Friches industrielles fertiles








télécharger 15.96 Kb.
titreFriches industrielles fertiles
date de publication06.02.2018
taille15.96 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > économie > Documentos
reportagemacintosh hd:users:arielle:desktop:550106-friche1jpg.jpg

Friches industrielles fertiles

Par Léa Lejeune — 15 septembre 2013 à 18:06 liberation.fr

PHOTO:Ancienne usine Blan-Lafont reconvertie en pépinière d'entreprises. Lille, le 10 septembre 2013. christophe maout
Grâce à la volonté de communautés d’agglomération, des sites sinistrés sont réhabilités et deviennent porteurs d’activité et d’emplois.

Florange ferme ses hauts fourneaux, l’usine PSA d’Aulnay ses portes, même destin pour Goodyear à Amiens. Dans une France qui se désindustrialise, les exemples de sites, vidés de toute vie économique et humaine, se multiplient. Certaines usines fantômes resteront longtemps inoccupées. D’autres seront rasées ou transformées en centres d’affaires isolés, d’autres encore céderont la place à un centre commercial ou à un cinéma multiplexe. Pourtant, il y a une vie après l’usine. Grâce au volontarisme de certaines communautés d’agglomération, une réhabilitation porteuse d’activité et d’emplois est possible.

Le rôle des personnalités politiques locales et la permanence des équipes municipales sont déterminants. «Il faut être reconduit pendant deux ou trois mandats pour porter une vision, faire sortir de terre les nouveaux bâtiments, puis clore les projets», résume Martine Aubry, maire de Lille depuis 2001. Une société d’économie mixte se charge de dépolluer les sols parcelle par parcelle en fonction de l’ancienne activité, d’aménager les espaces et de vendre les terrains. Elle bénéficie de budgets des collectivités territoriales revotés régulièrement. «Ces projets sont coûteux mais il y a un effet levier de la dépense publique : un euro de financement conduit en moyenne à six euros venant des investisseurs privés, entreprises ou promoteurs immobiliers», explique Laurent Théry, ancien directeur de la société mixte d’aménagement de Nantes. La stratégie doit être cohérente et comprendre une dimension économique, souvent tertiaire, autant qu’urbanistique. A la fin du processus, une activité économique aussi riche que la précédente peut émerger sur les ruines. Focus sur trois bons élèves.

Lille L’e-business et les logements

Pour pénétrer sur le site de Fives-Cail-Babcock en périphérie lilloise, il faut obtenir une autorisation, passer par le poste de garde, enfiler un casque de chantier avant de s’aventurer sur les 17 hectares de terrain. D’immenses halles attendent le visiteur, vides, à l’abandon depuis 2001. Pourtant, dans les années 60, les halles abritaient un fleuron de la sidérurgie française, Fives, et ses 6 000 salariés. A la fin du XIXe siècle, on a fabriqué ici la structure du pont Alexandre-III et de la gare d’Orsay. «C’est un site exceptionnel par sa valeur symbolique et historique. Il fallait éviter de le raser», explique Stanislas Dendievel, conseiller municipal de Lille délégué au suivi des projets urbains.

La réhabilitation a été pensée comme un projet global mixte dessiné par l’architecte Djamel Klouche. «Nous voulions un quartier qui allie toutes les fonctions, travail, culture, sport, habitat, et toutes les catégories sociales», détaille Martine Aubry. Il y aura donc un parc de 5 hectares, un lycée hôtelier international dès 2016, une halle commerciale, une piscine et 900 logements dont un tiers sociaux. Les rails, les pavés, des halles témoins et les volumes seront conservés pour tirer parti du patrimoine. «Quand vous voyez l’état des lieux actuel, c’est un sacré pari !» lance Stanislas Dendievel devant les vieux bâtiments. Pas facile d’imaginer que le premier lot de 450 logements sera livré en 2017. La Soréli, mandatée pour l’aménagement, bénéficie d’un budget de 100 millions d’euros. Pour l’heure, seule une bourse du travail située dans les anciens quartiers de la direction de l’usine a vu le jour.

En matière de rénovation de friches industrielles, Lille n’en est pas à son coup d’essai. De l’autre côté de la ville, sur les rives de la Haute Deûle, d’anciennes filatures de coton ont été transformées en parc d’activité dédié aux TIC (technologies de l’information et de la communication), Euratechnologies. Abandonnées il y a trente ans, les usines Le Blan- Lafont ont été réaménagées grâce à 35 millions de travaux. Persuadé que «le rôle d’un élu est de créer les conditions d’un développement économique», Pierre de Saintignon, vice-président en charge du développement économique à Lille métropole, s’est battu pendant douze ans pour Euratechnologies. Le lieu réunit aujourd’hui des entreprises de l’e-business, du logiciel, des télécoms et du Web. Avec son directeur, Raouti Chehih, il a sélectionné 131 entreprises dont Microsoft, Tata, IBM, Cap Gemini et Cisco. Au premier étage, un incubateur permet d’accueillir une soixantaine de créateurs de start-up par an. «Aujourd’hui, Euratechnologies contribue à l’attractivité de notre ville, sa visibilité à l’international. Cette reconversion a été rentable : on a créé 500 emplois directs et on en héberge 2 000 au total», énumère-t-il. Du balcon, on observe les 25 hectares du site en transformation, labelisé Ecoquartier. Mais Pierre de Saintignon songe déjà à son prochain chantier : une université de l’innovation, couplée avec Stanford, remplacera à terme l’ex-usine de grillages Netten.

Saint-Etienne La recherche et le design

A Saint-Etienne, on a fait de la recherche une priorité. Depuis 2003, le laboratoire CNRS Hubert-Curien (optique, photonique) s’est installé dans un bâtiment neuf à proximité des «H», l’ancienne manufacture d’armement du Giat. Cette usine, qui employait 2 000 personnes il y a trente ans, a été vidée en 2002. «Ce laboratoire était une initiative isolée, l’envie de faire un campus universitaire. Mais nous avons évité cette erreur», se remémore Florent Pigeon, directeur du labo et adjoint au maire de Saint-Etienne à l’urbanisme. «C’était incontestablement un bon moyen de créer des emplois sur ce site abandonné. Aujourd’hui, il en compte 160.»C’est la collaboration avec les entreprises du bassin via une quarantaine de contrats industriels et le partenariat d’ampleur avec le leader de l’industrie des surfaces HEF Groupe (1 700 salariés) qui a vraiment relancé l’activité économique du site.

Depuis, le nouveau maire et président de Saint-Etienne métropole, Maurice Vincent, a agrégé à l’ensemble un projet de «parc créatif». L’architecte et urbaniste Alexandre Chemetoff a dessiné un plan d’aménagement comprenant des logements, une crèche, une école et des commerces. Et, depuis 2008, une autre locomotive est arrivée sur le site : l’établissement public Cité du design-Ecole supérieure d’art et du design de Saint-Etienne. «Dans une ville où l’industrie représente encore 23% du PIB, le design permet aux entreprises de retrouver de la compétitivité et de produire de nouveaux objets et services», explique Ludovic Noël, le directeur de cette grosse machine qui se définit comme «un développeur économique». Sa structure accompagne au moins 50 entreprises par an, fonctionne avec un budget de 8 millions d’euros, 95 salariés, et accueille 320 étudiants. «Une fois qu’on a atteint le bon niveau d’investissement public, il y a un effet d’entraînement positif», assure Ludovic Noël. Pour preuve, le groupe privé Altavia s’est installé dans le secteur, fin août.

Deux pépinières d’entreprises favorisent ces déménagements. Rénovée par l’Etablissement public d’aménagement de Saint-Etienne avec un million d’euros de budget dont 300 000 pour dépolluer le bâtiment, l’imprimerie de l’armée est devenue un pôle média. C’est aussi l’Epase qui préparera les 2500 m2 des fameux H pour les transformer en lieu d’accueil pour les petites entreprises créatives. Pour son directeur, Pascal Hornung, «l’idée est de créer un quartier qui produit lui-même ses emplois.»(...)


À l’aide d’un réseau de mots, sölectionnez les termes utiles pour döcrire les 2 projets

similaire:

Friches industrielles fertiles iconBulletin d’inscription
«Nouvelles formes d’hébergement et d’espaces de loisirs. Dynamiser les centres bourgs, requalifier les friches»

Friches industrielles fertiles iconProgramme de pompes industrielles hp | Décharge graphiques pour les pompes hp-industrielle

Friches industrielles fertiles iconUn générateur d’électrons, d’ondes élastiques et d’ondes infra-rouges...

Friches industrielles fertiles iconLa friche, une réponse face à l’absence de prise en compte de la culture par le gouvernement
«Les friches incarnent le questionnement des artistes et des populations sur les transformations de nos sociétés1»

Friches industrielles fertiles iconA. Présentation de l'opération envisagée
«des Châtaigniers» qui comprend 127 logements et au sud par la zone d’activités de Kérébars (29 entreprises commerciales et industrielles...

Friches industrielles fertiles iconPlaine Commune Promotion Réseau d’entreprises éco-industrielles Compte rendu
«Écologie industrielle sur la zae jean Mermoz» est citée puisqu’elle a été réalisée par un cabinet extérieur au territoire

Friches industrielles fertiles iconNous référent aux normes de l’enseignement supérieur et universitaire,...
«la commerciale et financière» cette école formait les cadres moyens des études commerciales, bancaires et industrielles








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com