Surtout ‘’Les Chouans’’, ‘’Le colonel Chabert’’, ‘’Le lys dans la vallée’’, ‘’Eugénie Grandet’’, ‘’La peau de chagrin’’, ‘’Le père Goriot’’








télécharger 435.57 Kb.
titreSurtout ‘’Les Chouans’’, ‘’Le colonel Chabert’’, ‘’Le lys dans la vallée’’, ‘’Eugénie Grandet’’, ‘’La peau de chagrin’’, ‘’Le père Goriot’’
page8/10
date de publication11.07.2017
taille435.57 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > histoire > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10
Massimilla Doni’’

(1839)
Nouvelle de 84 pages
À Venise, la duchesse Massimilla Doni inspire au prince Emilio un amour pur. Mais il découvre l'amour physique dans les bras de la Tinti, cantatrice qui met ainsi au désespoir son collègue Genovese, au point qu'il se ridiculise en chantant ‘’Mosé’’, l'oratorio de Rossini. La duchesse en explique d'ailleurs le sujet, dans lequel elle voit une allégorie du sort de l'Italie dominée par les Autrichiens, à un médecin français, dont le réalisme, s'il ne lui permet pas de bien apprécier la musique, lui fait comprendre ce qui se passe entre les amoureux et amener Emilio à aimer charnellement la duchesse, tandis que Genovese est heureux avec la Tinti.

_________________________________________________________________________________

‘’Les secrets de la princesse de Cadignan’’

(1839)
Nouvelle de 60 pages
La grande séductrice qu'a été la princesse de Cadignan a été aimée de loin pendant quatre ans par l'idéaliste républicain Michel Chrestien qui a été tué pendant l’émeute du 6 juin 1832 . Maintenant que, vieillissante, elle s'est retirée du monde, elle attire près d'elle, au nom de l'amitié qui unissait les deux hommes, le grand écrivain qu'est Daniel d'Arthez, et elle séduit ce coeur innocent en jouant les vierges et martyres.
Commentaire
Dans ‘’Sodome et Gomorrhe’’, Proust fait dire à M. de Charlus : «Quel chef-d’œuvre ! comme c’est profond, comme c’est douloureux, cette mauvaise réputation de Diane qui craint tant que l’homme qu’elle aime ne l’apprenne ! Quelle vérité éternelle, et plus générale que cela n’en a l’air ! comme cela va loin !»

On a souvent souligné qu’un des personnages les plus sympathiques du monde romanesque de Balzac était le républicain Michel Chrestien, disciple de Saint-Simon, qui «rêvait la fédération suisse appliquée à toute l’Europe». «Ce grand homme d’État qui peut-être eût changé la face du monde, mourut au cloître Saint-Merry comme un simple soldat. La balle de quelque négociant tua l’une des plus nobles créatures qui foulaient le sol français

_________________________________________________________________________________

Le 16 août 1839, Balzac fut élu président de la Société des gens de lettres.

En septembre-octobre 1839, il se lança à grand bruit dans la défense de Sébastien Peytel, notaire de Belley qu’il connaissait, qui était accusé de l’assassinat, le 1er novembre 1838, de sa femme, Félicie Alcazar, dont il était l’héritier, et de son domestique homosexuel, Louis Rey, pour lui voler 7500 francs. Il affirma toujours son innocence, mais fut condamné à mort et finalement guillotiné à Bourg-en-Bresse, le 28 octobre 1839. Par son intervention. Balzac fit passer un fait divers régional au rang d’affaire nationale mettant en cause la justice et la presse de son temps, piliers de l’édifice politique et social. Il transforma son plaidoyer en faveur d’un accusé seul contre tous en un mordant réquisitoire contre les tenants de l’ordre bourgeois, faisant entendre une voix dissonante et solitaire, contestant la parole institutionnelle mais dénuée de légitimité et vouée à l’incompréhension. L’affaire Peytel révéla sa position ambiguë d’homme de lettres à la fois dans et contre le siècle, en quête de reconnaissance et d’autorité symbolique, mais irréductiblement inclassable et dérangeant.

Le 2 décembre, Balzac présenta sa candidature à l’Académie française.

Le 9 janvier 1840, il quitta la présidence de la Société des gens de lettres.

En 1840, l’expression « Comédie humaine », que Balzac choisit par opposition à ‘’La divine comédie’’ de Dante, apparut pour la première fois sous la plume de Balzac pour désigner l’ensemble de ses œuvres, pour souligner l’unité d’intention et d’intérêt entre elles.

_________________________________________________________________________________
‘’Pierrette’’

(1840)
Roman de 150 pages
À Provins, en 1828, les Rogron, frère et soeur, anciens boutiquiers parisiens, essaient de se faire accepter par la bonne société. Ils échouent du côté des aristocrates et se retournent donc vers les libéraux. Ils accueillent une jeune cousine de Bretagne, Pierrette, dont ils convoitent l'héritage, mais dont ils font une servante. Arrive à Provins un jeune amoureux de Pierrette, Brigaut, qui entre secrètement en relations avec elle, apprend ses malheurs et entreprend de la sauver, ce qu'il fait juste au moment où la jeune fille vient d'être cruellement blessée par la soeur. La situation des Rogron est alors compromise, d'autant plus que Pierrette meurt, mais les gens de leur parti, qui atteint au pouvoir avec l'avènement de Louis-Philippe, les font sortir de ce mauvais pas.

_________________________________________________________________________________
‘’Vautrin’’

(1840)
Drame en cinq actes, en prose
Commentaire
Balzac adapta ainsi son roman, ‘’Le père Goriot’’. Harel, le légendaire directeur du théâtre de la Porte-Saint-Martin, reçut sa pièce avant même qu'elle ne fut écrite. Lorsqu'on sut qu’il la préparait, ce fut un véritable émoi dans le Paris littéraire. La presse fit assister à l'enfantement laborieux de l'œuvre, Balzac raturant sans cesse, corrigeant, défaisant, refaisant puis redéfaisant encore les scènes commencées. Enfin l'œuvre fut sur pied. Elle fut autorisée par la censure, mais fut interdite dès la première représentation, le 14 mars 1840, qui eut lieu devant une salle regorgeant d'écrivains, d'élégantes, d'artistes, de journalistes, de politiciens. Le bruit courut quelques heures avant la représentation qu'un scandale politique éclaterait, et on vint au théâtre plus pour assister à la manifestation qu’à la pièce elle-même. Elle eut lieu au quatrième acte, lorsque Frédérick Lemaître, pour qui le peintre Louis Boulanger avait dessiné un élégant costume de général mexicain, entra en scène. Il s'était fait la tête de Louis-Philippe, ce qui produisit une émotion indescriptible : les uns rirent, les autres sifflèrent, et le duc d'Orléans sortit précipitamment de sa loge, tandis que Frédérick Lemaître s'esquivait au milieu du tumulte. La seconde représentation fut interdite le lendemain. Le drame ne fut repris que le 1er avril 1869, à l'Ambigu. Balzac avait trouvé de farouches et de fidèles partisans en Lamartine, Victor Hugo, Mme de Girardin, Léon Gozlan.

Mais le personnage, au lieu d’apparaître sublime, devient absurde, et l’action perd complètement la plausibilité et la cohérence qui permet aux plus improbables incidents d’une pièce de tenir ensemble en une séquence logique.

_________________________________________________________________________________
En avril 1840, Balzac présenta un projet de ‘’Code littéraire’’ à la Société des gens de lettres.

Le 25 juillet, il lança la ‘’Revue parisienne’’ qui n’eut que trois numéros.

_________________________________________________________________________________
‘’Z. Marcas’’

(1840)
Nouvelle de 27 pages
Le narrateur se rappelle comment, étudiants pauvres à Paris, en 1836, lui et son camarade avaient pour voisin un homme très mystérieux, très solitaire, qui se livrait pour vivre à une tâche de copiste. Ce Z. Marcas leur avait appris qu'il était un grand avocat et même un homme politique qui, n'ayant que le souci de la France, avait travaillé dans l'ombre d'un ministre qui, ayant été démis, l'avait abandonné. Or, de nouveau au pouvoir, le ministre vint solliciter son aide. À l'instigation de ses voisins, il reprit du service pour revenir quelques mois plus tard, le ministère de nouveau défait, mourir d'épuisement dans sa chambre.
Commentaire
C’était la «physiologie» de l’homme politique qui n’arrive à rien.

_________________________________________________________________________________
‘’Un prince de la Bohême’’

(1840)
Nouvelle de 34 pages
Dinah de La Baudraye, femme du monde et femme de lettres, lit une nouvelle de son cru à l'écrivain Raoul Nathan, où est racontée l'histoire de Claudine Chaffaroux et de Charles-Edouard Rusticoli, comte de La Palférine. Ancienne danseuse, sous le nom de Tullia, Claudine en quittant la scène a épousé le vaudevilliste Du Bruel en 1830 et par la suite est devenue en 1834 la maîtresse de La Palférine, le prince de la bohème ; celui-ci formule toutes sortes d'exigences pour se débarrasser d'elle, notamment qu'elle ait un grand état mondain, et, elle, par amour pour lui, entreprend de pousser son mari dans le monde et en fait un comte et un pair de France.
Commentaire
Le tableau qui est fait de la bohême est illustré par le cas de La Palferine qui est exposé au cours d’une réunion mondaine, qui est l’occasion de rencontres et d'un récit. La Palférine est présent « in absentia » par ce qu'on dit de lui et par les bons mots qu'on lui prête. Sa silhouette finit pourtant par devenir personnage et donner un titre pertinent et accrocheur à un ensemble jugé souvent un peu factice. ‘’Un prince de la bohème’’ doit, il est vrai, autant à la plume du journaliste qu'au travail du romancier.

_________________________________________________________________________________

En octobre 1840, Balzac quitta les Jardies pour s’installer à Passy, 19 rue Basse (qui deviendra ‘’la maison de Balzac’’, 47 rue Raynouard).

_________________________________________________________________________________



‘’Pierre Grassou’’

(1840)
Nouvelle de 22 pages
Pierre Grassou est un peintre médiocre mais humble qui, devant l'échec d'un de ses tableaux au Salon, accepte les conseils d'un confrère. Il est remarqué par un marchand de tableaux qui lui fait faire des copies de maîtres. Très économe, il place ses bénéfices chez un notaire. Cela impressionne grandement les bourgeois qui sont venus lui faire faire leurs portraits et dont il épouse la fille, devenant ainsi un peintre officiel.

_________________________________________________________________________________

En 1840 dans un article inséré dans sa ‘’Revue parisienne’’, Balzac vit en Fourier « un homme de génie » pour sa « formule célèbre » de l’association du Travail, du Capital et du Talent. Il vanta également la théorie des passions de Fourier si proche de sa métaphysique personnelle.

En décembre, il assista au retour des cendres de Napoléon qui furent placées aux Invalides.

_________________________________________________________________________________

‘’Une ténébreuse affaire’’

(1841)
Roman de 216 pages
Commentaire
C’est la duchesse d’Abrantès qui avait fourni à Balzac nombre d’anecdotes sur la cour impériale. Le roman met en scène une affaire policière et ofre des réflexions sur le système politique de l’Empereur que Balzac, après une jeunesse libérale et frondeuse, continua à admirer, en dépit de sa « conversion » au légitimisme.

_________________________________________________________________________________
En mai 1841, Balzac fit un voyage en Touraine et en Bretagne.

Le 3 juin, il assista à la réception de Victor Hugo à l’Académie française.

_________________________________________________________________________________
‘’Ursule Mirouët’’

(1841)
Roman de 243 pages
À Nemours, vers 1830, le vieux docteur Minoret a recueilli la jeune Ursule Mirouët, et ses héritiers craignent qu'il lui lègue sa fortune. À sa mort, l'un de ses neveux subtilise la part qui revenait à la jeune fille. Mais il doit la restituer quand il est puni par la mort de son fils et la folie de sa femme.

_________________________________________________________________________________
‘’Physiologie de l'employé’’

(1841)
Essai

_________________________________________________________________________________
Le 2 octobre 1841, Balzac signa un contrat pour la publication de l’ensemble de son œuvre sous le titre de ‘’La comédie humaine’’.

Le 10 novembre mourut Wenceslas Hanski, époux de « l’étrangère ». Balzac apprit au début de 1842 cette nouvelle qu’il attendait depuis huit ans, et qui le laissa abasourdi. Mais Mme Hanska ne se montra pas aussi impatiente de le retrouver, et il en souffrit beaucoup. Des problèmes de succession obligèrent Mme Hanska à séjourner longuement à Saint-Pétersbourg pour un procès, et la présence de Balzac n’était évidemment pas souhaitée dans de telles circonstances. Et puis, influencée par les nombreuses rumeurs qui couraient sur son compte, elle lui reprochait des infidélités que, tout en protestant de son entière fidélité de cœur, il ne put nier tout à fait.

_________________________________________________________________________________
Mémoires de deux jeunes mariées

(1841)
Roman de 230 pages

_________________________________________________________________________________

‘’La fausse maîtresse’’

(1841)
Nouvelle de 53 pages

_________________________________________________________________________________
‘’Le martyr calviniste’’

(1841)
Roman de 187 pages

_________________________________________________________________________________
En février 1842, le mobilier du pied-à-terre parisien de Balzac, rue de Richelieu, fut menacé de saisie.

Le 19 mars, eut lieu, à l'Odéon, la première de :

_________________________________________________________________________________
‘’Les ressources de Quinola’’

(1842)
Comédie en cinq actes
Sous le règne de Philippe II d’Espagne, Fontanares est un inventeur, le premier inventeur du bateau à vapeur. Il a pour laquais Quinola est un laquais qui l’unit à la vile Faustine.
Commentaire
La pièce fut écrite «avec toutes les libertés des vieux théâtres français et espagnols». Mais, en Fontaneres, Balzac reproduisit David Séchard, et en Quinola il fit une combinaison de l’esclave de la comédie latine, du fou de Shakespeare, de Figaro et de son Vautrin. L’improbabilité d’un inventeur du bateau à vapeur au XVIe siècle compromet presque complètement l’intérêt des spectateurs auxquels Balzac déplaît encore en tentant de trouver un dénouement amoureux. Il faut regretter aussi que Quinola manque d’humour. Cependant, la pièce est ingénieuse, puisssante et intéressante en bien des passages.

Échaudé par l’expérience de ‘’Vautrin’’, Balzac avait tenu à composer lui-même la salle de la première représentation, tripla le prix des places. Malgré tout, la pièce ne s’attira, le jour de la première, que des cris d’animaux et fut sifflée tout au long pendant les sept premières représentations. Elle tint l’affiche près d’un mois, mais les recettes furent insignifiantes.

_________________________________________________________________________________
‘’Un début dans la vie’’

(1842)
Roman de 169 pages

_________________________________________________________________________________
‘’Albert Savarus’’

(1842)
Roman de 120 pages
À Besançon, dans les dernières années de la Restauration et les premières années du règne de Louis-Philippe, la baronne de Watteville, une femme encore jeune, riche et volontaire, domine son faible mari et leur fille unique, Rosalie. Son cavalier servant est le bel Amédée de Soulas, le « lion» de la ville, qu'elle destine à sa fille. Mais, dans l'âme de l'adolescente, oppressée par une éducation tyrannique, couvent de romanesques rêves de révolte. Depuis peu, dans la ville, s'est établi un avocat, Savaron de Savarus, dont la puissante et mystérieuse personnalité intrigue fortement la bavarde société de la ville. Rosalie nourrit pour lui une romanesque passion qui grandit en secret, stimulée par ces mêmes raisons. Savarus prépare sa candidature pour les prochaines élections au parlement, tandis que Rosalie de Watteville cherche à comprendre son secret et le surveille. Savarus publie une longue nouvelle au goût du jour, ‘’L'ambitieux par amour’’, romantique histoire d'un jeune bâtard, de noble naissance, qui, pendant un voyage de vacances en Suisse, s'éprend follement d'une très belle Italienne, exilée avec son vieux mari. Il découvre qu'elle est une princesse Colonna qui a épousé pour des raisons spéciales un noble napolitain de cinquante ans plus âgé qu'elle. Ayant la joie d'ètre aimé d'elle en retour, il la quitte en lui jurant d'obtenir une situation qui lui permette de l'épouser à la mort de son mari, ce qui ne saurait tarder. Rosalie comprend que le héros de cette histoire est Savarus lui-même, et bien vite ses soupçons sont confirmés par la correspondance de l'avocat qu'elle intercepte. Les élections arrivent. Savarus, au moment le plus délicat de la campagne électorale, disparaît mystérieusement. La jeune fille, sachant que la princesse Colonna est veuve à présent, réussit par une diabolique machination épistolaire à lui faire croire que Savarus ne l'aime plus. Quand l'avocat arrive à tirer au clair ce mensonge, l'orgueilleuse princesse s'est déjà remariée. Savarus se retire dans un couvent de trappistes. Rosalie, après la mort de son père, se sépare de sa mère (qui épouse le bel Amédée) et se retire, fuyant le monde, dans une propriété à la campagne.
Commentaire
L'histoire appartient à la première période de l'art de Balzac, témoignant d'un typique mélange de vigoureux réalisme et d'extravagant romantisme. Vivante seulement dans les épisodes où le style puissant et analytique du grand romancier fait son apparition, elle présente un intérêt spécial par le fait qu’il a donné à l'ambitieux Savarus plusieurs traits de son caractère.

_________________________________________________________________________________
En juillet 1842, sur les instances de l’éditeur Hetzel, Balzac produisit l’’’Avant-propos de ‘’La comédie humaine’’’’. Il y proclama : « J’écris à la lueur de deux vérités éternelles, la religion et la monarchie, deux nécessités que les événements contemporains proclament et vers lesquels tout écrivain de bon sens doit essayer de ramener notre pays. » Il y exposa ses idées sur le roman et les principes directeurs de son œuvre où il avait pour ambition de « donner la vie et le mouvement à tout un mode fictif […] à une société tout entière dans [sa] tête » : « La société française allait être l’historien, je ne devais être que le secrétaire. » Il voulut peindre la réalité sociale et en dégager « les principes naturels ». Il voulait assurer à l’ensemble une organisation synthétique qui en ferait « comme un monde complet », prévoyant des ‘’Études de mœurs’’ de beaucoup les plus nombreuses (‘’Scènes de la vie privée’’, ‘’Scènes de la vie de province’’, ‘’Scènes de la vie parisienne’’, ‘’Scènes de la vie politique’’, ‘’Scènes de la vie militaire’’ et ‘’Scènes de la vie de campagne’’), des ‘’Études philosophiques’’ et des ‘’Études analytiques’’.

_________________________________________________________________________________
‘’
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

similaire:

Surtout ‘’Les Chouans’’, ‘’Le colonel Chabert’’, ‘’Le lys dans la vallée’’, ‘’Eugénie Grandet’’, ‘’La peau de chagrin’’, ‘’Le père Goriot’’ iconActivités Office de Tourisme de la Vallée de la Lys du 3 au 9 septembre

Surtout ‘’Les Chouans’’, ‘’Le colonel Chabert’’, ‘’Le lys dans la vallée’’, ‘’Eugénie Grandet’’, ‘’La peau de chagrin’’, ‘’Le père Goriot’’ iconSurtout ‘’La peau du tambour’’ et ‘’Le peintre de batailles’’
«J'ai divisé ma vie en deux, avec d'un côté le journalisme et de l'autre la littérature. Je ne voulais pas que ces deux activités...

Surtout ‘’Les Chouans’’, ‘’Le colonel Chabert’’, ‘’Le lys dans la vallée’’, ‘’Eugénie Grandet’’, ‘’La peau de chagrin’’, ‘’Le père Goriot’’ iconDont certaines (surtout ''Les fleurs du mal'' et ''Petits poèmes...
«Ma vie a été damnée dès le commencement, et elle l’est toujours» [lettre à sa mère du 4 décembre 1854] de cette union mal assortie....

Surtout ‘’Les Chouans’’, ‘’Le colonel Chabert’’, ‘’Le lys dans la vallée’’, ‘’Eugénie Grandet’’, ‘’La peau de chagrin’’, ‘’Le père Goriot’’ iconDiscours inaugural par le Père Alain guellec, évêché de Quimper
«L’art dans les chapelles» par Bernard delhaye, président de «l’Art dans les chapelles»

Surtout ‘’Les Chouans’’, ‘’Le colonel Chabert’’, ‘’Le lys dans la vallée’’, ‘’Eugénie Grandet’’, ‘’La peau de chagrin’’, ‘’Le père Goriot’’ iconLa stratification architectonique de Bruxelles dans le sillon de la vallée de la Senne

Surtout ‘’Les Chouans’’, ‘’Le colonel Chabert’’, ‘’Le lys dans la vallée’’, ‘’Eugénie Grandet’’, ‘’La peau de chagrin’’, ‘’Le père Goriot’’ iconLa stratification architectonique de Bruxelles dans le sillon de la vallée de la Senne

Surtout ‘’Les Chouans’’, ‘’Le colonel Chabert’’, ‘’Le lys dans la vallée’’, ‘’Eugénie Grandet’’, ‘’La peau de chagrin’’, ‘’Le père Goriot’’ iconNunayak rafting est situé dans la vallée du Giffre

Surtout ‘’Les Chouans’’, ‘’Le colonel Chabert’’, ‘’Le lys dans la vallée’’, ‘’Eugénie Grandet’’, ‘’La peau de chagrin’’, ‘’Le père Goriot’’ iconUne question suivie d’un astérisque signifie que la réponse est à chercher dans une signalétique
«Aux Couleurs du temps»; Dans le conte de Perrault et dans le film de de Jacques Demy, Peau d’Âne demande une robe couleur du temps,...

Surtout ‘’Les Chouans’’, ‘’Le colonel Chabert’’, ‘’Le lys dans la vallée’’, ‘’Eugénie Grandet’’, ‘’La peau de chagrin’’, ‘’Le père Goriot’’ iconSiege social tarn et paris 17, passage Hébrard 75010 Paris Tel. /...
«performants» que les entreprises encore en activité dans la vallée ont su développer

Surtout ‘’Les Chouans’’, ‘’Le colonel Chabert’’, ‘’Le lys dans la vallée’’, ‘’Eugénie Grandet’’, ‘’La peau de chagrin’’, ‘’Le père Goriot’’ iconL’etablissement et les collectivites territoriales
«plaines» c'est-à-dire le long du Rhône dans un axe nord-sud, depuis le quartier d'Estressin jusqu'au quartier de l'Isle, mais aussi...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com