La commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un








télécharger 0.59 Mb.
titreLa commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un
page3/13
date de publication08.06.2018
taille0.59 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > économie > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   13

Légende photo

7 centres d’inscriptions sont ouverts.

Article 3

Ouvertes le dimanche

Depuis le 18 janvier, la médiathèque centrale Emile-Zola et la médiathèque Federico-Fellini, plus spécifiquement vouée au 7e  Art et à la bande dessinée, sont ouvertes le dimanche de 14h30 à 18h, du 1er octobre au 31  avril. Cette ouverture vise à satisfaire les attentes et besoins des lecteurs, à attirer de nouveaux publics et aussi à s’aligner sur les créneaux horaires d’équipements identiques à Rennes et Toulouse.

Le bibliobus qui sillonne les quartiers de la ville est lui aussi, depuis le 29 janvier, concerné par des changements. Il n’y en a plus qu’un seul maintenant, avec une nouvelle tournée. Il stationne désormais :

•  le lundi, au Mas de Tesse (112 avenue de Lodève) de 14h30 à 16h30 et à l’école de La Chamberte (rue de la Croix-de-Figuerolles) de 16h45 à 18h30.
•  le mardi, au Val de Croze (rue de Chengdu) de 10h30 à 12h30, à Proby (149 rue Adrien-Proby) de 14h30 à 16h30 et au Plan des 4  Seigneurs (Place Jean-Baumel) de 16h45 à 18h30.
•  le mercredi, à Montpellier Village (rond Point Paul-Fajon / route de Lavérune) de 14h30 à 16h30 et à La Pompignane (rue Marie-Durand) de 16h45 à 18h30.
•  le jeudi, aux Arceaux (marché des Arceaux) de 14h30 à 16h30 et à La Martelle (maison pour tous André-Chamson, rue Gustave-Eiffel) de 16h45-18h30.


• le vendredi, au Pas du Loup (Crèche Dolto, rue Cyprien-Rome) de 14h30 à 16h30 et au Parc Magnol (école Berthe-Morisot, rue Las Sorbes) de 16h45 à 18h30.

Infos : 04 67 34 87 00 et bibliobus 04 67 34 73 39
Légende photo

Emile-Zola et Fellini sont concernées.


Page 9
Nouvelles de la ville
Actualités
Article 1

Des activités éducatives innovantes sont proposées aux écoliers pendant le temps scolaire pour favoriser la réussite scolaire.
Titillement intellectuel
« Semez et vous récolterez ! » dit le vieil adage populaire, repris par Jean-Louis Gély, l’adjoint au maire délégué à la réussite éducative. Cette année encore, la moisson sera foisonnante. Les écoliers des maternelles et élémentaires sont encore particulièrement gâtés. « Tout a été fait, poursuit l’adjoint délégué, pour donner à chaque élève la possibilité d’accéder à des activités culturelles, scientifiques, artistiques et sportives pendant le temps scolaire. Qualitativement et quantitativement ». Même si l’éducation n’entre pas dans ses compétences obligatoires, la Ville s’est engagée à promouvoir une pédagogie de la réussite scolaire, afin d’offrir aux enfants la possibilité de s’éveiller, grandir et s’enrichir en connaissances ».

Des offres éducatives ont été préparées par la direction de l’éducation de la Ville, grâce à un partenariat mis en place avec l’Inspection académique (IA) et la Direction régionale des affaires culturelles (Drac). Avec une recherche d’adéquation, la plus parfaite possible, entre les besoins et les désirs des enfants, le projets des écoles, les offres du tissu associatif local, les institutions culturelles de la ville et les initiatives propres des différents services de l’Etat.

Du coup, les outils proposés sont très appréciés des enseignants et de leurs élèves. Ils provoquent chez les enfants un titillement intellectuel, une ouverture d’esprit et un plaisir de la découverte non négligeables. « Ces offres se veulent performantes et originales, afin d’obtenir toujours plus de résultats, ajoute Jean-Louis Gély. Il me semble que l’objectif que nous nous sommes fixés de faire découvrir aux écoliers la culture et la pratique artistique est atteint pour partie. Nous allons donc continuer à améliorer et à élargir la programmation ».

65 de ces projets éducatifs sont cofinancés par la Drac, l’IA et la Ville, pour un budget de 33  115 euros. 5 049 enfants, répartis dans 187  classes maternelles et élémentaires, participeront, au cours de ce premier semestre 2009, aux projets répartis dans les domaines suivants : art plastique, théâtre, danse, arts du cirque, environnement, patrimoine, musique, écriture, littérature, poésie, sciences, jeu et audio. 6  projets particuliers, mis en place par la Ville, et entièrement financés par elle, pour un montant de 23  142  euros, sont également proposés aux écoles sur des périodes ponctuelles ou sur plusieurs semaines dans l’année. Ils touchent 14  500  enfants. Il concernent les prestations des associations Participation santé, Festival de cinéma méditerranéen, Montpellier échec, Opéra et orchestre de Montpellier, Musiciens intervenants de LR et de Enfants musique et création artistique.

Tout est fait pour permettre aux enfants de devenir les adultes et les citoyens à part entière de demain.
Légende photo

L’Inspection académique, la Drac et l’adjoint au maire, Jean-Louis Gély pour la Ville, ont signé la convention de partenariat.

Brève

Le choix des écoles

Art plastique

maternelles. B. Albrecht et S. Signoret, élémentaire A. Comte : Atelier itinérant d’art plastique 

maternelle. S.Bernhardt, élémentaire. J. d’Arc : La grande barge 

maternelle P. Kergomard : Maison de la gravure 

maternelle I. Bergman : Association Didier-Triglia 
Arts du cirque

maternelles V. Woolf et M. Bres, élémentaire F.Bazille : Balthazar 

élémentaire Louisville et J. Delteil : Zepetra 

élémentaire J. Vernes Compagnie : Blabla production 
Danse

maternelle A. d’Aquitaine et élémentaire M. Curie : Compagnie Mbekoum 

maternelle G. de Gaulle-Anthonioz : Association Odette-Louise 

maternelle F. Garnier et élémentaire J. Simon : Singulier pluriel 

élémentaires J. Deroin, Roosevelt, A. Balard, M. Bloch, Heidelberg et maternelles J. Joyce,
P. Bert /V. Hugo, J. Moulin, V. Schoelcher, J. Ferry : Allons’z’enfants 


maternelle Florian, élémentaire S. Bolivar : Musiciens intervenants du LR 

maternelles M. Callas, M. Renaud, J. Prévert, N. Copernic : Le son du crayon 
Théâtre

maternelle A. Franck, élémentaire Savary : Compagnie L’escargot 

élémentaires Ronsard et L. Malet : Action’Arte

élémentaire Lamartine : Théâtre des 13 vents

élémentaire M. de Sévigné : Théâtre La Vista 

élémentaire Louisville : Les Fourmis rousses 

élémentaire Roosevelt : Compagnie Caracol 

élémentaire L. Armstrong :Théâtre de Clermont l’Hérault 

élémentaire L. Armstrong : Outil théâtre 
Environnement

élémentaires J. Brel, J. Cocteau, P. Bert / V. Hugo et J. Jaurès : Apieu 

élémentaire C. Dickens : Atelier de recyclage artistique 

élémentaire A. Bouloche : Yapad’Lez’Arts

élémentaire Pape-Carpantier : Argile en tête
Patrimoine

maternelles Docteur-Roux et A. Comte : Apieu 
Littérature

élémentaires E. Combe et J. Delteil : Yapad’Lez’Arts 

élémentaire Ronsard : Arte facto 

élémentaire C. Baudelaire : La ruée vers l’art 
Ecriture

élémentaire M. de Sévigné : La boutique d’écriture & co 

élémentaire M. Luther- King : Yapad’Lez’Arts :
Poésie

élémentaires L. Sédar-Senghor et M. Curie : L’événement insolite 
Sciences

maternelle Mère-Térésa : Clristals 
Jeu

élémentaire Rabelais : Stata’j’m 
Audio

maternelle A. France : Croqu’oreilles divergence FM 

Page 10-11
la ville

évolue
dossier exclusion
Article 1

L’exclusion augmente au sein d’une société qui supporte de moins en moins la “marge”. Un durcissement contre lequel la Ville veut agir, partout où elle le peut.
Le refus d’une “fatalité”
Dans la jungle, les plus faibles pâtissent. Cela en serait même la loi, dit-on. L’alternative que représente la société, par ses lois et règles du vivre ensemble, est de les protéger. Mais l’exclusion est inhérente à notre mode de développement, notamment dans les métropoles où la précarité se pérennise. Tandis que les liens familiaux et sociaux se relâchent, exclusion et isolement croissent et touchent un public différent. A Montpellier, les SDF ne représentent plus que 10 % du public de la Croix-Rouge, contre 60 % il y a dix ans.

Les politiques sociales sont amenées à étayer le législatif. La Ville de Montpellier a officialisé sa volonté et son action dans le domaine, en créant au sein de l’équipe municipale une délégation “Lutte contre l’exclusion”, dont l’adjointe au maire Annie Bénézech a la charge. Plurielle, l’exclusion se décline en terme d’emploi, de logement, de santé, d’accès à la nourriture et aux vêtements, pour l’essentiel. Un premier niveau qui en révèle d’autres : accès à la culture, au sport et à toute une série de petits événements quotidiens socialisants.
Besoin d’un pilote…

La multiplicité des acteurs et des dispositifs rend compte d’une prise de conscience généralisée… ainsi que des limites de chacun, Etat et partenaires extérieurs : Régions, Départements, communes, Centres communaux d’action sociale (CCAS) et associations, voire opérateurs privés. Cet empilement génère des ruptures dans les parcours. Il peut créer des incohérences. La Ville souhaite les réduire en coordonnant l’action sociale et en mutualisant les moyens. Ce, avec la meilleure réactivité possible. Il s’agit de sortir de l’assistanat pour aller vers l’entraide.

Elle crée pour cela la mission Clé Montpellier logement, lance l’action Sport solidaire, en partenariat avec l’association Cultures du cœur, lutte contre l’illettrisme, ouvre la Maison de la prévention santé, etc. La délégation de “lutte contre l’exclusion” assure la cohérence transversale. De leurs côtés, les Restos du cœur, la Banque alimentaire, le Secours populaire, la société Saint-Vincent–de-Paul, la Croix-Rouge... offrent de la nourriture toute l’année.

Début janvier, le maire a rendu visite à ces associations. Les 50 000 Ä d’économies réalisées sur la cérémonie des vœux aux Montpelliérains leurs sont reversées. Toute occasion d’aider est bonne à saisir.
Besoin de souplesse

La population de la rue, complexe car composée de grands exclus, de personnes âgés, de migrants, de jeunes en errance, de femmes seules, exige une réponse adaptée et diversifiée. Plusieurs étapes s’enchaînent : l’urgence de la mise à l’abri et des premiers soins, la stabilisation afin de réacquérir les codes et enfin, le long travail de la réinsertion.

Un signe encourageant cependant à Montpellier : des bénévoles se voient refusés, car ils se tournent souvent vers les mêmes associations, les plus connues. C’est aussi la preuve que les réflexes de solidarité sont puissants sur Montpellier. Ils ne demandent qu’un peu de coordination.

* enquête du Credoc.
Encadré

Journée de lutte

Le 7 mars se déroule la 1re journée de lutte contre l’exclusion, la Ville ayant décidé d’annualiser cette manifestation. Un chapiteau sera dressé sur la Comédie, afin de mettre en avant les associations qui combattent l’exclusion, sensibiliser la population et recruter des bénévoles. Vers 14h, un concert d’artistes locaux aura lieu. En amont, les 26 et 27 février, des conférences seront données sur le thème.
Légende photo

Distribution place Saint-Denis, les jeudis soir.

Interview

Annie Bénézech, adjointe au maire, déléguée à la lutte contre l’exclusion.
« La délégation officialise la lutte contre l’exclusion. »
Quel rôle joue Montpellier dans la lutte contre l’exclusion ?

Solidarité et exclusion sont de la compétence du Département, la Ville s’implique néanmoins à travers son Centre communal d’action sociale (CCAS). L’apparition des “travailleurs pauvres” montre que la précarité gagne du terrain. Logement, nourriture, les fondamentaux sont attaqués. Avec, en première ligne, les familles monoparentales et les personnes âgées. Aujourd’hui, la Ville veut aller plus loin. La création officielle d’une délégation dédiée à l’exclusion, est un signe fort. Avec Paris et Marseille, nous sommes l’unique grande ville de France à l’avoir fait.
Concrètement, qu’allez-vous faire ?

Nous concevons une sorte de guichet unique, à l’interface entre les services municipaux d’un côté et les organismes de l’autre, pour plus de coordination, de visibilité, de moyens… Bref, plus d’efficacité. Le service de la cohésion sociale et la mission Clé Montpellier logement, ont cet objectif.

Les Restos du cœur et autres, sont toujours autant fréquentés. Le principal problème reste la question du stockage des denrées (25 % de leurs budgets). Nous voulons créer un lieu unique et mutualisé, moins onéreux. Un concert place de la Comédie se déroulera lors d’une journée de sensibilisation. Certaines associations ont trop de bénévoles, (beaucoup) d’autres, pas assez. Nous pourrons orienter les gens, développer la professionnalisation... Et, deux fois par an, disposer d’Assises de la solidarité.
Comment voyez-vous le Grenelle de l’insertion ?

Le Grenelle de l’insertion dessine une politique publique essentiellement orientée vers l’insertion des personnes les plus proches de l’emploi. Au détriment des autres. Mais précarité, marginalisation et exclusion ne se confondent pas.

Quid de l’accompagnement social que certains requièrent ? Faudra-t-il que « ça passe ou ça casse » ? Va-t-on vers une insertion à deux vitesses ? L’Etat s’occupant du bon grain et déléguant aux collectivités territoriales le soin de “l’ivraie” ? Rappelons enfin que le Grenelle est sensé réaffirmer la place centrale de la personne dans la conception et la mise en œuvre d’une politique d’insertion… En l’absence, pour l’heure, de tout engagement financier de la part de l’Etat.


Pages 12 et 13
la ville

évolue
dossier exclusion
D’une association à l’autre, Hélène Mandroux a rendu visite, courant janvier, à une dizaine d’associations qui œuvrent dans la domaine de la solidarité. D’autres visites suivront.
Avitarelle.

« Par rapport à l’exiguïté des locaux, 38 personnes, c’est beaucoup ! » reconnaît-on rue Boyer. « Aux Près-d’Arènes, l’Etat a placé les préfabriqué dans un no man’s land peu accessible, s’insurge Annie Bénézech, adjointe déléguée à la lutte contre l’exclusion. Avec le maire, nous avons fait faire un chemin avec un passage clouté, pour que les gens y accèdent sans risquer leur vie ! » A deux par préfabriqué, l’intimité est néanmoins un peu meilleure. Coût de la prise en charge : 12 000  Ä par personne et par an. Des locaux neufs devraient être livrés à l’Avitarelle fin 2009, dans le quartier des Près-d’Arènes (aide de la Ville à hauteur de 300 000  Ä).

Foyer, 19 rue Boyer, 04 67 13 81 00 (38 places) et foyer de Près-d’Arènes, près de la fourrière (26 places en préfabriqué).
Secours catholique.

1 000 familles ont été aidées en 2007. Sur la même période, l’aide alimentaire est estimée à 67 000 Ä.

Halte solidarité, 45 quai du Verdanson : accueil social de jour (petit dèj’, douche, écoute…), avec chenil.

Siège, 28 rue Farges, 04 99 13 61 13. Accueil, vêtements et alimentaire, 5 rue du général Campredon, 04 67 58 49 28.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   13

similaire:

La commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un iconLa commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

La commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un iconLa commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

La commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un iconLa commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

La commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un iconMontpellier Notre Ville : Vous avez déclaré votre candidature à la...
«soigner la vie quotidienne» et «réparer la ville». Deux expressions clés de notre campagne

La commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un iconLa Ville est partenaire de Suivez le Phil, une émission radio qui...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

La commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un iconLe catalan, l’occitan et l’espéranto. Cliquez sur "International"...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

La commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un iconMontpellier notre ville / n ° 3

La commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un iconMontpellier notre ville / n ° 3

La commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un iconRésumé Ce document permet d’appréhender les évolutions de la plateforme...
«utilisabilité» et précise, dans ce contexte, comment se traduit le meilleur respect possible des standards et des cadres de références...

La commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un iconMontpellier notre ville / n° 365 • février 2012
«Son caractère de ville méditerranéenne, médiévale, mais néanmoins moderne et jeune» a également séduit le New York Times sensible...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com