Synopsis Grâce à son style chorégraphique ancré à la fois dans la plus pure des traditions de la danse arabe et dans la plus exigeante modernité contemporaine,








télécharger 130.83 Kb.
titreSynopsis Grâce à son style chorégraphique ancré à la fois dans la plus pure des traditions de la danse arabe et dans la plus exigeante modernité contemporaine,
page1/4
date de publication24.10.2016
taille130.83 Kb.
typeSynopsis
ar.21-bal.com > histoire > Synopsis
  1   2   3   4






« Le Liban au cœur »

2 Sommaire

3 « le Liban conscience de l’univers »

Michel Chiha

4 Synopsis

6 Lamia Safieddine  chorégraphe

Un style artistique innovant


La Compagnie Lamia Safieddine

7 De la danse arabe contemporaine


8 Les inspirateurs musiciens

9 Les inspirateurs poètes et écrivains

10 La compagnie Lamia Safieddine


11 L’Ensemble Assil
12 AICOO Association Interculturelle Orient-Occident

13 Lu dans la presse
15 Citations
16 Quelques dates
18 Conférences et médias

« Lamia qui de ses gestes les plus gracieux sait lancer le stardust de l’Orient comme des poignées de semailles » Jean-Pierre Dahdah.

Ecrivain libanais. Auteur de la biographie de Gibran Khalil Gibran

 
Lamia Safieddine

présente son « Liban au Cœur »
« Le Liban sera la conscience de tout l’univers. Le monde entier sera ébranlé dans ses profondeurs si par malheur il ne parviendra pas à régler le conflit qui couve à nos portes. » Michel Chiha . Ecrivain libanais (1948)
Accompagnée par les musiciens de l’ensemble Assil, qui signifie "authentique" en arabe, Lamia Safieddine propose au public une escale libanaise déconcertante. Ambassadrice de la culture de son peuple, celle qui a su développer et promouvoir « La Danse Arabe Contemporaine » hors de tout folklorisme réducteur,  propose des chorégraphies où fusionnent avec un rare bonheur l’authenticité de tous ses Orients et danse contemporaine.

Ondoyante et flamboyante, au rythme de musiques traditionnelles et contemporaines libanaises et au fil de poèmes de grands poètes libanais et arabes, Lamia Safieddine revient attiser dans le cœur du public une nostalgie réunificatrice et une volonté de vie pour un Liban de paix, de fraternité et d’amour ; un Liban resté vrillé au cœur de millions de libanais et d’arabes, malgré tous les séismes qui ont failli engloutir tous les rêves et tous les espoirs. Un spectacle dont on ne sort pas indemne.

«Le Liban au cœur» de la chorégraphe libanaise Lamia Safieddine : La résistance par l’art


Abdellah Cheikh Libération

Synopsis


Grâce à son style chorégraphique ancré à la fois dans la plus pure des traditions de la danse arabe et dans la plus exigeante modernité contemporaine, Lamia Safieddine est sans doute l’une des personnalités les plus originales de l’univers « des danses du monde » en France. Son spectacle « Le Liban au cœur » est selon  Juliette Khoury un véritable et juste voyage de la poésie du corps à travers la diversité culturelle, où la danse devient une expression du croisement et de l’échange. (…) Lamia Safieddine et l’ensemble ASSIL (chant, luth, qanoun, derbaké) présenteront ce spectacle sur un fond des  musiques libanaises traditionnelles et contemporaines de Fayrouz, Marcel Khalifé, Ziad Rahbani, et au fil des poèmes et textes de Gibran Khalil Gibran, Georges Schehadé, Nadia Tuéni, Mahmoud Darwich, Michel Cassir, Amin Maalouf.

 « Quand Lamia Safieddine danse tout autour d’elle participe à la danse : les lumières, les costumes, la figure et la rythmique. Quand elle danse, elle le fait avec ingéniosité et en connaissance de cause… Ainsi nous la voyons glisser sur les planches avec son corps qui devient des vagues, une source, une rivière ou tout ce qui va à l’infini dans la Méditerrannée… », nous a confié Fayez Makdessi, écrivain.


Le spectacle se présente comme  des forêts de symboles et de longs échos qui de loin se confondent dans une ténébreuse et profonde unité dont la blessure libanaise est  vaste comme la nuit et comme la clarté. Un spectacle  symbolique qui  chante les transports de l’esprit et des sens. Lamia Safieddine nous invite à repenser ce que disait Marcel Proust (Le temps retrouvé) : « Par l’art seulement nous pouvons sortir de nous, savoir ce que voit un autre de cet univers qui n’est pas le même que le nôtre, et dont les paysages nous seraient restés aussi inconnus que ceux qu’il peut y avoir dans la lune. Grâce à l’art, au lieu de voir un seul monde, le nôtre, nous le voyons se multiplier, et, autant qu’il y a d’artistes originaux, autant nous avons de mondes à notre disposition, plus différents les uns des autres que ceux qui roulent dans l’infini et, bien des siècles après qu’est éteint le foyer dont il émanait…».


Le spectacle est un  lien entre le réel, la fiction et le mémoire collective, et, en filigrane, la guerre, dans laquelle  les Libanais  sont toujours plongés... Un perpétuel mouvement  et une évolution  qui se situe autant dans les points de rencontre que dans les points de tension...

Beyrouth sera toujours Beyrouth. Et Lamia Safieddine se penche sur une approche de la particularité ou de la spécificité libanaise dans la danse universaliste : Il s’agit de créer quelque chose de spécial qui a rapport à notre culture, la manière de percevoir notre corps, notre langue, notre quotidien voire notre identité cosmopolite.


 Il est à rappeler que le  Liban n’est jamais à court de créations artistiques, même dans les moments les plus forts et les plus dramatiques de son existence. La scène artistique oscille au gré du pays, progresse, s’arrête, évolue... en perpétuel mouvement. Après le boom florissant de 2005, suite aux bouleversements politiques majeurs qui ont secoué le Liban, le pays commence progressivement à sombrer dans le statu quo et l’apathie. Avec, en toile de fond, le fantôme de la guerre, le fanatisme et la division manichéenne mondiale, alors que la région risque à tout nomment de s’embraser.... En quelques mots, Christine Tohmé, fondatrice de  l’Association Ashkal Alwan résume l’état de l’art au

Liban: « La scène artistique libanaise est identique à la situation politique du pays. Intense, nomade et inconsistante ».


C’était en 1994, Beyrouth se remettait des affres de la guerre, plonge en pleine réadaptation. Entre autres reconstructions, celle de l’expression artistique. Et le chemin se poursuit... parsemé d’embûches, d’obstacles, de défis, de victoires mêmes minimes ou imparfaites. Pour la fondatrice d’Ashkal Alwan, le problème réside dans l’inconsistance de cette scène. Résistance par l’art, « Le Liban au cœur »  est un spectacle de référence qui nous apprend à  être cohérents et de penser à la manière de continuer. Cela se traduit par la critique, l’autocritique, la réflexion et le dépassement. Et c’est ce que tente actuellement de faire Lamia Safieddine : instaurer et ancrer au Liban la culture de la danse contemporaine, à travers des processus créatifs susceptibles d’établir une relation durable et fructueuse entre la scène et le public, les danseurs et les chorégraphes, les artistes confirmés et les artistes en herbe, les artistes locaux, régionaux et internationaux.


Espace de réflexion, d’introspection et d’évolution, le spectacle de Lamia Safieddine  n’est pas  un simple divertissement car il s’agit  d’une invitation  à l’interaction et  à l’autocritique.


L’audience a une responsabilité, celle d’interagir, de se sentir impliquée et présente dans le travail artistique. L’artiste n’est pas là pour vous dire ce que vous avez envie d’entendre. Et le spectateur part à la quête de l’autre, de ces petits détails qui constituent l’altérité et l’individualité, qui ouvrent à un mode de penser autre. Cette responsabilité incombe également à l’artiste qui doit présenter un concept intéressant qui touche plus à la personne qu’à l’aspect social généralisé, à la limite de l’abstraction. 


ABDELLAH CHEIKH

Mercredi 14 Octobre 2009

« Un alphabet dansant du mouvement nous conduit à une extase visuelle, au rythme d’un corps façonné pour devenir une matière d’expression par excellence »

Hussein Skaf

Lamia Safieddine chorégraphe

Un style artistique innovant

Chorégraphe et danseuse, originaire du Liban, Lamia Safieddine danse sur scène dès l’âge de 6 ans. A dix huit ans, elle entreprend de développer un style qui lui serait propre et éloigné de tout formalisme académique. Dans son désir d’embrasser un art total qui unifierait ses multiples appartenances et influences, façonnés au gré de ses voyages et des péripéties de sa vie, Lamia Safieddine choisit une voie qui se distingue par la synthèse de différentes danses des mondes arabe, africain, latino et européen.

Lamia Safieddine a complété sa formation par des cours sur la technique de danse créative et des stages à l'école du mime Marceau. Elle développa depuis 1990 un style qui lui est personnel : la Danse Arabe Contemporaine

Précise, raffinée, légère, sa danse est aérienne et envoûtante. Son corps, habité, transporté par la musique et les mots, semble s’envoler. Lamia Safieddine allie sa parfaite maîtrise du corps et du rythme à la grâce des danseuses de l’Orient. Remarquable par sa virtuosité technique, son travail du corps et sa gestuelle élégante, séduit également par l’expressivité de son visage, qui reflète toutes les émotions de l’âme, souvent oubliées dans l’interprétation des danses traditionnelles arabes.

Elle réussit à préserver l’essence de la danse traditionnelle arabe en la dotant d’une dimension nouvelle, moderne. En ceci Lamia Safieddine peut se prévaloir d’avoir fortement contribué à faire évoluer la danse arabe et son image, altérée ou réductrice, tant en Orient qu’en Occident. Elle fait honneur à la danse classique arabe, danse aux variantes aussi multiples que l’étendue du monde arabe lui-même.

Sa carrière artistique est complète. Elle a dansé avec les plus grands compositeurs arabes et sur le meilleur répertoire de la musique traditionnelle et contemporaine arabe, du Mashreq (Orient) au Maghreb. Chorégraphe elle a mis en scène plusieurs spectacles et réalisé plusieurs tournées en Europe, au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et en Amérique Latine.

Après avoir fondé en 1998 « La Compagnie de danses du monde AICOO », Lamia Safieddine crée en 2004 « La compagnie Lamia Safieddine » dont l'objet est de promouvoir la recherche, l’étude, la documentation, la formation professionnelle, la création de spectacles et l’organisation de toutes sortes d’activités et de manifestations culturelles dans les domaine de la chorégraphie, de « la danse du monde » et, à une échelle plus large, dans le domaine théâtral et musical.

« Avec Lamia, on peut parler de danse arabe contemporaine »

Le Monde

De la danse arabe contemporaine
  1   2   3   4

similaire:

Synopsis Grâce à son style chorégraphique ancré à la fois dans la plus pure des traditions de la danse arabe et dans la plus exigeante modernité contemporaine, icon1. contexte de l'etude
«outil de planification», mais un véritable document stratégique de référence, à la fois ancré dans son époque et répondant à des...

Synopsis Grâce à son style chorégraphique ancré à la fois dans la plus pure des traditions de la danse arabe et dans la plus exigeante modernité contemporaine, iconSynopsis Lamia Safieddine chorégraphe
Les chorégraphies de Lamia Safieddine mêlent des apports de la danse contemporaine

Synopsis Grâce à son style chorégraphique ancré à la fois dans la plus pure des traditions de la danse arabe et dans la plus exigeante modernité contemporaine, iconEst- ce- que la modernité, en art, est un rejet de la tradition?
«modernité» est un mot très souvent utilisé, notamment dans le vocabulaire artistique. Dans les livres d’histoire de l’art on commence...

Synopsis Grâce à son style chorégraphique ancré à la fois dans la plus pure des traditions de la danse arabe et dans la plus exigeante modernité contemporaine, iconJe vais faire une lecture méthodique de Zone. J’étudierais dans un...
«Christianisme» Vers 7 et «Pape Pie X» Vers La modernité est présente grâce au rejet des valeurs du passé évoquées par le poète ainsi...

Synopsis Grâce à son style chorégraphique ancré à la fois dans la plus pure des traditions de la danse arabe et dans la plus exigeante modernité contemporaine, iconDanse née dans les années 1800, mon nom désigne à l’origine des fêtes...

Synopsis Grâce à son style chorégraphique ancré à la fois dans la plus pure des traditions de la danse arabe et dans la plus exigeante modernité contemporaine, iconI. la modernite 1 Une Esthétique de la raison a Les Lumières
«nouveau et tout à fait particulier». IL a conscience de la nouveauté de son écriture. C’est quelque chose que l’on peut considérer...

Synopsis Grâce à son style chorégraphique ancré à la fois dans la plus pure des traditions de la danse arabe et dans la plus exigeante modernité contemporaine, iconL’Art déco veut s’inscrire à la fois dans la grande tradition françaises...

Synopsis Grâce à son style chorégraphique ancré à la fois dans la plus pure des traditions de la danse arabe et dans la plus exigeante modernité contemporaine, iconUne fois de plus et pour sa XVIII
«Néron chauve» — plusieurs fois évoqué, mais que l'on ne voit guère physiquement dans le film. Dans cette province celtibère encore...

Synopsis Grâce à son style chorégraphique ancré à la fois dans la plus pure des traditions de la danse arabe et dans la plus exigeante modernité contemporaine, iconL'expérience de la réalite dans la photographie d'architecture contemporaine
«réel» d'interaction avec un lieu, en s'arrêtant sur l'approche à la réalité dans le procès photographique

Synopsis Grâce à son style chorégraphique ancré à la fois dans la plus pure des traditions de la danse arabe et dans la plus exigeante modernité contemporaine, iconInstruction. Et si l’
«lot quotidien»; on se situe alors dans une période dite post-moderne / hyper-moderne. IL y a omniprésence de la modernité dans la...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com