Peter Behrens. (1868-1940)








télécharger 15.13 Kb.
titrePeter Behrens. (1868-1940)
date de publication24.10.2016
taille15.13 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > économie > Documentos
Peter Behrens. (1868-1940)
Au début du XXe siècle, Peter Behrens incarne l’architecture allemande moderne. Il devient célèbre car il considère la construction industrielle comme une question architectonique à part entière. Ses usines sont conçues comme des espaces de dignité auxquels il donne un caractère classique. usine à turbines de navires AEG
http://www.arthistory.upenn.edu/spr01/282/w4c2i08.htm
http://www.greatbuildings.com/architects/Peter_Behrens.html
Son usine AEG construite à Berlin en 1908-1909 est une de ses œuvres majeures. Peter Behrens était alors le plus grand architecte allemand. Van der Rohe, Gropius et Le Corbusier sont passés par son atelier.

C’est à 1907 que le président directeur d’AEG a nommé Behrens conseiller artistique : l’architecte donne une forme artistique à tout ce qui sort de l’usine et à l’usine elle même. Behrens construire plusieurs usines mais celle de Berlin est le véritable « temple de l’industrie ». La structure est en acier et ciment armé les façades revêtues de briques. Son originalité est le contraste entre les vastes surfaces vitrées et les puissants massifs d’angle.

Behrens dessine la totalité des objets de la marque : du bâtiments jusqu’aux ampoules. Il est de fait le premier designer.

Parallèlement se met en place dès 1907 le Deutscher Werkbund (Union allemande pour l’œuvre associant ensuite plusieurs « Werkstätte »), fondé à Munich et dont le « but est de donner ses titres de noblesse au travail industriel en créant une synthèse entre l’art, l’industrie et l’artisanat ». Wagner, Hoffmann, Olbrich, Van de Velde ou Rimerschmidt en faisaient partie. Les objets conçus et fabriqués sous ce label n’étaient pas forcément du Jugendstil. Mais la démarche a pu faire dialoguer Art, technologie et industrie posant les bases de ce qu’on appellera le design dans les Arts décoratifs et du label « qualité allemande ». Car objectif de l’association est de faire travailler ensemble plusieurs artistes « agréés » et industriels pour produire « le meilleur de l’art, de industrie, de l’artisanat et du commerce ». En 1908, le Deutsche Werkbund compte déjà 500 créateurs (dont les plus grand sont cités ci-dessus) et industriels (AEG, Krupp, Daimler) , ils seront plus de 2000 à la veille de la guerre qui va cependant décimer ces équipes.
Darmstadt

Dans le renouveau artistique allemand une place particulière doit être accordée à la ville de Darmstadt

http://www.la-belle-epoque.de/hessen/daindexf.htm

où le grand-duc Ernst Ludwig de Hesse (petit-fils de la reine Victoria, il avait passé du temps en Angleterre où il a beaucoup apprécié les écrits de Morris et Ruskin et l’essor des Arts and Crafts) il fonde en 1899 une colonie d’artistes et de décorateurs.

Son objectif est de créer une industrie du design à Darmstadt.

Mais ce type d’approche est resté sans avenir.

http://www.pixagogo.com/3237305124

http://de.wikipedia.org/wiki/Darmst%C3%A4dter_K%C3%BCnstlerkolonie

http://pagesperso-orange.fr/artnouveau/en/villes/darmstadt.htm
Le style suivi ici est largement inspiré de l’Art Nouveau et du Jugenstil allemand.

En 1899 il fait donc venir l’autrichien Joseph Maria Olbrich, Peter Behrens et d’autres créateurs à qui il demande de construire des maisons et un pavillon d’exposition de mobilier et d’arts décoratifs sur la colline de Mathildenhoe. Les sept artistes invités ont reçu une bourse de 7 ans. En 1902 , le duc de Saxe-Weimar invite lui Henry Van de Velde à ouvrir une Ecole des arts.


Maison Mathildenhoe. (Darmstadt, 1901)

Voir belles photos de la colonie d’artistes de Darmstadt

http://www.pixagogo.com/3237305124
En contre point de la maison d’Ollbrich, pleine d’élégance et de légèreté, Peter Behrens construit la sienne dans des lignes plus rigoureuses. D’impressionnantes liernes d’angle dessinent des contours nets et donnent son caractère propre à la maison. Malgré la présence de quelques motifs décoratifs comme les pignons échancrés ou les bourgeonnements de flammèches verts. (voir les photos de détails de la façade)

Le caractère exemplaire de sa maison fut rapidement compris et salué comme il le méritait. Voici ce que disait le critique Karl Scheffler

« C'est pourquoi nous voyons dans la maison de la Mathildenhohe une construction digne de Solness (Ibsen : « La maison de poupée »), un refuge pour l'homme moderne (…) un foyer qui aura su sauver la nouvelle forme de société de la noyade dans les doutes de la foi et la détresse sociale, qui aura su attirer à lui la beauté pour la sauver de la science.»

L'intérieur, contraste avec la rigueur extérieure par sa solennité. De lourdes formes obscures emplissaient le salon de musique, l'atelier et la chambre des dames. Seule la salle à manger, avec ses tonalités de blanc, rouge et argent faisait exception à cette règle.



En dépit de leurs divergences, Olbrich et Behrens se retrouvaient sur le plan d'un mobilier Jugendstil. La salle à manger est certainement la pièce la plus aboutie où il s’approche de Van de Velde ou de Mackintosh. Lignes rigoureuses, courbes et droites, mobilier aux formes originales des chaises et des lampes.
Nous sommes ici dans une conception d’une œuvre d’art total dans la mouvance de l’Art Nouveau : par exemple une chaise de la salle à manger. Voir aussi une assiette du service de table en porcelaine.
Cette maison marque une étape dans l’architecture domestique en Europe. Peter Behrens semble être l’architecte le plus complet de sa génération et il le prouve en allant diriger à Düsseldorf l’Ecole des Arts décoratifs appliqués en 1903.

similaire:

Peter Behrens. (1868-1940) iconA la salle des ventes de Limoges, 32 Gustave Nadaud bp 30058-87002 Limoges
«The Peter Hallinan Collection of Melanesian Art» et d’un article dans la célèbre revue ‘ Living in Paradise ’, May/June 1990 “:...

Peter Behrens. (1868-1940) iconRecherches socio conduites entre 1915-1940
«Ecole de Chicago» = ensemble de recherches socio conduites entre 1915-1940 par profs et étudiants univ. Chicago

Peter Behrens. (1868-1940) iconPeter Kelvink: artiste peintre fresguiste

Peter Behrens. (1868-1940) iconLa bataille du 14 juin 1940

Peter Behrens. (1868-1940) icon"11 mais 1940" dans La campagne des 18 jours (2/19), 1990

Peter Behrens. (1868-1940) icon1* aa (Peter van der). Carte du gouvernement de Languedoc. Leide,...

Peter Behrens. (1868-1940) iconAnne Burdick, Johanna Drucker, Peter Lunenfeld, Todd Presner, Jeffrey...

Peter Behrens. (1868-1940) iconCours de grammaire française (partim orthographe) syllabus de dictées...
«Dictée dite de «Mérimée» faite à une réunion du château de Saint-Cloud (1868)»

Peter Behrens. (1868-1940) iconAxe 3 : musées, sites, parcours
«Blitzkrieg» et à la victoire allemande à l’Ouest ainsi qu’à la situation à l’été 1940 et à la résistance

Peter Behrens. (1868-1940) iconCours de grammaire française (partim orthographe) syllabus de dictées...
«Dictée dite de «Mérimée» faite à une réunion du château de Saint-Cloud (1868)»








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com