Recherches socio conduites entre 1915-1940








télécharger 160.61 Kb.
titreRecherches socio conduites entre 1915-1940
page13/13
date de publication03.07.2017
taille160.61 Kb.
typeRecherche
ar.21-bal.com > histoire > Recherche
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13

Les sources documentaires


C’est un aspect mal connu de l’EdC que d’avoir été une sociologie fondés sur des sources documentaires. Park constitue un véritable fonds documentaire sur la ville. Véritable banque de données élaborée, augmentée, mise à jour qui sera utilisée par tous les étudiants voulant travailler sur la ville. Données abondamment utilisées par exemple par Wirth (1928) sur le ghetto juif. C’est à partir des données de recensement qu’il avance le nombre de 300.000 juifs à Chicago en 1928 dont 160.000 ont déclaré qu’ils parlaient l’hébreu ou le yiddish comme langue maternelle dans le recensement de 1920.

Dans la plupart des recherches, plusieurs types de sources documentaires sont utilisées : archives historiques, quotidiens, archives des tribunaux, dossiers des agences de travail social… Landesco (1929) fait pendant plusieurs années à partir de ces sources multiples un énorme travail de recueil, de classement, de vérification et de recoupement des données concernant 7.000 criminels de Chicago. Pendant plus de 3 ans ensuite il va avoir des entretiens directs avec certains sur la base de ce travail documentaire, dresser des cartes géographiques et faire un Who’s who du crime organisé. La comparaison des résultats de cette recherche avec les dossiers de police criminelle de Chicago montra la différence de qualité et de précision de l’information et suggéra la nécessité d’un vrai travail scientifique de la part de la police.

La recherche quantitative à Chicago


Lewis Coser (1976, « Sociological Theory from the Chicago Dominance to 1965 », Annual Review of Sociology): la suprématie de l’EdC prit fin avec la rébellion de 1935 au sein de la Société américaine de Sociologie qui eut, notamment, une utilisation grandissante des techniques de recherche quantitative.

Ces techniques de quantification étaient déjà présentes à Chicago. James Field y enseignait les statistiques dès 1908 (dans le département D’Eco politique et Small encourageait les étudiants à y aller – facultatif). En 1927, Field meurt et est remplacé par W.Ogburn qui quitte son poste de Columbia. Ogburn était favorable aux histoires de vie mais pour lui elles étaient utiles pour constituer des hypothèses qu’il s’agissait de tester statistiquement. Burgess en 1928 suit son cours.

La tendance majoritaire dans la socio de Chicago demeurait certes les études qualitatives de terrain et les études de cas mais les statistiques ne faisaient pas seulement l’objet d’un enseignement, elles étaient mises en œuvre dans des enquêtes sur l’abstention aux élections par exemple ou dans les recensements.

Burgess fut à l’origine de la mise au point des formulaires et de la méthodologie d’enquête adéquats à un recensement systématique de Chicago. Il fut l’investigateur du recensement intermédiaire de 1934 réalisé par 2 de ses étudiants. En 1927 il rapproche les statistiques et les études de cas : « Les méthodes des statistiques et de l’étude de cas n’entrent pas en conflit entre elles ; elles sont en fait mutuellement complémentaires. Les comparaisons statistiques et les corrélations peuvent souvent suggérer des pistes pour la recherche faite à l’aide de l’étude de cas, et les matériaux documentaires, en mettant au jour des processus sociaux, mettront inévitablement sur la voie d’indicateurs statistiques plus adéquats. Cependant, si l’on veut que la statistique et l’étude de cas apportent chacune leur pleine contribution en tant qu’outils de recherche sociologique, il faut leur garantir une égale reconnaissance et fournir l’occasion de chacune des 2 méthodes de perfectionner sa technique propre. Par ailleurs, l’interaction des 2 méthodes sera incontestablement féconde ».

Park lui-même (dédain profond pour les méthodes quantitatives, considère que les statisticiens ne connaissait jamais réellement le phénomène qu’ils étudiaient), en 1926 : on peut mesurer des caractères de société par des formules maths. Il s’agit là de statistiques descriptives (valeur des terrains, densité de circulation auto) mais indicateurs utiles.

Thomas/Znaniecki (Le Paysan Polonais…) et Samuel Stouffer (The American Soldier, 1949) sont très représentatifs des deux grandes tendances de la socio américaine du premier 20°s. et en marquent une étape différente : l’un inaugure une série de recherches qualitatives et de publications qui constituent le patrimoine de l’EdC ; l’autre marque la fin de la période précédente et représente le tournant quantitativiste de la socio américaine. Stouffer = tournant dans l’histoire de la socio dans la mesure où elle est la première tentative de modélisation mathématique de la vie sociale.

A partir de 1940, la socio amé connaîtra un développement considérable des techniques quantitatives, sous l’impulsion d’énormes contrats d’études financés par l’armée américaine. Les chefs de file de l’Université de Columbia (dont Robert Merton et Paul Lazarsfeld, dir. des enquêtes) ont renforcé leur prestige et leur pouvoir, exerçant ainsi progressivement un « impérialisme » théorique et méthodologique. Ainsi l’école fonctionnaliste, fortement implantée à Columbia et Harvard commença à exercer sa domination (voire censure comme y fait allusion H.Becker, 1986).

Cette montée en puissance de la socio quantitative coïncida avec l’extinction de la deuxième générations de chercheurs à Chicago : Burgess prend sa retraite en 1951, Wirth meurt en 1952 et Blumer part en 1952 à Berkeley.

Conclusion : Une seconde Ecole de Chicago


Quelle influence l’Ecole de Chicago a-t-elle eu sur la sociologie contemporaine ?

En tant que mouvement intellectuel et théorique, une Première Ecole de Chicago s’est achevée avec la II°WW, au moment où la sociologie américaine est devenue plus quantitative et plus diverse sur le plan théorique. Mais la sociologie qualitative développée par l’EdC a eu des influences considérables sur la socio américaine et continue d’être revendiquée par un grand nombre de sociologues. Influence sur les sociologues contemporaine :

      • thèmes de recherches : délinquance, criminalité, choùage, pauvreté, minorités, relations raciales.

      • démarches méthodo singulières : fieldwork (travail de terrain), socio qualitatve

      • et ouvert la voie à certains courants théoriques : Seconde Ecole de Chicago.

Seconde EdC caractérisée par des travaux d’obédience interactionniste et nouvelles théories de la déviance.

      • labelling theory : « étiquetage ». Etre désigné comme déviant résulte en fait d’une gde variété de contingences sociales influencées par ceux qui ont le pouvoir d’imposer cette désignation : on devient tel qu’on nous décrit. H.Becker (1963), E.Lemert (1967), Aaron Cicourel (1968), David Matza (1969)

      • interactions qu’individus échangent dans leur vie quotidienne : Blumer (1969), Goffman

      • apparition de courants ethnométhodologiques (Gerfinkel, 1967), analyses conversationnelles (Sacks…). Pas rattachables à l’EdC mais développent une microsocio qui analyse les interactions sociales dans leur cadre naturel d’occurrence. Attention aux échanges sociaux.

L’ouvrage de Jack Katz (1988) apparaît pour Coulon comme le prototype de recherches prolongeant la tradition de Chicago : démarche à la fois interactionniste et ethnométhodo, socio des émotions à partir de l’interrogation fondamentale : quelles sont les intentions profondes des individus qui commettent des délits ? Enquête empirique, fragments autobiographiques, sources documentaires judiciaires et policières. Le criminel a une rationalité, sentiments, ‘sagesse’… « Cette approche, de l’intérieur, de la criminalité, me paraît exemplaire de ce que peut produire aujourd’hui une sociologie qualitative rigoureuse qui, héritière de la tradition qui s’est d’abord forgée à l’Université de Chicago, a traversé le 20°s. en s’alimentant à plusieurs affluents théoriques qui l’ont transformée en une aventure intellectuelle qui ne fait certainement que commencer ».

Bibliographie


Anderson Nels, The Hobo : The Sociology of the Homeless Man (1932).

Becker Howard, Outsiders. Etudes de sociologie de la déviance (1963, 1985).

Blumer Herbert, Symbolic Interactionism. Perspective and Method (1969).

Cressey Paul G., The Taxi Dance Hall: A Sociological Study in Commercialized Recreation and City Life (1932).

Frazier E.F., The Negro Family in Chicago (1932).

Johnson C.S., The Negro in Chicago: A Study of Race Relations and a Race Riot in 1919 (1922).

Katz J., Seduction of Crime. Moral and Sensual Attractions in Doing Evil (1988).

Landesco J., Organized Crime in Chicago (1929).

Lemert E., Human Deciance, Social Problems and Social Control (1967).

Matza D., Becoming Deviant (1969).

Park Robert E., Race and Culture (1950).

Park Robert E., Burgess Ernest W., Introduction to the Science of Sociology (1921).

Park R., Burgess E., McKenzie R., The City. Suggestions for Investigation of Human Behavior in the Urban Environment (1925).

Shaw Clifford R., The Jack-Roller: A delinquent Boy’s Own Story (1930).

Shaw Clifford R., Zorbaugh H., McKay H. et Cottrell L., Deliquency Areas (1929).

Stonequist E.V., The Marginal Man (1937).

Sutherland E., The Professional Thief (1937)

Thomas William I., The Unadjusted Girl: With Cases and Standpoint for Behavior Analysis (1923).

Thomas William I., Znaniecki Florian, The Polish Peasant in Europe and America (1918).

Thrasher Frederic M., The gang. A Study of 1313 Gangs in Chicago (1927).

Whyte William Foote, Street Corner Society: The Social Structure of an Italian Slum (1943 – 2° éd. 1955).

Wirth Louis, The Ghetto (1928).

Zorbaugh Harvey, The Gold Coast and the Slum: A Sociological Study of Chicago’s Near North Side (1929).

Breslau D., “L’Ecole de Chicago existe-t-elle?”, ARSS, n°74, 1988, pp.64-65.

Breslau D., « Robert Park et l’écologie humaine », ARSS, n°74, 1988, pp.55-63.

Chapoulie Jean-Michel, La tradition sociologique de Chicago (2001). 301.0973 CHA t

Grafmeyer Yves, Joseph Isaac, L’Ecole de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine (1979).

Herpin Nicolas, Les sociologues américains et le siècle (1973).

Peneff Jean, La méthode biographique, de l’Ecole de Chicago à l’histoire orale (1990).


1 Aussi ouvrages sur la criminalité des cols-blanc : White Collar Crime (1949).

2 Voir La méthode biographique, Jean Peneff, Colin, 1990.
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13

similaire:

Recherches socio conduites entre 1915-1940 iconVeille media
«Turquie : Acteur majeur des relations internationales ?», mené sous la direction de Didier Billion, directeur adjoint de l’iris,...

Recherches socio conduites entre 1915-1940 iconPeter Behrens. (1868-1940)
«temple de l’industrie». La structure est en acier et ciment armé les façades revêtues de briques. Son originalité est le contraste...

Recherches socio conduites entre 1915-1940 iconRésumé L’adaptation stratégique de l’organisation a fait l’objet...

Recherches socio conduites entre 1915-1940 iconVeille media
«Le mouvement national démocratique arménien et le génocide de 1915» de Recep Maraşlı (Istanbul: Peri Yayınları, 2008), à Berlin-Neukölln,...

Recherches socio conduites entre 1915-1940 iconL’organisation socio-économique

Recherches socio conduites entre 1915-1940 iconLa bataille du 14 juin 1940

Recherches socio conduites entre 1915-1940 icon"11 mais 1940" dans La campagne des 18 jours (2/19), 1990

Recherches socio conduites entre 1915-1940 iconAxe 3 : musées, sites, parcours
«Blitzkrieg» et à la victoire allemande à l’Ouest ainsi qu’à la situation à l’été 1940 et à la résistance

Recherches socio conduites entre 1915-1940 icon12 cuillères à moka/12 fourchettes à gâteau /une louche/une pince à sucre. Vers 1940

Recherches socio conduites entre 1915-1940 iconRouillac tours vendôme paris commissaires-Priseurs Expert près la Cour d'Appel
«Les folles journées de juin 1940 en Touraine, le général de Gaulle à Beauvais»








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com