La bataille du 14 juin 1940








télécharger 31.86 Kb.
titreLa bataille du 14 juin 1940
date de publication28.03.2017
taille31.86 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > histoire > Documentos
Le 14 juin 2015 Il était une fois…

UN DEBUT D’ETE 1940





UN DEVOIR DE MEMOIRE

p1010005

LA BATAILLE DU 14 JUIN 1940


Une commémoration en l’honneur de l’ensemble des combattants

DOSSIER DE PRESSE

logo-saillant-barst1-01 lma


ASCB


MAIRIE DE BARST

91 rue de la mairie

57450 BARST

Site : www.ligne-maginot-aquatique.com

Objet : Sur la route de la Ligne Maginot Aquatique

Le dimanche 14 juin 2015

«  Il était une fois un début d’été 1940 »

Commémoration du 75ème anniversaire de la bataille du 14 juin 1940

BARST, le 1 juin 2015

Madame, Monsieur,
Nos petits villages lorrains que sont BARST et HOSTE éprouvés par de rudes combats en 1940 disposent d’une concentration de vestiges de la ligne Maginot. Tous ces ouvrages d’art militaire très particuliers sont devenus à présent le reflet de notre mémoire que nous nous sommes efforcés de sauvegarder.

De la défense Aquatique à la fortification de campagne sont les thèmes que nous développons sur ces sites de tourisme de mémoire.

Ainsi, c’est sur nos terres de souvenir et d’instants héroïques, dans cette architecture fascinante de témoignages que nous commémorerons le dimanche 14 juin 2015 cette bataille du 14 juin 1940.
Sous le haut patronage du secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Défense, chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire Jean-Marc TODESCHINI, nous rendrons hommage à l’ensemble des combattants.




Heureux et fiers nous tournerons ensemble cette page de notre Histoire et nous serions très honorés que vous acceptiez de médiatiser cette commémoration.
Ci-dessous le dérouler du programme.
10h Accueil suivi d’une visite du «  Saillant de Barst »
11h Cérémonie

  • Levée des couleurs, Marseillaise chantée par les élèves des écoles

  • Prières interconfessionnelles prononcées par un Prêtre, un Pasteur, un Rabbin et un Imam

  • Dépôts de gerbes

  • Allocutions



En espérant que cette journée de devoir de mémoire retiendra toute votre attention et dans l’espoir de vous recevoir ce jour, veuillez agréer Madame, Monsieur, nos salutations distinguées.

Le Comité d’organisation,

Contacts : Patrick KEUER Tél : 0672608615

Mail : keuer.patrick@orange.fr

Albert RICHERT Tél : 0682758803

Mail : richert.albert@hombourgenergies-services.fr
PJ : Présentation , bref historique

PRESENTATION BREF HISTORIQUE

lma


Le 14 juin 2015
Il était une fois…

UN DEBUT D’ETE 1940

HIER



La Ligne Maginot Aquatique, sa conception, sa construction et son fonctionnement



Conception et construction

Faisant la jonction entre les deux régions fortifiées du Nord-est, le Secteur Défensif, puis Fortifié de la Sarre, également appelé la Trouée de la Sarre ne fut fortifié avec des casemates qu’à partir de 1936, mais la plupart des casemates de défense de ce nouveau front face à l’Allemagne ne furent réalisées qu’au cours de la Drôle de Guerre.

Ainsi, aucun ouvrage ne fut construit dans la région allant de Téting-sur-Nied à Wittring

En effet, dans ce large couloir de 35 kilomètres les obstacles naturels abondent :

C'est la zone dite des "étangs de Dieuze", où l'armée française y avait connu une défaite (bataille de Morhange) en août 1914.
Le Maréchal Pétain, après avoir visité la région le 15 août 1927, demande qu'elle soit rendue impraticable grâce à un système d'inondations. Ainsi en cas d'échec grave sur la frontière ou encore si le développement des opérations imposait de grandes économies de forces en Lorraine au profit d'autres théâtres d'opérations, l'invasion pourrait être limitée à bon compte par ces inondations. Les ingénieurs ont toujours utilisé l'eau comme obstacle pour interdire une invasion ou protéger une place forte.

Le plan général des inondations est étudié par M. Parisier, ingénieur en retraite des Ponts et Chaussées. Ses conclusions sont adoptées par le général Tulpin, commandant du génie de la 20e Région Militaire. Et le 6 juillet 1931, André Maginot donne l'ordre d'exécuter les travaux. Pour des raisons de camouflage, les travaux sont dirigés par le ministère des Travaux Publics et par le Génie Rural.

Se basant sur les rivières de la région (Hosterbach, Mutterbach, Albe, Sarre) de Puttelange-aux-Lacs à Holving, cinq barrages forment 5 biefs d'inondations alimentés par six étangs réservoirs dont la contenance totale avoisine les 6,4 millions de mètres cubes.
Ce remarquable système sera opérationnel fin 1933-début 1934.

Coût total des travaux : 32 millions de francs d'époque dont 26 pour la construction des ouvrages, et 6 pour l'achat du terrain.
Après le plébiscite de la Sarre en 1935, les premières casemates de défense sont construites, ainsi, à partir de 1936-37, une légère ossature de casemates vient matérialiser ce qui sera plus tard la ligne principale de résistance.

Lors de la Drôle de Guerre, les soldats mobilisés dans le secteur vont compléter ce dispositif avec des blockhaus et casemates pour mitrailleuses et canons antichars. Mais d’autres types de casemates apparaissent : les casemates STG et CEZF sur les arrières complètent encore la défense. De multitudes de « petits bétons » poussent dans les forêts, les champs et les villages de la région.

On coulera du béton jusqu’en juin 1940, sous les yeux des troupes allemandes…

Fonctionnement


Chaque bief est constitué d’un étang réservoir d’eau se déversant dans une rivière, qui, bloquée en aval par un barrage fini par sortir de son lit et inonder une importante parcelle de terrain. On parle de centaines de mètres de large pour une profondeur de plus d’un mètre. L’inondation est complétée par un réseau de barbelés et de rails antichars quelquefois noyés.
1ère étape - La fermeture des barrages

Cela consistait à faire descendre des poutrelles dans les rainures de chaque côté du barrage à l'aide de palans mobiles. Puis, l’on déversait entre ces poutrelles soit du sable soit du gravier.

Les poutrelles étaient conçues de bois et de fer, ce qui les rendait étanches.

2ème étape – L’ouverture des vannes ou des siphons des étangs réservoirs.

L'eau des étangs-réservoirs, suivant le cours des rivières inondait chaque bief respectif. Sur les digues des étangs, des baraquements spéciaux pour les siphons furent créés à cet effet.
Les barrages et digues pouvant servir de passage aux troupes ennemies après l'inondation, il fut décidé de construire devant chaque barrage ou digue un blockhaus type C.O.R.F. (Commission d'Organisation des Régions Fortifiées) qui était équipé de plusieurs créneaux pour F.M. (Fusil Mitrailleur) afin de battre tous les alentours de l’éventuel passage.

Brefs détails des combats du 14 juin 1940 sur la Ligne Maginot Aquatique



Depuis le début de l’offensive allemande à l’Ouest (10 mai 1940), le groupe d’armées C stationne le long de la Ligne Maginot de la Suisse au Luxembourg, dans l’attente d’une éventuelle contre-attaque française ayant pour base de départ la ligne fortifiée.
Cette passivité ne va cependant pas durer car, dans le cadre de l’opération Fall Rot (« Plan Rouge », qui prévoit, entre autre, de prendre à revers la Ligne Maginot), Hitler tient à percer la Ligne Maginot en son point le plus faible : entre Saint-Avold et Sarreguemines, c'est-à-dire dans la Trouée de la Sarre.
Cette mission est confiée à la 1ère Armée du général Von Witzleben. Ses moyens, considérés comme limités, sont de 3 corps d’armées, représentant 9 divisions (avec 6 en premier échelon) et surtout l’appui d’un millier de canons auxquels s’ajoute la puissante Luftwaffe et ses bombardiers.
Face à ce dispositif imposant, les forces françaises sont nettement moins fringantes. Depuis le 13 juin 1940, le Secteur Fortifié de la Sarre, couvert par le 20e corps d’armées du général Hubert, est passé sous les ordres de la 3e armée.


Le général Hubert ne dispose plus que de deux divisions conventionnelles, la 52e division d’infanterie et la 1ère Division de Grenadiers Polonais, auxquelles s’ajoutent les unités de forteresse, à savoir 3 régiments de mitrailleurs d’infanterie de forteresse, les 69e, 82e et 174e RMIF un régiment d’infanterie de forteresse, le 133e RIF et 2 régiments de mitrailleurs d’infanterie coloniale, les 41e et 51e RMIC.

Toutes ces unités doivent décrocher, selon les ordres, le 14 juin au soir, sous la protection d’une légère croûte qui tentera ensuite de se dégager le 15 juin au soir.
Cependant, c’est à cette date que s’engage l’action de la 1ère Armée de

Von Witzleben et ce, dans des conditions météorologiques défavorables.

Dès 6h00, les quelques 1 000 pièces d’artillerie allemande ouvrent le feu sur l’ensemble des positions des troupes françaises, qui ne peuvent qu’effectuer des tirs de contre-batterie qui gênent la mise en place des troupes d’assauts allemandes.
A 9h00, c’est l’assaut ! Sur l’ensemble du front, les troupes d’assaut s’élancent en direction des positions françaises. Malgré les pertes très importantes, les premiers résultats de l’attaque sont enregistrés :

Les positions avancées du Knopp (près de Sarralbe), de Barst et du Grossberg devant Biding sont enlevées !

Les combats sont acharnés devant Holving et Puttelange, l’aviation intervient massivement sur toute la position et bombarde copieusement les défenses françaises.

La Ligne Principale de Résistance française ne peut cependant être percée. Seul le bois du Kalmerich, où les troupes d’assaut allemandes utilisent des lance-flammes, peut être conquis, mais l’avance allemande est stoppée à la lisière sud.

Au soir du 14 juin 1940, devant le peu de résultats enregistrés, le général

Von Witzleben se résout à suspendre l’attaque. Pourtant, le hasard va s’en mêler puisque peu après, un aspirant français porteur d’un ordre général de repli est capturé par les Allemands qui apprennent ainsi l’abandon de la ligne de défense et le repli des troupes françaises.

Le lendemain matin, 15 juin, les opérations reprennent mais cette fois avec beaucoup plus de succès que la veille, puisque les troupes françaises laissées sur place ne peuvent se battre que jusqu’à épuisement des munitions.

Y ON LAISSE LEUR SANG ET LEUR VIE


  • Côté français : 700 morts 1800 blessés

  • Côté allemands : 1200 morts 4000 blessés


AUJOURD’HUI


Une invitation au voyage dans l’HISTOIRE vous est proposée.

Sur cette terre de calme et de lumière dans ce grand pays de vent,



100_0529


une structure accueillante liée au tourisme de mémoire, vous est présentée.

Dans un environnement exceptionnel, nous accueillons un public sensible au passé historique de notre région mais également les promeneurs, randonneurs et amis de la nature.

hoste27

De la défense aquatique à la fortification de campagne, thèmes dans lesquels nous plongerons nos visiteurs. Vous visiterez les organes de protection des points stratégiques et vous irez à la rencontre de l’histoire unique de la Ligne Maginot Aquatique.
A HOSTE, vous y verrez les étangs réservoirs, les digues, les dispositifs de vidange ainsi que son blockhaus de défense.

Après vous être imprégnés de cette atmosphère d’époque, vous pourrez aller explorer les théâtres des combats de juin 1940 par une promenade en milieu forestier. Les randonneurs iront également à la découverte de la nature à travers la faune et la flore si particulière dans le secteur des étangs.
A BARST, dans un musée à ciel ouvert de la fortification de campagne, nous tournerons ensemble cette page de l’histoire de la bataille du 14 juin 1940.

1


La découverte sur le Chemin de Mémoire, sorte de musée à ciel ouvert de la Fortification de campagne vous fera connaître le wagon antichar, la sonnette,

le char Hetzer, la tourelle mitrailleuse, la casemate d’artillerie «  la Costaude » équipée d’un canon de 75/97, la guérite pentagonale, l’abri PC, la tranchée reconstituée, ainsi que la casemate STG.

100_0542

PARTAGEONS DONC ENSEMBLE

CE DEVOIR DE MEMOIRE

similaire:

La bataille du 14 juin 1940 iconRouillac tours vendôme paris commissaires-Priseurs Expert près la Cour d'Appel
«Les folles journées de juin 1940 en Touraine, le général de Gaulle à Beauvais»

La bataille du 14 juin 1940 iconThème nº 1
«Le Dieu de paix écrasera bientôt Satan sous vos pieds» L'homme est le champ de bataille bien que la bataille soit celle du Seigneur....

La bataille du 14 juin 1940 iconJuin Dimanche 28 juin 2014
«Plantes Voyageuses». L’exposition se tiendra dans le cloître du Monastère du 1er juin au 28 juin 2014. La réception du vernissage...

La bataille du 14 juin 1940 iconRecherches socio conduites entre 1915-1940
«Ecole de Chicago» = ensemble de recherches socio conduites entre 1915-1940 par profs et étudiants univ. Chicago

La bataille du 14 juin 1940 iconVendredi 25 juin de 18h à 20h Samedi 26 juin de 10h à 12h et de 14h...

La bataille du 14 juin 1940 iconCalendrier juin 2012 vendredi 1 er juin animations / Semaine culturelle...

La bataille du 14 juin 1940 icon"11 mais 1940" dans La campagne des 18 jours (2/19), 1990

La bataille du 14 juin 1940 iconLa civilisation grecque
«barbare». La flotte des trières athéniennes gagne la bataille navale décisive de Salamine en 480 av jc

La bataille du 14 juin 1940 iconAxe 3 : musées, sites, parcours
«Blitzkrieg» et à la victoire allemande à l’Ouest ainsi qu’à la situation à l’été 1940 et à la résistance

La bataille du 14 juin 1940 iconI l’œuvre de la monarchie de Juillet a L’action de Louis Philippe et du comte Rambuteau
«enveloppant» les spectateurs la bataille de la Moskova; le restaurant Ledoyen, le café des Ambassadeurs, l’Alcazar d’été








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com