Des enjeux d’aujourd’hui aux moteurs de demain








télécharger 163.89 Kb.
titreDes enjeux d’aujourd’hui aux moteurs de demain
page8/13
date de publication27.03.2017
taille163.89 Kb.
typeBibliographie
ar.21-bal.com > économie > Bibliographie
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13

2.4. Mon nom est personne.


L’universalité voulue des stratégies de recherche et d’accès à l’information nécessite, pour être rapidement opératoire, de s’appuyer sur l’adhésion des utilisateurs, d’abord en accentuant les possibilités de personnalisation. Cette personnalisation peut revêtir trois formes.

La personnalisation « invisible » ou « transparente » désigne principalement la collecte des logs de navigation ainsi que celle des différentes actions menées par l’usager dans le cadre d’une session pour laquelle il s’est auparavant identifié.

La personnalisation « persistante » est un effet corrélé de la première : une fois que vous vous êtes identifié dans un service (webmail de Google par exemple), lorsque vous ouvrez une nouvelle fenêtre ou un nouvel onglet de navigation pour aller interroger le moteur de recherche de la même société, vous « emportez avec vous » votre identification, vous vous trouvez automatiquement identifié et donc reconnu pour les recherches que vous effectuerez sur le moteur, ce qui permet ensuite de récupérer ces éléments pour les verser dans votre profil et dans votre historique de navigation, et ce sans que vous en ayez explicitement exprimé le besoin. Cette activation « par défaut » est une clé importante dans la stratégie des moteurs.

Le troisième type est une personnalisation participative, qui nécessite l’adhésion, la participation explicite et librement consentie des utilisateurs. Il s’agit alors d’activer volontairement la procédure d’identification pour accéder aux services de personnalisation proposés, ou bien de proposer aux utilisateurs de décrire (à l’aide de mots-clés ou de tags) les ressources qu’ils ont produites ou qu’ils souhaitent partager avec d’autres. Si l’on prend l’exemple de l’indexation collaborative de ressources (cf infra), les moteurs multiplient ainsi les chances de repérage et d’accès à des contenus en jouant à la fois sur les modes de classement les plus fréquents (par pertinence, par date ou par « popularité » - les contenus les plus accédés, les vidéos les plus vues …), ainsi que sur les mots-clés déposés par les utilisateurs eux-mêmes.

A l’image du « Read/Write Web »40, le cœur technologique que constitue l’indexation, s’ouvre « en écriture » aux usagers. Il est important de comprendre l’historique de cette ouverture pour mieux en cerner les perspectives.

2.5. Indexation marchande et indexation sociale : le thesaurus comme trésor.



Dans le contexte d’une économie de l’accès et de l’attention (SALA, 2004) (DAVE, 2001) totalement préemptée par les moteurs de recherche, tout est mis en œuvre pour accroître les possibilités de recouper systématiquement les données ainsi collectées, jusqu’à constituer une « base de donnée des intentions » (BATT, 2003) couvrant l’ensemble des données, informations et connaissances indexables.

S’il est vrai que notre monde est et a toujours été documenté, le cœur de cette représentation est l’indexation, humaine ou machinique, qui demeura pendant des siècles hors de toute considération marchande. Avec l’arrivée des liens sponsorisés fonctionnant aussi bien en production (« j’achète un mot ») qu’en réception (« j’affiche une publicité »), il n’est plus un secteur des industriels culturelles qui n’échappe à cette nouvelle dimension marchande de la représentation et de l’accès à l’information. L’arrivée de nouvelles procédures d’indexation sociale ou « folksonomies »41 (DEUF, 2006) (ERTZ, 2006) pourrait être lue comme une alternative possible à la situation monopolistique décrite jusqu’ici. Mais les outils qu’elle nécessite sont la propriété des mêmes acteurs. Dans le même temps, ces pratiques achèvent de faire de chacun d’entre nous les médiateurs-indexeurs permanents de toute trace documentaire existante, si infime soit-elle42.

Indexeurs sans le savoir.


Dans l’article scientifique où ils exposent pour la première fois le principe du PageRank (BRIN, 1998b), les fondateurs de Google indiquent qu’en sus du mode de comptabilité des liens entrants, chaque internaute producteur de contenu agit comme un indexeur à chaque fois qu’il décide de créer un lien hypertexte. Il s’agit certes là d’une sorte de « degré zéro » de l’indexation, mais l’échelle à laquelle il est pratiqué depuis l’invention du web en fait très concrètement le premier allié des moteurs pour optimiser leurs procédures.

L’échec des balises


Profitant de la manne potentielle que représentent ces ressources humaines planétaires d’indexeurs, la possibilité se fait jour de rationaliser et d’homogénéiser un peu l’indexation en proposant – toujours aux mêmes producteurs de contenus – de prendre la main sur l’indexation de leurs sites grâce aux balises déposées dans l’en-tête HTML de la page. C’est l’aspect communauté de pratique qui est ici privilégié : on ne parle à l’époque pas encore de Web 2.0 et la production et la mise en ligne de contenus nécessite un minimum de connaissances techniques et informatiques. Mais ces balises s’avèrent rapidement sous-utilisées (faute de maîtriser les compétences techniques nécessaires) et dévoyées dans des logiques de Spamdexing43. La majorité des moteurs fera alors le choix d’abandonner complètement leur prise en compte ou de ne s’en servir qu’à la marge44.

Standardisation et communauté métier.


Ces balises auront cependant permis de jeter les bases d’une standardisation possible et nécessaire, à la condition que cette dernière soit pilotée par une communauté métier. Or depuis l’avènement d’Internet et l’arrivée massive sur le réseau d’informations relevant des sciences et techniques, la question du classement, de la préservation et de l’archivage documentaire n’appartiennent – heureusement – plus aux seuls moteurs de recherche. Le monde des bibliothèques et de la documentation a mis en œuvre des méthodologies (métadonnées), des standards (Dublin Core45), et des spécifications permettant d’appliquer à ces contenus un ensemble de principes d’indexation contrôlée.

Folksonomies : le retour de la communauté comme indexeur.


Les folksonomies désignent « un processus de classification collaborative par des mots-clés librement choisis, ou le résultat de cette classification »46. Elles puisent leur origine dans le croisement de deux phénomènes renvoyant à des techniques de recherche et de partage de documents. Techniques de recherche et de filtrage tout d’abord. Grâce à des services comme Del.icio.us47, de nouvelles plateformes d’échange de signets (« social bookmarking ») voient le jour, sur lesquelles chaque utilisateur peut déposer ses signets et les assortir de mots-clés. Il est ensuite possible de laisser un accès et une visibilité complète aux listes constituées pour les partager avec d’autres. Le succès des Folksonomies est conforté par le fait qu’elles s’appuient sur des communautés d’intérêt et d’usage.

Ontologies et Web sémantique


La dernière étape de ce rapide panorama de la problématique de l’indexation sur le Web, est celle du Web sémantique. La communauté visée est ici celle réunissant les compétences, les outils et l’approche métier nécessaire au déploiement d’ontologies au formalisme très rigoureux. Mais ce web sémantique qui apparaissait il y a encore quelques temps comme un simple rêve ou comme un inaccessible idéal, dispose aujourd’hui d’éléments contextuels favorables à son déploiement. Parmi ceux-là : la structuration de plus en plus forte de certains contenus web (cf point 2.2), l’unification des différents gisements informationnels et les options de personnalisation de plus en plus fine qu’elle autorise, mais également le besoin de plus en plus fortement exprimé par les usagers de pouvoir disposer de fonctionnalités de recherche « intelligente », lesquelles ne peuvent être imaginées sans que soit mis en place un formalisme ontologique minimal.

1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13

similaire:

Des enjeux d’aujourd’hui aux moteurs de demain iconC ommuniqué de Presse
«Bâtiment Basse Consommation» démontrant la parfaite maitrise par les Architecteurs de ce type de construction pour répondre aux...

Des enjeux d’aujourd’hui aux moteurs de demain iconQuelles questions concernant l’environnement, la politique et la...

Des enjeux d’aujourd’hui aux moteurs de demain iconAtelier 5: En quoi la protection et la promotion de la diversité...
«mieux» vivre. Ainsi les acquis d’aujourd’hui constituent le patrimoine de demain. Le développement industriel et économique qui...

Des enjeux d’aujourd’hui aux moteurs de demain iconDrupal est un cms aux multiples facettes. Conçu à l’origine pour...

Des enjeux d’aujourd’hui aux moteurs de demain iconQuelle source dans les exercices
«Nos villes d’un cœur brûlant», nous sommes invités à contempler la ville d’aujourd’hui comme elle est; dans «Les mots de Dieu pour...

Des enjeux d’aujourd’hui aux moteurs de demain iconComprendre les enjeux de demain pour une ville durable

Des enjeux d’aujourd’hui aux moteurs de demain iconFour Seasons, en collaboration avec Visionary Partners, ressuscite...
«The Surf Club fourmille d’histoires fascinantes, et aujourd’hui nous réinventons le passé nostalgique de Miami et son fameux «beach...

Des enjeux d’aujourd’hui aux moteurs de demain iconRémunérer des unités d’œuvre définies et dont on peut comparer le...
«Notre Père», nous sommes disposés à vous verser, chaque mois, plusieurs millions d’euros. IL suffirait de remplacer simplement la...

Des enjeux d’aujourd’hui aux moteurs de demain iconIl faut savoir que l’étymologie du mot «trésor» n’a pas du tout la...
«trésor» n’a pas du tout la même signification qu’aujourd’hui. Le mot «trésor», en Grec ancien «θησαυρός», est en Grèce Antique un...

Des enjeux d’aujourd’hui aux moteurs de demain iconRapport de stage licence une réflexion sur les réformes du droit...
«Toute réforme de la procédure consiste aujourd’hui, à accélérer la marche du procès» écrivait le doyen hebraud (1)








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com