Examen plus serré des «confessions»








télécharger 1.13 Mb.
titreExamen plus serré des «confessions»
page13/59
date de publication11.07.2017
taille1.13 Mb.
typeExam
ar.21-bal.com > histoire > Exam
1   ...   9   10   11   12   13   14   15   16   ...   59

Appel à une honnêteté simple



A. G. Daniells nous encourage à être honnête en face de la vérité: « Il serait beaucoup plus agréable d'éliminer certaines des déclarations faites par l'Esprit de prophétie concernant l'attitude de certains des dirigeants à l'égard du message et des messagers. Mais ceci ne peut se faire sans donner au moins une description partielle de la situation… en laissant la question plus ou moins entourée de mystère » (Op. cité, p. 43).
Moins il y a de mystère, mieux cela vaut en cette heure périlleuse et tardive. Voici des citations, aussi brèves que possible, mais littérales (mot pour mot), venant de Testimonies to Ministers, écrits en 1895. C'est le jugement rétrospectif d'E. White écrit vers la fin de la période de 1888:


  • « Beaucoup traitent le message avec dédain. »

  • « Vous avez tourné le dos et non votre visage au Seigneur. »

  • « La lumière qui doit remplir la terre entière de sa gloire a été méprisée. »

  • « Attention à la façon dont vous dédaignez les manifestations du Saint-Esprit. »

  • « Je ne sais pas si quelques-uns ne sont pas maintenant allés trop loin pour revenir et se repentir. »

  • « On n'apprécie pas et l'on parle contre ces grandes et solennelles réalités. »

  • « Des hommes se tiennent sur la voie des pécheurs et sont assis avec les moqueurs. »

  • « Beaucoup sont entrés dans des voies obscures et secrètes et certains ne reviendront jamais. »

  • « Ils ont tenté Dieu; ils ont rejeté la lumière. »

  • « Ils ont choisi les ténèbres plutôt que la lumière et ils ont souillé leur âme. »

  • « Ils ont non seulement refusé d'accepter le message, mais ils ont haï la lumière. »

  • « Ces hommes participent à la perte des âmes. »

  • « Ils se sont interposés entre la lumière venue du ciel et le peuple. »

  • « Ils ont foulé aux pieds la Parole de Dieu et ils outragent Son Saint-Esprit. »

  • « Ils résistent depuis des années à la lumière et chérissent l'esprit d'opposition. »

  • « Combien de temps haïrez-vous et mépriserez-vous les messagers de la justification par Dieu? »

  • « Ils ont reproché aux messagers d'être des fanatiques, des extrémistes et des enthousiastes. »

  • « Quand il sera trop tard, vous verrez que vous avez lutté contre Dieu. »

  • « Le Seigneur sait que vous avez renversé les choses sens dessus dessous. »

  • « Continuez un peu plus longtemps ce que vous avez fait en rejetant la lumière du ciel et vous serez perdus. »

  • « Si longtemps, comme de faux poteaux indicateurs montrant le mauvais chemin. »

  • « Si vous rejetez les messagers représentants de Christ, vous rejetez Christ. »

  • 2Dédaignez cette glorieuse offre de justification par le sang de Christ. »

  • « Je vous en supplie… cessez de résister obstinément à la lumière et à l'évidence. »

(TM, pp. 89-98).
Voilà ce que nos auteurs qualifiaient de « remarquable jalon dans l'histoire adventiste », « le franchissement d'une frontière pour entrer dans un nouveau continent », « la glorieuse victoire », et « l'événement et le début de choses plus grandes et meilleures pour l'Église Adventiste », « l'heure du renouveau pour le salut des âmes », « l'heure d'une heureuse expérience spirituelle », « un renouveau dans toute la dénomination »! Ellen White écrivit le mieux qu'elle put en 1895: « Le Seigneur sait que vous avez renversé tout sens dessus dessous. »
Sept ou huit ans plus tard, la Conférence offrit une belle occasion de repentance, de confession et de participation chaleureuse à un « renouveau dans toute la dénomination ». La chronologie du rejet put être suivie année après année:
« Au lieu de peser de tout votre poids sur le chariot de la vérité que l'on tire sur une route en pente, vous devriez oeuvrer avec toute l'énergie possible pour le pousser en avant. Nos frères aînés n'acceptent pas le message mais le traitent comme s'il n'avait pas d'importance. » (RH 18/3/1890).
« Je ne peux pas vous exprimer quels sont mon fardeau et la détresse de mon esprit depuis que la vraie situation de notre cause a été présentée devant moi. Il me fut montré que les pasteurs, dans toutes nos Conférences, négligent l'étude des Écritures, la recherche de la vérité. Comme nos églises sont dépourvues de foi et d'amour! La religion de la Bible est très rare, même chez nos pasteurs. Le niveau du ministère a été grandement abaissé.

« La froideur, l'insensibilité, le manque de tendre sympathie corrompent le camp d'Israël. Si l'on permet à ces maux de se fortifier comme ils l'ont fait durant quelques années dans le passé, nos églises seront dans un état déplorable. » (TM, 20/8/1890, p. 142 à 156).
Il n'y eut pas beaucoup de renouveau jusqu'en 1892:
« L'atmosphère de l'Église est si froide, son esprit est d'une telle nature qu'hommes et femmes ne peuvent supporter ou endurer l'exemple de la piété primitive et céleste. La chaleur de leur premier amour s'est refroidie et, à moins qu'ils ne soient abreuvés par le baptême du Saint-Esprit, leur chandelier sera retiré de sa place. » (Idem., pp. 167, 168, 161; 15/7/1892).
Ce fut la même chose en 1893:
« Oh! Combien peu connaissent le jour où ils sont visités! Nous sommes convaincus que parmi le peuple de Dieu existent aveuglement et dureté de cœur. La plupart de ceux qui composent nos églises sont spirituellement morts dans leurs transgressions et dans leurs péchés… Les plus douces mélodies qui viennent de Dieu par des lèvres humaines –justification par la foi et justice de Christ- ne produisent pas en eux une réponse d'amour et de gratitude… Ils endurcissent leur cœur contre le marchant céleste. » (RH 4/4/1893).
Les conditions n'étaient pas meilleures en 1895:
« Il y en a beaucoup qui se sont défaits de leur foi adventiste, tout en disant dans leur cœur, comme ils désirent qu'il soit: 'Mon Seigneur diffère Sa venue…' Les hommes à qui sont confiées de lourdes responsabilités mais qui n'ont pas de relation vivante avec Dieu ont outragé et outragent Son Saint-Esprit. Des avertissements sont venus de Dieu maintes fois pour ces hommes, mais ils les ont mis de côté et ils se risquent encore sur la même voie. Si Dieu épargne leur vie et s'ils nourrissent le même esprit qui a marqué leur façon d'agir avant et après la réunion de Minneapolis, ils rempliront la coupe des actions de ceux que Christ condamna quand Il était sur la terre. » (TM, pp. 77-79; 1/5/1895).
Il y avait eu apparemment peu de changement jusqu'en 1896:
« Que les hommes entretiennent l'esprit qui se déchaîna à Minneapolis constitue une offense à Dieu. Le ciel entier est indigné devant l'état d'esprit qui, depuis des années s'est révélé dans notre maison d'édition de Battle Creek. Une voix s'est faite entendre montrant les erreurs et, au nom du Seigneur, suppliant en vue d'un changement net. Mais qui a suivi l'instruction donnée? Qui a humilié son cœur pour bannir toute trace de son esprit mauvais et oppressif? » (Idem., pp. 76, 77; 30/5/1896).
Il semble que le renouveau n'avait pas réussi à s'emparer du cœur des dirigeants jusqu'en 1897:
« Dieu donne aux hommes conseils et reproches pour leur bien. Il a envoyé son message disant ce qui était nécessaire à ce moment-là. Il vous donna l'occasion de venir, armés et équipés pour aider le Seigneur. Et ayant fait tout cela, Il vous a dit de vous lever. Mais vous êtes-vous préparés? Dites-vous: 'Me voici, envoie-moi'? Vous êtes restés immobiles et vous n'avez rien fait. Vous avez laissez la Parole de Dieu tomber au sol, ignorée… Oh, pourquoi les hommes seraient-ils des obstacles quand ils pourraient êtres des aides? Pourquoi bloqueraient-ils les roues, quand ils pourraient pousser avec un succès garanti? Pourquoi priveraient-ils leur propre âme du bien, et les autres d'une bénédiction qui pourrait arriver grâce à eux? Ceux qui rejettent la lumière resteront des déserts stériles. » (Idem., p. 413).
Sûrement, ces gens restèrent des « déserts arides » spirituellement. Une lecture attentive de leurs sermons imprimés et de leurs articles révèle qu'ils sont secs et ennuyeux, dépourvus des sujets essentiels des vérité de 1888. Cependant, ils démontrent une confiance suprême dans le fait qu'ils comprennent et prêchent la justification par la foi.
Histoire des réveils après 1888
A partir de 1888-1890, Ellen White fait de nombreuses mentions des réunions de réveil qu'elle tint en compagnie de Jones et de Waggoner. La théorie de l'acceptation est basée largement sur ces déclarations. Nous devons leur accorder l'importance qu'elles méritent. Ci-dessous voici des échantillons de son enthousiasme ardent:
« Je n'ai jamais vu une œuvre de réveil se développer avec une telle sincérité et cependant rester si dépourvue de toute excitation excessive. Il n'y eut pas de pression, ni d'invitation. Les gens ne furent pas appelés à venir en avant mais avec solennité, on se rendit compte que Christ vint non pour appeler les justes, mais les pécheurs à la repentance. Il y en eut beaucoup qui témoignèrent que quand on avait présenté les vérités scrutatrices, ils avaient été convaincus, à la lumière de la loi, qu'ils étaient des coupables. » (RH 5/3/1889).
La nouvelle que Christ est notre justice a apporté du secours à beaucoup, beaucoup d'âmes et Dieu dit à son peuple: 'Avance…? Dans chaque réunion depuis la Conférence Générale (de 1888), des âmes ont accepté avec ardeur le précieux message de la justice de Christ. Sabbat (à Ottawa, Kansas), des vérités furent présentées qui étaient nouvelles pour la majorité de l'auditoire. Mais les travaux de Sabbat ne furent pas vains. Dimanche matin, on eut la preuve décisive que l'Esprit de Dieu opérait de grands changements dans la condition morale et spirituelle des gens réunis. » (Ibid., 23/7/1889).
« Nous avons des réunions tout à fait excellentes. L'esprit qui régnait dans la réunion de Minneapolis ne règne pas ici. Tout se déroule dans l'harmonie. Le témoignage général de ceux qui ont parlé a été que ce message de lumière et de vérité qui a atteint notre peuple est juste la vérité pour notre temps et partout où ils vont dans les églises, la lumière, la délivrance et la bénédiction de Dieu pénètrent sûrement. » (Ms 10, 1889).
Ces déclarations prises dans un contexte de dix ans donnent l'impression d'une acceptation chaleureuse du message par les dirigeants. Mais une évidence plus grande dans ce contexte doit être considérée. Une impression de l'acceptation par les dirigeants doit être équilibrée par la réalité. Jones dit que « ces réunions firent changer le courant chez les gens ». Cependant, il n'y eut jamais un résultat ou un courant à changer chez le peuple. Le problème existait entièrement chez les dirigeants et les pasteurs. Les gens étaient prêts à accepter la lumière gaiement si les dirigeants lui permettaient de leur parvenir sans être déformée ni combattue, ou plutôt s'ils y prenaient part de tout cœur en la présentant. Beaucoup des plus jeunes pasteurs furent intéressés vivement, mais l'attitude continuellement non engagée ou l'opposition nette des dirigeants responsables à Battle Creek et ailleurs réprima le mouvement. Non seulement les observations d'Ellen White attestent ce fait, mais la correspondance de la Conférence Générale dans les archives est également claire.
En fait, il n'est même pas nécessaire de l'appeler sur le banc des témoins pour témoigner de ce rejet officiel du message à Battle Creek. Les documents dans la correspondance classée démontrent un courant, un terrain d'opposition que Jones indiqua comme « un antagonisme secret qui continua toujours »! (voir la note additionnelle à la fin de ce chapitre).
La pression du contre-réveil
A Minneapolis, Ellen White vit rapidement que le problème était celui des dirigeants. Elle demanda avec ferveur aux délégués de ne pas considérer les hommes plus âgés et expérimentés pour voir ce qu'eux-mêmes feraient de cette lumière. Elle dit qu'ils essaieraient même de l'empêcher d'atteindre le peuple.
« Je vous supplie de placer votre confiance en Dieu; n'idolâtrez aucun homme, ne dépendez d'aucun homme. Que votre amour ne les maintienne pas dans des postes de confiance pour lesquels ils ne sont pas qualifiés…
« Vous avez besoin de plus de lumière, d'une compréhension plus claire de la vérité que vous apportez aux gens. Si vous ne voyez pas la lumière vous-mêmes, vous fermerez la porte, si vous pouvez, vous empêcherez les rayons de la lumière d'arriver aux gens. Ne laissez pas dire de ce peuple hautement favorisé: 'Ils ne voulurent pas entrer eux-mêmes et ils arrêtèrent ceux qui entraient.' Toutes ces leçons sont données pour le bénéfice de ceux pour qui la fin du monde est venue.
« A cette réunion… l'opposition plutôt que l'examen est à l'ordre du jour…
« Il ne doit être permis à personne de fermer la voie par où la lumière de la vérité arrivera au peuple. Dès que l'on tentera ceci, l'Esprit de Dieu sera arrêté » (Ms 15, 1888; Olson, pp. 297, 301).
« Maintenant, notre rencontre tire à sa fin et pas une confession n'a eu lieu. Il n'y a pas eu une seule interruption pour laisser intervenir l'Esprit de Dieu. Maintenant, je disais: à quoi servait-il de nous rassembler ici, et pour nos frères du ministère de venir s'ils sont ici seulement pour interdire la venue de l'Esprit de Dieu au sein du peuple. » (Ms 9, 1888, pp. 290, 291).
Quel fut le mécanisme réel du rejet? Comment opéra-t-il? Tandis qu'il est vrai que Jones et Waggoner purent parler dans des camps-meetings et publier des articles, et tandis qu'il est vrai que leur message fut bien reçu par les laïcs, le rejet par les dirigeants contraria constamment leurs meilleurs efforts. Nous avons l'analyse d'E. G. White de ce qui arriva:
« Les hommes mêmes qui devraient être sur le qui-vive pour voir ce dont le peuple de Dieu a besoin pour préparer la voie du Seigneur interceptent la lumière que Dieu voudrait voir atteindre son peuple et ils rejettent le message de sa grâce curative. » (Lettre aux frères Miller, 23/7/1889).
« Certains de nos frères dirigeants ont constamment pris position du mauvais côté, et si Dieu voulait envoyer ce message et attendre que ces frères plus âgés ouvrent la voie pour qu'il avance, il n'atteindrait jamais le peuple. La réprimande du Seigneur frappera ceux qui voudraient être les gardiens de la doctrine, qui voudraient barrer la route pour qu'une plus grande lumière n'arrive pas jusqu'au peuple, et s'il n'y avait pas de voix humaine pour l'apporter, les pierres elles-mêmes crieraient… C'est la froideur du cœur, l'incrédulité de ceux qui voudraient avoir la foi qui maintient les églises dans leur faiblesse. » (RH 26/7/1892).
A ce moment-là, Jones et Waggoner étaient « persona non grata » pour les frères responsables à Battle Creek (Olson, p. 115). Comme nous le verrons dans un chapitre suivant, le rédacteur de la Review and Herald était l'opposant le plus influent. Ellen White dit que le nouveau président de la Conférence Générale lui-même agit comme Aaron quant à ces homes qui ont été opposés à l'œuvre de Dieu depuis la réunion de Minneapolis (Lettre à A. O. Tait, 27/8/1896).
« Le président de la Conférence Générale alla directement contre les avertissements et les conseils donnés » concernant les conséquences de 1888. » (Lettre à J. H. Evans, 21/11/1897).
En outre, il n'était que naturel que les frères opposants attendent et très vraisemblablement espèrent que le message importun n'attirent pas mieux les gens du commun que les pasteurs et les autorités à Battle Creek. Mais quand le bruit arriva des merveilleux résultats de la prédication du trio inspiré, ils furent attristés. Il est douloureux de rapporter qu'Ellen White dit que l'approbation de l'œuvre par le Saint-Esprit, créa leur malaise. Elle ne fut pas peinée à cause d'une minorité insignifiante de frères obscurs, mais à cause de l'impression globale des dirigeants responsables et influents.
1   ...   9   10   11   12   13   14   15   16   ...   59

similaire:

Examen plus serré des «confessions» iconSommaire
«à effet de serre» tels que le dioxyde de carbone ou le méthane. Cependant, plus généralement, l'effet de serre est un principe utilisé...

Examen plus serré des «confessions» iconAMÒri les confessions de capri

Examen plus serré des «confessions» iconLe verre et les économies d’énergie La réduction des émissions à...

Examen plus serré des «confessions» iconExamen de culture générale en arabe et français ou anglais+ examen...

Examen plus serré des «confessions» iconL’examen d’un placenta transmis sans aucune donnée clinique ne peut pas être informatif
...

Examen plus serré des «confessions» iconAnne F. Garréta Pas un jour À nulle
«Il faut des spec­tacles dans les métropoles de l'ère post­moderne, et des confessions aux peuples ido­lâtres. J'ai vu les mœurs...

Examen plus serré des «confessions» iconVéritables poumons de la planète, les forêts influencent le climat...

Examen plus serré des «confessions» iconComment répondre aux questions du brevet La situation d’énonciation
«je», récit réaliste, confessions, journal intime, récit d’événements personnels

Examen plus serré des «confessions» iconRésumé à l’intention des décideurs
«très probablement [c’est-à-dire avec une probabilité supérieure à 90 %] dû à l’augmentation des concentrations de gaz à effet de...

Examen plus serré des «confessions» iconExamen des offres 21








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com