La franc-maçonnerie mondiale








télécharger 0.52 Mb.
titreLa franc-maçonnerie mondiale
page1/14
date de publication06.11.2016
taille0.52 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > histoire > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   14
LA FRANC-MAÇONNERIE MONDIALE
HARUN YAHYA

TABLE DE MATIERES

INTRODUCTION
I. DES TEMPLIERS À L'EGYPTE ANTIQUE
II. L'HISTOIRE CACHÉE DE LA KABBALE
III. L'HUMANISME REVISITÉ
IV. LE MATÉRIALISME REVISITÉ
V. LA THÉORIE DE L'ÉVOLUTION REVISITÉE
VI. LA GUERRE MAÇONNIQUE CONTRE LA RELIGION
CONCLUSION
NOTES
INTRODUCTION

Depuis des siècles, la franc-maçonnerie a toujours été au centre de longs débats. Certains ont accusé la maçonnerie des pires crimes et méfaits. Au lieu d'essayer de comprendre "la fratrie" et de la critiquer de façon objective, les critiques ont été indûment hostiles à cette organisation. Pour leur part, les maçons ont approfondi leur réticence traditionnelle face à ces accusations, préférant se présenter comme étant un club social ordinaire, ce qui ne le sont pas bien évidement.

Ce livre propose une présentation correcte de la maçonnerie en tant qu’une école de réflexion. Le lien unificateur le plus important entre les maçons est leur philosophie ; et les meilleurs termes pour la décrire se concrétisent dans les concepts de "matérialisme" et "humanisme laïque". Mais, cette philosophie est errante et elle est basée sur de fausses suppositions et des théories imparfaites. Il s’agit du point de départ à partir duquel la maçonnerie doit être critiquée.

Il est nécessaire d’indiquer dès le départ qu’une telle critique est essentielle non seulement pour expliquer aux non maçons le sujet, mais également pour inviter les maçons eux-mêmes à voir la vérité. Bien entendu, les maçons, comme toutes les autre personnes, sont libres de choisir par eux-mêmes et peuvent adopter n'importe quelle position et vivre en accord avec celle-ci. C'est leur droit naturel. Mais, d’autres personnes ont aussi le droit de révéler leurs erreurs et de les critiquer ; et c’est précisément l’objectif de ce livre.

Nous appliquons également la même approche dans nos critiques envers d’autres communautés, comme les juifs par exemple. Ce livre, traite aussi, en partie, de l’histoire du Judaïsme et apporte certaines critiques essentielles. Nous tenons à indiquer que celles-ci n’ont rien à voir avec l’antisémitisme ou d’autres théories qui peuvent entrer dans le cadre d’une conspiration "judéo maçonnique". D’ailleurs, l’antisémitisme est étranger à un vrai musulman. Les juifs sont un peuple qui a été, à un moment, élu par Allah et à qui Il a envoyé de nombreux prophètes. Tout au long de l’histoire, ils ont fait l’objet de nombreuses cruautés, même d’un génocide, mais ils n’ont jamais renoncé à leur identité. Dans le Coran, Allah les appelle, ainsi que les chrétiens, les Gens du Livre, et ordonne aux musulmans de les traiter avec bienveillance et équité. Mais, un élément primordial de cette justice consiste à critiquer les croyances et pratiques dévoyées de certains d’entre eux afin de leur montrer le véritable droit chemin. Mais, bien évidemment, leur droit à vivre selon leur croyance et leur désir est incontestable.

La franc-maçonnerie mondiale part de ce principe et enquête de manière critique sur les racines de la maçonnerie, ainsi que ses objectifs et ses activités. Dans ce livre, le lecteur trouvera également un résumé de l’histoire du combat des maçons contre les religions théistes. Les francs-maçons ont joué un rôle important dans le processus d'aliénation de l'Europe par rapport à la religion chrétienne et dans son rapprochement par rapport à un nouvel ordre basé sur les philosophies du matérialisme et de l'humanisme laïc. Nous allons voir également quel a été le rôle de la maçonnerie dans l'imposition de ces dogmes dans les civilisations non occidentales. Pour conclure, nous aborderons les méthodes utilisées par la maçonnerie pour aider à établir et perpétuer un ordre social reposant sur ces dogmes. Leur philosophie et les méthodes qu’ils utilisent pour établir cette philosophie seront dévoilées et critiquées.

Nous espérons que les faits importants exposés dans ce livre serviront à de nombreuses personnes, y compris les maçons, pour être davantage conscients du monde qui les entoure.

Après la lecture de ce livre, le lecteur sera en mesure de considérer beaucoup de sujets, des courants philosophiques aux titres de journaux, des chansons rock aux idéologies politiques, avec une compréhension approfondie et de mieux discerner le sens et les buts derrière des événements et des facteurs.
-I-

DES TEMPLIERS A L'EGYPTE

ANTIQUE LES CROISES

L’idée commune pour la plupart des historiens est que les origines de la franc-maçonnerie remonteraient au temps des croisades. En réalité, bien que la maçonnerie n’ait été établie et reconnue officiellement en Angleterre qu’au début du 18ème siècle, les racines de cette organisation remontent aux croisades au 12ème siècle. On trouve au cœur de cette chronique bien connue l’ordre des croisés, les Chevaliers du Temple ou les templiers.

Six ans avant cet ouvrage, notre livre, intitulé Le Nouvel ordre maçonnique, a examiné en détail l’histoire des templiers. Pour cette raison, nous n’en ferons ici qu’un simple résumé. Car, à mesure que nous analyserons les racines de la maçonnerie et l’influence qu’elle a eue sur le monde, nous découvrirons le sens de la "franc-maçonnerie mondiale".

Peu importe l’insistance de certains à dire que les croisades étaient bel et bien des expéditions militaires entreprises au nom de la foi chrétienne ; fondamentalement, elles étaient motivées par l’obtention de richesses matérielles. A une époque où l’Europe connaissait une pauvreté et une misère extrêmes, la prospérité et la richesse de l'Orient, particulièrement du monde musulman au Moyen Orient, attira les européens. Ce penchant revêtit un aspect religieux et s’orna des symboles du Christianisme, bien, qu’en réalité, les croisades trouvaient leur origine dans l’appât du gain. Telle fut la raison du revirement brusque des valeurs ancestrales de paix des chrétiens d’Europe, au début de leur histoire, vers l’agression militaire.

Le fondateur des croisades a été le Pape Urbain II. Il convoqua le Concile de Clermont en 1095, au cours duquel l’ancienne doctrine pacifiste des chrétiens fut abandonnée. Un appel à la guerre sainte fut lancé dans le but d’arracher les terres saintes des mains des musulmans. Suivant le concile, une armée gigantesque fut formée, composée à la fois de soldats de carrière et de dizaines de milliers de conscrits.

Les historiens pensent que le projet d'Urbain II était poussé par son désir de contrecarrer la candidature d’un rival à la papauté. En outre, alors que les rois, les princes, les aristocrates européens et d’autres accueillirent l’appel du Pape avec enthousiasme, leurs intentions étaient prosaïques. Comme l’indique Donald Queller de l’Université d’Illinois, "les chevaliers français étaient en quête de terres. Les marchands italiens espéraient étendre leur commerce aux ports du Moyen-Orient... Un grand nombre de pauvres rejoignirent les expéditions seulement pour échapper aux difficultés de leurs vies."1 En chemin, cette masse cupide massacra de nombreux musulmans, et même des juifs, dans l’espoir de trouver de l’or et des joyaux. Les croisés ouvraient même le ventre de leurs victimes pour y trouver l’or et les pierres précieuses que celles-ci auraient pu avaler avant de mourir. La cupidité des croisés était si grande qu’ils n’eurent aucun scrupule à mettre à sac la ville chrétienne de Constantinople (Istanbul) pendant la Quatrième Croisade, où ils arrachèrent même les feuilles d’or des fresques chrétiennes de la basilique Sainte Sophie.

Au bout d’un long et difficile périple, et le pillage et massacre de nombreux musulmans, ce groupe bariolé, appelé les croisés, arriva à Jérusalem en 1099. Lorsque la ville tomba après un siège de presque cinq semaines, les Croisés s’y installèrent. Ils atteignirent un niveau de sauvagerie rarement égalé dans le monde. Tous les musulmans et les juifs dans la ville passèrent au fil de l’épée. D’après les mots d’un historien : "Ils tuèrent tous les sarrasins et les turcs qu’ils trouvèrent... homme ou femme."2 Un des croisés, Raymond d’Agiles, se vanta de cette violence :

(...) On put voir dès lors des choses admirables. Parmi les sarrasins, les uns étaient frappés de mort, ce qui était pour eux le sort le plus doux ; d’autres percés de flèches se voyaient forcés de s’élancer du haut des tours ; d’autres encore, après avoir longuement souffert, étaient livrés aux flammes et consumés par elles. On voyait dans les rues et sur les places de la ville des monceaux de têtes, de mains et de pieds. Les hommes de pied et les chevaliers ne marchaient de tous les côtés qu’à travers les cadavres. Mais tout cela n’était encore que peu de chose, si nous en venons au temple de Salomon, où les sarrasins avaient coutume de célébrer les solennités de leur culte… Il suffit de dire que dans le temple et dans le portique de Salomon, ils marchaient à cheval dans le sang jusqu’aux genoux des cavaliers et jusqu’à la bride du cheval.3

En deux jours, les croisés tuèrent quelques 40.000 musulmans de la plus effroyable manière.4 Ils proclamèrent ensuite Jérusalem leur capitale et établirent un royaume latin s’étendant des frontières de la Palestine à Antioche.

Plus tard, les croisés partirent en guerre pour maintenir leur position au Moyen Orient. Afin de maintenir l’état qu’ils avaient fondé, il était nécessaire de l’organiser. Dans ce but, ils créèrent des ordres militaires, qui n’avaient jamais existé auparavant. Les membres de ces ordres venaient d’Europe jusqu’en Palestine et vivaient dans une sorte de monastère où ils recevaient un entraînement militaire afin de combattre les musulmans.

Un de ces ordres, en particulier, était différent des autres. Il subit une transformation qui influencera le cours de l’histoire. C’était l’Ordre du Temple et ses membres étaient appelés les templiers.
LES TEMPLIERS

Les templiers ou, sous leur nom complet, les Pauvres Chevaliers du Christ et du Temple de Salomon, furent fondés en 1119, c’est-à-dire 20 ans après la prise de Jérusalem par les croisés. Les fondateurs de l’ordre étaient deux chevaliers français, Hugues de Payns et Geoffroy de Saint-Omer. Au départ, l’ordre comptait 9 membres, mais s’agrandissait régulièrement. Leur nom fait référence au Temple de Salomon, car ils choisirent pour base la montagne du temple où se trouvaient les ruines de ce dernier. Sur ce même emplacement se trouvait le Dôme du Rocher (Qubbat as-Sakhrah).

Les templiers se nommèrent "pauvres chevaliers", mais en peu de temps, ils devinrent très riches. Les pèlerins chrétiens, venus d’Europe jusqu’en Palestine, étaient entièrement sous le joug de cet ordre, et c’est grâce à leur argent qu’ils s’enrichirent. De plus, ils établirent pour la première fois un système de chèques et de crédit, semblable à celui d’une banque. D’après les auteurs britanniques, Michael Baigent et Richard Leigh, ils établirent une sorte de capitalisme moyenâgeux, et pavèrent le chemin pour le système banquier moderne avec leurs transactions à intérêt.5

Les templiers furent les principaux responsables des attaques des croisés et du meurtre des musulmans. C’est pourquoi, le commandeur suprême musulman Saladin, qui vainquit l’armée des croisés en 1187, à la bataille de Hattin, et qui plus tard délivra Jérusalem, exécuta les templiers pour les meurtres qu’ils avaient commis, alors même qu’il avait pardonné un grand nombre de chrétiens. Malgré la perte de Jérusalem et les nombreux morts et blessés déplorés, les templiers existaient toujours. De plus, malgré la diminution progressive de la présence chrétienne en Palestine, leur puissance en Europe se renforçait, et en commençant par la France, puis dans d’autres pays, ils devinrent un état dans l’état.

Il va sans dire que leur puissance politique inquiétait les monarques européens. Mais un autre aspect des templiers mettait également mal à l’aise le clergé : l’ordre s’était progressivement éloigné de la foi chrétienne, et lors de son séjour à Jérusalem, avait adopté des doctrines mystiques étranges. Des rumeurs racontaient qu’ils organisaient d’étranges rites pour donner forme à ces doctrines.

Ainsi, en 1307, le Roi de France, Philippe Le Bel, décida de faire arrêter tous les membres de l’ordre. Certains réussirent à s’échapper, mais la plupart d’entre eux furent arrêtés. Le pape Clément V se joignit également à cette purge. S’ensuit une longue période d’interrogatoires et de procès, au cours desquels de nombreux templiers reconnurent avoir nourri des croyances hérétiques, rejeté la foi chrétienne et insulté Jésus dans leurs messes. Enfin, les responsables des templiers, appelés "grands maîtres", à commencer par le plus important d’entre eux, Jacques de Molay, maître du Temple élu en 1293, furent exécutés en 1314 par ordre de l’Eglise et du Roi. La majorité d’entre eux furent emprisonnés, et l’ordre dispersé et officiellement dissous.

Certains historiens ont tendance à présenter le procès des templiers comme un complot ourdi par le Roi de France et à considérer les chevaliers innocents des accusations portées. Mais, cette interprétation échoue bien sous plusieurs aspects. Nesta H. Webster, la célèbre historienne britannique aux connaissances approfondies sur l’histoire occulte, analyse ces aspects dans son livre, Secret Societies and Subversive Movements. D’après elle, la tendance à absoudre les templiers des hérésies qu’ils confessèrent pendant les procès est injustifiée. Premièrement, au cours des interrogatoires, malgré les allégations habituelles, tous les templiers ne furent pas torturés.

En outre, les confessions des chevaliers semblent-elles être le fruit de la pure imagination des hommes sous la torture ? Il est assurément difficile de croire que les comptes-rendus détaillés de la cérémonie d’initiation faits par des hommes répartis dans différents pays, tous semblables les uns aux autres, mais formulés différemment, soient de pures inventions. Si les victimes avaient été forcées d’inventer, elles se seraient sûrement contredites entre elles, auraient hurlé dans leur agonie que toutes sortes de rites extravagants et invraisemblables avaient lieu dans le seul but de satisfaire les demandes de leurs interlocuteurs. Mais tel ne fut pas le cas, chacune d’entre elles semblent décrire la même cérémonie plus ou moins intégralement, avec des caractéristiques propres à la personnalité du narrateur, et dans l’ensemble, toutes les histoires concordent.6

Quoi qu’il en soit, le procès des templiers se solda par la fin de l’ordre. Mais, bien que l’ordre cessât "officiellement" d’exister, il ne disparut pas réellement. Au cours des arrestations soudaines de 1307, certains templiers s’échappèrent en réussissant à brouiller les pistes. D’après une thèse s’appuyant sur différents documents historiques, un nombre important de templiers se réfugia dans le seul royaume européen qui ne reconnaissait pas l’autorité de l’Eglise catholique au 14ème siècle, l’Ecosse. Ils s’y réorganisèrent sous la protection du Roi d’Ecosse, Robert 1er Bruce. Quelques temps plus tard, ils découvrirent un moyen pratique de camouflage grâce auquel ils poursuivirent leur existence clandestine : ils infiltrèrent la plus importante guilde des Îles Britanniques médiévales : la loge des maçons, pour finir par en prendre le contrôle.7

La loge des maçons changea de nom au début de l’ère moderne, et se nomma "Loge maçonnique". Le Rite écossais est la plus ancienne branche maçonnique et remonte au début du 14ème siècle, aux templiers réfugiés en Ecosse. Les noms donnés aux plus hauts degrés du Rite écossais correspondent aux titres attribués des siècles plus tôt aux chevaliers de l’ordre des templiers. Ils sont toujours utilisés de nos jours.

Bref, les templiers n’ont pas disparu, mais leur philosophie, leurs croyances et leurs rituels perdurent sous la forme de la franc-maçonnerie. Cette thèse est soutenue par une pléthore de preuves historiques, et est admise aujourd’hui par un grand nombre d’historiens occidentaux, qu’ils soient francs-maçons ou non. Dans notre livre, Le Nouvel ordre maçonnique, nous avons examiné en détail ces preuves.

Les magazines publiés par les maçons pour leurs propres membres font souvent allusion à cette thèse qui établit que la maçonnerie remonte aux templiers. Les francs-maçons admettent volontiers cette théorie. Un de ces magazines, intitulé Mimar Sinan (publication des francs-maçons turcs) décrit la relation entre l’Ordre des templiers et la franc-maçonnerie en ces termes :

En 1312, lorsque le Roi de France, sous la pression de l’Eglise, abolit l’Ordre des templiers et donna leurs biens aux Chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem, les activités des templiers ne cessèrent point. La grande majorité des templiers trouva refuge dans les loges de francs-maçons existant en Europe à cette époque. Le chef des templiers, Mabeignac, avec d’autres membres, trouva refuge en Ecosse, déguisé en maçon sous le nom de Mac Benach. Le Roi d’Ecosse, Robert 1er Bruce, les accueillit et les laissa jouer une influence importante sur les loges maçonniques en Ecosse. Par conséquent, les loges écossaises acquirent une importance considérable en termes d’art et d’idées.

Aujourd’hui, les francs-maçons prononcent le nom Mac Benach avec considération. Les maçons écossais, qui héritèrent de l’héritage des templiers, le ramenèrent en France des années plus tard et y établirent la base du rite connu sous le nom de Rite écossais.8

A nouveau, Mimar Sinan offre grande quantité d’informations sur la relation entre les templiers et la franc-maçonnerie. Dans un article intitulé, "templiers et francs-maçons", il déclare que "les rituels de la cérémonie d’initiation de l’Ordre des Templiers sont semblables à ceux de la franc-maçonnerie actuelle."9 D’après le même article, comme dans la maçonnerie, les membres de l’Ordre des Templiers s’appelaient mutuellement "frères".10 A la fin de l’article, on peut lire :

L’Ordre des Templiers et l’organisation maçonnique se sont mutuellement influencés à un degré évident. Même les rituels des corporations sont si semblables qu’ils ont été copiés des templiers. A cet égard, les maçons se sont dans une large mesure identifiés aux templiers et on peut dire que ce qui est considéré comme l’ésotérisme (secret) maçonnique originel est en grande partie l’héritage des templiers. Pour résumer, comme nous l’avons dit dans le titre de cet essai, le point de départ de l’ordre de l’art royal et du trait initiatique-ésotérique de la franc-maçonnerie relève des templiers et son point final des francs-maçons.11

Pour conclure, nous estimons qu’il est évident que les racines de la franc-maçonnerie remontent à l’Ordre des Templiers et que les maçons ont adopté la philosophie de cet ordre. Les maçons eux-mêmes le reconnaissent. Mais assurément, ce qui compte le plus pour nous, c’est la nature de cette philosophie. Pourquoi les templiers ont-ils abandonné le Christianisme pour devenir un ordre hérétique ? Qu’est-ce qui les a conduit jusque là ? Pourquoi ont-ils connu un tel changement à Jérusalem ? Par l’entremise de la maçonnerie, quel a été l’effet sur le monde de cette philosophie adoptée par les templiers ?
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   14

similaire:

La franc-maçonnerie mondiale iconLa Franc-maçonnerie présente trois caractéristiques fondamentales

La franc-maçonnerie mondiale iconL’attitude de la franc-maçonnerie envers la religion et la politique

La franc-maçonnerie mondiale iconDéfinition
«ordre initiatique». Organisée en obédiences depuis 1717 à Londres, la franc-maçonnerie dite spéculative (c'est-à-dire philosophique...

La franc-maçonnerie mondiale icon2Qu’est-ce que la franc-maçonnerie aujourd’hui ? 1Définition préliminaire

La franc-maçonnerie mondiale iconDe la franc maconnerie a montpellier
Écrit à son ami Pierre Jacques Astruc, conseiller maître en la cour des comptes, aides et finances de Montpellier

La franc-maçonnerie mondiale iconBibliotheque du chateau de monezargues
«La Touriale» à Marseille (s’il n’a pas été trouvé preneur pour le fond) principalement Franc-maçonnerie, Esotérisme, littérature...

La franc-maçonnerie mondiale iconLa Grande Loge de France à travers son histoire
«secrets de la maçonnerie» qu’ils ne trouvèrent jamais, précisément parce que ce secret n’existe pas, si ce n’est dans le cœur de...

La franc-maçonnerie mondiale iconA la Gloire du Grand Architecte de l’Univers Francs-maçons de Rite Ecossais Ancien et Accepté
«Franc-maçonnerie opérative», utilisant les mêmes symboles et les même rites que le Compagnonnage, alors très florissant

La franc-maçonnerie mondiale iconMaçonnerie d’élévation en brique terre cuite perforée, du type Lambdabloc
«U» pour maçonnerie non-protégée (ou protégée) dans murs, poteaux et cloisons en maçonnerie (selon nbn en 771-1)

La franc-maçonnerie mondiale iconMaçonnerie d’élévation en brique terre cuite perforée, du type Thermobloc de Ploegsteert
«U» pour maçonnerie non-protégée (ou protégée) dans murs, poteaux et cloisons en maçonnerie (selon nbn en 771-1)








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com