Lettres / Histoire Géographie








télécharger 57.71 Kb.
titreLettres / Histoire Géographie
date de publication01.04.2017
taille57.71 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > histoire > Documentos


Université Cheikh Anta Diop

(U.C.A.D)

g:\dfg.jpg
Département : Lettres / Histoire Géographie



Section : F1C1

Préhistoire et Antiquité

Encadreur : M. Babacar DIAGNE


Année : 2012 2013



Introduction :

La Chine Antique appelée par les chinois zhōngguó qui signifie « Empire du milieu » fut vraisemblablement peuplée, il y’a plus d’un million d’années par l’homo ­ erectus. Puis les hommes modernes atteignirent la région il y’a environ 75000 ans. Elle a développé une histoire et une civilisation brillantes à l’époque antique que nous présenterons dans un exposé articulé comme suit :
Ι- les grandes périodes de la chine antique.

1-la dynastie des Chang.

2-la dynastie des Tchéou.

3-la naissance de l’empire et la dynastie des Han.

ΙΙ- la civilisation chinoise.

  1. l’organisation socio-économique.

2- l’organisation culturelle et religieuse.

Conclusion

ANIMATEURS :

Ndeye Mane Séne

Idrissa Sow

Boudy Sy

Ciré yoro Sy

Mour Séye

Serigne Ibn Malick Sow

Alassane Thiam


L’objectif de l’exposé :
Au terme de l’exposé, le stagiaire devra être capable de citer les principales dynasties de la Chine Antique.


  1. Les grandes périodes de la chine antique :

L’histoire de chine se caractérise par de nombreuses dynasties qui ont eu à se succéder pendant les différentes périodes de son histoire antique. Parmi elles nous avons choisi celles des Chang, des Tchéou et des Han qui ont le plus marqué son histoire antique.


  1. La dynastie des Chang :

La dynastie Shang est, selon l'historiographie chinoise, la deuxième dynastie royale à avoir dominé la Chine,des environs de 1570 à 1045 av. J.-C.Elle succède à la dynastie Xia et précède celle des Zhou qui la supplante au milieu du XIe siècle av. J.C.

Depuis les années 1930, les trouvailles d'inscriptions oraculaires sur des os et des écailles de tortue à Anyang dans le Henan ont révélé que s'y trouvait alors la dernière capitale Yinxu des rois Shang durant la période allant d'environ 1250 à 1050 av. J.-C. Il est possible que les rois ayant régné à partir d'autres sites durant la période précédente, la période d'Erligang (c. 1600-1300 av. J.-C.), aient également été des membres de la dynastie Shang, mais l'absence d'écriture pour cette époque ne permet pas de le confirmer.

Cette dynastie occupait la moyenne vallée du Huang He (Fleuve Jaune).Le premier roi fut Yu le Grand qui « épuisa ses forces à construire des canaux et des digues, il guidait des rivières ». Cette période, qui couvre une vaste partie du IIe millénaire, voit de nombreux changements se produire dans la plaine centrale de Chine, avant tout à partir du foyer situé dans la vallée du fleuve jaune d'où émerge la dynastie Shang. Les premiers États et les premières villes se développent. Les Shang gouvernaient à l’aide d’un conseil des ministres composé de hauts personnages. Il y’avait un premier ministre ou « ministre du domaine », un ministre des travaux. Il avait créé une administration nombreuse composée de Lettrés, percevant partout les impôts, rendant la justice du Roi, levant une armée. Plusieurs royaumes indépendants s’étaient constitués, l’un des princes nommé Wu Wang régnant, dont l’autorité s’étendait sur la haute vallée de Wei. Ainsi, l'idée d'une mainmise des rois Shang sur une grande partie de la Plaine centrale est donc remise en cause. En 1045 av. J.-C. Wu Wang détrôna le dernier Shang du nom de Di Xin et fonda la dynastie des Tchéou.

c:\documents and settings\kamizol\bureau\chine\histoire_de_la_chine_fichiers\220px-shang.jpg

carte du territoire de la dynastie shang


  1. La dynastie des Tchéou :

Elle est l’une des plus anciennes dynasties de la chine. Son nom qui signifie « s’étendre partout » provient de ce que les princes de l’état féodal de tchéou avaient réussi à étendre au loin leur domination. Elle eut une durée de 867ans (de 1122 à 255 av. notre ère) et compta 34 Souverains qui prirent le titre de D’OUANG (Wang), répondant à celui de roi. La succession au trône a été réglée selon le principe de la descendance en ligne directe. Les tchéou liés aux nomades voisins, dominent la vallée de la Wei, à l’écart du domaine des shang. Trois hommes assurent leur fortune Wen Wang, artisan de leur puissance ; son fils Wu Wang, qui bat les Chang vers 1040 av. JC, et fonde la nouvelle dynastie ;tchéou gong(le duc des tcheou),qui assure la régence après la mort de Wu wang et réorganise le royaume. Les tchéou installent leur capitale à Hao, prés de l’actuelle Xi’an. Ils affirment que leur accession au pouvoir résulte d’un « mandat du ciel » à son avantage.

Les tchéou étendent leur influence vers le nord ouest et vers le sud mais, faute de pouvoir administrer un aussi vaste territoire, ils attribuent des domaines à diverses lignées, princières ou autres. Ainsi, se constituent de Seigneuries de plus en plus autonomes, chacune centrée sur une ville fortifiée ; En 771, les attaques des nomades contraignent les tchéou à transférer la capitale à Luo (prés de l’actuelle Luoyang).Aux tchéou occidentaux font ainsi suite les tchéou orientaux, dont le pouvoir ne cesse de se restreindre. En 256, à l’occasion d’une crise de succession, le Qin s’empare du domaine des tchéou, mettant fin à la dynastie.

c:\documents and settings\kamizol\bureau\chine\histoire_de_la_chine_fichiers\220px-zhou2.jpg

carte du territoire de la dynastie tchéou


  1. La Naissance de l’empire et la dynastie des Han :

Vers ­ 220 av J­C, après les hostilités croissantes des principautés, le prince Zheng de la principauté Qin parvient à conquérir les autres états et se proclame lui même le premier empereur de la dynastie des Qin, avec le titre de Qin Shi Huangdi .Il commence la construction de la grande Muraille. visite de la grande muraille de chine


Il étend à la chine entière le régime autoritaire et centralisé instauré dans le royaume de Qin. Son successeur se proclame roi de Chu et attribue à Liu bang le royaume de Han (à l’ouest du Chu).mais Liu bang a d’autres ambitions : il s’empare de Xianyang en 206, puis élimine son rival en 202.La dynastie des Qin s’effondra et celle des Han lui succéda après une période de guerres civiles.

La dynastie des Han dure de 206 av JC à 220 apr. J.C .C’est une période fondamentale, au point que les chinois se désignent eux mêmes, aujourd’hui encore, sous le nom de Han .On distingue les Han antérieurs (206 av. J.C..9apr .J.C) des Han postérieurs (23 .220 apr. J.C).Les premiers sont aussi dits occidentaux, car ils ont pour capitale Xianyang, comme les Qin avant eux Gaozu (mort en 195) consolide l’empire en s’appuyant sur les principes légistes. Son fils Wendi (180 .157) adoucit les lois héritées des Qin, ce qui ouvre la voie au confucianisme. Les premiers Han atteignent leur apogée sous le règne de Wudi (141.87).



Dans le troisième tiers du IIe siècle av. J.C., l’empire s’étend vers le sud (conquête du Min Yue, puis du Nan Yue, y compris le Tonkin), mais aussi au nord est (conquête d’une partie de la Corée). En revanche, au nord les conflits avec les nomades Xiongnu ne cessent de rebondir. Mais au 1e siècle av. JC, le pouvoir des souverains Han diminua et en l’an 9 de l’ère chrétienne, l’usurpateur Wang Mang, s’empare du pouvoir et fonda l’éphémère dynastie xin. C’est un réformateur ambitieux, mais il coalise contre lui les notables et meurt assassinée en 23 .Les Han alors rétablis sont dit postérieurs ou orientaux, car ils prennent comme capitale Luoyang. Leur autorité s’effrite avant la fin du IIe siècle, tandis que les révoltes dues aux inondations et la misère s’ajoutent aux intrigues de palais.la réalité du pouvoir passe aux mains de divers chefs militaires, qui se livrent la guerre entre eux.la lutte contre les xiongnu (éleveurs nomades).A la fin du ΙΙΙe siècle av. JC, ils fédèrent de nombreuses tribus et s’assurent le contrôle des steppes jusqu’à Asie centrale.la question des relations avec les nomades ne sera pas résolue avant le ΧVΙΙΙe siecle.la confédération des xiongnu se désagrège à la fin du 1e siècle apr. JC et se sédentarise. Dans la deuxième moitié du 2e siècle, une nouvelle confédération devient menaçante : celle des Xianbei. Comme d’autres dynasties par la suite; Les Han postérieurs sont victimes d’une double évolution mettent en cause à la fois leur autorité et celle de la bureaucratie. Dans la seconde moitié du 2esiecle éclatent des révoltes d’inspiration taoïste, notamment celles des turbans jaunes. Or, les généraux censés rétablir l’ordre se livrent bientôt la guerre entre eux. La capitale Luoyang, est mise en sac dés 190, mais la dynastie des Han ne prend officiellement fin qu’en 220.

c:\documents and settings\kamizol\bureau\histoire_de_la_chine_fichiers\220px-han2.jpg

Carte du territoire de la dynastie Han
Frise chronologique de la succession des différentes dynasties :

c:\documents and settings\administrateur\bureau\scan 001.jpg


  1. La civilisation chinoise :

La civilisation chinoise a environ 5 000 ans d'Histoire. Perpétuée de génération en génération, grâce à la sacralisation de l'écrit et au poids de la tradition, elle constitue, de ce fait, l'une des plus anciennes civilisations au monde. La civilisation chinoise a pu exister en tant que telle par le développement d'une idéologie nationale commune basée suivant les époques sur les rites ancestraux et chamaniques, le confucianisme, le taoïsme ou le bouddhisme et par une langue écrite commune qui permet de créer un lien entre les différents dialectes qui, s'ils se prononcent différemment, s'écrivent de la même manière. Lorsque la Chine fut conquise par les tribus nomades du Nord, comme les Mongols au XIIIe siècle. Les envahisseurs adoptèrent les coutumes de la civilisation chinoise et réutilisèrent le système administratif Han pour gouverner l'empire.

Toutefois, elle a fait l’objet de longues discussions : certains ont prétendu qu’elle était autochtone d’autres qu’elle avait été importée.la querelle était vaine, car on sait aujourd’hui qu’une civilisation n’est pas un objet d’exportation tout fait qui se laisse transplanter tel quel d’un pays dans un autre .D’autre part, la conception d’une civilisation autochtone semble insoutenable. Toute civilisation nait d’un croisement de races et de leurs âmes. Et la haute civilisation chinoise est, elle aussi, le produit d’un brassage de plusieurs civilisations.

  1. l’organisation socio ­économique :

La société chinoise de l’antiquité était fortement hiérarchisée et divisée en trois classes :

  • A la tête de l’empire nous avons l’empereur ou le « fils du ciel ».d’après la tradition chinoise, le premier empereur était YU le grand, qui « épuisa ses forces pour construire des canaux et des digues. Il guidait des rivières. »

  • Les mandarins fonctionnaires de l’état et les grands propriétaires. Par leurs institutions, ils jouissent d’un immense prestige et vivent avec leurs familles dans le luxe. Les mandarins étaient les seuls capables de lire d’écrire et de compter.

  • Les fermiers producteurs et les paysans. Ils constituent la masse du peuple chinois.sur eux pèsent toutes les charges : impôts, taxes, services militaires .les artisans et les marchands se déplacent a travers le pays avec leurs outils et leurs marchandises sur le dos.

En outre, la chine antique a attiré toutes sortes de voyageurs arrivés par la route de la soie ou par les grands ports. Venus d’Asie centrale et du moyen orient, ils constituent une minorité de la population chinoise.

Au cours des siècles, les chinois firent de nombreuses découvertes techniques. L’Agriculture utilise la charrue à soc de fer depuis le VΙΙΙe siècle av. JC. Ainsi, le sud devient le pays du riz et le nord celui du blé et du millet.ad1939b6

riz en chine: 10 000 ans d\'histoirela chine féodale

De nombreux travaux d’irrigation permettent une production très variée. Très tôt, les chinois maitrisent la métallurgie de bronze et de fer.

110-1 enligne 173-1 enligne 55-1 enligne

Ils utilisaient des matériaux inconnus dans le reste du monde comme le jade. L’exportation des mines (sel, fer, charbon) au profit de l’empereur constitue une industrie. Le grand commerce se fait par la voie maritime mais surtout par la route de la soie. Le commerce se développe également en direction de l’Europe par la terre et par la mer. De grandes caravanes et des navires transportaient des marchandises comme la soie, cela contribue à la diffusion des techniques et des idées. Ainsi, chinois, grecs, romains, syriens se rencontrent dans les oasis du bassin de Tarim aux confins de la Chine, de l’Inde et de l’Iran. Les chinois organisaient les caravanes qui exportaient la soie vers la méditerranée et l’occident. La route aboutissait en Syrie prés d’Antioche, A Tarim, le centre du trafic, les Indiens rejoignaient la route caravanière et apportaient les perles ; les diamants, les ivoires. Les persans vendaient leurs tapis. Vers 670 av JC on se servait de la monnaie de bronze en forme de couteau (tao) puis plus tard par un anneau à son extrémité on ajoute des légendes. On vit apparaitre ensuite une monnaie en forme de selle, de Bèche (pi­tchar).L’emploi de la monnaie ronde est régularisé après 212 av JC.

2°) L’organisation religieuse et culturelle

Vers 1500 av JC les chinois inventèrent une écriture que les empereurs Han simplifièrent pour là rendre plus utilisable.
c:\documents and settings\kamizol\bureau\chine\chine_fichiers\220px-zhongguo.gif

Grace à cette écriture, de grands penseurs comme Confucius ou Laozi purent transmettre des textes qui furent diffusés dans toute l’Asie. En effet la chine a été très marquée par le confucianisme fondé au VΙ e ­Ve siècle av JC par Confucius.



Cette pensée prônait le respect de l’autorité (parents, personnes âgées, princes, fonctionnaires...) et la recherche de la sagesse par l’étude et l’effort. Grace à cela, l’homme entrait en harmonie avec la société et la nature .A partir du 2e Siècle av JC le Taoïsme se répandit en chine. Cette religion prônait la recherche du bonheur par l’harmonie avec les mouvements de l’univers. A partir du IVe siècle apr. JC le bouddhisme se propageait en chine. Le bouddhisme fut la première religion étrangère à s’introduire en chine. Elle connut un succès extraordinaire et pendant la scission entre la chine du nord et la chine du sud (317 589) elle domine la vie spirituelle du pays s’imposant d’abord aux masses en tant que croyance puis aux classes supérieures en tant que philosophe de l’existence. Au VIIe Siècle le christianisme et l’islam atteignent la chine mais occupent une place mineure. Hormis cela, la chine antique a connu une grande quantité de cultes exportés comme le Manichéisme ; le Zoroastrisme. La plupart des chinois pratiquaient le culte de leurs ancêtres. Les chinois attachaient une grande importance à l’art ; ils bâtissaient des palais ; des cités et des pagodes. Ils peignaient des tableaux avec de l’encre sur de la soie ou du papier .L’art chinois était d’un grand raffinement. La culture chinoise a ainsi pu se développer de façon progressive et durable.
Conclusion :

La civilisation chinoise a marqué l’histoire de l’humanité. Peuplée dés la préhistoire, la chine a eu une antiquité rythmée par une succession d’événements, de luttes entre dynasties dont la plus rayonnante est celle des Han. Les chinois ont fait de nombreuses découvertes techniques et attachaient une grande importance à l’art, l’architecture et la peinture. La pensée de Confucius prônant le respect de l’autorité a marqué la civilisation chinoise. Mais des révoltes intérieures et la poussée des barbares détruisirent cet empire.


DOCUMENTATION :

­Encyclopédie (G), le Livre des connaissances, Montréal volume 3.pp 355 ­390 en 1980

­George (S), Histoire de la chine de l’antiquité jusqu’en 1922, Paris, Payot 1929

­IPAM Histoire 6e, le monde de la préhistoire à la fin du ΧΙe Siecle, Paris Edicef 1971

­Webographie :

Fr.wikipédia.org /wiki/ de la chine antique 

RESUME : LA CHINE ANTIQUE

INTRODUCTION

L’histoire de la chine antique avait commencé vers le IIIème millénaire. Elle se divise en deux périodes et en plusieurs dynasties. La civilisation est marquée par une richesse culturelle et une dynamique économique.

I) LES GRANDES PERIODES DE LA CHINE ANTIQUE :

L’Antiquité chinoise repose sur une multitude de dynasties dont les plus importantes restent sans doute les Chang, les Tchéou, les Han.

a)La dynastie des Chang : Elle établit sa capitale à Ngan-Yang. Cette dynastie s’effondre au cours de la deuxième moitié du XI e siècle av. jc.

b) La dynastie des Tchéou :Elle est l’une des plus anciennes dynasties de la chine. Elle eut une durée de 867ans et compta 34 souverains. Habitant la vallée de la Wei, cette dynastie renversa les Chang et instaura un système de bureaucratie centralisée. Les rois portent le titre de D’ouang . Elle initia un système féodal lui permettant de s’enrichir grâce à la contribution de ses vassaux. Ce dernier entra en décadence avec l’invasion de ces derniers vers 771.

c) La dynastie des Han : Son règne fut marqué par une période des Han antérieurs et une période des Han supérieurs. Le premier est d’abord une période de trouble et la deuxième était la première des révoltes paysannes. La dynastie tomba en 210 av. j.c et occasionna le morcellement de l’empire.

II) LA CIVILISATION CHINOISE :

---Sur le plan socio-économique : La société chinoise est fortement hiérarchisée et divisée en trois classes : L’empereur ou le fils du ciel, les mandarins fonctionnaires de l’Etat et le bas peuple. L’économie reposait sur l’agriculture avec de nombreux travaux d’irrigations permettant une production variée de riz et de blé. L’exportation des mines (sel, fer, charbon) au profit de l’empereur constitue une industrie. Le grand commerce se fait par voix maritime mais surtout par la route de la soie.

---Sur le plan socio culturel et religieux : Le bouddhisme fut la première religion étrangère à s’introduire en chine au début de notre ère. Elle domina la vie spirituelle du pays. La chine a connu une culture riche et variée.

Conclusion :

La civilisation chinoise a marqué l’histoire de l’humanité. Peuplée dés la préhistoire, la chine a eu une antiquité rythmée par une succession d’événements, de luttes entre dynasties dont la plus rayonnante est celle des Han. Les chinois ont fait de nombreuses découvertes techniques et attachaient une grande importance à l’art, l’architecture et la peinture. La pensée de Confucius prônant le respect de l’autorité a marqué la civilisation chinoise. Mais des révoltes intérieures et la poussée des barbares détruisirent cet empire.








similaire:

Lettres / Histoire Géographie iconProgrammes d’histoire et de géographie

Lettres / Histoire Géographie iconLittérature Histoire-Géographie

Lettres / Histoire Géographie iconC6543hgecT00 II 3 Histoire/géographie/éducation civique

Lettres / Histoire Géographie iconNombreux livres hors catalogue à l’unité et en lots provenant de...

Lettres / Histoire Géographie iconPartie V – La France – Géographie – Histoire
«Quechua» (Décathlon) : l’entreprise est ainsi idéalement placée pour tester ses produits destinés aux activités de montagne

Lettres / Histoire Géographie iconSous la direction de Michel collot
Le paysage est un carrefour où se rencontrent des éléments venus de la culture, de la géographie et de l’histoire, de l’intérieur...

Lettres / Histoire Géographie iconAu cycle 3, l’enseignement de l’histoire et de la géographie a permis...

Lettres / Histoire Géographie iconSon histoire, sa géographie, son économie
«Rieux» vient du latin «rivus» et signifie ruisseau ou rivière. IL a été probablement adjoint au mot «Silen» à l’époque romane

Lettres / Histoire Géographie iconSimone Vierne Université de Grenoble L’Italie imaginaire de George...
«voyageur protéiforme» (Mozet) au même titre que celui des Lettres d’un voyageur ?

Lettres / Histoire Géographie iconL’accélération de l’urbanisation
«la géographie de la ville est inséparable de son Histoire». Peu de villes sont nées à l’époque contemporaine, exceptées les villes...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com