Que peut nous dire le mouvement révolutionnaire de l’Internationale Situationniste plus de 40 ans après sa dissolution officielle ? Qu’en est-il aujourd’hui de la valeur radicale de ces théories et pratiques ?








télécharger 64.33 Kb.
titreQue peut nous dire le mouvement révolutionnaire de l’Internationale Situationniste plus de 40 ans après sa dissolution officielle ? Qu’en est-il aujourd’hui de la valeur radicale de ces théories et pratiques ?
date de publication29.04.2018
taille64.33 Kb.
typeSolution
ar.21-bal.com > histoire > Solution
L’Internationale Situationniste et la performance contemporaine
Vendredi 24 mars, 2017 14 h – 22 h , Théâtre des Amandiers, Nanterre,

Samedi 25 mars 2017, 14 h – 23 h, Théâtre l’Échangeur, Bagnolet.

Que peut nous dire le mouvement révolutionnaire de l’Internationale Situationniste plus de 40 ans après sa dissolution officielle ? Qu’en est-il aujourd’hui de la valeur radicale de ces théories et pratiques ?

Comment les artistes et les organisations culturelles s’approprient-ils aujourd’hui les outils critiques de l’IS, et à quelles fins ?

Que peuvent la situation, le détournement, la dérive dans une société régie par une logique culturelle de type néo-libéral ?

Qu’en est-il de l’actualité des liens entre art, performance, spectacle et action politique ?
Durant deux journées en France (Nanterre et Bagnolet, 24 et 25 mars 2017) et deux journées au Royaume-Uni (Glasgow, 9 et 10 juin 2017), ces problématiques seront discutées et débattues au cours d’une série d'ateliers théoriques et pratiques.
Les journées de mars prendront appui sur les notions de SITUATION et de DÉTOURNEMENT et celles de juin sur celle de DÉRIVE, mais l’ensemble des notions employées par l’IS sera passée au crible de notre pratique et de nos analyses.
Avec le concours d’artistes, d’activistes de tous ordres, d’étudiants et de chercheurs, nous convoquerons et investiguerons la mémoire historique et les archives de et sur l’IS. Il s’agira de confronter l’I.S. au présent via la notion de performance, dans une démarche d'actualisation pratique et créative, critique et festive :

-    actualisation, au sens de réflexion sur l'adéquation des questions posées par l'IS dans notre présent politique, esthétique, théâtral.

-      actualisation, au sens de mise en place concrète, sur la scène universitaire, sur la scène théâtrale et sur la scène politique. 
Les prises de position de l'IS sur la performance, ses actions rhétoriques, politiques et artistiques seront convoquées et examinées pour penser leur articulation avec notre présent politique et esthétique. 
L’équipe des Universités de Glasgow, du Kent et de Paris Ouest-Nanterre, accompagnée du théâtre l’Échangeur et d’intervenants belges, britanniques, italiens et français présentera des interventions de différents formats : pour les uns des réalisations, performances, projections, pour les autres des réflexions critiques, tables rondes, présentations de recherche de manière à penser/croiser les recherches et à en débattre. 
Ces journées entrent dans le cadre d’un projet franco-britannique et plus largement européen. Il est inscrit dans un ensemble de recherches théoriques et pratiques portant sur les liens du passé et du présent : Care for the future, Passé dans le présent sont les mots d’ordre des deux tutelles qui financent ce travail : l’AHRC britannique et l’ANR Labex française.

PROGRAMME du Vendredi 24 mars

14 h – 22 h

THÉÂTRE NANTERRE-AMANDIERS

Planétarium
En continu, 14h-16h et 17h-20h : GK Collective performance “Urgence”

Spectacle pour un seul spectateur - A partir de 18 ans. durée : 30 minutesJauge réduite ! Réservation indispensable par mail : theatrecache@gkcollective.org

14h – 15h30 - Séquence Les archives, aujourd’hui :

  • Laurence Le Bras, BnF fonds Debord (situation/détournement et spectacle : les documents relatifs à ces termes dans les fonds Debord)

  • Fabrice Flahutez, Université Paris Ouest-Nanterre (intervention sur le détournement des images publicitaires, à partir des recherches menées avec Fabien Danesi)

  • Fabien Danesi, Intervention vidéo (Université Jules Verne, Amiens)

  • Emmanuel Guy : Le jeu de la guerre : mise en pratique.




  • 15h30- 16h30 - Séquence Théâtre et spectacle : détournement du dispositif théâtral -1

  • Mirabelle Rousseau, Muriel Malguy, Yannick Bouquard et le T.O.C. (présentation d’essais de création d’un spectacle-installation sans acteur à partir de textes et archives de Guy Debord)


16h30-17h - PAUSE
17h-18h15 - Séquence Architecture performative et territoire urbain

  • Emilio Lopez-Menchero (Performeur, Bruxelles) : Conférence documentée

  • Ewen Chardronnet (Auteur, curateur et performeur, Paris) : présentation de l’architecture performance et du Bureau D’urbanisme Unitaire

  • Discussion et retours avec les étudiants en architecture de l’Université Libre de Bruxelles


18h15 – 19h30 - Séquence Média, réseaux, organismes et productions alternatifs

- Bérénice Serra (Zurich) et Selma Lepart (ENSAD, Paris) présentation et performance du projet intermédia Galerie 2

  • Jan Ritsema, fondateur du Performing Arts Forum (Saint-Erme): possibles filiations entre l’IS et des pratique concrètes d’organisation politique et culturelle

  • Collectif Tremblements, projection du film collectif Tremblements

  • Modération : Marielle Pelissero, (Université Paris –Nanterre)


19h30-20h15 - Séquence Bruxelloise avec Jan Bucquoy

  • Jan Bucquoy, cinéaste, Bruxelles : projection projection d’un documentaire de 20 minutes sur son travail et son parcours, témoignage sur la subculture situationniste à Bruxelles, discussion avec Karel Vanhaesebrouck, (Université Libre de Bruxelles)


*  20h15- 21h - PAUSE REPAS  *
21h- 21h30 - Séquence Théâtre et spectacle : détournement du dispositif théâtral - 2

  • Compagnie GK Collective (Pantin) : présentation du théâtre caché, conversation et retour d’expérience des spectateurs


21h30 – 22h30 - Séquence spectacle, corps et identité

  • Performance de Jules Beckman, Pleasure Test

PROGRAMME du Samedi 25 mars

14 h – 23 h

THÉÂTRE L’ÉCHANGEUR - BAGNOLET





14h : accueil public



14 h15 : Séquence autour de l’ouvrage Situations, dérives, détournements.

Patrick Marcolini : « La fin de l'art et ses suites. Sur un paradoxe situationniste » Durée : 30 minutes

François Coadou : introduction sur le propos du livre en général, prise de parole à partir de son article « Retour sur le détournement »

Vanessa Theodoropoulou : prise de parole à partir de son article « Prendre positions sur à peu près tous les aspects de l’existence qui se propose à nous… La critique situationniste des avant-gardes et néo-avant gardes artistiques »

Modérateur : Olivier Neveux
15h30 : Graeme Miller : installation-performance Durée : 40 minutes
16h15 : Pause (30 min.)
En parallèle, spectacle pour 23 spectateurs :

16 h 15

et 16 h 45

Benjamin Verdonck : “Gille leert Lezen” (“Gille apprend à lire”)

Durée : 12 minutes



16h45 – 18 h 15 : Séquence Pratiques d’émancipation

Arnaud Elfort : polysémie du vandalisme

Nicolas Ferrier : participation vs. émancipations (expérience quartiers nord de Marseille)

Table ronde / retour avec Elfort, Lopez et les étudiants en archi de Bruxelles
18h 15 – 19 h 15 : Benjamin Verdonck : présentation du projet Kalendar.

Modérateur : Karel Vanhaesebrouck

Durée : 45 minutes
19 h 15 : Poème sonore de Graeme Miller

Durée : 10 minutes
19 h 30 : Envoûtements, Spectacle, Proférations. Conférence en action pour une chercheuse, deux acteurs, un musicien. Cie Public chéri.

Durée : 1 h.
20 h 30 : Pause dîner (45 min)
21 h 15 : Défilé et Table-ronde sur la SAPE

avec Pedro Monaville (NYUAD), Manuel Charpy (CNRS Lille3 ), Le Bachelor (styliste et fondateur de la boutique Connivence, Paris) Orchy Nzaba (Chorégraphe) Modérateur : Alice Carré


Intervenants

Séquence “Les archives, aujourd’hui”
Laurence Le Bras est chargée de collections au Service des manuscrits modernes et contemporains du département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. Elle y est responsable du fonds Guy Debord.
Fabrice Flahutez est historien de l’art à l’Université de Paris Nanterre, éditeur et cinéaste. Il a publié de nombreux ouvrages sur le surréalisme, le lettrisme et l’Internationale Situationniste et notamment avec Fabien Danesi et Emmanuel Guy, La fabrique du cinéma de Guy Debord chez Actes Sud en 2013.
Fabien Danesi est docteur en histoire de l'art, et maître de conférences en pratique et théorie de la photographie à l'UFR des Arts de l'Université de Picardie Jules-Verne à Amiens. Ancien pensionnaire de la Villa Médicis-Académie de France à Rome, en 2007-2008,  il est responsable depuis septembre 2014 du programme du Pavillon Neuflize OBC, laboratoire de création du Palais de Tokyo. Parmi ses  ouvrages, on peut citer Le Mythe brisé de l’Internationale situationniste. L’aventure d’une avant-garde au coeur de la culture de masse (1945-2008) (Dijon, Les presses du réel, 2008) et Le Cinéma de Guy Debord ou la négativité à l’oeuvre (1952-1994) (Paris, Paris expérimental, 2011). 
Emmanuel Guy est enseignant-chercheur en Histoire de l'Art et du Design à Parsons Paris The New School. Il a publié divers ouvrages et articles sur Guy Debord et l'Internationale Situationniste. Il travaille actuellement à la réédition du Jeu de la guerre de Guy Debord et à l'édition d'un ouvrage consacré à ce sujet à paraître aux éditions B42 en 2018. 
Séquence Théâtre et spectacle : détournement du dispositif théâtral -1
Mirabelle Rousseau est metteuse en scène au T.O.C. (Le Théâtre Obsessionnel compulsif). Son travail porte sur des écritures d'avant garde, textes non-théâtraux, inachevés ou théoriques . Ces dernières années elle met en scène Iris de Jean-Patrick Manchette, SCUM manifesto de Valerie Solanas, des textes de Raymond Roussel, Philip K. Dick et prépare actuellement un spectacle à partir de l'œuvre de Guy Debord. Mirabelle travaille également auprès de Bernard Sobel depuis quinze ans. Elle intervient à l’Université de La Sorbonne Nouvelle et d’Aix-Marseille en études théâtrales .



Muriel Malguy est dramaturge pour le t hé â tre et correctrice pour l'édition et les médias. Co-fondatrice de la Cie  T.O.C., elle participe à toutes les créations d u T.O.C. et mène des recherches sur les œuvres de W.S. Burroughs, H.von Kleist, B. Brecht, J. Lenz, P.K. Dick, J.-P. Manchette, et actuellement sur G. Debord pour la prochaine création du T.O.C. Elle travaille également comme dramaturge pour l'ANETH, Alexandre Zeff et Laeticia Guédon et est cofondatrice de Février, collectif artistique Toulousain, créateur d’événements de sensibilisation à l’écriture théâtrale contemporaine.
Yannick Bouquard est né à Marseille et arrive à Paris au début des années 2000. En 2014, il écrit Squat, édité aux éditions du Rouergue. Il participe à la revue Carnet d'art, y publie nouvelles et poésies. Il est également monteur vidéo, aussi bien dans un milieu broadcast que plus underground. Issu d'un BTS audiovisuel, il travaille actuellement dans la publicité, le clip, le cinéma et la série d'animation. Il réalise plusieurs court-métrages indépendants (Monologue-urbain, Thésée, Apocalypse Circus), a expérimenté la pellicule Super 8, 16, et la stop-motion. Autodidacte, il cultive ses influences : du haïku à la SF.
Séquence Architecture performative et territoire urbain
Emilio LÓPEZ-MENCHERO est espagnol, il est né en Belgique en1960 et vit à Bruxelles. Son activité est pluridisciplinaire. L’intervention urbaine et architecturale, l’action performative, le dessin, la photo, le son, la vidéo et la peinture font partie de ses outils. Il vend des Atomiums à Venise, lance le cri de Tarzan à travers Gand, réalise un porte-voix géant public. En pleine crise communautaire belge, il installe entre Molenbeek et Bruxelles, une réplique du Checkpoint Charlie et bloque toute la circulation.
Ewen Chardronnet est un écrivain, journaliste, artiste et commissaire d'exposition français. Il a participé ces vingt dernières années à divers projets activistes de pseudonymes collectifs et groupes d'artistes d'influences situationniste ou néoiste. Son premier livre, "Quitter la gravité", est une anthologie de l'Association des Astronautes Autonomes (Éditions de l'Éclat, 2001). Il a récemment publié "Mojave Epiphanie : une histoire secrète du programme spatial américain" (Inculte, 2016) et vient de traduire le "Dictionnaire de réalité tactique" de Konrad Becker (Supernova, 2017).
Séquence Média, réseaux, organismes et productions alternatifs
Bérénice Serra, artiste pluridisciplinaire, donne forme à la fois à des objets, des performances, des installations et des éditions imprimées ou numériques. Ses pièces sont souvent le résultat d’une exploration des multiples dimensions sensibles qui déterminent l’expérience et la compréhension de l’espace. Elles cherchent, plus précisément, à dessiner des possibilités nouvelles à partir des gestes et autres investissements corporels impliqués dans les différents outils de représentation, de figuration et de normalisation de l’espace.
Selma Lepart construit son travail de sur une convergence pluridisciplinaire impliquant des recherches du domaine des Arts, des sciences, de la sociologie et des sciences cognitives. Elle explore à travers son travail les notions d'apparition et de codification du monde ainsi que les questions relationnelles entre l'être humain et les objets / la matière.
Jan Ritsema est un metteur en scène Néerlandais, danseur et co-fondateur de PAF (Performing Arts Forum), lieu de résidence alternatif situé près de Reims, qui accueille chaque années environ 800 résidents internationaux (artistes, scientifiques et activistes des médias). Ritsema ouvre actuellement MAS, un autre lieu de résidence alternative à Massiaru (Estonie).
Collectif Tremblements
Séquence Bruxelloise avec Jan Bucquoy
Jan Bucquoy est un cinéaste et auteur de bandes dessinées belge. Il dirige également des institutions plus ou moins durables et sérieuses, comme le musée de la femme et le musée du slip. Il est également connu pour ses manifestations anarchistes, comme ses coups d'États annuels à Bruxelles.
Karel Vanhaesebrouck est professeur en histoire et esthétique du spectacle vivant à l’ULB, où il coordonne le Master en arts du spectacle vivant. Il enseigne également l’histoire du théâtre de la culture au RITCS (Royal Institute for Theatre, Cinema and Sound) à Bruxelles, où il dirigea le département de théâtre de 2010 à 2016, et à l’ESACT à Liège. Il est également dramaturge, pour Theater Antigone à Courtrai (notamment Tribuna(a)l).Ses recherches portent sur le théâtre et la culture théâtrale de la première modernité (théâtralité baroque, représentation de violence, théâtre anatomique, etc.), et cela en suivant les enjeux de la création contemporaine en Europe de près.
Séquence Théâtre et spectacle : détournement du dispositif théâtral – 2
Gabriella Cserhati est directrice artistique du GK Collective, un groupe de recherche théâtrale. Sa question fondamentale: comment atteindre un spectateur du 21ème siècle? La compagnie explore la micro-jauge. Et si c'était le théâtre en tant qu'expérience qui correspondait au mieux à notre société?
Séquence spectacle, corps et identité
Jules Beckman, américain d’origine, vit en France depuis 2002. Artiste pluridisciplinaire, pédagogue, il bosse depuis 1987 dans les milieux contemporains, populaires et underground du spectacle. Depuis 2014 il travail avec Jan Lauwers & Needcompany. Il est actuellement à la recherche de coproducteurs pour son solo Pleasure Test avec Cie Libertivore.
Samedi 25 mars
Table ronde autour de l’ouvrage Situations, dérives, détournements.
Patrick Marcolini est chercheur en philosophie de l'art et en histoire des idées, membre du Groupe de recherches matérialistes (GRM). Ses travaux portent sur le mouvement situationniste, et plus généralement sur les interactions entre culture et politique au XXe siècle. Il a notamment publié "Le Mouvement situationniste. Une histoire intellectuelle" (L'échappée, 2012), et collaboré au catalogue de l'exposition "Guy Debord, un art de la guerre" (Gallimard, 2013). Il dirige la collection « Versus » aux éditions L'échappée.
Vanessa Theodoropoulou  est docteure en histoire de l’art, prof. d’histoire de l’art à l’Esba TALM (Angers), chercheuse associée à l’HiCSA. Ses recherches portent sur le mouvement situationniste, les projets collectifs et collaboratifs, les enjeux politiques et épistémologiques de différentes pratiques artistiques contemporaines. Parmi ses récentes publications : « Prendre position sur à peu près tous les aspects de l’existence qui se propose à nous. La critique situationniste des avant-gardes et néo-avant-gardes artistiques  », in Situations, dérives, détournements – Statuts et usages de la littérature et des arts chez Guy Debord, Paris, Art Book Magazine- Les Presses du réel, 2017
François Coadou est philosophe, historien d'art, critique d'art. Professeur à l'ENSA Limoges. Directeur de la collection "Perspectives inactuelles" aux éditions Art Book Magazine. Membre de l'AICA. Publications récentes : Guy Debord, Lettres à Marcel Mariën (La Nerthe, 2015), Joël Hubaut. Un éloge de l'impureté (ENd éditions, 2015), Situations, dérives, détournements (Art Book Magazine éditions, 2017).
Olivier Neveux est professeur d’études théâtrales à l’ENS de Lyon. Rédacteur en chef de Théâtre/Public. Auteur, entre autres, de Politiques du spectateur (La Découverte, 2013), Le Théâtre de Jean Genet (Éd. Ides et Calendes, 2016). 

Graeme Miller
Benjamin Verdonck est artiste associé au Toneelhuis d'Anvers et au KVS de Bruxelles. Après une formation d'acteur au Conservatoire royal flamand d'Anvers, il développe une oeuvre personnelle traversant différentes formes du spectacle vivant : théâtre de texte, danse, théâtre musical, théâtre d'objets, performances en salle ou en extérieur, installations plastiques... il a travaillé avec Ivo van Hove, Johan Simons et Arne Sierens avant de proposer des créations dans l'espace public.
Nicolas Ferrier travaille comme assistant à la production, à la régie et à la mise en scène pour différentes équipes, tant au niveau local qu'international. Après des études de philosophie, une école de théâtre, et un doctorat en Littérature française et comparée, il intervient à l'université et en tant que médiateur culturel dans des établissements culturels et socio-culturels. Ses recherches actuelles portent sur les liens entre philosophie, culture et psychopathologie au sein d'institutions dédiées.
Arnaud Elfort écrit des textes et réalise des photographies et des éditions. Sa pratique interroge les rapports entre art et pouvoirs, notamment dans la production, l'interprétation et la diffusion des signes. Ses terrains d'investigation sont Boulogne-Billancourt, Drancy, Bamako, Rio de Janeiro, Alger, Fort-de-France.






Envoûtements, Spectacle, proférations. Compagnie Public Chéri
Cristina De Simone est docteure en Études théâtrales de l’Université Paris-Nanterre. Elle est l’auteure d’une thèse qui retrace une histoire de la poésie-performance à Paris, de l’après-guerre à Mai 68 (« Proféractions ! Poésie en action à Paris, 1946-1969 »). Elle est actuellement collaboratrice artistique au Théâtre l’Échangeur à Bagnolet.




Régis Hebette est metteur en scène et auteur. Il dirige la compagnie Public Chéri et le Théâtre l’Échangeur à Bagnolet qu’il a créé en 1996. Il a notamment adapté pour la scène Antonin Artaud, Miguel de Cervantès, Hélène Bessette et monté ses propres textes : Onomabis repetito, Ex-onomachina, Populiphonia



Table ronde SAPE et situation
Pedro Monaville est professeur assistant à New York University Abu Dhabi. Il est titulaire d’un doctorat en histoire africaine de l’Université du Michigan. Ses recherches actuelles portent sur l’histoire des imaginaires politiques en République Démocratique du Congo, et il prépare un livre sur la participation des étudiants congolais aux mouvements de protestations des “années 68”.
Alice Carré est docteure en Arts du spectacle, sa thèse portait sur les mythologies du vide dans la scénographie contemporaine (dir. J.L. Besson et M. Freydefont, Nanterre). Elle écrit, met en scène ou collabore à divers projets artistiques, dont plusieurs sont liés à des thématiques post-coloniales et ont trait à l’histoire des Congo.
Manuel Charpy
Orchy Nzaba
Le Bachelor




Organisateurs






Christian Biet est Professeur d’Histoire et esthétique du théâtre à l’Université de Paris Nanterre et membre de l’Institut Universitaire de France. Spécialiste de l’histoire des idées et des questions relatives au théâtre, en particulier de l’Ancien Régime, il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages. Il est aussi secrétaire général de la revue Théâtre/Public.
Nathalie Cau

Nathalie Cau achève une thèse sur les performances parmi les DPs (1945-48), dirigée par Jean-Louis Besson à Nanterre où elle exerce comme chargée de cours et ingénieure d'études. Assistante à la mise en scène puis dramaturge au sein de structures institutionnelles ou moins, elle collabore avec P.I.L.E. depuis 2015 (prochaine création : Un steak, d'après Jack London, juil. 2017, Gare au théâtre).
Cristina De Simone
Clare Finburgh est enseignante-chercheuse en théâtre à l’Université de Kent, Angleterre. Son domaine de recherches se consacre aux théâtres britannique, français et francophone, notamment l’œuvre de Jean Genet, sur laquelle elle a coécrit Jean Genet (2012). Ses publications les plus récentes comprennent la monographie Watching War on the Twenty-First-Century Stage : Spectacles of Conflict (2017) et le recueil d’essais Rethinking the Theatre of the Absurd : Ecology, the Environment and the Greening of the Modern Stage (2015).
Carl Lavery est Professeur du Theatre et Performance à l'Université de Glasgow. Il est l'auteur de plusieurs textes sur le théâtre contemporain parmi lesquels : Rethinking the Theatre of the Absurd: Ecology, Environment and the Greening of the Modern Stage (avec Clare Finburgh, 2015); 'On Ruins and Ruination', a special edition of Performance Research (2015) and 'What Can Theatre do:'Performance and Ecology': Green Letters, A Journal of Ecocriticism (2016). Il travaille aussi comme artiste-chercheur et il a exhibé son film et performance Return to Battleship Island en Buenos Aires, Tokyo, Londres et LA. Actuellement, il travaille sur le Glasgow Glam Rock Dialogues avec son collègue Dr David Archibald et quelques membres du groupe Franz Ferdinand.



Marielle Pelissero est docteur en arts du spectacle (Université Paris-Nanterre). Après une thèse intitulée « De l’underground à la superstructure – émergence de la notion de performance (1963-1973) », elle mène une recherche théorique et pratique sur les enjeux esthétiques et politiques des différences et des affinités entre performance, spectacle et représentation.

similaire:

Que peut nous dire le mouvement révolutionnaire de l’Internationale Situationniste plus de 40 ans après sa dissolution officielle ? Qu’en est-il aujourd’hui de la valeur radicale de ces théories et pratiques ? iconRémunérer des unités d’œuvre définies et dont on peut comparer le...
«Notre Père», nous sommes disposés à vous verser, chaque mois, plusieurs millions d’euros. IL suffirait de remplacer simplement la...

Que peut nous dire le mouvement révolutionnaire de l’Internationale Situationniste plus de 40 ans après sa dissolution officielle ? Qu’en est-il aujourd’hui de la valeur radicale de ces théories et pratiques ? iconQuelle source dans les exercices
«Nos villes d’un cœur brûlant», nous sommes invités à contempler la ville d’aujourd’hui comme elle est; dans «Les mots de Dieu pour...

Que peut nous dire le mouvement révolutionnaire de l’Internationale Situationniste plus de 40 ans après sa dissolution officielle ? Qu’en est-il aujourd’hui de la valeur radicale de ces théories et pratiques ? iconLe véritable israël aujourd'hui
«convocation à renaître» qui est le sens réel du mot «église». Ce que nous avançons va s'éclaircir davantage à mesure que nous progressons...

Que peut nous dire le mouvement révolutionnaire de l’Internationale Situationniste plus de 40 ans après sa dissolution officielle ? Qu’en est-il aujourd’hui de la valeur radicale de ces théories et pratiques ? iconThème : l'initié, est celui qui est admis à la connaissance, à la...
«Ordre» et «Initiatique», dans le cadre qui anime mes propos d’aujourd’hui, c’est-à-dire celui de la Grande Loge de France travaillant...

Que peut nous dire le mouvement révolutionnaire de l’Internationale Situationniste plus de 40 ans après sa dissolution officielle ? Qu’en est-il aujourd’hui de la valeur radicale de ces théories et pratiques ? iconFour Seasons, en collaboration avec Visionary Partners, ressuscite...
«The Surf Club fourmille d’histoires fascinantes, et aujourd’hui nous réinventons le passé nostalgique de Miami et son fameux «beach...

Que peut nous dire le mouvement révolutionnaire de l’Internationale Situationniste plus de 40 ans après sa dissolution officielle ? Qu’en est-il aujourd’hui de la valeur radicale de ces théories et pratiques ? iconCitations voile (sports nautiques)
«Les sportifs d’aujourd’hui sont des machines. Nous, navigateurs, non. C’est impossible de se doper pendant trois semaines. La navigation...

Que peut nous dire le mouvement révolutionnaire de l’Internationale Situationniste plus de 40 ans après sa dissolution officielle ? Qu’en est-il aujourd’hui de la valeur radicale de ces théories et pratiques ? iconSud-Ouest du 19 février 2016 par Gaëlle Richard
«Ce déménagement crée énormément d'enthousiasme, assure Sophie Gille, directrice de la polyclinique de Bordeaux-Tondu depuis cinq...

Que peut nous dire le mouvement révolutionnaire de l’Internationale Situationniste plus de 40 ans après sa dissolution officielle ? Qu’en est-il aujourd’hui de la valeur radicale de ces théories et pratiques ? iconTome II le mouvement national-socialiste Chapitre premier
«programme d’un parti», puis comment, de temps en temps, celui-ci est fignolé et léché. On doit surtout regarder à la loupe les mobiles...

Que peut nous dire le mouvement révolutionnaire de l’Internationale Situationniste plus de 40 ans après sa dissolution officielle ? Qu’en est-il aujourd’hui de la valeur radicale de ces théories et pratiques ? iconAujourd’hui, nous allons parler d’un pays qui a une histoire très ancienne, plus de

Que peut nous dire le mouvement révolutionnaire de l’Internationale Situationniste plus de 40 ans après sa dissolution officielle ? Qu’en est-il aujourd’hui de la valeur radicale de ces théories et pratiques ? iconProgramme de lecture pour la colle n°4
«Pratique d’ingénieur et mesure de la valeur : le cas de la téléphonie» : un article intéressant pour compléter les théories traditionnelles...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com