Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres








télécharger 0.86 Mb.
titreAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres
page6/19
date de publication31.01.2018
taille0.86 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   19
Le grand-duc’’

(1921)
Comédie en trois actes
Monsieur Vermillon, un nouveau riche, veut que sa fille, Marie, reçoive la meilleure éducation. Pour cela, il engage comme professeur de bonnes manières le grand-duc Feodor, qui a été chassé de Russie par la révolution. La professeuse de chant, Mademoiselle Martinet, conseille l'engagement d'un professeur de danse, le jeune Michel-Alexis. Or Michel-Alexis est le fils de Mlle Martinet, qui est elle-même l'ancienne maîtresse du grand-duc. Et M. Vermillon est amoureux de Mlle Martinet...

Commentaire
Sacha Guitry se souvint du ‘’Bourgeois gentilhomme’’ de Molière.

La première eut lieu le 13 avril, au Théâtre Édouard-VII. Lucien Guitry (le grand-duc), Sacha (Michel-Alexis) et Yvonne (Marie Vermillon) jouèrent ensemble.

_________________________________________________________________________________
‘’Jacqueline’’

(1921)
Pièce en trois actes
Commentaire
La pièce fut tirée de la nouvelle ‘’Morte la bête’’ de Henri Duvernois.

La première eut lieu le 5 novembre. Lucien Guitry tint le premier rôle. ‘’Faisons un rêve’’ compléta le spectacle.

_________________________________________________________________________________
En 1921, âgé de trente-six ans, Sacha Guitry, déjà atteint des maux qui allaient l'emporter trente ans plus tard, fit une première cure thermale (des bains de boue) à Dax.

Le 30 décembre, il présenta le concert d'inauguration de la TSF (transmission sans fil, la radio) à la Tour Eiffel.

Dès 1922, quand commencèrent les émissions par la radio, il y donna des chroniques.

Le 17 janvier 1922, il célébra, à l'Opéra, le tricentenaire de Molière, et fit jouer ‘’Chez Jean de La Fontaine le 17 février 1673’’, une pièce en un acte en vers où le fabuliste apprend la mort du dramaturge. Le 18, elle fut représentée au Théâtre Édouard-VII.

Il fit jouer encore :

_________________________________________________________________________________
‘’Une petite main qui se place’’

(1922)
Comédie en trois actes et un épilogue
Adrien Dorignac, médecin à la retraite, lassé de cette vie, décide de retourner à son activité professionnelle. Très peu encouragé par son épouse et son meilleur ami, il persiste tout de même à réaliser cette ambition. Se succèdent donc les patients et le personnel de la maison, qui mettent à l'épreuve son talent et son humeur.

Commentaire
Ce n’est qu’une suite d’éclats de rire.

Le 4 mai, la pièce fut créée au Théâtre Édouard-VII. Elle eut cent soixante représentations jusqu’au 2 janvier 1623.

_________________________________________________________________________________
Du 12 juin au 8 juillet 1922, Sacha Guitry fit, avec son père, une tournée à Londres.

En septembre, Paul Léautaud écrivit dans la ‘’Nouvelle revue française’’ : «Jamais on ne célèbrera assez M. Sacha Guitry comme auteur dramatique. Il a tous les dons : la facilité, la langue, le naturel, l’invention, la vérité, le renouvellement, la fertilité, la clarté, la sensibilité, l’observation, l’émotion, et l’esprit, l’esprit par-dessus tout, l’esprit sans lequel l’intelligence n’est qu’une chose pédante, lente et monotone. Il a aussi ce mérite, et cette sagesse ! de ne jamais sacrifier à l'actualité, de ne jamais s'occuper de la chose publique, ni de ces questions soi-disant sérieuses dont on nous rebat les oreilles, de ne jamais viser ni au moraliste ni au pédagogue. M. René Benjamin a eu bien raison de dire qu'il est notre Molière […] Si le théâtre mis à part le théâtre lyrique, lequel n’est pas forcément le théâtre en vers, a pour objet d’intéresser en amusant, de faire rire en peignant la vie, de faire réfléchir en montrant les travers et les ridicules, cela sans discours, sans tirades, sans photos, sans thèse, par le simple jeu des répliques et le caractère des personnages, avec clarté et vérité – et le vrai théâtre est cela sans conteste -, M. Sacha Guitry est le premier auteur dramatique d’aujourd’hui... / Quant aux graves auteurs de pièces prétentieuses, qui le regardent sans doute avec dédain et le considèrent comme un simple amuseur, je leur dirai ce que j’ai déjà dit bien souvent : il est autrement difficile d’être simple, spirituel et amusant que d’être grave, discoureur et ennuyeux...»

Sacha Guitry fit jouer :

_________________________________________________________________________________
‘’Le blanc et le noir’’

(1922)
Comédie en quatre actes
Maladivement jalouse de son mari, Marcel, Marguerite Desnoyers décide de le tromper avec «le premier homme qui passe», en l'occurrence le chanteur-vedette qui se produit à l'hôtel. L'ayant reçu dans l'obscurité, elle ne peut se rendre compte qu’il est noir de peau. Neuf mois plus tard, naît un enfant de couleur et donc forcément adultérin. Mais, le mari, s'étant découvert une puissante fibre paternelle, ne peut admettre une telle situation, et, ayant évité que sa femme vît l'enfant, va froidement, via l'Assistance Publique, l'échanger pour un bébé blanc. L'épouse infidèle, n'ayant pas vu son rejeton «inadéquat», découvre avec transports son adorable poupon rose, et tout ira pour le mieux dans le monde parfait de cette riche et insouciante bourgeoisie.

Commentaire
La première eut lieu le 9 novembre au Théâtre des Variétés. La pièce eut cent douze représentations jusqu’au 11 février 1923.

Sacha Guitry filma un court épilogue de la pièce où il apparaît en tant qu'acteur.

En 1931, la pièce a été, sur un scénario et des dialogues de Sacha Guitry, portée à l'écran par Robert Florey et Marc Allégret, avec Raimu, dont ce fut le premier film parlant.

_________________________________________________________________________________
‘’On passe dans huit jours’’

(1923)
Comédie en un acte
La première d’une pièce doit avoir lieu dans une semaine, et le directeur du théâtre rédige son communiqué de presse. Cependant, il y a un problème, la pièce est loin d’être prête… Et il faudrait renvoyer une comédienne connue pour son sale caractère.
Commentaire
La pièce eut soixante-treize représentations au Théâtre des Variétés, du 11 décembre 1922 au 11 février 1923.

_________________________________________________________________________________
Le 18 décembre, après avoir, au Théâtre Édouard-VII, répété jusqu'à la veille de la générale la pièce de Sacha Guitry, Sarah Bernhardt fut prise d'un malaise, causé par la maladie qui devait l’emporter ; le soir, elle dut renoncer à paraître, et la représentation fut annulée. L’actrice fut remplacée par Henriette Rogers, dans :

_________________________________________________________________________________
‘’Un sujet de roman’’

(1923)
Pièce de théâtre en quatre actes

L'écrivain, qui a tous les défauts visibles et aussi les qualités profondes des écrivains, qui est fou de littérature, qui est misanthrope, qui refuse énergiquement la mode, les compromissions et la Légion d'honneur, qui est seul parmi des écueils ignorés de ses maîtresses, s'imagine mort, sa mémoire bafouée par les siens, se souvenant avec effroi des méfaits de son épouse qui, ayant voulu épouser celui qui était le favori des salons, de la gloire et des mondanités, était devenue hautaine, dédaigneuse, acariâtre. Résultat : ils s’étaient déchirés. Elle l'obligea à écrire des romans de gare, lui fit endosser des articles qu'il n'avait jamais écrits, en contradiction flagrante avec ses idéaux antimilitaristes et libertaires. Mais, à l'acte III, il ressuscite et pardonne comme on se venge.
Commentaire
Inspirée par Octave Mirbeau et par le couple qu’il formait avec Alice Regnault, créée pour et par Lucien Guitry et Sarah Bernhardt, c’est une grinçante comédie de moeurs, une pièce grave où l'esprit devient mordant, une oeuvre pessimiste dans la lignée de Mirbeau, une œuvre qui traite du paradoxe de l'écrivain, qui oppose deux sortes d’écrivains : d'un côté, le nègre sans talent, huileux de flagornerie, sacrifiant à toutes les modes, et prêt à commettre des faux pour gagner quelque argent ; de l'autre, l'écrivain véritable, à la sociabilité défaillante, mais frappé par le génie et par la modestie.

La pièce permit aussi à Sacha Guitry d’exprimer son extrême misogynie, car elle est faite de chamailleries et de mensonges, est le drame du couple mal assorti jusque dans ses sinistres conséquences.

Elle fut créée le 4 janvier 1923 au Théâtre Édouard-VII. Elle eut quarante-six représentations, jusqu’au 11 février 1923.

_________________________________________________________________________________
‘’L'amour masqué’’

(1923)
Comédie musicale en trois actes
Acte I

«Elle» a vingt ans. Elle est riche grâce à la libéralité de ses deux «protecteurs», le baron d'Agnot et le maharadjah, que, bien entendu, elle n’aime pas. Elle est tombée amoureuse d’un jeune inconnu dont elle a dérobé le portrait chez un photographe. «Lui» a quarante ans (et même un peu plus). La photo, qui date de vingt ans, est la sienne. Prévenu par le photographe, il se rend chez «Elle» pour récupérer son bien. Elle croit qu’il s’agit du père du jeune homme. Lui ne la contredit pas, et accepte pour son fils l’invitation à un bal masqué birman qu’elle organise le soir même.
Acte II

Le prétendu fils arrive au bal masqué, ainsi que le baron et le maharadjah (flanqué d’un interprète) et huit autres invités (quatre femmes et quatre hommes). Deux servantes, habillées comme leur maîtresse, devront se charger du baron et du maharadjah, tandis qu’«Elle» passera la nuit avec «Lui».
Acte III

Chacun semble avoir mis la nuit à profit, notamment la seconde servante avec le baron d'Agnot. Par contre, le maharadjah est moins crédule, et c’est avec l’interprète que la première servante a passé la nuit. «Lui» est donc arrivé à ses fins, mais il ne sait comment avouer la supercherie. C’est une piqûre de rose qui fait découvrir la vérité. «Elle» ne prend pas ombrage de la différence d’âge. D’ailleurs, elle reste fidèle à ses principes, c’est-à-dire d’avoir deux amants : pour l’occasion, le père et le fils réunis en une seule personne.
Commentaire
Dans ce qui, à l’origine, devait s’appeler "J’ai deux amants", Sacha Guitry fut très en verve. C’est un texte effervescent où passe le souffle de liberté des Années folles. Il trouva un écho spirituel irrésistible dans la musique espiègle de Messager.

La pièce, créée le 15 février, au Théâtre Édouard-VII, procura un triomphe à Yvonne Printemps. Elle eut deux cent trente-deux représentations, jusqu’au 18 novembre 1923.

_________________________________________________________________________________
En mars 1923, Sacha Guitry joua dans un film de Louis Mercanton et Léon Abrams, ''La voyante'', dont le rôle était tenu par Sarah Bernhardt qui mourut au cours du tournage (qui avait lieu chez elle, au 56 boulevard Pereire), le 26 mars 1923.

Du 28 mai au 23 juin, il fit une tournée à Londres avec Lucien Guitry et Yvonne Printemps.

Il fit jouer à Paris, à ‘’L’Alhambra’’, du 24 août au 21 septembre, ‘’Un phénomène’’, parade en un acte, en vers, puis :

_________________________________________________________________________________


‘’Le lion et la poule’’

(1923)
Comédie en trois actes
Monsieur Le Vivier, qui a soixante-dix ans, est corpulent et a des cheveux blancs, aime ingénument, avec fougue, une jeune «poule». Il est contraint à la rupture, mais n’est peut-être pas guéri de sa folie.
Commentaire
Une espèce de mélancolie s'insinue dès les premières scènes, et ne va que s'accentuant à mesure que nous connaissons l'âge et le cœur du héros, car on pourrait croire que, à un tel âge, le cœur ne vibre plus alors qu’il conserve toute sa fraîcheur, son immuable jeunesse, son incurable fragilité.

La pièce fut donnée au Théâtre Édouard-VII où elle eut cent six représentations du 19 novembre 1923 au 17 février 1924.

_________________________________________________________________________________
Le 1er octobre, Sacha Guitry fut nommé au grade de chevalier de la Légion d'honneur (promotion Pasteur).

Il présenta :

_________________________________________________________________________________
‘’L'accroche-cœur’’

(1923)
Comédie en six actes
Andrée Armand est dans un palace de Venise avec Mr Davis, un Américain qui l'entretient. Marcel, un individu peu recommandable, est tombé amoureux d’elle. Mais elle déteste sa moustache frivole et son accroche-coeur fantaisiste. Pour la conquérir, il commence par éloigner le riche Américain en demandant à son amie, Paulette, de le séduire. Puis, ayant rasé sa moustache et défait son accroche-cœur, il pénètre dans la chambre d’Andrée, cambriole ses bagages, vole ses bijoux et son argent. Sous sa nouvelle apparence, il lui fait alors la cour, et, lui assurant qu'il peut rattraper son voleur, l'invite à se joindre à lui pour faire le trajet, la traque se transformant en voyage sentimental. Un mois de bonheur se passe. Mais Andrée découvre la vérité. Pourtant, elle lui déclare son amour. Mais, craignant de gâcher cette belle idylle, il préfère y mettre fin. Par amour pour lui, elle tente de se suicider, et il n'en saura jamais rien.
Commentaire
Cette comédie romantique fut créée sur la scène du Théâtre de l'Étoile, le 20 décembre, avec Sacha Guitry et Yvonne Printemps. Elle eut soixante-dix représentations jusqu’au 17 février 1924.

En 1938, Sacha Guitry, sur le point de se séparer de Jacqueline Delubac, ne fut que le scénariste d’un film de 85 minutes, aussi connu sous le titre ‘’Riviera Express’’, préférant déléguer la réalisation à un tiers, Pierre Caron, qui tourna avec Jacqueline Delubac et Henri Garat.

_________________________________________________________________________________
En 1924, Sacha Guitry composa avec Albert Willemetz ‘’La revue de printemps’’, fantaisie-revue en trois actes et dix-neuf tableaux dont la première eut lieu le 6 mai, au théâtre de l'Étoile, et qui eut cent quarante-cinq représentations jusqu’au 24 novembre.

Il fit encore jouer cette année-là ‘’Une étoile nouvelle’’, comédie en trois actes où était repris le grand thème traditionnel de la conquête de la belle par l’amoureux, malgré le mari. Pour Sacha Guitry, il s’agissait évidemment de la conquête d’Yvonne Printemps. La première eut lieu le 6 décembre, au Théâtre Édouard-VII. Suivirent soixante-dix représentations, jusqu’au 1er février 1925.

En 1925, il présenta ‘’On ne joue pas pour s'amuser’’, comédie en cinq actes qui fut créée le 26 mars, au Théâtre Édouard-VII, avec Lucien Guitry dans le rôle principal qu’il tint jusqu’au 11 mai où elles furent interrompues du fait de son état de santé, les médecins lui interdisant de le reprendre. Puis elles se continuèrent jusqu’au 31 mai, pour un total de soixante-dix.

Lucien Guitry mourut le 1er juin.

Le 11 septembre, ‘’Nono’’ fut repris. Le 25, Sacha Guitry, malade, dut cesser de jouer. Il ne reprit le rôle que le 3 octobre.

En 1926, il fit représenter :

_________________________________________________________________________________
‘’Mozart’’

(1926)
Comédie musicale en trois actes et en vers libres
Mozart trouble la société parisienne du baron Grimm, et séduit l’épouse de celui-ci, madame d'Épinay.
Commentaire
La pièce fut composée sur une idée de Lucien Guitry.

Sacha Guitry se montra un historien un peu particulier, déclarant au sujet du musicien : «Ne nous avisons pas de le juger mais regardons-le tel qu’il est. Je ne suis pas un chercheur de tare. Et l’habitude de mettre de côté les défauts d’un grand homme et de l’autre ses qualités, comme on met ‘’doit’’ et ‘’avoir’’ dans les comptes de banque, cette habitude me paraît déplorable. Un homme se présente à nous que nous aimons pour son génie, nous devons le prendre tel qu’il est. L’idée de regretter qu’il soit bossu ou coléreux me semble puérile. Un ange est venu sur la terre. Oui, le 27 janvier 1756, un ange est venu sur la terre. Il naquit à Salzbourg en Autriche, c’est un fait évident, et personne ne songerait à contester ce fait, et même je comprends que les gens de Salzbourg en conçoivent une immense fierté. Et pourtant, ce n’est pas à Salzbourg seulement qu’il est né. Jamais l’expression ‘’venir au monde’’ n’a eu plus de sens que le jour où cet enfant est né car le jour où naquit Mozart, il est venu au monde entier

Pour lui, Mozart, après avoir reçu d’un inconnu la commande du ‘’Requiem’’, comprend, quand il est terminé et que l’inconnu ne reparaît pas, tandis que sa maladie le mène à la mort, qu’il l’a composé pour lui-même. Et il se fit une conception poétique de sa mort : «Le corps de cet être divin fut déposé peut-être ici, peut-être là, on n’a jamais pu savoir où. Miracle encore, dernier miracle qui nous permet de supposer qu’étant venu du ciel, il y est retourné

Par ailleurs, il s’enthousiasma encore : «Ô privilège du génie ! Lorsqu’on vient d’entendre un morceau de Mozart, le silence qui lui succède est encore de lui

Yvonne Printemps interpréta le rôle du compositeur en travesti, et Sacha Guitry celui de Grimm, ce qui lui permit de lui parler sous ce masque des infidélités de son épouse, qui le tourmentaient : «Vous aimez mon enfant comme on aime à votre âge, vous êtes comme le papillon, et vous allez de l’un à l’autre sans penser à mal, je veux bien le croire. Et il se confiait à Mozart : «Si je te disais qu’un homme est malheureux précisément parce qu’on t’aime. Oui, malheureux, très malheureux. S’il te disait enfin que d’avance, il s’avoue vaincu par ta jeunesse, s’il te disait que la tendresse qu’on te voue, il la partage et la comprend, en voudrais-tu savoir encore davantage? Non, n’est-ce pas, certainement. Deux mots en disent plus, Mozart, qu’un long poème, à toi qui dis si bien ‘’Je t’aime’’ avec deux notes seulement.» Il est bien certain que Grimm n’a jamais eu cette conversation avec Mozart.

La création eut lieu le 2 décembre 1925, au Théâtre Édouard-VII. Suivirent deux cent vingt représentations, jusqu’au 13 juin 1926.

_________________________________________________________________________________
En 1926, Sacha Guitry composa avec Albert Willemetz ‘
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   19

similaire:

Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres

Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres

Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres

Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres

Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres

Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres

Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres iconAu fil de leur biographie s’inscrivent ses œuvres

Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres
Fille de paysans, elle avait été si bonne écolière que ses parents l'avaient laissée aller jusqu'au brevet supérieur

Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres
«ardeur juvénile» revenues, IL poursuivit et termina ses études de droit à Strasbourg (1770-1771) où, devant la cathédrale, IL eut...

Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres
«les principaux personnages d’un poème, ce sont toujours la douceur et la vigueur des vers»








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com