Examen plus serré des «confessions»








télécharger 1.13 Mb.
titreExamen plus serré des «confessions»
page25/59
date de publication11.07.2017
taille1.13 Mb.
typeExam
ar.21-bal.com > histoire > Exam
1   ...   21   22   23   24   25   26   27   28   ...   59

Notes:



(1) Seule l'influence d'Ellen White put lui obtenir l'accès à la chaire et à l'enseignement W. W. Prescott rejoignit Uriah Smith dans ses vues pour éloigner Jones de la chaire de Battle Creek
(2) Voir par exemple les lettres d'Uriah Smith à Canright du 22 Mars, 6 Avril, 31 Juillet, 7 Août, 2 Octobre 1883.

Chapitre 8
UN MOUVEMENT EN CRISE:

LA SESSION DE LA CONFERENCE GENERALE DE 1893

La Conférence Générale de 1893 vient en second rang, après celle de 1888, pour déterminer comment le message fut reçu. La théorie de l'acceptation exige l'examen de la réunion de 1893. « Ce fut réellement à la session de la Conférence Générale en 1893 que la lumière sur la justification par la foi sembla gagner sa plus grande victoire » (Christian, op. cit., p. 241).
Nous devons examiner les rapports imprimés de cette session pour comprendre la nature de cette victoire. Selon la perception et le témoignage postérieur d'E. G. White, la victoire remportée à la fin fut celle de Satan (voir 1SM, p. 275 276). Cette session marque clairement le retrait du don du ciel de la pluie de l'arrière saison. Les événements durant cette conférence ont une profonde signification pour nous qui vivons aujourd'hui.
Depuis le début de cet rencontre et de cette session, le message de 1888 était la question importante et accablante. Quelques mois avant, la déclaration maintenant connue avait paru dans la Review du 22 Novembre 1892, disant que c'était le début réel du grand cri. Cette déclaration fut comme une bombe. Plusieurs orateurs ne pouvaient parler de rien sinon de la question de prime importance. Même en Australie, certains savaient ce qui arrivait. A. T. Jones écrivit:
« J'ai reçu, il y a peu de temps, une lettre de fr. Stair en Australie. J'en lirai deux ou trois phrases car elles viennent à point, juste à ce moment de nos études: 'Sœur White dit que nous sommes au temps de la pluie de l'arrière saison depuis la réunion de Minneapolis'. » (G.C.B. 1893, p. 377).
Pouvons nous imaginer l'excitation qui régnait? Il était naturel que derrière cette question de la réception du message de 1888 surgisse l'idée bénie du prochain retour du Christ. Depuis le Cri de Minuit en 1844, aucune joie solennelle semblable n'avait électrisé les cœurs des croyants:
« Remercions Dieu de ce qu'Il s'occupe toujours de nous, pour nous sauver de nos erreurs et de nos dangers, pour nous empêcher de faire fausse route et pour nous accorder la pluie de l'arrière saison, afin que nous puissions être transmués. Voilà ce que signifie ce message pour vous et pour moi : être transmué. » (Ibid. p. 185).
On savait que le Seigneur, dans sa miséricorde, ne retiendrait pas la pluie de l'arrière saison sans donner aux hommes une occasion raisonnable pour réagir. Cela exigerait au moins quelques années après 1888. Les phrases suivantes citées à la Conférence traduisent le principe de la justice et de la patience de Dieu:
« Dieu veut éprouver son peuple. Jésus le supporte patiemment et Il ne le rejette pas de sa bouche tout de suite. L'ange dit: 'Dieu pèse Son peuple'. Si le message avait eu une durée aussi courte que beaucoup d'entre nous le supposaient, ils n'auraient pas eu le temps de former leur caractère. Beaucoup agirent, poussés par les sentiments et non par les principes et la foi, et ce message terrible et solennel les émut. Dieu leur donne du temps pour que l'excitation se calme, puis Il les éprouve pour voir s'ils obéiront au Conseil du vrai Témoin. » (1T, p. 186, 187. GCB, 1893, p. 179).

Pressentiments d'un grand danger



Différents orateurs sentirent que la lumière se retirerait si on ne la suivait pas rapidement Quelques mois avant la session de 1893, E. G. White écrivit:
« Le péché commis lors des faits de Minneapolis reste sur les livres du ciel, noté en face des noms de ceux qui résistèrent à la lumière et il restera noté jusqu'à la totale confession par les pécheurs en pleine humilité devant Dieu… Et quand ces personnes seront éprouvées et ramenées sur ce terrain, le même esprit se révélera. Quand le Seigneur les aura assez éprouvées, si elles ne s'abandonnent pas à Lui, Dieu retirera son Saint Esprit. » (Lettre 0 19,1892).
A Minneapolis, elle avait averti que négliger la lumière qui brillait serait tragique. Le problème n'était pas simplement celui du salut personnel des individus qui avaient rejeté le message. La question eschatologique de la pluie de l'arrière saison et du grand cri se posait pour le corps de l'Église dans son ensemble.
« Ici, j'ai besoin de vous dire que c'est une chose terrible si Dieu donne la lumière et qu'elle s'imprime dans votre cœur et votre esprit... comment Dieu retirera Son esprit si sa vérité n'est pas acceptée. » (Ms 8, 1888, Olson, p. 264).
Les frères rassemblés à la réunion de 1893 étaient dans une atmosphère d'expectative. Une vraie solennité semblait régner : on se rendait compte qu'une terrible décision devait s'imposer à l'assemblée. Selon son choix, ce serait l'aube d'un matin joyeux ou le retour de la nuit. Si Satan pouvait « amener les frères à s'engager du mauvais côté, il a fait ses plans pour les conduire dans un long voyage. » dit Ellen White au président Olsen (Lettre 0 19, 1892). Imaginez la tension qui domina dans cette réunion:
« Maintenant, la pensée solennelle dans mon esprit est que Dieu s'impatiente et n'attendra pas beaucoup plus longtemps en votre faveur et en la mienne. Je ne peux m'empêcher de penser que maintenant, c'est le moment le plus critique pour nous personnellement. Il me semble que, maintenant même, nous faisons des choix qui déterminent si nous continuerons à accomplir cette oeuvre durant le grand cri et si nous serons transmués, ou si nous serons trompés par les stratagèmes de Satan et abandonnés dans les ténèbres... Tel a été mon sentiment pendant toute cette Conférence. » (W. W. Prescott, G.C.B. 1893, p. 386).
A. T. Jones reconnut la gravité sans précédent du problème posé à cette réunion. Notons comment sa compréhension s'élevait au dessus de l'idée déterministe calviniste de la volonté suprême et irrésistible de Dieu:
« Il essaie depuis quatre ans de nous faire recevoir la pluie de l'arrière saison. Combien de temps encore va t Il attendre pour que nous la recevions?... Et le fait est que quelque chose va se faire. Voilà l'aspect terrible de la situation à cette réunion. Voilà ce qui lui attribue son caractère solennel. Le danger est qu'il y en aura quelques-uns ici qui ont résisté pendant quatre ans, ou peut-être qui n'ont pas résisté aussi longtemps et qui maintenant ne réussiront pas à recevoir la pluie de l'arrière saison quand Dieu la donnera et qui seront laissés de côté. Une décision sera prise par Dieu, par nous, en fait, à cette réunion. » (Ibidem p. 377; souligné par A. T. Jones).
Le président de la Conférence Générale, O. A Olsen sentit aussi que les délégués étaient en face d'un problème fatal.
« Le lieu devient de plus en plus solennel à cause de la présence de Dieu. Je suppose qu'aucun de nous n'a jamais été auparavant dans une réunion semblable à celle que nous avons aujourd'hui. Certainement le Seigneur vient très près de nous et révèle de plus en plus de choses, des choses que, jusqu ici, nous n'avions pas aussi pleinement appréciées ni comprises. Hier soir, j'ai ressenti que les choses étaient graves. Pour moi, ce lieu était terrible à cause de la proximité de Dieu, à cause du témoignage solennel qui nous était apporté ici. Quelques-uns peuvent se sentir troublés par l'idée qu'on se rapporte à Minneapolis. Je sais que certains se sont sentis peinés et éprouvés par les allusions à cette réunion et à la situation là-bas. Mais il faut retenir que la raison pour laquelle quiconque peut ressentir ces sentiments se trouve dans un esprit rebelle à Dieu... La pensée même que l'on peut être peiné révèle que la rébellion est dans le cœur. » (Ibid. p. 188).
Il y eut d'autres déclarations faites entre 1888 et 1893 avertissant que si la lumière n'était pas reçue, un départ plausible vers une contrefaçon de la lumière et des idées apostates en résulteraient Les délégués entendirent le message suivant d'Ellen White:
« A moins que vous ne veilliez et ne gardiez vos vêtements non contaminés par le monde, Satan se dressera comme votre capitaine... Les paroles que le Seigneur a adressées seront rejetées par beaucoup, et les paroles que des hommes peuvent prononcer seront reçues comme la lumière et la vérité. La sagesse humaine entraînera loin du renoncement, de la consécration et inventera beaucoup de choses pour contribuer à rendre les messages de Dieu inefficaces. Nous ne pouvons avec aucune sécurité compter sur des hommes qui ne sont pas en relation étroite avec Dieu. Ils acceptent les opinions des hommes, mais ne peuvent pas discerner la voix du vrai Berger. » (Ibid. p. 237).
Moins d'un an après la Conférence de Minneapolis était venu cet appel:
« A moins que la puissance divine n'intervienne dans l'expérience du peuple de Dieu, les fausses théories et les idées erronées mettront les esprits en captivité. Christ et sa justice seront exclus de l'expérience de beaucoup et leur foi sera sans puissance ou sans vie. » (RH 2/9/1889).
Ne pas réussir à accepter la lumière apportée par les messagers de Dieu à Minneapolis amènerait à accepter la fausse lumière donnée par de faux messagers. Elle dit aussi:
« De fausses idées largement développées à Minneapolis n'ont pas été entièrement déracinées de certains esprits. Ceux qui n'ont pas accompli une oeuvre complète de repentance à la lumière que Dieu a été heureux de donner à Son peuple depuis ce moment là, ne verront pas les choses clairement et seront prêts à appeler ce que Dieu envoie, une illusion. » (GCB. 18n p. 184).
« Ensuite? Ceux-là même accepteront des messages que Dieu n'a pas envoyés et ainsi deviendront dangereux pour la cause de Dieu car ils établissent des faux critères. » (To Brethren in Responsible Positions, ibid., p. 182).

1   ...   21   22   23   24   25   26   27   28   ...   59

similaire:

Examen plus serré des «confessions» iconSommaire
«à effet de serre» tels que le dioxyde de carbone ou le méthane. Cependant, plus généralement, l'effet de serre est un principe utilisé...

Examen plus serré des «confessions» iconAMÒri les confessions de capri

Examen plus serré des «confessions» iconLe verre et les économies d’énergie La réduction des émissions à...

Examen plus serré des «confessions» iconExamen de culture générale en arabe et français ou anglais+ examen...

Examen plus serré des «confessions» iconL’examen d’un placenta transmis sans aucune donnée clinique ne peut pas être informatif
...

Examen plus serré des «confessions» iconAnne F. Garréta Pas un jour À nulle
«Il faut des spec­tacles dans les métropoles de l'ère post­moderne, et des confessions aux peuples ido­lâtres. J'ai vu les mœurs...

Examen plus serré des «confessions» iconVéritables poumons de la planète, les forêts influencent le climat...

Examen plus serré des «confessions» iconComment répondre aux questions du brevet La situation d’énonciation
«je», récit réaliste, confessions, journal intime, récit d’événements personnels

Examen plus serré des «confessions» iconRésumé à l’intention des décideurs
«très probablement [c’est-à-dire avec une probabilité supérieure à 90 %] dû à l’augmentation des concentrations de gaz à effet de...

Examen plus serré des «confessions» iconExamen des offres 21








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com