Programmes Collège Rentrée 2009








télécharger 84.22 Kb.
titreProgrammes Collège Rentrée 2009
date de publication31.03.2017
taille84.22 Kb.
typeProgramme
ar.21-bal.com > histoire > Programme
Programmes Collège – Rentrée 2009
Fiche HISTOIRE DES ARTS






Préambule du programme

Commentaires

Compétence du professeur de français

Le professeur de français collabore à l’enseignement de l’histoire des arts avec sa compétence propre. Il n’a pas besoin pour cela d’une formation spécifique. Il suivra ses goûts, se fondera sur sa culture personnelle, avec le souci constant d’enrichir celle de ses élèves. L’histoire des arts entretient en effet de nombreuses correspondances avec l’étude des textes. Son enseignement éclaire et facilite la lecture et la compréhension de certaines œuvres littéraires car il propose des approches spécifiques en ce qui concerne les fonctions, les formes et les genres de ces œuvres. Au cours de l’année, certains textes sont donc choisis de préférence à d’autres en raison de leur source artistique, pour les échos et prolongements artistiques qu’ils éveillent, et enfin pour le pouvoir de création poétique ou littéraire qu’ils recèlent ou initient.

1 - Tout enseignant de Lettres a, par sa formation et son expérience, la compétence requise pour cet enseignement.
2 –L’EHDA , par ses approches spécifiques sur fonctions, formes et genres des œuvres, complète heureusement la lecture et la compréhension des œuvres littéraires.
3 – L’enseignement de l’HDA a, le cas échéant, une incidence sur le choix des textes littéraires étudiés dans la classe.

Organisation de l’enseignement

Afin de favoriser le travail interdisciplinaire, l’organisation de l’enseignement de l’histoire des arts (auquel il convient de se rapporter) s’articule autour de grands domaines et de thématiques qui constituent des points de rencontre et de convergence de plusieurs disciplines à la fois. Les domaines « arts du langage » et « arts du spectacle vivant » sont très fréquemment privilégiés tout au long de l’apprentissage de l’élève : l’intitulé « arts du langage » est une notion transversale qui fait l’objet d’une étude approfondie et régulière pour toutes les œuvres littéraires ; d’autre part, la classe de français se prête particulièrement à l’étude du domaine « arts du spectacle vivant », puisqu’elle favorise la mise en voix et la mise en gestes de textes à des fins artistiques. Choisir des textes dramatiques permet ainsi d’initier les élèves à des esthétiques variées, à différentes formes théâtrales et surtout au jeu d’acteur. De plus, l’étude d’une pièce de théâtre offre à la fois l’occasion de s’intéresser aux conditions de représentation au temps de sa création et de travailler sur les techniques qui renouvellent l’interprétation de l’œuvre théâtrale. Le domaine « arts de l’espace » est alors exploré.

1 –Domaines et thématiques : permettent la convergence de plusieurs disciplines. Projet organisé auquel plusieurs disciplines peuvent contribuer de façon spécifique.
2 – Domaines naturels au cours de français :

* Arts du langage : littérature écrite et orale

(roman, nouvelle, fable, légende, conte, mythe,

poésie, théâtre, etc.).

* Arts du spectacle vivant : théâtre, musique,

danse, mime, arts du cirque, arts de la rue.

* Arts de l’espace : architecture, urbanisme,

arts des jardins
auxquels on peut ajouter les Arts du visuel : Arts plastiques : architecture, peinture, sculpture, dessin, photographie, bande dessinée, etc.

Cinéma, audiovisuel, vidéo et autres images.

Progression de l’enseignement

L’enseignement de l’histoire des arts est progressif au fil des cycles et des classes. Partant d’exemples simples et suggestifs pour l’élève, cette initiation va s’enrichissant sans se perdre dans une complexité inutile. La progression chronologique est souplement reliée aux programmes d’histoire car une large marge d’autonomie et de liberté pédagogique est laissée au professeur en fonction de la maturité de ses élèves et de ses objectifs. C’est en effet cette liberté qui facilitera le travail en équipe au sein de l’établissement et la réalisation d’un projet commun qui fasse sens pour l’élève. A l’issue de la classe de Troisième, l’élève doit être capable de situer une œuvre littéraire dans un contexte historique et culturel, enracinant ainsi la littérature dans son environnement esthétique. Il est apte à percevoir les échos et les correspondances que des œuvres entretiennent entre elles à une époque donnée. Il peut également élaborer des corrélations, tisser autour d’une œuvre d’un auteur, d’un thème ou d’un genre littéraire, un réseau de connaissances spécifiques à une époque et définir des caractéristiques communes à travers les temps, concernant une thématique ou un domaine artistique particulier. En outre, la fréquentation régulière d’œuvres artistiques permet à l’élève d’exprimer des émotions et d’émettre un jugement personnel. Il prend l’habitude de dire ce qu’il voit, ce qu’il entend, ce qu’il ressent avant de passer à l’analyse et à l’interprétation. Il acquiert un vocabulaire technique simple mais approprié aux domaines et aux thématiques artistiques. Il adopte ainsi une démarche de plus en plus autonome, approfondissant sa connaissance du monde et de soi. Prenant en compte la dimension esthétique d’une œuvre littéraire, l’élève développe son goût pour la musicalité et la puissance émotionnelle de la langue et, par la lecture d’œuvres littéraires, il enrichit sa connaissance de l’histoire des arts.


1 – Autonomie et liberté pédagogique du professeur dans le respect du cadre chronologique commun
2 – Objectifs communs:

* rendre l’élève capable de construire une lecture en réseau des œuvres littéraires et artistiques

* rendre l’élève capable de percevoir et exprimer ses émotions et son jugement

Tableau 1 : l’Histoire des Arts dans le programme de français collège





Sixième

Cinquième

Quatrième

Troisième

Mise en cohérence avec le déroulement chronologique stipulé dans le préambule.
Il s’agit de priorités non exclusives.

La priorité est accordée à l’Antiquité.

La priorité est accordée au Moyen Âge, la Renaissance, le XVII° siècle.


La priorité est accordée aux XVIII° et XIX° siècles.

Ouverture au monde entier et à l’époque contemporaine.

Thématiques possibles

L’étude des textes fondateurs permet de mettre en valeur la thématique « Arts, mythes et religions ». C’est l’occasion de sensibiliser les élèves au fait religieux et de leur faire découvrir, en liaison avec la lecture des textes, des œuvres d’art antique et moderne, leur attention se portant principalement sur des sujets et des figures mythiques.


Parmi les thématiques laissées au choix du professeur, celle d’« Art,

Etats et pouvoirs » peut permettre d’aborder des thèmes comme

l’architecture des châteaux, l’art de Cour (la comédie-ballet) et la place de l’écrivain à la Cour

(en particulier celle de Versailles),

Dans une perspective plus largement européenne, les thématiques « Arts, espace et temps» et «Arts, ruptures, continuités » constituent celles qui permettent le mieux d’aborder des mouvements artistiques et culturels des XVIII° et XIX° siècles. Le retour à l’antique contraste avec les mouvements nouveaux et l’entrée dans l’âge de la modernité (romantisme, réalisme, impressionnisme).

Sans exclure les thématiques qui concernent l’histoire des arts, le thème « Arts, Etats et pouvoirs » est particulièrement porteur dans la

perspective d’une ouverture au monde entier et à l’époque

contemporaine.

Domaines

Certains textes appellent un regard :

* sur le travail des illustrateurs,

* sur la représentation du texte théâtral ou

* sur les adaptations cinématographiques.
L’écoute d’œuvres musicales peut aussi compléter l’étude littéraire de certains textes.

Conjugaison alors des domaines aussi variés que

  • Les « Arts du visuel »,

  • «les « Arts du son »,

  • les «Arts du spectacle vivant »

  • les « Arts de l’espace ».

Le domaine « Arts du spectacle vivant » invite, quant à lui, à mettre l’accent sur les représentations de la société ou l’expression du moi.

Il sera traité par le professeur de français dans le cadre qui est le sien : échanges entre écrivains et artistes ; correspondances entre œuvres littéraires et œuvres musicales ou

plastiques ; mise en scène et jeu théâtral.


Tableau 2 : convergence entre les activités de lecture, d’étude de l’image et l’enseignement de l’histoire des arts.





Propositions de lectures
(Programme de Français)

Etude de l’image
(Programme de Français)

Enseignement de l’histoire des arts

(Programme de Français)

Thématiques possibles, proposées dans le programme de francais*

(Détail programme Histoire des Arts)

Sixième

1. Textes de l’Antiquité

Le professeur fait lire des extraits choisis parmi les œuvres suivantes :

- Le Récit de Gilgamesh*;

- La Bible*,

- L’Iliade*, L’Odyssée* d’Homère ;

- L’Enéide* de Virgile ;

- Les Métamorphoses* d’Ovide.

2. Contes et récits merveilleux

Le professeur fait lire au moins deux contes choisis parmi les œuvres suivantes :

- Les Mille et Une Nuits* ;

- Contes de Charles Perrault, de Madame d’Aulnoy, des frères Grimm, de Hans-Christian Andersen ;

- Alice au pays des merveilles* de Lewis Carroll ;

- Le Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry ;

- Petit Bodiel et autres contes de la savane ; Il n’y a pas de petite querelle de Amadou Hampâté Bâ ;

- Contes, Nouveaux contes d’Amadou Koumba de Birago Diop ;

- La Belle Histoire de Leuk-le-lièvre de Léopold Sédar Senghor.

3. Initiation à la poésie

Le professeur choisit :

- des poèmes en vers réguliers, des poèmes en vers libres ou variés, des calligrammes, des haïkus ou des chansons, du Moyen Age au XXI° siècle, pour faire découvrir la diversité des formes et motifs poétiques ;

- des Fables de Jean de La Fontaine (choisies dans les Livres I à VI).

4. Initiation au théâtre

Le professeur fait lire, intégralement ou par extraits, au choix :

- une pièce de Molière : par exemple Le Médecin volant, L’Amour médecin, Le Médecin malgré lui, Le Sicilien ou l’amour peintre ;

- une courte pièce, choisie par exemple parmi celles des auteurs du XX° siècle suivants : Jean Tardieu, Roland Dubillard, René de Obaldia.

Le professeur puise principalement dans l’iconographie très riche liée aux textes de l’Antiquité et à leur représentation au fil des siècles. Il procède aussi à l’étude comparative d’images représentant les mêmes épisodes, par exemple le jugement de Pâris, la chute de Troie, la rencontre des Sirènes ou encore la construction de la tour de Babel ; la confrontation des différentes versions d’un même sujet conduit l’élève à réfléchir sur les intentions des artistes, sur la visée de leurs œuvres respectives.
Le professeur fait prendre conscience de l’existence de différents types d’images fixes et animées (tableaux, photographies, publicité, bandes dessinées, films…), ainsi que de leurs différentes fonctions.

Parmi celles-ci, il privilégie la fonction narrative, pour laquelle les fresques, les polyptyques ou la bande dessinée, entre autres, fournissent des exemples.
En ce qui concerne les outils d’analyse, des entrées simples, aisées à mettre en œuvre, sont retenues pour la Sixième : premières notions de cadrage, de composition, dont l’étude des plans.

La priorité est accordée à l’Antiquité.
L’étude des textes fondateurs permet de mettre en valeur la thématique « Arts, mythes et religions ». C’est l’occasion de sensibiliser les élèves au fait religieux et de leur faire découvrir, en liaison avec la lecture des textes, des œuvres d’art antique et moderne, leur attention se portant principalement sur des sujets et des figures mythiques.

Certains textes appellent un regard :

* sur le travail des illustrateurs,

* sur la représentation du texte théâtral ou

* sur les adaptations cinématographiques.
L’écoute d’œuvres musicales peut aussi compléter l’étude littéraire de certains textes.

« Arts, mythes et religions »
Cette thématique permet d’aborder les rapports entre art et sacré, art et religion, art et spiritualité, art et mythe.
Pistes d’étude
* L’œuvre d’art et le mythe : ses différents modes d’expressions artistiques (orale, écrite, plastique, sonore etc.) ; ses traces (récit de savoir et vision du monde) dans l’œuvre d’art (thème ou motif; avatars, transformations).
* L’œuvre d’art et le sacré : les sources religieuses de l’inspiration artistique (personnages, thèmes et motifs, formes conventionnelles, objets rituels). Récits de création et de fin du monde (Apocalypse, Jugement dernier), lieux symboliques (Enfer, Paradis, Eden, Styx), etc. Le sentiment religieux et sa transmission (le psaume ou l’icône).
* L’œuvre d’art et les grandes figures de l’inspiration artistique en Occident (Orphée, Apollon, les Neuf Muses, la fureur, etc.)


Cinquième

1. Littérature du Moyen Age et de la Renaissance

Le professeur fait lire, intégralement ou par extraits, au moins une œuvre choisie parmi les propositions suivantes :

- une chanson de geste : par exemple La Chanson de Roland* ;

- un roman de chevalerie de Chrétien de Troyes : par exemple Lancelot ou le Chevalier à la charrette*, Yvain ou le Chevalier au lion*, Perceval ou le Conte du Graal* ;

- Tristan et Yseult * ;

- Le Roman de Renart * ;

- un fabliau ou une farce : par exemple La Farce de Maître Pathelin*.

2. Récits d’aventures

Le professeur fait lire, intégralement ou par extraits, une œuvre choisie par exemple parmi les œuvres suivantes :

- Le Livre des merveilles de Marco Polo ;

- Robinson Crusoé* de Daniel Defoe ;

- L’Ile au trésor de Robert Louis Stevenson ;

- un roman de Jules Verne ;

- Croc-Blanc, L’Appel de la forêt de Jack London ;

- Le Lion de Joseph Kessel ;

- Vendredi ou la vie sauvage de Michel Tournier ;

- Mondo et autres histoires de J.M.G Le Clézio.

3. Poésie : jeux de langage

Le professeur privilégie l’étude du rapport entre forme et signification à partir d’un choix de poèmes d’époques variées empruntés par exemple aux auteurs suivants :

- Moyen Age – XVI° siècle : Charles d’Orléans, Clément Marot, initiation aux poèmes à forme fixe ;

- XVII° siècle : Jean de La Fontaine, Fables (choisies dans les livres VII à XII) ;

- XIX° siècle : Victor Hugo, Alfred de Musset, Charles Cros, Paul Verlaine, Tristan Corbière, Arthur Rimbaud ;

- XX° siècle : Guillaume Apollinaire, Max Jacob, Robert Desnos, Eugène Guillevic, Jacques Prévert, Malcolm de Chazal, Raymond Queneau, Claude Roy, Boris Vian, Jacques Roubaud.

4. Théâtre : la comédie

Le professeur fait lire, intégralement ou par extraits, au choix :

- une comédie de Molière, choisie par exemple parmi les pièces suivantes : Le Bourgeois gentilhomme, Les Fourberies de Scapin, Le Malade imaginaire ;

- une comédie courte choisie par exemple parmi celles des auteurs suivants : Georges Feydeau, Georges Courteline ou Jules Renard.

Le professeur s’intéresse prioritairement à la représentation des époques médiévale et classique.

Il poursuit l’étude des fonctions de l’image, en insistant sur la fonction descriptive.

Il propose aux élèves une première approche des rapports entre texte et image (illustration, complément, contrepoint), par exemple lors de l’analyse d’enluminures.
Les notions étudiées en Sixième sont complétées par l’étude des angles de prise de vue, des couleurs et de la lumière.

La priorité est accordée au Moyen Âge, la Renaissance, le XVII° siècle.
Parmi les thématiques laissées au choix du professeur, celle d’« Art, Etats et pouvoirs » peut permettre d’aborder des thèmes comme

l’architecture des châteaux, l’art de Cour (la comédie-ballet) et la place de l’écrivain à la Cour (en particulier celle de Versailles),

Conjugaison des domaines aussi variés que

  • Les « Arts du visuel »,

  • «les « Arts du son »,

  • les «Arts du spectacle vivant »

  • les « Arts de l’espace ».




« Arts, Etats et pouvoir »
Cette thématique permet d’aborder, dans une

Perspective politique et sociale, le rapport que les œuvres d’art entretiennent avec le pouvoir.
Pistes d’étude
* L’œuvre d’art et le pouvoir : représentation et mise en scène du pouvoir (propagande) ou œuvres conçues en opposition au pouvoir œuvre engagée, contestatrice, etc.).
* L’œuvre d’art et l’Etat : les mythes et récits de fondation (Romulus et Remus, etc.) ; le thème du Héros, de la Nation ; les œuvres , vecteurs d’unification et d’identification d’une nation (emblèmes, codes symboliques, hymnes, etc.).
* L’œuvre d’art et la mémoire : mémoire de l’individu (autobiographies, témoignages, etc.), inscription dans l’histoire collective (témoignages, récits, etc.).


Quatrième

1. La lettre

Le professeur fait lire, sous forme d’un groupement de textes, des lettres, par exemple des auteurs suivants : Madame de Sévigné, Voltaire, Denis Diderot, George Sand.

2. Le récit au XIX° siècle

Le professeur fait lire au moins deux œuvres choisies dans les deux entrées suivantes :

- une nouvelle réaliste et/ou une nouvelle fantastique, intégralement ;

- un roman, intégralement ou par extraits.

Les oeuvres sont choisies parmi celles d’auteurs français ou étrangers : Honoré de Balzac, Victor Hugo, Alexandre Dumas, Prosper Mérimée, George Sand, Théophile Gautier, Gustave Flaubert, Guy de Maupassant, Emile Zola ; E. T. A. Hoffmann, Alexandre Pouchkine, Edgar Allan Poe, Nicolas Gogol, Charlotte ou Emily Brontë, Ivan Tourgueniev.

3. Poésie : le lyrisme

Le professeur fait lire des poèmes d’époques variées empruntés par exemple aux auteurs suivants :

- Moyen Age : Rutebeuf, François Villon ;

- XVIe°siècle : Louise Labé, Joachim du Bellay, Pierre de Ronsard ;

- XIX° siècle : Marceline Desbordes-Valmore, Alphonse de Lamartine, Victor Hugo, Gérard de Nerval, Alfred de Musset, Charles Baudelaire, Paul Verlaine, Arthur Rimbaud, Jules Laforgue ;

- XXe et XXIe siècles : Charles Péguy, Anna de Noailles, Guillaume Apollinaire, Marie Noël, Jules Supervielle, Paul Eluard, Louis Aragon, Georges Schéhadé, François Cheng.

4. Théâtre : faire rire, émouvoir, faire pleurer

Le professeur fait lire, intégralement ou par extraits, au moins une pièce d’un des auteurs suivants :

- Molière : par exemple Les Précieuses ridicules, Georges Dandin, L’Avare ;

- Pierre Corneille : Le Cid ;

- Alfred de Musset : par exemple Les Caprices de Marianne, Fantasio, On ne badine pas avec l’amour ;

- Victor Hugo, une pièce du Théâtre en liberté ;

- Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac ;

- Jean Anouilh : une pièce « rose » ou une pièce « grinçante ».


L’étude de l’image privilégie les fonctions explicative et informative. Les rapports entre texte et image sont approfondis autour de la notion d’ancrage.

L’étude peut porter sur le thème de la critique sociale, qui est approfondi en Troisième, à travers la caricature, le dessin d’humour ou le dessin de presse. L’image peut aussi contribuer à la

compréhension des caractéristiques du romantisme : on songe notamment à des tableaux tels que Le Voyageur au-dessus de la mer des nuages de Caspar David Friedrich ou à des scènes de tempête par exemple chez Vernet.

La priorité est accordée aux XVIII° et XIX° siècles.
Dans une perspective plus largement européenne, les thématiques « Arts, espace et temps» et «Arts, ruptures, continuités » constituent celles qui permettent le mieux d’aborder des mouvements artistiques et culturels des XVIII° et XIX° siècles. Le retour à l’antique contraste avec les mouvements nouveaux et l’entrée dans l’âge de la modernité (romantisme, réalisme, impressionnisme).

Le domaine « Arts du spectacle vivant » invite, quant à lui, à mettre l’accent sur les représentations de la société ou l’expression du moi

« Arts, espace, temps »
Cette thématique permet d’aborder les œuvres d’art à partir des relations qu’elles établissent,

implicitement ou explicitement, avec les notions de temps et d’espace.
Pistes d’étude
* L’œuvre d’art et l’évocation du temps et de l’espace : construction (vitesse, durée, répétition ; perspectives, profondeur de champ ; illusions d’optique, etc.) ; découpages (unités, mesures, âges de la vie, époques, âge d’or, etc.) ; formes symboliques (clôture, finitude, mélancolie, nostalgie, Vanités, Thanatos ; ouverture, infinité, euphorie, Eros, etc.).
* L’œuvre d’art et les grandes figures culturelles du temps et de l’espace : mythes (Hermès/ Mercure ; Cronos, etc.), héros épiques et légendaires (Ulysse, Pénélope, etc.), figures historiques (Alexandre le Grand, Marco Polo, Christophe Colomb, etc.).
* L’œuvre d’art et la place du corps et de l’homme dans le monde et la nature (petitesse/ grandeur ; harmonie / chaos ; ordres/ désordres, etc.) ; les déplacements dans le temps et l’espace (voyages, croisades, découvertes, expéditions, migrations) et leur imaginaire (rêves, fictions, utopies).
« Arts, ruptures, continuités »
Cette thématique permet d’aborder les effets de reprises, de ruptures ou de continuité entre les différentes périodes artistiques, entre les arts et dans les œuvres d’art.
Pistes d’étude
* L’œuvre d’art et la tradition : ruptures (avant-gardes), continuités (emprunts, échos, citations), renaissances (l’influence d’une époque, d’un mouvement d’une période à l’autre, historicisme, etc.). La réécriture de thèmes et de motifs (poncifs, clichés, lieux communs, stéréotypes, etc.) ; hommages (citations, etc.), reprises (remake, adaptation, plagiat, etc.), parodies (pastiche, caricature, etc.).
* L’œuvre d’art et sa composition : modes (construction, structure, hiérarchisation, ordre, unité, orientation, etc.) ; effets de composition / décomposition (variations, répétitions, séries, ruptures, etc.) ; conventions (normes, paradigmes, modèles, etc.).
* L’œuvre d’art et le dialogue des arts : citations et références d’une œuvre à l’autre ; échanges et comparaisons entre les arts (croisements, correspondances, synesthésies, analogies, transpositions, parangons, etc.).


Troisième

1. Formes du récit aux XX° et XXI° siècles

Le professeur fait lire au moins deux œuvres , en lecture intégrale ou par extraits, choisies dans les deux entrées suivantes :

- Récits d’enfance et d’adolescence :

L’élève étudie par exemple l’une des œuvres suivantes : Colette, Sido, La Maison de Claudine, Albert Cohen, Le Livre de ma mère, Nathalie Sarraute, Enfance, Fred Uhlman, L’Ami retrouvé, Hervé Bazin, Vipère au poing, Alain-Fournier, Le Grand Meaulnes, Romain Gary, La Promesse de l’aube, Italo Calvino, Le Baron perché, Driss Chraïbi, La Civilisation, ma mère ! Camara Laye,

L’Enfant noir, Amos Oz, Soudain dans la forêt profonde, Annie Ernaux, La Place, Tahar Ben Jelloun, L’Enfant de sable, Andreï Makine, Le Testament français.

- Romans et nouvelles des XX° et XXI° siècles porteurs d’un regard sur l’histoire et le monde contemporains : le choix est laissé à l’appréciation du professeur.

2. La poésie dans le monde et dans le siècle :

- La poésie engagée :

Le professeur fait lire un ou plusieurs textes choisis par exemple parmi les poètes suivants : Paul Eluard, Louis Aragon, Federico Garcia Lorca, Jacques Prévert,

Robert Desnos, Pablo Neruda, René Char, Yannis Ritsos, Aimé Césaire.

- Nouveaux regards sur le monde dans la poésie contemporaine : Le professeur fait lire un ou plusieurs textes choisis par exemple parmi les auteurs suivants : Paul Claudel, Guillaume Apollinaire, Blaise Cendrars, Francis Ponge, Henri Michaux, Edouard Glissant.

Il peut étendre le corpus à la chanson à texte.

3. Théâtre : continuité et renouvellement

- De la tragédie antique au tragique contemporain :

Le professeur fait lire, intégralement ou par extraits, au moins une pièce choisie dans l’œuvre des auteurs suivants : Sophocle, Euripide, William Shakespeare, Pierre Corneille, Jean Racine, Jean Giraudoux, Jean Cocteau, Eugène Ionesco, Jean Anouilh, Albert Camus.

- Le professeur peut faire découvrir aux élèves le théâtre

contemporain dans sa diversité et aborder la relation entre texte et représentation, en tenant compte de la collaboration entre les auteurs dramatiques et les metteurs en scène.

Le professeur privilégie l’étude de l’image comme engagement et comme représentation de soi. C’est la fonction argumentative de l’image qui est développée, pour laquelle on peut analyser le fonctionnement de certaines publicités.

Le professeur fournit aux élèves des outils d’analyse pour l’image animée ; il les fait réfléchir à la problématique de l’adaptation d’une œuvre littéraire pour le cinéma ou la télévision.

Ouverture au monde entier et à l’époque contemporaine.


Sans exclure les thématiques qui concernent l’histoire des arts, le thème « Arts, Etats et pouvoirs » est particulièrement porteur dans la perspective d’une ouverture au monde entier et à l’époque contemporaine.

Il sera traité par le professeur de français dans le cadre qui est le sien : échanges entre écrivains et artistes ; correspondances entre œuvres littéraires et œuvres musicales ou plastiques ; mise en scène et jeu théâtral.

« Arts, Etats et pouvoir »

[cf classe de cinquième]
On peut aussi penser à :
« Arts, créations, cultures »
Cette thématique permet d’aborder les œuvres d’art à travers les cultures, les sociétés, les

civilisations dont elles construisent l’identité et la diversité.
Pistes d’étude
* L’œuvre d’art et la genèse des cultures : leurs expressions symboliques et artistiques, les lieux de réunions, les modes de représentation (symboliques ou mythiques), les formes de sociabilité, les manifestations ludiques (jeux de

société) ou festives (commémorations, carnavals, cortèges, fêtes et célébrations civiles, religieuses, militaires), etc.
* L’œuvre d’art, la création et les traditions (populaires, régionales) qui nourrissent l’inspiration artistique (contes, légendes, récits et sagas, mythes dionysiaques, héroïques, épiques, etc.).
* L’œuvre d’art et ses formes populaires (improvisation, bricolage, détournement, parodies, savoir-faire, etc.) et savantes (programmation, codification, symboles, etc.).


*On ne négligera pas la thématique « Arts, techniques, expressions », qui permet d’aborder les œuvres d’art comme support de connaissance, d’invention, d’expression en relation avec le monde technique (L’œuvre d’art et l’influence des techniques- l’oeuvre d’art et la technique, source d’inspiration/Les grandes figures artistiques et techniques- l’œuvre d’art et la prouesse technique)

I .Nauche, IA-IPR de Lettres, Créteil, septembre 2010

similaire:

Programmes Collège Rentrée 2009 iconProgrammes applicables à la rentrée 2001

Programmes Collège Rentrée 2009 iconProgrammes école-collège, version consolidée conforme au bo du 24 décembre 2015

Programmes Collège Rentrée 2009 iconCourse de haies N1
«Pour la formation d’un citoyen cultivé, lucide, autonome, physiquement et socialement éduqué» (Programmes du collège, 2008)

Programmes Collège Rentrée 2009 iconProgrammes de lca au collège
«iconographie très riche liée aux textes de l’Antiquité (Chute de Troie, Sirènes, jugement de Pâris…)»

Programmes Collège Rentrée 2009 iconBulletin des actes administratifs l’ordonnance suivante : «L’assesseur...
«L’assesseur de collège Godnieff, principal du collège d’E est admis à faire valoir ses droits à la retraite.» Plus loin, on lisait...

Programmes Collège Rentrée 2009 iconLes Sheds / 6 pieds sur Terre Réunion du 27 avril 2009 19h30
«Igor et les voleurs de notes»; 800€ tout compris. Mais personne ne connait vraiment leur niveau de qualité et ils sont programmés...

Programmes Collège Rentrée 2009 iconConseil International des Architectes Français
...

Programmes Collège Rentrée 2009 icon119-2009 Adoption du procès-verbal de la séance du 3 août 2009

Programmes Collège Rentrée 2009 iconFinances – Budget supplémentaire principal et annexe économique 2009 Adoption
«zac val de Somme» doit inscrire budgétairement les différents contrats repris auprès de la cci (délibération du 8 juillet 2009)...

Programmes Collège Rentrée 2009 iconB mw media Information 9/2009 Page bmw au Salon international de...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com