Des origines à la fondation de l’empire








télécharger 0.54 Mb.
titreDes origines à la fondation de l’empire
page4/13
date de publication02.07.2017
taille0.54 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > histoire > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   13

La fondation


  1. Centralisation


A la fin des six royaumes, le royaume du sud était très affaiblit, à cause des luttes d’héritage.

Ils étaient donc plus fragiles aux attaques et aux tentatives de conquête des barbares du nord (Zhou).

On voit apparaître au Nord une tendance à la recentralisation. Un général Yang prend du pouvoir (il vient de la région Sui). Il prend en 560-570 le bassin du fleuve Jaune et il s’empresse de conquérir le Sichuan, puis il contrôlera le Yangtze, ainsi il pourra gagner la chine central. En 581 il se nomme Empereur des Sui et en 589 il réunit toute la Chine.

C’est un moment assez difficile car il y a derrière 400 siècles de guerre et donc c’est à un pays surarmée que doit faire face le général Yang.


    1. Unification

Les Sui vont tenter d’unifier la Chine (Nord-Sud), pour cela ils vont entreprendre une campagne de grands travaux :

Le canal réunifiant le Nord et le Sud au nom de 大运河dayunhe

Le pouvoir est à Chang’an. Ils vont essayer de faire venir vers le nord les grandes productions agricoles du Sud. (La majeure partie de la population se trouve en Chine de Nord.).
La rapide chute des Sui est résultante d’une part des problèmes externes à l’empire telle que la révolte des travailleurs forcés et des anciens chefs de guerres qui sont contre la réunification. La défaite en 612 contre la Corée, a fait beaucoup de perte et les corps d’armée qui rentre vont également se révolter.

Le gouvernement trop fermé n’arrange rien au problème de la dynastie.


    1. La Re-conquête.

Pour conquérir cette empire il y a deux nom de référence : Li Yuan (Gaozong15 règne de 618 à 626) et Li Shimin (Taizong règne de 626 à649).

Ils donnent à leur dynastie le nom de Tang, nom de leur terre du nord16.

C’est une conquête assez difficile. Li Yuan est le fondateur de l’empire, mais sa succession sera difficile car ses fils se font la guerre pour être souverain. C’est Li Shimin qui en tuant ses frères parvient à prendre le pouvoir (la légende veut qu’il est demandé à son père d’abdiquer et que celui-ci aurait accepté). Cela a été une grande chance pour la Chine que Li Shimin prend le pouvoir car il réussit à solidifier la Chine, se lie avec les chefs militaires et noue avec les pays voisins des traités de non-agressions.


    1. Le système




      1. Chinois ? / Etrangers ?


Les Turcs et les Mongols sont présents en Chine du Nord. L’empire va les siniser cela va se faire pacifiquement, ils auront des noms chinois. L’empire va aussi essayer de rallier l’élite des populations étrangères par des mariages, de plus ils auront des postes dans l’administration.

      1. La terre, la population.

70 % à 80% de la population se trouve en Chine du Nord sur des terres sèches, avec une agriculture non-inondée. Durant l’empire des Tang, il y a 9 millions de famille ce qui fait environ 50 millions de personnes, or depuis les Han la population à cause des guerres n’a pas augmenter.
Au septième siècle les Tang vont reconduire le système des Champs égaux qui vient des Wei de Nord. Cela permet de redistribuer les terres pour éviter les querelles d’héritage. L’empire va aussi envoyer les paysans soldat dans le sud et dans l’Ouest pour repartir la population. Les paysans doivent s’organiser en milice pour défendre eux-même leurs villages contre les bandits et contre les envahisseurs étrangers.


      1. L’étranger.

Il y aune apparition a l’ouest d’une nouvelle population de barbare (apparition vers la fin des six dynasties = Turcs). Avec ses nouveaux voisins, les Tang vont tour à tour avoir des périodes d’alliances et des périodes de menaces. Les Turcs vont se séparer en plusieurs familles les Turcs de l’ouest (Xinjian) et les Turcs de l’est. Les Ou¨igours sont aussi des Turcs cousins des Kazakhs. Ces familles vont occuper les plateaux de l’ouest, mais aussi la route de la soie.
Les Chinois vont avoir une politique de conciliation et de diplomatie avec les Turcs. Il y a aura de nombreux mariage. Cette politique va permettre à l’empereur de la confédération des Turcs de l’Ouest de recevoir son titre des mains de l’empereur de Chine. Les régions de Dzoungarie, Taklimaklan, Transoxiane, Sogdiane17 vont devenir des protectorats chinois.


      1. Le droit
        Les Tang sont des grands faiseurs de lois, en 653 il crée le code pénal18. La Chine est un pays ou c’est plus la morale qui montre le chemin à suivre que la lois, mais malgré tous il existe des lois. Cela a beaucoup joué dans la stabilisation de l’empire. Ce code compte plus de 500 articles. De même les Tang vont dessiner une structure administrative bien intégrée au monde.




      1. L’administration

Une hiérarchisation important qui implique que chaque personne sait quelle place elle occupe dans l’administration.

L’empire retire peu à peu le pouvoir aux personnes qui l’on eu par leur naissance (les aristocrates). Donc l’empire à besoin de nouvelles personnes pour occuper ses places.


Ministères des fonctionnaires = il gère l’affectation des fonctionnaires dans les provinces.

Ministère des familles = il calcul les impôts.

Ministère des supplices = justice

Ministère des travaux publics = gère les gens qui doivent effectuer des corvées

Ministère des rîtes = s’occupe ce qui est vu comme rituel, relation avec l’empereur.
Un fonctionnaire ne reste pas plus de trois ans dans une province pour éviter la présence de zones d’influence, de même un fonctionnaire ne peut travailler dans sa province natale.
Le ministère des rites permet de mettre en relation les étrangers et les futurs fonctionnaires avec l’empereur.


      1. Les examens, ou : vers la fin de l’aristocratie.

Avant sous les Han c’étaient les aristocrates qui recommandaient les fonctionnaires à l’empereur, et si le fonctionnaire était bon alors les aristocrates en tiraient des bénéfices.
Le discours des Tang est celui-ci : donnons des postes administratifs à ceux qui ne sont pas de bonnes naissances car en revanche ces hommes seront loyaux puisque partis de rien, l’empire leur à tous donné.

Il y aura donc une mise en place des examens, avec un changement social de l’élite chinoise. Ce système d’examen19 est plus égalitaire, par ailleurs, c’est aussi un plan d’intégration national.


      1. Intégration Nord-Sud

Il faut tout d’abord réparer l’héritage des six dynasties qui avait été mis à mal.

        • Avancée territoriale vers le sud

        • Avancement de canal

        • Mouvement des fonctionnaires


Il y a un encouragement très fort de l’empire pour que les gens du Nord se déplacent vers le sud, pour cela il y a des dons de terres. Le sud est une région très difficile pour se déplacer car c’est une région très inondée, le déplacement va alors se faire par bateaux.


    1. Crise I : de croissance

Une ancienne concubine des empereurs Taizong et Gaozong du nom de Wu Zhao (640-705) devient très influente à partir de 654. Elle devient impératrice en titre en 655. Puis après la mort de Gaozong en 683, elle règne par usurpation en éliminant le prince héritier ainsi que ses enfants. Elle prend le titre de Zetian en 690 et fonde la dynastie des Zhou dont elle sera l’unique souverain.

Wu Zetian (690-705) est la première et seule femme de l’histoire qui a pris le nom d’empereur.

Elle était extrêmement dévote dans le bouddhisme. C’est sous son règne qu’est creusé dans le roc l’immense Vairocana avec ses deux acolytes du défilé de Longmen, au sud de Luoyang.



  1. L’age d’or.




  1. Une grande capitale….


En 705 le pouvoir est repris par l’empereur Xuangzong et il règne jusqu’en 757. La première moitié du huitième siècle est considéré comme l’age d’or de cette dynastie voir même de l’histoire chinoise. Chang’an va être le phare culturel de la Chine et l’une des plus grandes villes du monde.

Les Chinois sont voisins avec les peuples islamiques (naissance de l’islam en 622) et la seconde grande ville de cette période est Bagdad avec un million d’habitant.

A Chang’an, les murs extérieurs font 15 m de large, du nord au sud il y a 8 km et d’est en Ouest il y en à 10.
Pour entrer au palais il fallait traverser la cité qui était le centre politique du pays.
Il y a en tous 108 quartiers (qui est un nombre important pour les bouddhiques), chaque quartier à un nom et est murer.
Dans chaque quartier il y a des couvre feu qui permet non seulement une surveillance facilité mais aussi de confiner les incendies, afin d’éviter qu’elle se propage.

Nara et Kyoto sont des villes japonaises ayant la même construction que Chang’an avec une avenue centrale de 150 mètres de large.
En Asie, le svastika20, était utilisaient pour symboliser les temples bouddhiques. Ressemble à la croix gammée à l’envers (mais n’a rien avoir avec), c’est un symbole très positif en Asie. Ce signe représente le cœur de Bouddha qui se situait au centre de la poitrine. svastika


  1. .cosmopolite.


A Chang’an de nombreux temple montre la présence d’étrangers, ces personnes pratiquent une religion juives, musulmanes, manichéens, zoroastrisme, nestorianismes.

Chang’an abritait des communautés religieuse libres de vivres selon leurs lois et de leurs propres coutumes.

Manichéen : c’est une religion polarisée entre le bien et le mal.

Zoroastrisme : c’est une religion lié à l’adoration du feu (religion iranienne)

Nestorianisme21 : c’est une branche du christianisme considérée comme une hérésie.22
En fait la Chine des Tang est très ouverte sur le monde extérieur, surtout sur l’Asie centrale. Elle fait aussi preuve d’une très grande tolérance surtout au niveau des religions. C’est aussi à cette époque le Japon entre véritablement dans l’histoire car il a su profiter de l’ouverture de la Chine. Certains étudiants japonais venant faire leurs études en Chine pour s’imprégner de l’héritage culturel de la Chine. Ils rentraient après plusieurs années pour faire profiter le Japon des connaissances de la Chine. De nos jours le Japon est un conservatoire de la Chine des Tang.


Plan de Chang’an à l’époque des Tang
L’art et la culture bénéficiaient d’une stabilité, qui permettait de risquer une ouverture sur le monde extérieur. Chang’an avec près d’un millions d’habitants et 5000 étrangers sous ses murs devient un centre international attirant une population de résidents étrangers venus de l’Asie centrale, du Tibet, de la Perse et de l’Inde.
En conclusion on peut dire qu’il y a eu une colonisation culturelle des autres pays comme le Japon mais aussi la Corée et l’Asie de l’est. La Chine désirait un glacis.
A l’Ouest : C’est une nouvelle époque avec l’arrivée de Turcs. Le Sogdiane et le Ferghana deviennent des protectorats militaire.
En 750 sous le règne de l’empereur Xuanzong et pour le première fois, les chinois essuient une défaite, à cause de l’extension de l’islam : TALAS RIVER 751.
Les chinois ou plus exactement les classes riches sont fascinées par le monde de l’ouest et par les steppes, (l’homme aux cheveux « rouges » et aux yeux bleues). Dans l’orfèvrerie il y a un renouvellement des formes et des dessins.

  1. Commerce.


Le commerce continu sa route le long de la route de la soie. De plus le canal qui subit une utilisation massive, permet de rapprocher le Nord et le Sud.

En revanche l’Etat gère tout le commerce pour éviter que les gens se déplacent et qu’il y est de désordre dans le pays. Mais le commerce mis à part cela est très important.

A partir des villes portuaires telle que Guangzhou on commence à voir apparaître des routes fluviales (voir carte Tang China) vers l’Indonésie et la Malaisie. Ce qui est très important car ces pays apportaient les matière premières, épices, plantes nécessaire à la fabrication de parfum et de médicaments.

De plus il va y avoir un développement du Sud, qui reste relativement sous-développer par rapport au Nord (seulement ¼ de la population vivent dans le sud).


  1. Vie aristocratique.


Cette époque est une période de paix qui est à mi-chemin entre l’aristocratisme des six dynasties et l’arrivée ders nouveaux fonctionnaires. On peut faire un parallèle avec le règne de Louis XIV, qui obligeaient les nobles à s’installer à la capitale pour garder un très grand contrôle sur eux. Chang’an devient donc une très grande ville fréquentées par les nobles.

Il y a une vie très luxueuse à la capitale. L’aristocratie s’occupe de politique, de guerre mais principalement de l’art.


  1. l’Age d’or des arts.


Les poésies (poésie régulière) vont énormément se développer pendant la Chine des Tang. Cette poésie régulière obéit à des règles très strictes des rimes et des tons. Dans la poésie chinoise il y a une très grande nostalgie (malheur de vivre, amitié…). Li Bai, Du Fu sont des grands poètes, Du Fu jouera principalement sur les choses implicites..., en revanche Bai Juyi aimait parler simplement pour que la majeure partie des gens puisse comprendre ce qu’il disait ou racontait. Wang Wei est quand a lui très connut pour ses implications bouddhiques dans ses poèmes, il vivait à la campagne et aimait marcher à travers les forêts.

De plus il y avait la peinture, la calligraphie et les quartier de courtisanes qui connaissaient la musique, la danse, l’art de la conversation : ce sont ces quartiers qui vont entraîner les poèmes musicaux.

  1. Xuanzong : l’apogée des Tang.




    1. Une cour éclectique et brillante


Xuanzong est un petit fils de l’impératrice Wu, il régna de 712 à 756. Xuanzong développa la vie intellectuelle de la cour. Li Bai sera d’ailleurs un poète quasi officiel à la cour. Xuanzong est un fervent taoïste mais il protège le bouddhisme. La cour accueille et abrite des discussions sur la religion.

    1. Politique


Xuanzong essaye de maintenir une présence chinoise dans le centre de l’Asie mais il essuie la bataille de Talas River. De plus il noue des accords politiques avec les tibétains. Au niveau des frontières du nord il renforce les armées. A la tête des régions il y a des généraux qui sont généralement des Turcs ou des Sogdiens.


    1. Vie privée. Crise politique/crise II : de régime (le renversement de la tendance)


Xuanzong avait à son service (mi sogdien mi turc), c’était un général chinois d’une grande valeur, et d’ailleurs il a une très grande armée dans le Nord de la Chine. Il était à la cour sous la protection de Yang Guifei qui était la concubine adorée de l’empereur. Elle donna beaucoup d’influence à An Lushan, et il arrive à rentrer dans l’intimité de l’empereur.

En 755 An Lushan déferle sur Chang’an, la capitale est alors aux mains de An Lushan et l’empereur s’enfuit vers Chengdu. Les soldats qui escortaient l’empereur menace de se mutiner si Yang Guifei (responsable de cette attaque) n’est pas exécuté sur le champ. Elle sera alors étrangler.

En 756, l’empereur abdique.
Après cela on entre dans une phase d’inquiétude et se sera le long déclin des Tang.

1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   13

similaire:

Des origines à la fondation de l’empire iconProgramme du voyage
«iii – Rome; Thème 1 – Des origines à la fin de la République : Fondation, organisation politique, conquêtes; Thème 2 – L’Empire...

Des origines à la fondation de l’empire iconR oyaume du Maroc
«Le Maroc médiéval : un empire de l'Afrique à l'Espagne», organisée du 3 mars au 3 juin 2015 par la Fondation nationale des Musées...

Des origines à la fondation de l’empire iconIntroduction 2 Villes 2
«Byzance» au moment de sa fondation, «Constantinople» en l’honneur de l’Empereur romain Constantin, et aussi la deuxième Rome, dont...

Des origines à la fondation de l’empire iconL'installation des barbares et la fin de l'Empire romain
«foedus» → peuple fédéré Ils s'engagent a défendre l'empire romain en contrepartie d'argent

Des origines à la fondation de l’empire iconCours : I a l’est, l’empire byzantin: un empire chrétien dirigé par un empereur tout-puissant
«renaissance» carolingienne est la synthèse de l’héritage gréco-romain et des apports germaniques, mérovingiens; elle revêt une dimension...

Des origines à la fondation de l’empire iconMention copyright obligatoire
«Olivier Messiaen» de la Fondation Guardini de Berlin. Le 18 juin 2008, IL reçoit le Prix de la Fondation de la Chasse et de la Nature...

Des origines à la fondation de l’empire iconBibliographie Histoire du Viet Nam, des origines à 1858

Des origines à la fondation de l’empire iconRapport 2007
...

Des origines à la fondation de l’empire iconEssai sur les origines des Touarègues*
Le sultanat de l'Ayar (improprement écrit Aïr) fut sans aucun doute la plus élaborée des formations politiques édifiées par des

Des origines à la fondation de l’empire iconPatrimoine de la Fondation des Treilles








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com