Examen plus serré des «confessions»








télécharger 1.13 Mb.
titreExamen plus serré des «confessions»
page6/59
date de publication11.07.2017
taille1.13 Mb.
typeExam
ar.21-bal.com > histoire > Exam
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   59

Besoin de perspicacité plutôt que d'un grand nombre d'œuvres



Faire face à la vérité totale, ce n'est pas « être critique ». La vérité sur le passé non seulement éclaire le présent mystérieux, mais elle donne de l'espoir pour l'avenir inconnu. La vérité totale est toujours une bonne nouvelle. Quand nous la reconnaîtrons, nos efforts réussiront pour nous assurer la pluie promise de l'arrière-saison et pour effectuer la moisson finale. L'expérience de la foi présuppose une pleine connaissance de la vérité. Mais si nous ne voulons pas faire face à la vérité, tout notre catalogue d'œuvres doit échouer, car elles manqueront nécessairement de cette foi qui sauve. Guidés par Dieu, NOUS DEVONS ÊTRE AMENÉS PAR L'HISTOIRE À UNE CONFRONTATION AVEC LA RÉALITÉ.


  1. L'amour de Dieu exige que son message de l'Évangile éternel soit proclamé avec puissance dans le monde entier. Mais Il a déclaré qu'Il ne peut pas bénir la confusion parmi nous.




  1. Le faux Christ du monde moderne est impuissant à serrer l'Église du reste en permanence dans son étreinte. Il ne peut pas lui donner un pouvoir surnaturel comme il le fera éventuellement avec d'autres corps religieux, à cause de la présence chez elle de plusieurs milliers d'âmes qui tiennent à une pleine acceptation de la vérité. Ce sont des Adventistes consciencieux à cause de profondes convictions basées sur la Bible. Ils n'adorent pas Baal; ils ne le laissent pas réussir à les faire taire, car ils savent qu'ils sont membres du corps de Christ. Ils tiendront ferme comme le fit l'Unique, tout seul, dans le temple proclamant: « Comment osez-vous transformer la maison de mon Père en maison de trafic? » (Jean 2:16).




  1. Ainsi, l'Église Adventiste du Septième Jour n'échouera pas dans la crise finale, car elle possède la « troupe du reste », celle des cœurs fidèles qui constitue toujours une grande proportion de sa communauté. Cette troupe forte rend impuissante la tentative finale de Baal de vaincre l'Israël de Dieu. Même Baal ne peut pas accorder ses contrefaçons de bénédictions à un peuple divisé, qui boite, partagé entre deux opinions. Le facteur décisif qui assure la victoire de la vérité est la purification du sanctuaire céleste, le ministère du Souverain Sacrificateur, du Sauveur du monde, ministère qui n'a jamais eu lieu au cours de l'histoire avant 1844.


La prochaine étape sera pour ceux qui revendiquent « chérir l'espérance bénie » de décider de suivre avec une consécration entière le seul Seigneur, ou l'autre, le faux dieu. Les implications d'une telle décision frappent de stupeur quand on les considère.

Chapitre 2

LE PÉCHÉ DE L'ABANDON DE NOTRE PREMIER AMOUR




Personne ne peut mettre en doute l'authenticité de l'expérience spirituelle de ceux qui vécurent le mouvement de 1844. Jésus était « précieux » pour les croyants qui s'attendaient à sa venue proche, et leurs cœurs étaient unis dans un empressement profond et sincère. Ils reconnaissaient que le Saint-Esprit était présent d'une façon évidente dans ce mouvement.
Ce fut cette conviction, surpassant la simple confiance en une exactitude théologique qui soutint le « petit troupeau » au cours du Grand Désappointement. L'Église Adventiste du Septième Jour fut conçue pendant une expérience d'amour authentique et naquit grâce à une lutte de l'âme de ceux qui risquèrent tout, en reconnaissant l'œuvre authentique du Saint-Esprit. Elle est donc née bien portante, conçue dans une foi véritable et non dans le légalisme.
Dans ses jeunes années, elle aima le Seigneur d'un cœur loyal et apprécia la présence du Saint-Esprit. Les difficultés ultérieures vinrent d'un tragique abandon de ce « premier amour » et d'un insuccès subséquent pour reconnaître le véritable Saint-Esprit.
Dès 1850, cette chaleur de dévouement pour Jésus commença à être progressivement remplacée dans le cœur de beaucoup par une condition « stupide et endormie », « à moitié éveillée », selon la jeune messagère du Seigneur. Un amour insidieux du moi commença à remplacer le véritable amour pour le Sauveur et à créer la tiédeur. L'orgueil et la satisfaction d'avoir un système de vérité chassèrent progressivement une grande partie de la foi simple profondément ressentie à l'égard de Jésus, qui conduisit à l'acceptation de cette vérité à l'origine.
Ainsi, tôt après le Grand Désappointement de 1844, et le rassemblement du « petit troupeau » qui garda sa foi, il se développa une insuffisance dans la compréhension de l'importance des messages des trois anges. Cette insuffisance n'était pas théologique mais spirituelle. L'Église était comme un adolescent qui grandit physiquement mais reste un enfant.
La « vérité » fit des progrès phénoménaux et fut invincible dans les débats, mais « les serviteurs du Seigneur se sont fiés beaucoup trop à la force du raisonnement », dit E. White en 1855 (1T., p. 113). Ceci rendit difficile pour eux de résister à l'inconsciente mais subtile tentation de se livrer à un orgueil spirituel. N'avaient-ils pas vu et accepté la vérité? Ne s'étaient-ils pas sacrifiés pour elle? Il semblait y avoir du mérite dans un tel sacrifice. Les pasteurs et les évangélistes fixeraient leur tente dans une nouvelle communauté, réveilleraient les autres pasteurs et les églises populaires, gagneraient dans les discussions et les débats, recueilleraient leur « meilleurs » membres, les baptiseraient, créeraient une nouvelle église et avanceraient vers de nouvelles victoires presque partout. Ils goûteraient l'euphorie du succès.
L'opposition les conduisit à chérir l'espoir d'une justification personnelle ou de leur église, à la seconde venue, plus que l'avant-goût de l'amour de la rencontre avec le Bien-aimé, qu'une telle rencontre entraîne ou non la justification. Leur foi devint pour eux davantage un ACTE de croyance en la vérité doctrinale et en l'obéissance à cette vérité, motivé par un intérêt égoïste, pour avoir une récompense, plutôt qu'une appréciation profondément ressentie de la grâce de Christ. Au lieu de marcher humblement dans une dépendance totale du Seigneur, « nous » commençâmes à marcher avec orgueil avec notre incontestable évidence doctrinale de la « vérité ».
Le résultat fut inévitablement une forme de légalisme. La même expérience s'est souvent répétée dans la vie de nouveaux convertis adventistes. Bien comprise l'histoire du mouvement adventiste est l'histoire de notre propre cœur individuel. Chacun de nous est un microcosme du tout, comme chaque goutte d'eau symbolise la pluie. Dans tout ce que nous disons au sujet de l'expérience des années du passé, nous nous rappelons que nous ne valons pas mieux que nos ancêtres. Comme Paul le disait aux croyants à Rome, « nous » faisons la même chose (Rom. 2:1). C'est seulement par une reconnaissance qui permet de reconnaître la faute de l'Église, que les échecs de notre histoire de la dénomination peuvent être réglés d'une façon positive et encourageantes.

1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   59

similaire:

Examen plus serré des «confessions» iconSommaire
«à effet de serre» tels que le dioxyde de carbone ou le méthane. Cependant, plus généralement, l'effet de serre est un principe utilisé...

Examen plus serré des «confessions» iconAMÒri les confessions de capri

Examen plus serré des «confessions» iconExamen de culture générale en arabe et français ou anglais+ examen...

Examen plus serré des «confessions» iconLe verre et les économies d’énergie La réduction des émissions à...

Examen plus serré des «confessions» iconL’examen d’un placenta transmis sans aucune donnée clinique ne peut pas être informatif
...

Examen plus serré des «confessions» iconAnne F. Garréta Pas un jour À nulle
«Il faut des spec­tacles dans les métropoles de l'ère post­moderne, et des confessions aux peuples ido­lâtres. J'ai vu les mœurs...

Examen plus serré des «confessions» iconVéritables poumons de la planète, les forêts influencent le climat...

Examen plus serré des «confessions» iconComment répondre aux questions du brevet La situation d’énonciation
«je», récit réaliste, confessions, journal intime, récit d’événements personnels

Examen plus serré des «confessions» iconRésumé à l’intention des décideurs
«très probablement [c’est-à-dire avec une probabilité supérieure à 90 %] dû à l’augmentation des concentrations de gaz à effet de...

Examen plus serré des «confessions» iconExamen des offres 21








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com