Examen plus serré des «confessions»








télécharger 1.13 Mb.
titreExamen plus serré des «confessions»
page54/59
date de publication11.07.2017
taille1.13 Mb.
typeExam
ar.21-bal.com > histoire > Exam
1   ...   51   52   53   54   55   56   57   58   59

« C'est seulement par la foi en Christ que nous pouvons dire que nous sommes chrétiens. Ce n'est qu'en étant un avec Lui que nous pouvons être chrétiens et seulement grâce à Christ en nous que nous gardons les commandements et c'est totalement par la foi en Christ que nous faisons et disons ces choses. Quand le jour viendra où nous garderons vraiment les dix commandements, nous ne mourrons jamais, car garder les commandements, c'est la justice, et la justice et la vie sont inséparables, aussi: ce sont ceux qui gardent les commandements de Dieu et ont la foi de Jésus. Et quel est le résultat? Ces êtres sont transmués. Donc, la vie et l'obéissance aux commandements vont ensemble. Si nous mourons maintenant, la justice de Christ nous sera imputée et nous serons ressuscités, mais ceux qui vivront à la fin du monde seront transformés et sans péché avant qu'Il vienne; ils auront tellement Christ vivant en eux qu'ils ‘touchent le but’ et se tiennent irrépréhensibles, sans intercesseur, car Christ sort du sanctuaire peu de temps avant son retour sur la terre ». (18/5/1889. Le journal attribue ce sermon à W. C. White).
Nous ferons les remarques suivantes :
a) Une étude soigneuse de tous les sermons de Jones rapportés dans ce journal ne réussit à découvrir aucun thème de « chair sanctifiée ». Les affirmations pour montrer une telle « dérive » ne se rapportent qu'au développement du caractère par la foi, pour se préparer au retour de Christ.
b) Jamais durant les années après 1889, il n'y a aucun écrit rapportant que Jones ait émis des informations qu'on puisse interpréter comme favorisant cette hérésie. S'il l'enseigna en 1889, cela apparaîtrait certainement plus tard aussi. Proclamer que Christ a condamné le péché dans la chair, comme le dit Paul, ce n'est pas enseigner la doctrine de la chair sanctifiée.
c) La déclaration ci dessus du 18 Mai est celle qui a été principalement considérée comme preuve de cette « dérive » fatale. Mais le journal attribue le sermon à W. C. White. Néanmoins, qui que ce soit qui l'ait dit, l'enseignement est vrai et en harmonie avec le concept adventiste de la purification du sanctuaire.
d) Jones et Waggoner réfutèrent fortement le fanatisme de la « chair sainte » à la fin du 19e siècle. Dans la Review and Herald du 18 Avril 1889, Jones publia un article qui révèle la fausseté de cet enseignement. Du 11 Décembre 1900 au 29 Novembre 1901, il publia une série d'articles qui s'y opposèrent encore. Le chef du fanatisme de l'Indiana, R. S. Donell, publia un article dans le Indiana Reporter contre Jones indiquant qu'il comprenait que ces articles était une réfutation de son enseignement (de Donnell). Waggoner aussi s'opposa à la doctrine de la « chair sainte » dans ses sermons à la Session de la Conférence Générale de 1901 (Cf. G.C.B, 1901, p. 403 422. Nous remercions Jeff Reich qui nous a aidés à rechercher ces documents).
Nous avons un autre exemple d'opposition continue de 100 ans au très précieux message que Dieu voulait que l'on accueille comme le début de la pluie de l'arrière saison et du Grand Cri. C'est un fleuve souterrain mystérieux d'incrédulité, peut être le plus étrange et le plus persistant qui ait coulé au long de tous les siècles où Dieu s'est efforcé d'aider Son peuple. Ellen White dit en se plaignant: « J'éprouve un profond chagrin dans mon cœur, car j'ai vu combien volontiers l'on critique un mot ou un acte des pasteurs Jones ou Waggoner » (Lettre O19, 1892).
Cette fois, ce ne fut pas un mot ou un acte. Ce fut seulement le produit de l'imagination car cela n'existait pas réellement.

APPENDICE B
VRAIE OU FAUSSE JUSTIFICATION PAR LA FOI


Justification d'après les vues populaires
1. Elle commence par le besoin bien humain d'une « sécurisation » en vue de l'éternité. Ainsi, l'appel est centré sur le « moi » et ne va jamais au-delà de ce stade de l'insécurité humaine.
2. La foi est définie comme une simple assurance dans ce sens qu'il faut saisir une sécurité personnelle pour ne pas être perdu. La foi est conçue comme un moyen de compenser un sentiment d'insécurité personnelle.
3. Jésus enseigna que l'amour de soi est une vertu, condition préalable pour aimer les autres. On confond ainsi l'amour de soi et le respect de soi-même.
4. Le sacrifice de Christ sur la croix constitue seulement la mise en place d'une provision de grâce, mais ne fait rien pour le pécheur tant qu'il n'a pas pris l'initiative d'accepter Christ. Ainsi, l'idée prévaut que si quelqu'un est sauvé, c'est qu'il en a pris lui-même l'initiative; s'il est perdu, c'est Dieu qui a pris l'initiative de le punir.
5. L'Évangile est la bonne nouvelle de ce que Dieu veut faire pour vous si vous faites tout d'abord votre part. Il attend jusqu'à ce que vous preniez l'initiative du premier pas. Le processus céleste du salut n'est pas actif tant que vous n'avez pas vous-même « pressé le bouton ».
6. Dieu vous classe hors de la famille de Ses enfants jusqu'à ce que vous acceptiez Christ. De ce fait, son acceptation vous concernant dépend du premier pas que vous allez faire dans sa direction. Une fausse interprétation de l'Écriture peut donner cette impression.
7. Dieu torturera et détruira les perdus dans l'enfer du lac feu. L'accent est mis sur son initiative vindicative dans le châtiment.

8. Le pardon représente la grâce de Dieu ou son excuse pour le péché. Il accepte le péché de l'homme comme quelque chose d'inévitable et d'imparable (nous ne sommes que des humains!). Beaucoup n'ont aucune claire conception de la différence entre le pardon des péchés et leur effacement.
9. Il est difficile d'être sauvé et facile d'être perdu. Puisque peu de personnes arriveront au ciel, cela doit être très difficile de suivre Christ. L'accent est mis sur les difficultés et les obstacles.
10. Le pécheur doit être contraint d'accepter Christ, habituellement, en utilisant une technique de motivation égocentrique, telle que l'espérance d'une récompense ou la peur du châtiment. « Qu'y a-t-il de bon à prendre pour moi là-dedans? »

11. Le pécheur ne peut être justifié légalement tant qu'il n'accepte pas Christ et n'est pas obéissant. Les écrits d'E. G. White sont mal employés.
12. La justification par la foi est l'acte juridique de prise en compte par lequel Dieu déclare juste un homme encore inconverti parce qu'il a accepté Christ. Cette action légale n'a pas d'effet sur le cœur.
13. On peut être justifié par la foi et rester de tièdes disciples.
14. Le but suprême de la vie, c'est de sauver nos propres âmes, de faire vraiment l'essentiel (le minimum) pour notre salut.
15. Le péché peut être défini comme la transgression de la loi, mais il est généralement compris superficiellement, comme le dépassement d'un tabou moral. On met l'accent sur les actes connus du péché, mais il n'y a pas vraiment de concept du péché profond.
16. « Né sous la loi » (Gal. 4:4) signifie que Christ est né à l'époque où dominait la loi cérémonielle juive (voir CBA, vol. 6, p. 966).


17. La nature de Christ dans son incarnation était différente de la nôtre. Il n'était pas soumis à notre héritage génétique et Il a pris seulement la nature sans péché d'Adam avant la chute (Questions on Doctrine, p. 383, 650).

18. Christ a porté nos péchés seulement en tant que substitut.


19. Il était impossible, inefficace et inutile pour Christ d'être réellement tenté comme nous en toutes choses (Ministry Magazine, Jan. 1961).

20. Ainsi coupé de notre héritage génétique, Christ était naturellement bon. Sa propre volonté était identique à celle de son Père. Pas de tentation personnelle. Ainsi, sa justification ne pouvait se faire par la foi.
21. Puisqu'Il n'a pas pris notre nature humaine déchue, Christ n'a pas pu rencontrer ni vaincre des tentations sexuelles.

22. Le péché continu est inévitable aussi longtemps que l'homme possède la nature pécheresse. Le peuple de Dieu continuera à péché jusqu'au moment de la translation. Cela signifie logiquement que Christ ne cessera jamais son ministère de substitut comme grand-prêtre.


23. Beaucoup de nos membres n'ont pas une claire vision de la purification du sanctuaire céleste, dans sa relation unique avec le sanctuaire céleste.
24. La connaissance du ministère actuel de Christ concernant la purification du sanctuaire céleste en relation avec l'expérience du croyant est quasiment inexistante.

25. La grâce à bon marché est la conséquence de la confusion concernant la nature de Christ, le préjugé contre la perfection du caractère, l'annulation du crucifiement du moi, et la négligence de la purification du sanctuaire céleste.

26. 1 Jean 2:1 nous dit de ne pas pécher, de même que notre compagnie d'assurance nous dit de ne pas avoir d'accident. Mais comme nous pécherons tôt ou tard, assurons-nous que nous sommes bien « couverts » par l'Avocat qui persuadera son Père de nous excuser. Nous ne pouvons pas espérer davantage qu'une victoire sur le « péché commun ». La participation au péché « inconnu et inconscient » est donc inévitable jusqu'au retour du Seigneur.
27. L'intérêt égocentrique qui prévaut habituellement rend difficile une conception de la repentance autre que celle ce ses propres péchés. La motivation dominante est l'intérêt pour son propre salut. Aucune sympathie réelle avec Christ n'est possible tant que l'espérance d'une récompense ou la peur de l'enfer reste la motivation dominante du cœur.
28. Maintenir une relation avec Christ constitue un processus difficile et ardu. Tout dépend de la façon dont vous vous cramponnez à la main de Dieu. Si nous maintenez votre « vitesse » et votre « gravitation » (c'est-à-dire une vie chrétienne élevée), vous aurez le vertige et vous vous effondrerez. Tout dépend de votre programme d'action personnelle.
29. Les divergences doctrinales au sein de l'église sont inévitables jusqu'au retour du Christ. La vraie et pleine unité demeure impossible ici-bas.


30. Nous pouvons croire, expliquer et enseigner la vraie justification par la foi pendant de nombreuses décennies et cependant ne pas achever l'œuvre de Dieu. C'est ce que nous avons fait depuis des siècles.
31. Le temps de la seconde venue du Christ est irrévocablement prédéterminé par la volonté souveraine de Dieu et son peuple ne peut ni le hâter ni le retarder en quoi que ce soit.
32. La seconde venue de Christ est attendue plus particulièrement par les personnes âgées, malades, pauvres ou souffrantes. Notre besoin constitue notre préoccupation principale.
33. Un consensus est plus important que la vérité. Si vos convictions diffèrent de la majorité, étouffez-les.

34. La vision des deux alliances telle qu'elle nous est présentée dans le SDA Bible Commentary et le Dictionnaire biblique est semblable à celle de ceux qui s'opposèrent initialement au message de 1888.
35. Le message de 1888 avait son origine dans le credo des églises protestantes de l'époque (N. F. Pease, By Faith Alone, p. 138-139). Nous n'avons pas de message évangélique distinct.
36. En tant que peuple, et principalement en tant que ministres, nous comprenons correctement la justification par la foi. Ce dont nous avons besoin, c'est davantage d'œuvres. « Oublions 1888 et travaillons ferme! »





Justification selon le message de 1888
1. Elle commence par une révélation de l'amour de Dieu à la croix. Elle fait appel à une motivation plus élevée, celle de la foi, de la gratitude, de l'appréciation de l'amour de Dieu. Elle n'est donc pas égocentrique.
2. La foi est une appréciation du cœur face à la générosité de l'amour de Dieu, allant jusqu'au sacrifice suprême; elle ne tient pas compte ni de l'espoir d'une récompense, ni de la crainte de la perdition. Elle va au-delà de l'égocentrisme et de la tiédeur.
3. Jésus enseignait qu'une personne convertie aime son prochain comme elle trouvait naturel de s'aimer elle-même avant sa conversion. Lorsque le moi est crucifié avec Christ, nous trouvons en Lui, le vrai concept de soi-même. La foi ôte du cœur de l'homme l'amour de soi, qui est une invention de Satan.
4. Le sacrifice de Christ est plus qu'une provision de grâce mise en place. Il a fait quelque chose pour chaque homme. La vie physique de chaque homme en découle. Chaque pain porte l'estampille de la croix de Christ. Ainsi, son sacrifice a légalement justifié tous les hommes. C'est Dieu qui prend l'initiative de l'amour.
5 L'Évangile est la bonne nouvelle de ce que Dieu a fait et fait pour vous et pour moi maintenant. Il vous a parlé toute votre vie. Ne lui résistez pas et vous serez sauvés.

6. Dieu vous a accepté en Christ. Pour Lui, l'âme qui n'a jamais compris l'Évangile est une brebis perdue, mais non un loup, une pièce de monnaie d'échange et non un déchet au rebut, un fils prodigue en fugue et non un étranger.

7. Le péché reçoit en paiement son salaire normal: la mort. La seconde mort met miséricordieusement un terme au malheur des perdus. L'amour de Dieu se manifeste même dans leur destin final.
8. Le pardon de Dieu enlève réellement le péché qu'Il hait toujours et ne peut jamais l'excuser. A son tour, le pécheur pardonné hait le péché. La réconciliation implique l'effacement des péchés du sanctuaire céleste.


9. Si l'on comprend et si l'on apprécie le pur et véritable Évangile comme la « bonne nouvelle », il est facile d'être sauvé et difficile d'être perdu. Le joug de Christ est facile et son fardeau léger.
10. Toute technique de manipulation ou de pression sur la conscience, utilisant la peur comme motivation, démontre un manque de confiance dans le message évangélique. Une fois que la vérité a été révélée avec amour, rien ne peut arrêter le chercheur dans sa réponse à cet appel.
11. Tous les hommes furent légalement justifiés lorsque Christ mourut pour tous. Quand le pécheur croit, il est justifié par la foi.
12. Quand Dieu déclare que quelqu'un est juste, Il ne peut mentir. La justification par la foi va au-delà d'une simple déclaration légale. Elle rend le croyant obéissant à tous les commandements de Dieu.
13. Une foi vraiment adulte fait disparaître la tiédeur et prépare à la translation.
14. Le but suprême de la vie, c'est l'honneur et la justification de Christ. Plus que nous-mêmes, Il doit recevoir sa récompense.
15. Le péché est plus que la simple transgression d'un tabou. C'est le refus d'apprécier le caractère d'amour authentique de Dieu révélé à la croix. Au jour des expiations, le Saint-Esprit révèle le péché caché en profondeur.

16. « Né sous la loi » signifie sous la loi morale. Christ n'était pas exempté de notre patrimoine génétique, mais Il ne commit pas de péché. Pour accomplir la volonté de Son Père, Il devait renoncer à lui-même, crucifier son moi.
17. Christ a revêtu la nature déchue de l'homme après la chute; il fut rendu semblable à la chair de péché et non différent d'elle. Il ne fut pas préservé de rien. Il n'a pas péché parce qu'Il en avait décidé ainsi. Il était l'amour incarné. Il est à la fois notre substitut et notre exemple.
18. Christ porta réellement nos péchés. Il s'identifia à nous et condamna le péché dans la chair, ce qui veut dire dans notre chair.
19. Renier la pleine tentation de Christ, c'est renier sa véritable incarnation. A l'inverse d'Adam qui n'avait pas d'hérédité de péché, il fut aussi tenté de l'intérieur, comme nous, mais sans commettre de péché. Il n'y a donc pas de pécheur qu'il ne puisse secourir.
20. La justice de Christ était le fruit de la foi. Il disait: « Je ne cherche pas ma volonté mais celle de mon Père ». Il a porté la croix pendant toute sa vie terrestre, chose qu'Adam sans péché n'avait pas dû faire. Christ s'est toujours oublié lui-même.
21. Les Écritures ne nous donnent pas le droit d'exempter Jésus-Christ des tentations humaines. Le passage d'Hébreux 4:15 est clair.
22. Le péché continu est condamné dans la chair au travers de Christ. Le péché est devenu innécessaire à la lumière de l'Évangile de Christ. La justification s'opère par la foi, car la foi opère par l'amour. Notre difficulté réside dans l'ignorance de ce qu'est l'Évangile et l'incrédulité. Le second avènement n'est pas possible si Christ ne cesse pas d'être notre grand-prêtre.
23. Le message de 1888 est un chemin que ni Luther, ni Calvin, ni les frères Wesley n'ont trouvé. Il apporte la bonne nouvelle de la purification du sanctuaire céleste.
24. La véritable justification par la foi est reliée à l'œuvre finale de Christ dans le lieu très saint du sanctuaire (Premiers Écrits, p. 254). C'est la seule vérité qui distingue cette Église.
25. La justification par la foi impose un idéal très élevé: la vie de Christ lui-même. Il est notre exemple et accorde pleinement cette grâce aux croyants. Il reviendra lorsque son caractère sera pleinement réfléchi par ses disciples, cela étant réalisé par la foi et non par les œuvres.
26. 1 Jean 2:1 dit que le but du sacrifice du Christ sur la croix est d'amener son peuple à cesser de pécher. Il n'excuse pas la perpétuation du péché. Cela devient effectif quand il saisit le principe de la culpabilité corporative, de sa relation avec les péchés « du monde entier ». Le ciel aidera les croyants à vaincre comme Christ à vaincu.

27. La repentance et le baptême du Christ apportent une conception plus vaste. Nous nous voyons essentiellement participants des péchés du monde entier, si ce n'était par la grâce de Dieu. La foi rend possible une collaboration avec Christ dans son œuvre finale, semblable à celle de l'épouse pour son époux. Celle-ci est rendue possible par la repentance collective.
28. Ce qui fait apparaître la vie du chrétien difficile, c'est qu'il y a comme un voile sur l'Évangile de la justice du Christ. « L'amour de Christ nous presse ».

29. L'unité parfaite est la norme pour une Église qui possède la foi authentique au dernier message. Nul besoin, par exemple, d'idées prophétiques confuses et conflictuelles. L'Église finale connaîtra l'unité de la foi.
30. Croire et enseigner la justification par la foi clairement et en relation avec la purification du sanctuaire, c'est catalyser l'Église. Cela n'a pas réellement été fait jusqu'à présent.

31. Christ est impatient de revenir comme un fiancé est impatient de voir arriver le jour de ces noces. Il reviendra quand sa fiancée sera prête. Le retard nous est imputable.
32. La sympathie et la souffrance avec Christ, le désir de le voir recevoir sa récompense et la justification de son honneur, ainsi que l'espérance et l'ardent désir de voir s'achever au plus vite la souffrance et l'agonie de notre pauvre monde, telles sont les vraies raisons de souhaiter et de hâter son retour en gloire. Cette nouvelle motivation est le produit de la vraie foi.
33. La foi authentique communique un courage qui n'a pas peur des majorités ni des démonstrations de puissances qu'elles peuvent faire. Elle conduit à porter la croix.
34. L'ancienne alliance était la promesse d'Israël d'obéir sans la foi. Elle engendrait l'esclavage par la connaissance des promesses non tenues. La nouvelle alliance est la foi aux promesses que Dieu nous a faites.

35. Le message est essentiellement différent de celui des églises populaires. Le message du 3e ange, en vérité, est biblique: Jésus-Christ et son sacrifice.

36. Surtout dans ce domaine, nous sommes pauvres, aveugles, misérables et nus. Aucun programme d'œuvres ne peut achever l'œuvre de Dieu. C'est le travail de Dieu pour que nous croyons en Celui qui nous a envoyés. Nous avons besoin du message qu'Il nous a envoyé en 1888!



APPENDICE C
1   ...   51   52   53   54   55   56   57   58   59

similaire:

Examen plus serré des «confessions» iconSommaire
«à effet de serre» tels que le dioxyde de carbone ou le méthane. Cependant, plus généralement, l'effet de serre est un principe utilisé...

Examen plus serré des «confessions» iconAMÒri les confessions de capri

Examen plus serré des «confessions» iconExamen de culture générale en arabe et français ou anglais+ examen...

Examen plus serré des «confessions» iconLe verre et les économies d’énergie La réduction des émissions à...

Examen plus serré des «confessions» iconL’examen d’un placenta transmis sans aucune donnée clinique ne peut pas être informatif
...

Examen plus serré des «confessions» iconAnne F. Garréta Pas un jour À nulle
«Il faut des spec­tacles dans les métropoles de l'ère post­moderne, et des confessions aux peuples ido­lâtres. J'ai vu les mœurs...

Examen plus serré des «confessions» iconVéritables poumons de la planète, les forêts influencent le climat...

Examen plus serré des «confessions» iconComment répondre aux questions du brevet La situation d’énonciation
«je», récit réaliste, confessions, journal intime, récit d’événements personnels

Examen plus serré des «confessions» iconRésumé à l’intention des décideurs
«très probablement [c’est-à-dire avec une probabilité supérieure à 90 %] dû à l’augmentation des concentrations de gaz à effet de...

Examen plus serré des «confessions» iconExamen des offres 21








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com