Examen plus serré des «confessions»








télécharger 1.13 Mb.
titreExamen plus serré des «confessions»
page5/59
date de publication11.07.2017
taille1.13 Mb.
typeExam
ar.21-bal.com > histoire > Exam
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   59

L'échec: dénouement impensable du plan de Dieu



Même si Christ mourut pour nous et paya le prix pour tous nos péchés en tant que substitut divin, il doit y avoir une réponse de la foi de notre part. Sans un peuple vraiment prêt pour la seconde venue du Christ et sans que sa mission mondiale soit comprise, le Seigneur ne peut pas revenir. Il ne peut pas lancer sa puissante faucille avant l'heure ou la moisson de la terre est mûre (Apoc. 14:15-16). L'adventisme est profondément enraciné dans cette vérité évidente. Il n'y a pas moyen d'échapper à cela et de rester adventiste. Avant que Dieu puisse justifier son « Église du reste », la génération actuelle doit, d'une façon ou d'une autre, en principe, réparer tout échec du peuple de Dieu, pour suivre la lumière. Ceci doit s'accomplir, non dans un programme d'action, mais par sa foi développée jusqu'à la plénitude. En tant que Juge, Dieu ne peut pas absoudre ceux qui ne se repentent pas, soit des individus, soit une église.
Les découvertes de cette étude suggèrent qu'il y a eu une certaine incompréhension officielle et grave de l'histoire vitale adventiste. Il est évident que la « vérité » sur la pluie de l'arrière-saison, le grand cri d'Apocalypse 18 a été déformée et même cachée. Cela a eu des conséquences mondiales tragiques.
Une conception erronée de notre passé rend aussi notre compréhension du présent floue et affaiblit la confiance en notre mission unique. Et cela peut faire de nous la proie du désastre. Il est impossible pour n'importe quel peuple de comprendre les événements présents correctement, s'il a déformé les faits de son passé. La vérité ne perd rien à un ré-examen plus exact, que ce soit une doctrine théologique ou un dogme de l'histoire vitale de l'église. Ellen White dit que l'on doit les découvrir.
« Aucune doctrine authentique ne peut perdre quoi que ce soit lors d'une investigation précise. Nous vivons des temps périlleux et il ne nous convient pas d'accepter toute chose prétendant être la vérité sans l'examiner à fond; nous ne pouvons pas nous permettre non plus de rejeter une chose qui porte les fruits de l'Esprit de Dieu; mais nous devons être dociles, doux et humbles de cœur. Dieu propose que nos opinions soient mises à l'épreuve. » (RH 20/12/1892).
Si nous-mêmes ne mettons pas à l'épreuve nos opinions sur les doctrines et les interprétations historiques, des esprits vifs chez nos opposants le feront éventuellement pour nous.
« Si Dieu a jamais parlé par moi, le temps viendra où nous serons amenés devant des conseils et devant des milliers de personnes pour l'amour de Son nom et chacun aura à donner les raisons de sa foi. Alors viendra la plus sévère critique de toute position qui aura été considérée comme la vérité. » (RH 18/12/1888).
Quand les phrases ci-dessus furent écrites, l'histoire importante de l'adventisme était en formation. Aujourd'hui, certaines interprétations de cette histoire, parmi nous ont pris presque la forme et l'autorité de la doctrine. D'où le besoin d'une investigation totale pour pouvoir distinguer cette histoire authentique de la tradition des anciens. Pour des raisons qu'on indiquera plus tard, nous avons enrobé l'épisode de 1888 de notre histoire dans les brumes de cette tradition. On doit séparer les faits de la fantaisie.

La repentance et le Jour des Expiations



La purification du sanctuaire ne pourra jamais être complète avant que l'incident de 1888 de notre histoire ne soit pleinement compris et que le problème spirituel sous-jacent ne soit résolu. Cette portion particulière de notre histoire est particulièrement significative. Ceci résulte d'une déclaration écrite par E. G. White au président de la Conférence Générale, O. A. Olsen, quatre ans après la Conférence de Minneapolis.
« Le péché commis lors des évènements de Minneapolis reste dans les livres des archives célestes, enregistré en face des noms de ceux qui résistèrent à la lumière et il restera dans les archives jusqu'à ce qu'une totale confession soit faite et que les transgresseurs se tiennent devant Dieu en pleine humilité. » (Lettre Olsen 19, 1/9/1892).
Ses écrits ultérieurs indiquent qu'une totale confession ne fut jamais faite et que l'expérience de la pleine humilité devant Dieu échappa à la plupart des transgresseurs. Ces frères sont tous morts, mais cela ne signifie pas que ces « livres des archives du ciel » soient automatiquement purifiés. Ils enregistrent le péché collectif aussi bien que le péché personnel. La vérité fondamentale qui a fait des Adventistes du Septième Jour un peuple unique est que la mort ne purifie pas les livres des archives du ciel. La purification doit avoir lieu au cours du jugement investigatif qui est un Jour des Expiations collectif et final.
La question actuelle n'est pas le salut des âmes de ces chers dirigeants d'il y a un siècle qui ont résisté au message. Ils reposent dans le Seigneur, en paix, pendant qu'ils demeurent prisonniers dans leur tombe. Maintenant, le problème est l'achèvement de l'œuvre de Dieu sur la terre, le développement d'une communion d'esprit, en retard depuis longtemps, dans le Seigneur, pour que nous puissions vraiment « Lui donner gloire car l'heure de son jugement est venue ». Nous devons retrouver dans cette génération l'inestimable bénédiction que nos frères d'il y a un siècle « tinrent éloignés du monde et de notre peuple dans une grande mesure » (voir Messages Choisis, Vol. 1, p. 276).
Nous sommes un seul corps en Christ, une « cité » ou une « communauté » spirituelle qui, en tant que corps organisé, est liée avec ses frères du passé. Leur péché est le nôtre, sauf s'il y a repentance intelligente et précise. Le « corps » est tiède, souffrant d'une maladie spirituelle que l'on peut faire remonter à 1888. Une nouvelle génération doit maintenant interpréter correctement ce qui arriva à une génération passée, en raison des profondes implications de cet événement pour notre état spirituel actuel. Le message de Christ à son Église des derniers temps exige tacitement un nouvel examen de notre histoire qui est à la base de notre complexe « riche et enrichi » (Apoc. 3:14-21).
Si nous ne réussissons pas à faire ce ré-examen, nous attirons sur nous la culpabilité des générations précédentes. Nous sommes mis à l'épreuve aussi bien qu'elles le furent. Comme le Calvaire, 1888 est plus qu'un simple évènement historique. La providence de Dieu ne permettra pas qu'il soit oublié par une nouvelle génération. 1888 représente l'action de principes qui s'appliquent à nouveau à chaque génération jusqu'à la victoire finale de la vérité.
Dans un sens réel et certain, chacun de nous aujourd'hui est présent au Calvaire; nous sommes aussi des « délégués » à la Conférence de 1888. Nous serons appelés à faire ce qu'une génération antérieure n'a pas réussi à faire. Une prophétie inspirée nous dit comment on doit réexaminer 1888:
« Nous devrions être les derniers sur terre à satisfaire au moindre degré l'esprit de persécution à l'égard de ceux qui apportent le message de Dieu au monde. C'est le plus terrible trait de dissemblance par rapport à Christ que l'on a vu se manifester parmi nous depuis la réunion de Minneapolis. Un jour, on verra cela sous son véritable aspect, avec tout le poids de malheur qui en est résulté. » (GCB, 1893, p. 184).
Un ancien président de la Conférence Générale reconnut aussi que cette question de 1888 doit demeurer une épreuve permanente parmi nous jusqu'à ce qu'enfin, nous triomphions complètement.
« Certains peuvent trouver pénible cette idée de se référer à Minneapolis (durant les réunions de 1893). Je sais que certains ont trouvé attristante et pénible toute allusion à la Conférence de 1888 et à la situation d'alors. Mais que l'on ait présent à l'esprit que la raison pour laquelle quelqu'un réagit ainsi, c'est qu'il a un esprit inflexible. Aussi vite que nous nous abandonnons pleinement et que nous humilions notre cœur devant Dieu, la difficulté disparaît complètement. Le fait même que l'on est attristé manifeste aussitôt la présence d'une semence de rébellion dans le cœur…
« Si nous échouons une première fois, Dieu nous fera passer à nouveau par le même chemin; si nous échouons une deuxième fois, Il nous fera encore passer par ce chemin; et si nous échouons une troisième fois, Dieu nous reconduira encore dans le même chemin. Au lieu d'être irrités de devoir ainsi revenir au même endroit, remercions-Le et louons-Le sans cesse que telles sont la miséricorde et la compassion de Dieu. Toute autre chose mène à notre ruine et à notre destruction. » (O. A. Olsen, Ibid, p. 188).
Aujourd'hui il peut y en avoir certains qui trouvent aussi « attristant et pénible » qu'on examine ainsi notre histoire. Pourquoi faire tellement attention au passé tragique? Pourquoi ne pas « l'oublier » et « avancer » du point où nous sommes maintenant?
Selon ce président de la Conférence Générale de 1893, la susceptibilité et le ressentiment concernant 1888 indiquent une attitude du cœur hostile au Saint-Esprit de Dieu. Peut-être Dieu le poussa-t-il à dire cela? Ellen White nous rappelle aussi qu'il y a un terrible danger à oublier le passé (L.S. 196). Une prédiction faite par A. T. Jones à cette session de 1893 semble atteindre le but d'une façon surnaturelle.
« Il y aura des choses à venir qui seront plus surprenantes que cela ne le fut pour ceux qui étaient à Minneapolis, plus surprenantes que tout ce que nous avons déjà vu. Et, frères, il faudra que nous acceptions et prêchions cette vérité. Mais à moins que toute particule de cet esprit ne soit retranché de notre cœur, nous traiterons ce message et le messager qui l'a apporté, comme Dieu l'a déclaré, comme nous avons traité le message de 1888. » (Idem., 1893, p. 185).

1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   59

similaire:

Examen plus serré des «confessions» iconSommaire
«à effet de serre» tels que le dioxyde de carbone ou le méthane. Cependant, plus généralement, l'effet de serre est un principe utilisé...

Examen plus serré des «confessions» iconAMÒri les confessions de capri

Examen plus serré des «confessions» iconLe verre et les économies d’énergie La réduction des émissions à...

Examen plus serré des «confessions» iconExamen de culture générale en arabe et français ou anglais+ examen...

Examen plus serré des «confessions» iconL’examen d’un placenta transmis sans aucune donnée clinique ne peut pas être informatif
...

Examen plus serré des «confessions» iconAnne F. Garréta Pas un jour À nulle
«Il faut des spec­tacles dans les métropoles de l'ère post­moderne, et des confessions aux peuples ido­lâtres. J'ai vu les mœurs...

Examen plus serré des «confessions» iconVéritables poumons de la planète, les forêts influencent le climat...

Examen plus serré des «confessions» iconComment répondre aux questions du brevet La situation d’énonciation
«je», récit réaliste, confessions, journal intime, récit d’événements personnels

Examen plus serré des «confessions» iconRésumé à l’intention des décideurs
«très probablement [c’est-à-dire avec une probabilité supérieure à 90 %] dû à l’augmentation des concentrations de gaz à effet de...

Examen plus serré des «confessions» iconExamen des offres 21








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com