Étant donné que le mouvement adventiste s’est étendu dans toutes les parties du monde, les membres qui parlent et lisent les différentes langues ont désiré








télécharger 1.74 Mb.
titreÉtant donné que le mouvement adventiste s’est étendu dans toutes les parties du monde, les membres qui parlent et lisent les différentes langues ont désiré
page6/55
date de publication21.03.2018
taille1.74 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > histoire > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   55

Prépare-toi à la rencontre du Seigneur
Il m’a été montré que nous ne devrions pas oublier la venue du Seigneur. L’ange dit: “Préparez-vous, préparez-vous sur ce qui va survenir sur la terre. Que vos cœurs correspondent à votre foi.” Il faut que notre esprit soit sans cesse tourné vers le ciel et que notre influence rende témoignage au Seigneur et à sa parole. Nous ne pouvons honorer Dieu si nous vivons dans la négligence et l’indifférence, ni le glorifier si nous nous laissons aller au découragement. Travailler au salut de nos âmes et à celui de nos semblables, voilà ce qui doit passer avant tout.
Je contemplai la beauté du ciel. J’entendis avec ravissement les chants des anges proclamer louange, honneur et gloire à Jésus. Je pus alors mieux comprendre le merveilleux amour du Fils de Dieu. Il abandonna toute la gloire qui était la sienne dans le ciel et fut si désireux de nous sauver qu’il accepta avec patience et humilité les outrages et le mépris dont les hommes le comblèrent. Il fut frappé, meurtri, brisé, puis on le crucifia sur le Calvaire où il souffrit la plus atroce des morts, afin que nous soyons lavés par son sang et que nous ressuscitions pour vivre avec lui dans les demeures qu’il est allé nous préparer. Là, nous jouirons de la lumière et de la gloire du ciel, et nous unirons nos voix aux chants des anges.
Je vis que le ciel tout entier s’intéresse à notre salut. Et nous serions indifférents? Allons-nous ne pas nous en préoccuper? Comme s’il s’agissait d’une affaire de peu d’importance? Allons-nous mépriser le sacrifice qui a été accompli pour nous? Certaines personnes ont agi ainsi. Elles ont considéré à la légère le pardon qui leur était offert, et Dieu est courroucé contre elles. L’Esprit de Dieu ne se laissera pas toujours attrister. A la longue, il se retirera. Après tout ce que Dieu a fait pour les sauver, si les hommes montrent par leur vie qu’ils méprisent le pardon offert par Jésus, la mort sera leur lot, et une mort terrible, car il leur faudra souffrir l’agonie que le Christ a soufferte pour obtenir la rédemption qu’ils ont refusée. Alors ils comprendront qu’ils ont perdu la vie et l’héritage éternels. Le grand sacrifice qui a été consenti pour sauver l’âme humaine nous montre son importance. Mais si cette âme précieuse est perdue, elle l’est pour toujours.
Je vis un ange qui se tenait debout avec une balance à la main, pesant les pensées et les préoccupations du peuple de Dieu, particulièrement des jeunes. Sur un plateau se trouvaient les pensées dirigées vers le ciel et sur l’autre celles qui étaient dirigées vers la terre. Sur ce dernier plateau étaient placés la lecture des romans, les préoccupations concernant le vêtement, la mode, la vanité, l’orgueil, etc. Oh! Quel moment solennel. Les anges de Dieu tenaient leur balance et pesaient les pensées de ceux qui se disent ses enfants et prétendent être morts au monde et vivants pour Dieu. Le plateau chargé de pensées terrestres s’abaissait rapidement. Celui où l’on mettait les pensées dirigées vers le ciel s’élevait aussi rapidement que l’autre s’abaissait. Comme il était peu! Je peux dire ce que j’ai vu, mais je ne pourrai jamais rendre la vive et solennelle impression que cela fit sur mon esprit. L’ange dit: “De telles personnes pourront-elles pénétrer dans les demeures célestes? Non, jamais. Disleur que leur espoir est vain et que si elles ne se repentent aussitôt, elles périront.”
L’apparence de la piété ne sauvera personne. Il faut une expérience profonde, réelle, qui seule permettra de traverser les temps difficiles. Alors l’œuvre de chacun sera éprouvée, et si nous avons bâti avec de l’or, de l’argent ou des pierres précieuses, nous serons mis à l’abri dans le secret de la tente du Seigneur. Mais si notre œuvre est de bois, de foin ou de chaume, rien ne pourra nous protéger de la colère de l’Éternel.
Bien des gens se jugent en comparant leur vie à celle des autres. Cela ne doit pas être. Personne sinon le Christ ne nous est donné en exemple. Il est notre seul vrai modèle et chacun devrait s’exercer à l’imiter de son mieux. Nous sommes ouvriers avec le Christ ou avec l’ennemi. Ou nous amassons avec Jésus, ou nous dispersons. Nous sommes chrétiens de tout notre cœur ou nous ne le sommes pas du tout. Le Christ dit: “Puisses-tu être froid ou bouillant! Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n’es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche.”
Certains d’entre nous ne connaissent pas encore le renoncement et l’esprit de sacrifice, pas plus que la souffrance pour l’amour de la vérité. Mais personne n’entrera dans le ciel sans avoir consenti à un sacrifice. Il faut cultiver l’esprit de renoncement. Certaines personnes ne se sont pas sacrifiées elles-mêmes sur l’autel de Dieu. Elles se complaisent dans un caractère irascible et capricieux, cèdent à leurs appétits, sont préoccupées d’elles-mêmes, indifférentes aux progrès de l’œuvre de Dieu. Mais ceux qui sont prêts à tous les sacrifices pour obtenir la vie éternelle la recevront, et cela vaut la peine de souffrir, de crucifier le moi et de renoncer à une idole. Un poids éternel de gloire mérite bien que l’on considère tout plaisir terrestre comme sans importance. — Témoignages pour l’Église 1:21-25.

Chapitre 4
Union avec le Christ et amour fraternel
Un avec le Christ en Dieu
Le dessein de Dieu est que ses enfants soient pleinement unis. N’espèrent-ils pas vivre ensemble dans le même ciel? Le Christ est-il divisé? Ses disciples pourraient-ils prospérer avant d’avoir ôté du milieu d’eux toute discorde et toute critique? Qu’ils travaillent pour lui dans une parfaite unité, consacrant leurs cœurs, leurs pensées et leurs forces à cette œuvre sacrée. L’union fait la force; la désunion, la faiblesse. Unis les uns aux autres, œuvrant ensemble, dans l’harmonie, au salut de leurs semblables, ils seront “ouvriers avec Dieu”. Ceux qui refusent de le faire déshonorent le Seigneur. L’ennemi des âmes se réjouit lorsqu’il voit des enfants de Dieu se combattre les uns les autres. De telles personnes ont besoin de cultiver l’amour fraternel. Si elles pouvaient soulever le voile qui cache l’avenir, elles seraient certainement amenées à se repentir. — Témoignages pour l’Église 3:289, 290.
L’union avec le Christ et avec les uns et les autres constitue notre seule sauvegarde
Le monde regarde avec satisfaction la désunion des chrétiens; les impies s’en réjouissent. Le Seigneur désire qu’un changement se produise parmi son peuple. L’union avec le Christ et les uns avec les autres constituent notre seule sauvegarde en ces derniers jours. Ne laissons pas à Satan la possibilité de dire de nos membres: “Voyez comme ces gens, qui arborent la bannière du Christ, se haïssent! Je n’ai rien à craindre d’eux, puisqu’ils passent plus le temps à lutter les uns contre les autres qu’à combattre contre moi.”
Après l’effusion du Saint Esprit, les disciples partirent proclamer la bonne nouvelle d’un Sauveur ressuscité, et leur seul désir était de sauver des âmes. Ils jouissaient des douceurs de la communion des saints. Affectueux, prévenants, ils étaient disposés à faire n’importe quel sacrifice pour la vérité. Dans leurs relations quotidiennes les uns avec les autres, ils manifestaient l’amour que le Christ leur avait ordonné de révéler au monde. Ils s’efforçaient, par des paroles et par des actes désintéressés, d’allumer la flamme de cet amour dans d’autres cœurs.
Les croyants devaient continuer à cultiver la charité qui remplissait le cœur des apôtres après l’effusion du Saint Esprit, et aller de l’avant en obéissant au commandement nouveau: “Comme je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres.” Jean 13:34. Etroitement unis en Christ, ils seraient rendus capables d’obéir à ses ordres. Ils magnifieraient la puissance d’un Sauveur qui pouvait les justifier par sa justice.
Mais les premiers chrétiens commencèrent à regarder leurs défauts réciproques. En s’attardant sur leurs fautes, en se livrant à la critique, ils perdirent de vue le Sauveur et le grand amour qu’il avait manifesté envers le pécheur. Ils devinrent plus stricts concernant les cérémonies extérieures, plus pointilleux sur la théorie de la foi, plus sévères dans leurs critiques. Dans leur zèle à condamner leurs semblables, ils oubliaient leurs propres erreurs. Ils négligeaient les leçons d’amour fraternel que leur avait enseignées le Christ, et, ce qui est plus triste, ils étaient inconscients de ce qu’ils avaient perdu. Ils ne comprenaient pas que leur bonheur et la joie s’éloignaient d’eux, et que bientôt, ayant banni de leurs cœurs l’amour de Dieu, ils marcheraient dans les ténèbres.
L’apôtre Jean, comprenant que l’amour fraternel disparaissait de l’Église, insistait tout particulièrement sur ce point. Jusqu’à sa mort, il supplia les croyants de persévérer dans l’amour. Ses lettres aux églises sont remplies de cette pensée. “Bien-aimés, disait-il, aimons-nous les uns les autres; car l’amour est de Dieu.... Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde, afin que nous vivions par lui.... Bien-aimés, si Dieu nous a ainsi aimés, nous devons aussi nous aimer les uns les autres.” 1 Jean 4:7-11.
Aujourd’hui, l’amour dans l’Église fait grandement défaut. Beaucoup de ceux qui prétendent aimer le Seigneur négligent d’aimer leurs frères. Nous avons la même foi, nous sommes membres de la même famille, tous enfants du même Père céleste; nous avons tous la même espérance de participer un jour à la vie éternelle. Combien tendres et étroits devraient être les liens qui nous unissent! Le monde a les yeux sur nous pour se rendre compte si notre foi exerce une influence sanctifiante sur nos cœurs. Il est prompt à discerner nos défauts et les inconséquences de nos actes. Ne lui donnons aucune occasion de mépriser notre religion. — Témoignages pour l’Église 3:290-292.
L’harmonie et l’union constituent notre meilleur témoignage
Ce n’est pas l’opposition du monde qui nous fait courir les plus grands risques. Le mal que nous gardons dans nos cœurs est bien plus dangereux, et c’est lui qui retarde le plus l’avancement du règne de Dieu. Nous ne pouvons affaiblir davantage notre vie spirituelle qu’en étant envieux, en soupçonnons nos semblables, et en nous laissant aller à la critique et à la calomnie. “Cette sagesse n’est point celle qui vient d’en haut; mais elle est terrestre, charnelle, diabolique. Car là où il y a un zèle amer et un esprit de dispute, il y a du désordre et toutes sortes de mauvaises actions. La sagesse d’en haut est premièrement pure, ensuite pacifique, modérée, conciliante, pleine de miséricorde et de bons fruits, exempte de duplicité, d’hypocrisie. Le fruit de la justice est semé dans la paix par ceux qui recherchent la paix.” Jacques 3:15-18.
L’harmonie, l’union qui existe parmi les hommes aux dispositions diverses est le plus fort témoignage qui puisse être rendu du fait que Dieu a envoyé son Fils dans le monde pour sauver les pécheurs. C’est à nous qu’il appartient de rendre ce témoignage. Mais pour y arriver, il faut nous placer sous les ordres du Christ. Notre volonté étant soumise à la sienne, nos caractères seront en harmonie avec son caractère. Alors nous marcherons ensemble sans nous heurter.
Lorsqu’on s’arrête aux petites divergences, on en arrive à des actes qui détruisent la fraternité chrétienne. Ne permettons pas à l’ennemi d’obtenir ainsi l’avantage sur nous. Approchons-nous toujours plus près de Dieu et plus près les uns des autres. C’est ainsi que nous serons des térébinthes de la justice plantés par le Seigneur, et arrosés par le fleuve de vie. Que de fruits nous porterons alors! Le Christ n’a-t-il pas dit: “Si vous portez beaucoup de fruit, c’est ainsi que mon Père sera glorifié.” Jean 15:8.
Lorsque nous croirons vraiment à la prière du Christ; lorsque nous mettrons en pratique dans notre vie quotidienne les instructions qu’elle contient, on verra dans nos rangs l’unité d’action. Les frères seront unis aux frères par les chaînes d’or de l’amour du Christ. Seul l’Esprit de Dieu réalisera cette unité. Celui qui se sanctifie lui-même peut sanctifier ses disciples. Unis avec lui, ils seront unis les uns avec les autres dans la très sainte foi. Quand nous lutterons pour obtenir cette unité, comme Dieu le désire, elle nous sera accordée. — Témoignages pour l’Église 3:292-293.
Ce n’est pas le nombre de nos institutions, de nos grands bâtiments et le faste extérieur que le Seigneur agrée, mais l’action harmonieuse d’un peuple particulier, choisi par lui, bien uni et dont la vie est cachée avec le Christ en Dieu. Chacun doit être à sa place, et exercer une bonne influence par ses pensées, ses paroles et ses actes. Lorsque tous les ouvriers du Seigneur feront cela, et pas avant, l’œuvre de Dieu sera parfaite. — Témoignages pour l’Église 3:293-294.
Le Seigneur fait appel à des hommes à la foi sincère et qui soient bien équilibrés, à des hommes qui sachent reconnaître le vrai du faux. Chacun devrait se tenir sur ses gardes, étudier et pratiquer les leçons contenues au dixseptième chapitre de l’évangile selon saint Jean, et avoir une foi réelle dans la vérité pour notre époque. Il nous faut cet empire sur nous-mêmes qui nous permettra de nous conformer à la prière du Christ. — Témoignages pour l’Église 3:288.
Le cœur du Sauveur est sur ses disciples qui accomplissent l’œuvre de Dieu dans toute sa hauteur et sa profondeur. Ils doivent être un en lui, bien qu’ils soient dispersés dans le monde. Mais Dieu ne peut pas les rendre un en Christ s’ils ne sont pas disposés à renoncer à leur propre manière. ix 9
Collaboration
Lorsque l’on fonde des institutions dans de nouveaux champs, il est souvent nécessaire de confier des responsabilités à des hommes qui ne sont pas familiarisés suffisamment avec les détails de leur tâche. Ils travaillent alors dans des conditions désavantageuses, et si leurs collaborateurs n’ont pas à cœur la bonne marche de la maison du Seigneur, cet état de choses risque de créer une situation qui nuira à sa prospérité.
Il en est beaucoup qui pensent que leur genre de travail n’appartient qu’à eux seuls, et qu’ils n’ont de conseil à recevoir de personne. Mais ces ouvriers ignorent peutêtre les meilleures méthodes pour accomplir leur tâche. Cependant, si l’on s’aventure à leur donner un conseil, ils en sont offensés et sont plus que jamais décidés à suivre leur propre jugement. Par contre, certains ouvriers ne tiennent pas à venir en aide à leur camarade. D’autres encore, inexpérimentés, cachent leur ignorance. Trop orgueilleux pour demander conseil, ils commettent des erreurs qui font perdre beaucoup de temps et d’argent.
La cause de ces difficultés est facile à deviner. Alors qu’ils auraient dû se considérer comme les divers fils d’une même tapisserie, ils ont été comme des fils indépendants.
Cet état de choses contriste le Saint Esprit. Dieu veut que nous apprenions les uns des autres. L’indépendance nous place dans une situation telle qu’il ne peut collaborer avec nous, et Satan s’en réjouit.
Chaque ouvrier sera mis à l’épreuve pour voir s’il travaille au progrès de l’institution du Seigneur ou pour ses propres intérêts.
Le péché qui est le plus désespéré et incurable, c’est l’orgueil et l’autosatisfaction. Cela se trouve sur le chemin de toute la croissance. Quand un homme a des défauts de caractère, et pourtant n’en n’est pas conscient; lorsqu’il est tellement autosuffisant qu’il ne peut voir ses défauts, comment peut-il être purifié? “Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades.” Matthieu 9:12. Comment quelqu’un peut-il s’améliorer lorsqu’il pense que ses voies sont parfaites?
Seul un chrétien sans réserve peut être un véritable gentleman.
Chapitre 5
Christ, notre justice
“Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et nous purifier de toute iniquité.” 1 Jean 1:9.
Dieu nous demande de confesser nos péchés et d’humilier nos cœurs devant lui; en même temps que nous devrions nous confier en lui comme en un tendre père qui n’abandonnera pas celui qui se fie à lui. Plusieurs d’entre nous marchent par la vue, et non par la foi. Nous croyons à ce que nous voyons, mais nous n’apprécions pas à leur juste valeur les promesses de la Parole de Dieu; or le plus grand déshonneur que l’on puisse faire à Dieu c’est de montrer que nous nous défions de ce qu’il dit, et que nous en sommes à nous demander si réellement le Seigneur s’inquiète de notre sort ou bien s’il nous déçoit.
Dieu ne nous rejette pas à cause de nos péchés. Il peut nous arriver de commettre des fautes et par là contrister son esprit; si nous nous repentons, si nous venons à lui les cœurs contrits, il ne nous enverra pas à vide. Il y a des obstacles à enlever. De mauvais sentiments ont été entretenus, il y a eu de l’orgueil, de la propre suffisance, de l’impatience, des murmures. Toutes ces choses tendent à nous séparer de Dieu. Les péchés doivent être confessés; la grâce doit accomplir en nous une œuvre plus profonde. Ceux qui se sentent faibles et découragés ont la possibilité de devenir forts pour Dieu, et d’accomplir une noble tâche pour le Maître. Mais ils doivent se placer sur un plan plus élevé et ne pas se laisser influencer par des motifs égoïstes.
Il nous faut nous laisser instruire à l’école du Christ. Rien sinon sa justice ne peut nous conférer le droit de jouir de l’un quelconque des bienfaits de l’alliance de grâce. Ces bienfaits ont été longtemps l’objet de nos désirs et de nos efforts; si nous ne les avons pas reçus, c’est que nous avons caressé l’idée de pouvoir faire quelque chose de nous-mêmes pour les mériter. Nous n’avons pas détourné nos regards de nous-mêmes, croyant que Jésus est un Sauveur vivant. Ne pensons pas que notre propre grâce et nos mérites personnels pourront nous sauver; la grâce du Christ: voilà notre seul espoir de salut. Le Seigneur nous a fait une promesse par son prophète: “Que le méchant abandonne sa voie, et l’homme d’iniquité ses pensées; qu’il retourne à l’Eternel, qui aura pitié de lui, à notre Dieu, qui ne se lasse pas de pardonner.” Ésaïe 55:7. Acceptons cette promesse toute nue, et ne prenons pas le sentiment pour de la foi. Quand nous nous confierons entièrement en Dieu, et que nous nous appuierons sur les mérites de Jésus, le Sauveur qui pardonne les péchés, nous recevrons tout le secours désirable.
Nous regardons à nous-mêmes, comme si nous avions le pouvoir de nous sauver; or Jésus est mort pour nous justement parce que nous en sommes incapables. Nous ne devrions pas nous laisser aller au découragement, comme si nous n’avions pas un Sauveur, ou s’il n’avait aucune intention miséricordieuse en ce qui nous concerne. En ce moment même il poursuit une œuvre en notre faveur et il nous invite à nous approcher de lui avec notre impuissance, pour être sauvés par lui. Notre incrédulité le déshonore. C’est étonnant de voir comment nous traitons notre meilleur ami, combien peu de confiance nous avons en lui qui est capable de nous sauver parfaitement et qui nous a donné tant de preuves de son grand amour.
Mes frères, vous attendez-vous à ce que votre amour vous recommande à la faveur divine; pensez-vous devoir être affranchis du péché avant de vous confier à son pouvoir salutaire? Si ce sont là les pensées qui s’agitent dans votre esprit, je crains que vous n’obteniez aucune force et que pour finir vous vous découragiez.
Au désert, quand le Seigneur permit à des serpents venimeux de mordre les Israélites rebelles, Moïse reçut l’ordre de dresser un serpent d’airain et d’inviter tous les blessés à le regarder et à vivre. Plusieurs ne crurent pas à l’efficacité du remède indiqué par le Ciel. Entourés qu’ils étaient de mort et de mourants, ils se savaient perdus sans le secours divin; ils continuaient néanmoins à se lamenter au sujet de leurs blessures, de leurs douleurs, de leur mort imminente, jusqu’au moment où leurs forces étaient épuisées, leur vue obscurcie, alors qu’une guérison instantanée leur était offerte. “Comme Moïse éleva le serpent dans le désert, il faut de même que le Fils de l’homme soit élevé, afin que quiconque croit en lui ait la vie éternelle.” Jean 3:14, 15. Si vous êtes conscients de votre état de péché, ne consumez pas toutes vos forces à vous lamenter à ce sujet, mais regardez et vivez. Jésus est notre unique Sauveur; même si des millions d’êtres humains, qui ont besoin d’être guéris, rejettent la grâce qu’il leur offre, aucun de ceux qui se fient à ses mérites ne sera abandonné à la perdition. Si nous comprenons que sans le Christ notre condition est désespérée, ne nous décourageons pas; appuyons-nous sur un Sauveur crucifié et ressuscité. Pauvres âmes atteintes par la maladie du péché et découragées, regardez et vous vivrez. Jésus a engagé sa parole: il sauvera quiconque s’adresse à lui.
Allez à Jésus: vous obtiendrez repos et paix. Dès maintenant ce bienfait est à vous. Satan vous suggère que vous êtes impuissants, incapables d’obtenir une bénédiction par vous-même. C’est vrai que vous êtes impuissants. Mais élevez Jésus et dites: “Je possède un Sauveur ressuscité. En lui je me confie; il ne permettra pas que je sois confus. Je triompherai en son nom. Il est ma justice et ma couronne de joie.” Que personne ici ne s’imagine que son cas est désespéré, car cela n’est pas. Vous vous voyez pécheur et indigne; c’est justement pour cette raison que vous avez besoin d’un Sauveur. Si vous avez des péchés à confesser, ne perdez pas de temps. Ces moments-ci sont plus précieux que l’or. “Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité.” 1 Jean 1:9. Ceux qui ont faim et soif de justice seront rassasiés: Jésus l’a promis. Précieux Sauveur! Ses bras sont ouverts pour vous recevoir; son grand cœur plein d’amour vous attend pour vous bénir.
Il en est qui semblent penser qu’ils sont en expectative, et qu’avant de pouvoir se réclamer de la bénédiction du Seigneur ils doivent lui apporter la preuve qu’ils se sont réformés. Mais ces chères âmes peuvent réclamer cette bénédiction dès maintenant. Il leur faut sa grâce, son Esprit, pour venir en aide à leurs infirmités, sans quoi ils ne pourront former un caractère chrétien. Jésus aime à nous voir venir à lui tels que nous sommes — pécheurs, impuissants, dépendants de lui.
La repentance, aussi bien que le pardon, est un don de Dieu en Christ. C’est grâce à l’influence du Saint-Esprit que nous sommes convaincus de péché et que nous éprouvons le besoin de pardon. Seul celui qui est contrit peut être pardonné, mais c’est la grâce de Dieu qui produit la repentance dans un cœur. Lui qui connaît toutes nos faiblesses et nos infirmités, il nous viendra en aide.
Il en est qui viennent à Dieu par la repentance et la confession, et qui cependant négligent de se réclamer comme ils le devraient des promesses divines. Ils ne voient pas que Jésus est un Sauveur toujours présent; ils ne sont pas disposés à remettre leurs âmes à sa garde et à compter sur lui pour achever l’œuvre de grâce commencée dans leurs cœurs. Alors qu’ils s’imaginent s’être remis entièrement entre les mains de Dieu, ils continuent à compter bien trop sur eux-mêmes. Il est des êtres consciencieux qui se confient un peu en Dieu et un peu en eux-mêmes. Ils ne regardent pas à Dieu, pour être gardés par sa puissance, mais ils comptent être acceptés par lui en raison du fait qu’ils restent vigilants contre la tentation et qu’ils accomplissent certains devoirs. Aucune victoire ne vient récompenser une telle foi. De telles personnes font des efforts en pure perte; leurs âmes demeurent dans l’esclavage; elles n’auront de repos qu’après avoir déposé leurs fardeaux aux pieds de Jésus.
Il nous faut une vigilance continuelle et une piété sincère, aimante; ces choses viennent naturellement quand par la foi une âme est gardée par la puissance de Dieu. Nous ne pouvons rien faire, absolument rien, pour gagner la faveur divine. Nous ne devons point nous confier en nous-mêmes ou en nos bonnes œuvres; mais quand nous allons au Christ en qualité d’êtres errants et pécheurs, nous trouvons le repos en son amour. Dieu acceptera quiconque s’approchera de lui en se prévalant entièrement des mérites du Sauveur sacrifié. Alors l’amour naît dans le cœur. Point d’extase, mais une confiance paisible et durable. Tout fardeau devient léger, car il est léger le joug que le Christ place sur nous. Le devoir devient une jouissance, le sacrifice un plaisir. Le sentier qui paraissait ténébreux est éclairé par le Soleil de justice. C’est ainsi que l’on marche dans la lumière comme le Christ est lumière. — Messages choisis 1:411-415.
Chapitre 6
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   55

similaire:

Étant donné que le mouvement adventiste s’est étendu dans toutes les parties du monde, les membres qui parlent et lisent les différentes langues ont désiré iconCe cours abordera les questions suivantes
«Je suis un homme bien», voici les mots qui résument ma vie – j’aide chaque personne âgée que je rencontre dans la rue, je donne...

Étant donné que le mouvement adventiste s’est étendu dans toutes les parties du monde, les membres qui parlent et lisent les différentes langues ont désiré icon«La frontière vibre de toutes les voix du monde»
«étrangers» dont on ne parle que dans les débats sur la sécurité, l’immigration, etc.; et qui sont un peu les invisibles, les intouchables...

Étant donné que le mouvement adventiste s’est étendu dans toutes les parties du monde, les membres qui parlent et lisent les différentes langues ont désiré iconLe programme culturel Depuis l’introduction des quatre notions, le...
«Gestes fondateurs et mondes en mouvement». Retrouvez le sur Eduscol une présentation synthétique : «Cette entrée permet de décoder...

Étant donné que le mouvement adventiste s’est étendu dans toutes les parties du monde, les membres qui parlent et lisent les différentes langues ont désiré iconAvant-Propos
«tableau noir». Car ce pays, comme bien d’autres dans le monde entier, jetait le trouble dans les activités de Satan. La Bible nous...

Étant donné que le mouvement adventiste s’est étendu dans toutes les parties du monde, les membres qui parlent et lisent les différentes langues ont désiré iconDans les communautés traditionnelles, les relations sociales étaient...
«morceler en plusieurs ‘’dèmoï’’ de nombreuses villes modernes étant donné leur gigantisme»3

Étant donné que le mouvement adventiste s’est étendu dans toutes les parties du monde, les membres qui parlent et lisent les différentes langues ont désiré iconL'humanisme, mouvement d'idées qui culmina en Europe au xvie siècle,...
«toutes faites» issues de la scolastique. Par l'autonomie de la raison, Montaigne affirma également l'autonomie de l'homme

Étant donné que le mouvement adventiste s’est étendu dans toutes les parties du monde, les membres qui parlent et lisent les différentes langues ont désiré iconRapport moral 2007 / 2008
«Loi 1901», son bureau est composé de 6 membres, assisté d’un Conseil d’Administration de 16 membres (mandat de 2 ans). Les réunions...

Étant donné que le mouvement adventiste s’est étendu dans toutes les parties du monde, les membres qui parlent et lisent les différentes langues ont désiré iconBedoin est un charmant village agricole du Mont Ventoux. Etendu sur...
...

Étant donné que le mouvement adventiste s’est étendu dans toutes les parties du monde, les membres qui parlent et lisent les différentes langues ont désiré iconBasilique Saint-Jean-de-Latran
«mère et tête de toutes les églises de la ville et du monde». Dans ces murs se déroulèrent plus de 250 conciles (assemblée d’évêques...

Étant donné que le mouvement adventiste s’est étendu dans toutes les parties du monde, les membres qui parlent et lisent les différentes langues ont désiré iconAvant de vous plonger dans la lecture de ce dossier, IL est préférable...
«comtois» indique une origine. C'est en effet en Franche-Comté qu'est née cette horloge. Mais alors, quelles sont les spécificités,...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com