Sommaire introduction p. 3 Diagnostic p. 5








télécharger 81.36 Kb.
titreSommaire introduction p. 3 Diagnostic p. 5
date de publication31.01.2018
taille81.36 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > histoire > Documentos
« Lorsqu’on rêve tout seul, ce n’est qu’un rêve, alors que lorsqu’on rêve à
plusieurs, c’est le début de la réalité. L’utopie partagée, c’est le ressort de
l’Histoire ».

Elder CAMARA























SOMMAIRE



Introduction p.3



            1. Diagnostic p.5



            1. Les acteurs du projet p.6



            1. Le projet P.7




    1. La philosophie p.7




    1. Les objectifs : p.8

- artistiques p.8

      • pédagogiques p.8

      • humain et collectif p.9

      • historiques p.9

      • de développement durable p.9




  1. Plan d’action et échéancier p.10




  1. Les moyens financiers p.11




  1. L’évaluation du projet p.11


Conclusion p.12


Sources p.13





Introduction



« Il était une fois…

Il était une fois un Tilleul dans une cour d’école, qui depuis des dizaines d’années accomplissait ses devoirs quotidiens,

Sans préoccuper personne, il voguait au fil des saisons en changeant juste sa robe,

il trônait tel Aragon car il savait au fond que sa PLACE était immuable, indétrônable, incontestable…

C’est ce qui faisait sa force, à cet ARBRE, …

Mais les hommes en ont décidé autrement… il fallait l’agrandir cette école, il fallait la rénover ,car on y apprenait tellement bien que de plus en plus d’enfants venaient à sa porte frapper.

Mais pour cela il fallait que l’ARBRE soit sacrifié.

Sans que rien ne fût prémédité, un vent d’émotions s’est soulevé,

Sous son ombrage, ses fleurs ont été récoltées et on a beaucoup causé,

Un seul mot d’ordre est arrivé… Il fallait le SAUVER !
Et c’est ce que nous allons vous conter… »
Le projet d’agrandissement et de rénovation de l’école communale de Tiffauges, en gestation depuis de nombreuses années, a vu son premier coup de pelleteuse en novembre 2009. A cette époque et d’après le plan de l’architecte, nous savions déjà que le Tilleul serait abattu.
Alors, un groupe de parents créa spontanément une commission afin de réfléchir au devenir de l’Arbre de l’école.
Il fut imaginé que ce tronc pourrait devenir
une Œuvre d’Art : Une Sculpture
qui reprendrait sa place dans l’école.





Ce document est l’aboutissement d’une réflexion collective .
En effet, ce travail débute par un diagnostic qui vient planter le décor, puis présente la diversité des acteurs pour aboutir à une philosophie et des valeurs porteuses de sens.
Ensuite, le projet entre dans la phase opérationnelle par la définition d’objectifs venant servir des perspectives multiples à l’attention des enfants et de l’ensemble de la collectivité. Nous avons fait le choix dans ce projet d’ouvrir une première tranche de travaux par la réalisation de la sculpture de l’Arbre et d’un atelier autour de l’œuvre d’art, mais l’invitation est lancée pour d’autres projets …
Enfin, un plan d’action et un échéancier aident à visualiser la mise en œuvre concrète dont l’accomplissement nécessite des moyens financiers, techniques et humains. Des évaluations régulières permettront de vérifier l’avancée, la faisabilité et la pertinence du projet par des réajustements.

  1. Diagnostic



Tranche de Vie…
Après autorisation de la municipalité de Tiffauges (propriétaire de l’arbre) pour récupérer le tronc et un accord de principe sur le projet à venir, l’Arbre a été abattu le 15 juillet 2010. Sous l’œil averti d’une maman, les employés municipaux et de nombreux badauds, sont venus dire un dernier au revoir au Tilleul… Il a été ensuite transporté dans sa nouvelle demeure, sur le terrain d’une famille de l’école Jacques-Yves Cousteau.
Après quelques inquiétudes, dissipées grâce aux conseils aiguisés de deux professionnels locaux, quant à sa conservation, au temps de séchage et la nécessité ou non de l’écorçage…l’Arbre attend tranquillement d’être réhabilité.
La commission, porteuse du projet, est constituée de :


  • L’Amicale Laïque : ouverture de la commission à d’anciens et de nouveaux adhérents : Monique Giraudet, Benoît Grimaud, Christelle Rotureau, Corinne Soullard, Nadja Briard, Chrystèle Tropée et Magali Josse.

  • Des professionnels locaux et Téphaliens : Philippe Delatour, ébéniste – marqueteur ; Jean-Bernard Jouteau, sculpteur sur bois.



Depuis le début du projet, 8 réunions ont eu lieu : 9 novembre 2010, 14 décembre 2010, 20 janvier 2011, 8 mai 2011 , 23 juin 2011, 11 juillet 2011, 12 septembre 2011 et 14 novembre 2011.



ATOUTS

CONTRAINTES

  • Commission porteuse du projet




  • Sculpteurs locaux investis




  • Projet multidimensionnel :

- artistique,

- pédagogique,

- humain et collectif

- historique,

-de développement durable


  • Les normes de sécurité liées au positionnement de l’Arbre à l’intérieur de l’école,

  • Le besoin de financement,

  • L’échéance : est-ce réalisable pour l’inauguration de l’école ?

  • Trouver un lieu pour sculpter l’arbre debout

  • Les transports intermédiaires

  • La manutention et la mise en place finale.



II-Les acteurs du projet



1- La municipalité de Tiffauges :

  • depuis la loi Ferry de 1881, l’école primaire est communale. La municipalité a donc la compétence de la construction, de l’entretien et de l’équipement des établissements scolaires publics.


2- L’Amicale Laïque :


  • l’association des parents d’élèves et anciens élèves à l’initiative du projet


3- Les instituteurs de l’école J-Y Cousteau :

  • les « habitants » de l’école publique partenaires pédagogiques du projet


4- Les parents d’élèves d’hier et d’aujourd’hui :


  • les partenaires actifs du projet


5- Les élèves et anciens élèves


  • la raison du projet


6- Les intervenants extérieurs :


  • les sculpteurs et artistes locaux qui vont œuvrer et redonner vie au tilleul


7- Les financeurs :

  • La municipalité

  • Le Conseil Général

  • La Communauté de Communes

  • La Direction Régionale des Affaires Culturelles

  • L’Amicale Laïque

  • Autres (mécènes, ….)


Tous ces acteurs vont être consultés en fonction de l’avancée du projet.


III- PROJET

1-La Philosophie du projet
Pourquoi parler de philosophie ?

Sans doute parce que la décision d’abattre l’ARBRE a suscité beaucoup d’émotions et de discussions porteuses certainement, consciemment ou pas, « d’un questionnement et d’une réflexion sur le monde et l'existence humaine »1.
C’est pourquoi, nous pouvons penser que cette mobilisation collective n’est pas le fruit du hasard. Elle est étayée par une philosophie, des valeurs propres à l’histoire de cette école. Elle s’articule autour des notions de partage, de solidarité, de lien social, d’engagement dans le but « de s’approprier une histoire commune afin d’y tracer des lignes de sens »2.
Cet événement est sans doute venu réveiller la question de la nécessité de transmettre l’histoire qui aide chacun à se construire afin de mieux comprendre le monde dans lequel il vit. Comme le précisent Marie-Jo Coulon et Jean-Louis Legrand, « la métaphore écologique de l’arbre et de ses racines fait figure d’image forte quant à l’éducation : celle d’une vie toute entière vouée à la recherche de ses racines »3.
L’ARBRE est devenu, alors

le symbole de l’Histoire de cette école

que l’on peut décliner ainsi :


  • Le Témoin de l’histoire qui veille sur les enfants de l’école publique depuis 1883. Il est également le témoin de l’Histoire « vue » de sa place. Il est important qu’il garde ce rôle, il en est le gardien.




  • L’Arbre à Palabres, un rassembleur :


« Définition : l’arbre à palabres est un lieu traditionnel de rassemblement, à l'ombre duquel on s'exprime sur la vie en société, les problèmes du village, la politique. C'est aussi un lieu où les enfants viennent écouter conter des histoires par un ancien du village. »4

Nous voyons là l’opportunité pour les élèves, les parents ou quiconque passant à l’école de se poser un instant sous cet ARBRE, invitation à parler de la vie, lien entre les générations…


  • Le Confident nourri de mots, de secrets. Une cavité proposera la possibilité à chacun de « confier » des secrets à l’ARBRE permettant de laisser une empreinte, une trace…


Immuable, symbole du passé, du présent et de l’avenir,

Cet ARBRE peut et doit reprendre sa place


2-Les objectifs





    • artistiques :


Le Tilleul sera sculpté par un professionnel, il sera une œuvre d’Art… afin de conserver son caractère immuable, sa beauté, son origine d’Arbre , afin aussi de l’élever dans ce passage du vivant à une autre sphère , dans une dimension noble.

“Il doit, par sa beauté plastique satisfaire l’œil et l’esprit intellectuellement et émotionnellement.” Philippe De Latour

Aussi, nous a t-il semblé nécessaire de créer un événement spectacle autour de la naissance de l’œuvre:


  • la sculpture sous l’œil du public

  • l’appel à des artistes locaux (peintres, photographes)pour immortaliser l’instant

  • l’animation par des groupes de musique

  • l’exposition des dessins des enfants de l’école (départ de l’inspiration pour les artistes)



    • pédagogiques :




  • apprendre à se situer dans le temps : l’Arbre est vivant, il évolue au fil des saisons.

  • apprendre à se situer dans son environnement.


Cette dimension pourra s’étoffer et s’écrire en lien avec les enseignants.
Parallèlement, des projets plastiques, sous forme d’ateliers, seront mis en place afin de réaliser un travail de mémoire AUTOUR de l’ARBRE :


  • dessins des enfants source d’inspiration du sculpteur (créativité, imagination)

  • écorçage (toucher, éprouver, sentir la matière),

  • peinture,

  • Indiennage (impression au tanin de feuillage sur tissu, Nantes est devenu au 18ème siècle la capitale de l’indiennage)

  • écriture, pâte à papier, calligraphie…



    • humains et collectifs :


Ce projet appartient à l’ensemble des acteurs. Leur engagement, leur implication, leur participation sont nécessaires afin d’accompagner ce passage, cette transmission afin que ce projet fasse sens pour chacun et s’inscrive dans l’histoire de cette école. Le positionnement de l’ARBRE, par exemple, dans le hall d’accueil, visible par tous serait une invitation à l’ouverture sur l’autre.
Parce qu’il est créateur de lien social, de travail de mémoire et d’apprentissage, ce projet pourra s’inscrire dans la durée.


    • historiques :


Ce projet se veut fédérateur et favorise le lien entre les différentes générations (Enfants, enseignants, parents d’hier et d’aujourd’hui, municipalité, artistes locaux, …).
La municipalité a fait le choix dans l’agrandissement de l’école de conserver « l’ancien rénové » et le « neuf » dans la construction. Ce lien avec le passé doit permettre la continuité de l’écriture de l’histoire d’aujourd’hui et de demain. Ce propos est illustré par Marie-Jo COULON et Jean-Louis LEGRAND dans le cadre d’un interview « Vous pencher sur le passé de votre village, c’est préparer l’avenir ; car ne pas avoir de mémoire, c’est se priver de cet avenir ».5

- développement durable :


Définition : Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. Rapport Brundtland, 1987

  1. Le développement est un processus conduisant à l'amélioration du bien-être des humains. L'activité économique et le bien-être matériel demeurent essentiels mais la santé, l'éducation, la préservation de l'environnement, l'intégrité culturelle par exemple le sont tout autant.6

  2. L'adjectif durable insiste sur la notion de temps c'est-à-dire pour une amélioration sur le long terme du bien-être de tous.7

Ce projet s’inscrit dans cette dimension à plusieurs niveaux :

  • Recyclage de l’Arbre

  • Sensibilisation environnementale : les divers ateliers proposés aux enfants font appel à des techniques anciennes et à des matériaux naturels et locaux

  • Sensibilisation au vivant : travail autour de l’arbre , sorties nature,…

  • Projet créateur de lien social et de rencontres intergénérationnelles favorisant l’inscription de l’individu dans son histoire personnelle et collective.

3-Le plan d’action et échéancier


Actions

Acteurs

Echéance

Abattage et transport du Tilleul

Municipalité

Juillet 2010

Stockage et conservation du tronc sur palettes et recouvert d’une bâche pour éviter le pourrissement sur conseil de professionnels

Amicale Laïque

Professionnels

Juillet 2010

Travail d’élaboration et d’écriture du projet

Amicale Laïque

Juillet 2011

Avis commission de sécurité pour implantation de l’arbre dans le hall d’accueil

Municipalité

Automne 2011

Intervention à l’école pour présentation du projet et de la sculpture


J.B Jouteau

Automne 2011

Conception du projet de sculpture par les enfants de l’école (dessin)

J.B Jouteau

Automne 2011

Trouver un endroit au sec pour l’Arbre (écorçage + sculpture)

Municipalité

Automne 2011

Ecorçage par les enfants de l’école

Enseignants + Amicale Laïque

Mars 2012

Evènementiel culturel :Sculpture de l’Arbre, musique, peintres, photographes.

J.B. Jouteau+ Amicale Laïque+ divers artistes

Avril 2012

Atelier impression + sortie nature

Ph. De Latour + enseignants

Mai 2012

Inauguration de l’œuvre d’Art et du projet entourant l’ARBRE

Municipalité

?

Communication presse à chaque étape du projet :

-Ouest France

-Télé Vendée

-Journal Conseil Général

-Télé Nantes

-France Inter

- Autres

Amicale laïque

De Septembre 2011 à L’inauguration

Evaluation

Amicale Laïque

Enseignants

Municipalité

Intervenants

De juillet 2011 à juin 2012



4-Moyens Financiers

Budget prévisionnel :


CHARGES

PRODUITS

Amicale Laïque 10% soit 590 €
Municipalité de Tiffauges 30,5% soit 1800€
Conseil Général 29,75% soit 1755€
Autres (Fondations de France, Mécènes)

29,75% soit 1755€


5 900 €

- Intervention sculpteur 



1 200 €

- Intervention divers ateliers pédagogiques (indiennage, calligraphie, sortie nature…)

1 200 €


- Evènementiel (groupes de musique, location salle, communication, sonorisation, …)

2 500 €

- Manutentions, transport et mise en place finale, communications

1 000 €

TOTAL

5 900 €

5-Evaluation du projet


  • réunion de la commission

  • réunion avec les enseignants

  • réunion avec la municipalité


Conclusion



L’écriture de ce projet s’achève… mais il n’est qu’une escale vers un ailleurs … Ce long travail fait de rencontres, de réflexions, d’échanges et de débats a été une vraie source d’enrichissements humains et culturels. Il est venu nous rappeler avec force, l’élan produit par nos sensibilités respectives et les valeurs que nous tissons chaque jour. En même temps, il nous a rappelé à la réalité et la nécessité d’une rigueur afin que le projet aboutisse concrètement.

La disparition annoncée du Tilleul a été le déclencheur d’une mobilisation collective, reflet d’un attachement et d’une volonté de transmettre l’Histoire de l’école J.Y. Cousteau. De manière plus élargie, la conviction que la transmission de l’histoire aide chacun à trouver sa place, à se construire et à s’inscrire dans une histoire collective porteuse de sens.

Le projet de réhabilitation du Tilleul par l’intervention d’un sculpteur pour qu’il devienne une œuvre d’art ainsi que les ateliers autour de l’ARBRE ont pour ambition « de dessiner des lignes de sens, produire des traces, frayer des chemins »8.

C’est pourquoi, la mise en œuvre et la réussite de ce projet nécessitent la contribution de tous les acteurs à différents niveaux (humains, matériels, financiers, techniques,…).



Le Tilleul devient le symbole de l’Histoire de cette école…

Il peut et doit reprendre sa place.



Ce projet est à l’adresse des enfants de l’école communale (adultes de demain), dont il prend son essence. Il appartient également de manière plus élargie à une communauté, à la cité, représentée par les enseignants, les parents, l’équipe municipale, les citoyens,…






« Un poète doit laisser des traces de son passage non des preuves.

Seules les traces font rêver » René Char

Sources et inspirations





http://www.arboriginal.fr/html/sculptures.html
http://www.remycadier.fr/albumphoto/page1.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Tilia


2 Sous la direction de Marie-Jo COULON et Jean-Louis LEGRAND- « Histoire de vie collective et éducation populaire » Edition l’Harmattan-2000


3 Sous la direction de Marie-Jo COULON et Jean-Louis LEGRAND- « Histoire de vie collective et éducation populaire » Edition l’Harmattan-2000


5 Sous la direction de Marie-Jo COULON et Jean-Louis LEGRAND- « Histoire de vie collective et éducation populaire » Edition l’Harmattan-2000


8 Sous la direction de Marie-Jo COULON et Jean-Louis LEGRAND- « Histoire de vie collective et éducation populaire » Edition l’Harmattan-2000

Document imprimé sur papier recyclé

Version du 10 nov 2011




similaire:

Sommaire introduction p. 3 Diagnostic p. 5 iconSommaire
«chou fleur» en superficie, ressemblant à un revêtement malpighien très épaissi et hyperkératosique, sans anomalie cytonucléaire...

Sommaire introduction p. 3 Diagnostic p. 5 iconSommaire Introduction

Sommaire introduction p. 3 Diagnostic p. 5 iconN° 221 Algodystrophie Nécrose idiopathique. Diagnostiquer une algodystrophie. I introduction
«fibreux», traduisant la réparation incomplète, grossière et définitive de la perte calcique. Cet aspect peut permettre un diagnostic...

Sommaire introduction p. 3 Diagnostic p. 5 iconCours 1 : Principes du diagnostic anatomo-pathologique des tumeurs
«je vois une tuméfaction» car cela n’est pas forcément grave, dans ce cas on fait une biopsie pour faire le diagnostic

Sommaire introduction p. 3 Diagnostic p. 5 iconSommaire Introduction
«En ligne», «Absent(e)» ou «Occupé(e)». La présence, plus que tout autre facteur, a fait de la messagerie instantanée une application...

Sommaire introduction p. 3 Diagnostic p. 5 iconSommaire Remerciements Introduction
Quand je suis arrivé, et partout où je suis allé, les gens me demandaient: "m’ont dit : “Quel plaisir de vous voir, Ragne ! Comment...

Sommaire introduction p. 3 Diagnostic p. 5 iconIntroduction générale Introduction aux ordinateurs

Sommaire introduction p. 3 Diagnostic p. 5 iconTD/tp 1 Introduction au sdk d’Android 1 Introduction
«*. univ-lr fr» pour éviter d’utiliser le proxy pour les adresses internes à l’ulr

Sommaire introduction p. 3 Diagnostic p. 5 iconExamen de diagnostic : radiologique

Sommaire introduction p. 3 Diagnostic p. 5 iconI. DÉcentralisation : du diagnostic à l’action 9








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com