Leçon 1 introduction








télécharger 174.71 Kb.
titreLeçon 1 introduction
page1/5
date de publication07.07.2017
taille174.71 Kb.
typeLeçon
ar.21-bal.com > économie > Leçon
  1   2   3   4   5
UN ESPACE MONDIALISE : Leçon 1
INTRODUCTION
La mondialisation : ce sont des territoires interdépendants qui sont reliés entre eux par des réseaux hiérarchisés.

La définition est le résultat de cinq phénomènes ajoutés :

  • un processus de mise en relation de différentes composantes du monde, d’ensemble géographiques et d’acteurs, qui s’articulent en un système ( le système monde)

  • la mondialisation est le fruit de nouvelles interdépendances : le capitalisme s’est développé avec le commerce dès la Renaissance ; les grands empires coloniaux ont permis l’extension de ce commerce et la circulation des capitaux ; dès l’entre deux guerres, les premières multinationales font des investissements directs à l’étranger

  • aujourd’hui, la mondialisation se déploie à différentes échelles : régionale, nationale, interétatique, transnationale car elle se joue largement des frontières

  • les acteurs de la mondialisation se croisent, se combattent, s’ajoutent, forment des réseaux et une forte hiérarchie : ce sont essentiellement des FTN

  • Mais les acteurs sont rarement les citoyens ou les gouvernements des Etats, ainsi la mondialisation échappe grandement aux voies de la démocratie


Ainsi, la mondialisation intègre ( / suppression des frontières / ex), mais elle exclue aussi ( pas de partage des richesses, la maîtrise de la mondialisation appartient à un groupe très réduit d’individus), d’où de très fortes marginalisations et de nombreux débats atour de ses excès
Problématique :

  • Comment se manifeste t elle ? cad pourquoi et comment les différents flux d’homme, marchandises, services, capitaux, infos progressent très vite ?

  • Pourquoi modifie t elle notre notion du temps ? cad en quoi les révol. Des communications ont fait du champ économique un ensemble unifié ( au moins entre els 3 pôles de la Triade ) ?

  • Qui en sont les acteurs ? c'est-à-dire les décideurs. Les USA, bien sûr, les FTN mais aussi les gdes orga mondiales (souvent fortement dépendantes des USA)

  • Quels sont les lieux de la mondialisation ? on verra que ces lieux sont fortement hiérarchisés et que si personne , nulle part n’échappe à la mondialisation, il existe des espaces complètement marginalisés ( du moins de vue des décisions / ex)

  • Quels sont les débats autour de la mondialisation ? faut il plus de mondialisation ? faut il en limiter les excès ? quels sont les autres pistes de réflexion ?


Annonce du plan :
I / interdépendances, centres d’impulsion et inégalités de développement  (8h)
II / les débats autour de la mondialisation et les autres logiques d’organisation de l’espace mondial ( 2h)


I / MONDIALISATION, INTERDEPENDANCES, CENTRES D’IMPULSION ET INEGALITES DE DEVELOPPEMENT
La mondialisation peut être résumée en 3 phénomènes (ce sera notre plan)  :

  • des flux multiples et en pleine croissance

  • des acteurs peu nombreux et qui échappent en grande partie aux règles des démocraties

  • des lieux multiples et très hiérarchisés




  1. Des flux d’hommes, de marchandises, de services, d’informations et de capitaux en pleine croissance depuis environ 60 ans




      1. la mondialisation est un phénomène ancien mais qui tend à s’accélérer

  • marchandises et capitaux circulent depuis la Renaissance, puis accélération au XIX°s avec les empires coloniaux

  • boom depuis 1945 en raison de l’augmentation des échanges de services et d’invisibles

  • Causes :

    • Faire disparaître les frontières économiques et financières

    • Boom des orga. Internationales : GATT (OMC), FMI, BIRD…. + rôle des USA pour contrôle de ces orga. , G8, Davos…

    • Déréglementation dès fin années 70 ( néolibéralisme)

    • Investissements à l’étranger

  • CSQ et enjeux :

    • Recherche de compétitivité sur prix, qualité du travil, performance, produits…. En permanence

    • Baisser les prix et accroître la consommation

    • Mais surtout augmenter les transactions financières sur les marchés de change ( qui sont 6 fois + fortes que la somme total du PIB mondial ajouté au chiffre d’affaire des 100 + gdes FMN + tout le commerce mondial)

    • Donc, notre éco actuelle est une éco essentiellement portant sur les invisibles ( bcp plus que sur la production)



      1. des flux en expansion


a . des Invisibles : Kx et informations
- Kx : doc 8 p 29

Se sont complètement affranchis des frontières ( et souvent des lieux d’imposition). Ex : La montée de la puissance US a été permise grâce aux Kx saoudiens, J, européens…

L’Investissement Direct à l’Etranger représente 8% du PIB des USA, 18% de celui de la Chine, 21 % du RU, 73 % de Singapour. A l’inverse de nbreux pays ne reçoivent quasiment aucun IDE : Bengladesh, Af Subsaharienne…

Donc, les Kx circulent surtout entre les pays du Nord
- des informations :

C’est le flux qui a le plus d’effet sur les sociétés car personne n’y échappe ( ex : élection d’un pdt US ou renommée d’un sportif jusque ds les villages les plus reculés du monde, les bidonvilles les plus pauvres) : la puissance d’un pays se mesure aussi à travers sa capacité de transmission des medias ( informations, musique, mode…) . Rôle K des images que véhiculent les FMN : « Roger and Me » de M Moore qui a déstabilisé Roger Smith, pdg de GM ; image de Nike ou Gap remise en Q par le travail des enfants).


  1. des hommes : pour le travail ou le tourisme . doc 1 p 25


toutes les migrations des hommes reflètent les inégalités entre pays :

  • flux de travailleurs : S/N et S/S . qui sont passés de 45 M de pers en 1965 à 150 M en 2002 (+ environ 25 à 40 M d’illégaux). Peu de pol de départ (sf philippines vers pays musulmans). Pays tradi d’accueil : F, USA, RU, CDN, Australie… et ont +- arrêtés

  • flux de réfugiés : victimes de guerre, répression pol, catastrophes naturelles : 20 M

  • flux de tourisme : 69 M en 1960 et 715 M aujourd’hui ( soit 500 MM $/an et 1 actif sur 10 ds le monde) : Europe + Usa principaux émetteurs et récepteurs ( 80 % du total) vers gdes métropoles, hts lieux culturels, stations balnéaires et d’hiver, gds parcs d’attraction. Mais sensibles à la géopolitique : attentats, SRAS…




  1. des marchandises :

doc 1 p 22

2002 : 6 400 MM $ de marchandises échangées ds le monde : boom du trafic maritime (et aérien), de la multimodalisation des transports, de la capacité à se doter d’infrastructures modernes et à recevoir des Kx.
La logique financière spéculative domine la mondialisation : exigence de la rentabilité des fonds en permanence. Qui décide ? quels sont les acteurs de la mondialisation ?


  1. Des acteurs de la mondialisation qui sont peu nombreux et échappent en grande partie aux règles des démocraties


Idée directrice : La mondialisation s’impose de + en + non seulement comme un processus éco et financier, mais aussi comme une nouvelle vision de l’homme, de la société. Ceci est le résultat de stratégies, de décisions et d’actions de différents groupes


    1. ceux qui poussent à la mondialisation


A préparer :

A partir de vos connaissances, du cours, du manuel et des documents suivants : 4p31 ; 5p31 ; 1 p30

1. quels sont les pays d’origine des FTN (FMN)

2. Quels sont leurs objectifs primordiaux ?

3. Pourquoi la fabrication des produits n’est elle plus une priorité des FTN ?

4. Néanmoins, quelles sont les principales productions des FTN ?

5. Montrer quels sont les liens d’interdépendance entre les FTN ?

6. dans une synthèse en 300 mots environ, vous montrerez en quoi les FTN sont les acteurs et moteurs essentiels de la mondialisation, quels sont leurs objectifs et enjeux ?


  • nbreuses orga internationales qui visent à la mondialisation : GATT puis OMC, FMI, BIRD… qui sont entre les mains de l’ONU et sont largement contrôlés par les USA. + G8 et sommets économiques : Davos, Seattle / ex.

  • les FTN : doc 4 p 31

63 000 ds le monde et 2/3 du commerce mondial. Elles emploient 4% de la pop active mondiale .

Ce sont donc les principaux agents de la mondialisation : leur caractère transnational s’affranchit des frontières tt en profitant des écarts de commercialisation, de slaires entre les pays

La plupart affichent des chiffres d’affaires > à ceux de nbreux Etats ( résultats pour 2000 d’après la CNUCED : Exxon Mobil : 63 MM $ et GM : 56 MM $ contre 53 MM $ PIB pour Algérie, 51 MM pour Nouvelle Zelande, 48 MM $ pour Emirats arabes Unis ou Hongrie cad le chiffre d’affaires de Ford )

Ces FTN sont un puissant outil d’intégration éco mondiale ( car créent des emplois, richesses…) mais aussi de domination du N le + puissant ( Triade) sur tt le restant de la planète et surtout le S.

  • les réseaux illégaux :

c’est aussi la mondialisation du crime organisé à partir de bases nationales identifiées : Cosa Nostra sicilienne / ex ou mafias tchétchène, albanaise, triades chinoises, cartels colombiens… et qui trouvent leur source de revenus ds les armes, la drogue, les migrations clandestines, la prostitution, le piratage, les contrefaçons, le racket…

Ils ont pu profiter de la mondialisation grâce à l’ouverture des frontières , mais surtout grâce à la multiplication des paradis fiscaux et jouent sur les différences de lois, règlements, coûts de production entre les pays.

Ces trafics permettraient entre 500 MM et 1000 MM de chiffres d’affaires / an, soit bcp plus que le chiffre d’affaires cumulé des 100 premières FTN mondiales)

    1. ceux qui tentent de la réguler, voire de l’humaniser




  • Les Etats :

Ont été à l’origine des décisions, des lois de déréglementation ( ouverture des frontières, concurrence….) pcq aucune autre solution semblait possible face à la concurrence mondiale ou pcq il fallait ancrer les pays à l’éco de la planète

Leur marge est aujourd’hui très réduite, car ils sont pris en sandwich entre la mondialisation et les contestations démocratiques. Tentent de défendre leurs propres citoyens, les entreprises, mais les choix ne leur appartiennent plus guère ( ex : lutte de l’OMC contre décisions nationales contre OGM, pasteurisation, projet AMI …) .Ces projets sont le rsultat de choix de qqs individus mais échappent totalement au contrôle démocratique. Finalement, seuls les Usa arrivent à prendre des décisions nationales qui ont vocation internationale.

Les Etats sont finalement débordés entre leurs entreprises dynamiques (ainsi que les orga régionales type UE ou ALENA) qui veulent plus de mondialisation et leurs citoyens qui veulent plus de droits sociaux.


  • Les ONG et les associations humanitaires :

D’origine privées, ce sont des activités bénévoles et elles ont un caractère international. On les apppelles de ++ des organisations ( ou associations) de solidarité internationale ( OSI)

Elles tentent de pallier les carences des Etats pour assurer la survie des pop ds les domaines de la santé, des soins, de l’alimentation, de l’éducation… mais sont devenus un « charity business » (expression de Syvie Brunet) : dérives financières, cherchent surtout de nvlles parts de marché et des actions les plus médiatiques ou intéressantes afin de recevoir des subventions, veulent augmenter la rémunération de leurs dirigeants…
Finalement, les acteurs essentiels de la mondialisation sont surtout les FTN et les orga internationales de l’économie ; ce sont aussi les réseaux de l’illégalité. Les Etats y jouent un rôle assez secondaire, ainsi que les ONG.

Il n’y a donc guère de débat et de décisions démocratiques quant à la mondialisation, d’où les remises en Q un peu partout. Quels lieux de la mondialisation ? une nouvelle hiérarchie du monde, d’après les résultats économiques.


  1. Des lieux de la mondialisation qui forment des réseaux très hiérarchisés

La mondialisation a permis depuis une vingtaine d’années une amélioration globale du sort des habitants ( disparition des famines récurrentes, amélioration du sort éco et l’Asie extrême orientale / ex) de la planète et pourtant les inégalités de sont creusées et ce, à différentes échelles ( baisse de l’IDH ds de nbreux pays, paupérisation des classes soc les plus fragiles ds la Triade, laors que certaines régions sont devenues ttes puissantes : mégalopoles US ou J)

.

  1. les logiques de la géographie de la mondialisation




  • il s’agit de tirer le + gd parti ( = valoriser) des différences entre les Etats : valeur des monnaies, des biens, des services, des salaires… en s’appuyant sur une logistique puissante ( réseaux d’informations, d’acheteurs, commercialisation efficace, image…)

  • résultats :

    • diffusion, éclatement, éparpillement des unités de production ( vers bas salaires) et d’exécution. Néanmoins, certaines régions considérées comme peu intéressantes sont quasiment oubliées : c’est le cas de presque tte l’Afrique subsaharienne.

    • A l’inverse, il y concentration des décisions, stratégies ds les métropoles mondiales ( du N et du S)

Finalement, aucun lieu n’est indifférent à la mondialisation, aucun métier non plus ( y compris les cols blancs) et la hiérarchie de la géo de la mondialisation dépend des capacités de décisions, de production d’un pays ou d’une région.


  1. les centres d’impulsion (= pôles de la mondialisation) : carte 1p20




          1. les villes mondiales ( ou globales) de la Triade :

Villes > 10 M hab, qui ont de forets capacités de décisions mondiales en matière éco et financière. Ce sont elles qui possèdent les emplois stratégiques. Leur force vient aussi de leurs réseaux ultra rapides de communication et d’information. Elles sont environ 20 ds la Triade : NYC, Londres, Paris, Tokyo, LA, Montréal…

          1. les villes mondiales en dehors de la Triade :

ce sont des villes globales ( pas tjrs > 10 M hab) ds le N ou le S, essentiellement littorales à gde influence internationale : Shanghai, Rio, Djakarta, Caracas, Barcelone … Elles servent de relais avec les autres villes mondiales de la Triade.
L’ensemble de ces deux groupes de villes mondiales s’appelle «  l’archipel mégalopolitain mondial » (AMM) : ce sont les villes qui dirigent le monde. Elles entretiennent entre elles des relations constantes, denses et des activités communes de décisions, services, medias…. Leurs points communs se lisent aussi de le paysage urbain ( photo Singapour p 207)  : CBD, axes et noeds de communication , accès internet… Ce sont des métropoles mondiales, avec des mégalopoles ( Us, J, europ).



          1. les espaces de non-droit juridique ou social :

il s’agit d’environ 15 micro Etats : paradis fiscaux, pavillons de complaisance , ( + 3000 zones franches) où l’argent sale est lavé pour être réinvesti ds des activités légales ( construction / ex) : Monaco, Luxembourg, Chypre, Caïman…

          1. les autres régions de la Triade :

cad tt le reste des USA, du CDN, de l’Europe, du J, l’Australie . Ce sont surtout des régions d’interfaces dynamiques (littorales ou continentale). Ce sont surtout des zones de production mondiale ( ex : Toyota à Valenciennes) ou des centres de relais de X° et de décisions nationales ( effet Sud des pays du N)
L’ensemble des centres d’impulsion représentent finalement moins de 20 % des terres ( dont près de 5% par les métropoles mondiales)


  1   2   3   4   5

similaire:

Leçon 1 introduction iconCours n° 28: Sira partie 3 Thème IV: Histoire de l’Islam Leçon n°19:...
«successeur» (sous-entendu du Prophète), terme dérivé du verbe khalafa (xalafa, خَلَفَ) signifiant «succéder»

Leçon 1 introduction iconLeçon 1 15 janvier 1964 Leçon 2 22 janvier

Leçon 1 introduction iconLeçon 1A Ça va?

Leçon 1 introduction iconLeçon 1 17 novembre 1954

Leçon 1 introduction iconLeçon 1 01 Décembre 1965

Leçon 1 introduction iconIntroduction générale Introduction aux ordinateurs

Leçon 1 introduction iconLeçon 5 (Imaginez) La société en évolution

Leçon 1 introduction iconLeçon I, 1er décembre 1965

Leçon 1 introduction iconLeçon n°24: Histoire de l’art islamique

Leçon 1 introduction iconTD/tp 1 Introduction au sdk d’Android 1 Introduction
«*. univ-lr fr» pour éviter d’utiliser le proxy pour les adresses internes à l’ulr








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com