Historien 10 rue des Armuriers 4000 Liège L’architecture art nouveau à Liège. Entre innovation et soumission à la mode L’apparition de l’art nouveau à Liège








télécharger 85.01 Kb.
titreHistorien 10 rue des Armuriers 4000 Liège L’architecture art nouveau à Liège. Entre innovation et soumission à la mode L’apparition de l’art nouveau à Liège
page1/2
date de publication24.10.2016
taille85.01 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2
Sébastien Charlier



Historien

10 rue des Armuriers

4000 Liège


L’architecture art nouveau à Liège. Entre innovation et soumission à la mode


L’apparition de l’art nouveau à Liège


Si l’apparition de l’art nouveau à Liège est postérieure à celle de Bruxelles, elle n’en reste pas moins précoce par rapport aux autres grandes villes belges comme Charleroi ou Gand. En effet, c’est en 1896 soit trois ans seulement après l’Hôtel Tassel que Paul Jaspar (1859-1945) réalise rue Lambert-le-Bègue son premier bâtiment en modern style. Auguste Bénard (1853-1907) demande à Paul Jaspar la construction d’une maison à côté de ses ateliers d’imprimerie. L’architecte édifie une habitation de quatre niveaux dont le style rappelle celui de son beau-frère Paul Hankar (1859–1901). La bretèche, en bois, est supportée par deux consoles en pierre bleue suivant une ligne typique de l’art nouveau. Le prolongement de la bretèche par des montants en bois jusqu’à la corniche fait en effet penser à la maison que l’architecte bruxellois s’était construite rue Defacqz (1893). Cependant, Paul Jaspar ne reprend pas la polychromie des matériaux chère à l’architecte bruxellois. Il préfère faire dialoguer trois matériaux que sont la pierre bleue, le grès et la brique. La forme ogivale de ce qui était la porte cochère et menait à l’imprimerie (actuellement un garage) est une caractéristique que Paul Jaspar va reproduire fréquemment dans ses futures constructions et qui inspirera de nombreux architectes liégeois comme Victor Rogister (1874–1955) et Joseph Nusbaum (1876–1950). Nous savons qu’un sgraffite représentant une femme dans un paysage rural se trouvait sur la façade au-dessus de la porte cochère. Malheureusement, il a aujourd’hui disparu. À ce moment et jusque 1900, l’art nouveau liégeois est encore un style attaché à une bourgeoisie éclairée et attachée à la modernité. Il n’est d’ailleurs pas étonnant de constater que la seconde maison particulière art nouveau (fig. 1) fut réalisée pour un autre imprimeur, Charles Desoer ( ?). Ce dernier charge en effet Charles Castermans (?) de réaliser une bâtisse sur le quai de Fragnée (actuellement quai de Rome). On ressent clairement l’influence bruxelloise dans la façade. On retrouve, sculpté dans la pierre, le coup de fouet typique de Victor Horta (1861–1947). La façade est asymétrique et va donc à l’encontre de l’agencement spatial traditionnel dans la maison particulière.
Liège et la mode art nouveau
À partir de 1900, l’Art Nouveau rentre dans les mœurs de l’ensemble de la population.

Une grosse partie des commanditaires appartient à la petite bourgeoisie (négociants, coiffeur…). Le choix des petits bourgeois pour ce style nouveau répond non seulement à une volonté de se rattacher à un art annonçant un siècle nouveau riche en espérances mais aussi à un besoin d’affirmation et de reconnaissance. En effet, cette nouvelle classe sociale issue de la révolution industrielle va progressivement s’organiser de manière efficace. Mais jusqu’à la fin du XIXe siècle, le petit commerce et la petite industrie sont relativement peu organisés sur le plan de la défense de leurs intérêts professionnels et économiques. C’est donc seulement au cours du dernier quart du XIXe siècle que vont se constituer une trentaine d’organisations visant la protection de groupes professionnels déterminés (1). Cette affirmation sociale et politique est accompagnée d’une volonté de participer au mouvement de renouveau architectural. Le nouveau rapport maison-rue qui en découle est fort intéressant. En effet, l’édifice art nouveau devient un acte fort de présence dans le paysage urbain. Le commanditaire par le choix d’un style nouveau lance son adieu au siècle qui l’a enfanté et affirme sa confiance dans le siècle qui commence.

En construisant, d’une part, il remplit un espace vide, d’autre part, il influe sur l’image globale de la rue et même de la ville. Malheureusement, on en arrive parfois à des exagérations de style qui sont la triste dérive de cette volonté de se mettre en avant. S’installe ainsi une compétition dans laquelle chacun tente d’être le plus astucieux et celui que l’on remarque en premier dans la rue. C’est en ce sens qu’il faut parler de mode art nouveau. Il n’y a ici plus de véritables réflexions sur le besoin de rationalité de l’architecture. Le chemin tracé par les grands théoriciens bruxellois s’est corrompu en d’amères copies qui n’ont d’art nouveau que la forme. Les travers de l’éclectisme refont leur apparition au détriment de la structure.

Un autre élément témoignant de cette mode art nouveau est l’utilisation de cette nouvelle forme dans l’architecture commerciale. Le développement des grands magasins va permettre à l’architecte de s’exprimer dans des programmes tout à fait révolutionnaires. Pour la première fois, un bâtiment est pensé et conçu spécialement pour abriter une grande industrie du négoce. L’architecte va pouvoir mettre à l’essai dans l’architecture commerciale de nouveaux matériaux comme le béton et le fer. Mais sa ligne de conduite sera définie par deux concepts très stricts : la fonction et l’esthétique (2).

La fonction


Le bâtiment doit permettre l’exposition du plus grand nombre de produits mais doit aussi prévoir des accès suffisamment larges pour permettre au maximum de clients d’apprécier les objets mis en vente.

L’utilisation du fer dans les grands magasins permet de diminuer les points d’appuis de l’ossature et ainsi de libérer de l’espace pour l’exposition des produits tandis que le verre permet une meilleure illumination du magasin et une mise en valeur de qualité des objets mis en vente. Le client prend donc plaisir à se rendre dans ces magasins. Le cadre y est agréable. On profite de la lumière naturelle tout en étant protégé des désagréments climatiques.

De plus, ces grands magasins concentrent de nombreux produits dans un espace restreint et évitent aux clients de perdre du temps en se rendant chez différents détaillants. Le grand magasin peut donc être considéré comme l’ancêtre de la galerie commerçante. D’une fréquentation assez bourgeoise, il offre au client un calme et une harmonie sociale propices à la consommation. Le “ bazar ” est une cathédrale bourgeoise de fer et de verre vouée à la sainte consommation. Les déambulatoires longent les différents étalages qui, par leurs éléments décoratifs et les plantes tropicales qui les entourent, participent à l’émerveillement du client.

L’esthétique


Les grands magasins constituent tout d’abord des points de repère dans l’environnement urbain. C’est une architecture d’allure verticale qui permet d’augmenter la surface d’exposition et qui s’impose aussi comme monument repérable de loin. Le bâtiment doit se démarquer des autres par sa monumentalité et sa décoration dans le goût du temps.

On peut dire qu’avec la construction de “ l’Innovation ” (Victor Horta 1902), du “ Grand Bazar ” du Boulevard Anspach (Victor Horta 1903) et de “ l’Old England ” (Paul Saintenoy 1899), on trouve une preuve rationnelle qui impose l’idée de mode dans une question aussi difficile que celle du goût populaire.

On peut penser en effet que depuis l’éloge populaire fait à la Maison du Peuple de Horta, l’art nouveau est devenu une forme artistique de plus en plus appréciée. L’esthétique art nouveau plaît à son époque. Les grands magasins s’en rendent compte et se rallient à ce mouvement afin de flatter le passant.

De nombreux bâtiments publics liégeois vont suivre cette logique :
Les galeries liégeoises (1905) (fig. 2)

Comptant parmi les œuvres maîtresses de Paul Jaspar, ce bâtiment commandé par Paul Ollier (négociant) constitue une pièce intéressante de l’architecture commerciale. Paul Ollier espère, comme beaucoup d’autres négociants, profiter de l’exposition universelle de 1905 qui doit attirer une foule de clients. L’installation du magasin à l’angle de la rue Pont d’Avroy et du boulevard d’Avroy semble idéale. En effet, la rue Pont d’Avroy s’impose comme une des entrées principales de la cité commerçante et le boulevard est le lieu de flânerie à la mode. Cette maison de commerce est ainsi construite en 1905. Elle mesure 25 mètres depuis la base de sa fondation jusqu’au sommet avec sept étages, sous-sol compris. Sa superficie est de 416 mètres carrés. L’idée de verticalité se retrouve dans ce bâtiment. L’arc en ogive qui traverse la façade donne une impression de dynamisme et d’élévation verticale. De plus, cette originalité de l’arc en ogive lui donne un caractère monumental qui accroche le regard. Édifié en sept mois, ce bâtiment est une des meilleures réalisations de la tendance moderniste de Paul Jaspar.
La salle Royale “ La Renommée ” (1903) (fig. 3)

Fin de l’année 1903, la Société anonyme “ Salle royale de la Renommée ” reçoit l’autorisation de construire une salle de spectacle élaborée par Paul Jaspar. Les travaux comprennent : une salle de spectacle avec galeries et escaliers, des foyers, un théâtre, une salle des machines, une cave et des accessoires. D’une superficie totale de 3000 mètres carrés (3), elle fut construite principalement en béton. Une partie de la toiture forme une terrasse accessible au public. Trois grandes coupoles couvrent un espace de 16, 8 mètres de portée. Elles sont soutenues par des arcs en plein cintre dont les extrémités se rejoignent pour former des piliers décorés de motifs art nouveau. Les galeries (5,40 mètres de largeur (4)) ont un second niveau accessible par deux escaliers (2,50 mètres de large (5)). La salle de spectacle peut quant à elle accueillir 1200 (6) personnes. Un espace d’une superficie de 162 mètres carré (7), formant une estrade dans le fond de la salle, est réservé au restaurant. La décoration intérieure fut confiée à Pierre et Fils qui la réalisent en 65 jours. Les coupoles sont ornées de rayons de soleil stylisés. La façade, du côté de la rue Laport, mesure 90 mètres de long et une hauteur de douze mètres à la corniche. Elle est percée de trois grandes baies (15,90 mètres de diamètre et 8,90 mètres de hauteur (8)) vitrées surmontées d’un arc en plein cintre permettant une illumination optimale. L’entrée monumentale est surmontée de deux renommées reproduites, en outre, dans les espaces entre les arcs en plein cintre. Celles-ci sont l’œuvre du sculpteur Oscar Berchmans. La lecture de l’article publié dans l’Express du mardi 7 juin 1904 est intéressante car elle montre que l’art nouveau est apprécié et est un style à la mode.

“ Grâce au talent éclairé de M. l’architecte P. Jaspar vient de surgir rue Laport un type de construction tout nouveau pour nous et dont l’audace de conception n’est pas moindre que le souci constant d’élégance qui préside à sa réalisation.[…]

Et nous avons eu la curiosité de monter sur la toiture de l’édifice, à quinze mètres de hauteur. La vue est superbe ; vers les coteaux de Vivegnis, la Meuse et le Pays de Herve. Cette toiture d’où surgissent, monstrueux, le faîte des trois dômes, sera transformée en jardins, tels ceux qui furent suspendus au dessus de Babylone, et l’on pourra y venir y prendre le frai et y rêver aux étoiles ” (8).
Les bains permanent Grétry (1907) (fig. 4)

En 1907, la Société anonyme des bains permanents Grétry charge Jules Lamy ( ?) et Paul Ledent ( ?) de la réalisation d’une piscine sur le terrain de l’ancien Théâtre communal wallon (en face de la statue de Charlemagne près de la rue des Augustins). Il s’agissait d’établissements de bains et lavoirs, d’hydrothérapie et de mécanothérapie. Le bâtiment occupait une superficie de 3550 mètres carrés. La façade est assez étroite (8 mètres) et est élevée sur trois niveaux. Elle est en pierres de taille et en briques blanches émaillées (9). L’entrée est gardée par deux piédroits en pierre de taille décorés d’une sculpture. L’une représentant peut-être Neptune (Dieu de la mer) et l’autre une déesse. Le garde-corps du premier étage dessine des mouvements de vagues. Les éléments décoratifs indiquent ainsi la fonction du bâtiment. Le dernier étage est surmonté d’un fer forgé monumental sur lequel apparaît le mot “ Bains ”.

Lorsque l’on pénètre dans le bâtiment, nous rentrons dans le vestibule à partir duquel partent deux couloirs complètement séparés. Celui de droite mène à la partie réservée aux hommes et celui de gauche est réservé aux femmes. Entre ces deux couloirs, on trouve les guichets, une parfumerie et la lingerie. Près du couloir des hommes sont installés un salon de manucure et pédicure, deux salons de coiffure et en face les douches à bon marché pour hommes. Cet établissement avait une certaine portée sociale car il tentait de rendre accessible à tous les soins du corps liés à l’eau. “ Une douche se paie 15 centimes, 20 centimes avec le linge. C’est le bain à bon compte et expéditif de l’étudiant, de l’ouvrier, de l’employé et du…boursier, qui n’a que dix minutes à consacrer pour se décaper la peau ” (10) .

Les deux piscines, séparées pour les hommes et les femmes, sont de la même configuration mais celle des hommes est plus grande. La piscine des hommes est agrémentée d’un restaurant de 250 mètres carrés entièrement ouvert sur la piscine. L’extrémité des bassins est décorée par une fontaine représentant un géant qui crachant de l’eau. Les halls qui abritent les piscines mesurent 40 mètres de long, 22 mètres de large et 14 mètres de haut. Par sa grande structure en verre qui fait office de toit, l’intérieur du bâtiment fait penser au “ Grand Bazar ” rénové. Mais ici, le toit n’est pas décoré de petits vitraux.

La piscine est entourée de cent cabines fermées (50 au rez-de-chaussée et 50 au premier étage). Le rez-de-chaussée est surmonté d’une galerie où les garde-corps suivent une ligne ondulatoire en référence à l’eau. Ces galeries sont supportées par des têtes de poisson sculptées. Le confort fonctionnel est ainsi associé au confort esthétique. Au premier étage, on trouve les bains de première classe. Les cabines sont vastes et luxueuses, toutes tapissées de carreaux émaillés. C’est aussi à cet étage que sont installés les bains turcs et russes ainsi que les salles de massage. Les masseurs et masseuses ont été appelés de l’étranger et sont spécialement diplômés pour leur fonction. Au second étage se situent les deux salles de gymnastique et d’escrime. Les toits sont plats, en béton armé. On y accède de plain-pied par le palier du deuxième étage. L’espace qui s’y trouve sera utilisé pour les bains de soleil, les exercices de tir et les jeux de quilles. Dans les caves sont installées les chaudières et les pompes permettant l’alimentation de la piscine. Les bains ouvrirent leurs portes en 1907.

“ L’impression que l’on éprouve en entrant aux Bains Grétry est une impression agréable qui se traduit tout naturellement par le désir de plonger dans la belle nappe d’eau, agitée par de petites vagues comme celles d’une mer calme sous un beau ciel serein ” (11) .

Peut-être trop grand ou trop luxueux, le bâtiment dut bientôt fermer ses portes. En 1914, la société fut mise en faillite. L’immeuble sera ensuite utilisé par les Allemands jusqu’en 1918 et en partie détruit.
Le Palais des Sports (1912) (fig. 5)

La construction du Palais des Sports commence en 1912 (12) suivant les plans de Edgard Thibeau ( ?). Il fut établi sur l’ancien Hôtel de Laminne. Cet édifice doit abriter une piste de patinage mais aussi des habitations. La façade est ponctuée de deux tours égayées de nombreux éléments décoratifs (pinacles sculptés, cercles,…). Le verre est le matériau prédominant et permet une bonne illumination de la salle des sports. L’entrée principale est surmontée de deux petits angelots qui soutiennent un balcon bardé d’un garde-corps art nouveau. L’annexe de droite est percée de baies traversées par des châssis où l’on retrouve le thème du cercle. L’entrée devait, à l’origine, être protégée par une marquise à laquelle l’architecte renoncera ensuite.
Le Palmengarten Vénitien (fig. 6)

Ce projet constitue sans aucun doute une des réalisations art nouveau les plus abouties de Joseph Bottin ( ?). Dessinée en 1909 pour G. Dufour mais jamais réalisée, la nouvelle salle du “ Café Vénitien ” impressionne par son caractère monumental.

Le verre, le fer et la pierre constituent les matériaux principaux. Élevées sur deux étages, les baies vitrées occupent la majorité de la façade et permettent une illumination maximale des espaces intérieurs. L’entrée monumentale est entourée de deux petites portes protégées par un auvent de verre et de fer. D’une hauteur totale de plus ou moins neuf mètres, la façade est surmontée d’une sorte de tour de six mètres cinquante. Les motifs sculptés dans la pierre ou forgés dans le métal rappellent l’architecture moderne de la Sécession viennoise.
Ce petit parcours parmi les bâtiments publics modernes nous pousse à penser que l’architecture art nouveau à Liège ne fut pas un simple mouvement architectural recopiant les modèles bruxellois de Horta. Au contraire, certains architectes ont réussi soit par l’utilisation de nouveaux matériaux (Paul Jaspar et ses “ Galeries liégeoises et “ La Renommée ”) soit par l’adoption de vocabulaire emprunté à la sécession viennoise (Joseph Bottin et Edgard Thibeau) à donner au style 1900 liégeois un caractère original.

D’autres bâtiments commerciaux art nouveau furent encore réalisés à Liège : le “ Grand Bazar ” (Arthur Snyers, Jules Lamy et François Hens en 1904) ainsi qu’une multitude de vitrines dans le style 1900.

L’art nouveau pour tous
Fin de l’année 1909 (13,14), la Ville de Liège accorde à la Société “ Le logement ouvrier ” l’autorisation de bâtir un vaste immeuble à logements multiples dessiné par l’architecte Edgard Thibeau. Ce bâtiment est le fruit d’une longue réflexion sur le logement ouvrier qui se développe dans la seconde moitié du XIXe siècle. Il s’agit de rendre à l’ouvrier une habitation décente. Le logement ouvrier devra dorénavant comporter plusieurs chambres qui sépareront les enfants des parents : “ Quant à la distribution intérieure, tout en répondant aux besoins ordinaires d’une famille, elle doit être aussi simple que possible […]. Ce qui importe le plus évidemment, c’est de disposer les pièces à l’intérieur de façon à ce que les parents et les enfants puissent loger séparément ” (15).

Le concept bourgeois de la famille jouera un rôle dans l’organisation de l’espace. Non seulement elles doivent être séparées selon les générations mais en plus elles doivent être séparées les unes des autres : “ Comment prévenir ces fâcheuses rencontres d’un grand nombre d’individus montant et descendant chaque jour les mêmes escaliers, parcourant les mêmes corridors ou bien s’apercevant à la porte des cabinets malheureusement communs […] ” (16). L’architecte doit donc réfléchir à une organisation spatiale permettant aux familles de rentrer chez elles en côtoyant le moins de personnes possibles. Les couloirs, les escaliers, les portes principales doivent être nombreux. L’architecte est donc confronté à un programme tout à fait nouveau dans l’architecture de l’habitation. La fonction devient l’exigence majeure et prend le pas sur l’esthétique. Le concept de “ machine à habiter ” cher à Le Corbusier apparaît déjà à la fin du XIXe siècle.

L’architecture d’apparat est laissée de côté au profit d’une façade fonctionnelle et bon marché. Lorsque Gustave Serrurier-Bovy réalise la décoration des maisons ouvrières de Cointe en 1905, il déclare : “ Toutes choses doivent être disposées de telle sorte que leur emploi soit pratique et leur utilisation simple et rationnelle. Toute complication ou inutilité doit être écartée ” (17). Le bâtiment des rues De Berghes, Porte Grumsel et petite Bêche répond plus ou moins bien à l’exigence posée par Gustave Serrurier-Bovy. Néanmoins, certains éléments décoratifs sont présents sur la façade : points carrés, alternance de briques de différentes couleurs sous certaines fenêtres et pinacles sculptés. Certains linteaux sont en métal.

Si le bâtiment répond à des exigences liées à sa fonction, il doit aussi avoir une portée morale. Les pavés de céramique dictent des préceptes que l’ouvrier doit respecter. C’est ainsi que quatre groupes de pavés étaient apposés sur les angles du bâtiment. Voici les préceptes en partant du bas : Dieu-Patrie, Devoir-Travail, Hygiène-Economie et Concorde-Famille. Ces mots sont entourés de dessins de fleurs stylisées façon art nouveau. Par sa portée morale, cette architecture de Edgard Thibeau se rapproche de celle de l’architecte bruxellois Henri Jacobs (18) (1864–1935) : “ En édifiant ces écoles, l’Administration communale de Schaerbeek a voulu qu’elles servent non seulement à instruire, mais aussi à éduquer, à rendre les hommes meilleurs, à relever le niveau moral du peuple et à lui donner le goût du Bien et du Beau […] ” (19). C’est ainsi que dans certains exemples, l’art nouveau, qui voulait s’éloigner de l’architecture néogothique à cause se sa portée religieuse, propose à son tour des concepts moraux qui ne sont pas ceux de l’Eglise mais ceux de la bourgeoisie. Dans sa cité de l’Olivier (Schaerbeek 1903-1905), l’architecte appose sur les façades cette maxime qui fait penser à celles de Edgard Thibeau : “Sois actif, sois propre, sois économe ”(20). Ces concepts sont eux aussi très proches de ceux de Edgard Thibeau.


Les caractéristiques de l’Art Nouveau à Liège



Introduction
S’étant développé assez tard en province, l’art nouveau liégeois apparaît déjà comme un style et non plus comme un mouvement d’avant-garde. L’art nouveau devant, à l’origine, pallier aux limites de l’éclectisme, va progressivement s’adapter aux styles historiques. L’architecture éclectique est ainsi revitalisée par un style nouveau qu’elle va accorder avec le néogothique et le néoclassique. L’art nouveau n’est donc plus le produit d’un groupe d’artistes novateurs mais plutôt d’un large ensemble d’architectes qui s’adapte au marché et qui répond à une demande fortement influencée par la mode. Peu originale du point de vue architectonique, la majorité des réalisations liégeoises s’élève sur un plan classique où seule la façade reçoit toutes les attentions décoratives de l’architecte. La disposition des pièces reste classique, le système de cloisonnement provisoire et modulable inventé par Victor Horta dans l’Hôtel Van Eetvelde n’est repris par aucun des architectes liégeois. Le puits de lumière est assez rare et ne se retrouve que chez quelques architectes (Paul Comblen et Victor Rogister (21)).

La façade est donc le lieu d’expression principal de l’art nouveau liégeois. Si certaines d’entre elles sont de véritables résumés de l’histoire des styles architecturaux (Maison Meyers boulevard de l’Est), d’autres se dévouent entièrement au modernisme et rejettent toute référence aux styles anciens. L’art nouveau liégeois est donc enfanté par deux courants opposés qui vont se concilier dans cette architecture : la tradition et la modernité.
La permanence de la tradition et le style “ Vieux Liège ”
Si le fer et le verre, fruits des exigences nouvelles en matière d’habitation, sont largement employés dans l’art nouveau à Liège, d’autres matériaux plus traditionnels se retrouvent fréquemment dans les constructions liégeoises. Ces matériaux, largement utilisés dans l’architecture renaissante mosane, témoignent d’une double influence : la tradition architecturale mosane et l’enseignement de la polychromie par les matériaux de Paul Hankar. Ce sont surtout les moellons (souvent en grès) utilisés dans les soubassements qui marquent les influences de l’architecture régionale mosane et de l’architecte bruxellois. Cette façon de travailler s’est peut-être inspirée des écrits du théoricien et architecte liégeois Paul Jaspar qui lie le matériau de construction à l’endroit dans lequel elle s’élève : “ La Wallonie emploie beaucoup de moellons grossiers, en murs épais, la pierre de grand appareil est jetée à profusion […] Et celui qui conçoit doit penser à cette exécution, aux difficultés de cette exécution, aux habitudes, aux us et coutumes, aux méthodes de construire dans la localité où s’érigera son œuvre, aux matériaux employés, etc.… ” (22).

Le style “ Vieux Liège ” a aussi fortement influencé les architectes liégeois. Ce style proposait des formules architecturales s’inspirant des constructions médiévales ou renaissantes mais toujours avec les connotations régionales qui les caractérisaient. Les principales caractéristiques de ce style que nous retrouvons dans l’art nouveau liégeois sont :

  • Le soubassement en moellons

  • Les fenêtres à croisées : L’utilisation de ce type de fenestrage remonte déjà à la renaissance mosane et sera utilisé plus ou moins fréquemment selon les architectes. Paul Jaspar, Victor Rogister, Joseph Bottin, Maurice Devignee et surtout Joseph Nusbaum et Joseph Moosen reprendront cette formule.

  • L’imitation du pan de bois sera aussi utilisée surtout par Joseph Moosen et parfois par Joseph Nusbaum donnant ainsi un caractère traditionnel à leurs bâtiments.

Hubert Thuillier, architecte communal, va lui aussi prôner un respect des traditions locales dans l’art de bâtir. C’est ainsi qu’il écrit à propos de certains architectes : “ La plupart des bâtisses témoignent du plus mauvais goût, de la méconnaissance absolue des conditions du milieu, des règles de l’art, et surtout des principes préconisés plus haut : les traditions locales ”(23). Il énonce ensuite toute une série de conseils en vue d’éviter la laideur en architecture : “ En général, on risque toujours de produire la laideur si l’on ne fait pas un choix approprié dans les matériaux de la localité ou des environs. […] L’excès de fantaisie, le désir outré de l’originalité, l’imitation des styles étrangers sans rapport avec nos traditions, conduisent toujours à la laideur. […] L’inspiration puisée aux sources des anciennes constructions de la contrée conduit très souvent à la beauté ”(24). 

L’art nouveau liégeois est donc un mouvement qui ne peut être détaché de la tradition architecturale mosane voire… wallonne. “ S’il est Wallon, s’il construit en terre wallonne, son sentiment sera wallon, malgré lui ”(25).
L’influence bruxelloise
De nombreux architectes liégeois ont été influencés par l’architecture de Paul Hankar. Il est cependant très difficile de savoir si les liégeois se sont inspirés de l’architecte bruxellois ou de Paul Jaspar qui fut le premier à utiliser les caractéristiques de Paul Hankar.

  • L’arc brisé : il rappelle l’architecture orientale et est utilisé pour la première fois à Bruxelles par Paul Hankar en 1898 pour la maison Bartholomé (Avenue de Tervueren). Paul Jaspar, Victor Rogister, Arthur Snyers, Paul Ledent… utiliseront ce type d’arc pour les baies d’impostes et les fenêtres.

  • L’arc outrepassé : l’architecte bruxellois utilise ce type d’arc en 1897 pour l’Hôtel de la veuve Ciamberlani (rue Defacqz à Bruxelles). Il reprendra encore cette formule dans la décoration de l’exposition de Tervueren (26) en 1897. De nombreux architectes liégeois reprendront cette formule dans les châssis ainsi que dans les baies. A Liège, on retrouve ce type de fenestrage et de baie rue Léon Mignon (Joseph Nusbaum), rue Ernest de Bavière (Victor Rogister et Maurice Devignée), boulevard de l’Est (Joseph Simonis),…

  • La diversité des matériaux : Paul Hankar s’est surtout démarqué de Victor Horta par l’emploi d’un grand nombre de matériaux imprimant ainsi sur la façade une large variété de couleurs. La majorité des architectes liégeois ont repris cette idée : Maurice Devignée (maison Verlaine), Paul Jaspar (maison Bénard), Victor Rogister (maison Piot).


L’influence de la sécession viennoise (27)
Cette influence se marque essentiellement dans la tendance géométrique de nombreuses constructions liégeoises. On retrouve chez Victor Rogister et Paul Jaspar des bâtisses où sobriété et éléments décoratifs géométriques sont des caractéristiques bien affirmées. Victor Rogister utilise dans la décoration de ses façades des décorations se rattachant à la sécession viennoise (et peut-être aussi à la symbolique maçonnique). Les frises décoratives ponctuées de carrés relèvent peut-être de l’architecture viennoise et en particulier de l’architecte Josef Hoffmann (28). Les cercles que l’on retrouve parfois sous les corniches (les maisons Counet et Defeld) sont peut-être eux aussi d’inspiration autrichienne. L’utilisation par Victor Rogister d’un enduis blanc dans le traitement de trois façades (Maisons Counet, Lapaille et Meyers) découle indiscutablement de l’architecture viennoise et spécialement de celle de Joseph Maria Olbrich. Il est intéressant de remarquer qu’un élément décoratif utilisé par l’architecte autrichien dans sa maison personnelle en 1901 a peut-être été repris par Victor Rogister. En effet, en dessous de la corniche, on peut voir des sortes de têtes de hiboux sculptées dans le bois mais aussi moulées dans l’enduis blanc de la façade. Nous retrouvons des têtes de hibou stylisées moulées dans le ciment blanc qui recouvre la façade de la maison Counet.


L’importance de la sculpture ornementale
L’abondance de motifs sculptés (surtout des têtes) en façade peut aussi découler de l’influence viennoise. L’utilisation de la sculpture ornementale dans la décoration des constructions constitue un des points majeurs de la différenciation de l’art nouveau liégeois par rapport aux autres villes belges. De très nombreux architectes raffolaient de ce type de décoration : Paul Jaspar, Victor Rogister, Arthur Snyers, Clément Pirnay, Maurice Devignée…

Les éléments sculptés sont variés mais sont majoritairement des têtes sculptées. Ce thème était très prisé par les créateurs art nouveau. Ceux-ci reprenaient le motif de la chevelure pour développer l’idée de mouvement et d’ondulation. Cependant, d’autres motifs peuvent se retrouver sur les façades : motifs abstraits (frise décorative de la maison Corombelle rue Ernest de Bavière), motifs animaliers (oiseau : maison Dubois avenue de l’Exposition), motifs ésotériques (sphinx : maison Piot rue de Sélys et Hiram 1er : maison Pieper quai Mativa).
La symbolique maçonnique
En partie liée à la sculpture ornementale, la symbolique maçonnique peut s’exprimer non seulement par la sculpture mais aussi par l’utilisation de motifs dans les fers forgés ou les sgraffites. Ces représentations ne laissent parfois aucune ambiguïté quant à la signification de celles-ci. Certaines d’entre elles sont récurrentes chez certains architectes. Victor Rogister : le hibou, les motifs de tradition égyptienne ou orientale (Osiris, sphinx, Hiram 1er), les trois points. Joseph Nusbaum : certaines de ses maisons sont signées de son nom accompagné des trois points.

Si de nombreux symboles font ouvertement référence à la Franc-Maçonnerie, d’autres sont plus ambigus. Les têtes sculptées de la maison Counet représentent des visages bâillonnés dont on pourrait penser qu’ils symbolisent le secret auquel sont tenus les francs-maçons. Mais nous pouvons aussi l’interpréter autrement. Il pourrait s’agir d’une sculpture symboliste où le secret et le repli sur soi étaient des thèmes très prisés par des artistes comme Fernand Khnopff ou Jan Toorop (1858-1928). Le fait que l’on retrouve de nombreux éléments décoratifs faisant référence à l’antiquité égyptienne (maison Piot) nous met aussi en difficulté lorsqu’il s’agit de savoir si ces éléments sont des signes d’appartenance à la Franc-Maçonnerie ou alors des thèmes symbolistes. Victor Rogister semble donc avoir développé des constructions jouant sur les deux registres peut-être pour semer la confusion et éviter ainsi d’indisposer le commanditaire en montrant trop clairement son appartenance au mouvement anticlérical. Victor Rogister reprend des thèmes autant appréciés par le courant symboliste que par la Franc-Maçonnerie. Le goût de l’architecte pour la mythologie (maisons Piot, Pieper et Counet dite “ des Aztèques ”) se retrouve chez Gustave Moreau (1826-1898). Son attirance pour tout ce qui touche à la mort (maison Piot) se retrouve clairement chez le peintre français. La frontière entre symbolisme et Franc-Maçonnerie est donc bien mince et il est difficile de savoir quel fut le message de l’architecte.
Trois grands architectes modernes liégeois

  1   2

similaire:

Historien 10 rue des Armuriers 4000 Liège L’architecture art nouveau à Liège. Entre innovation et soumission à la mode L’apparition de l’art nouveau à Liège icon2016 «Entre elles», Galerie Liehrmann, Liège Affordable Art Fair, galerie Bergramoff, Bruxelles
«Connexions lumineuses» avec Stéphane Rolland (Haute-Couture), Florence D’elle (Photographies) et Bernard Depoorter

Historien 10 rue des Armuriers 4000 Liège L’architecture art nouveau à Liège. Entre innovation et soumission à la mode L’apparition de l’art nouveau à Liège iconU niversité de Liège Faculté de Médecine Troisième Master

Historien 10 rue des Armuriers 4000 Liège L’architecture art nouveau à Liège. Entre innovation et soumission à la mode L’apparition de l’art nouveau à Liège iconAtelier de Photographie du Secondaire Supérieur de l’Institut Saint-Luc de Liège

Historien 10 rue des Armuriers 4000 Liège L’architecture art nouveau à Liège. Entre innovation et soumission à la mode L’apparition de l’art nouveau à Liège iconParcours professionnel
«Les émotions, un peu, beaucoup, passionnément» et «fantômes, monstres et autres passagers clandestins» par Parole d’enfants à Liège...

Historien 10 rue des Armuriers 4000 Liège L’architecture art nouveau à Liège. Entre innovation et soumission à la mode L’apparition de l’art nouveau à Liège icon1. Matériel et méthodes 5
«La situation du chêne-liège est préoccupante sur tout le pourtour méditerranéen et plus particulièrement dans les Maures et l’Esterel...

Historien 10 rue des Armuriers 4000 Liège L’architecture art nouveau à Liège. Entre innovation et soumission à la mode L’apparition de l’art nouveau à Liège iconNée le 06/12/1985 à Liège
«La Prima Linea» de Renato de Maria en co-production belge avec “les films du fleuve” (Les Frères Dardenne). Tournage en Italie durant...

Historien 10 rue des Armuriers 4000 Liège L’architecture art nouveau à Liège. Entre innovation et soumission à la mode L’apparition de l’art nouveau à Liège iconVisites & musees
«Old-England», le mim bénéficie d’une architecture impressionnante. Vivez la musique et ses instruments à travers le temps, dans...

Historien 10 rue des Armuriers 4000 Liège L’architecture art nouveau à Liège. Entre innovation et soumission à la mode L’apparition de l’art nouveau à Liège iconAdresse / situation de l’immeuble commercial, bureaux & d‘habitation
«point stratégique d’exception» avec acces direct & immediat à la novelle «route du nord n7 – E421» qui rallie Luxembourg – Ville...

Historien 10 rue des Armuriers 4000 Liège L’architecture art nouveau à Liège. Entre innovation et soumission à la mode L’apparition de l’art nouveau à Liège iconRésumé Un nouveau mode publication s’est développé sur Internet au...
«L’information alternative et Indépendante sur Internet, à travers le phénomène des weblogs»

Historien 10 rue des Armuriers 4000 Liège L’architecture art nouveau à Liège. Entre innovation et soumission à la mode L’apparition de l’art nouveau à Liège iconBmw media Information 9/2006 Page L e nouveau bmw table des matières....
«visage à six yeux» du nouveau bmw x3 se démarque par de nouveaux phares ronds doubles








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com