Résumé : Dans le Paris du Monde des Ténèbres, Draco Malfoy prend de plus en plus d’importance parmi les jeunes Vampires. Jusqu’au jour où un jeune mortel viendra bouleverser son existence et provoquer le chaos autour de lui








télécharger 251.23 Kb.
titreRésumé : Dans le Paris du Monde des Ténèbres, Draco Malfoy prend de plus en plus d’importance parmi les jeunes Vampires. Jusqu’au jour où un jeune mortel viendra bouleverser son existence et provoquer le chaos autour de lui
page1/7
date de publication02.02.2018
taille251.23 Kb.
typeRésumé
ar.21-bal.com > histoire > Résumé
  1   2   3   4   5   6   7
Paris brûle-t-il ?

o0O0o

Résumé : Dans le Paris du Monde des Ténèbres, Draco Malfoy prend de plus en plus d’importance parmi les jeunes Vampires. Jusqu’au jour où un jeune mortel viendra bouleverser son existence et provoquer le chaos autour de lui.

Rating : R, voire NC-17, pour violence, sexe et immoralité générale.

Pairing : DMHP principalement, mais comme vous le verrez rapidement, la notion de couple dans cette histoire est un peu galvaudée…

Genre : UA, cross-over avec l’univers du Monde des ténèbres.

Disclaimer :J’aurais bien aimé m’appeler JKR et être la femme la plus riche d’Angleterre, malheureusement ce n’est pas le cas. Je suis fauchée, et je ne fais qu’emprunter gratuitement la plupart des personnages. De même, le Monde des Ténèbres et sa gamme de jeux de rôle appartiennent aux éditions White Wolf. Seuls m’appartiennent l’histoire et quelques personnages.

Pour ce chapitre m’appartiennent : Reka Amano, Agathe Malfoy, Sophie et Gabriel. Kamal appartient à Eric.

o0O0o

Prologue :

o0O0o

La jeune femme se redressa brusquement dans son lit. Ses yeux vite habitués à l’obscurité se fixèrent sur le miroir situé sur le mur en face d’elle. Elle grimaça en détaillant ses longs cheveux noirs en désordre et la peau trop pâle de son corps nu qui luisait de sueur.

Elle avait encore fait un cauchemar, un de ceux qui la laissaient presque essoufflée de peur et dont elle ne se souvenait jamais en dehors de quelques bribes. Son regard bleu glacier glissa sur les draps rouges et chiffonnés. Plusieurs tâches sombres les maculaient.

« Et merde », marmonna-t-elle.

La jeune femme jeta un œil sur les chiffres vert fluorescent de son réveil. 17h. Le soleil venait à peine de se coucher, et elle fut soudain heureuse d’être bientôt en hiver. Son regard s’arrêta sur le corps du garçon encore endormi à côté d’elle. Laissant sa main effleurer le dos musclé du jeune homme, ses doigts pincèrent méchamment les fesses exposées sans pudeur à sa vue. La réaction du garçon ne se fit pas attendre et eut la violence qu’elle escomptait. Il tomba du lit dans un brusque sursaut et cligna des yeux, hébété, tentant vainement de faire le point sur la jeune femme qui le fixait d’un air impassible.

« Bordel, Reka », bredouilla le jeune homme, furieux et encore mal réveillé. « Qu’est-ce qui te prend ? »

Reka se leva à son tour, et sans prendre la peine de répondre, entreprit de défaire les draps souillés et de les emmener dans la salle de bain. Le jeune homme poussa un soupir exaspéré.

« Ca ne peut pas attendre, ta lessive ? »

Reka lui répondit simplement, sans se retourner, et avant de claquer la porte de la salle de bain.

« Tu sais très bien que je ne supporte pas de dormir dans des draps sales, Gabriel. »

o0O0o

La douche brûlante fit rapidement partir les rares traces de sang qui tachaient son corps mince et nerveux. Laissant l’eau chaude fouetter son crâne, elle s’efforçait de rassembler les fragments du rêve qui avait une fois de plus agité son sommeil. Et encore une fois, comme trop souvent ces derniers temps, la nuit tombée effaçait les images qui la tourmentaient.

Une fois de plus, la nuit tombait sur une nouvelle lessive à faire.

Lorsque Reka sortit de la salle de bain, Gabriel était de nouveau allongé sur le lit, encore nu, et fumait distraitement une cigarette qu’il avait volée dans le paquet posé sur la table de nuit. Elle s’habilla rapidement et sortit de la pièce sans un regard pour le jeune homme.

Ce soir il y avait une répétition, alors elle devrait se nourrir avant d’arriver au studio. Plus que d’ordinaire, encore que ces derniers temps ça devenait plutôt une habitude. En préparant ses affaires, elle leva les yeux sur Gabriel qui s’était décidé à la suivre dans le grand salon brillamment éclairé. Elle renifla, légèrement méprisante.

« Habille-toi. Tu vas me mettre en retard. »

Le jeune homme eut un sourire penaud et rejeta une mèche de cheveux brun clair qui lui tombait sur l’œil, mais ne fit pas un geste pour attraper son jean qui traînait sur le canapé.

« Tu repasses ici après ? Je pourrais t’attendre… »

« Non. »

« Pourquoi ? »

« Rentre chez toi. »

« On se revoit quand ? »

« Je ne sais pas. Arrête de discuter, je n’ai pas le temps. »

Gabriel s’approcha d’elle et entoura la taille fine de la jeune femme de ses bras. Reka frissonna en respirant l’odeur à peine perceptible du sang qui pulsait à la base de son cou. Elle se retourna pour lui faire face et posa ses lèvres sur la veine bleutée qui palpitait. Le jeune homme frémit de plaisir sous la morsure et ferma les yeux, haletant légèrement. Comme toujours, Reka mit fin au baiser en léchant doucement la marque qu’elle lui avait faite, et Gabriel soupira de frustration, pris de vertige.

« Tu es sûre que tu ne reviens pas tout à l’heure ? »

« Tu es pénible. Pars maintenant, je t’appellerai. »

« T’es chiante. »

Reka se libéra de l’étreinte du garçon, et sans répondre, se dirigea vers son ordinateur pour consulter ses mails. Voyant que la jeune femme ne lui accorderait plus la moindre attention, Gabriel s’habilla, et ramassant rapidement ses affaires, sortit avec hésitation de l’appartement.

Reka ne se retourna pas en entendant la porte claquer. Elle avait l’habitude des départs dépités des hommes qui partageaient son lit. Mais c’était à la fois pour sa propre tranquillité et la leur qu’elle les jetait dehors sans ménagement. Il ne fallait pas qu’ils s’attachent trop.

Elle consulta rapidement ses messages. Sa mère l’invitait pour un vernissage à New York, son père lui demandait encore une fois de venir à la plantation cet été, Severus voulait la voir pour discuter de ses avancées dans ses recherches, et Guido…Guido avait avancé l’heure de la répétition, et elle allait être en retard.

Son étui à guitare sur l’épaule et son grand sac noir à la main, elle quitta rapidement l’appartement trop grand pour elle, avec encore en surimpression dans son esprit l’image des yeux incroyablement verts qui était le seul vestige de son rêve.

o0O0o

Arrivée au studio, elle ne put éviter la furie blonde qui lui sauta dessus comme si elles étaient les meilleures amies du monde.

« Pansy, lâche-moi », grogna Reka, agacée.

« Reka ! Stephan m’a dit que je devais rester avec toi ce soir. » minauda Pansy, vêtue d’une mini-robe en vinyle rose. Reka eut une grimace de dégoût. «Dis, tu viens au U-Ban après ? »

« Voilà pourquoi tu es ici, donc », soupira la brune, se dégageant de l’étreinte à la limite du gluant de sa…camarade. « Dis-moi, qui est arrivé ? »

« Guido est là depuis 20 minutes. Agathe et Draco sont arrivés juste avant toi, et les autres ne sont pas encore… »

« C’est bon. »

Reka poussa la porte du studio de répétition, Pansy toujours accrochée à ses basques et pépiant des futilités sans intérêt. Son visage fermé s’illumina immédiatement en apercevant une jeune femme d’un blond presque blanc en train de discuter avec un jeune homme qui lui ressemblait étonnamment, et un grand type brun à la peau mate. Elle les salua presque chaleureusement.

« Je vois que je ne suis pas la dernière. » sourit-elle.

« Eh bien, si Guido n’avait pas prévenu tout le monde au dernier moment, peut-être aurions-nous pu commencer plus tôt », rétorqua Agathe.

« Je n’ai PAS prévenu au dernier moment », grogna le jeune homme brun. « C’est vous et votre manie de ne pas allumer vos téléphones pendant la journée. »

« Contrairement à toi, Guidarelli », claqua sèchement Draco « nous exerçons cette activité qui se nomme travail, dans la journée, je ne sais pas si tu connais. Oh, Amano-san, ma chère, pourrais-tu me dire si ton ami Kamal passera ce soir ? Je voudrais faire l’acquisition d’une des statuettes que j’ai vues chez lui l’autre soir. Un travail remarquable. »

« Il viendra à la fin de la répétition. Je crois qu’il est sur un tournage en ce moment. Et arrête de m’appeler comme ça, ça m’énerve. », répondit Reka.

Le jeune homme blond s’inclina en une révérence gracieuse, un rictus moqueur jouant sur ses lèvres pâles. Il n’avait jamais vu Reka montrer la moindre émotion un peu violente, aussi la remarque de l’Asiatique le faisait-elle sourire.

La conversation fut interrompue par l’arrivée des autres membres du groupe. Reka haussa un sourcil interrogateur en voyant que sa batteuse était accompagnée d’une jeune femme aux cheveux châtains bouclés qu’elle n’avait jamais vue auparavant.

« Sophie, je t’ai demandé de nous prévenir si jamais tu amenais des visiteurs. » lui rappela-t-elle.

Son ton placide ne comportait pas une once de reproche, mais la petite brune rougit furieusement, avant de répondre, légèrement agressive.

« Elle ne reste pas, je voulais juste lui présenter le groupe. »

« Très bien. » Reka se tourna vers la jeune femme. Elle désigna Guido. « Voici Eric Guidarelli, mais tout le monde l’appelle Guido. Il joue du clavier, et parfois de la guitare. Fais attention à lui, il drague tout ce qui bouge, il croit que ses origines italiennes l’y obligent. La charmante demoiselle tout en noir s’appelle Agathe Malfoy, elle nous accompagne parfois au piano ou à la harpe pour nos morceaux, disons, plus mélodiques. Tu connais déjà Sophie, je suppose qu’elle t’a dit qu’elle était batteuse. L’espèce de punk dégénéré, si elle ne t’a pas dit, s’appelle Arthur Wasylec, mais il préfère Arashi. C’est le lead guitar du groupe. Le grand black avec des dread locks s’appelle Blaise Zabini, c’est notre bassiste. Ne fais pas attention au parasite là-bas au fond, ce n’est que le jumeau maléfique d’Agathe, il s’appelle Draco. Quant à moi, je m’appelle Reka Amano, je suis la chanteuse de Miss Entropie. Il m’arrive d’attraper la guitare de temps en temps. Enchantée de faire ta connaissance. Et tu es… ? »

« …Hermione Granger » répondit, d’une voix douce et un peu hésitante, la jeune fille. « Je suis la correspondante anglaise de Sophie. Je viens de m’installer en France pour mes études, et elle me fait un peu visiter. Je commence au second semestre un cursus d’histoire. Je suis désolée de vous déranger en plein travail. »

Blaise éclata de rire.

« Ne t’en fais pas, Reka fait peur, mais elle ne mord pas. »

« Seulement les beaux garçons, Blaise » répliqua Reka. « Bienvenue à Paris, Hermione. Tu vas voir, tu vas te plaire ici. J’étais comme toi lorsque je suis arrivée il y a quelques années, mais on s’habitue vite. Viens donc nous voir en concert samedi, on te mettra sur la liste des invités. »

« Eh ! Tu ne m’as pas présentée », protesta Pansy, une moue boudeuse déformant son visage outrageusement maquillé. « Salut Hermione ! Je m’appelle Pansy, mais tout le monde me surnomme Parkinson, je suis une amie de… »

« Eh bien, visiblement tu n’as pas besoin de moi pour te présenter », la coupa Reka. « Donc, le truc en vinyle rose qui glapit depuis tout à l’heure est la petite amie d’un de mes collègues de travail. Comme il est très occupé, il me demande de faire baby-sitter et de l’empêcher de faire des bêtises. Tu comprendras vite pourquoi on l’appelle Parkinson. Ne monte JAMAIS avec elle en voiture, elle tremble tellement que c’est un vrai danger public. Sur ce, navrée de ne pas continuer les mondanités, mais notre Guido va piquer une crise si on ne commence pas à bosser. Hermione, tu es la bienvenue si tu veux rester. Parkinson, tu ne touches à RIEN, cette fois-ci. »

o0O0o

Hermione s’affala sur son sofa, un air songeur sur le visage. Elle venait de passer la soirée la plus étrange de toute sa vie. Elle avait beau connaître Sophie depuis des années et savoir qu’elle était plutôt originale, elle n’avait pas pensé que son amie pouvait avoir des fréquentations aussi…bizarres.

Et intéressantes aussi.

Tous, ils avaient tous quelque chose de fascinant.

Sophie elle-même était vraiment très douée à la batterie. Pourtant, elle semblait si frêle, avec son mètre 55 et ses 40 kilos toute mouillée, ses yeux bleus et son visage couvert de tâches de rousseur. Malgré tout, la violence qu’elle mettait dans sa musique était étonnante.

Arthur (non, Arashi), qui semblait avoir dormi dans une poubelle avec ses habits en loque et sa crête blanche sur le crâne, sa maigreur effrayante et son air halluciné – Hermione le soupçonnait de carburer à autre chose qu’aux vitamines – était probablement un des meilleurs guitaristes qu’elle eût jamais entendu, et dégageait une énergie brute absolument phénoménale dans son jeu.

Blaise, si cool malgré son look de mauvais garçon et ses yeux verts si surprenants pour un garçon de couleur. Il avait l’air à l’aise avec tout le monde, et se contentait de rire aux remarques cinglantes que s’échangeaient ses comparses. Lui aussi était incroyablement doué.

Guido, avec ses airs de mafioso italien, et ses cheveux bruns et bouclés était très séduisant. Son jeu au clavier était tout en technique et en virtuosité. Et malgré son mauvais caractère et ses airs de macho, on voyait bien qu’il était incapable de dire non à une femme.

Que dire d’Agathe…La jeune femme en noir était grande et mince, presque de la même taille que son frère, pourtant il émanait d’elle une impression à la fois de froideur et de fragilité incroyables. Ses cheveux d’un blond platine presque blanc lui descendaient jusqu’au milieu du dos et encadraient son front en une frange épaisse et raide, laissant à peine deviner des yeux d’un gris irréel. Son jeu au piano était tout simplement extraordinaire, et laissait transparaître une sensibilité qui n’atteignait jamais son visage parfaitement lisse.

Le manager du groupe, du moins avait-elle supposé qu’il l’était, un grand type basané en costume gris Armani, nommé Kamal, l’avait mise mal à l’aise. Il avait un regard fixe, presque hypnotique, et Hermione s’était sentie troublée au delà des mots. Elle avait été incapable de décrocher une parole tout le temps qu’il avait été présent. Cet homme sentait le danger à plein nez, pourtant les autres ne semblaient pas s’en rendre compte, à part peut-être Sophie et Guido qui le regardaient avec méfiance.

Même Pansy dégageait une espèce de séduction trouble que n’arrivait pas à masquer sa vulgarité. Et elle était indubitablement belle sous son maquillage outrancier. Quand elle ne touchait à rien, ses gestes étaient empreints d’une grâce peu commune.

Mais définitivement, ceux qui l’avaient le plus marquée étaient Reka et Draco.

La jeune femme, avait-elle appris, était d’origine japonaise et mexicaine, et vivait en France depuis quelques années, après avoir quitté le Japon. Les autres membres du groupe, à part Agathe, l’avaient connue à la fac, mais depuis qu’elle en était sortie, personne ne savait exactement en quoi consistait son métier. Il semblait qu’elle avait énormément voyagé sur tout le continent américain avant de se fixer à Paris, mais retournait de temps en temps à New York pour voir sa mère. Une personnalité forte, atypique, et un charisme presque inhumain. Cette fille était littéralement impressionnante. Et belle, avec son métissage étonnant, et son look pour le moins excentrique. Et sa voix…Hermione n’en avait jamais entendue de pareille.

Enfin, Draco…le mot pour le décrire était tout simplement fascinant. Il était aussi beau que sa sœur, si ce n’était plus. Une élégance et une aisance irréelles. Une culture phénoménale, un sens artistique incroyable. Une conversation délicieuse. Un humour décapant et une intelligence souple et ironique. Si Hermione n’avait pas été aussi amoureuse de Ron, son fiancé, elle serait tombée sous le charme de ce jeune homme au profil aristocratique. La classe incarnée.

Oh, il fallait qu’elle lui présente Harry. Son meilleur ami arrivait demain par le train qui venait de Londres pour s’installer avec elle et suivre des études d’Arts. Il ne faisait aucun doute que rencontrer Draco Malfoy serait pour lui une opportunité à ne pas laisser passer.

C’était décidé. Samedi elle irait au concert de Miss Entropie et elle emmènerait Harry avec elle.

o0O0o

Paris brûle-t-il ?
~o0O0o~
Chapitre 1 :

~o0O0o~
Hermione vérifia pour la dixième fois sa montre pendant qu’elle fouillait désespérément son armoire à la recherche de son pull préféré. Elle était largement en avance, mais comme toujours elle angoissait à l’idée de faire attendre les gens. Bien entendu, Harry ne lui en tiendrait pas rigueur, mais elle tenait à la ponctualité en toutes circonstances. Et surtout, elle ne voulait pas que son meilleur ami, qui n’avait jamais quitté l’Angleterre, se retrouve seul et perdu au milieu de l’immense Gare du Nord remplie de gens qui ne comprendraient peut-être pas son français encore approximatif.
Hermione inspira profondément, se sentant tout à coup ridicule. Harry parlait très bien français, c’était un grand garçon, et de toute façon, elle ne serait pas en retard. Parfois, elle avait vraiment tendance à se comporter comme une mère poule avec son ami d’enfance, ce qui était stupide. Mais le jeune homme lui semblait souvent tellement fragile qu’elle ne pouvait s’empêcher de s’inquiéter pour lui.
Elle jeta un regard appréciateur au ciel d’un bleu intense qu’elle pouvait voir de sa fenêtre, et sourit. Le temps était superbe, l’air froid et sec. Une magnifique journée de fin d’automne, exactement comme elle les aimait. Terminant de s’habiller, et après avoir jeté un dernier coup d’œil à sa montre, elle enfila son long manteau de laine grise. Elle s’apprêtait à quitter son petit trois pièces parisien lorsque son téléphone sonna.
« Zut », marmonna-t-elle en décrochant, « ce n’est vraiment pas le moment…Allô ? »
« Hermione ? C’est Harry. »
« Harry ? Que se passe-t-il ? Tu es déjà arrivé ? »
« Pas vraiment…En fait, je t’appelle pour te dire que je ne viendrai pas aujourd’hui. »
« Hein ? Mais pourquoi ? Tu vas bien, au moins ? »
« Oui, oui, ne t’en fais pas…C’est juste…Remus a eu des soucis de santé, rien de très grave, rassure-toi, mais Sirius n’est pas là en ce moment, il est à Stockholm pour le travail, alors, tu comprends… »
« Je vois…Tu arrives quand alors ? »
« Eh bien…Dans quinze jours, je pense. »
« Quoi ? Harry, Remus est si malade que ça ? Qu’est-ce qu’il a ? Tu veux que je vienne ? »
« Non, non, tout va bien je te dis, ne t’en fais pas…Ecoute, je dois te laisser, mais je te rappelle, d’accord ? Prends bien soin de toi, Mione, je t’embrasse. »
« Toi aussi Harry, fais attention à toi. A bientôt, et tiens-moi au courant. »
La jeune fille resta un instant perplexe. Elle connaissait suffisamment bien Harry pour savoir qu’il avait minimisé les faits pour ne pas qu’elle s’inquiète trop. Et cela, justement, la préoccupait. Attrapant son sac, elle quitta l’appartement, décidée à se changer les idées.
Peut-être que Sophie serait libre pour déjeuner.
~o0O0o~
« Tu as arrêté de fumer ? » s’étonna Hermione lorsque Sophie refusa la cigarette qu’elle lui offrait.
La brunette se renfonça dans l’un des confortables fauteuils qui meublaient le fond du bar dans lequel elle avait invité Hermione à prendre un verre.
« Kaz m’a forcée à arrêter, il dit que ça me handicape pour la batterie, et que ça fait baisser mes performances. Ce connard m’oblige même à aller à la piscine deux fois par semaine. Je vais finir par avoir des épaules de nageuse est-allemande.» grogna-t-elle, son petit nez parsemé de taches de rousseur plissé par le dégoût.
Hermione, estomaquée, laissa échapper un petit rire incrédule.
« Eh bien…Ce Kamal n’a pas l’air d’être commode. Mais, »  ajouta-t-elle, « Reka fume comme un pompier, pourtant. Il ne lui dit rien ? Pour une chanteuse, ce n’est pas très sérieux… »
« Kaz ne dit jamais rien à Reka, et de toute façon, cette nana a l’air totalement immunisée contre les substances nocives. Je crois bien qu’elle est la seule avec qui il se comporte en être humain civilisé. En même temps, il faudrait être complètement cinglé pour penser tenir tête à Amano-san. Tu verrais comme elle traite Guido quand il ose élever la voix…Je crois que Draco est le seul qui s’y risque, et encore, je pense qu’elle le laisse faire parce qu’elle a un faible pour Agathe.»
« Tu veux dire que Reka est ? » Hermione en apprenait décidément tous les jours.
« Je veux dire que Reka aime tout ce qui est beau, et qu’elle aime les gens spéciaux. Que ce soient des hommes ou des femmes n’est pas la question. Peut-être même qu’elle a un faible pour Draco, pour ce que j’en sais. Mais ça m’étonnerait, ce type est d’une prétention incroyable.»
« Il a pourtant l’air gentil » murmura la jeune Anglaise pour elle-même.
« Ne crois pas ça. Il est tout ce que tu veux, beau, intelligent, cultivé, raffiné, artiste, drôle, aimable, mais il n’est pas gentil. Quand tu as vu la façon dont il traite ses petits amis, tu ne peux pas penser ça. »
Hermione soupira, déçue, et tira une bouffée de sa cigarette au menthol.
« Et moi qui comptais lui présenter Harry…Tu te rappelles de Harry ? »
« Le garçon qui vit chez toi ? »
« Oui, mon frère adoptif. Et accessoirement mon meilleur ami depuis des années. Il vient s’installer à Paris lui aussi, pour continuer ses études aux Beaux Arts. Comme Draco est peintre, je me disais qu’ils pourraient bien s’entendre… »
« En fait, son domaine de prédilection, c’est plutôt la sculpture. Il faut que tu voies ses œuvres, c’est étonnant. Et il a beaucoup de connexions dans le milieu artistique parisien. S’ils sympathisent, Harry récupérera plein de contacts. Mais il ne faut pas qu’il se laisse séduire. Mauvaise idée, Mione. »
« Dommage…Ils iraient bien ensemble. »
Sophie éclata de rire, et trinqua avec son amie.
« Tu viens toujours au concert de samedi ? »
Hermione sourit, et avala une gorgée de gin-fizz.
« Je ne manquerais ça pour rien au monde. »
~o0O0o~
  1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Résumé : Dans le Paris du Monde des Ténèbres, Draco Malfoy prend de plus en plus d’importance parmi les jeunes Vampires. Jusqu’au jour où un jeune mortel viendra bouleverser son existence et provoquer le chaos autour de lui iconRésumé Première partie Dans un «Avis»
«éloquence scolastique» et malgré les remontrances de Tiberge, son vertueux ami, IL n'eut aucune peine à la convaincre de se laisser...

Résumé : Dans le Paris du Monde des Ténèbres, Draco Malfoy prend de plus en plus d’importance parmi les jeunes Vampires. Jusqu’au jour où un jeune mortel viendra bouleverser son existence et provoquer le chaos autour de lui iconJournal du Palais – 5 septembre 2005
«gothic revival» et ressemblait à un temple grec, comme toutes ces petites églises en bois construites par les colons dans les années...

Résumé : Dans le Paris du Monde des Ténèbres, Draco Malfoy prend de plus en plus d’importance parmi les jeunes Vampires. Jusqu’au jour où un jeune mortel viendra bouleverser son existence et provoquer le chaos autour de lui iconRésumé -la communauté juive égyptienne, l'une des plus grandes communautés...
«le portail du ciel» était le plus connu parmi eux. IL est l'un des temples les plus luxurieux du Caire Judaïsme

Résumé : Dans le Paris du Monde des Ténèbres, Draco Malfoy prend de plus en plus d’importance parmi les jeunes Vampires. Jusqu’au jour où un jeune mortel viendra bouleverser son existence et provoquer le chaos autour de lui iconDiscours de Jean-Pierre blazy
«sortiront de leurs murs», iront dans les quartiers, à la rencontre des enfants, des ados et des jeunes. Les scolaires seront invités,...

Résumé : Dans le Paris du Monde des Ténèbres, Draco Malfoy prend de plus en plus d’importance parmi les jeunes Vampires. Jusqu’au jour où un jeune mortel viendra bouleverser son existence et provoquer le chaos autour de lui iconRésumé Chapitre 1 Au mois d’«octobre 181.»
«vocero», ‘’La jeune fille et la palombe’’, qui est, destiné à son frère, un appel discret à la vengeance, car elle est bien décidée...

Résumé : Dans le Paris du Monde des Ténèbres, Draco Malfoy prend de plus en plus d’importance parmi les jeunes Vampires. Jusqu’au jour où un jeune mortel viendra bouleverser son existence et provoquer le chaos autour de lui iconNotes personnelles
«en puissance», stockés dans des espaces de moins en moins visibles, et dont IL faut imaginer et espérer l'existence, alors que le...

Résumé : Dans le Paris du Monde des Ténèbres, Draco Malfoy prend de plus en plus d’importance parmi les jeunes Vampires. Jusqu’au jour où un jeune mortel viendra bouleverser son existence et provoquer le chaos autour de lui iconRésumé : a bezons sur les bords de Seine, les Dufour, une famille...
«vrai» corsaire. IL y découvre M. Tom, alias le capitaine S. qui va lui dérouler, par le menu, son évasion d'un ponton anglais et...

Résumé : Dans le Paris du Monde des Ténèbres, Draco Malfoy prend de plus en plus d’importance parmi les jeunes Vampires. Jusqu’au jour où un jeune mortel viendra bouleverser son existence et provoquer le chaos autour de lui iconLe programme des Jeunes Ambassadeurs d’Alsace est élaboré pour contribuer...

Résumé : Dans le Paris du Monde des Ténèbres, Draco Malfoy prend de plus en plus d’importance parmi les jeunes Vampires. Jusqu’au jour où un jeune mortel viendra bouleverser son existence et provoquer le chaos autour de lui iconLe notaire, qui a lu le testament d’Eugène Lesage
Entretien des monuments ( onderhoud vd gebouwen ) Un jour, un monsieur d’un certain âge, son oncle, demande si IL est Jean Marchand....

Résumé : Dans le Paris du Monde des Ténèbres, Draco Malfoy prend de plus en plus d’importance parmi les jeunes Vampires. Jusqu’au jour où un jeune mortel viendra bouleverser son existence et provoquer le chaos autour de lui iconRésumé : Cette recherche s’inscrit dans les nouvelles approches de...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com