopération avec les communautés, les groupes et les praticiens du patrimoine culturel immatériel, la Direction des arts folkloriques a établi des relations suivies avec les représentants de groupes scientifiques et artistiques liés au patrimoine culturel immatériel. Elle publie en outre un bulletin consacré à certains des thèmes relevant du patrimoine immatériel, tels que les arts du spectacle, la commémoration de la naissance des saints et les mariages folkloriques.


  • Le Musée du coton est considéré comme un institut d’enseignement de culture général. Il fournit des services dans les domaines de la science, de la culture et de la recherche afin de promouvoir l’agriculture et tout ce qui s’y rapporte. En matière d’agriculture, il est donc considéré comme une référence au sens moderne du terme. Il conserve une collection unique du patrimoine génétique de variétés de coton originaires d’Égypte ou de l’étranger, ce qui contribuera à déterminer l’empreinte génétique des différentes variétés de coton et, ultérieurement, à identifier les similitudes et les différences génétiques entre ces variétés. Le Musée est équipé des techniques de pointes dans le domaine des médias, il dispose ainsi d’une télévision en circuit fermé et de systèmes de transmission visuelle et audio. Le Musée possède également une carte de toutes les variétés de coton apparues depuis 1918, des photographies représentant les personnalités qui se sont illustrées dans le secteur du coton, ainsi que des statistiques sur les régions de culture du coton et sur les périodes de plantation. A cela s’ajoutent dix grandes salles d’exposition consacrées au coton, considéré d’un point de vue historique et scientifique, ainsi que plusieurs manuscrits en coton, dont l’un remonte à l’an 79 avant J.-C.

Objectifs:

Le Musée a pour objectif de présenter un message d’ordre intellectuel. Il est considéré comme un mécanisme culturel qui utilise des outils tridimensionnels et des éléments vivants ou fabriqués afin de sensibiliser les personnes issues de tous les milieux sociaux et de diffuser des informations afin de préserver les richesses et le patrimoine naturels.
Activités récentes:

  • Le Musée a fait office de guide dans le domaine culturel, dans la mesure où il accueille de nombreuses personnes d’origines diverses, en particulier des étudiants des écoles d’agriculture, des écoles vétérinaires et des beaux-arts.

  • Organisation d’expositions agricoles locales et internationales en Égypte et à l’étranger;

  • Organisation d’expositions spécialisées;

  • Organisation de séminaires, de conférences, de formations et de programmes culturels.

Les antiquités conservées au Musée du coton témoignent du caractère exceptionnel de ce patrimoine spécifique en rendant accessibles les connaissances et les expériences héritées du passé, plus particulièrement en ce qui concerne le coton égyptien. D’autre part, le Musée établit des comparaisons entre les origines génétiques du coton égyptien et du coton d’origine étrangère.


  • La Société égyptienne pour les traditions folkloriques intervient en sa qualité d’ONG dans les domaines de la documentation, de la préservation, de la recherche et de la sauvegarde des traditions populaires égyptiennes.

Objectifs:

  • Recueillir, documenter et définir les arts folkloriques de manière scientifique.

  • Contribuer à la formation du personnel scientifique à l'étude du folklore.

  • Soutenir les artistes créatifs de tradition folklorique.


Activités récentes:

  • Préparer le personnel technique et scientifique nécessaire à la sauvegarde des traditions folkloriques.

  • Fournir une aide d'ordre technique, financier ou scientifique aux chercheurs et aux personnes travaillant dans ce domaine.

  • Organiser des séminaires et des cours sur les traditions folkloriques.

L'ESFT participe à de nombreuses activités de documentation du patrimoine immatériel d'Égypte et a mis en œuvre un certain nombre de projets dans ce domaine au moyen de la collecte, de la documentation et de la diffusion des éléments.


Exemples:
Renforcer et développer l'art de la broderie tally -- Haute-Égypte
Projet visant à collecter, documenter et développer Al Sirah al Hilaleya -- UNESCO -- dans toute l'Égypte.
Étude scientifique pour le projet -- bibliothèque d'Al Zawya Al Hamaraa -- Le Caire
Analyse scientifique des éléments conservés au Musée national de la civilisation égyptienne -- Ministère de la culture -- Le Caire.
Collecte de données sur les événements festifs et les festivals folkloriques.
Renforcer et développer les arts traditionnels et l'artisanat égyptiens.

  • Le Musée ethnographique: la Société de géographie d'Égypte fut créée en 1875 par le khédive Ismaïl sur le modèle des sociétés de géographie existant dans d’autres pays. L'Égypte fut le troisième pays au monde, après l'Angleterre et la France, à se doter ainsi d'une société de géographie. Le musée ouvrit ses portes vingt ans après la fondation de la Société de géographie, en 1895. En effet, lorsqu'il envoya son armée en Afrique à la recherche des sources du Nil, le khédive Ismaïl l’avait fait accompagner par un groupe de savants afin d'étudier les traits caractéristiques des civilisations des pays de la Vallée du Nil. L'armée et les scientifiques revinrent de cette expédition chargés d'objets représentatifs des us et coutumes de ces pays. Ces objets furent entreposés dans les dépôts de la Société de géographie d'Égypte. Il y en avait tant que la Société décida de fonder une exposition ou un musée afin de les conserver et fit venir un spécialiste international des musées afin de les inventorier. C'est ainsi que vit le jour le musée des cultures d'Afrique du Sud et du Soudan.La Société envisagea alors de fonder un second musée consacré au Caire. Il invita les autorités scientifiques, les ministères et certaines personnalités de premier plan, qui acceptèrent, à faire don de collections représentatives des us et coutumes égyptiens. Les collections furent inventoriées et enrichies par l'acquisition de nouvelles pièces. Inauguré en 1917, le Musée (Musée du Caire) compte 5 salles d'exposition consacrées aux coutumes et aux traditions.


Objectifs:

La création du musée est liée à la découverte de nouvelles zones géographiques.
Activités récentes:

Documenter les collections du musée au moyen des méthodes scientifiques et technologiques modernes.

Lors des conférences internationales qu'elle organise, la Société invite des universitaires à examiner les recherches géographiques du monde entier. La bibliothèque scientifique spécialisée de la Société compte 100.000 ouvrages en anglais, français et arabe. Organiser chaque année des saisons culturelles d'environ six conférences par mois. Organiser des conférences internationales pour les différentes autorités scientifiques en Égypte et dans d’autres pays. Ces manifestations se déroulent dans l'auditorium royal, d'une capacité de 5000 places, construit dans le style architectural islamique et fondé par le roi Fouad pour accueillir la 12e conférence de géographie en 1925.Le Musée joue un rôle de premier plan dans la protection du patrimoine culturel immatériel de par ses collections, qui témoignent des coutumes, des normes et des connaissances, et de par la façon dont elles sont exposées. Du fait de son enracinement, de son style architectural, des richesses de sa vaste bibliothèque et de son auditorium, le Musée est une source d’importance majeure qui a beaucoup à apporter aux réunions, aux établissements et aux personnes dans le domaine du patrimoine culturel immatériel.


  • "Fawanees" est le nom d'une société égyptienne qui travaille dans le domaine de la documentation et de la sauvegarde de la musique traditionnelle du delta du Nil. Elle présente ainsi des chants et des spectacles folkloriques en Égypte et à l’étranger. La société a notamment participé à un grand nombre de conférences et de festivals internationaux.

Objectifs:

Faire connaître les chants folkloriques égyptiens et protéger les traditions orales menacées d'extinction en les revalorisant et en les faisant connaître et revivre.

Activités récentes:

Faire connaître les arts folkloriques (musique et chants) et représenter l'Égypte lors des concours et des festivals internationaux.
Fawanees coopère avec diverses organisations et institutions afin de sauvegarder la culture populaire et les traditions orales menacées d'extinction. En 2008 et 2009, des concerts "Fawanees" (Égypte) et "Wake from the Earth" (Italie) ont eu lieu en Italie (2009) et en Égypte (2008), et un séminaire intitulé "Traditions orales sur les deux rives de la Méditerranée, cultures locales et constitution d'un réseau" a été organisé.

Cet événement a pour but de poursuivre la coopération artistique dans le domaine des traditions orales dans la Méditerranée afin de constituer un réseau permanent. Ces activités contribuent à la mise en œuvre de la Convention de l'UNESCO pour la Sauvegarde du patrimoine culturel immatériel et de la Déclaration universelle de l'UNESCO sur la diversité culturelle.


  • Le Comité des arts folkloriques:

Dans le cadre du Ministère de la "guidance nationale" ont été créés l'Autorité des arts et le Conseil supérieur des arts, de la littérature et des sciences sociales, devenu par la suite le Conseil supérieur de la culture. Il englobe un certain nombre de comités dont le comité chargé des dialectes égyptien, rebaptisé Comité des arts folkloriques en 1956. Il compte notamment parmi ses membres : Hussein Fawzy, adjoint du Ministre de la guidance nationale, Yehya Haqy, Directeur général de l'Autorité des arts, Salah Amer Radio directeur adjoint de l’ingénierie, Sohai al Kalmawy, Abdel Hamid Younis, Abdel Aziz Al Ahwany, Roshdy Salah, directeur du Centre des arts populaires folkloriques, Ahmed Ramy, Beyram Al Tounsy, Hassan Awad, Sa'd El Khadem, Aly Kamel El Deeb, Mahmoud Ahmed El Hefny, Nafeesa El Ghamrawy et Mohamed Farid Abu Hadid.

Objectifs:

    • Protéger le patrimoine et l'histoire de la communauté égyptienne non documentés à ce jour et élaborer des plans en vue de la collecte, de la conservation et de l'étude des arts folkloriques égyptiens.

    • Créer des centres consacrés au folklore, comme le Centre d'études des arts folkloriques et l'Institut des arts folkloriques.


Activités récentes:

    • Le Comité s'efforce actuellement de coopérer avec le mouvement du folklore égyptien, que ce soit en termes d'étude et de créativité, ainsi qu’en organisant des séminaires, des conférences, des expositions et des concours;

    • Organiser des événements festifs pour commémorer les pionniers des arts folkloriques, de même que les chercheurs et les artistes;

    • Participer à des projets d'édition, de traduction ou de réédition d'ouvrages;

    • Participer à des conférences à l'étranger;

    • Participer aux concours de recherche scientifique -- l'artisanat traditionnel, la gravure sur bois, le batik, Roshdy Saleh et les traditions.

Le Comité des arts populaires joue un rôle de premier plan dans le débat sur le patrimoine culturel immatériel et dans la sauvegarde de ce patrimoine en organisant un grand nombre de conférences et de séminaires au niveau national, régional et international. Le Comité est également à l'initiative d'un concours de recherche qui encourage les chercheurs à travailler sur le terrain pour recueillir les éléments du patrimoine culturel immatériel (traditions populaires) à leur source naturelle et sociale et les documenter selon les méthodes modernes.


  • Les collections de la bibliothèque pour l'étude du folklore : il s'agit de l'une des collections placées sous la supervision de la direction des éditions de l'Autorité générale des Palais de la culture. Ces collections sont au nombre de sept: documents fondamentaux, études du folklore, horizons arabes, horizons internationaux, créativité et théâtre, magazine Katr al Nada, Katr al Nada (livre), voix de la littérature. Grâce aux collections de la bibliothèque pour l'étude du folklore, la direction des éditions publie régulièrement des ouvrages sur le patrimoine folklorique.


Objectifs:

Publier des ouvrages dans le domaine du folklore, en particulier lorsqu'ils présentent un intérêt littéraire, les commercialiser à un prix abordable pour les lecteurs et les diffuser dans les bibliothèques de l'Autorité.

Activités récentes:

Publier les livres de tous les auteurs de la République et des pays arabes après approbation du comité de lecture, ainsi que les ouvrages de jeunes chercheurs travaillant dans le domaine du folklore, en particulier les études sur le terrain. Dans le cadre de ces collections, il a été décidé de rééditer les livres, aujourd'hui introuvables sur le marché, des tout premiers chercheurs dans le domaine du folklore ainsi que les très nombreux manuscrits de la littérature folklorique, notamment les autobiographies, comme celle du roi Saif ibn doul Yazal.

La Collection des études folkloriques de la Bibliothèque est la première collection arabe spécialisée dans le domaine du folklore et de ses différents aspects. Elle représente une expérience d'une grande richesse en matière de publication de livres consacrés au patrimoine culturel immatériel et aux thèmes qui s'y rapportent. L'Autorité générale des Palais de la culture permet au public de se procurer ces ouvrages à des prix abordables. Créée il y a une quinzaine d'années, la Collection a publié plus de 200 livres.


  • Le Département général d'information et de documentation a pour mandat de recenser et de documenter les manifestations culturelles et artistiques organisées dans l'ensemble du pays dans les palais et les maisons de la culture, les bibliothèques et les palais de l'enfance, et de recueillir des données statistiques relatives aux manifestations culturelles et artistiques. Le travail de documentation consiste à recueillir des données sur ces institutions, à les classer et à les informatiser. Le Département coopère avec les divers établissements gouvernementaux et non gouvernementaux qui interviennent dans le domaine du patrimoine culturel et de sa sauvegarde.




  • Al-Beit Al-Kenzi est une ancienne demeure nubienne où sont exposées des œuvres d'art -- musée ouvert consacré aux objets usuels de l’Ancienne Nubie. Y sont également exposées des œuvres artistiques de style islamique réalisées à partir de matériaux naturels, en particulier le palmier et le palmier doum. Al-Beit Al-Kenzi propose d'autre part un atelier d'arts plastiques pour enseigner aux garçons et filles nubiens ce savoir-faire artisanal basé sur les matériaux naturels provenant de l’environnement local. Les préparatifs du musée d'art ont débuté en 1988, avec des objets datant de 1920.

Objectifs:

En créant Al-Beit Al-Kenzi, son fondateur avait pour objectif de continuer à faire vivre les objets usuels du patrimoine nubien. Il s'agissait de trouver des objets représentatifs de l’Ancienne Nubie et de les exposer dans des musées à l'intention des visiteurs et des chercheurs spécialistes de la civilisation nubienne. Le fondateur aspire à faire revivre certaines formes de l'artisanat traditionnel en permettant à une nouvelle génération d'artisans de voir le jour grâce à la création d'écoles et d'ateliers ouverts aux garçons et aux filles.

Activités récentes:

    • Mettre en place un musée ouvert pour permettre aux visiteurs de voir les objets de la vie quotidienne et les œuvres d'art nubiens. Ces œuvres et objets caractéristiques de la Nubie sont fabriqués à partir de matériaux provenant de l'environnement local.

    • Organiser un atelier afin d'enseigner aux garçons et filles nubiens le savoir-faire artisanal basé sur les branches et les feuilles de palmier, les noyaux de dates et les fruits de palmier doum et donner ainsi naissance à une nouvelle génération d'artisans qualifiés qui continueront à faire vivre cet artisanat.

Le centre transmet l'expérience et les connaissances d'artisans qualifiés aux nouvelles générations.


  • Le Département général des arts folkloriques est chargé de superviser les groupes d'art folklorique dans l'ensemble du pays. Il leur fournit des formateurs ainsi que du matériel, en particulier des vêtements, des accessoires, des chaussures et différents outils. Il protège également les artistes de talent. Il organise des concours annuels entre ces groupes et créée des musées d’arts folkloriques.

Objectifs:

    • Superviser les troupes folkloriques.

    • Créer des musées pour exposer les arts folkloriques dans les palais de la culture et documenter leurs collections.

Activités récentes:

Le Département réhabilite les groupes folkloriques dans les différentes provinces culturelles d'Égypte.Il coopère avec les palais et les maisons de la culture situées dans les villes et les villages d'Égypte afin de partir à la découverte d'artistes folkloriques qualifiés dans les domaines du chant, de la danse et du folklore. Il forme ces artistes pour leur permettre de créer des groupes artistiques qui expriment la culture de leur zone géographique d’origine. Il suit le calendrier international en réhabilitant ces groupes folkloriques pour qu'ils participent à des manifestations et à des festivals réputés partout dans le monde.


  • Les Archives nationales folkloriques ont été créées conformément à un décret du Ministère de la culture. Elles reçoivent le soutien du Fonds arabe pour le développement économique et social. Le Centre recueille les traditions folkloriques provenant des différents gouvernorats d'Égypte par l'intermédiaire d'enquêteurs de terrain. Les éléments collectés sont ensuite analysés et documentés par une équipe de spécialistes afin d'être conservés dans les archives numériques du Centre.


Objectifs:

Procéder à la collecte et à la documentation des traditions folkloriques afin de les conserver dans un système national d'archives numériques.

Activités récentes:

Le Centre recueille des données sur les traditions folkloriques d'Égypte par le biais des départements suivants:

Département de littérature populaire; département du folklore; département des arts du spectacle (théâtre et spectacles populaires); département des savoirs populaires; département des croyances populaires; département des jeux populaires; département de danse folklorique; département d'histoire orale.

Les Archives nationales folkloriques mènent de nombreux projets et activités relatives à la documentation du patrimoine immatériel d'Égypte.

Exemples:

    • Préparation et formation du personnel travaillant dans le domaine du folklore

    • Documentation des manifestations et festivals folkloriques en Égypte

    • Renforcement et développement des arts traditionnels et de l'artisanat égyptiens

    • Documentation des questions relatives au cycle de vie en Égypte, etc.




  • Le Musée du patrimoine nubien est un musée ethnographique qui retrace l'histoire de Nouba. Considéré comme un témoin du passé, il conserve des traces de la langue nubienne, des récits sur la communauté nubienne et les influences qu'elle a pu produire, ainsi qu'une description de la vie quotidienne dans cette communauté: les peines et les joies, les traditions et les coutumes. La bibliothèque du Musée propose en outre de nombreux ouvrages sur Nouba, foyer de rayonnement du patrimoine nubien.

Activités récentes:

    • Sensibiliser la population locale à l'importance des antiquités nubiennes et à leur impact positif sur la nouvelle communauté nubienne. En effet, les habitants ont dû quitter leur ancienne demeure pour s'installer dans une nouvelle maison à Kom Ombo, et on a pu craindre que ce patrimoine serait négligé et perdu.

    • Expliquer aux nouvelles générations nubiennes l'importance des antiquités de la communauté nubienne. Le Musée du patrimoine nubien contribue à faire connaître aux nouvelles générations le patrimoine immatériel de l'Ancienne Nubie: langue, folklore, traditions, coutumes, croyances, tous les faits et gestes de la vie quotidienne de la communauté nubienne tels qu'ils nous ont été transmis.




  • Le Musée de la Nubie est le dernier établissement en date à avoir vu le jour dans le cadre de la coopération entre l'UNESCO et le Gouvernement égyptien. L'une des sections du musée est consacrée à la sauvegarde du patrimoine nubien d'Assouan. Le musée est idéalement situé et s'intègre parfaitement dans le cadre naturel d'Assouan, sur la rive ouest, en face de l'île Éléphantine. Cet emplacement facilite l'accès au Musée des ressortissants et des visiteurs étrangers. Le musée est édifié sur une falaise abrupte où ont pu être préservées les formations rocheuses qui caractérisent la région et en constituent les lignes de démarcation.

L'architecture du bâtiment et de ses éléments s’harmonise avec les caractéristiques de l’environnement local, la façade étant inspirée du patrimoine nubien. L'entrée de l’édifice tamise l’éclat de la lumière du jour. Le musée est équipé de tous les médias modernes – on y trouve, outre la grande salle d'exposition, un hall d'entrée et tous les services qui s’y rattachent, une salle de lecture, une bibliothèque moderne, un centre d'enregistrement et de documentation ainsi qu'une section réservée aux expositions temporaires. Les réserves, le laboratoire de restauration, les ateliers et le studio photo viennent compléter cet ensemble. Une maison nubienne typique a été érigée, identique aux demeures nubiennes par ses éléments architecturaux et traditionnels, comme la cour à ciel ouvert.

Objectifs:

Depuis les années 1960, les Nubiens ont dû faire face à une série de difficultés lorsqu’on a commencé à les déplacer à cause de la construction du Haut Barrage. Il leur a non seulement fallu s'habituer à un nouveau lieu de résidence mais aussi sauvegarder leur culture et leurs traditions. Le patrimoine culturel nubien a été durement touché en dépit de toute la richesse de son savoir-faire artisanal, jusqu'à ce que la communauté parvienne à faire face à son nouvel environnement. Le Musée de la Nubie a été créé selon un modèle classique pour qu'Assouan figure sur la carte comme un haut lieu de la culture et a été délibérément placé au cœur de la communauté d'Assouan pour attirer les étrangers et les inciter à approfondir leurs connaissances sur les arts et la culture de Nubie. Le Musée est également considéré comme un lieu de sauvegarde du patrimoine nubien et sert d'institut d'éducation, de recherche et de formation.

Activités récentes:

Le musée propose un programme d'une durée de neuf mois pour permettre à des femmes âgées de transmettre leurs compétences et leurs savoir-faire traditionnels aux jeunes filles.

Depuis qu'il a ouvert ses portes, le Musée de la Nubie joue un rôle en matière d'éducation et fait partie intégrante de la communauté d'Assouan. Il est en outre devenu un lieu d'exposition et un centre qui, grâce aux moyens d'enseignement culturel dont il dispose, permet aux élèves des écoles d'approfondir leurs connaissances sur l'histoire de la Nubie. Musée en plein air unique en son genre, le Musée de la Nubie d'Assouan est considéré comme l'un des musées phares d'Égypte.

Enfin, le musée joue un rôle crucial pour faire connaître au monde le patrimoine de cette région tout en préservant des monuments, qui sont exposés de manière appropriée. Il joue un rôle semblable en se faisant l'écho, grâce à son centre d'études et de documentation, des travaux de recherche sur la Nubie réalisés par des étudiants et des chercheurs du monde entier. Le musée s'attache également à diffuser toutes les informations pertinentes concernant l'histoire de la Nubie.


  • La Société du patrimoine nubien favorise la sauvegarde et la transmission du patrimoine nubien entre les générations de la communauté nubienne.

Objectifs:

    • Mener des recherches sur le terrain dans la communauté nubienne et recueillir des données sur les coutumes et les traditions afin de mettre en valeur la culture nubienne et son impact sur les Nubiens d'aujourd'hui.

    • Mener des recherches de terrain sur les arts de Nubie et étudier l'impact de ces arts sur les nouvelles générations de Nubiens.

    • Sauvegarder et faire connaître la langue nubienne.


Activités récentes:

Création d'un centre d'information sur la langue nubienne. Ce centre, qui disposera de documents audio et imprimés, sera une référence pour les chercheurs et tous ceux qui s'intéressent à la Nubie.

Sa priorité est d'empêcher la disparition de la langue nubienne, qui constitue l'un des éléments capitaux du patrimoine nubien, tout en coopérant avec les partenaires locaux et internationaux qui s’intéressent à la sauvegarde du patrimoine nubien.

  • Le Centre égyptien pour la culture et l'art (Makan) présente des spectacles de musiques, de chants et de danses folkloriques.

Objectifs:

    • Protéger, sauvegarder et documenter la musique et les ballades folkloriques menacées d'extinction en les recueillant et en les enregistrant grâce aux techniques les plus modernes. Les archives du Centre contiennent actuellement l'équivalent de plus de 20 téraoctets d'enregistrements vidéo et audio de musiques et de chants égyptiens.

    • Faire connaître ce patrimoine au public au moyen de concerts et spectacles donnés au Centre même (Makan).

    • Organiser des ateliers pour permettre aux musiciens de se rencontrer et de partager leurs expériences.

Activités récentes:

    • Spectacles de musiques et chants folkloriques deux fois par semaine au Centre.

    • Protection des musiciens traditionnels et des facteurs d'instruments de musique.

Expériences communes et coopération avec les communautés, groupes et autres praticiens du patrimoine culturel immatériel : participation du Centre à la sauvegarde de la mémoire culturelle de l'Égypte en menant des recherches et en collectant des données sur la musique traditionnelle, considérée comme un élément du patrimoine culturel immatériel ; soutien apporté par le Centre aux historiens des arts populaires, aux musiciens et aux chercheurs.


  • La radio fait connaître la culture au public au moyen de la production et de la diffusion de programmes adaptés aux différentes classes de la société. La radio joue un rôle important en matière de conservation et de documentation des éléments du patrimoine immatériel de toutes les régions culturelles d'Égypte. Les archives de la radio contiennent un grand nombre d’éléments du patrimoine culturel, en particulier des musiques et des chants.

  • Le Musée des arts ruraux est une salle d'exposition située dans une maison rurale à l'intérieur du Palais de l'artisanat.

Objectifs:

    • Collecter et exposer les éléments du patrimoine culturel immatériel représentatifs de la vie rurale, dans la maison rurale et dans les champs;

    • Donner la possibilité de contribuer à la construction d'un musée consacré à la culture folklorique en coopération avec les agences et les institutions s'intéressant au folklore.

Activités récentes:

Construite en briques crues, la maison rurale menace de s'effondrer, de sorte qu'il a fallu entreposer toutes les antiquités du musée au deuxième étage du Palais et prendre toutes les mesures nécessaires pour qu'elles ne soient ni endommagées ni égarées.

L'exposition au musée des éléments du patrimoine culturel immatériel liés à la vie rurale nous permettrait de transmettre les expériences liées à cette culture et à ses éléments immatériels.


  • L'Association pour le patrimoine du Sinaï intervient dans le domaine des services culturels et de la collecte des éléments du patrimoine du Sinaï. Elle compte au nombre de ses activités la construction du musée du patrimoine du Sinaï, dont l'objet est de collecter, de présenter et de documenter les éléments du patrimoine du Sinaï.

Activités récentes:

    • Recueillir, documenter, classer et sauvegarder les éléments du patrimoine du Sinaï et exposer les antiquités du patrimoine matériel.

    • Publier des brochures, des livres et des articles sur le patrimoine en général et sur le patrimoine du Sinaï en particulier;

    • Construire un musée consacré au patrimoine du Sinaï;

    • Organiser des séminaires, des conférences et des forums pour discuter du patrimoine national;

    • Organiser des échanges avec les personnes qui s’intéressent au patrimoine;

    • Produire des œuvres représentatives du patrimoine qui seront ensuite commercialisées par l'Association.

L'Association recueille et documente des éléments du patrimoine du Sinaï et organise des échanges entre les personnes intéressées par le patrimoine. En outre, elle coopère et échange des expériences avec des agences locales et internationales et invite des personnes intéressées par le patrimoine, en Égypte ou ailleurs, pour procéder à un échange d'expériences et d'opinions dans le domaine du patrimoine culturel.


  • La Division des arts (conseils nationaux spécialisés) compte parmi les nombreuses divisions relevant du Conseil national pour la culture, les arts, la littérature et les médias. Cette agence gouvernementale réalise des études scientifiques dans les domaines des politiques, des technologies, de l'économie et de la culture afin d'étayer de manière scientifique la vision politique au moyen de ses rapports, tout en proposant des méthodes propres à réaliser les objectifs définis dans le cadre de ces études. Ces rapports sont soumis à l'attention de la présidence du pays et des différentes agences responsables.

Proposer et étudier des orientations politiques générales afin de renforcer les capacités nationales en matière de culture et d'arts folkloriques. Il s'agit de proposer et d'étudier les plans scientifiques relatifs à la culture et aux arts folkloriques afin d'intégrer les valeurs nationales et les valeurs culturelles humaines qui élèvent le comportement humain aux valeurs sociales et spirituelles égyptiennes à la lumière de l'évolution des sciences.

Activités récentes:

    • Préparer les études scientifiques et les recherches qui seront réalisées à l'avenir dans divers secteurs liés au développement;

    • Évaluer nos capacités et utiliser toute l'énergie dont nous disposons;

    • Participer à l’élaboration d'une stratégie complète et civilisée pour l'avenir des arts en Égypte.

La Division des arts des Conseils nationaux spécialisés a entrepris d’établir des archives nationales afin d'inventorier la culture et les arts folkloriques d'Égypte et de protéger les éléments immatériels de la culture.

  • Le Musée du patrimoine bédouin, construit en juin 1983, a été transféré du conseil du gouvernorat au Centre culturel. Considéré comme un foyer culturel important et un centre d'études, il comprend de nombreuses pièces et salles où sont exposés un grand nombre d’éléments du patrimoine bédouin. Il est actuellement divisé en plusieurs sections:

Section des bijoux : de nombreux bijoux bédouins et siwi faits main en argent : bracelets, chaînes de cheville, boucles d’oreille, colliers, etc.

Section des costumes : présente notamment d’anciens costumes et accessoires siwi.

Section des chaussures : comprend les différents types de chaussures portées par les hommes et par les femmes.

Section de l’agriculture : anciens outils agricoles : machettes, charrues, seaux. Le musée expose également une maison bédouine en modèle réduit, une tente bédouine et la maison de la poésie, fabriquées en toile de jute capitonnée de laine et décorée de morceaux de tissus de couleur. Le musée présente aussi d’anciens articles ménagers, comme ce grand plat en bois utilisé lors des principaux repas et qui est désormais fabriqué en aluminium. On y trouvera enfin des objets bédouins en bois de palmier ainsi que des poteries autrefois utilisées par les habitants de Siwa.

Activités récentes:

Sauvegarder le patrimoine folklorique et culturel du gouvernorat de Marsa-Matrouh.

Le Musée du patrimoine bédouin est une mine d’informations sur la vie traditionnelle de la communauté bédouine et sur la manière dont étaient utilisés les objets usuels. Ces objets étant faciles à exposer, le musée peut accueillir un très grand nombre de visiteurs.

  • Le Centre d’anthropologie et de folklore a pour fonction de préparer des études, des recherches et des données dans le domaine de l’anthropologie et du folklore. Il a également pour objet de recueillir tout ce qui a trait au patrimoine de la civilisation, à l’archéologie, à la construction et autres thèmes relevant des sciences humaines.

Le Centre compte deux unités principales :

  1. L’unité de recherche, qui se compose des sections suivantes :

    1. Anthropologie

    2. La section du folklore au sein de la faculté de littérature.

    3. Archéologie et civilisation

    4. Géologie “Musée des arts pour les pierres et l’archéologie”, au sein de la faculté des sciences.

    5. Construction

  2. Unité technique, relations publiques, recherche, secrétariat et informatique.

Activités récentes:

    • Collecter les éléments du patrimoine folklorique dans le gouvernorat de Daqahleya.
  1   2   3   4

similaire:

Rapport d’évaluation iconRapport d'évaluation des moyens d'aération

Rapport d’évaluation iconDiscuter, en équipe de deux, du changement de paradigme que vous...

Rapport d’évaluation iconRapport pour le Haut conseil de l'évaluation de l'école
«L'Accompagnement scolaire : sociologie d'une marge de l'école» puf, 2001. 328 p

Rapport d’évaluation iconRapport d’evaluation interne 2013 sommaire
«Coste Baills» a été construite en 1975 et achevée en 1977. C’est un Etablissement public géré par son Directeur, soumis aux instances...

Rapport d’évaluation iconFormulaires types d’évaluation des offres et Guide pour l’Evaluation des Offres

Rapport d’évaluation iconRapport «transformation numérique et vie au travail»
«objectives» d’un changement sur les conditions de travail ne suffit pas à prédire le niveau d’adhésion que ce changement suscitera....

Rapport d’évaluation iconLa démarche de l’évaluation 3

Rapport d’évaluation iconL’évaluation de la politique touristique en

Rapport d’évaluation iconCorrige de l’evaluation geographie

Rapport d’évaluation iconII. La construction d’un questionnaire d’évaluation








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com