Visite du vieux perpignan








télécharger 143.7 Kb.
titreVisite du vieux perpignan
page1/7
date de publication23.03.2018
taille143.7 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > histoire > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7
VISITE DU VIEUX PERPIGNAN

L'histoire de Perpignan, ou du moins du territoire communal, commence avec celle de Ruscino (Château-Roussillon), dont le site, déjà fréquenté au Néolithique, semble avoir été habité presque sans discontinuer depuis l'âge du Bronze final jusqu'au Moyen-Âge, connaissant son apogée sous le règne de l'empereur Auguste, avec la construction d'un forum, marque la plus évidente de l'importance administrative du lieu. Ruscino, capitale du Pagus ruscinonensis, avait alors le statut de colonie romaine, titre qu'elle perdra quelques décennies plus tard pour des raisons qui demeurent obscures. Son déclin semble commencer à la fin du Ier siècle, ce qui ne l'empêche sans doute pas de conserver une grande importance, malgré la concurrence d'Elne. Lorsque le comté du Roussillon est créé à la fin du VIIIe siècle, c'est apparemment Château-Roussillon (Castrum Rossilio) qui en est la capitale.

Aucun texte ne mentionne Perpignan avant le Xe siècle, preuve que la construction de la ville est tardive, même si diverses fouilles ont montré l'existence d'un habitat très ancien. Ce devait être au départ un domaine rural, puis un village, puis une petite ville qui devient vers l'an Mil la capitale du comté en remplacement de Château-Roussillon. Ce comté aura une existence propre jusqu'en 1172, date de la mort du comte Girard II qui, faute d'héritier, cède le Roussillon au comte-roi Alfons II d'Aragon (ou Alfons I de Barcelone). Devenue ville royale, Perpignan n'aura pas à s'en plaindre, puisque les premiers souverains, non seulement conservent aux habitants leurs droits antérieurs, mais leur en accordent de nouveaux (impossibilité d'être jugés ailleurs qu'à Perpignan, droit de mà armada etc.). La ville s'agrandit, d'autant que les rois veulent à tout prix y installer de nouveaux habitants, en particulier sur la petite colline du Puig (quartier Saint-Jacques) et aux alentours de celle-ci. C'est de cette époque que date la présence d'une importante colonie juive, qui à partir de 1250 sera confinée dans le Call, quartier muré situé en gros à l'emplacement de l'actuel couvent des Minimes.

L'histoire de Perpignan prend un important tournant en 1276, à la mort du roi Jaume Ier d'Aragon. Dans son testament daté de 1262, ce dernier avait en effet décidé de diviser son royaume en deux au profit de ses fils : l'un (Pere III d'Aragon) hérita de la couronne d'Aragon, l'autre, Jaume II, de celle de Majorque. Son territoire comprenait, outre Majorque, les comté du Roussillon et de Cerdagne, ainsi que la seigneurie de Montpellier. Les rois de Majorque s'installent à Perpignan, et y font bâtir le palais qui porte leur nom, achevé en 1309. C'est l'âge d'or de la ville, capitale éphémère d'un royaume tout aussi éphémère : en 1344, après une succession de guerres et d'armistices, les troupes de Pere IV, roi d'Aragon, entrent dans Perpignan et, malgré quelques soubresauts, le royaume de Majorque disparaît peu après.

L'une des constantes de l'histoire de Perpignan et du Roussillon, c'est le rôle important qu'y a tenu le royaume de France. Certes, depuis le traité de Corbeil de 1258, la France avait renoncé à tout droit sur le Roussillon et la Catalogne. Mais le moindre prétexte était bon pour venir en aide à tel ou tel camp, et tenter par là de rétablir une suzeraineté dont le souvenir était bien présent dans l'esprit des monarques français. Le premier épisode date de 1284, avec la Croisade d'Aragon, menée par Philippe III le Hardi contre Pere III d'Aragon, avec le soutien du roi de Majorque Jaume II. Un instant victorieux, les Français, victimes à la fois d'une contre-attaque et d'une épidémie de dysenterie, doivent s'incliner et Philippe III meurt à Perpignan le 5 octobre 1285.

Nouvelle intervention française deux siècles plus tard, à la suite d'une obscure querelle concernant la succession du trône de Navarre : appelé à l'aide par le roi d'Aragon Jean II pour mater les révoltes populaires, Louis XI envahit et annexe le Roussillon et la Cerdagne. La ville va connaître trentre années terribles : d'abord conquise en 1463, elle se révolte en 1472-73, sous l'impulsion de Jean II qui s'y est réfugié et a renié son ancien allié. Les troupes françaises la quittent, mais reviennent l'assiéger quelques mois plus tard. Le siège sera très long, et les Perpignanais affamés finiront par capituler en décembre 1475. L'occupation durera jusqu'en 1493, année où Charles VIII, successeur de Louis XI, rend le Roussillon et la Cerdagne à Ferdinand II d'Aragon, époux d'Isabelle de Castille et grand-père de Charles-Quint.

Entre temps, Louis XI avait fait renforcer les défenses de Perpignan, transformant notamment le palais des rois de Majorque en citadelle. Par un curieux paradoxe, ces travaux furent bien utiles pour repousser les assauts des troupes de François Ier, qui en 1542, assiégèrent la ville sans succès. Mais les Français n'avaient pas dit leur dernier mot : un siècle plus tard, lors de la guerre des Segadors, les Catalans révoltés contre le pouvoir castillan font appel à Louis XIII pour leur venir en aide. Après un siège de quelques mois, les troupes françaises entrent dans Perpignan (1642), et pour une fois elles sont accueillies triomphalement. Ce que les habitants ne savaient sans doute pas, c'est qu'elles n'en partiraient plus jamais. En 1659 (traité des Pyrénées), le Roussillon est annexé à la France, et Perpignan devient la capitale de la toute nouvelle province du Roussillon. Vauban renforce la citadelle et construit de nouveaux remparts englobant les anciens faubourgs. Mais ces remparts ne serviront plus à rien : lors de la dernière incursion espagnole en Roussillon (1793), les troupes françaises massées au Serrat d'en Vaquer repoussèrent les assaillants lors de la bataille de Canohès. Devenus inutiles, les remparts seront en partie démolis en 1859 (rive droite de la Basse), puis totalement entre 1904 et 1907, facilitant les nouvelles constructions.

La population médiévale était déjà très importante, avec 3640 feux en 1378, soit environ 15 000 habitants. Il faudra attendre le XIXe siècle pour retrouver de tels chiffres (14 864 habitants en 1820). On dépasse les 30 000 habitants en 1881 (31 735 hab.), puis les 50 000 en 1921 (53 742) et les 100 000 en 1968 (102 191). C'est l'époque où se construit la ville nouvelle du Moulin à Vent, symbole de la croissance perpignanaise. Depuis cette date, la population est restée relativement stable au-dessus des 100 000 habitants

Forum

  1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Visite du vieux perpignan iconProgramme des excursions lors des escales pour les croisières
«corniche» (voie côtière), où vous pourrez admirer le château et les jardins Borély (pas de visite intérieure). L'excursion prévoit...

Visite du vieux perpignan iconSortie culturelle – visite du château de Versailles
«Histoire de l’art» et sera chargé de rédiger commentaires et petits textes sur des thèmes importants de la visite

Visite du vieux perpignan iconProgramme des excursions lors des escales pour les croisières
«(visite extérieure seulement) et découvrirez la «Cisterne del Ducale» où vous attendra une dégustation avec des spécialités Génoises...

Visite du vieux perpignan iconL’atelier voyage De Laurence
«Tout puissant». Continuation avec la visite de Castelbuono fondée par les Byzantins: promenade dans le centre-ville avec visite...

Visite du vieux perpignan iconElements notes lors de la visite de la mediatheque du haillan
«alternatives à la Dewey»a été essentiellement consacrée à la visite commentée de la médiathèque du Haillan, les 5 personnes présentes...

Visite du vieux perpignan icon1 «Mystère des Vieux châteaux de France Fontainebleau»; «Gaillon»
«Mystère des Vieux châteaux de France – Fontainebleau»; «Gaillon» 2 vols in Renaud éditeurs. Rel demi bas abîmées

Visite du vieux perpignan iconRésumé : Cette recherche s’intéresse à l’étude du processus de construction...
«Exploration du processus de construction de significations d’une expérience culturelle de visite d’un site patrimonial : les sites...

Visite du vieux perpignan iconSplendeurs du vieux sud

Visite du vieux perpignan iconHors du vieux centre historique

Visite du vieux perpignan icon1. Clique d’abord sur «Visite virtuelle Haussman» et regarde l’introduction...
«Visite virtuelle Haussman» et regarde l’introduction à la belle architecture du bâtiment








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com