Quelques mots au lecteur








titreQuelques mots au lecteur
page1/48
date de publication24.12.2016
taille1.1 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > histoire > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   48



Alexandre Dumas
Madame de Chamblay



BeQ

Alexandre Dumas

Madame de Chamblay

roman

La Bibliothèque électronique du Québec

Collection À tous les vents

Volume 1350 : version 1.0

Du même auteur, à la Bibliothèque :

Les Louves de Machecoul

Les mille et un fantômes

La femme au collier de velours

Les mariages du père Olifus

Le prince des voleurs

Robin Hood, le proscrit

Les compagnons de Jéhu

Le comte de Monte-Cristo

La San Felice

La reine Margot

Les trois mousquetaires

Le vicomte de Bragelonne

Le chevalier de Maison-Rouge

Histoire d’un casse noisette et autres contes

La bouillie de la comtesse Berthe et autres contes

Madame de Chamblay

Édition de référence :

Paris, Michel Lévy Frères, 1865.

Numérisation :

Bibliothèque numérique romande.

Relecture :

Jean-Yves Dupuis.

Quelques mots au lecteur


C’est une singulière histoire que celle que je vais vous raconter – ou plutôt que celle que l’on va vous raconter, cher lecteur.

Elle est écrite par un homme qui n’a jamais rien écrit que cette histoire. C’est une page détachée de sa vie, ou, pour mieux dire, c’est sa vie tout entière.

La vie de l’homme se mesure, non point par le nombre d’années pendant lesquelles il a existé, mais par les minutes pendant lesquelles son cœur a battu.

Tel vieillard, mort à quatre-vingts ans, n’a vécu parfois en réalité qu’un an, qu’un mois, qu’un jour.

Vivre, c’est être heureux ou souffrir.

Faites passer devant le moribond couché sur son lit d’agonie tous les jours qu’il a traversés, il ne reconnaîtra que ceux qui viendront à lui le rire sur les lèvres ou les larmes dans les yeux. Les autres passeront ternes, voilés, insaisissables ; il ne pourra pas même dire si ces jours font partie de sa vie ou de celle d’un autre ; ces jours, il les aura usés, mais il ne les aura pas vécus.

L’homme qui a vécu le plus longtemps est l’homme qui a le plus éprouvé.

J’avais un ami.

Vous savez toute l’extension que l’on donne à ce mot ami.

Ami, dans notre langage de convention, ne signifie même pas toujours un compagnon, un camarade. Ami signifie souvent une simple connaissance.

Pour nous, si vous le voulez bien, ce mot ami ne signifiera ni compagnon ni camarade : il signifiera une simple connaissance sympathique.

Cet ami se nommait et se nomme encore Max de Villiers.

J’avais rencontré Max au milieu d’une partie de chasse, dans le parc de Compiègne, à l’époque où le duc d’Orléans commandait le camp.

C’était en 1836 ; je faisais Caligula à Saint-Corneille.

Max était un camarade de collège du duc d’Orléans, plus jeune que moi d’une dizaine d’années.

C’était un homme du monde, de vingt-cinq à vingt-six ans, de bonne éducation, de façons excellentes, gentleman jusqu’au bout des ongles. – J’emprunte aux Anglais cette locution qui nous manque, pour exprimer ma pensée.

Sans être riche, Max avait quelque fortune ; sans être beau, il était charmant ; sans être savant, il connaissait beaucoup de choses ; enfin, sans être peintre, il était artiste, dessinant avec une rapidité et un bonheur incroyables les traits d’une figure ou la silhouette d’un paysage.

Il adorait les voyages : il connaissait l’Angleterre, l’Allemagne, l’Italie, la Grèce, Constantinople.

Nous nous étions beaucoup plu ; pendant les cinq ou six chasses que nous fîmes avec le duc d’Orléans, nous nous plaçâmes à côté l’un de l’autre.

Il en fut ainsi aux dîners : libres de nous asseoir à notre convenance, nous échangions un coup d’œil, nous nous rapprochions, et, pendant tout le repas, nos deux chaises se touchaient et nous bavardions à qui mieux mieux.

Il était de cette rare espèce d’hommes qui ont de l’esprit sans s’en douter.

Son voisinage m’allait donc à merveille : – à la chasse, parce qu’il était prudent ; – à table, parce qu’il était spirituel.

Je crois que, de son côté, il m’aimait fort.

Nous avions, du reste, l’un avec l’autre, une singulière analogie : nous ne jouions pas, nous ne fumions pas, nous ne buvions que de l’eau.

Il me disait toujours :

– Si jamais vous faites un voyage, prévenez-moi, nous le ferons ensemble.

En 1838, j’allai en Italie, et nous nous perdîmes de vue, Max et moi. – En 1842, j’appris à Florence la mort du duc d’Orléans. Je revins en poste, et j’arrivai à temps pour assister au service de Notre-Dame et au convoi de Dreux.

La première personne que j’aperçus dans l’église fut Max.

Il me fit signe qu’il avait une place près de lui, sur les gradins.

Je montai ; nous nous embrassâmes en pleurant, et nous nous assîmes l’un près de l’autre, la main dans la main, sans rien dire.

Il était évident que nous pensions tous deux à la même chose, c’est-à-dire au temps où nous étions, comme dans cette église tendue de noir, assis côte à côte à la table du pauvre prince.

Nous n’échangeâmes que deux mots pendant la cérémonie.

– Vous allez à Dreux, n’est-ce pas ?

– Oui.

– Nous irons ensemble.

– Merci.

Nous allâmes à Dreux, et nous ne quittâmes le cercueil que les derniers.

Cette amitié, que nous portions d’une façon presque égale à un troisième homme – je ne dirai pas à un prince : pour nous qui n’avions rien à faire avec l’ambition, le duc d’Orléans n’était pas un prince – ; cette amitié que nous portions à un troisième homme resserra la nôtre ; on eût dit que nous reversions l’un sur l’autre la part dont n’avait plus que faire l’illustre mort.

Nous revînmes ensemble à Paris, et, en me quittant, Max me dit pour la seconde ou troisième fois :

– Si jamais vous faites un voyage, écrivez-moi.

– Mais où vous trouver ? lui demandai-je.

– Là, on saura toujours où je suis, me répondit-il.

Et il me donna l’adresse de sa mère.

En 1846, c’est-à-dire dix ans après l’époque où j’avais vu Max pour la première fois, je me décidai à faire mon voyage d’Espagne et d’Afrique.

J’écrivis à Max :

« Voulez-vous venir avec moi ? Je pars,

» A. D. »

Et j’envoyai ma lettre à l’adresse indiquée.

Le surlendemain, je reçus cette réponse :

« Impossible, mon ami : ma mère se meurt.

» Priez pour elle !

» Max. »

Je partis. Le voyage dura six mois.

À mon retour, on me remit toutes les lettres qui étaient venues pour moi en mon absence.

Je jetai au feu, sans les lire, celles dont l’écriture m’était inconnue.

Parmi les écritures connues, il y avait une lettre de Max. Je l’ouvris vivement.

Elle ne contenait que ces mots :

« Ma mère est morte ! Plaignez-moi !

» Max. »

Le château qu’habitait la mère de Max était situé en Picardie, près de la Fère.

Je partis le même jour, pour aller, sinon consoler, du moins embrasser Max.

Je pris une voiture à la Fère et me fis conduire aux Frières. C’est là qu’était situé le château de madame de Villiers.

Le château me fut montré de loin par mon conducteur ; il s’élevait sur le talus d’une colline plantée de très beaux arbres avec de grandes clairières de gazon.

Toutes les fenêtres en étaient fermées.

Je me doutai que Max était absent ; – je continuai cependant ma route ; – c’était le moins que je m’en assurasse .

Je me fis arrêter à la porte ; un vieux serviteur vint m’ouvrir.

Je dis serviteur, et non domestique. – Les vieux serviteurs s’en vont, en France, avec les vieilles maisons. – Dans vingt ans, il y aura encore des domestiques en France ; il n’y aura plus de serviteurs.

Celui-là appartenait à la race qui dit « notre bonne dame » et « notre jeune maître ».

Je lui demandai des nouvelles de Max.

Il secoua la tête.

– Trois mois après la mort de notre bonne dame, me dit-il, notre jeune maître est parti pour voyager.

– Où est-il ?

– Je n’en sais rien.

– Quand reviendra-t-il ?

– Je l’ignore.

Je pris mon canif dans ma poche, je creusai une croix dans la muraille, et j’écrivis au-dessous :

Ainsi soit-il !

– Quand votre maître reviendra, dis-je au vieux serviteur, vous lui direz qu’un de ses amis est venu pour le voir, et vous lui montrerez cela.

– Monsieur ne dit pas son nom ?

– Inutile, il me reconnaîtra.

Je partis.

Je ne revis point Max : plusieurs fois je m’informai de lui à des amis communs, nul ne savait ce qu’il était devenu.

Le mieux renseigné me dit :

– Je crois qu’il est en Amérique.

Il y a quinze jours, je reçus un énorme paquet de la Martinique ; je l’ouvris.

C’était un manuscrit.

Mon premier mouvement fut un mouvement d’effroi. Je croyais n’être condamné qu’aux manuscrits d’Europe, et voilà que les manuscrits traversaient l’Atlantique et me venaient des Antilles !

J’allais le jeter avec rage loin de moi, lorsque l’épigraphe me frappa.

C’était une croix, avec ces mots au-dessous :

Ainsi soit-il !

En même temps, je reconnus l’écriture.

– Oh ! m’écriai-je, c’est de Max !

Et je lus ce que vous allez lire.

Alex. Dumas.

Madame de Chamblay
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   48

similaire:

Quelques mots au lecteur iconSalon de la Radio en quelques mots

Quelques mots au lecteur iconLe Colisée en quelques mots …
«énorme»,mais c’est le quart de ce que pouvait accueillir le «Circus Maximus»

Quelques mots au lecteur iconNom de l’entreprise, en quelques mots
«Grenelle de l’environnement» dans la filière bâtiment, dispositions qui touchent l’ensemble des corps d’état

Quelques mots au lecteur iconEn particulier les sonnets ''France, mère des arts'' [page 31]
«J'ai passé l'âge de mon enfance et la meilleure part de mon adolescence assez inutilement, lecteur, mais, par je ne sais quelle...

Quelques mots au lecteur iconNote : les numéros suivis d’un h sont des hors-série tous les bateaux...

Quelques mots au lecteur iconNote : les numéros suivis d’un h sont des hors-série tous les bateaux...

Quelques mots au lecteur iconNote : les numéros suivis d’un h sont des hors-série tous les bateaux...

Quelques mots au lecteur iconRecherche le sens des mots suivants : tribut – adoptif culte –dévider
«le film» de l’histoire, j’ai pu le raconter avec mes mots ce qui va m’aider à mieux comprendre le texte

Quelques mots au lecteur iconNote : les numéros suivis d’un h sont des hors-série tous les bateaux...

Quelques mots au lecteur iconNote : les numéros suivis d’un h sont des hors-série tous les bateaux...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com