Avant que les systèmes modernes d’arpentage et d’enregistrement cadastral soient développés, la façon d’établir les limites permanentes d’une ferme, d’un champ








télécharger 17.95 Kb.
titreAvant que les systèmes modernes d’arpentage et d’enregistrement cadastral soient développés, la façon d’établir les limites permanentes d’une ferme, d’un champ
date de publication05.07.2017
taille17.95 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
LES LANDMARKS


Cher Ami,
Avant que les systèmes modernes d’arpentage et d’enregistrement cadastral soient développés, la façon d’établir les limites permanentes d’une ferme, d’un champ, d’un lot, ou de toute autre parcelle de terrain était un problème complexe et difficile à résoudre. Il semble que la presque seule méthode que les hommes pouvaient imaginer était de prendre un point de repère tel qu’une colline, une rivière, un rocher ou bien même un arbre, de tracer de ce point une droite allant au point suivant, et ainsi de suite déterminant de la sorte la ligne de démarcation au delà de laquelle la propriété d’un homme ne pouvait ou ne devait pas aller. Ces marques plus ou moins définitives étaient appelées “Bornes” (ou “Landmarks” en Anglais), mot qui s’explique par lui-même. (Pour la meilleure compréhension de cette lecture, nous emploierons le mot anglais car c’est d’ailleurs sous cette forme qu’on le trouvera presque toujours.) Il est facile de comprendre pourquoi le fait de détruire ou d’enlever une borne était considéré comme une offense sérieuse: il correspondait à voler un homme de son bien.

La Franc-Maçonnerie a honoré ce terme en groupant sous le terme de Landmark ses plus importantes lois de base. Il y a dans la Corporation certains principes, usages de lois, pratiques et traditions qui ne peuvent être changés par aucun Maçon, Loge ou Grande Loge. C’est ce dont nous parlons lorsque nous nous référons aux “Anciens Landmarks”, expression que vous entendrez souvent durant votre carrière maçonnique. Essayons donc de comprendre cette expression, tout du moins dans son sens large.

La F .'. M .'. a une identité, un caractère qui lui est propre. Certaines choses en elle ne peuvent être abolies, changées ou modifiées sans détruire cette identité. Certains changements peuvent être effectués et la F .'. M .'. continue alors d’être ce qu’elle était auparavant; mais il y a d’autres altérations qui, si elles étaient faites, détruiraient la F .'. M .'. elle-même car elle cesserait de posséder sa propre identité et elle deviendrait quelque chose d’autre ... Examinez un verre d’eau, par exemple. Nous pouvons diviser cette eau en parties de plus en plus petites jusqu’à ce que nous atteignions la molécule. Mais durant toute l’opération, nous aurons toujours de l’eau. Si cependant nous ne nous arrêtions pas ici et divisions ensuite la molécule, nous n’aurions plus de l’eau mais des gaz: de l’oxygène et de l’hydrogène en combinaison H2O. Il y a donc un point au-delà duquel ce fluide ne peut être changé sans perdre son identité.

Cet exemple concrétise l’idée des Landmarks. Ils définissent ce qui est essentiel à l’identité de la Franc-Maçonnerie. S’en débarrasser équivaudrait à se débarasser de la Maçonnerie. Nous pouvons donc grossièrement définir ainsi la doctrine des Landmarks:


“Tout ce qui est trouvé nécessaire à maintenir l’identité et à garantir la continuité de la Franc-Maçonnerie a la puissance d’un Landmark.”

Vous voyez maintenant pourquoi une Loge, une Grande Loge, ou bien-même la Fraternité entière ne peuvent pas changer ces Landmarks. Et si une Grande Loge décidait de changer ces Landmarks, elle se détruirait elle-même car il n’y aurait plus de Maçonnerie, et il ne peut naturellement exister de Grande Loge sans Maçonnerie.

Il est impossible de donner ici une liste complète de tous ces Landmarks, mais quelques exemples aideront à éclaircir ce dont il s’agit. Je vais attirer votre attention sur quelques uns de ceux-ci tout en vous prévenant que ce ne sont que des spécimens et qu’ils ne limitent ni n’épuisent ces Landmarks.

La Maçonnerie débuta il y a cinq ou six cents ans avec les maçons opératifs d’Europe et de Grande Bretagne. Bon nombre de leurs sciences, pratiques, arts, symboles, emblèmes et coutumes se trouvèrent incorporés de manière permanente dans la nature même de la Maçonnerie. Si tout ce que nous avons hérité de la Maçonnerie Opérative devait être aboli, non seulement celà détruirait nos connections avec notre propre histoire, mais en même temps changerait notre Fraternité au point de la rendre méconnaissable. Voilà donc ce qu’est la puissance d’un Landmark.

Dans la Maçonnerie, nombreuses sont les choses gardées secrètes du monde extérieur, ses propres membres les ayant déclarées sacrées. Ce secret n’est pas une pose théatrale prise pour satisfaire un désir de mystification, mais il est si essntiel à la nature de la Corporation que nous ne pourrions pas même concevoir la Franc-Maçonnerie sans lui. Le rituel, les initiations, les obligations, les moyens de reconnaissance, et cette vie privée (ce qui en somme rend les heures passées en Loge si délicieuses) seraient partis. Le secret a donc la force d’un Landmark.

Dès son début, la Maçonnerie n’admit que des hommes adultes comme membres. Un garçon mineur ne pouvait être tenu responsable de ses obligations. Et si les femmes étaient admises, celà demanderait un tel remaniement de notre système que peu de la forme sous laquelle nous le connaissons actuellement demeurerait ... Chaque candidat doit posséder certaines qualifications: il doit être sain de corps, bien recommandé, de bon caractère, né libre, et d’âge majeur. Si ces clauses étaient supprimées, nous serions envahis par des hommes de tous bords, des hommes incapables de vivre une vie Maçonnique physiquement, moralement, et mentalement. En résultat, il n’y aurait pas de vie Maçonnique à vivre ... Mais il n’est pas suffisant qu’un récipiendaire soit bien qualifié pour être admis dans nos mystères, il doit aussi passer par les Rites d’Initiation. Ceci aussi est une part intégrale de notre Fraternité depuis son début, et il lui est si vital que tout le système le présuppose entièrement. Éliminez l’initiation, et il est possible qu’un genre de société demeure, mais ce ne serait pas la Société des F .'. M .'. .

Un autre facteur tout aussi essentiel est le Ballot, unanime et secret. Comme le but principal de la Corporation est d’unir les hommes par des relations fraternelles, il est nécessaire que les tels candidats qui seront admis ne viennent pas troubler l’harmonie qui règne parmi les membres. Le dessein du Ballot fut si soigneusement défini pour se protéger contre les importuns que, jusqu’en 1989, si un seul membre était convaincu qu’un certain candidat aurait une influence pertubatrice, son seul vote avait le pouvoir de l’exclure. Malheureusement, certains membres ont abusé du système en éliminant des candidats valables pour conserver leur propre contrôle de la Loge, et de ce fait, la Grande Loge de New York a adopté en 1989 le changement pour qu’un minimum de 3 membres soit nécessaire pour rejeter un candidat.

Le Rituel contient le Travail, les Lectures, les Cérémonies employées pour enseigner les principes, lois morales et buts de la Maçonnerie. Les symboles, emblèmes et allégories sont abondamment employés pour appuyer et dramatiser ces enseignements. Peut-être qu’aucune autre des “Bornes Permanentes” n’excède le Rituel dans la nature essentielle de son identité.

La souveraineté d’une Grande Loge, la souveraineté d’une Loge dans sa juridiction, et la souveraineté de la loi non-écrite sont une nécessité similaire, car sans de telles souveraintés, l’anarchie prendrait place et le Fraternité serait réduite en pièces par des forces désordonnées générées en elle-même. De même, tout Maçon doit respecter la loi civile et lui obéir. Aucun Maçon n’a le droit de participer à des rixes et des rebellions. Aucune discussion politique ne doit avoir lieu dans nos réunions. Que celà soit aboli et notre organisation deviendrait captive de quelque parti politique ou social quel qu’il soit, et elle périrait au premier changement du pouvoir gouvernemental; et tant que celà durerait, elle serait esclave d’un pouvoir extérieur, destituée de tout droit de régulariser et contrôler sa propre existence.

Dans le même sens agit l’ancienne loi qui interdit qu’un candidat ou un membre soit questionné sur ses croyances religieuses, et aussi que des questions sectaires soient introduites dans la Loge. Comme devenir le jouet d’un parti politique équivaudrait, en somme et en fin de compte, à la destruction de la Maçonnerie, de même devenir esclave de quelque “église” amènerait sa mort tôt ou tard.

On peut décrire ce dernier exemple comme le “Landmark” couronnant tous les autres. La croyance en un Être Suprême (*), avec la Bible (**) ouverte en Loge, et la croyance en l’Immortalité forment la base religieuse de la Franc-Maçonnerie; et le mot “base” doit être pris ici dans son sens le plus littéral. Si cette partie spirituelle était supprimée, notre Fraternité dégènèrerait en un simple club social, chose entièrement opposée à ce qu’elle a toujours été et qu’elle demeure maintenant encore.

Ceux-ci ne sont que quelques exemples de ces caractéristiques qui appartiennent inélianablement à la Franc-Maçonnerie et dont voici le but.

Vous n’êtes pas encore Maçon. Si vous avez la bonne fortune de devenir membre d’une Loge, et si ensuite vous progressez en savoir et en expérience Maçonniques comme nous l’espérons, vous acquérerez une compréhension de ce sujet d’une façon plus technique car vous aurez l’avantage de le voir de l’intérieur et non plus de l’extérieur. Mais à votre stage présent, ce sujet est de la plus grande importance pour vous pour la raison suivante: il vous explique que la Franc-Maçonnerie est clairement consciente de ce qui appartient à sa propre nature. Elle garde et chérit cette nature, continuellement, contre toute influence possible. Le candidat qui en devient membre doit l’accepter comme il la trouve ou pas du tout.

Il n’existe aucun moyen de changer la Franc-Maçonnerie pour l’adapter aux goûts, aux faiblesses, aux présagés ou aux opinions du Candidat. C’est à lui de s’y conférer en se changeant si besoin en est. Pour devenir Maçon, vous devez donc vous tenir prêt en toute sincérité à donner de bon cœur votre assentiment à ces enseignements et principes, à obéir à ces lois et règlements, et à observer ces “Anciens Landmarks”.


(*) Ce principe de la croyance en un Être Suprême a non seulement fait couler beaucoup d’encre, mais il est à la base de cette regrettable inimitié qui existe entre certaines Obédiences parce qu’il est parfois mal compris. Un grand Maçon Français le définit ainsi:

“Le Grand Architecte de l’Univers - cette expression est un symbole. Mais ce symbole voile une Foi: Foi dans l’Initiation et ses vertus. Nous ne pouvons pas exiger que cette Foi soit exprimée par la pratique d’une religion définie. Pour nous, le Grand Architecte de l’Univers peut représenter le Dieu révélé à n’importe laquelle des 171 ou 172 religions chrétiennes, juives, ou mahométanes qui sont librement pratiquées dans ces grands pays où la liberté de pensée est la règle de base.

Il peut aussi voiler l’idée bouddhiste ou hindoue de divinité. Et finalement, il peut au- dessus de toute conception religieuse, représenter l’Être Suprême, Idéal, Éternel et Universel, qui inspire nos efforts vers la perfection. Lui qui fut, qui est, et qui sera; Lui qui engendre et anime de vie toute chose; l’Inconnu infini et souverain, inxeplicable et inexprimable, inaccessible aux efforts du raisonnement, mais perceptible à l’Amour intuitif ou, en d’autres mots, à l’Initiation”..

(**) Et un autre à propos de la Bible:

“Ce livre est sacré, mais c’est un symbole. C’est le symbole de l’Être humain car il contient à la fois tout ce qui peut être trouvé dans l’humanité, et, même dans chaque homme, de la chose la plus vile à celle la plus pure.”

similaire:

Avant que les systèmes modernes d’arpentage et d’enregistrement cadastral soient développés, la façon d’établir les limites permanentes d’une ferme, d’un champ iconTechnocentre
«Autres charges» mentionnée dans la colonne des «charges employeur» et que, d’une façon générale, toutes les charges que paye l’employeur...

Avant que les systèmes modernes d’arpentage et d’enregistrement cadastral soient développés, la façon d’établir les limites permanentes d’une ferme, d’un champ icon1- les origines des sports modernes en Angleterre au 19ème siècle
«Olympique de la République» sur le Champ de Mars à Paris (course à pied et course de chars)

Avant que les systèmes modernes d’arpentage et d’enregistrement cadastral soient développés, la façon d’établir les limites permanentes d’une ferme, d’un champ iconD. La formation professionnelle et la qualification de la main d'œuvre
À condition, bien entendu, qu'un certain nombre de préalables soient satisfaits et que les différents obstacles soient progressivement...

Avant que les systèmes modernes d’arpentage et d’enregistrement cadastral soient développés, la façon d’établir les limites permanentes d’une ferme, d’un champ iconLe savoir nous l’utilisons tous. Rappelons-nous l’école et la façon...
«Un des grands enseignements de la physique quantique est que les particules élémentaires sont indéterminées en dehors de l’observation....

Avant que les systèmes modernes d’arpentage et d’enregistrement cadastral soient développés, la façon d’établir les limites permanentes d’une ferme, d’un champ iconLes mutualisations police-gendarmerie nationales Etat d’avancement...
«multiplicateur de force», les nouveaux systèmes devront être conçus de façon cohérente, pour favoriser l'interaction entre les deux...

Avant que les systèmes modernes d’arpentage et d’enregistrement cadastral soient développés, la façon d’établir les limites permanentes d’une ferme, d’un champ iconSolutions Autonome
«no blame culture», développement agile/scrum, rédiger les spécifications, autoapprentissage, établir les priorités, estimer les...

Avant que les systèmes modernes d’arpentage et d’enregistrement cadastral soient développés, la façon d’établir les limites permanentes d’une ferme, d’un champ iconNote concernant les noms de personnes
«avant» se trouva désignée, abusivement, mais de façon commode pour l’esprit, par les termes de Quanda moins epsilon. Ce qui ne signifiait...

Avant que les systèmes modernes d’arpentage et d’enregistrement cadastral soient développés, la façon d’établir les limites permanentes d’une ferme, d’un champ iconParcours professionnel
«mini» cv à thème; ainsi, pour chaque emploi occupé, sont développés des informations sur l’entreprise, le poste occupé, des réalisations,...

Avant que les systèmes modernes d’arpentage et d’enregistrement cadastral soient développés, la façon d’établir les limites permanentes d’une ferme, d’un champ iconUne mise en scène plastique des objets
...

Avant que les systèmes modernes d’arpentage et d’enregistrement cadastral soient développés, la façon d’établir les limites permanentes d’une ferme, d’un champ iconA la découverte des littératures étrangères
«Occident» (sens littéral du mot Maghreb), la littérature a subi en effet les influences successives des cultures juive, grecque...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com