Cours marocain








télécharger 284.81 Kb.
titreCours marocain
page1/6
date de publication03.07.2017
taille284.81 Kb.
typeCours
ar.21-bal.com > loi > Cours
  1   2   3   4   5   6
Marketing Tourisme Balnéaire

Cours marocain

TABLE DES ABRÉVIATIONS

FNT : FÉDÉRATION NATIONALE DU TOURISME

OMT : ORGANISATION MONDIALE DU TOURISME

ONMT : OFFICE NATIONAL MAROCAIN DU TOURISME

PCS : PROFESSIONS ET CATÉGORIES SOCIOPROFESSIONNELLES

TO : TOUR OPÉRATEUR

ZAP : ZONES D’AMÉNAGEMENT PRIORITAIRES

INTRODUCTION

Le tourisme est un secteur très florissant. Il est l’un des principaux phénomènes économiques et sociaux du 21ème siècle qui, de privilège d’un groupe restreint de personnes, est devenu un phénomène de masse dans la plupart des pays développés et touche de plus en plus de vastes groupes de personnes dans beaucoup de nations.

Aujourd'hui, le Tourisme au Maroc s'affirme de plus en plus comme une véritable priorité de son plan de développement, compte tenu de son impact positif sur l’économie marocaine notamment par le lancement de plusieurs projets d'envergure dans le domaine des infrastructures hôtelières avec une forte tendance au développement du tourisme balnéaire.

Certes, avec l’avènement du Plan Azur, la station balnéaire « SAÏDIA » n’est que le début d’une aventure du tourisme balnéaire prometteuse pour la Méditerranée marocaine, la concrétisation de la rocade méditerranéenne, donnera encore plus de vigueur à notre ambition touristique.

Tout au long de notre présentation, nous allons essayer de répondre à un ensemble de questions à savoir : Comment s’est développé le Tourisme Balnéaire Mondial et Marocain ? Comment peut-on promouvoir une destination Balnéaire ? Comment le mix marketing appliqué au balnéaire est conçu ?

Notre présentation traite, dans un premier temps des généralités sur le Tourisme Balnéaire International et Marocain, le comportement des touristes vis-à-vis des produits balnéaires, le mix marketing du Tourisme Balnéaire et dans un deuxième temps, une étude de cas sur la station balnéaire « MEDITERRANIA SAÏDIA ».


  1. LE TOURISME BALNÉAIRE INTERNATIONAL



1. Histoire du développement du tourisme mondial :

Le mot « tour » (du verbe tourner) signifie, entre autres, la promenade, le voyage et circonférence de lieu. Au XVIe siècle, il a été emprunté par la langue anglaise, au sens du voyage circulaire ; dans cette même langue, vers 1800 est apparu le mot tourist (1803) emprunté par le français sous la forme de touriste qui a lui-même donné tourism1.

Si on entend le tourisme comme le fait de voyager pour d’autres raisons que la nécessité vitale (ou la guerre), alors nous pouvons remonter plus loin dans le temps pour constater que les praticiens Romains visitaient la Grèce antique, et le livre « la description de la Grèce » datant de 150 ans après J.C., décrit les lieux à visiter de Delphes à Olympie en passant par Athènes. Ainsi, en 1580, l’écrivain français Jean Michel de MONTAIGNE se rendait à Rome pour des missions diplomatiques et religieuses.

A partir de la fin du XVIIème siècle la noblesse voyagera peu sauf pour se rendre à la Cour, ou plus rarement, pour visiter les antiquités romaines. Alors que c’est au cours du XVIIIème siècle où le tourisme de loisirs fera son apparition.
Mais l’année 1936 – la date des congés payés – sera plus marquante dans l’histoire du tourisme qui va devenir plus démocratique. Cet événement aura ouvert la porte à un plus grand nombre de touristes de voyager et de profiter des destinations monopolisées par une certaines classe sociale aisée, pour que l’année 1946 soit la date départ de ce qu’on appelle aujourd’hui l’industrie touristique.

Cette industrie touristique a été favorisée par plusieurs facteurs ; à savoir :
a. La sécurité : bien longtemps, il y avait la menace des pirates dans les voyages en mer Méditerranée et les attaques de brigands en route, mais avec l’extension des pouvoir des États (en Europe et aux USA) vers les régions périphériques de leurs territoires, la sécurité commence à régner et a favorisé les voyages des touristes ;

b. La rapidité des moyens de transport : On a constaté un grand développement au niveau des moyens de transport, où la calèche est devenue un T.G.V, les trains et les avions sont devenus de plus en plus rapides et performants. Cependant, la voiture reste quand même le moyen de transport privilégié pour les petits voyages ;
c. Le confort du voyage : vers la fin du XIXe siècle, le grand luxe va faire son apparition au niveau des voyages en bateau et en train. Les occupants de la 1ère classe très coûteuse vivaient dans le luxe, alors que les émigrants occupaient les classes inférieures des moyens de transport ;
d. L’accessibilité (côté financier) : Les congés payés permettent à une large partie de la population de voyager. La baisse des prix du transport aérien (low-cost) ont favorisé aussi ces voyages des touristes ;
e. Les informations fiables : Les premiers guides touristiques en français datent du XVIème siècle. Actuellement les gens se réfèrent à des ouvrages tels que “Le Guide du Routard” ou “Le Guide Michelin” ce qui a facilité les promenades des touristes lors de leurs voyages;
f. L’intervention des institutions touristiques : qui ont pour but la labelisation et l’attribution des étoiles, ce qui a permis le développement de la notion de qualité de service ;
g. L’organisation : Le développement de l’organisation des voyages et des séjours, la bonne gestion des groupes et la proposition de produits originaux et intéressants par des agences de voyage. En effet, l’Anglais Thomas COOK fut le premier à entrevoir qu’il ne suffit pas d’utiliser des moyens de transport sophistiqués pour développer les voyages, il comprit qu’il fallait les organiser davantage en informant ses clients et ajoutant des services d’hébergement et d’animation, et c’est à partir de cette idée vont se créer d’autres pour la promotion des programmes de voyages.


  1. Développement du Tourisme Balnéaire International:


Le tourisme balnéaire est la première forme du tourisme dans le monde. M. Jalil Bennabès-Taarji, président de la Fédération Nationale du Tourisme (FNT) confirme que « Le marché international du tourisme est prédominé à hauteur de 80% par la destination balnéaire »2. Ainsi, chaque été, 130 millions de personnes visitent les littoraux du sud de l’Europe et des dizaines de millions des Nord-Américains se pressent vers la Floride, Carolines et la Californie. Dans le Tiers-Monde, une grande partie des séjours se déroule aussi dans les stations balnéaires, les régions intérieures sont parcourues dans des brefs circuits organisés. Ainsi, on peut constater cette importance du balnéaire comme suit :
Sur les littoraux mondiaux :

Selon l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) 3% des côtes mondiales sont occupées par 90 % des touristes. Cela s’explique par l’importance des côtes sans vocation touristique dans le monde, comme par exemple en Antarctique. De ce fait la concentration des populations sur les côtes touristiquement exploitables est aujourd’hui multipliée par 2.

Sur le littoral Méditerranéen :

Le littoral Méditerranéen est le premier littoral touristique mondial, avec 400 millions de touristes, soit près du tiers des touristes dans le monde. Pour autant la répartition de ces touristes sur le littoral méditerranéen est très disparate : 90 % d’entre eux se trouve en réalité sur 10 % du littoral. Le nord concentre plus de 300 millions de touristes alors que le sud et l’est du Maroc jusqu’à la Turquie n’en attirent que 70 à 80 millions. Ces déséquilibres ne sont cependant pas spécifiques à la Méditerranée et peuvent se retrouver ailleurs dans le monde. Dans ce sens, les séjours balnéaires concentrent la majorité des hébergements touristiques : 90% au Portugal, 85% au Mexique, 80% en Tunisie, plus de deux tiers en Italie, etc.3

Le produit touristique balnéaire a évolué au fil du temps. Le charme des sites, le climat et la qualité de l’hébergement ont constitué les éléments initiaux du tourisme balnéaire élitiste.
Au XIXème siècle, on constate le développement des stations balnéaires, comme Ostende ou la Côte d’Azur en France, on y allait surtout pour éviter la froideur de l’hiver et profiter de la douceur du climat, et vers les années 1950, on assiste au développement des stations balnéaires estivales comme en Espagne ou en France.
La démocratisation des flux va participer, aussi, dans l’extension de la fréquentation à de nouveaux littoraux et l’offre annexe – équipements culturel, sportifs, manifestations récréatives– tient aujourd’hui une place importante dans les critères de choix. Les littoraux moins avantagés par le cadre climatique jouent sur ces éléments et une moindre saturation pour attirer la clientèle. C’est ainsi qu’une station comme Blackpool, sur la mer d’Irlande, mise sur ses salles de jeu pour drainer une clientèle populaire, il en est de même pour quelques stations en France comme la station de la côte d’Opale ou de Normandie.
Alors que la vogue du nautisme a conduit à la création des ports de plaisance, on le constate dans les grands ports traditionnels, où le trafic marchand a délaissé les vieux sites pour des installations modernes, les anciens bassins sont devenus des ports de plaisance.


  1. Les Produits du Tourisme Balnéaire International :

Afin de positionner le tourisme balnéaire Marocain dans le marché balnéaire international, on doit étudier les offres des produits balnéaires de quelques pays du bassin Méditerranéen, à savoir, la France, l’Espagne et la Tunisie.


  1. Le produit touristique balnéaire Français (Sables d’Olonne) :

En France, la côte d’Azur s’est forgée une importante renommée touristique. Elle a vu se développer une succession de cycles touristiques, de l’apparition des casinos au développement du tourisme balnéaire de masse. Cette évolution est aujourd'hui repérable dans l'architecture et l'aménagement du territoire. En France, le tourisme balnéaire est apparu en 1825 avec les premiers établissements de bain sur la ville des Sables d’Olonne qui va devenir par la suite station balnéaire.

Grâce à ses plages et à ses ports, la ville exploite depuis le 19e siècle un fort potentiel touristique qui engendre une activité marquée par une forte saisonnalité. En 1900, on comptait 35 hôtels à proximité du remblai et les particuliers ont vite vu l'intérêt de louer tout ou partie de leurs maisons en été. Sur le territoire de la commune, on trouve 3 supermarchés, 3 marchés couverts et de nombreux magasins spécialisés. Les principales zones commerciales sont le Centre, le Remblai et le quartier Arago. Les communes limitrophes exercent une forte attraction commerciale grâce à leurs centres commerciaux constitués autours d'hypermarchés.

Grâce au tourisme et à la présence d'une population importante même hors saison, la ville dispose de nombreux restaurants et bars ouverts toute l'année. Les Sables-d'Olonne est une ville tournée vers la mer. Une situation stratégique qui explique le dynamisme de ses trois ports.

  1. Le produit touristique balnéaire Espagnol (La Costa Del Sol) :

L'Espagne est un pays baigné à l'est et au sud par la Mer Méditerranée et au nord par l'Océan Atlantique. Elle possède près de 4800 km de côtes tantôt rocheuses, tantôt sablonneuses.

Le littoral andalou s'étend sur 900 km, allant de la Costa de Almeria à la Costa de la Luz, en passant par la Costa Tropical et la Costa del Sol.

Avec son climat tempéré, la Costa del Sol fait partie des côtes espagnoles les plus touristiques. Chaque année, des millions de touristes affluent sur la côte du soleil pour profiter du tourisme balnéaire. A elle seule, la Costa del Sol comprend 300 km de côtes avec de nombreuses stations balnéaires dont les plus célèbres sont Nerja, Málaga, Marbella, Ronda... La Costa de Almeria et la Costa Tropical possèdent elles aussi de nombreuses stations balnéaires orientées vers la Méditerranée.

  1. Le produit touristique balnéaire Tunisien :

Beaucoup de touristes se rendent dans ce beau pays pour découvrir le Sahara Tunisien et ses oasis, mais la Tunisie est également réputée pour son tourisme balnéaire.

Située sur la Méditerranée, la Tunisie possède plus de 1250 km de côtes avec de nombreuses stations balnéaires, dont les plus célèbres sont Tabarka, Sousse, Hammamet, et Djerba...

La plupart des belles plages du pays se situent dans le Nord, près de Tabarka, Ghar el-Meh et Bizerte. Non loin de là se trouve le village reculé de Sidi Bou Saïd qui offre un magnifique panorama sur la mer. Ce village authentique séduit par le charme de ses ruelles, de ses façades blanches et de ses portes bleues.

Il y a d'autres stations balnéaires hautement touristiques aux alentours de Hammamet et Nabeul.

Par rapport à ces destinations concurrentes limitrophes, le Maroc demeure donc une destination qui a toutes ses chances, abstraction faite de la saison. « À Marbella ou Costa Del Sol en Espagne, il gèle pratiquement en hiver », informe Brigitte Raguigue Directrice Marketing et Commerciale de Atlas Voyage. Quant à la Tunisie, elle est réputée selon le Président de la FNT pour être une destination d’été par excellence4. Ceci ne fait que conforter le produit balnéaire marocain.


  1. LE TOURISME BALNÉAIRE MAROCAIN



  1. Histoire du développement du tourisme au Maroc :

Avant d’étudier la prestation marocaine en tourisme balnéaire, il est judicieux de connaître le développement du tourisme national jusqu’au choix du balnéaire comme priorité d’évolution.

Les premiers plans de développement touristique au Maroc sont dus au général Lyautey, ils visent «à offrir un endroit de repos pour les Français et les touristes fortunés. C’est ainsi que les investissements étaient orientés vers la construction d’hôtels de luxe afin de mieux répondre aux exigences des voyageurs » (Stafford, 1996, p.34).

Les autorités du Protectorat créèrent en 1918 un Comité Central du Tourisme dont la mission consistait à «étudier toutes les questions se rapportant au tourisme, tant à l’intérieur du Maroc, qu’entre le Maroc et l’extérieur, de rechercher tous les moyens propres à le développer, de suggérer toutes les mesures tendant à améliorer les conditions de transport, de circulation et de séjour des touristes» (Stafford, 1996, p.34).

En 1937 ce comité fut remplacé par le Comité Chérifien du Tourisme « chargé principalement de la création, de la gestion et du contrôle des organismes d’accueil et de renseignements touristiques et de la préservation des monuments historiques [...] » (Stafford, op.cit.).

En 1955 le Maroc possédait 256 hôtels pour un total de 7.677 chambres. A cette époque le type de tourisme le plus pratiqué était un « tourisme itinérant et basé sur des circuits privés qui étaient soit préparés par des agences de voyages locales, soit le fait des agences de la métropole, soit le plus souvent réalisés individuellement par des voyageurs. Les voyages pénétraient loin dans le Sud vers le Tafilalet, le long des oasis du Dra avec en plus visites aux anciennes capitales Fès, Mekhnès et Marrakech et la montagne n'était pas absente dans les affiches publicitaires. À cela il faut ajouter les croisières qui, à partir des villes côtières, effectuaient parfois des incursions dans l'intérieur. Le tourisme de séjour se limitait à une clientèle aisée et peu nombreuse, constituée par des hommes d'affaires et des croisiéristes aux séjours très courts à Casablanca, Mohammedia, Marrakech et Tanger» (Berriane, 2002).

A cette époque, le tourisme balnéaire apparaît mais il demeura limité à quelques petites stations limitrophes des plaines occupées par les colons (Moulay Bouselham et Oualidia) ou à proximité des grandes capitales (les plages au sud de Rabat ou au Nord de Mohammedia et qui gardent encore des noms héritées de l'époque : Sable d'or, Val d'or, Manesmann, etc. Ces stations très simples dans leurs aménagements (cabanons en bois) répondaient à un besoin interne et non à celui du tourisme international.

Après l’indépendance, il faut attendre 1965 pour que le Maroc fasse son entrée sur le marché du tourisme international à travers une politique d’investissements massifs de l’état dans ce secteur (plan triennal 1965-1967). Le Ministère du Tourisme, mis en place par le régime, développe des Zones d’Aménagement Prioritaires (ZAP) qui font l’objet de plans d’aménagement touristique de grande ampleur. Outre la station balnéaire d’Agadir, les ZAP concernent aussi les villes impériales : Marrakech, Rabat, Fès et Mekhnès.

Le plan quinquennal de 1968-1972 conserva les mêmes priorités de développement touristique tout en développant des équipements hôteliers de catégorie moyenne de façon à répondre à la diffusion du tourisme de masse.

Les investissements étatiques dans le domaine du tourisme enregistrèrent une baisse sensible dans le domaine du Tourisme durant la période 1970-1990. Ils furent, en partie, relayés par les investissements du secteur privé.

Actuellement, Avec un objectif de 10 millions de touristes internationaux à l’horizon 2010, le Maroc table principalement sur le développement du tourisme balnéaire tout en optant pour les nouvelles méthodes de gestion (exemple : le marketing et communication commerciale appliqués au tourisme balnéaire), la création de six stations littorales (Mazagan, Taghazout, Mogador, Lixus et Plage-Blanche pour l'océan Atlantique, Saidia pour la Méditerranée), la rénovation des villes existantes et la libéralisation du transport aérien (Open Sky).

Le bilan global de cette politique, en termes d’arrivées de touristes aux postes frontières, de nuitées dans les établissements classés, de capacité d'hébergement, de taux d'occupation des chambres et de recettes voyages est illustré par le tableau suivant:



Tableau 1 : Bilan global de la vision 2010 réalisé en 2007 5

C’est ainsi que nous pouvons élaborer une analyse décrivant les forces, faiblesses, menaces et opportunités du tourisme Marocain ; vecteur du développement économique :

Forces du tourisme Marocain

Faiblesses du tourisme Marocain

- Le tourisme marocain a comme avantage primordial son indépendance des aléas climatiques et saisonniers ;

· Une proximité de l'Europe, la première force exportatrice de touristes pour le Maroc ;

· Un mixage entre une culture orientale et une modernité occidentale ;

· Produits traditionnels et artisanaux d'une diversité splendide ;

· Le Maroc dispose plus de 3.000.000 d'ambassadeurs à l'étranger (Marocains résidents à l'étranger) ;

· Une diversité des prestations proposées par le Maroc : Balnéaire, Ecotourisme, Culturel, Affaires ... ;

· Une sécurité et une stabilité politique…


Tourisme concentré en Europe qui néglige en quelques sortes les autres pays ou régions ;

· Une Communication très fœtale et des publicités insuffisantes ;

· Un secteur en évolution mais qui nécessite encore du professionnalisme ;

· Une infrastructure obsolète ;

· Un service qui atteint à peine le minimum requis ;

· Une pauvreté très pesante ;

· Programmes de vacances pas très développées ou qui ne correspondent pas à la demande moderne des consommateurs…


Opportunités du tourisme Marocain

Menaces du tourisme Marocain

· Marché en expansion ;

· La Maroc dispose encore d'un potentiel à exploiter (Désert, Plages vierges) ;

· Une tendance mondiale ;

· Le développement du E-commerce ;

· Grand intérêt pour les voyages offrant une expérience nouvelle plutôt qu'une destination spécifique ;

· Touristes du troisième âge très actif, disposant de revenus assez élevés et ayant plus de temps libre et une grande autonomie de voyages…

· Une concurrence rude de la part de l'Egypte, la Tunisie et la Turquie ;

· Terrorisme, attentats et insécurité ;

· Préférences aux voyages domestiques et intra régionaux ;

· Ralentissement de l'activité touristique mondiale ;

· Augmentation du tourisme domestique sous la forme de voyages en camping car ;

· Les touristes ont une tendance à dépenser moins lors de leurs séjours…
  1   2   3   4   5   6

similaire:

Cours marocain iconLa Mission a réalisé avec succès tous les objectifs fixés dans le Plan d’Action pour le mandat
«identité d'un front», du réalisateur marocain Hassan El Bouharrouti -13 mars 2014

Cours marocain iconCours de croquis en cours du soir aux Beaux-Arts de Tournai

Cours marocain iconCours n°2 L’hematopoiese
Vous avez 6 cours magistraux, à connaitre avant les séances d’app. En ce concerne les cours, IL y a une séance de révision à la fin...

Cours marocain iconCours de mme tenenbaum
«bis». IL n’y aura pas de résumé ou topo du cours présenté par le(a) chargé(e) de td au début de chaque séance. Le cours doit donc...

Cours marocain iconCours 1 : Les composantes d’un si objectif du cours

Cours marocain iconCours 1 : Les composantes d’un si objectif du cours

Cours marocain iconCours de Maintenance informatique plan du cours

Cours marocain iconCours d'espagnol avec des professeurs hautement qualifiés. Des cours...

Cours marocain iconCours Cours d’anglais professionnel

Cours marocain iconCours de français à Alliance française de Dnipropetrovsk, cours privés...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com