En jaune des livres qui ont commencé leur voyage et qui sont de passage chez nous avec des carnets contenant généralement des créations. Tous les autres sont disponibles également et n’ont pas commencé leur voyage








télécharger 102.45 Kb.
titreEn jaune des livres qui ont commencé leur voyage et qui sont de passage chez nous avec des carnets contenant généralement des créations. Tous les autres sont disponibles également et n’ont pas commencé leur voyage
page1/4
date de publication11.06.2018
taille102.45 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > histoire > Documentos
  1   2   3   4
ASSOCIATION « Les Cueille-Mémoire »

Chemin de l’église

46260 Puyjourdes

lescueillememoire@sfr.fr
LIVRES DISPONIBLES :

En jaune des livres qui ont commencé leur voyage et qui sont de passage chez nous avec des carnets contenant généralement des créations. Tous les autres sont disponibles également et n’ont pas commencé leur voyage.
A Spot of Bother by Mark Haddon

`An acutely observed portrait of family that leaves you smiling in acknowledgement of the madness and sadness that's all around us.' Townswoman
Boomerang de Tatiana de Rosnay

« Sa sœur était sur le point de lui révéler un secret… et c’est l’accident. Elle est grièvement blessée. Seul, l’angoisse au ventre, alors qu’il attend qu’elle sorte du bloc opératoire, Antoine fait le bilan de son existence : sa femme l’a quitté, ses ados lui échappent, son métier l’ennuie et son vieux père le tyrannise. Comment en est-il arrivé là ? Et surtout, quelle terrible confidence sa cadette s’apprêtait –elle à lui faire ? Entre suspense, comédie et émotion, Boomerang brosse le portrait d’un homme bouleversant, qui nous fait rire et nous serre le cœur. Déjà traduit en plusieurs langues, ce roman connaît le même succès international que Elle s’appelait Sarah. »
Ce que le jour doit à la nuit de Yasmina Khadra

« Algérie, années 1930. Les champs de blés frissonnent. Dans trois jours, les moissons, le salut. Mais une triste nuit vient consumer l’espoir. Le feu. Les cendres. Pour la première fois, le jeune Younes voit pleurer son père.

Confié à un oncle pharmacien, dans un village de l’Oranais, le jeune garçon s’intègre à la communauté pied-noir. Noue des amitiés indissolubles. Et le bonheur s’appelle Émilie, une « princesse » que les jeunes gens se disputent. Alors que l’Algérie coloniale vit ses derniers feux, dans un déchaînement de violences et de trahisons, les ententes se disloquent. Femme ou pays, l’homme ne peut jamais oublier un amour d’enfance… »
Celui qu’on ne voit pas de Mari Jungstedt

« Après s’être disputée avec son compagnon lors d’une fête dans leur maison de campagne, Helena Hillerström sort promener son chien le long de la plage. Bientôt, cernée par un épais brouillard, elle sent qu’on la suit. Quelques heures plus tard, elle est retrouvée morte, tuée à coups de hache.

Frida Lindh, une jeune mère de trois enfants, quitte le bar où ses amis et elle se rencontrent régulièrement. Malgré la nuit et les quelques verres de vin qu’elle a bu, elle prend son vélo pour rentrer à la maison. Les rues sont désertes. Elle est seule. Non. Pas seule. Une ombre la suit. Celui qu’on ne voit pas.

Le commissaire Anders Knutas et son équipe mènent une longue et difficile enquête sous la pression des médias. Quel est le lien entre ses deux jeunes femmes ? Knutas doit au plus vite découvrir le mobile du meurtrier avant que celui-ci ne frappe de nouveau. »
Concerto à la mémoire d’un ange de Eric-Emmanuel Schmitt

« Quel rapport entre une femme qui empoisonne ses maris successifs et un président de la République amoureux ? Quel lien entre un simple marin et un escroc international qui vend des bondieuseries usinées en Chine ? Par quel miracle une image de Sainte Rita, patronne des causes désespérées, devient-elle le guide mystérieux de leurs existences ? Quatre histoires liées entre elles. Quatre histoires qui traversent l’ordinaire et l’extraordinaire de toute vie. Quatre histoires qui creusent cette question : sommes-nous libres ou subissons-nous un destin ? Pouvons-nous changer ? Concerto à la mémoire d’un ange est suivi du Journal tenu par Eric-Emmanuel Schmitt durant l’écriture. »
Dans la peau d’un Noir de J.H. Griffin

« Comment un écrivain américain s'est transformé en Noir avec l'aide d'un médecin, pour mener pendant six semaines la vie authentique des hommes de couleur

 "Si, au cœur des Etats du Sud, un Blanc se transformait en Noir, comment s'adapterait-il à sa nouvelle condition ? Qu'éprouve-t-on lorsqu'on est objet d'une discrimination fondée sur la couleur de votre peau, c'est-à-dire sur quelque chose qui échappe à votre contrôle ?" Telle est l'expérience que va faire J.H. Griffin ; grâce à une intervention médicale, il va pouvoir noircir sa peau. C'est une nouvelle vie qui s'offre à lui : il n'a plus accès aux restaurants, aux hôtels, ni même aux sanitaires dans lesquels il se rendait sans problème quelques jours auparavant. Il connaîtra la faim, la peur et la fatigue. C'est une vraie étude anthropologique, dans laquelle il nous montre deux mondes qui cohabitent sans se mélanger. Griffin souligne ainsi le racisme qui existe des deux côtés, la bêtise et les a priori des gens, qui font qu'ils ont peur de l'Autre. Une expérience courageuse à une époque où il ne faisait pas bon être Noir dans certains Etats d'Amérique... mais, même si du chemin a été parcouru, la situation est-elle vraiment si différente aujourd'hui ? » 
Dans l’or du temps de Claudie Gallay

« Le narrateur passe l’été en famille, avec sa femme et leurs jumelles de sept ans, dans leur maison normande au bord de la mer. Il rencontre par hasard Alice, une vieille dame abrupte et bienveillante à la fois, volontiers malicieuse. Il lui rend visite à plusieurs reprises et une attente semble s’installer : l’homme est en vacances, vacant pour ainsi dire, intrigué et attiré malgré lui ; Alice a des choses à raconter, qu’elle n’a jamais pu dire à personne, des souvenirs qui n’attendaient que lui pour remonter à la surface et s’énoncer. Tout commence par un voyage à New York qu’elle effectué dans sa jeunesse, en 1941, en compagnie de son père photographe et d’André Breton. Ensemble, ils ont approché les Indiens Hopi d’Arizona, dont l’art et les croyances les ont fascinés…

Dans l’or du temps plonge au plus intime de ses personnages par petites touches, l’air de rien. Hommage à la figure d’André Breton et à la culture sacrée des Indiens Hopi, ce magnifique roman célèbre les rencontres exceptionnelles, celles qui bouleversent l’âme et modifient le cours des existences. »
De beaux lendemains de Russell Banks

« L’existence d’une bourgade au nord de l’état de New York a été bouleversée par l’accident d’un bus de ramassage scolaire, dans lequel ont péri de nombreux enfants du lieu.

Les réactions de la petite communauté sont rapportées par les récits de quatre acteurs principaux. Il y a d’abord Dolorès Driscoll, la conductrice du bus scolaire accidenté, femme solide et généreuse, choquée par cette catastrophe. Viens Billy Ansel, le père inconsolable de deux des enfants morts. Ensuite, Mitchell Stephens, un avocat newyorkais poursuivant avec une hargne passionnée les éventuels responsables de l’accident. Et enfin Nicole Burnell, adolescente promise à tous les succès, qui a perdu l’usage de ses jambes et découvre ses parents grâce à une lucidité chèrement payée.

Ces quatre voix font connaître les habitants du village, leur douleur, et ressasse la question lancinante – qui est responsable ? – avec cette étonnante capacité qu’a Russell Banks de se mettre intimement dans la peau de ses personnages. »
De ma terre à la terre de Sebastião Salgado

« Le témoignage exclusif de Sebastião Salgado, l’un des plus grands photographes actuels, sur ses engagements en faveur d’une planète préservée.

Les photographies de Sebastião Salgado ont fait le tour du globe. Ses images en noir et blanc, ses portraits d’anonymes, notamment de travailleurs ou de réfugiés, et plus récemment son projet consacré aux endroits préservés de la planète sont connus pour la beauté de leurs lumières, leur force et la dignité des êtres qui s’y exprime.

Remontant le cours de ses reportages (« La main de l’homme », « Exodes », « Genesis ») et de son histoire, du Brésil à Paris – où Lélia Wanick Salgado, son épouse, et lui ont fondé l’agence Amazonas Images -, il nous confie son amour de la photographie et nous promène à travers le monde qu’il ne cesse de sillonner, pour aller voir, comprendre et témoigner. »
Dora Maar, prisonnière du regard d’ Alicia Dujovne Ortiz

« Dora Maar, Henriette Théodora Markovitch de son vrai nom, est née à Paris en 1907 d’un père croate, architecte, et d’une mère française, catholique fervente. Après une enfance austère passée à Buenos Aires, elle revient dans sa ville natale et s’y impose comme photographe surréaliste. Muse de Man Ray, compagne du cinéaste Louis Chavance puis de Georges Bataille, elle ne tarde pas à faire sien un cercle esthétique qui révolutionne le monde de l’art de l’entre-deux-guerres. Intellectuelle torturée, artiste à la conscience politique extrême, elle deviendra « la femme qui pleure », amante de Picasso, livrée aux exigences du génie, que leur rupture rendra folle, cloîtrée dans un mysticisme solitaire jusqu’à sa mort, en 1997. Ses portraits peints par Picasso seront alors vendus aux enchères, et son héritage âprement disputé puisque Dora choisit de tout léguer à l’Église. »

Du domaine des murmures de Carole Martinez

« En 1187, le jour de son mariage, devant la noce scandalisée, la jeune Esclarmonde refuse de dire « oui » : elle veut respecter son vœu de s’offrir à Dieu contre la décision de son père, le châtelain régnant sur le domaine des Murmures. La jeune femme est emmurée dans une cellule attenante à la chapelle du château, avec pour seule ouverture sur le monde une fenestrelle pourvue de barreaux. Mais elle ne se doute pas de ce qui est entré avec elle dans a tombe…

Loin de gagner la solitude à laquelle elle aspirait, Esclarmonde se retrouve au carrefour des vivants et des morts. Depuis son réduit, elle soufflera sa volonté sur le fief de son père et ce souffle l’entrainera jusqu’en Terre Sainte.

Carole Martinez donne ici libre cours à la puissance poétique de son imagination et nous fait vivre une expérience à la fois mystique et charnelle, à la lisière du songe. Elle nous emporte dans son univers si singulier, rêveur et cruel, plein d’une sensualité prenante. »
Elle s’appelait Sarah de Tatiana de Rosnay

« Paris, mai 2002. Julia Jamond, journaliste pour un magazine américain, est chargée de couvrir la commémoration de la rafle du Vel' d'Hiv. Au cours de ses recherches, elle est confrontée au silence et à la honte qui entourent le sujet. Au fil des témoignages, elle découvre, avec horreur, le calvaire des familles juives raflées, et en particulier celui de Sarah. Contre l'avis des siens, Julia décide d'enquêter sur le destin de la fillette et de son frère. Soixante ans après, cela lui coûtera ce qu'elle a de plus cher. Paris, le 16 juillet 1942 : la rafle du Vel' d'Hiv'. La police française fait irruption dans un appartement du Marais. Le petit Michel, paniqué, se cache dans un placard, et sa grande sœur Sarah, dix ans, l'enferme et emporte la clé en lui promettant de revenir. Mais elle est arrêtée et emmenée avec ses parents. »
En Patagonie avec Michel Houellebecq de Juremir Machado da Silva

« Michel Houellebecq en Patagonie ? Une fugue insolite au bout du monde avec l’auteur des Particules élémentaires et de La Carte et le Territoire racontée par son traducteur et ami brésilien.

Face aux paysages de la Patagonie et aux glaciers bleus de la Terre de Feu, errant dans les rues venteuses d’Ushuaia, l’écrivain se livre à de passionnantes révélations sur la littérature, l’art et la religion, l’amour et le sexe. Sans oublier les pingouins. C’est un Houellebecq intime et inattendu qui se révèle ici. »
Hôtel Iris de Yôko Ogawa

« Mari est réceptionniste dans un hôtel appartenant à sa mère. Un soir, le calme des lieux est troublé par des éclats de voix : une femme sort de sa chambre en insultant le vieillard élégant et distingué qui l’accompagne, l’accusant des pires déviances. Fascinée par le personnage, Mari se retrouve quelques jours plus tard, le suit et lui offre bientôt son innocence et dangereuse beauté.

Cette étonnante histoire d’amour, de désir et de mort entraîne le lecteur dans les tréfonds du malaise dont Yôko Ogawa est sans conteste l’une des adeptes les plus douées. »
Inconnu à cette adresse de Kressmann Taylor

« Une fiction constituée par la correspondance échangée entre 1932 et 1934 par deux amis, deux associés d'une galerie de peinture de San Francisco : Max Eisenstein, qui est juif et dont la sœur tente de faire une carrière de comédienne à Vienne ; et Martin Schulse, d'origine allemande et qui choisit de revenir s'installer à Munich. L'idée du récit fut inspirée à l'auteur par quelques lettres réellement écrites, paraît-il. Il connut dès sa parution dans 'Story Magazine' un succès incroyable. Le 'Reader's Digest' le reprit sous une forme condensée. Depuis il est devenu une sorte d'ovni littéraire, une manière de chef-d’œuvre secret. »
Je suis noir et je n’aime pas le manioc de Gaston Kelman

« Alors mon brave, dit un officiel français à un émigré convalescent dans un hôpital de Bamako, toi content repartir en France gagner des sous ? Toi faire quoi en France ? - Je suis Professeur de littérature à la Sorbonne, monsieur. »
« Un Noir, n'est-ce pas, ce n'est pas très intelligent ni cultivé. Il a certes de bons côtés : il se nourrit de manioc, il est rieur, enfantin, doué pour la musique (sauvage et rythmée, pas classique), mais il est surtout sous-développé et compense par un membre surdimensionné... Tout le monde le sait. Or, la France compte un nombre incalculable de ces individus qui font partie intégrante de la Nation, comme le dit Gaston Kelman. 
L'auteur vit depuis vingt ans en France et se définit avant tout comme bourguignon. Fort de son expérience, il dévide avec une verve parfois féroce les lieux communs qui pèsent sur les Noirs alternant le sérieux de son propos avec des anecdotes pathétiques, hilarantes et parfois cruelles. »
J'étais derrière toi de Nicolas Fargues

« C'est dans la trentaine que la vie m'a sauté à la figure. J'ai alors cessé de me prendre pour le roi du monde et je suis devenu un adulte comme les autres, qui fait ce qu'il peut avec ce qu'il est. J'ai attendu la trentaine pour ne plus avoir à me demander à quoi cela pouvait bien ressembler, la souffrance et le souci, la trentaine pour me mettre, comme tout le monde, à la recherche du bonheur. Qu'est-ce qui s'est passé? Je n'ai pas connu la guerre, ni la perte d'un proche, ni de maladie grave, rien. Rien qu'une banale histoire de séparation et de rencontre »
John l’Enfer de Didier Decoin

« Trois destins se croisent dans New York l'orgueilleuse, New York dont seul John l'Enfer pressent l'agonie. Trois amours se font et se défont dans ce roman de l'attirance et de la répulsion, de l'opulence et du dénuement. Abraham de Brooklyn chantait la naissance de New York. Avec John l'Enfer, voici venu le temps de l'apocalypse. »
Journal d’Aran et d’autres lieux de Nicolas Bouvier

« L’œil et l’oreille accordés au génie d’un lieu, Nicolas Bouvier écoute et regarde, qu’il soit dans les îles d’Aran, à New York, en Corée ou en Chine. Sur la lande nue, aux marges de l’Irlande, ou dans le grouillement de l’Asie, le voyageur n’a rien vu s’il n’a vu les hommes. »
Kampuchéa de Patrick Deville

« De la découverte fortuite des temples d’Angkor par le naturaliste Henri Mouhot, en 1860, jusqu’au procès de Douch et des Khmers rouges, nous voici raconté un siècle et demi de l’histoire du Cambodge. Avec le secours de Conrad, Malraux, Loti et d’autres grands écrivains voyageurs, le narrateur remonte le fleuve Mékong et l’Histoire tragique ‘un pays qui se rêvait le Paris de l’Extrême-Orient. »
  1   2   3   4

similaire:

En jaune des livres qui ont commencé leur voyage et qui sont de passage chez nous avec des carnets contenant généralement des créations. Tous les autres sont disponibles également et n’ont pas commencé leur voyage iconMais qu’entendons-nous par «chant choral amateur ?»
«chant choral amateur ?» : IL s’agit d’une pratique artistique de groupe exercée par des gens qui ne sont pas rémunérés et qui chantent...

En jaune des livres qui ont commencé leur voyage et qui sont de passage chez nous avec des carnets contenant généralement des créations. Tous les autres sont disponibles également et n’ont pas commencé leur voyage iconExamen plus serré des «confessions»
«Ces choses leur sont arrivées pour servir d'exemples, et elles ont été écrites pour notre instruction à nous qui sommes parvenus...

En jaune des livres qui ont commencé leur voyage et qui sont de passage chez nous avec des carnets contenant généralement des créations. Tous les autres sont disponibles également et n’ont pas commencé leur voyage iconDe tous les plaisirs, le voyage est le plus triste. Qui est curieux...

En jaune des livres qui ont commencé leur voyage et qui sont de passage chez nous avec des carnets contenant généralement des créations. Tous les autres sont disponibles également et n’ont pas commencé leur voyage icon1usageS du numérique mise à jour juillet 2014
«Les élèves, témoigne une enseignante, ont apprécié ce travail qu'ils ont mené en groupe et en autonomie pour ce qui concerne le...

En jaune des livres qui ont commencé leur voyage et qui sont de passage chez nous avec des carnets contenant généralement des créations. Tous les autres sont disponibles également et n’ont pas commencé leur voyage iconPhase un Etat des lieux : nécessité et outils
«non fréquentants», c’est-à-dire tous ceux à qui la bm ou la bdp sont susceptible de s’adresser (les habitants de la ville, du département,...

En jaune des livres qui ont commencé leur voyage et qui sont de passage chez nous avec des carnets contenant généralement des créations. Tous les autres sont disponibles également et n’ont pas commencé leur voyage iconPhase un Etat des lieux : nécessité et outils
«non fréquentants», c’est-à-dire tous ceux à qui la bm ou la bdp sont susceptible de s’adresser (les habitants de la ville, du département,...

En jaune des livres qui ont commencé leur voyage et qui sont de passage chez nous avec des carnets contenant généralement des créations. Tous les autres sont disponibles également et n’ont pas commencé leur voyage iconPhase un Etat des lieux : nécessité et outils
«non fréquentants», c’est-à-dire tous ceux à qui la bm ou la bdp sont susceptible de s’adresser (les habitants de la ville, du département,...

En jaune des livres qui ont commencé leur voyage et qui sont de passage chez nous avec des carnets contenant généralement des créations. Tous les autres sont disponibles également et n’ont pas commencé leur voyage iconI – presentation generale I – 1 – Introduction
«nomades», comme leur nom l’indique, ils n’ont pas d’affectation particulière. Ils sont principalement destinés à être utilisés par...

En jaune des livres qui ont commencé leur voyage et qui sont de passage chez nous avec des carnets contenant généralement des créations. Tous les autres sont disponibles également et n’ont pas commencé leur voyage iconC’est en 2009, lorsque je songeais, pour la première fois sérieusement,...
«Grâce leur soit rendue», que j’avais en friche depuis déjà trois ans. Je me suis donc rendue au Chili en décembre 2010 pour un voyage...

En jaune des livres qui ont commencé leur voyage et qui sont de passage chez nous avec des carnets contenant généralement des créations. Tous les autres sont disponibles également et n’ont pas commencé leur voyage iconManuel et le Comité ont également pu obtenir des subventions qui...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com