Résultats empiriques et déterminants de l'efficience opérationnelle 14








télécharger 141.42 Kb.
titreRésultats empiriques et déterminants de l'efficience opérationnelle 14
page1/8
date de publication01.04.2017
taille141.42 Kb.
typeBibliographie
ar.21-bal.com > économie > Bibliographie
  1   2   3   4   5   6   7   8


Gestion des Institutions Financières : Modélisation et Gestion

L'efficience

opérationnelle


Remis à

Jean Roy


Par
François Boudreault

Anouar Lamane


Hiver 1999

École des Hautes Études Commerciales de Montréal

"Efficient banks don't have low expense / revenue ratios - they are simply big and profitable."

Jon Osborne

Bank of America, 1995

Table des Matières


Introduction 5

Les mesures et les méthodes 7

Le ratio dépenses / revenus 7

7

Les frontières efficientes 8

Les frontières de coûts 8

Les frontières de revenus 8

Les frontières de profits 9

Les méthodes de frontières non-paramétriques 10

Les méthodes de frontières paramétriques 11

Comparaison des différentes approches de frontières 12

Résultats empiriques et déterminants de l'efficience opérationnelle 14

Principaux résultats des études de frontières efficientes 14

Comparaison internationale 15

La qualité du management 17

Les fusions et les acquisitions 20

La diversification 21

la réglementation 22

Les activités non traditionnelles 26

Conclusion 27

Bibliographie 29



Introduction



Depuis de début des années 90, la globalisation des marchés et les assouplissements du cadre réglementaire touchant les institutions financières des pays industrialisés, principalement en Europe et aux États-Unis, ont poussé les banques1 à vouloir accroître leur performance notamment par une plus grande efficience opérationnelle.
Il existe une littérature considérable sur l'efficience opérationnelle des institutions financières. La littérature, pouvant être caractérisée de traditionnelle, considérait les institutions financières comme des unités de production de services financiers avec une relation simple entre les intrants et les extrants. La plupart de ces études ont ainsi cherché à comprendre et démontrer la présence d'économies d'échelle et d'économies d'envergure dans l'industrie bancaire.
Le consensus est que les économies d'échelle et d'envergure ne sont pas les facteurs déterminant l'efficience opérationnelle pour une banque spécifique. En effet, une partie de la littérature récente se concentre sur la notion de X-efficiency (Lebenstein 1980). Il s'agit d'une mesure de performance d'une organisation qui n'est pas liée aux économies d'échelle ou d'envergure. En fait, il s'agit d'une description de l'efficience technique et d'allocation2 au sein d'une même banque qui permet de déterminer de quelle manière la qualité du management joue un rôle dans l'efficience opérationnelle. Ainsi, on essaie de comprendre comment les gestionnaires utilisent la technologie, les ressources humaines et les autres actifs (méthode de gestion....) à leur disposition pour produire un niveau donné d'extrants. Il en ressort que l'efficience opérationnelle totale d'une banque se décompose en deux parties: d'abord la partie reliée aux économies d'échelle et d'envergure et ensuite celle provenant de l'efficience managériale.
Il s'agit en effet d'une question importante à la fois pour les gestionnaires qui cherchent à identifier les pratiques non efficientes de leur institution de même que pour les organismes de réglementation et les gouvernements qui font face à un mouvement important de consolidation du secteur financier et ce, souvent au nom d'une efficience accrue des institutions. Pour Berger et Humphrey (1997), une meilleure compréhension des composantes de l'efficience opérationnelle de même que certaines mesures permettent:


  • d'informer les gouvernements et organismes réglementaires sur les effets de la déréglementation, les fusions et la structure de marché sur l'efficience des banques;

  • de décrire l'efficience pour l'industrie et d’établir un classement des banques;




  • d'améliorer la gestion en identifiant les meilleures pratiques.



Ces études ne sont donc pas uniquement utiles aux gestionnaires d'une banque spécifique mais également aux gouvernements et même, à des banques concurrentes qui visent à améliorer leur efficience opérationnelle.
Notre réflexion portera sur l'efficience opérationnelle des banques et ce, principalement par un survol de la littérature portant sur les X-efficiency, c'est-à-dire de quelle façon la qualité du management, qui se traduit par une bonne gestion de la technologie et des ressources humaines, peuvent influencer l'efficience d'une banque. En premier lieu, nous présenterons un survol des différentes méthodes de mesures de l'efficience opérationnelles utilisées, tout en faisant une distinction entre les méthodes utilisées par les praticiens et celles utilisées par les académiciens. Il y aura une présentation des méthodes de frontières efficientes, de même que les limites qui leur sont rattachées. En deuxième lieu, nous présenterons quelques-uns des résultats les plus intéressants des études de frontières. Par la suite, à l'aide de résultats de recherches, nous tenterons d'identifier les éléments favorisant ou ayant un impact sur l'efficience opérationnelle au sein d'une banque. Enfin, nous tenterons d'énoncer les enjeux réglementaires et de structure de l'industrie bancaire de même que les implications pour les fusions.

  1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

Résultats empiriques et déterminants de l\Direction de l’Efficience

Résultats empiriques et déterminants de l\Communiqué de presse
«Human Centric Lighting», a une importance croissante dans le développement de nouvelles solutions lumière. S'ajoutent à cela de...

Résultats empiriques et déterminants de l\Recherche Opérationnelle

Résultats empiriques et déterminants de l\Maintenance opérationnelle (929)

Résultats empiriques et déterminants de l\Analyse des déterminants de la politique étrangère Turque

Résultats empiriques et déterminants de l\Déterminants de l’insécurité alimentaire dans huit communes de la région naturelle du Moso

Résultats empiriques et déterminants de l\Pour une interprétation alternative des résultats électoraux
«lecture alternative» pour essayer de comprendre les raisons des résultats présidentiels

Résultats empiriques et déterminants de l\Programme arrêté au 10. 2012
«méta-compétence» qui permet d’aborder avec sérénité et efficience la complexité grandissante de notre environnement

Résultats empiriques et déterminants de l\Formation théorique et opérationnelle
«First Millennium», régie d’œuvres, recherches documentaires, publication de colloque

Résultats empiriques et déterminants de l\Résumé : Cette étude utilise une variété de courants de la littérature...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com