Examen plus serré des «confessions»








télécharger 1.13 Mb.
titreExamen plus serré des «confessions»
page20/59
date de publication11.07.2017
taille1.13 Mb.
typeExam
ar.21-bal.com > histoire > Exam
1   ...   16   17   18   19   20   21   22   23   ...   59

Les années 1890 ont elles un message pour les années 1990?



Le ministère d'Ellen White dans l'Eglise Adventiste du Septième Jour manifeste fréquemment une qualité semblable à celle de Jérémie. Le message de l'ancien prophète était la « vérité présente ». L'épisode de 1888 est une parabole et Dieu nous mettra à l'épreuve à nouveau.
Parce que les faits de notre histoire relatifs à 1888 ont été si largement tronqués, notre attitude contemporaine consiste encore à ne pas apprécier l'œuvre de Jones et Waggoner. Nous sommes encore soupçonneux, de peur que leur message puisse conduire au fanatisme. Nous supposons faussement encore, que ce message entraîna ces deux messagers dans l'apostasie. Tant que nous penserons ainsi, si Dieu envoyait davantage de perles de vérité pour qu'elles soient répandues devant nous, nous serions obligés de réagir devant un tel message comme l'a fait l'opposition dans la période de 1888.
Aujourd'hui, nous n'héritons pas une culpabilité génétique de nos ancêtres qui rejetèrent la plus grande occasion de l'histoire, le début de la pluie de l'arrière saison et du grand cri; mais nous sommes leurs descendants spirituels. La Bible n'enseigne pas la transmission génétique du péché « originel » ou autre, de génération en génération. Mais il y a une transmission du péché qui n'est pas génétique. « Par un seul homme, le péché entra dans le monde ». « Le péché a abondé » et « a régné jusqu'à la mort ». « Le monde entier est devenu coupable devant Dieu » (Rom. 5: 12, 20, 21; 3: 19). Cette mystérieuse transmission du péché est rendue claire dans les affirmations suivantes: E.G. White, RH 16/4/1901.
« A sa source même, la nature humaine était corrompue. Et sans cesse, depuis lors, le péché a continué son oeuvre haïssable, passant d'une âme à l'autre. Chaque péché commis éveille les échos du péché originel...
« La dépendance mutuelle est une chose merveilleuse... L'influence réciproque doit être soigneusement étudiée...
« Chaque génération se charge d'un degré de mal supérieur à celui de la génération précédente et avance sur la voie de l'impénitence et de la rébellion. Dieu regarde sans cesse, et mesure le temple et les adorateurs...
« Personne ne vit pour lui-même. Consciemment ou inconsciemment, il influence les autres, soit pour le bien, soit pour le mal... N'est il pas temps qu'un peuple se mette en avant en toute indépendance morale, chérissant en même temps l'esprit de sa dépendance de Dieu?...
« Dieu a envoyé à notre monde un message d'avertissement, à savoir le Message du Troisième Ange. Le ciel entier attend de nous entendre défendre la loi de Dieu. » (RH 16/4/1901).
Nous avons plus de lumière que nos ancêtres, donc nous avons de plus grandes responsabilités. L'éloignement du cœur par rapport à Christ, qui causa le rejet du message de 1888 est aujourd'hui beaucoup plus subtil, plus sophistiqué plus profondément enfoui au delà de notre conscience. Mais il n'est pas moins réel. Seule l'illumination du Saint Esprit le rendra manifeste. Le jour doit arriver enfin pour chacun de nous « où toute âme, qui a été aveuglée par la transgression, verra la portée réelle de cette croix. Devant la vision du Calvaire, avec sa mystérieuse victime, les pécheurs se sentiront condamnés » (DA, p. 42). N'y aurait il pas une grande bénédiction si nous pouvions voir cette croix aujourd'hui, avant qu'il ne soit trop tard?
Le Saint Esprit permet au croyant sincère de se voir dépeint dans les personnages du passé dans la Bible. Il peut même nous permettre de nous voir en la personne de nos ancêtres d'il y a un siècle. Par nature, nous ne sommes pas meilleurs qu'eux. Le Saint Esprit peut nous guérir de l'aveuglement qui nous permet de voir le mal s'il est assez lointain et éloigné dans le passé, alors que nous ne réussissons pas à le reconnaître sous nos yeux mêmes. La Parole de Dieu est vraie depuis le commencement:
« Sans l'illumination de l'Esprit de Dieu, nous ne serons pas capables de discerner la vérité de l'erreur et nous tomberons victimes des tentations et des tromperies habiles que Satan déversera sur le monde. Nous sommes près de la conclusion du conflit entre le Prince de la Lumière et le prince des ténèbres, et bientôt les erreurs de l'ennemi mettront à l'épreuve notre foi pour savoir de quelle qualité elle est. » (RH 29 nov. 1892).

Conclusion



Se rendre compte de la vérité que nos ancêtres insultèrent le vrai Saint Esprit et le vrai Christ n'est pas en soi même une mauvaise nouvelle. Et dévoiler la réalité de la résistance profondément installée, au « témoignage de Jésus » est une bénédiction. Il n'y a pas d'autre moyen que celui de faire regarder en face la vérité pour nous préparer aux épreuves à venir. La vérité est positive, optimiste, encourageante. La bonne nouvelle est que le ciel, tout au long des ans, a été plus disposé à accorder l'effusion finale de l'Esprit de Dieu que nous ne l'avons pensé. C'est uniquement notre résistance prolongée, souvent inconsciente, qui a empêché ce don, pendant près d'un siècle maintenant, malgré nos prières pour le recevoir. Regarder honnêtement en face la Vérité doit être une source de joie. La stabilité et les progrès de l'église organisée peuvent qu'en recevoir de nombreuses bénédictions.
Note:
(1) Jamais Ellen White ne dit que les « certains » qui s'opposèrent furent « peu nombreux », et elle ne dit pas non plus que ceux qui acceptèrent furent nombreux. Sans exception connue, ceux qui rejetèrent le message furent « nombreux » et ceux qui acceptèrent furent « peu nombreux ».
(2) Voir par exemple 1 Samuel 8 : 7; 12 : 6 12, Esaïe 50 : 1 ; 54 : 5 17 ; 61 : 10 ; 63 : 9 14 Jérémie 31: 1 9, Ezéchiel 16, Osée (çà et là).
(3) À propos, quoiqu'Ellen White ne prit pas de position ferme concernant la loi dans l'épître aux Galates en 1888, vers 1896, elle fut prête à prendre position. Waggoner avait eu raison tout le temps! « La loi dans l'épître aux Galates... est spécialement.. la loi morale. » (1SM, p. 276).
(4) Voir Appendice pour une discussion de l'accusation selon laquelle Jones enseignait l'erreur de « la chair sainte » et le perfectionnisme juste quelques mois après la Conférence de 1888.

Chapitre 7

EXAMEN PLUS SERRÉ DES « CONFESSIONS »




Le mystère entoure les confessions, après 1888, de ceux qui s'opposèrent au message. Nous arrivâmes à l'époque de la pluie de l'arrière saison et du grand cri, puis nous reculâmes devant l'opportunité offerte. Israël aussi arriva aux frontières de sa terre promise, puis recula.
La vraie et profonde repentance est une vertu rare. Elle n'est nullement impossible à la lumière du sacrifice du Christ. Mais beaucoup de confessions sont aussi superficielles que celle d'Esaü et du roi Saül. Tous les deux reconnurent leurs torts et tous les deux versèrent des larmes; mais aucun des deux ne trouva la repentance pour restaurer ce qui était perdu. L'histoire d'Israël, à Kadès Barnéa, et après, illustre l'expérience de notre mouvement à la Conférence de Minneapolis et par la suite.
Israël commit une faute, puis se « repenti », mais cette génération ne retrouva jamais ce qu'elle avait perdu. Le genre de repentance et de confession qui ne comprend pas la gravité du péché entraîne un principe:
« Maintenant, les Israélites [à Kadès-Barnéa] parurent sincèrement repentants et attristés de leur déplorable conduite, mais c'était le résultat de leur égarement qu'ils déploraient, et non pas leur ingratitude et leur désobéissance... Dieu mettait à l'épreuve leur soumission apparente, et leur prouvait qu'elle n'était pas réelle. Si, en voyant leur échapper le bienfait qu'ils avaient méprisé, ils s'étaient affligés de leur péché, la sentence n'eût pas été prononcée... Les cœurs n'étaient point changés...
Sans être sincère, ce repentir s'inclinait néanmoins la justice de Dieu. Aujourd'hui encore, Dieu fait éclater sa gloire en portant les hommes à reconnaître, malgré eux, sa justice... Quoique l'esprit qui incita à la mauvaise conduite ne soit pas radicalement changé, les confessions sont faites; elles défendent l'honneur de Dieu et elles justifient ses fidèles censeurs qu'on a combattus et mal représentés. » (PP, p. 410 412).
Le témoignage venant d'une plume inspirée indique que telle fut la nature des confessions, après 1888, des dirigeants éminents et influents qui avaient initialement rejeté le message. Mais des opinions contemporaines publiées largement considèrent que la plupart des frères opposants à Minneapolis rectifièrent leur faute, firent d'humbles et profondes confessions, se repentirent complètement puis prêchèrent le message de 1888 « avec puissance ». Qu'en dit l'évidence?
1. Les confessions étaient pratiquement soutirées d'après un témoignage accablant et irrésistible : « Le présent témoignage de l'œuvre de l'Esprit de Dieu vous est révélé et vous êtes maintenant dans l'obligation de croire. » dit Ellen White en 1890 (TM, p. 466). La foi avait cédé presque entièrement devant la vue.
2. Il est évident que les plus éminents et influents auteurs de « confessions » agirent ultérieurement contrairement à leur confession.
3. Il y eut très peu de franche et visible collaboration qui conduise à l'union fraternelle avec A. T. Jones et E. J. Waggoner ou à une acceptation de leur message. (Ce fut après les confessions qu'Ellen White fut exilée en Australie et Waggoner en Angleterre). Même en 1903, les pasteurs G. I. Butler et J. N. Loughborough à une session de la Conférence Générale dénaturèrent leurs vraies positions sur leurs protestations verbales (voir chapitre 10).
4. La question en jeu était le salut personnel de l'âme des pasteurs opposants. Mais il n'y a pas de preuve qu'ils se repentirent d'avoir arrêté l'effusion du Saint Esprit dans la pluie de l'arrière saison ou d'avoir éteint la lumière du grand cri et de l'avoir « tenue éloignée » dans une grande mesure de l'Église et du monde. Ainsi, la conséquence de la rébellion à Minneapolis, l'ajournement indéfini de la proclamation du message du grand cri ne pouvaient pas être écartés.
5. A l'exception de W. W. Prescott, il n'y a pas de preuve qu'aucun de ceux qui ont fait des « confessions » ait retrouvé l'essence du message de 1888 suffisamment pour bien le proclamer (Saul de Tarse se repentit si complètement que toujours, par la suite, il proclama l'Évangile avec puissance). Pease dévoile que vers 1901, aucun de ceux qui, au début, rejetèrent le message de 1888, ne donnèrent l'évidence qu'ils le proclamaient effectivement.
« Durant les années 1890, le réveil centré sur cette grande doctrine fut surtout l'œuvre des mêmes personnes : E. White, A. Jones et E. Waggoner. C'est vrai, il y eut beaucoup de voix pour tendre à l'harmonie mais aucun Élisée ne se révéla, vers 1900, prêt à assumer la suite s'il arrivait quelque chose aux trois principaux défenseurs de cette doctrine. » (By Faith Alone p. 164).
Un examen des messages imprimés de ces « confesseurs », postérieurs à leur confession, confirme cette affirmation. Une vraie repentance aurait produit une multitude de messagers porteurs puissants de l'Évangile, pour proclamer le « plus précieux message », lequel aurait fait revivre complètement l'Église et illuminé le monde de sa gloire. Mais Ellen White devait dire, le 5 novembre 1892, qu'aucun de ceux qui avaient rejeté le message à l'origine n'avait retrouvé ce qu'il avait perdu, en raison de son incrédulité initiale. (Lettre B2a, 1892). Cette affirmation parut après les plus importantes confessions.

1   ...   16   17   18   19   20   21   22   23   ...   59

similaire:

Examen plus serré des «confessions» iconSommaire
«à effet de serre» tels que le dioxyde de carbone ou le méthane. Cependant, plus généralement, l'effet de serre est un principe utilisé...

Examen plus serré des «confessions» iconAMÒri les confessions de capri

Examen plus serré des «confessions» iconLe verre et les économies d’énergie La réduction des émissions à...

Examen plus serré des «confessions» iconExamen de culture générale en arabe et français ou anglais+ examen...

Examen plus serré des «confessions» iconL’examen d’un placenta transmis sans aucune donnée clinique ne peut pas être informatif
...

Examen plus serré des «confessions» iconAnne F. Garréta Pas un jour À nulle
«Il faut des spec­tacles dans les métropoles de l'ère post­moderne, et des confessions aux peuples ido­lâtres. J'ai vu les mœurs...

Examen plus serré des «confessions» iconVéritables poumons de la planète, les forêts influencent le climat...

Examen plus serré des «confessions» iconComment répondre aux questions du brevet La situation d’énonciation
«je», récit réaliste, confessions, journal intime, récit d’événements personnels

Examen plus serré des «confessions» iconRésumé à l’intention des décideurs
«très probablement [c’est-à-dire avec une probabilité supérieure à 90 %] dû à l’augmentation des concentrations de gaz à effet de...

Examen plus serré des «confessions» iconExamen des offres 21








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com