Rapport de la fondation Abbé Pierre sur le logement des saisonniers








télécharger 195.22 Kb.
titreRapport de la fondation Abbé Pierre sur le logement des saisonniers
page1/5
date de publication29.03.2017
taille195.22 Kb.
typeRapport
ar.21-bal.com > économie > Rapport
  1   2   3   4   5
Économie et Nomadisme

Table des matières
Définition

Repères historiques :

Le nomadisme : une nécessité

Les types de nomadismes :

Migrations apériodiques

Migrations saisonnières

  1. Les nomades de la bordure des déserts

  2. nomades des zones intertropicales

  3. nomadisme montagnard

Economie, Population, Société

Extension géographique

Evolution du nomadisme pastoral :

  • la fixation des nomades

  • le semi-nomadisme

Le nomadisme occidental

Le nomadisme en Europe

  • nomadisme, marginalité rurale

  • activités cycliques et multiples

La pluriactivité : la saisonnalité :

Définition

Les saisonniers :

Qui sont les saisonniers ?

  • quatre types de travailleurs saisonniers

  • leur profil professionnel

  • leur rapport à la saisonnalité

La santé des saisonniers (en Rhône Alpes.)

Une typologie des saisonniers et des employeurs

Que représente le travail saisonnier en France ?

Les nouvelles formes de nomadisme :

  • Les rurbains

  • Le nomadisme : une modes

  • Le tourisme

  • Nomadisme à la carte


Conclusion

La planète migrante

INDEX :

  • Article L122-1-1

  • Rapport de la fondation Abbé Pierre sur le logement des saisonniers

  • Qu'est-ce que le contrat OMI ?


Bibliographie

« Où se trouve le berceau de l'humanité ?

Certainement en Afrique, s'accordent à dire les chercheurs. C'est le foyer de Lucy, la jeune australopithèque de plus de 3 millions d'année et la découverte au Tchad de Toumaï, le plus ancien fossile jamais mis à jour, est venue conforter l'idée d'un continent africain comme source originelle des espèces.

C'est à partir de cette terre que les hommes auraient commencé à migrer. Ou plus exactement s'installer un peu plus loin, au fur et à mesure du développement de leurs communautés ou pour suivre la route des animaux dont ils se nourrissaient. Ces déplacements se font sur de courtes distances : en moyenne, 60 KM séparent une génération.

Mais au rythme de cinq générations par siècle, on arrive vite à 30 000 KM (presque une fois le tour de la terre!) au bout de 10 000 ans ». Mickaël Gamrasni.

NOMADISME ET ECONOMIE

Définitions1 :


  • Nomadisme N.M. (1845) ; de nomade. Genre de vie des nomades. Le nomadisme au Sahara. Par extension : Vie nomade, faite de déplacements continuels.

  • Nomade adjectif et nom. (1730).

  • (1540) latin. Nomas, adis, Grec : « pasteur ».

  1. géographie : qui n'a pas d'établissement, d'habitation fixe, en parlant d'un groupe d'humain qui se déplace. Errant, instable, mobile. Peuple, population, tribu nomade.

  2. Par extension : vie nomade, d'une personne en déplacements continuels. Errant, itinérant, vagabond.

  3. Tout individu n'ayant aucun domicile fixe, qui se déplace en France, et n'entre pas dans la catégorie des forains.

  4. * contraire : fixe, sédentaire.

  • Semi-nomadisme N.M. (1909) genre de vie alliant l'agriculture à l'élevage nomade (notamment en bordure des déserts).




  • Migration N.F. (1495) latin migratio.

  1. Déplacement de populations qui passent d'un pays dans un autre pour s'y établir : émigration, immigration.

  2. Exode : migration provoquée par une guerre.

  3. Invasion : migration des barbares.

  4. Migrant : déplacement de populations d'un endroit à un autre.

  5. Migrations alternantes : déplacements entre le lieu d'habitation et le lieu de travail.

  6. Migrations saisonnières : vacances, travail saisonnier.

  7. Migrations intérieures, entre deux régions d'un même pays.

  8. Déplacement collectif, d'ordinaire périodique, d'une espèce animale sur des grandes distances.

  9. Migration des troupeaux : transhumance


  • Economie NF (1546)

  1. (1370) du grec : économe.

  2. XV Art d'administrer une maison, de gérer les besoins d'un particulier ou de l'Etat.

  3. Début XX. Activité, vie, régime, système économique ; ensemble des faits relatifs à la production, à la distribution, consommation des richesses dans une collectivité.

  4. Courant : gestion où l'on évite la dépense inutile.


Repères historiques2

Le nomadisme : une nécessité.
Le nomadisme n’est pas du vagabondage.

Perpétuellement en quête de nourriture, l’homme préhistorique adopte naturellement un mode de vie nomade, l’apparition de l’agriculture et la naissance de villages sonneront le glas de la civilisation des chasseurs-cueilleurs.

En ce début de XXIe siècle, avec l’invention de l'automobile, de l’ordinateur et du téléphone portable, les hommes réinventent un nomadisme postmoderne

Les chasseurs-cueilleurs du Paléolithique, Neandertal, l'Homo sapiens (150 000 ans), et enfin, Sapiens sapiens - autrement dit, nous - (une trentaine de milliers d’années) ont peuplé la terre de petits groupes très mobiles.

Baies et racines ne suffisent pas à rassasier l’homme préhistorique. Il pourchasse donc les hardes d’animaux, guettant mammouths, aurochs, chevaux sauvages et bouquetins sur les voies migratoires que ceux-ci empruntent. La recherche de la nourriture est une occupation à plein temps.

La nuit, on se protège des bêtes fauves en dormant dans les arbres, on se défend du vent à l’aide de claies légères, on vit dans des abris sous roche, des huttes, des tentes primitives. La pérennité du groupe, à peine une tribu, ne dépend que du bon vouloir des forces magiques qui animent la nature. L’approbation des animaux à donner leur vie pour l’homme est la condition du succès d’une chasse, d’une pêche.

Il cherche plutôt à s’adapter, à se fondre dans son environnement, plus qu’à le torde à sa volonté.

Les bêtes, les montagnes, les rivières et les sources sont regardées par lui comme des personnes avec qui l’on négocie par l’intermédiaire d’un initié, peu importe que nous le nommions chaman ou devin.

La nature contient tout entière la notion de divinité. Hors de concept de bien ou de mal, elle peut apporter la vie comme la mort.

Peu à peu, les outils se sophistiquent : Aux alentours de 12500 avant J.C. la révolution néolithique.

Avec son arc et son propulseur, il tue trop de gibier, plus qu’il n’en peut sou­vent manger, et le reste pourrit. En période de disette, il repense à ces carcasses abandonnées aux charognards !

En période de disette, il repense à ces carcasses abandonnées aux charognards !

Un beau jour lui vient l’idée de trapper ses proies, de les conserver vivantes, dans des parcs fermés. L’élevage est né, mais l'homme ne devient pas pour autant sédentaire.

Quand l’herbe vient à manquer pour nourrir les bêtes, il faut bien que le pasteur se décide à partir pour de plus verts pâturages.

Neimen, un vocable grec qui signifie « faire paître », donnera même naissance au mot « nomade ».

De fait, nombreuses sont les cultures nomades pastorales contemporaines qui répondent encore à cette logique : les Nenets, les Mongols, mais aussi les derniers bergers transhumants des Alpes ou du Massif central.

Enfin repu de viande, il ne tarde pas à récolter les graines des plantes sauvages dont il connaît la valeur nutri­tive pour les semer, les domes­tiquer.

Vers 7 500 avant J.-C, l’agriculture est née.et avec elle les premiers paysans qui, comme les peuples nomades, pratiquent un anarcho-communalisme3 agraire.

La constitution des villages, des villes, la notion de propriété privée avec l’accumulation de richesses, les guerres imposeront la création d'un système de notation pour administrer une population qui, désormais, n’est plus tout entière occupée à la production de la nourriture mais, également, à l’artisanat, l’architecture, la religion, le commerce et l'administration.

Les technologies progressent, l'homme règne bientôt sur un monde jalonné de cités, devenu sien. Il le modèle à présent selon ses besoins.

En cinq mille ans, des peuples nomades vieux de cinquante mille deviennent sédentaires.

Des ethnies, cependant, sont restées à l’écart de cette révolution technologique et intellectuelle : Inuits du cercle polaire, Amérindiens semi-nomades d’Amazonie, de Terre de Feu, tous sont demeurés chasseurs-cueilleurs dans un environnement si hostile qu’il ne permet aucune alternative de survie.

  • À Madagascar, à partir du second millénaire, les pêcheurs vezo bâtissent une culture nomade de la mer.

  • Au pied des montagnes Rocheuses, les Indiens des Plaines, Sioux ou Cheyennes, mettent leurs pas dans ceux des bisons d’autant plus facilement que les chevaux qui ont échappé à la vigilance des conquistadores se sont répandus à travers le continent, à partir du XVIe siècle, et facilitent le transport de tipis de plus en plus vastes et confortables.

  • Les Tsiganes, eux, ont quitté le nord de l’Inde il y a environ un millier d’années, d’abord emmenés en esclavage, avant d’arpenter la planète.

Et il y a les bergers. Pas toujours pacifiques. Venus de l’est, Attila et ses hordes de Huns ont déjà saccagé Rome et se sont installés dans la puszta4 hongroise où ils se sont européanisés.

À l’aube du XIIIe siècle, c’est au tour de Gengis Khan de déferler sur le monde connu, à la tête de ses Mongols. Ce peuple conquérant d’éleveurs nomades va bâtir le plus vaste empire jamais constitué de mémoire d’homme, du Pacifique à la mer Noire.

Les grands empires avaient toujours été de métropoles : Rome, Tenochtitlân, Cuzco, Constantinople.

Gengis Khan interdit à ses ministres de vivre dans les villes et les force à habiter sous leurs yourtes. Son petit-fils, Kubilaï, devenu empereur de Chine, initiera une dynastie sédentaire, les Yuan. (1271-1368).

Plus jamais un peuple nomade ne disposera d’un tel pouvoir.

La Renaissance, la conquête des Amériques vont sceller le destin d’un monde majoritairement voué à la sédentarité.

La révolution industrielle, le colonialisme, le rouleau compresseur occidental de l’histoire est en marche. Le modèle dominant est à présent celui des villes. Demain, une écrasante majorité d’entre nous vivra, semble-t-il, dans de gigantesques mégapoles, dont beaucoup explosent déjà sous une démographie galopante.

« En 2008, 3,3 milliards de citadins, le monde atteint un taux d'urbanisation de 50%, seuil franchi en France en 1930. (En 2030 prévision en Europe : 80% de la population vivrait en zone urbaine ; et 61% de la population mondiale ».

Mais si la ville concentre les moyens du développement, elle concentre aussi tous les problèmes du mal-développement. La forte croissance urbaine depuis les années 50 en Afrique et en Asie est en effet surtout celle des bidonvilles »5.

Assistanat, intégration forcée, ethnocide, sédentarisation sous la contrainte ont été le lot de la plupart des peuples nomades au cours du siècle écoulé. Les Inuits du Canada, pourtant septième puissance économique mondiale, ont connu dans les années d’après-guerre des famines terribles sous l’indifférence d’Ottawa. Les Indiens d’Amazonie ont été victimes de massacres, de déportations, tout comme les aborigènes d’Australie. Il n’est question d’autodétermination pour ces peuples dits premiers que depuis peu, et avec beaucoup de timidité. Mais de quel poids celle-ci peut-elle peser face à la toute-puissance de l’économie de marché mondialisée ?

Les types de nomadisme
C’est en fonction des variétés du milieu que peut s’établir une classification des formes de nomadisme.

  • migrations apériodiques : déplacements sans rythmes précis, correspondant aux régions où les pluies sont elles-mêmes irrégulières.

  • Le mécanisme de base en est la concentration autour des puits en saison sèche, avec dispersion beaucoup plus large après les pluies qui peuvent survenir. Les secteurs d’attraction maximale sont les grands massifs dunaires - ergs du Sahara ou d’Arabie -, où un tapis de graminées éphémères pousse très vite après les moindres pluies. Les régions rocheuses sont beaucoup moins attirantes. Les déplacements s’y organisent essentiellement dans les régions de modelé accusé à réseau hydrographique fossile, le long des vallées sèches où un inféroflux6 provoque la présence de points d'eau temporaires ou permanents (type des Touareg du Hoggar). Des déplacements apériodiques existent, d’autre part, dans des régions où les pâturages sont beaucoup plus abondants, dans les bordures désertiques, où on n’assiste qu’à de courts déplacements irréguliers, dans une orbite circulaire ou elliptique de quelques dizaines de kilomètres de diamètre. Il s’agit généralement alors de formes de régression, évoluant vers le semi-nomadisme.

  • migrations saisonnières :

  • Il en existe deux variétés fondamentales.

  1. les nomades de la bordure des déserts

  2. passant la partie la plus favorable de l’année dans une région vraiment désertique, et allant passer la saison sèche dans des zones plus favorisées. Ils sont très largement représentés sur les deux bordures, nord et sud, de la zone désertique de l’Ancien Monde.

  3. les nomades des zones intertropicales

  4. passant l’été (saison des pluies) au désert et descendant vers le sud en hiver. Au nord du Sahara, dans les zones subtropicales méditerranéennes, ils passent l’hiver au désert et remontent l’été vers le nord.

On peut chercher les contrastes nécessaires dans l’utilisation, aux différentes saisons, d’étages d’altitude superposés, mais relativement proches. Ce nomadisme montagnard, où l’on va passer l’été dans des zones plus fraîches, qui conservent mieux l’herbe, tend à prédominer à mesure qu’on se rapproche de l’Asie centrale et que s’accroissent les froids d’hiver qui chassent les nomades vers les plaines. En revanche, il n’est pratique­ment pas représenté sur la bordure sud de la zone désertique tropicale.

  • Nomadisme et semi-nomadisme ont réalisé, dans l’économie traditionnelle, un mode d’occupation du sol assurant une exploitation minutieuse et très complète de milieux naturels particulièrement défavorables et de faible productivité à l’unité de surface (déserts, hautes montagnes, etc...).

Economie, Population, Société

Le nomadisme pastoral constitue un genre de vie de haute productivité économique, doué d’un dynamisme démographique remarquable et d’une grande capacité d’expansion, auxquels correspondent des mécanismes sociaux appropriés.

  • économie :

la subsistance d’un groupe nomade à partir de l’élevage seul est très difficile, dans les conditions d’aridité les plus dures du désert tropical, et ne devient réellement possible que dans le désert atténué de type mauritanien ; le nomadisme pastoral assure, en revanche, en milieu cultivable de type méditerranéen à pluies d’hiver et, à plus forte raison, en milieu steppique marginal à pluies d’été, dans des conditions de parcours libre, un revenu très supérieur à celui des occupations agricoles et une productivité plus élevée par unité de travail humain.
  1   2   3   4   5

similaire:

Rapport de la fondation Abbé Pierre sur le logement des saisonniers iconProduire du logement à quel prix ?
«fabriquent» les équilibres d’opération sur le terrain, quel bilan peut-on en tirer, quelles sont sur un plan plus macro les grandes...

Rapport de la fondation Abbé Pierre sur le logement des saisonniers iconEt moi, je te dis aussi que tu es Pierre [grec petros, pierre, caillou],...
«Et moi, je te dis aussi que tu es Pierre [grec petros, pierre, caillou], et que sur cette pierre [grec petra, roc, rocher] je bâtirai...

Rapport de la fondation Abbé Pierre sur le logement des saisonniers iconRapport du Pr Pierre Carli Président du cnuh animateur du groupe de travail «Aval des urgences»

Rapport de la fondation Abbé Pierre sur le logement des saisonniers iconDe l’arménien khatch = croix et kar = pierre
«dentelles de pierre». Aujourd’hui on recense quelques 50 000 exemplaires sur tout le territoire de la république d’Arménie, sans...

Rapport de la fondation Abbé Pierre sur le logement des saisonniers iconRapport rédigé par
«L’offre de logement public pour personnes handicapées en Région de Bruxelles-Capitale»

Rapport de la fondation Abbé Pierre sur le logement des saisonniers iconTrad de l’anglais par l’abbé Pierre-François Guyot
«l’éducation d’un chien». C’est encore possible. Mais Swift, qui se défend comme d’un crime d’appartenir à cette vaillante et poétique...

Rapport de la fondation Abbé Pierre sur le logement des saisonniers iconMention copyright obligatoire
«Olivier Messiaen» de la Fondation Guardini de Berlin. Le 18 juin 2008, IL reçoit le Prix de la Fondation de la Chasse et de la Nature...

Rapport de la fondation Abbé Pierre sur le logement des saisonniers iconLe Conseil Municipal désigne comme secrétaire de séance Nadia liyaoui
Le droit au logement est reconnu comme un droit social depuis 1946. La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme acte comme tel...

Rapport de la fondation Abbé Pierre sur le logement des saisonniers iconEtude sur le marché de la pierre sèche en France en 2013 – 2014 : Enquête auprès des praticiens

Rapport de la fondation Abbé Pierre sur le logement des saisonniers iconI. «Le Logement, ici, ailleurs, nulle part»
«zones urbaines sensibles» a éclaté en novembre 2005. Par conséquent, le dossier que nous présentons aujourd’hui élargit la problématique...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com