Leçon n°24: Histoire de l’art islamique








télécharger 293.48 Kb.
titreLeçon n°24: Histoire de l’art islamique
page1/6
date de publication28.10.2016
taille293.48 Kb.
typeLeçon
ar.21-bal.com > histoire > Leçon
  1   2   3   4   5   6




Thème VI: Arts islamiques

Leçon n°24: Histoire de l’art islamique

Cours n° 440: Les débuts de l'art islamique (VIIe–IXe siècles)
L’art islamique

L'art islamique n'est pas un art proprement religieux : l'Islam est ici considéré avec une majuscule, comme une civilisation et non comme une religion.

Le terme art islamique désigne la production artistique ayant eu lieu depuis l'hégire (622 de l'ère chrétienne) jusqu'au XIXe siècle dans le monde arabo-musulman, un territoire s'étendant de l'Espagne jusqu'à l'Inde, et habité par des populations de culture islamique.

L'art islamique présente une certaine unité stylistique, due aux déplacements des artistes, des commerçants, des commanditaires et des œuvres. L'emploi d'une écriture commune dans tout le monde islamique, et la mise en valeur particulière de la calligraphie renforce cette idée d'unité. Toutefois, la grande diversité des formes et des décors, selon les pays et les époques, amène souvent à parler plus d'arts de l'Islam que d'un art islamique.

L'architecture crée des bâtiments aux fonctions très spécifiques à ces régions, comme des mosquées et des madrasas, celles-ci prenant des formes très variées. S'il n'existe quasiment pas d'art de la sculpture, le travail des objets de métal, d'ivoire ou de céramique atteint fréquemment une grande perfection technique. Il faut aussi souligner la présence d'une peinture et d'une enluminure dans les livres scientifiques.




Histoire de l'histoire de l'art islamique

L'art islamique est connu depuis longtemps en Europe, grâce aux nombreuses importations de matériaux précieux (soie, cristal de roche) au Moyen Âge. Beaucoup de ces objets, devenus reliquaires, sont actuellement conservés dans les trésors des églises du monde occidental. Toutefois, l'histoire de l'art islamique en tant que science est une discipline très récente, en comparaison, par exemple, avec celle des arts antiques. Sur les champs de fouille d'ailleurs, l'art islamique a souvent été victime des archéologues désireux d'accéder aux niveaux antiques et qui pour cela saccageaient les plus récents.

Née au XIXe siècle, poussée par le mouvement orientaliste, cette discipline connaît une évolution marquée de nombreux cahots, dûs aux événements politiques et religieux mondiaux. La colonisation notamment a favorisé l'étude de certains pays — ainsi que l'éclosion des collections européennes et américaines — mais des périodes entières ont été négligées. De même, la guerre froide a considérablement ralenti l'étude des arts de l'Islam, notamment en Asie mineure sous domination soviétique, en empêchant la diffusion des études et des découvertes.

Article: Histoire de l'histoire de l'art islamique.




Grandes collections d'art islamique

Comme souvent, les grandes collections d'art islamique se situent plutôt dans le monde occidental, aux musée du Louvre, Metropolitan Museum of Art, British Museum, Victoria and Albert Museum notamment. Cependant, il existe des collections autre part, notamment celle du musée islamique du Caire ou du musée du Qatar. La fondation Gulbenkian de Lisbonne et la collection Khalili conservent également de nombreuses pièces. Les musées américains, comme la Freer Gallery of Art de Washington, ont souvent un fond assez important, aussi bien pour les objets que les manuscrits. Le corning museum of Glass de New York possède l'un des fonds de verres islamiques les plus importants au monde. Pour les manuscrits, il faut aussi signaler de grandes bibliothèques, comme la British Library ou la bibliothèque nationale de France, dont les fonds orientaux sont assez développés, mais les musées conservent aussi des pages illustrées et des manuscrits.

Article: Collections d'art islamique dans le monde.




Grands sites d'art islamique

Pour les productions les plus anciennes, tant d'architecture que d'objets, une importante archéologie islamique a eu cours, notamment en Irak, à Samarra ou à Suse par exemple, ou encore au Caire. De grands sites sont encore fouillés dans tout le monde islamique, depuis le Pakistan jusqu'au Maghreb.

Article: Archéologie islamique.




Voir aussi

Bibliographie succincte

Il existe malheureusement peu de bons livres sur l'art islamique en langue française, et la consultation d'ouvrages anglophones s'impose.

  • Arts et civilisations de l'Islam, sous la direction de Markus Hattstein et Peter Delius, Könemann, Cologne, 2000 ;

  • Encyclopédie de l'Islam, Brill, 1960 (2e édition) ;

  • C.E. Bosworth, Les Dynasties musulmanes, trad. Y. Thoraval, Actes sud, coll. « Sinbad », 1996 ;

  • H. Stierlin, Islam : de Bagdad à Cordoue, des origines au XIIIe siècle, Taschen, 2002 ;

  • (en) S. Blair, J. Bloom, The art and architecture of Islam 1250-1800, Yale University Press, 1994 ;

  • (en) R. Ettinghausen, O. Grabar, M. Jenkins-Madina, Islamic Art and Architecture 650–1250, Yale University Press, 2001 ;

  • (en) R. Hillenbrand, Islamic architecture : form, function and meaning, Edinburgh university press, 1994.

Voir: Bibliographie détaillée concernant l'art islamique.




Liens externes

Wikimedia Commons propose des documents multimédia sur l'art islamique.


Les débuts de l'art islamique (VIIe–IXe siècles)

Avant les dynasties

On connaît peu de choses sur l'architecture avant la dynastie des Omeyyades. Le bâtiment le plus ancien est sans doute la mosquée du Prophète à Médine.

Cette mosquée est d'une importance considérable pour l'architecture islamique, en ce sens qu'elle met en place le prototype de la mosquée de plan arabe : une cour, avec une salle de prière hypostyle. Construite en matériaux périssables (bois et pisé), elle n'a pas survécu longtemps.

Les premiers objets islamiques sont très difficiles à distinguer des objets antérieurs, sassanides et byzantins. En effet, ils utilisent les mêmes techniques et les mêmes motifs. On connaît notamment une abondante production de céramique non glaçurée, comme en témoigne un célèbre petit bol conservé au Louvre, dont l'inscription assure sa datation dans la période islamique. Les motifs végétaux sont alors sans doute les plus importants.




L'art omeyyade



Grande mosquée des Omeyyades à Damas

Sous les Omeyyades, l'architecture, religieuse et civile se développe, avec la mise en place de nouveaux concepts et de nouveaux plans. Ainsi, le plan arabe, à cour et salle de prière hypostyle, devient véritablement un plan-type à partir de la construction de la grande mosquée des Omeyyades, à Damas, qui servira de repère aux bâtisseurs (et aux historiens de l'art). La Coupole du Rocher à Jérusalem est sans conteste l'un des bâtiments les plus importants de toute l'architecture islamique, marqué par une forte influence byzantine (mosaïque à fond d'or, plan centré qui rappelle celui du Saint-Sépulcre), mais comportant déjà des éléments purement islamiques, comme la grande frise d'inscription. Les châteaux du désert de Palestine nous offrent quant à eux de nombreux renseignements sur l'architecture civile et militaire.

Outre l'architecture, les artisans travaillent une céramique encore primitive, non glaçurée, et le métal. Il reste très délicat de différencier ces objets de ceux de la période pré-islamique.

Article détaillé : Art omeyyade.

Période historique : Califat des Omeyyades de Damas.

Monuments et œuvres majeurs : Dôme du Rocher.




L'art abbasside



Coupe à la rosace,
VIIIeIXe siècles, Iran

Alors qu'on en connaît beaucoup plus sur l'architecture omeyyade que sur les œuvres réalisées sous la première dynastie, les objets abbassides restent bien plus étudiés que les réalisations architecturales de cette période. Avec le déplacement des centres de pouvoir vers l'est, deux villes qui servent successivement de capitales entrent sur le devant de la scène : Bagdad et Samarra, en Irak. Si la ville de Bagdad n'a pu être fouillée, car elle est actuellement recouverte par des maisons contemporaines, les motifs des stucs de Samarra, bien étudiés, permettent la datation des bâtiments, et se retrouvent dans l'art mobilier depuis l'Égypte jusqu'en Iran, notamment dans le bois.

L'art de la céramique quant à lui connaît deux innovations majeures : l'invention de la faïence et celle du lustre métallique, qui se retrouveront longtemps après la disparition de la dynastie.

Article détaillé : Art abbasside.

Période: Califat des Abbassides.


  1   2   3   4   5   6

similaire:

Leçon n°24: Histoire de l’art islamique icon"Un jardin historique est une composition architecturale et végétale...

Leçon n°24: Histoire de l’art islamique iconMusée d’Art et d’Histoire – Rue du Palais Tous les jours sauf mardi de 14h30 à 18h30
«Autour de la nature morte» -musée de la crèche et Musée d'Art et d'Histoire – tous les jours sauf le mardi de 14h30 à 18h30

Leçon n°24: Histoire de l’art islamique iconMusée d’Art et d’Histoire – Rue du Palais Tous les jours sauf mardi de 14h30 à 18h30
«Autour de la nature morte» -musée de la crèche et Musée d'Art et d'Histoire – tous les jours sauf le mardi de 14h30 à 18h30

Leçon n°24: Histoire de l’art islamique icon1 minute au musée Thèmes Arts, arts plastiques, Histoire d’art
«1 minute au musée – L’art moderne et contemporain», que cette fiche aborde plus particulièrement

Leçon n°24: Histoire de l’art islamique iconProgrammation d’Histoire de l’Art

Leçon n°24: Histoire de l’art islamique iconHistoire de l’Art L1S1

Leçon n°24: Histoire de l’art islamique iconArts visuels et Histoire de l’art

Leçon n°24: Histoire de l’art islamique iconLicence histoire de l’art et archéologie

Leçon n°24: Histoire de l’art islamique iconActivites de l’association art et histoire

Leçon n°24: Histoire de l’art islamique iconVersailles 3 Dictées flash & Histoire de l’art








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com